Ascension et Beauté

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 7
• Eclaris: 6
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 5
• Nérozias: 6
• Gélovigiens: 5
• Ascans: 2
• Marins de N.: 7
• Civils: 21

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Langdum Mois:Cladil
[Mai/Juin en temps réel]

Tableau d'honneur

Allaatkasik
Profil
Fiche

Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Ascension et Beauté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Ascension et Beauté   Ascension et Beauté Icon_minitimeJeu 12 Jan - 1:14

Lettres, Pigeons, Invitations directes, Ision avait fait les choses en grands, dans sa demeure à quelques kilomètres d'Hespéria, à vrai dire, elle ressemblait plus à un palais qu'à une demeure. Il l'avait fait construire au fil des siècles. Officiellement il s'agit d'un héritage de la grande lignée des Lorindiar qui l'on précédé, bien évidemment, il s'agit toujours d'un seul et même homme, mais cela, peu de gens le save et très peu sont encore en vie pour l'attester. C'était donc une magnifique demeure au milieu de la vaste plaine, cachée au milieu des bois, elle était simplement grandiose et majestueuse, avec des jardins de toute beauté, une éternité de profit et de noblesse était en ce lieu réunis, à vrai dire, c'était là qu'Ision avait battit, il y a trois siècle, une simple maison de campagne qu'il va fait agrandir, encore et encore, pour finalement lui donner cet aspect...

Ascension et Beauté Visite_vue_aerienne
(désolé je n'ai pas d'image de manoir/chateaux d'univers fantasy, c'est d'un compliqué à trouver!)

Pour Esméralde, il lui avait porté en personne une invitation quelques jours auparavant, il avait invité Sighild à venir lorsqu'ils s'étaient rencotnré dans les ruines de Taulmaril pour lui prouver qu'un sylphide n'était pas uniquement ce qu'elle pensait, Irina ... s'était plus ou moins invité d'elle même sans l'accord explicite du lord, Chrysallia était l'invitée d'honneur, le lord l'avait fait cherché et lui avait présenté le lieu où allait se dérouler les festivités quelques jours auparavant, le maire et le prince avaient également reçu une invitation, mais le lord n'avait reçu aucune réponse de leur part (à Sighild de juger s'ils sont venu ou non). Le reste des invités étaient des connaissances d'Ision, des gens du peuple et de ses propres gens de maison (cf. Mes chroniques personnelles), tous étaient magnifique habillés, les gens du peuple avaient fait ce qu'ils avaient pu pour trouver des affaires respectable et loin était l'idée pour Ision de vouloir les railler ou quelque chose de ce genre! Il aimait le peuple pour l'intérêt qu'il pouvait lui porter et surtout parce que la plèbe était facile à manipuler, s'il avait le peuple dans le creux de sa main, alors il était plus puissant que les Rois eux même.

Mais quoiqu'il en soit, la cours du château était immense et Ision était là, dans ses superbes vêtements bleu cousu de fil d'or, il y avait un seul "hic"... ses yeux, le lord n'avait pas trouvé le temps d'aller chez un médecin et les sylphides exerçant cette profession à Hespéria ne faisait pas légion. Il avait donc opté pour des soins basique et un simple bandeau de tissu bleu sur ses yeux pour ne pas incommoder ses invités du piètre spectacle qu'il avait à offrir. Son don de voyance lui permettait de prédire l'avenir toujours quelques secondes en avance, lui permettant ainsi de "voir" malgré sa cécité, il devinait et ses longues années d'expériencs lui permettait de pallier relativement bien à ce handicap...

Quelques heures auparavant, dans une des chambres de la demeures...

Ision venait d'entrer dans la suite réservé pour Chrysallia, chaque invité s'était vu également attribué une magnifique suite, en fonction de ses origines et de sa races elles avaient été aménagés différemment. Mais dans chaque chambre, Ision avait fait déposé un thé différent, celui que ses invités avaient dégusté avec lui lors de leurs premières rencontres. Le lord était déjà prêt, magnifique, sur la gamine s’affairaient de nombreuses couturières qui lui ajustaient une dernière fois sa robe, bleu également. Le lord se mit alors à sa hauteur...


"Bientôt tu sera nommé Dame et ceux d'en haut comme d'en bas te regarderont avec envie, car peu ont eut ta chance, Chrysallia, ton nom est semblable aux majestueuses chrysalides d'où sortent les papillons et ce soir, tu deviendra l'un des plus beau qu'il m'ait été donné de rencontré. Je sais que nous nous sommes peu vu et que je reviens vers toi avec un corps en bien piteux état, mis je dois te signifier quelque chose, j'ai signé hie les papiers d'adoption pour un jeune garçon, Véto Havelle, il est encore dans les terres du Nord, mais j'espère le voir bientôt. Tu sais pourquoi je ne peux pas t'adopter n'est ce pas? Mais tu sera toujours la bienvenue chez moi, tu es une petite fille pleine de classe et de ressource. Aller prépare toi à présent, tes invités ne vont pas tarder..."

Il se releva et fit demi tour pour sortir...

"Oh au fait... ta louve pourra être de la cérémonie, je ne compte pas brider à ma jeune consoeur son plaisir. J'ai également fait inviter tes parents et ceux qui t'étaient chers, tu pourra les voir lors de la cérémonie..."


Temps présents...

Le moment était venu, la première voiture approchait, à chaque invité, un Hérault criait le nom et le rang, Ision était majestueux sur les marches, à côté de lui, Chrysallia, derrière eux, la garde rapprochée du Lord. Dans la salle juste derrière, une immense table, une centaine d'invité était prévue. Table qui donnait sur l'immense salle de bal, Ision avait couvert son visage avec un masque, faire de cette fête un bal masqué lui permettait de dissimuler son handicape. Son masque était simplement blanc ivoire, recouvrant l'intégralité de son visage.


Spoiler:
 

Le jour commençait à décliner, il était 17h environ, suffisant à Ision pour accueillir tous le monde avant de passer à table. Le plus beau bal jamais organisé par le lord allait avoir lieu...

HRP: Alors voilà je plante le décor, désolé si c'est un peu sommaire, vous pouvez me poser toutes vos questions via mp j'y répondrai avec plaisir, en espérant que vous trouverai plaisir à rp tous/toutes ensemble ici FIN HRP
Revenir en haut Aller en bas
:: L'Eryl ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Sighild
:: L'Eryl ::
Sighild
MessageSujet: Re: Ascension et Beauté   Ascension et Beauté Icon_minitimeSam 14 Jan - 2:35

    Il existait des êtres dont il serait toujours difficile de cerner, des êtres dont la personnalité échappait à toute raison, inexplicable, fuyant. Leurs paroles, leurs actes parfois pouvaient vous sembler contradictoires et pourtant, ils vous fascinaient, inéluctablement, et vous persistez à vouloir en connaître les secrets, le moindre recoin de cet esprit qui ne voulait être découvert. Cela était effrayant aussi, parce que de votre ignorance vous ne pouviez prédire les desseins de celui qui vous subjuguait tant. Sighild n'avait pas la prétention d'avouer qu'elle était faite de ce bois là, pourtant, à son insu, elle exerçait un étrange magnétisme. En avait-elle seulement conscience? Mais n'était-ce pas ce qui faisait son charme, cette nature impénétrable? Quoiqu'il en soit, la jeune femme allait être amenée à faire une chose étonnante, étonnante pour quelqu'un comme elle, une Eryllis, une femme sauvage qui ne baignait jamais dans les mondanités. A la voir, il était plutôt improbable de penser qu'elle eut trempé dans un tel milieu ou qu'elle en fut dès plus à l'aise. Pourtant, la lhurgoyf regorgeait de secrets, de secrets non dévoilés.

    Il y avait maintenant plusieurs jours, plusieurs semaines peut-être même, un certain Ision Lorindiar, énigmatique sylphide, lui avait donné une invitation pour une soirée donnée en l'honneur d'une fillette. Il lui fut facile de comprendre que la réception serait bondée de personnages importants ou tout du moins d'individus qui pensaient l'être parce qu'ils possédaient quelques lettres de noblesse. Autant vous dire que Sighild avait pensé sur l'instant qu'il s'agissait d'une farce. Ce n'était guère le genre d'endroit où elle avait sa place, et en toute logique, elle aurait simplement jeté le papier au feu. Toutefois, cela faisait un petit moment qu'elle contemplait le carton posé sur une table dans ses quartiers. Elle le fixait sans le quitter des yeux, elle s'interrogeait. Elle hésitait. Ce n'était pas son monde, ce n'était plus son monde. Celui des foules, celui des imbus de leurs personnes, celui où tout était fastueux. Puis sombrement, l'amazone s'approcha d'un coffre devant lequel elle était à genoux et l'ouvrit délicatement comme si elle avait peur de le briser. Là, elle en dégagea un tissu, une robe plus exactement qu'elle contemplait avec un étrange regard, le caressant de ses doigts fins. Le vêtement était particulièrement élégant, sertis de pierres d'ambres, de drapés et dentelles bleues.

    " Je me demande bien pourquoi j'ai gardé ce chiffon... "

    Puis elle regarda la lettre, et lâcha un soupir qui ne pouvait avoir de sens que pour elle...

    ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

    Il était déjà plus de dix-sept heures quand une mystérieuse femme arriva devant un immense manoir, celui de la famille des Lorindiar. Elle ne semblait guère étonnée devant la grandeur des lieux ni même de leur beauté. Il fallait dire que cela n'était guère des qualités auxquelles accordaient de l'importance cette dernière. Toutefois, cette belle inconnue était accompagnée d'une autre jeune femme, plus fine et plus petite qu'elle, mais tout aussi exquise. Elles étaient toutes les deux des inconnues pour les convives qui se présenteraient à cette soirée, deux énigmes qui pousseraient à diverses interrogations sans nul doute. Tranquilles et nonchalantes, cet étrange duo se tinrent alors, muette devant la porte du grand hall, là où un Hérault guettait le carton d'invitation. Ce fut sans mal que la jeune femme lui tendit, mais dans un geste subtil, elle effleura aussi la main de ce dernier, juste assez pour l'empêcher de crier son nom, juste assez pour manipuler ses souvenirs et lui faire croire qu'il les avait déjà présenté.

    " Je pense que nous n'avons pas besoin de nous faire remarquer bien plus. "

    Cette voix? C'était celle de Sighild et elle s'adressa à Aliénor Isil, sa compagne pour la soirée. La lhurgoyf avait une parfaite confiance en cette jeune fille et elle avait souhaité que cette dernière l'accompagne, bien qu'elle n'y était guère obligée. Peut-être que cela rassurait notre inébranlable Eryllis? Allez savoir. Mais le plus surprenant serait sans nul doute la métamorphose complète de cette femme qui jusque là n'offrait d'elle que l'image d'une amazone des bois.

    Spoiler:
     

    Qui aurait pu croire que derrière le faux et le fouet se dissimulait en réalité une femme aux airs de Comtesse distinguée? Si vous ne l'aviez pas vu, vous n'auriez certainement jamais pu le croire... ou seulement dans vos rêves les plus fous... Peut-être était-ce d'ailleurs pour cette raison qu'elle ne daigna pas porter un masque comme la majorité des invités. Il semblait que cela était le thème, mais à ses yeux, cette dissimulation était de mauvais goûts. Si on l'invitait, alors on la contemplerait dans ce qu'elle avait à offrir, et non à cacher.

    " Aliénor. Ne te force surtout pas. Si tu venais à te sentir mal à l'aise, n'hésite surtout pas pour t'en aller.... je ne voudrais pas que tu respires trop longtemps l'air empoisonné de ces mondanités. "

    Sighild, hostile? En une façon, mais en réalité, elle se souciait bien plus de sa sœur. Il était tellement facile de se faire avaler dans un tel milieu, et lorsque l'on venait à se faire happer...
    Toujours d'un pas serein, les jeunes femmes allèrent se présenter au maître des lieux et à la demoiselle d'honneur de la soirée. Il se tenait pimpant, droit et impérieux, et sa jeune camarade aussi belle qu'une jeune princesse. L'image aurait pu paraître attendrissante, comme une peinture qui représenterait un père et sa fille. Mais tout n'était que mascarade, non?

    " Vous voilà bien loin de l'image du voyageur mélancolique de Taulmaril... Lord Ision Lorindiar... et si bien accompagnée. Je vous souhaite toutes mes félicitations, Mademoiselle. Il semblerait qu'aujourd'hui soit un grand jour pour vous. Je tiens à vous remercier pour votre invitation, Lord. "

    Autant dire que le titre de ce dernier sonnait étrangement dans la bouche de l’intrigante Sighild, ou était-ce volontaire et emplie de cynisme? Dans tous les cas, sa voix avait été douce et elle les avait salué comme l'aurait fait une femme de la haute société. La lhurgoyf semblait avoir plus de ressources que jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'Ombre des Eryllis ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Aliénor Isil
:: L'Ombre des Eryllis ::
Aliénor Isil
MessageSujet: Re: Ascension et Beauté   Ascension et Beauté Icon_minitimeDim 15 Jan - 4:01

La nuit régnait en maître dans le village caché des Eryllis où trois lunes trônait dans le ciel étoilé. L'air était frais et un vent bien agréable caressait doucement et avec perversité les corps de ces femmes qui partageaient leurs vies avec les Dieux Délil et Fen. Le silence était d'or, bien qu'on pouvait entendre quelques gloussements résonnaient dans les parages. Et pourtant, un bruit singulier vint briser cet atmosphère si paisible ; un bruit cristallin, semblable à un frottement de deux lames. Si vous suivez ce bruit, vous vous retrouverez alors près d'un feu de camp où une silhouette encapuchonnée aiguisait ses deux dagues avec une concentration étonnante. Le feu crépitait et diffusait une chaleur bien apaisante tandis que les lames reflétaient la lueur des flammes dansantes. Le visage de la jeune femme était dissimulée sous une large capuche où seul ses lèvres rosées était visible.

Aliénor semblait si concentrait, qu'elle ne remarqua qu'au dernier moment la présence d'une de ses soeurs. Elle cessa alors ses activités, faisant taire par la même occasion ce bruit cristallin qui résonnait depuis un moment aux alentours, et posa un regard questionneur sur la nouvelle venue. Mais qu'elle fut sa surprise en découvrant qu'il s'agissait de Sighild. La Rôdeuse fronça subitement des sourcils, quelque peu inquiéte... Serait-il passé quelque chose de grave ? Aurait-elle fait une étourderie sans le savoir ? Pourtant, elle semblait déceler aucune réprimande dans son regard perçant et d'or... Aliénor mit ses dagues de côté et se leva avec une certaine appréhension.

- Qui a-t-il, Sighild ?

*~*~*

Ainsi donc, voilà la demeure du fameux Ision Lorindiar ? Enfin, demeure... Plutôt un palais, oui. Aliénor avait eut vent de la réputation de ce noble bien énigmatique aux nombreux alliés et ayant un talentueux sens des affaires. Il était dit dans les tavernes qu'il serait aussi riche que le prince en personne et un fin calculateur au grand charisme... Allez savoir si ce n'était que de simples paroles d'ivrognes jetées en l'air à leurs sixième choppes de bières... Quoi qu'il en soit, elle n'aurait jamais imaginé qu'elle aurait eut l'occasion de le rencontrer un jour et tout ça, elle le devait à Sighild.

Aliénor se rappelait encore de cette soirée passée au coin du feu. La chef Amazone était venue la voir afin de lui demander de l'accompagner au bal qu'avait organisé Ision Lorindiar. La jeune femme fut d'abord étonnée par cette requête mais fini par accepter sa demande. Pourquoi ? Parce que c'était Sighild et Aliénor ne pouvait rien lui refuser. De plus, c'était l'occasion de rencontrer ce fameux Sylphide et rester auprès de sa soeur qui semblait ne pas être si enthousiasmée à l'idée d'y aller. Au moins, elle pourrait la soutenir, la protéger si besoin et être en sa compagnie, chose qu'Aliénor appréciait.

Ainsi, elle se trouvait à l'entrée de la demeure, au côté de la Lhurgoyf qui remettait son carnet d'invitation à un jeune homme posté à l'entrée. La Rôdeuse s'attendait qu'on crie leurs noms, mais rien ne se passa, à son plus grand étonnement. Sighild déclara alors qu'il n'était pas nécessaire de se faire remarquer et un sourire malicieux se dessina sur les lèvres d'Aliénor. Décidément, sa soeur était plein de ressources. D'ailleurs, elle était d'une beauté époustouflante à rendre verte de jalousie les femmes de la cours. Jamais la jeune femme l'avait-elle vue ainsi, aussi ravissante et aussi changeante. Cette magnifique robe aux milles appareils mettait en valeurs chaque forme de son corps svelte et faisait ressortir la beauté de son visage. Visage qui n'était pas par ailleurs caché sous un masque comme le voulait l'hôte de ce lieu. Et plus elle la regardait, plus un tendre sourire se dessinait sur ses lèvres. Au fond, elle souhaitait la voir à nouveau ainsi...

Quant à Aliénor, comment était-elle ? La Rôdeuse ne pensait pas qu'elle mettrait un jour cette robe... Cet habit qui lui faisait à la fois souffrir mais dont elle ne pouvait s'en séparer. Cette robe était l'un des derniers cadeaux de son maître avant sa mort. Il l'avait fait confectionner afin qu'elle puisse la porter quand elle sera une adulte car il se doutait qu'il ne vivrait pas assez longtemps pour voir son apprentie devenir une ravissante jeune femme. Mais jamais elle ne l'avait porté, elle se le refusait et l'avait gardé précieusement, enveloppée dans un tissu propre au fond de ce grand coffre qu'elle gardait chez elle, à Samhach. Cette robe était d'un velours aussi noir qu'une nuit sans lunes. Il y avait aussi du satin, recouvrant sa poitrine jusqu'aux bas, d'un rouge aussi sombre que le sang de ces nobles hypocrites. Il y avait un fin laçage à l'avant et qui mettait en valeurs sa poitrine de jeune femme. Ses manches étaient longues et larges, allant jusqu'au genoux. Mais ce n'était pas tout, cette robe présentait aussi une capuche qu'Aliénor avait laissé retomber à l'arrière. Elle laissait son visage découvert aux yeux de tous ? Oh non ! Si Sighild n'avait guère voulu prendre un masque, ce n'était pas le cas pour la jeune femme, même si elle regrettait sa capuche. Ainsi, son visage présentait un masque qui recouvrait tout son visage, laissant seulement voir ses lèvres aussi rouge que son sang. Il était décoré de multitudes de plumes sombres laissant entrevoir un air mystique dans son regard.

Spoiler:
 

Ainsi, il y avait quelque chose qui se dégageait en elle, un aura obscur et envoûtant. L'alliance de sa robe sombre et de son masque laissait entrevoir une femme mystérieuse, voir inquiétante. Elle avait l'aspect d'une prêtresse imprenable et un éternel sourire restait gravé sur ses lèvres sombres. Et quand la nuit prendra place dans les Cieux, elle se fondra dans les Ténèbres...

Subitement, elle fut arrachée de ses pensées par la voix de Sighild qui s'inquiétait à son sujet ; elle lui proposa de partir si jamais elle ne pouvait plus supporter cette ambiance mondaine. Mais Aliénor la rassura aussitôt d'une voix douce semblable à un zéphyr :

- J'ai respiré cet air il y a bien longtemps, Sighild. Je pense pouvoir le supporter à nouveau...

Elle lui offrit ensuite un tendre sourire et joignit ses mains sous ses grandes manches. Oui, elle avait connu ce monde hypocrite et avait respiré à nombreuse reprise cet air empoisonné... Il s'avère que son défunt maître avait des relations dans la haute société et il fut convié à quelques réceptions. Afin de l'habituer à ce monde qui était alors inconnu pour Aliénor, il obligea cette dernière à l'accompagner. Autant vous dire qu'elle exécrait toute cette luxure et par chance, elle ne garda aucune relation chez la noblesse... Mais voilà bien un long moment qu'elle n'était guère allée dans ces réceptions.

Suivant silencieusement sa soeur, elles finirent par se présenter au maître de maison et à la demoiselle dont la fête était à son honneur. Se tenant droite, les mains liées et dissimulées sous ses manches, un fin sourire flottant sur ses lèvres, elle laissa parler Sighild qui les saluait avec une grâce digne d'une dame de la cours. Alors, vint le tour d'Aliénor. D'un geste doux, elle déposa sa main droite sur sa poitrine et, fermant doucement les paupières, s'inclina gracieusement.

- Mes respects, Lord Lorindiar... Déclara-t-elle d'une voix chaude et cristalline. Je suis honorée de rencontrer un homme de votre rang et dont le nom semble résonner dans chaque ruelles d'Eridania... Mes sincères félicitations, jeune demoiselle, cette fête est toute à votre honneur comme votre ravissante élégance.

Bien qu'elle semblait sombre et mystique, un chaleureux sourire se peignit sur son visage. Elle était attendrie de voir à quelle point la petite princesse rayonnait dans ces beaux vêtements... Espérons tout de même qu'elle ne tombera pas dans ce monde hostile qu'est la luxure et la noblesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 :: Vipère Ecarlate ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Irina Dranis
:: Vipère Ecarlate ::
Irina Dranis
MessageSujet: Re: Ascension et Beauté   Ascension et Beauté Icon_minitimeLun 16 Jan - 3:53

Quelques heures avant l'ouverture officielle de la soirée en l'honneur d'une certaine jeune Chrysallia, Irina avait déjà judicieusement disposé ses pions sur l'échiquier pour s'assurer qu'elle serait là comme tous les autres, voire même avant eux. Bien sûr l'opération était risquée pour diverses raisons, dont la présence et la surveillance régulière des larbins du Lord, seulement elle était un vieux singe et on n'allait pas lui apprendre à faire la grimace. Elle connaissait tout ce qu'il y avait à savoir concernant les façons d'entrer dans une propriété par infraction, et même si son ancienne vie d'enfant des rues était lointaine, elle n'avait pas du tout perdu la main. De plus cette propriété était immense, ce qui ne faisait que lui rendre la tâche plus aisée. Comment diable espérait-il pouvoir tout contrôler avec une telle superficie à garder ? Il était aussi vieux qu'il n'était naïf.

Même si ce fut délicat et qu'elle avait frisé la catastrophe à plusieurs reprises, Irina avait réussi à se faire passer pour une servante engagée exceptionnellement pour travailler en cuisine. Elle avait même réussi à endormir la vigilance d'une certaine Freada qui l'avait regardée d'un air méfiant... Mais alors cette dernière avait été rongée par une incroyable sensation d'inquiétude au sujet de la sécurité d'Ision, persuadée d'avoir senti l'odeur de quelqu'un qui s'en prendrait à sa précieuse personne en son absence. Alors la Vipérine s'en était allée à son travail, usant et abusant de son faciès angélique pour s'attirer la sympathie des autres serviteurs.
Ensuite lorsque les gens se sont mis à arriver, et que Freada avait suivi une nouvelle fois son maître comme un cabot fidèle, Irina n'avait eu qu'à s'éclipser en douce et pénétrer dans une des nombreuses chambres vides pour changer de vêtements et mettre une robe qu'elle avait savamment piqué dans un placard. Un brin de toilette pour être propre et sentir bon, et le tour était joué. Il y aurait certainement une donzelle qui serait privée de bal par sa faute, mais à vrai dire elle s'en fichait pas mal. Elle avait procédé comme au bon vieux temps... Et cela la mettait de bonne humeur.

*-*-*-*-*-*-*-*
De tous les présents, enrubannés dans leurs parures les plus dispendieuses et se pavanant dans leurs plus beaux atours, Irina était probablement la seule qui n'ait pas été officiellement invitée. Elle ne semblait pas pour autant s'en faire à ce sujet, ni de peur d'être découverte ou chassée, ni même parce qu'elle ne se sentait pas dans son élément, ce qui pourtant était le cas. Jamais elle n'avait participé à ce genre d'événement, ni à quelconque bal organisé par les aristocrates. Même si elle connaissait Ision, elle n'avait pas été invitée et ne cherchait pas à l'être. Les motivations qui l'amenaient ici étaient tout autres, et il était préférable qu'elle les garde pour elle. Qui est-ce que ça intéresserait de toute façon ?
Après tout il s'agissait de s'amuser un peu et d'oublier que tout ceci était un milieu hypocrite et méprisable, qu'elle haïssait plus que tout et qui représentait tout ce contre elle se battait. Mais venir ici sans invitation et sans autorisation était un défi à sa hauteur, et même si elle ne comptait pas se faire remarquer, elle aurait au moins la satisfaction de doubler le genre de personnes qui l'avaient si souvent méprisée. C'était une revanche silencieuse et avide qu'elle s'était promise, sans parler de cette occasion rêvée d'humilier Ision. Qui sait ce qu'elle avait bien pu mettre dans la nourriture des convives après tout ? La maîtresse des poisons était tous sourires dans sa robe rouge et noire, brodée d'argent et la couvrant jusqu'aux pieds. Elle était méconnaissable dans cette tenue civile, et seule sa chevelure enflammée et ses yeux émeraude étaient restés les mêmes.


Spoiler:
 

« Non monsieur, je ne peux pas vous accorder ma première danse, je regrette. J'ai des affaires pressantes à régler avec notre hôte. »

Ce fut sa réponse concise et suffisamment dissuasive pour que le dandy qui l'avait approchée s'en aille d'un air gêné. Se mêlant parmi les convives avec un air détendu mais élégant même si elle n'était pas habituée à cette robe ballonée, la prêtresse se fit discrète en regardant par la fenêtre, ignorant les quelques impudents qui essayèrent de l'aborder et de l'interroger sur son identité. Elle n'était pas là pour eux et encore moins pour féliciter cette gamine qui était visiblement intronisée dans des sphères qui causeraient sa perte. Comment pourrait-elle trinquer à sa déchéance ? Non elle n'était pas empreinte de ce genre de faux semblants. Il serait beaucoup plus drôle de laisser Ision venir à elle...


Ascension et Beauté 14xgirr
« Some may call it a curse, a life like mine,... but others, a blessing.
It's certainly a lonely life but a fulfilling one at best. It's my cross to bear but I bear it gladly.
Someone has to take a stand against evil. Why should it not be me ?
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Re: Ascension et Beauté   Ascension et Beauté Icon_minitimeLun 16 Jan - 15:19

La Dame de l’Epine avait reçut l’invitation en main propre et son désir de la refuser s’en trouva troublé. Son humeur un tantinet mélancolique ne s’accordait pas aux fastes des réceptions mondaines. Habituellement, elle se serait juste contentée de décliner la fâcheuse invitation sous un prétexte fallacieux mais ce n’était pas n’importe quel petit nobliau pétri de moralités douteuses aux attitudes hautaines et au langage précieux qui la sollicitait. C’était Ision et ce fait changeait immanquablement la donne. Aussi en se promettant de ne pas s’attarder outre mesure, elle céda obséquieux de deux iris bleues.

Esméralde, loin du luxe des robes affichées sans complexes par les Dames des Hautes Sphères, épouses de politiciens avisés, maitresses de bourgeois bedonnants ou jeunes tendrons à la recherche de fiancés complaisants et dociles, la Sylphide se parait de sobriété et de simplicité. Sa silhouette fine et délicate revêtait un voile de brume d’un blanc neigeux. Le tissu vaporeux rappelait le manteau de poudreuse déposée sur les sommets escarpés des Montagnes, à la fois fluide et léger. Il dessinait les courbes de sa féminité tout en révélant la naissance de ses seins d’un décolleté audacieux mais sage, soulignait habilement sa taille gracile, le galbe de ses reins et chutait sur ses jambes avec élégance. Nul falbala, fleurs de tissus, broderies colorés ou fioritures n’entachait sa robe de givre. Quand à sa chevelure, elle coulait sur ses épaules. Dans cette ondée soyeuse d’or clair, le contraste d’une fleur d’ombre retenait dans ses rets les regards curieux. Rappel évidemment, oseraient certains invités, d’une orchidée noire et d’une rumeur persistante. Simple coquetterie féminine répondraient d’autres plus prosaïques. La vérité quand à elle restait dans le cœur et les pensées de la Dame.

Si les invités opulents, désireux d’étaler rang et richesse, s’abritaient derrière des masques volumineux, véritables explosions de couleurs et de plumes, là encore, la Sylphide opta pour l’austérité d’un simple loup en velours noir. Il dénotait la pâleur opaline de sa carnation tout en accentuant la noirceur iridescente de ses prunelles d’ébène.

Lentement la Maitresse du Domaine de l’Epine, gravit les escaliers du perron. Dans le vestibule imposant de colonnes et de sculptures, le Lord accueillait ses invités, flanqué de sa pupille. La Sylphide s’inclina pour les saluer devinant sous le masque immaculé de son hôte, les blessures silencieuses. Elle n’avait pas besoin de les voir pour les connaitre.


« Monsieur Lorindiar, c’est toujours un plaisir de vous revoir. »

La voix était chaleureuse et les mots prononcés semblaient vouloir davantage qu’ils n’exprimaient. Puis elle se retourna vers la jeune fille, reine incontestée de la soirée et du bal.

« Je suis enchantée de faire enfin ta connaissance Chrysallia »

Désolée c’est un peu court.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Re: Ascension et Beauté   Ascension et Beauté Icon_minitimeMar 17 Jan - 12:29

Chrysallia était revenue à Eridania en catastrophe après que ses parents lui aient appris qu’elle avait reçu une lettre lui disant de revenir car le sieur Lorindiar serait bientôt en ville. Et elle avait eu chaud, elle était revenue peu d’heures avant celui qui l’avait si bien aidé. Il l’avait ensuite emmené avec lui dans une de ses résidences où il était convenu qu’il y aurait un bal pour fêter la fin des « études » de Chrysallia et son entrée dans le monde de la noblesse.

La jeune fille était ravie qu’on fasse une fête en son honneur mais elle ne sentait pas tellement à l’aise. Elle savait que c’était une épreuve à passer mais elle ne voulait pas vivre dans ce monde de luxure, ce qu’elle voulait, c’était vivre de sa flûte et de ses talents de musicienne. Mais ce temps qu’elle venait de passer à apprendre diverses choses avec divers professeurs lui saurait tout de même profitable, elle pourrait parler à de nombreuses personnes de haut rang sans qu’on la prenne pour une fille du peuple.

Les couturières travaillaient à vérifier une nouvelle fois que la robe lui allait parfaitement quand Ision entrait dans la chambre, il lui indiqua diverses choses et après lui avoir dit que sa louve pourrait faire partie de la soirée, il alla vers la porte, Chrysallia n’avait pas dit un mot mais elle le retint avant qu’il ne franchisse cette porte et que les ennuis commencent
.

« Oui, je sais que vous ne pouvez m’adoptez car j’ai déjà des parents et je vous remercie de les avoir invités, cela me fait très plaisir. Cette soirée vous montrera que je suis digne de vos enseignements et que je ne vous ait nullement fait perdre du temps. Vous m’avez dit que vous avez adopté Veto Havelle et qu’il se fait soigné. Que s’est-il passé? Comment va-t-il? »

Les yeux de Chrysallia étaient grands ouverts et on pouvait y lire son inquiétude. Cet homme qu’elle avait rencontré lors de la fête d’Omnia l’avait aidé et toujours soutenu, elle le considérait un peu comme son frère alors de le savoir dans la cité froide à se faire soigner, cela l’inquiétait.

Plus tard, Ision et elle se trouvait à l’entrée à attendre les invités qui défilaient et qui lui souhaitait tous leur vœux, la demoiselle les remerciaient les uns après les autres et leur faisaient une petite révérence. Il s’agissait d’un bal masqué, tous le monde avait un masque et même Chrysallia. Elle avait une robe élégante qu’Ision avait fait faire mais son masque était différent. C’est elle qui l’avait confectionné, oh, il était très beau mais moins riche. Elle ne voulait pas être habillé trop luxueusement, sa vie était dans le monde réel et ce masque le lui rappellerait toute la soirée pour qu’elle ne se perde pas mentalement parmi les invités. Durant l’arrivée des diverses personnalités, la jeune fille tenait son masque dans les mains devant elle.

Ses parents arrivèrent dans les premiers invités, ils étaient si fiers et sa mère ne put s’empêcher de la prendre dans ses bras. Son père la fit se relever et lui déclarait qu’elle ne pouvait faire cela, qu’à partir de ce soir, leur fille était dans la hiérarchie des classes supérieurs à eux mais Chrysallia renchérit
.

« Ce que tu dis papa est vrai mais vous êtes mes parents et je resterais quoi qu’il en soit votre fille. Donc si maman veut me prendre dans ses bras, elle en a le droit et je ne dirais jamais non. Je vois que d’autres invités arrivent et je me dois de les accueillir. Je reviendrais vous voir pendant la soirée. »

Chrysallia salua donc les autres invités, les deux invités suivantes, elle ne les reconnues pas à leur physique mais à leur voix, il s’agissait de Sighild et d’Aliénor.

« Je vous remercie Sighild et vous aussi Aliénor. Je ferais en sorte de faire mien les enseignements qui m’ont été donnés. Je suis également heureuse de vous revoir, la dernière fois était celle de notre encontre au cours de survie que vous donniez Sighild. Soyez les bienvenues. »

Ce n’était peut être pas à elle de dire cela mais elle en avait eu envie. Elle avait vu passé diverses personnes qui n’étaient pas venus les saluer, elle irait à eux dans la soirée pour savoir de qui il s’agit. Puis une autre femme arriva et les salua, et déclara être heureuse de faire sa connaissance. Chrysallia eut un sursaut, depuis le début de la soirée, seuls ses parents et Ision l’avaient appelés par son prénom, tous les autres avaient opté pour un « mademoiselle » mais elle non bien qu’elles ne se connaissent pas.

Quand tous les invités furent arrivés, Chrysallia porta son masque à ses yeux, un masque en forme de papillon avec une plume à chaque extrémité de différents bleus. La demoiselle avait passé deux jours entiers à la confection de ce masque et elle en était fière.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Re: Ascension et Beauté   Ascension et Beauté Icon_minitimeJeu 26 Jan - 3:09

Ision était dans sa superbe, magnifique, grandiose, son éternel katana à sa ceinture, il recevait chacun des invités, des lords, des barons, certaines personnes avaient même des rangs au dessus de celui d'Ision et pourtant comparé à lui, ils manquaient d'un charisme certain qui se dégageait en permanence du lord. Quoiqu'il en soit Ision les recevait avec un pied d'égalité certain, il se complaisait dans ce jeu amusant des faux semblants.
Il assista aux retrouvailles entre Chrysallia et ses parents, il n'ignorait pas que la jeune femme était allé leur rendre visite pendant son absence, mais voilà, cette journée était sienne et c'était à elle d'en prendre les responsabilité, il allait s'effacer peu à peu pour la laisser sur le devant de la scène, une scène qu'elle ne quitterait plus jamais, il lui enlevait son enfance pour al plonger dans le monde détestable de l'aristocratie et des mondanité, désormais tous connaissaient son nom, elle n'aurait plus aucun répit.

Et ce fut alors que les invités attendu véritablement par Lorindiar arrivèrent.


"Vous êtes vous aussi bien loin de l'image que j'ai eu de vous et pourtant au fond de vous, vous n'êtes pas différente. Je suis également ravi de vous revoir Sighild"


Sighild, toujours aussi étrange, même si elle était magnifique dans cette robe sans masque, libre à elle d'en porter ou pas. Celui d'Ision était tellement épuré, blanc qu'il semblait ne pas se différencier du visage habituel du lord, ce visage si froid, ce regard glacé, comme un iceberg perdu au milieu d'un océan de glace, imprenable, imperturbable. Le lord avait tout prévu mais plus encore... même s'il avait perdu la vue et que cela semblait être plus ou moins passé inaperçu auprès des gens qui venaient à sa rencontre, il avait suivit les instructions qu'Irina lui avait prodigué avant son départ, cela calmait la douleur, mais il devrait trouver quelqu'un, un médecin sylphide dans Hespéria pour calmer sa cécité et revenir enfin à son état premier, mais pour le moment, il en faisait un atout discret qui se révéleraient adéquat en temps utiles.
Ision salua ensuite cella qui semblait accompagner Sighild, elle portait un masque et autour d'elle une étrange aura, oui le lord la connaissait, semblable à celle de sa reine... bien bien, voilà qui faisait d'elles un magnifique tableau...


"Je regrette que mon Hérault ait subitement perdu l'usage de sa mémoire, il aurait été plaisant d'entendre vos noms être prononcés. Car même si nous semblons tous être dans un panier de crabe, j'ai pris grand soin à ce qu'aucun ne puisse user de ses pinces. Soyez la bienvenue, votre commentaire me flatte, mais Eridannia est un bien petit royaume et il est facile pour un commerçant comme moi de m'y faire un nom. Même si par maladresse je n'ai pas pu entendre le votre, puis je connaitre le nom de celle qui accompagne une si noble dame que Sighild?"

Ision aurait très bien pu fouiller dans l'esprit d'Aliénor, mais il n'en voyait pas l'intérêt pour un si petit détail, un nom n'était pas véritablement ce qui l’intéressait. Le monde dans lequel il se trouvait plongé était celui des faux semblants et Sighild avait raison, il n'y avait là aucune compassion, aucune mélancolie qu'il avait tant affiché lorsqu'ils s'étaient rencontré, où était le véritable portrait d'Ision? Aucun des deux peut être... la reine avait raison sur un point, les sylphides peuvent être détestable, mais c'était ce qui faisait le charme de son hôte n'est ce pas?
Ision ne fut pas surprit que Sighild et Chrysallia se connaisse, fouiner dans l'esprit de la petite fille avait été un jeu d'enfant et elle avait déjà tout dit au lord sans qu'elle ne s'en aperçoive. Sighild en professeur, le seul cours dont elle serait capable de dispenser convenablement les us et coutume était certainement celui de la chasse aux sylphides et comment faire pour qu'il ne reviennent jamais... un simple sourire sur le visage du lord pour Sighild, alors que déjà une autre invitée s'approchait...

Esméralde, tout Hespéria ou presque désormais, du moins dans les sphères de la noblesse, lui prêtait une relation avec Ision et le lord s'amusa de voir la plupart des barons et aux châtelain se tourner vers eux lorsqu'elle fit son apparition. Elle salua le lord de manière très conventionnelle et il en fit de même...


"Dame de L'Epine, c'est toujours un plaisir pour moi que de vous voir..."
Il la salua, baissant légèrement son buste, prit sa main et la lui embrassa avant de le lui rendre et qu'elle puisse saluer la petite Chrysallia. Il sentait toujours ce lien instauré entre eux, les deux sylphie et si elle ne le savait pas, elle pouvait le deviner, pourquoi cette réception et ce que Ision allait en retirer.

"Désormais si vous voulez bien m'excuser, je vous laisse prendre place dans la salle de balle, j'ai une personne que je n'ai pas vu depuis longtemps que je dois aller saluer..." Ision semblait étrange, comme s'il venait de remarquer ou d'entendre quelqu'un qu'il n'avait pas invité, il ne pouvait la voir à cause de son infirmité et traverser la foule était trop dangereux encore, aussi opta t il pour un tout autre style, se plaçant
au centre de l'attention il marchait droit, seigneur parmi ce peuple décadent. Une fois qu'un demi cercle fut fait devant lui il invita de sa main à ce que Chrysallia vienne le rejoindre...


"Seigneur, Barons, gens venu de loin à ma demande, je souhaite vous présenter à celle qui est la cause de tout ce faste et vous a obligé à vous parer de vos plus beaux vêtements, mais je sais que ce n'est pas pour vous déplaire. J'aimerai donc vous présenter Chrysallia Tirlas, et à partir de cet instant, vous pouvez la considérer comme l'une des votre et pouvez la nommer Baronne."


La salle la salua et applaudit au discours du lord, une salle qui lui était de toutes façons au départ acquise, aucun ne serait amusé à contrarier Ision, si ce n'est les quelques invitations qu'il avait distribué exceptionnellement, le tableau était ainsi plus coloré. Il voyait toutes les classes de la société, aujourd'hui les riches côtoyaient les pauvres même si derrière ces masques, il était bien difficile de différencier qui était qui.
Il lui laissa la parole, disparaissant dans une foule qu'il avait dirigé tout droit vers Chrysallia, il pouvait ainsi mieux circulé, malheureusement il délaissait légèrement celle qui était considéré comme son amante pour arrivé juste derrière une femme...

"Habituellement les invités sont priés de passer par la porte d'entrée Dame Dranis"

Il était là juste à côté d'elle, il savait qu'il serait bientôt rattrapé par Sighild ou même Esméralde, mais pour le moment il se souciait de la présence de la jeune prêtresse, il l'avait invité quelques semaines plus tôt avant son départ, mais elle n'était en rien arrivé avec les autres... pour le moment il ne venait que la saluer...


"Je suis néanmoins ravi de vous revoir, enfin... de sentir votre présence plutôt"

[HRP : Je propose à Chrysallia de répondre en premier pour qu'elle puisse faire un petit discours et que vous ayez plus de choses sur lesquelles rebondir que mon maire poste, vous m'en voyez navré. FIN HRP]

Ascension et Beauté Jhylvn

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Re: Ascension et Beauté   Ascension et Beauté Icon_minitimeJeu 26 Jan - 14:05

Chrysallia avait suivit l'arrivée des gens, cherchant dans son esprit pour y mettre tous les noms des personnes qu'on lui présentaient. La fillette ne savait plus où se mettre quand Ision avança dans la salle et qu'un demi cercle se fit autour de lui, la demoiselle s'était mis en retriat ne sachant comment agir. Puis il la fit venir en tendant sa main dans sa direction. Et voilà que son coeur commençait à battre à tout rompre, elle stressait.

Ce monde rempli de faux, où rien n'était vrai où l'apparence comptait plus que les reste, ce monde n'était pas son univers, ce n'était pas dans ce luxe et cette voulpté qu'elle avait grandi, ce n'était pas dans ce monde qu'elle vivait et ce n'était pas dans ce monde qu'elle voulait vivre. Alors qu'elle s'avançait pour faire bonne figure, elle voulait s'enfuir, sortir de cette de bal qui commençait déjà à l'étouffer. Ision parlait, il l'introduisait dans le monde de la bourgeoisie, elle ne pouvait plsu faire demi-tour. Elle n'avait qu'à dire non quand le moment avait été venu de faire un choix, il ne l'avait pas forcé à accpeter.

Et au moment où il déclara son rang, Chrysallia se redressa, elle tourna la tête vers on "bienfaiteur". Elle, une baronne? Pourquoi disait-il ça? Puis il lui laissa la parole, il s'enfonça dnas la foule qui venait de l'applaudir. Elle n'était pas prête à porter ce fardeau, elle ne se sentait pas à l'aise. Elle passa son regard sur tous les nobles qui se trouvaient là. Que pouvait-elle bien leur dire? Elle abaissa ses mains et sentit sa flûte traversière, elle la gerdait toujours sur elle, et elle l'avait cachée dans sa robe grâce aux couturières. Cela lui redonna courage et elle prit la parole.


- Comme vous l'a dit Ision Lorindiar, je me nomme Chrysallia Tirlas. Grâce à lui, j'ai put recevoir en deux mois divers cours qui m'ont permis d'être là ce soir. Je sais que mon éducation a été faite au plus vite, j'espère me montrer digne ce soir mais aussi par la suite de mon titre de noblesse. J'espère aussi que vous me pardonnerez les fautes que je risque de faire, je ne suis qu'une enfant, et une enfant ne peut pas être parfaite comme vous tous l'êtes à ce jour. J'ai de nombreuses années devant moi pour améliorer tous mes faux pas mais soyez en sur, ce n'est pas pour cela que je ferais exprès de me tromper. Sur ce, j'espère que vous passerez une bonne soirée en notre compagnie. Si nous passions au bal maintenant?

ça y est, elle avait fini, ce n'était pas trop tôt. Elle venait de faire sa première expérience d'un discours faux, dans lequel, il n'y a aucune émotion. Elle n'avait pas changé d'avis, elle voulait devenir musicienne mais noblesse et musique ne font pas bon ménage. Elle serait certainement plus tard amené à chosir entre les deux. Mais Ision la sortit de sa rêverie, il venait de claquer des mains pour faire commencer la musique. Chrysallia toucha sa robe, là, elle avait sa flûte. Les musiciens commençaient à jouer, la nouvelle "baronne" se mit à courir jusqu'à eux et leur demanda de tout arrêter. Elle voulait jouer de sa flûte, cela la détendrait.

La première fois que la jeune fille avait rencontré cet homme qui allait devenir son bienfaiteur, elle jouait de sa flûte. Les musiciens se stoppèrent donc et Chrysallia tenant sa flûte à la main se mit à jouer. Comme à son habitude, ses yeux se fermèrent et ses doigts vagabondèrent d'un trou à l'autre avec une telle aisance. Elle avait fait ça depuis qu'elle était toute petite, cet instrument, elle le connaissait par coeur, même les yeux fermés, elle le voyait. La musique qui s'en échappa était lente puis partit dans une course endiablée, rien ne pouvait plus l'arrêter. Chrysallia effleurait de ses doigts les notes comme lui dictait son instinct. Et cela était splendide comme d'habitude et aucune fausse note ne vint troubler ce spectale. Les convives s'étaient-ils mis à danser? Ou la regardaient-ils jouer? Chrysallia ne savait pas et à vrai dire, elle s'en fichait pas mal.


Revenir en haut Aller en bas
:: L'Eryl ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Sighild
:: L'Eryl ::
Sighild
MessageSujet: Re: Ascension et Beauté   Ascension et Beauté Icon_minitimeJeu 15 Mar - 21:52

    Les fêtes mondaines... Il était vrai que cet univers n'était pas inconnu de sa compagne, après tout, n'était-ce pas de ce milieu qu'elle avait quitté? Quant à Sighild, elle n'y devait sa connaissance que par les nombreuses années qui s'étaient écoulées derrière elle... et peut-être même quelques autres secrets. Quoiqu'il en soit, la lhurgoyf était heureuse de voir la jeune Chrysallia aussi épanouie. N'était-ce pas ce qu'elle pouvait lui souhaiter de mieux?

    " Merci beaucoup Dame Chrysallia. "

    Sighild sourit amicalement.

    " Je suis heureuse de vous revoir dans des circonstances plus clémentes. J'espère que le maigres enseignements que j'ai pu vous offrir vous sera utile et prolifique. Sachez que vous pourrez même à l'avenir compter sur ma personne si vous venez en avoir besoin. "

    Ce fut donc à cet instant qu'elle se tourna vers le sylphide, son regard doré cherchant à percer le masque blanc qui le dissimulait. L'élan d'altruisme de la part de Ision la surprenait... prendre une enfant sous son aile... il n'avait guère la tête de l'emploi... ou bien l'amazone se faisait de fausses idées sur lui. Elle était encline à lui laisser le bénéfice du doute, mais elle s'était toujours méfiée naturellement des hommes intelligents. Toutefois, tant qu'il n'utilisait pas la jeune fille comme un pion dans on ne savait quel plant, elle ne lui en tiendrait rigueur. L'innocence était une qualité rare, assez rare pour mériter d'être protégé. C'était d'ailleurs sans nul doute pour cette raison qu'elle ne resta pas en leur compagnie, car beaucoup d'autres personnes désireraient sans nul doute les saluer, et mystérieusement, elle préférait par prudence peut-être, que son visage ne soit pas associé à celui du Lord. Elle savait qu'un jour où l'autre elle aurait la possibilité de mieux le cerner et en apprendre sur lui, mais elle ne le ferait certainement pas sous le regard de pantins mondains.

    Après que sa jeune amie Aliénor eut pu se présenter auprès de leurs hôtes, Jézabel de son vrai prénom, s'engouffra dans la grande salle de bal où se trouvait déjà un bon nombre d'invités. Cela aurait pu lui donner le tournis mais Sighild était humble et impérieuse dans son maintien. Puis ses pensées s'éloignèrent alors rapidement... jusqu'à ce que la petite princesse du jour fit un discours dès plus simple mais qui était attendrissement. D'ailleurs, elle eut un petit sourire en coin quand elle demandait déjà pardon pour ses futurs maladresses enfantines. Et enfin la musique fut... juste avait d'être interrompu par Chrysallia qui visiblement désirait jouer sa musique. Après tout, n'était-ce pas sa soirée?

    " Voilà une musique pleine d'émotion. "

    Il y avait plus de sentiments dans la mélodie de la jeune femme que l'orchestre professionnel. N'était-ce pas ironique? Mais est-ce que la foule serait capable de l'apprécier à sa juste valeur? Quoiqu'il en fut, un serveur passait avec un plateau et des flûtes posées. La jeune femme en prit un au passage en le remerciant... peut-être que quelques bulles pourraient lui rendre la soirée moins nauséeuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'Ombre des Eryllis ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Aliénor Isil
:: L'Ombre des Eryllis ::
Aliénor Isil
MessageSujet: Re: Ascension et Beauté   Ascension et Beauté Icon_minitimeLun 26 Mar - 0:28

Adorable, réellement adorable. Elle avait une noble politesse et la pureté d'un papillon. Oh, quel dommage que cette belle enfant soit mêlée à cette univers si... perfide. Mais elle semblait heureuse, c'était le plus important. Même si Aliénor avait du mal à croire qu'on pourrait l'être dans ce monde de luxure. Elle n'échangerait pour rien au monde un bon feu de camp au clair de lune contre une soirée au bord d'une cheminée dans un fauteuil moelleux. Enfin, quoi qu'il en soit, la Rôdeuse se promit en son for intérieur d'utiliser le moins souvent sa langue de vipère pour cette soirée. En tout cas, cet homme, Ision Lorindar, était bien généreux de prendre sous son aile Chrysallia...

Elle fut soudain extirpée de ses pensées quand la voix de leur hôte vint jusqu'à ses oreilles. Il semblerait qu'il s'adressait à Aliénor qui fut quelque peu surprise. Oui, elle voulait se morfondre dans le décors et devenir l'ombre de Sighild, elle ne voulait pas éveiller de la curiosité à son hôte, loin de là. Elle aurait donc préféré qu'il ne s’intéresse pas à elle mais bon, on ne pouvait pas tout avoir dans la vie. Il voulait son nom ? Mais si cela ne tenait qu'à elle, elle ne l'aurait point donné surtout envers cet homme. Pourquoi ? Elle ne savait pas... Peut-être parce qu'il était... trop imposant. Il semblait charismatique, d'une présence assez importante, un homme de pouvoirs. Il semblait être intelligent, d'un esprit tactique et vif. Aliénor n'aimait pas ce genre de personnes, elles étaient dangereuses.

Quoi qu'il en soit, toujours un doux sourire aux lèvres et les mains jointes sous ses manches, la jeune femme lui répondit simplement, d'une voix sombre :

- On me nomme Aliénor...

Rien de plus. Sighild partit s'engouffrer dans la grande salle et la Rôdeuse la suivit comme son ombre dans un froissement de tissus. Aussitôt, quand son regard parcourut le grande pièce, un frisson parcourut l'échine de la Terranne. Trop de monde, trop de luxure, trop de fausse courtoisie, trop de brillance... A ce moment précis, Aliénor aurait voulu être dans leur petit village caché dans la forêt de Noathis. Mais il suffisait qu'elle jette un regard vers sa soeur pour qu'elle retrouve la force et la volonté de continuer cette soirée. Après tout, elle préférait se faire dévorer par un Carnéa que de laisser l'Amazone toute seule. Et puis, elle avait promit de l'accompagner et Aliénor était une femme de parole.

Ses pensées furent soudain interrompus par la voix du Lord, présentant à ses convives la nouvelle " Baronne " qui fut accueillit dans un tonnerre d'applaudissement. Chrysallia fit alors un discours dont Aliénor prêta attention. Pour un premier discours, elle s'en sortait bien arrachant même un tendre sourire à la jeune femme face à ses paroles attendrissantes. Aussitôt, l'orchestre se mit à jouer mais fut promptement interrompue par la petite princesse qui avait décidé de jouer à leur place. Cela étonna quelque peu Aliénor, ne sera-t-elle pas réprimander pour ce comportement désinvolte ? Observant Sighild prendre une flûte -dont la Rôdeuse n'en prit guère, mais ne crachera pas si il y avait du thé- qui jugeait cette musique pleine d'émotions, elle lâcha dans un murmure :

- Mais sera-t-il au goût des invités et de l'hôte ?

On ne pouvait décidément guère prévoir les réactions des gens, espérant tout de même que la petite n'aura pas d'ennuie. Écoutant attentivement la musique de Chrysallia, elle nota qu'elle devait encore s'entraîner à la flûte traversière si elle voulait devenir une flûtiste professionnelle. Ce n'était pas parfait, comme le meilleur des virtuose, mais pour une enfant de son âge, c'était plus que satisfaisant. A dire vrai, la petite avait un sacré don pour la musique.

- Encore quelques années d'entrainement, si elle s’entraîne bien, et elle sera prête... Elle est sur la bonne voie... Murmura-t-elle avec un tendre sourire au coin de ses lèvres.

Pourquoi cette critique ? Tout simplement parce que la flûte traversière n'était pas inconnue à Aliénor. Et oui, elle en jouait depuis plus de quatorze ans. Soit, beaucoup d'années d'expériences envers cet instrument au son des plus envoûtant et ce n'est qu'avec des critiques qu'on peut progresser dans la vie. Cependant, ce n'était pas tout le monde qui pouvait l'entendre, surtout depuis la mort de Grim. Seul les Eryllis bénéficiaient aisément de cette occasion de l'écouter.

Pensant soudainement à leur hôte si intriguant, la Terranne usa de ses yeux perçant pour retrouver le Lord parmi la foule. Son regard n'était pas des plus amicale, mais bien au contraire, des plus méfiants. Cet homme l'intriguait beaucoup et elle ne trouva qu'une seule personne pour satisfaire sa curiosité à son sujet :

- Sighild, que savez vous de notre hôte ?

Comme à son habitude, Aliénor avait vouvoyé sa soeur de coeur. Elle posa son regard tendre sur elle, s'étonnant encore de sa beauté dans cette robe des plus somptueuse et attendit patiemment qu'elle réponde à sa question avec des yeux semblable à celui d'une enfant en quête d'assouvir sa curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 :: Vipère Ecarlate ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Irina Dranis
:: Vipère Ecarlate ::
Irina Dranis
MessageSujet: Re: Ascension et Beauté   Ascension et Beauté Icon_minitimeMer 25 Avr - 23:38

Habituellement dans un milieu aussi raffiné et pompeux que celui là, Irina aurait été tentée de semer la pagaille ne fusse qu'en faisant preuve des manières les plus rustres possibles. Et pourtant elle se tenait là, terriblement silencieuse, terriblement calme. Beaucoup pourraient croire qu'elle était en train de se forcer, qu'elle retenait son tempérament impétueux afin de faire bonne impression, mais ils avaient tout faux. En fait elle agissait assez naturellement, quand bien même il soit assez évident qu'elle n'était pas dans son élément. Seulement si elle manquait de cette indécence noble ou du don oratoire que possédaient ses pairs, elle avait pour elle des atouts aussi diamétralement opposés à ces derniers, qu’intrigants. C'était d'ailleurs sûrement pour cette raison que les regards se posaient sur elle avec curiosité, allant et venant sans oser être insistants de peur de faire une entorse à la bienséance. D'un autre côté la demoiselle n'avait guère besoin d'un masque, puisque personne hormis Ision ne la connaissait en de pareilles sphères. Irina n'avait jamais été riche de sa vie, et bien que désormais ses affaires lui permettent de vivre confortablement, elle ne serait jamais qu'une nouvelle riche, une de ses personnes qui sont toujours refoulées parce que leur statut n'est pas assez élevé et leur sang pas assez bleu. Qu'importe... ils pouvaient bien aller tous se faire voir.

Jetant un coup d’œil aussi mystérieux que suffisant à cette assemblée, elle leur rendait la monnaie de leur pièce, soutenant les regards sans détours. Elle n'était pas de ceux qui avaient besoin de masques car elle n'avait pas besoin de jouer la comédie en public. Tous ses actes étaient pensés et assumés, et il n'y avait pas de raison de se cacher. Sa présence même était un défi à la si haute opinion qu'Ision avait de lui même après tout. Certes il ne s'aimerait pas moins parce qu'elle était là, mais au moins la rouquine se trouvait aux premières loges pour assister à cette irrésistible comédie. Observant le tout avec une délectation intérieure, Irina sourit lorsqu'enfin Ision daigna prendre deux minutes pour la saluer. Non qu'elle s'en formalise, remarque.


« C'est bien pour cela que je ne suis pas entrée par la grande porte. Et puis autant de faste, de fioritures et de courbettes, cela ne me correspond pas. Vous ne m'en voudrez pas d'avoir pris quelques libertés, n'est-ce pas ? »

Elle haussa les épaules et sourit, laissant bien clair à tout le monde que leur conversation, bien qu'informelle, n'avait rien d'une tentative de séduction ou une bêtise de ce genre. Ce n'était pas son genre, et il valait mieux pour tout le monde que ce soit clair comme de l'eau de roche. Il lui était possible de tolérer beaucoup de mal entendus, mais étrangement pas ce genre là.
Laissant le seigneur des lieux vaquer à ses occupations et autres discussions aussi futiles qu'inintéressantes, Irina examina discrètement deux dames qui se tenaient non loin avec une certaine admiration. Nulle envie ou jalousie dans son expression, car pour rien au monde elle n'échangerait sa vie contre celle d'une aristocrate. C'était d'ailleurs pour ça que la petite Chrysallia suscitait sa pitié plus que tout autre sentiment. Pourtant la prêtresse n'était pas du genre à s'émouvoir facilement. Excepté peut être lorsqu'elle était témoin de pareilles mises en scène. Cet enfant était trop jeune pour être plongée dans un monde aussi cruel, aussi vide et superficiel. Avec toute l'expérience dont elle était riche, Irina restait persuadée que la pauvreté la plus extrême demeurait plus digne et plus sûre pour un enfant que le confort et le mensonge de la vie de la haute société... C'est pourquoi le regard qu'elle porta à la jeune musicienne fut empreint de mélancolie, d'empathie et de sincérité. L'occasion de lui glisser quelques mots arriva juste avant qu'elle ne décide de leur jouer de sa flûte... alors elle lui murmura simplement :


« Je ne te féliciterai pas car je ne pense pas que tu en aies besoin, seulement j'aimerais que tu te souviennes des paroles de l'inconnue que je suis, et que je resterai. N'oublie jamais d'où tu viens, et méfies toi de tous ceux qui t'offriront ce que tu désires sans rien demander en retour. Ce genre d’altruisme n'existe pas en ce monde... Il faudra que tu te battes pour te faire une place, que tu apprennes à te défendre seule, car personne ne le fera pour toi. Bonne chance. »

Irina s'était brièvement penchée pour parler à hauteur de l'oreille de la petite, afin qu'elle soit la seule à percevoir ses paroles. Ce qu'elle avait à dire ne regardait personne d'autre, et puis tous les gens autour penseraient qu'elle était simplement en train de congratuler la jeune baronne, ce qui n'était pas totalement faux d'une certaine façon. Baissant les yeux l'espace d'un instant, la servante de Kesha semblait absorbée par ses propres pensées, et elle remercia le ciel du fait qu'Ision ne puisse pas la voir. Fort heureusement il n'avait absolument aucune empathie, et sa vision défaillante tout comme son occupation mondaine l'empêcheraient de faire tout commentaire.
Revenue à la réalité tandis que Chrysallia leur offrait un concerto spécial, Irina vit les serveurs serpenter entre les groupes pour distribuer des boissons à bulles à tous les convives. Prenant une coupe entre ses doigts fins, la Serpentine vit la façon dont elle fut acclamée par le public, qui d'abord solennellement, puis de manière plus enthousiaste avait applaudi à cette mélodie complexe et pourtant vivante. Approuvant silencieusement cette prestation probablement improvisée, elle soupira doucement alors même qu'un homme rond et paré d'un costume incrusté d'une immensité de gemmes demanda à ce que l'on porte un toast. Outre le fait qu'Irina soit scandalisée par une telle ostentation de richesse, elle haussa un sourcil à la vue de la moustache indécemment longue de celui qui avait pris la parole.


« Trinquons à la santé de la Baronne Chrysallia ! Que sa musique soit toujours aussi mélodieuse, et son futur brillant ! »

La foule leva alors son verre presque en simultané, comme une bande de sages moutons habitués à prendre toujours la même direction. Qu'ils aient agi de la sorte par ennui, par soif d'alcool ou juste par stupidité cela n'y changeait rien... Ision serait probablement vexé que cet homme lui ait pour ainsi dire volé la vedette...


Ascension et Beauté 14xgirr
« Some may call it a curse, a life like mine,... but others, a blessing.
It's certainly a lonely life but a fulfilling one at best. It's my cross to bear but I bear it gladly.
Someone has to take a stand against evil. Why should it not be me ?
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Ascension et Beauté   Ascension et Beauté Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Ascension et Beauté
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ascension et Beauté
» La beauté n'attend pas... [2 filles recquises]
» La beauté d'un Crépuscule en attire plus d'un... | PV Hivernou ? |
» Une beauté sans pareille? Mon cul ouais !
» La beauté plaît aux yeux, la douceur charme l'âme (Alîna)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: La Communauté & ses échangesTitre :: • Corbeille :: • Les vieilles aventures-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !