Siriel Loroth

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 7
• Eclaris: 6
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 5
• Nérozias: 6
• Gélovigiens: 5
• Ascans: 2
• Marins de N.: 7
• Civils: 21

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Langdum Mois:Cladil
[Mai/Juin en temps réel]

Tableau d'honneur

Allaatkasik
Profil
Fiche

Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Siriel Loroth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Siriel Loroth   Siriel Loroth Icon_minitimeVen 2 Déc - 0:41


PRESENTATION
NOM



    NOM: Loroth
    PRÉNOM: Siriel
    SURNOM:
    Siriel n'a pas de surnom attitré, bien qu'on l'a nomme sous différente appellation, celle-ci ayant peu dévoilé sa véritable identité. L'Ombre Tueuse, la Dague de la Nuit, la Lame des Lunes, quand on la cherche dans le milieu un assassin en mentionnant un surnom dans ces styles, il ne peut s'agir que d'elle.

    SEXE:
    AGE: un peu plus de 300 ans (25-28 ans en apparence)
    PEUPLE: sindarins

    CASTE: Eryllis
    MÉTIER: Assassine

    ARMES PRINCIPALES:
    • 2 dagues : Isiel et Yophiel


    Siriel Loroth Isiel_yophiel

    Identiques, Siriel a fait forger ses deux dagues il y a très longtemps à Canopée, par un forgeron sindarin dès qu'elle fut en mesure de les payer avec le reste de son équipement. Ces deux dagues sont de grande qualité et sont tranchantes comme un rasoir. Ayant une bonne prise en main et un bon équilibre, elles sont faites sur mesure pour Siriel qui les considère comme une épée pour un chevalier.

    AUTRES POSSESSIONS:
    • Un pendentif en forme de croissant de lune.
    • Ses pièces ''d'armure''.
    • Deux couteaux de lancer qu'elle porte à sa ceinture.
    • Diverses affaires d'assassin qu'elle emporte selon les missions : arbalète, des fioles de divers produits achetés (poisons rapides, hallucinogènes, soporifiques,...),... .
    • Plusieurs planques, de petits logements avec le minimum d'ameublement et rien de personnel. Elle n'y reste jamais longtemps et elle a vite fait de changer si l'un d'eux est découvert. Hellas, Hespera, Tyrhénium, Thémisto et Ridolbar sont les cités où elle en a une.
    • Un logement à Samhach en bordure de village, un peu à l'écart du reste.


    DON:
    • Sens développés : sindarin de naissance, Siriel a ses cinq sens plus développés que la normale, accroissant sa perception générale.


    POUVOIRS:
    • Traverser les matières (capacité à traverser un élément) : en posant sa main contre une matière, puis en se concentrant pour la ressentir, Siriel est capable de la traverser. L'énergie et la concentration que cela lui demande varie selon les matériaux, car ils ne sont pas tous traversables avec la même facilité. Généralement les métaux sont plus difficiles à passer que la pierre ou le bois, mais l'épaisseur à traverser est également à prendre en compte.
    • Invisibilité (capacité à devenir invisible aux yeux de tous) : ce pouvoir complémente bien les capacités de discrétion de Siriel. Selon les situations, se rendre invisible devient obligatoire quand on ne peut se cacher quelque part. De même en combat, se rendre invisible quelques secondes peut permettre de prendre l'avantage. Néanmoins, le pouvoir a ses défauts : il requiert une bonne concentration, demande de l'énergie pour le maintenir, donc il est sur une durée limitée et il ne faut pas oublier que se rendre invisible ne rend pas immatériel.
    • Télékinésie (capacité à manipuler les objets sans les toucher, et à distance) : attirer un objet vers elle, le repousser plus ou moins fort au point de le projeter, Siriel est capable de jouer avec eux sans les toucher. Le volume de l'objet rentre en jeu dans la difficulté de les déplacer ou non, mais elle maitrise ce pouvoir suffisamment pour interagir avec des objets d'assez grosse taille.


    SPÉCIALITÉS:
    • Excellence spécifique en arme (dagues) : Siriel maitrise très bien ces armes. Elle a commencé jeune à les manier, fut entrainée par un manieur chevronné et les a utilisées pendant près de deux cents ans.
    • Discrétion (capacité à pouvoir se fondre dans le décor) : s'introduire et se faufiler dans un lieu sans bruit et sans être vu est la base de tout bon voleur et assassin. Siriel sait donc évoluer sans se faire repérer et se camoufler.


    PHYSIQUE:

    Siriel est une sindarin assez impressionnante par le mystère qu'elle dégage. C’est une belle jeune femme à la peau bleutée, aux cheveux si noirs qu'ils en sont presque bleus. Mesurant 1m70 et 57kg, elle est fine et élancée, avec un corps un peu musclé qui laisse entrevoir qu'elle a une certaine force et agilité. Chose qui se confirme assez vite quand on la voit se mouvoir ou combattre. Son visage est fin, avec des yeux gris très clairs participant à l'effet général qu'elle dégage.

    Avec sa tenue composée d'une brassière, d'épaulières, une tassette avec un pagne, des gantelets, des protèges avant-bras, des bottes et ses armes, on a guère de doutes pas sur le fait que ceci n'est pas pure décoration. Toutes ses pièces d'armure sont ouvragées avec des courbes, leur donnant plus d'élégance qu'un équipement basique. Elle a mit le prix dedans, les faisant faire sur mesure, cherchant en plus de la qualité et d'être à l'aise avec, une allure féminine. Elle est peut-être assassine, mais cela ne l'empêche pas de conserver sa féminité. Souvent, elle revêt une cape lui cachant le visage, ce qui la rend encore plus mystérieuse.

    Sa voix est claire, assez douce et elle parle de manière posée. Peut-on penser en la voyant la nature de ses activités ? Possible à son équipement bien qu'on puisse la penser aussi aventurière ou quelque chose dans le genre. Mais imaginerait-on qu'elle est une tueuse sans pitié ? Sans doute pas, beaucoup s'imaginant que les assassins sont des gens avec une tête malsaine et pour ceux qui la connaissent sous ses surnoms, qu’elle est une horrible femme portant la cruauté sur son visage. On ne sait donc pas toujours quoi penser d'elle quand on la croise comme cela et elle confirme bien que les apparences sont trompeuses.

    PERSONNALITÉ:
    La première question que l'on peut se poser au sujet de Siriel est si elle est une bonne ou mauvaise personne. Bien que tout le monde s'accordera sur le fait qu'elle est une personne pouvant être dangereuse pour un peu que l'on soit dans sa ligne de mire, certains diront qu'elle est une mauvaise personne, car elle a les mains pleine de sang, d'autres l'apprécieront voyant en elle une aide ou alliée intéressante. Siriel ne se voit ni l'un ni l'autre. Assassiner est pour elle un geste habituel. Afin de vivre, certains fabriquent des objets, d'autres cultivent la terre, font de la politique ou autre chose. Elle elle tue. On peut lui dire ce que l'on veut à ce sujet, elle dira que le monde est comme cela, qu'au même titre que de faire la guerre, il y a des bonnes ou mauvaises raisons de vouloir tuer quelqu'un et comme les batailles, il faut bien que quelqu'un le fasse.

    Parmi les assassins il y a de tout comme mentalité et Siriel n’est pas forcément la plus mauvaise. Droite et de confiance, elle est franche et quand elle s'engage sur quelque chose elle le fait, sans regarder le pourquoi de la chose, cela regarde le commanditaire, pas elle. Si en cours de travail on tentait de l'acheter pour ne pas qu'elle accomplisse sa tâche elle refuserait (bien qu'avec elle, on est mort avant d'avoir pu proposer quelque chose, si encore on a eu le temps de la voir arriver). Dans sa manière de tuer elle a deux principes de base : ne jamais piéger sa victime en jouant sur des sentiments et une mort rapide sans souffrance. Elle n'ira jamais séduire ou manipuler quelqu'un pour le tuer après. Réfléchie, elle ne procède jamais au hasard et ne renonce jamais. Si elle venait à échouer, cela n'était que partie remise. Elle est fidèle à sa réputation que quand elle prend un contrat, c'était comme si la personne était déjà morte. Elle n'aime d'ailleurs pas cette réputation et est hérissée quand on parle d'elle comme 'la ''fameuse'', la ''célèbre'' ou pire la ''légendaire''. Elle ne fait pas ce métier pour la gloire ou entrer dans les annales et cette réputation est à relativiser. Certes elle exerce depuis assez longtemps, pour être connue du milieu, mais son nom, enfin plutôt ses surnoms ne restent connus que dans des cercles très restreints du milieu et quelques personnes, commanditaires régulières ou de son réseau. Mais bon, elle sait du coup profiter de cette petite notoriété en faisant payer plus cher ses tarifs car comme elle le dit si bien ''s'ils veulent de la légende, ils en auront alors pour leur argent''. Elle a la sagesse de sa race, dans sa manière de voir et analyser les choses et aime se cultiver, lisant souvent des livres traitant de choses tout aussi diverses. Elle est très prudente, utilisant parfois des intermédiaires, ne montrant presque jamais son visage, ne dévoilant jamais son véritable nom, pour préserver qui elle est, au point que peu de monde ne connait bien son visage. Quand elle va à la rencontre d'un commanditaire, elle surgit souvent de nulle part, n'importe quand et jamais de la même façon, histoire de rappeler qu'il ne vaut mieux pas tenter de la rouler car elle peut venir se venger à tout moment. Elle est impitoyable envers ceux qui la trahissent ou se posent en ennemis.

    Elle a travaillé avec presque tous les clans possibles, depuis plus de deux cents ans et n'appartient à aucun. Pas d'amis, pas d'ennemis. Même si on pouvait la dire membre des Ladrinis, elle ne s'est jamais considérée vraiment comme l'une des leurs dans la mesure où elle en a tué. Cependant, cela était valable jusqu'à ce qu'elle intègre les Eryllis, ce qui a entrainé quelques changements pour elle. Bien que cela fasse un petit moment qu'elle soit à Samhach, elle n’est toujours pas véritablement intégrée au clan, laissant planer un doute sur elle, mais elle s'en moque. Restant souvent en marge, intriguant, parlant peu de son passé, souvent en déplacement hors de la cité. Siriel est habituée à travailler seule, mener une vie de solitaire et d'être souvent en déplacement. Même si elle avait mis de côté ses activités, ses vieilles habitudes sont restées ancrées et ont finies par revenir, un peu forcées par les circonstances. Mais malgré les apparences, elle sait reconnaître ses alliées et ses lames n’iraient jamais contre eux (ou elles). Au contraire, c'est pour aider le clan qu'elle a été amenée à reprendre ses activités, sans pour autant le dire aux autre Eryllis. Dans le fond elle est reconnaissante de ceux et celles qui l'aident, même si cela n'est pas forcément transcendant. Mais elle ne cherche pas non plus la reconnaissance, elle fait pour elles ce qu'elle estime nécessaire.

    HISTOIRE:


L'histoire de Siriel débute il y a un peu plus de trois cents ans, dans la région d'Amaryl. On ne peut guère dire grand chose sur sa famille et leurs activités. Comme beaucoup d'habitants à cette époque, il disparurent à cause des maladies rongeant la région et Siriel était bien trop jeune pour s'en souvenir. Orpheline alors qu'elle était encore au berceau, elle fut recueillie par des proches de sa famille décidés à fuir la cité et ses fléaux pour rejoindre Hesperia ou du moins la région centrale du monde, bien plus clémente. Malheureusement leur route devait passer dans la région de Ridolbar où les attaques étaient récurrentes à cause de la misère de la zone. Mais le chef de famille décida de courir le risque, après tout, les brigands étaient aussi dangereux que les maladies qui frappaient Amaryl. On ne peut dire si dans leur cas la maladie aurait été moins dangereuse, car ils tombèrent sur un groupe de maraudeurs qui les attaqua pour piller leurs biens. Ils n'eurent aucune pitié tuant presque tout le monde. A la fin il ne restait que la femme du chef de famille tenant Siriel contre elle et les suppliant de les épargner. Les brigands la tuèrent quand même, laissant Siriel à son propre sort. Cependant, une femme parmi les brigands ne pu se résoudre à la laisser comme cela et ils l'emportèrent avec eux à Ridolbar. Son prénom, ils le connaissaient par la femme qui la tenait, car elle l'avait prononcé et pour le nom, ils lui en donnèrent un, ne lui en attribuant pas un des leurs.

Ainsi le destin avait décidé très tôt du milieu dans lequel évolua Siriel. Dès qu'elle eut l'âge, sa nouvelle famille commença à lui enseigner leur profession, cependant la sindarin montra également de l'intérêt pour des choses d'ordre plus général tels que : la lecture, l'écriture et divers savoirs. Le chef de la bande bien que sceptique au départ n'y vit finalement pas d'objection au final, se disant que si quelqu'un dans la bande avait un peu plus d'instruction, cela ne serait pas un mal. Il la plaça dans une école de la cité, tenu par un vieux terran, une de ses personnes tentant de sauver quelques jeunes enfants de la cité pour qu'ils ne sombrent pas comme d'autres habitants. Ainsi Siriel allia les cours du vieux bonhomme et ceux de sa famille. Quand elle eut l'âge, les exercices pratiques commencèrent ; on l'emmena dans des expéditions, on lui apprit à se défendre avec un couteau pour commencer puis avec une dague quand elle fut plus grande. Elle se révéla prometteuse commençant à savoir se cacher, avancer sans bruit, maniant assez bien les armes pour son âge et dans d'autres petits exercices.

Malheureusement, Siriel était sindarin et n'était pas à son âge adulte, que sa famille avait bien vieillit et elle les enterra un à un, pour ceux qui n'avaient pas été tués dans...l'exercice de leurs fonctions pour ne pas utiliser une formulation trop péjorative. Elle passa donc de bandes en bandes jusqu'à atteindre son âge adulte, poursuivant son initiation. C’est dans la dernière bande qu'elle débuta ses activité d'assassine. Les petits vols n'étaient pas leur créneau car ils étaient un groupe assez important du milieu qui menait des affaires de plus haut niveau et n'hésitait pas à écarter les rivaux. Ils avaient un assassin redoutable, pour s'occuper des exécutions mais suite à une blessure à la jambe, il ne pouvait plus exercer. Le chef de bande avait repéré la sindarin, car elle avait quelques capacités intéressantes selon lui, mais qu'elle ne savait visiblement qu'utiliser qu'en surface. Il vit donc en elle une potentielle remplaçante de son assassin et essaya de la recruter. Siriel prit un temps de réflexion de quelques jours, n'ayant jamais eu en tête de prendre cette spécialisation, bien qu'elle avait déjà fait couler le sang et que cela ne lui remuait plus l'estomac depuis un moment. Elle accepta la proposition, car assassin était au-dessus d'autres activités. Ils étaient plus recherchés car il y en avait moins, mieux payés, plus craints et respectés et sous certains angles ils y avait plus d'honneur à tuer que piller, bien que cela soit vraiment une question de point de vue. De plus, elle avait avec cette proposition la perspective d'être instruite pour mieux développer ses talents auprès d'un ancien assassin, ce qui était intéressant.

Son instructeur se nommait Beorn et il lui enseigna tout ce qu'il savait : les ficelles du métier d'assassin, à mieux se battre avec ses dagues, car bien qu'ayant progressé et combattant avec deux dagues, elle devait encore s'améliorer. Il lui apprit à tirer à l'arbalète, lui fit perfectionner son lancé de couteaux, mieux se dissimuler. Mais mieux encore, il lui apprit à développer de nouvelles capacités. Le tout comme auparavant était allié avec la pratique, car savoir comment tuer quelqu'un théoriquement c'était bien, réussir quelques exercices aussi, mais le terrain était le meilleur lieu d'apprentissage. Siriel tua donc pour cette bande, s’améliorant d'années en années et elle atteint l'âge adulte à peu près en même temps que le chef de bande disparut. Son successeur n'était guère quelqu'un d'appréciable dont la carrière de meneur fut courte. Un soir il tenta par la force d'attirer Siriel dans sa couche et elle le tua. La bande n'ayant aucune personne pour la mener véritablement, elle s'effondra d'elle-même, chacun allant rejoindre un autre groupe ou se mettant à son compte. Siriel resta quelques temps auprès de Beorn devenu vieux et quand il décéda, elle se mit à son compte et débuta véritablement sa carrière.

Les premiers temps ne furent pas des plus faciles pour démarrer. Certes, elle avait des relations, mais décrocher les premiers contrats sans être connue, cela n'était pas facile. Elle débuta avec de petits assassinats, la plupart dans Ridolbar, concernant des rivalités entre bandes. Petit à petit elle parvint a obtenir de meilleurs contrats et également à sortir de la cité. Nous n'allons pas résumer toutes les missions de sa carrière, cela serait bien trop long à raconter, si ce n'est que dans ces premières missions, elle connut plus de difficultés avec quelques échecs, que par la suite. Cités inconnues, manque d'expérience en tant qu'indépendante, c'est au fil des années qu’elle prit ses repères et qu'elle affina ses manières de procéder. Un de ses premiers objectifs fut de réunir assez d'argent pour se faire fabriquer un équipement de qualité. Elle put le faire forger à Canopée où elle trouva un forgeron sindarin dont elle avait entendu parler du travail. Au bout d'une dizaine d'années à peu près, elle pouvait accéder à des contrats un peu partout dans Isthéria et on peut dire facilement qu'au bout de vingt ans elle avait des missions partout. Trente ans plus tard, sa réputation dans le milieu était établie, car elle avait déjà assassiné à peu près partout et pour toutes les factions et surtout, elle était encore en vie et entière, ce qui n'était pas le cas de tous les assassins. Elle avait eu quelques blessures, certaines cibles se révélant surprenantes, mais globalement peu échappèrent à ses lames.

Cent ans s'étaient écoulés environ quand arriva la Grande Félicité. Réjouissances pour la majorité des populations, mais baisse de la criminalité, ce qui ne fut pas bon pour le milieu. Cependant cela ne gêna guère Siriel, bien au contraire. Moins de meurtres mais des assassinats qui valaient plus chers car ciblant plus haut. Elle avait déjà tué pour des gens biens placés en même temps que pour d'autres milieux, mais durant cette période les commanditaires étaient régulièrement mieux placés. Cela fut bon pour ses affaires et lui permit de conforter son réseau de relations et d'investir dans des planques à Hellas et Hesperia, où cela était plus cher. Elle put mettre ainsi pas mal d'argent de côté durant cette période et vivre sans avoir à se préoccuper des frais. Elle pouvait presque se permettre à certaines périodes de refuser du travail, mais elle savait que durer dans le métier (en plus de rester en vie) passait aussi par montrer qu'on était toujours là.

Environ un siècle s'écoula, quand les choses devinrent moins faciles. Le monde évoluait, les mentalités aussi, des clans qui étaient considérés presque comme disparus resurgirent. Cela était l'occasion de nouvelles affaires, mais aussi de nouveaux problèmes. Le premier fut l'Ordre d'Oris dont elle assassinat un membre qui avait dû mettre son nez dans des histoires de nobles et qu'il n'aurait pas dû. Le tuer ne fut pas un souci, elle le débusqua dans une auberge dans laquelle il ne se réveilla pas le lendemain. Le problème fut ses amis qui décidèrent de retrouver les coupables. Généralement, les alliés des victimes cherchaient les commanditaires avant tout, ne pouvant mettre la main sur l'exécuteur, à moins que celui-ci ne soit négligeant et laisses des traces menant à lui. Seulement ceux-ci se mirent en tête d’attraper également l'assassin. Bien qu'ils ne découvrirent rien ne les mettant sur sa piste, Siriel apprit tout de même que quelques personnes furent interrogées dont un de ses intermédiaires qu'on ne revit pas. La seconde alerte fut dans Ridolbar où un ou deux de ses contacts furent tués ainsi qu'un intermédiaire. Après avoir enquêté, il semblait qu'un ou deux concurrents voulaient lui couper un peu de l'herbe sous le pied, n'appréciant peut-être pas sa main mise sur certains contrats. Cela ne la bloquerait pas autant que cela, mais néanmoins, on essayait de lui tirer dans les pattes et elle ne pouvait trouver les fautifs, pour mettre les choses aux clairs avec eux ou les mettre hors course. C'est la troisième alerte qui survint quelques mois après à Thémisto qui fut la plus importante. Elle avait travaillé pour un Cavalier de Sharna, afin de tuer un assistant du maire d'Hesperia. Elle avait déjà travaillé pour des cavaliers et tout c'était déroulé sans problème, mais cette fois-là, au retour, il lui proposa de l'engager pour en faire son assassin personnel. Siriel refusa désirant garder son indépendance et visiblement, elle n'avait pas vraiment le choix de la réponse, le cavalier sortant son arme. La réponse de Siriel resta identique et elle dû tuer le cavalier, ce qui ne se fit pas sans peine. Avec sa grosse armure ce ne fut pas aussi facile que d'habitude, d'autant qu'il était combattant émérite. Siriel quitta la cité, avec une vilaine entaille au flanc et quelques blessures.

L'assassine s'enfuit vers l'Est, direction Ridolbar, mais sa blessure la ralentissait. Elle aperçu au loin, un bois de la route et décida d'aller s'arrêter là-bas, pour essayer de se soigner comme elle pouvait. Mais affaiblie elle n'alla pas loin tombant de cheval. Sa chance fut d'être ramassée par une Terran qui passait par là. Elle s'appelait Ethaine et elle la soutint jusqu'au fameux bois où elle l'aida pour se soigner. Lorsqu'elle entrouvrit la cape de Siriel, elle ignora ses dagues et continua de l'aider et veilla sur elle plusieurs heures jusqu'à ce qu'elle se réveille. Elles discutèrent un moment, Siriel tentant de faire le point sur sa situation dans sa tête. Il était assez clair que sa carrière prenait un mauvais tournant, il fallait qu'elle prenne du large et que cela se tasse. Ethaine l'emmena dans une vieille cabane un peu plus au Nord, une région assez isolée le temps qu'elle se remette. Elles continuèrent de discuter un peu, Siriel n'étant pas très causante, mais du peu qu'elle dit, l'idée de peut-être prendre peut-être tout simplement sa retraite l'effleura. Le métier de Siriel ne fut jamais évoqué dans leurs discussions, mais Siriel savait qu'Ethaine avait compris. La Terran était loin de lui faire confiance, mais elle lui proposa tout de même de rester avec elle le temps nécessaire. Ethaine était quelqu'un de très altruiste et malgré ce qu'était Siriel, elle était prête à l'aider si celle-ci acceptait son assistance. L'assassine hésita mais partit quand même, ne serait-ce que pour régler quelques affaires, telles que recevoir son paiement et également récupérer Soresh qu'elle avait laissé à un de ses contacts qui bizarrement s'entendait avec l'animal.

Une fois tout ceci réglé, il lui fallut décider quoi faire. Rester dans une des cités tranquillement était une possibilité, mais malgré ses mesures de prudences lorsqu'elle travaillait il restait un risque. Non, il fallait qu’elle éclipse totalement durant un temps. Elle avait peu d'options et rejoint Ethaine, prenant soin de laisser Soresh en liberté autour d'elle. Les semaines s'écoulèrent, des mois même, durant lesquels Ethaine l'observa pour voir si l'envie de reprendre ses anciennes habitudes revenait. Il n'en était rien, Siriel avait délaissé sa tenue d'assassine et son équipement, les rangeant dans un sac contre un simple habit. Chaque jour, elle allait voir Soresh discrètement et se montrait tranquille. Finalement Ethaine jugea que malgré les doutes restants sur Siriel, plus à cause du nombre d'années qu'elle avait assassiné, qu'il était temps de l'introduire à Samhach. Elle lui parla peu à peu des Eryllis, dont Siriel avait entendu des rumeurs, pour l'amener étape par étape parmi elles.

Ainsi Siriel arriva dans la cité forestière de ces femmes, parrainée par Ethaine. Son intégration fut placée sous la méfiance immédiatement. Sans que personne ne sache son passé, seule Ethaine le connaissant, toutes les femmes qu'elle croisait lui faisait sentir que malgré sa présence elle n'était pas encore une d'elles. Mais elle était prévenue, cela était le cas pour toutes, bien qu'elle sente que les Eryllis se méfiaient plus d'elle que d'autres nouvelles. Ce qui ne l'aida pas fut la présence de Soresh remarquée autour de la ville. Certaines s'inquiétèrent de cette louve rodant jusqu'à ce que Siriel siffle pour l'appeler, révélant qu'elle était à elle. Cela accrut la méfiance d'Ethaine envers elle, lui ayant caché l'existence de la louve, mais cela ne diminua pas la méfiance des autres également. Ethaine n'en tint cependant pas trop compte longtemps, semblant désirer offrir à Sirel une vie différente. Elle lui proposa plusieurs logements et la sindarin opta pour un en bord de la ville tranquille. De nouveaux mois s'écoulèrent où elle effectua diverses tâches, pour s'occuper et gagner un peu d'argent, même si elle en avait apporté avec elle. Vint le moment ensuite le moment ou Ethaine dévoila les secrets pour trouver la cité, accordant sa confiance à Siriel, ce dont elle était l'une des rares à faire. Cela fut assez mal vu qu’elle lui enseigne car d'autres ne voulaient sans doute pas encore qu'elle le sache. Siriel ne bougea pas cependant, restant parmi les Eryllis et ne quittant pas la forêt.

Trois ans s'étaient écoulés depuis que Siriel avait rencontré Ethaine. Sa situation n'avait guère changée auprès des autres Eryllis, mais elle n'en tenait pas rigueur. Après tout, elle avait vécu des décennies seule, cela ne lui faisait ni chaud ni froid. Il était temps cependant pour elle de sortir de la forêt de Sphène car il ne restait plus grand chose des dias qu'elle avait pris. Malgré ce qu'elle avait gagné ici, ses économies avaient fondues, car il fallait l'avouer, son ancien travail lui rapportait bien plus. Elle devait aller chercher de quoi renflouer ses caisses et décida donc de partir à Ridolbar les chercher où elles étaient gardées par quelqu'un de confiance. Ethaine s'inquiéta de ce départ et voulu l'accompagner craignant qu'elle ne retombe dans ses anciennes activités. Mais Siriel refusa, compte tenu de la dangerosité du quartier, même si Ethaine savait se défendre. La sindarin savait où passer, comment se comporter et les codes et seule elle n'aurait pas de problèmes. De plus elle ne voulait pas entrainer la Terran dans ce genre d'endroits. A la nuit tombée, elle renfila son ancienne tenue et fila vers la ville des truands. Il fallait l'avouer, quand elle remit sa tenue et repartit sur les routes, cela lui procura une sensation dont elle réalisa que cela lui avait manqué. A Ridolbar, son ''banquier'' fut assez surpris de la revoir, car visiblement, son retrait avait marché. Même si on l'avait pas oubliée, on ne s’occupait plus d'elle, faute de nouvelles et ses anciens poursuivants avaient fini par attraper ceux qui l'avaient payée ou s'étaient tournés vers d'autres choses. Quoiqu'il en soit, elle prit son argent et retourna à Samhach.

A son retour, elle ne trouva pas Ethaine, qui avait dû partir on ne savait où. Mais deux jours après, une Erillys dont Siriel ne connaissait pas le nom revint avec un chariot portant la dépouille d'Ethaine. Surprise générale et attroupement pour écouter la jeune femme. Siriel était là, pour savoir ce qui était arrivé à sa bienfaitrice, avec un mauvais pressentiment qui se confirma. Ethaine avec cette jeune femme étaient allées à Ridolbar et elle avaient fait une mauvaise rencontre. Siriel secoua la tête, se doutant qu'Ethaine avait voulu la suivre pour la surveiller. Elle l'avait pourtant prévenu pourquoi elle ne voulait pas qu'elle vienne. Ethaine avait été stupide d'autant qu'elle n'avait même pas dû pouvoir trouver sa trace dans la cité. La jeune femme était lourdement éprouvée de ce qui c'était passé et rejeta la faute sur Siriel devant tout le monde. La sindarin se contenta simplement de dire la vérité : qu'elle avait refusé qu'Ethaine ne vienne avec elle pour éviter un incident et qu'elle n'aurait pas dû la suivre. Sentant le regard de toutes, elle tourna les talons et n'alla sur la tombe d'Ethaine que la nuit tombée après tout le monde.

Les semaines suivantes furent plus lourdes. Les regards suspects envers elle se firent plus oppressants que jamais, beaucoup se demandant pourquoi elle était allée dans des quartiers malfamés de Ridolbar et qui elle était vraiment. Siriel finit par quitter la ville histoire de prendre l'air. Elle passa par Hesperia avant d'arriver à Tyrhénium où elle revit une de ses anciennes relations. Alors qu'ils discutaient simplement, il lui dit les potins du milieu et le genre de contrats en cours, dont deux d'entre eux qui étaient liés, attirèrent l'attention de la sindarin. Le premier était très récent, celui d'un noble dont la femme s'était enfuie il y quelques heures avec une forte somme. Il voulait qu'on la tue et lui ramène l'argent. En parlant, ''l'ami'' de Siriel lui dit que la femme serait partie avec une femme que son mari n'avait jamais vu, mais qu'elle disait être une amie. La sindarin tiqua, d'autant que d'autres informations que l'homme ajouta sonnaient comme le fait que l'amie était une Eryllis. Il parla ensuite de l'autre contrat, qui concernait en fait le commanditaire du premier contrat. Siriel avait déjà travaillé pour celui qui l'avait passé et il voulait la mort du commanditaire du premier contrat et...l'argent qui devait être celui dérobé par la femme vu la somme identique. Cela sentait l'argent que devait le mari dérobé par la femme, mais elle ne chercha pas à comprendre plus loin. Siriel demanda qui était sur le coup et l'homme lui dit que celui pour les fuyardes, un groupe était en route pour prendre le contrat. Elle prit alors le second contrat, prétextant qu'il était mieux payé de toute manière, ce qui était vrai en plus.

Elle ne perdit pas de temps, car il fallait agir vite si elle voulait réussir le plan qu'elle avait en tête, c’est à dire accomplir le contrat et sauver les fuyardes. Elle se mit à la poursuite des deux femmes qui, heureusement étaient à pied. Elle ignorait si les assassins les poursuivants étaient à chevaux, mais si c'était le cas, elle bénéficiait d'un avantage : elle savait le chemin qu'elles prendraient. Elle ne se trompa pas et retrouva leurs traces. Malheureusement, elle les avait trouvé trop facilement et les poursuivants y parviendraient également. Elle les trouva dans un bois et reconnu l'Eryllis, une sylphide qui se prénommait Elycla. Au début Elycla fut sur ses gardes et quand elle aperçu le visage de Siriel fut rassurée...en partie. Elycla lui demandait ce qu'elle faisait ici et Siriel lui expliqua qu'elles étaient suivies. Au questions du pourquoi du comment elle savait cela, Siriel éluda les réponses lui conseillant de prendre un autre chemin vers Samhach, plus long mais que les poursuivants ne prendraient pas. Elyclas rechignant, Siriel se montra plus sèche dans ces propos jusqu'à ce que la protégée d'Elyclas avoua la nature de l'argent qu'elle avait emporté. Cela convainquit Elyclas, qui suivit les conseils de Siriel de changer de route et également de confier l'argent à l'assassine. Quand elles allèrent se séparer, Elycla demanda à Siriel si elle allait les rejoindre après à Samach. La sindarin répondit simplement ''plus tard'' mais elle laissa le nom d'une connaissance à Hesperia pour la contacter.

Siriel attendit les poursuivants et quand ils arrivèrent, elle leur expliqua qu'elle avait tué les fuyardes et prit l'argent et que donc, ils étaient arrivés trop tard. Comme ils étaient quatre, ils trouvèrent une bonne idée de vouloir la tuer pour toucher la récompense, n'appréciant pas trop au passage de s'être fait doublés. Quand ils foncèrent sur elle, les choses se passèrent rapidement. Le premier reçu un couteau de lancer dans le front, puis elle s'élança avec ses dagues sur les autres. Elle se rendit invisible deux secondes et passa dans le dos du second pour éventrer le troisième, réapparut et planta une dague dans le ventre du quatrième et sauta pour trancher la gorge du dernier en passant à côté de lui. Ne lui restait plus qu'à aller voir le noble pour le tuer, ce qui fut assez aisé. Sa maison n'était pas gardée, donc elle put s'en approcher facilement, traverser le mur, l'égorger et ensuite aller chez le véritable client pour toucher la récompense. Avec un ancien client et son intermédiaire, cela suffit pour qu'à Tyrhénium on sache qu'elle était de retour. Mais voulait-elle vraiment reprendre ? Retourner à Samhach ne lui disait pas encore. Elle se sentait d'une manière Eryllis par le temps passé avec elles, mais les autres ne la voyaient pas forcément encore comme l'une des leurs. De plus, entre ce qui s'était passé avec Ethaine et ce qu'allait raconter Elycla, elle entrevoyait plusieurs choses qui pouvaient l'attendre là-bas. Elle choisit de commencer par reprendre ses activités et n'eut pas de contact avec Samhach. Elle avait besoin d'argent et c'était son métier après tout, elle avait ça dans le sang. Cela dura plusieurs mois, le temps qu’elle rétablisse son réseau, renouant des contacts et remplaçant les disparus, puis de faire savoir dans plusieurs villes qu'elle était de retour. Le reste suivit tout seul, en peu de temps les choses étaient comme avant. Dès qu'elle aurait le temps, elle retournerait à Samhach, à moins qu'elle ne reçoive des nouvelles via l'intermédiaire dont elle avait laissé le nom à Elycla. Dans ce cas elle irait alors à la rencontre de ses sœurs Eryllis de suite...


COMPAGNON
Soresh



    PRÉNOM: Soresh

    SEXE:

    POUVOIR: Instinct supérieur
    Soresh est capable de toujours savoir où se trouve sa maîtresse exactement. Si elle s'éloigne trop ou sent que quelque chose ne va pas, elle la rejoindra d'elle-même avec plus de facilité que d'autres animaux.

    DESCRIPTION:

Siriel Loroth Soresh

Animal sauvage que Siriel récupéra à la naissance chez un marchand de Ridolbar, Soresh est une louve noire quelle l'a dressée elle-même pour qu’elle lui obéisse au doigt et à l'oeil. Bien que Soresh ne semble pas aussi sauvage qu'une louve non-apprivoisée quand elle se tient à côté de Siriel, elle sort les crocs si on l'approche et généralement, Siriel est la seule à pouvoir la toucher. La véritable nature sauvage de l'animal ressort le plus quand elle attaque si on s'en prend à sa maitresse ou si elle lui ordonne de le faire. L’animal est féroce et endurant, ne relâche pas sa proie avant de l'avoir tuée et est capable de la traquer sur des lieux. Il est également possible de voir sa véritable nature quand Siriel la laisse dans la nature en marge d'une cité où la louve reprend ses habitudes naturelles. En effet, si la mission de Siriel venait à échouer et qu'elle devait fuir, si la louve était repérée et suivie, cela pourrait remonter à elle.



MONTURE
Sheran



    PRÉNOM: Sheran
    SEXE:

    DESCRIPTION:

Siriel Loroth Sheran

Un étalon noir, robuste et fiable, pouvant parcourir de longues distances. Il n'y a rien de plus à dire, l'animal n'ayant rien de particulier.


Dernière édition par Siriel Loroth le Lun 5 Déc - 10:29, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
:: L'Eryl ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Sighild
:: L'Eryl ::
Sighild
MessageSujet: Re: Siriel Loroth   Siriel Loroth Icon_minitimeVen 2 Déc - 1:52

Bonjour et bienvenue sur Istheria!

Si tu as la moindre question, n'hésite surtout pas à faire appel à moi chère consœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Re: Siriel Loroth   Siriel Loroth Icon_minitimeVen 2 Déc - 15:15

Merci ^^

J'ai pas mal fouiné plusieurs jours (et commencé le perso) avant de m'inscrire et j'ai pu poser des questions aux personnes qui m'ont fait connaître le forum. Mais je n'hésiterai pas si j'en ai besoin, c'est possible quand je vais avancer dans l'histoire :)
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Re: Siriel Loroth   Siriel Loroth Icon_minitimeDim 4 Déc - 16:26

Je me permets de double poster pour signaler que j'ai fini. Si vous aviez lu ce que j'avais déjà mis, j'ai fais quelques modifications et j'ai aussi fais une relecture pour les fautes et tournures de phrases (j'avais pas fais).

Sinon je n'ai pas inclus de personnage connus ou joués pour éviter des erreurs (même si certains j'ai lu leur histoire), je pourrai voir avec eux la nature de leurs relations avec Siriel par la suite au cas par cas au fil des rp.

Voilà, après s'il y a des choses à corriger il n'y pas de soucis, j'ai essayé d'éviter les erreurs mais des détails ont pu m'échapper ^^
Revenir en haut Aller en bas
:: L'Eryl ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Sighild
:: L'Eryl ::
Sighild
MessageSujet: Re: Siriel Loroth   Siriel Loroth Icon_minitimeLun 5 Déc - 16:14

Et nous revoilà!! Pardonne moi de l'attente!

Tout me paraît en ordre et le parcours de ton personnage est vraiment intéressant! Je suis fan!

Fiche validée


Tu vas pouvoir dès maintenant ouvrir ton compte en banque, ta boîte aux lettres ainsi que ton journal.
Il faudra également que tu passes dans la zone évènementielle pour faire ta demande de rang.



Bienvenue parmi nous:!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Siriel Loroth   Siriel Loroth Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Siriel Loroth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Quête] La Mort au creux de la main II [PV Siriel-Ision]
» La Mort au creux de la main [PV Siriel-Ision]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Gestion des PersonnagesTitre :: • Inscription & Présentation :: • Cimetière-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !