La Mort au creux de la main [PV Siriel-Ision]

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 6
• Eclaris: 8
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 5
• Nérozias: 2
• Gélovigiens: 3
• Ascans: 1
• Marins de N.: 4
• Civils: 11

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Niveria Mois:Famael
[Juillet/Août en temps réel]

Tableau d'honneur


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 La Mort au creux de la main [PV Siriel-Ision]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: La Mort au creux de la main [PV Siriel-Ision]   La Mort au creux de la main [PV Siriel-Ision] Icon_minitimeMer 18 Jan - 18:37

Ision Lorindiar. Même si la lettre n'était pas signée, Siriel n'eut aucun problème à reconnaître qui en était l'auteur. Le style était bien le sien, cela ne faisait guère de doute d'autant qu'il précisait que cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas contacté. Elle avait reçu le parchemin par son contact d'Hellas et s'était mise en route pour Hesperia le lendemain matin. Elle était assise sur le bord du lit de sa planque dans Hesperia, une petite pièce bien éclairée relisant la lettre. Elle se demandait s'il écrivait ses lettres. Le style était fin, écrit par quelqu'un maniant la plume avec dextérité. Cela pouvait être lui, cela lui correspondrait bien, quoique cette homme avait un bon nombre de personnes à son service. Des individus de tout genre dont certains n'étaient pas à l'image du noble qu'il donnait à la majorité des gens. Peu lui importait de ce qu'il combinait, elle se contentait de faire ce pour quoi elle était payée, les motifs de Lorindiar le regardait. La lettre était courte, allant à l’essentiel, se voulant agréable à lire et d'une grande politesse. Nul besoin de détails elle connaissait le déroulement des choses avec lui.

Elle esquissa un sourire, le travail ne semblait pas habituel pour qu'il soit sur quelques jours. Qu'il soit bien payé allait de soit s'il n'était pas routinier et plus long. Quant au fait qu'elle pouvait lui faire confiance, cela elle pouvait. C'était un client fiable qui payait correctement et avec qui elle n'avait jamais eu de problèmes. Le fait qu'il l'appelle alors qu'il avait son équipe était signe de toute manière qu'il avait besoin d'elle. Siriel se leva et alla vers la cheminée et y jeta la lettre. Elle se dirigea vers la fenêtre et regarda le soleil. L'heure approchait il était temps. Elle alla vers une armoire et sortit une tenue plus civile, une robe blanche et bleu foncé assez courante. Elle effaça ses marques sur les joues , pour avoir l'air d'une simple sindarin. Elle mit tout son équipement dans le coffre qu'elle avait et le verrouilla. Beaucoup de prudence mais elle ne tenait pas à ce qu'on lui vole et entre la serrure et le poids du coffre elle était tranquille.

Elle sortit et arpenta les rues de la cité. Il était assez rare qu'elle se déplace comme cela dans de telles villes et encore plus le jour. Cela contrastait vraiment avec Ridolbar ou Thémisto et changeait des Bois de Sphène. A vrai dire, il n'y avait que dans de tels moments où elle paraissait plus anodine. Elle marcha jusqu'à arriver à la célèbre fontaine de la cité, lieu de rendez-vous récurrent autrefois avec Lorindiar. La place était bondée à cette heure de la journée, avec ses troubadours en tout genre, espérant récolter quelques pièces, attirer l'attention d'un noble passant et qu'il les prenne dans son mécénat ou ne serait-ce qu'une soirée pour le divertir. Elle marcha allant vers la fontaine, apercevant de loin celui qu'elle venait voir. Ils se saluèrent et échangèrent seulement quelques mots, Lorindiar lui remettant un morceau de papier. Ils se séparèrent ensuite, lui retournant à ses activités et elle rejoignant la taverne la plus proche pour se restaurer. Assise dans un coin, elle lut le papier, lui fixant un autre rendez-vous, le soir même, dans la chambre de l'auberge dont il était propriétaire. Elle connaissait les lieux pour s'y être déjà arrêtée. Le rejoindre serait une formalité.

Si vous aimeriez savoir ce qu'un assassine comme Siriel peut faire de son après-midi dans une grande ville et bien...vous ne le saurez pas. C'est surtout parce que cela ne représente guère d'intérêt. En fin de journée elle retourna chez elle et récupéra ses affaires de travail. Elle prit ensuite la direction de l'auberge. Elle se dirigea vers l'arrière de la battisse et grimpa sur le toit. Elle se glissa ensuite vers la fenêtre de la chambre du sylphide et posa sa main sur le mur d'à côté puis le traversa. Elle avança ensuite tranquillement dans la pièce et alla au fond et attendit à moitié dans l'ombre que Lorindiar arrive...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Re: La Mort au creux de la main [PV Siriel-Ision]   La Mort au creux de la main [PV Siriel-Ision] Icon_minitimeMer 18 Jan - 22:45

"Vous avez mis plus de temps que je ne l'aurai cru, ces années commencent elles à peser sur vous chère amie?"

dit le lord en rentrant dans la chambre fermant soigneusement la porte derrière lui. Pas le moins du monde surpris par la présence de la jeune femme dans une pièce fermé. Il avait troqué ses vêtements de ville pour un ensemble bleu nuit beaucoup plus discret simplement parcouru de fils d'argent au niveau du col et des manches, même si ce qu'il portait valait certainement plusieurs centaines de dias il semblait simple et passe-partout. Il lança une bourse rempli d'argent sur le lit, approximativement 250dias.

"Commençons tout de suite à parler de ce qui vous intéresse le plus..."

Inutile de faire dans les mondanités, ils n'étaient pas dans un lieu publique et ce qui se passait dans l'auberge du lord n'en sortait pas à moins qu'il le désire. Ision se moquait de savoir comment s'était passé l'après midi de la jeune et l'inverse était vrai également, il s'agissait d'un contrat, alors autant être clair et concis, du moins pour la partit monétaire, pour ce qui était des circonstances de l'obtention de l'objet, cela viendrait plus tard...

"Je vous offre 500dias, les charges de déplacements sont à votre charges comme avant, je n'ai pas changé les conditions, cependant... comme vous l'avez compris, cela sera un peu différent. Je ne cherche pas un meurtre, non ce que je vous propose c'est un vol, plutôt quelque chose qui me revient de droit et que je souhaites récupérer mais peu importe les raisons du moment que vous n'avez pas peur des morts..."

Les raisons d'Ision étaient les siennes et il n'avait pas à les exposer, Siriel était une employée, rien de plus. il prit une chaise, s'asseyant après avoir allumé quelques bougies pour éclairer la pièce, laissant de ce fait le visage de Siriel apparaitre, elle n'avait pas tellement changé depuis les dernière fois où ils s'étaient vus, certes l'après midi même, mais le lord prit le temps de faire plus attention à elle, celle qu'il l'appelait dans les situations où ses gens ne pouvaient pas l'aider, les conventions sociales, les personnes capable de les reconnaitre, Ision n'était pas inconnu là bas, et mieux valait pour lui ne pas s'attarder.

"Nous prendrons la route demain matin, nous allons voyager séparément, inutile que la ville me voit partir en la compagnie de qui que se soit. Nous nous retrouverons dans une citée morte, le cimetière des condamnés de Thémisto, là bas se trouve un livre que je dois récupérer, d'après ms informations il se situerai dans un des caveaux, cette mission peut sembler simple, mais les morts nous réserve parfois des surprises, je vous engage pour protéger ma vie, pour voler cet objet et pour tuer quiconque s’interposerait entre moi et ce grimoire, 500dias et la possibilité de piller ce qu'il vous plaira là bas, je veux juste le grimoire et ce qui me permettrait de l'utiliser. Sommes nous d'accord?"

Ision attendait la réponse de son employé, elle savait désormais tout, peu importe qu'elle sache ce que Ision comptait faire du grimoire ou même ce à quoi il pouvait bien servir, elle n'était pas payer pour penser à ce genre de chose. Ision lui laissait l'argent et tout ce qu'ils pourraient trouver, car ce livre valait bien plus que toutes les vies terran réunies à ses yeux. L'eau qu'il avait ramener avec lui était désormais chaude, il prit une tasse dans le placard de la chambre, puis une seconde, les disposant sur la petite table avec deux sachets de thé et du sucre, faisant signe à Siriel de le rejoindre.

"Avez vous des questions à présent?"
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Re: La Mort au creux de la main [PV Siriel-Ision]   La Mort au creux de la main [PV Siriel-Ision] Icon_minitimeVen 20 Jan - 20:11

Le propriétaire des lieux habitués aux manières de l'assasine, ne fut guère surpris de la trouver déjà là à son entrée. Guère d eformalité, il lança de suite une remarque selon laquelle il l'avait trouvé plus longue, supposant le poids des années ce qui fit pousser un reniflement à la sindarine.

- Si vous évoquez le temps pour recevoir votre demande, mon réseau se porte toujours aussi bien. Malgré les quarante années passées on me contacte toujours aussi rapidement pour un peu qu'on sache qui chercher. Ce sont vos amis qui sont lents.

Elle croisa les bras et reprit.

- Quant à vous rejoindre, vous savez très bien que dans ce type de ville je ne bouge que la nuit. Soyez rassuré sur ma santé, je me porte comme à mes débuts.

Lorindiar jeta négligemment une bourse sur le lit et entra dans le vif du sujet. Inutile de blablater des heures, elle n'était aps là pour cela et il le savait. Lui non plus d'ailleurs ne l'avait pas contacté pour cela. Elle écouta les conditions inchangées, payée pour le travail, en lui-même. Comme elle l'avait pensé, ce n'était pas un assassinat ordinaire mais dans ce cas là, un vol. Elle devrait faire équipe avec lui et il pouvait y avoir quelques perosnnes sur le chemin. Le sylphide fit un peu de lumière et s'assit. Siriel ne bougea pas attendant la suite. La destination était le cimetière de Thémisto dans un caveau. L'allusion aux morts laissait entendre que les géneurs potentiels pouvaient être eux ? Peu importait, vivants ou morts, une cîble était une cîble. En gros elle devait l'assister et le protéger. Soit, cela était bien payé et entrait dans ses cordes. Elle fit une moue à la nation de piller. Pour qui la prenait-elle ? Bon avant qu'elle ne devienne assassine cela lui était arrivé mais elle ne l'avait plus fait. Piller des tombes était assez abject et bien peu honorable. Bon d'un autre côté assassiner quelqu'un sans qu'il ait le temps de comprendre ce qui lui arrive ne l'était guère plus. Mais il n'y avait pas de manque de respect en soit comme d'aller fouiller des tombes.

- Cela me convient, je vous attendrai à l'entrée du cimetière à la nuit tombée.

Lorindiar alla chercher deux tasses pour du thé et le prépara en demandant si elle avait des questions. Quelqu'un de curieux pourriat demander la nature du grimoire qu'il recherchait et ses motifs, mais pas elle. Ce n'était pas son prblème et la responsaibilité était celle du sylphide, la sindarine ne faisait que ce pourquoi on la payait.

- Les questions que d'autres se poseraient ne m'intéressent pas.

A son signe de venir la rejoindre elle sortit de l'ombre et vont s'assoir, sans pour autant relever sa capuche.

- Concernant les détails du travail, je dois me fier à ce que vous me dites. Je vous sait fiable donc je suppose que vous m'avez dit tout ce que j'avais besoin de savoir. Si ce n'est pas le cas, alors je préfère le savoir maintenant qu'au dernier moment.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Re: La Mort au creux de la main [PV Siriel-Ision]   La Mort au creux de la main [PV Siriel-Ision] Icon_minitimeJeu 2 Fév - 6:34

"Mes amis? Quels amis Siriel?" Cette phrase contenait à elle seule ce que pensait le lord du monde qui l'entourait. Des amis? Ision n'avait jamais qualifié quiconque de cet attribut sincèrement. Même lorsqu'il s'adressait à Siriel en la nommant "amie", c'était une amie de commerce, de contrat, pas une amitié au sens où un terran basique pourrait l'entendre. Aussi si les informateurs d'Ision avaient ralentit la cadences, ils disparaîtraient et de nouveaux prendraient leur place c'était si facile, de les faire disparaître... les corps, les noms, les rumeurs, le lord les tenaient toutes dans le creux de sa main, et il s'amusait à croire que s'il resserrai un peu trop son poing, il pouvait briser Eridannia... avait il seulement tort?

"J'en suis conscient."

Bien sûr que le lord connaissait l'attrait de Siriel pour la nuit, et c'était bien entendu pour cela qu'il l'avait fait venir le jour, on ne pouvait que trop soupçonner le sieur Lorindiar sortir de ses appartements.
Le cimetière à la nuit tombé... bien puisqu'il fallait que cela soit ainsi, il opina seulement du chef pour lui signaler son accord. Lors des transaction Ision parlait peu hormis pour expliquer ce qu'il attendait de l'autre, c'était mieux, éviter de parler permettait à ce que l'autre, s'il se faisait prendre, puisse en dire le moins possible, rien que le nom du lord associé à celui de Siriel pourrait être dangereux pour lui, mais voilà, il ne craignait rien, car l'erylis savait que peu importe la somme que l'on pouvait lui proposer pour confondre le lord, ce dernier lui en paierait le double. C'était une femme d'argent, certainement beaucoup plus fiable que la plupart des femelles existant dans ce monde.

Alors qu'il allait s'en aller il lui précisa...

"Amenez des lames suffisamment tranchante pour couper des têtes, les morts vivants ont la fâcheuse tendance à avoir une résistance cutanée irritante..."

Il parlait en connaissance de cause, celle qui se cachait dans son ombre faisait partie de ce peuple et bien qu'elle lui soit totalement dévoué, l'aidant même dans plusieurs de ses « recherches » sur les peuplades, dont les gorgoroth. Quelque part Ision était un civilisationniste, même si de son point de vue, étudier un peuple c'était aussi disséquer et pouvoir contempler les limites de résistance de tous les individus, homme, femme... enfant. Pourquoi s'encombrer de sentiments Terran inutile alors que la toute puissance était au creux de sa main ? Pourtant Ision ne confondait pas orgueil et prise de risque, il se pensait (savait ?) plus puissant que tous les terran, ces minuscules êtres, que pouvaient ils réellement savoir ce qu'était les mots « puissance », « pouvoir », « grandeur » ? Le pouvoir pour le terran moyen était un coup de pied dans la poussière pour Ision. Non définitivement, lorsqu'il posséderait l'artefact de cette légende et s'il possédait les pouvoirs qu'on lui prêtait alors, la vérité sur les morts lui apparaîtrait comme le nez au milieu de la figure. Mais si tout cela était fait en vain ? Oui peut être, alors il s'en servirait, pour des activités trop longues à décrire ici.

Il ouvrit la porte, en franchit le seuil, rabattant son manteau à capuchon sur sa tête, il pleuvait dehors, il n'y voyait là qu'un phénomène climatique alors que d'autres pouvaient y voir un signe du destin, des Dieux. Les Dieux... bientôt Ision serait à leur niveau, et alors eux aussi il les battrait, il les écraserait et au dessus encore il régnerait, tel Sheogorath, il deviendrait un Dieu fou, s'amusant des mortels comme de vulgaires poupées de chiffons. Il traversa les rues discrètement jusqu'à sa demeure, sur le chemin il invoqua Imnia...

« Oui, mon Seigneur... »
« Tu m'accompagnera en plein jour demain, tu voyagera à mes côtés en tant que spécialiste de Phelgra et tu t'assurera que je ne sois pas touché par quoique se soit, mon corps est trop précieux pour être perdu. »
« Bien, votre excellence... »

Puis elle disparut, Ision continua son chemin, il arriva ordonna que sa monture soit prête pour le lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Re: La Mort au creux de la main [PV Siriel-Ision]   La Mort au creux de la main [PV Siriel-Ision] Icon_minitimeJeu 2 Fév - 19:59

- Je n'ai fais que reprendre un terme adapté à votre langage. Vos larbins si vous préférez.

Siriel savait parfaitement quel genre d'individu était Ision Lorindiar. Un homme dont les employés n'étaient que des instruments qu'il se servait pour atteindre ses objectifs. Mais cela n'était pas son problème, ils choisissaient de travailler pour lui après tout, tout comme elle le faisait. Son avantage néanmoins était de ne pas être plus liée à lui que cela. Leur association se limitait au contrat, à la fin elle était payée et fin.

Le sylphide acquiesça de la tête pour l'heure donnée. La nuit était le meilleur moment et surtout le plus discret. A la remarque de l'assassine il ne répondit rien. Il n'y avait donc rien de plus d'important à savoir ou qu'elle avait besoin de savoir. Elle eut cependant la confirmation que les adversaires potentiels seraient bien des morts quand il s'apprêta à sortir. Le sylphide tourna sa phrase avec un petit trait d'humour. Les morts-vivants étaient en effet assez coriaces, elle devrait passer à sa planque de Thémisto pour récupérer du matériel particulier. Cela était prévu mais quelques objets supplémentaires seraient nécessaires.

- Ne vous inquiétez pas, mes dagues sont toujours aussi bien affutées et les morts sont aussi stupides et lents que coriaces.

Relevés de leurs tombes, leur cerveau n'était plus que ruine et leur volonté seulement guidée par un instinct quelconque ou dictée par quelqu'un. De plus le temps réduisait leur mobilité, ce qui était facilement compensable. Il ne fallait pas néanmoins les sous-estimer, elle avait pu le constater une fois il y a une trentaine d'année qu'ils restaient dangereux. Siriel regarda le sylphide sortir et refermer la porte. Elle finit de boire son verre et se leva tranquillement de sa chaise, ramassa les 250 dias puis ressortit comme elle était entrée.

Elle retourna ensuite chez elle sans détour et se changea. Debout devant sa fenêtre, elle regarda le ciel en parti couvert et fit une moue. Elle espéra que le temps serait clair car dès l'aube elle devrait faire diligence pour rejoindre Thémisto. L'avantage était que vu la nature de la mission et le lieu, elle pourrait emmener Soresh avec elle. La louve sera sans doute utile, elle était capable de mettre quelqu'un à terre sans problème, même un mort-vivant.

*Bon ne tardons pas* se dit-elle.

La sindarine finit par aller se coucher et le lendemain, alors que les premières lueurs du jour n'étaient pas encore apparues, elle quittait la ville. Une fois quelques kilomètres passés, Soresh vint la rejoindre et ensembles, elles prirent la direction de l'Ouest vers la sombre Thémisto...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La Mort au creux de la main [PV Siriel-Ision]   La Mort au creux de la main [PV Siriel-Ision] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La Mort au creux de la main [PV Siriel-Ision]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Mort au creux de la main [PV Siriel-Ision]
» [Quête] La Mort au creux de la main II [PV Siriel-Ision]
» Ex Aequo ; Le coeur devient puissant seulement s'il est relier au creux d'une main.
» Katrina Caelevan - Femme de main pour Margot de Soltariel
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: La Communauté & ses échangesTitre :: • Corbeille :: • Les vieilles aventures-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !