La femme qui se faisait homme

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 7
• Eclaris: 6
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 5
• Nérozias: 6
• Gélovigiens: 5
• Ascans: 2
• Marins de N.: 7
• Civils: 21

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Langdum Mois:Cladil
[Mai/Juin en temps réel]

Tableau d'honneur


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 La femme qui se faisait homme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: Médecin / Conseillère ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Calixte Telenna
:: Médecin / Conseillère ::
Calixte Telenna
MessageSujet: La femme qui se faisait homme   La femme qui se faisait homme Icon_minitimeMer 12 Mai - 0:46

(Deuxième compte de Sighild)



PRESENTATION
CALIXTE TELENNA



La femme qui se faisait homme Sanstitre8dd

" L'androgynie suggère un esprit de réconciliation entre les deux sexes. "


    NOM: Telenna (nom de substitution)
    PRÉNOM: Calixte
    SURNOM: Vicomte d'Odessa (C'est ainsi qu'elle se fait connaître)

    SEXE: Féminin aussi surprenant que cela paraisse
    AGE: Inconnu pour son esprit mais relativement ancien
    PEUPLE: Sylphide

    CASTE: Eclari
    MÉTIER: Médecin

    ARMES PRINCIPALES:
      Edelweiss : C'est un éventail en métal argenté, solide et capable de trancher de nombreuses surfaces, allant de la chair, du tissus, du bois ou même certains autres métaux. Constitué de six branches distinctes, il est assez simple à utiliser et permet une grande liberté de mouvement.

      Magdalena ou la Dame de Cœur : Un nom très féminin pour une épée. Sa lame a été forgée dans un métal qui donne des reflets rougeoyants, ayant une couleur légèrement rosée. Cette épée se manie à une seule main, et est très élégante. Elle n'est pas destinée à des attaques de force mais de finesse. Son pommeau est incrustée d'une pierre ressemblant à un rubis, et les tissus recouvrant son manche seraient en soie rouge.


    AUTRES POSSESSIONS:
      ► Trousse de médecine. Cette dernière est faite de cuir et est remplie de diverses flacons contenant des médicaments diverses, des pansements, quelques plantes séchées et instruments basiques pour son métier. Il y a également des scalpels, des ciseaux et autres petits outils.
      ► Un violon. Calixte est très porté sur la musique et est une fine mélomane. Elle aime parfois jouer du violon quand le désir la prend.



    DON: Immortalité // Insensibilité à la douleur
    POUVOIRS:
      ► Contrôle du métal (manipulation des métaux)
      ► Contrôle de la nature (manipulation des plantes et des animaux)
      ► Visions (capacité rare à pouvoir entrevoir des brides d'évènements futurs ou passé)


    SPÉCIALITÉS:
      ► Soigneur (grande affinité naturelle avec les connaissances médicinales et soins diverses)
      ► Empoisonneur (connaissance accrue dans le domaine des poisons et ses remèdes)


    PHYSIQUE:
    Calixte est raisonnablement une femme, malgré l'allure qu'elle se plaît à avoir. En effet, elle eut toujours été indécise dans le choix de la sexualité à adopter, en tant que Sylphide, cela aurait très bien pu être homme ou femme. Toutefois, sa personnalité était très féminine, elle préféra les charmes et la beauté d'une dame plutôt que sa virilité. Cependant, cela ne fut sans penser à compenser ce détail en adoptant un statut d'homme dans la vie de tous les jours afin d'exercer le métier qui lui plaît pour le simple fait que les hommes sont curieusement mieux regarder dans la profession que les femmes. Se pliant alors à la misogynie des Terrans, elle trompe son monde en se revêtant d'habits masculin et se faisant simplement passer pour une personne androgyne. Pourquoi cela est-il crédible? Pour la simple et bonne raison que Calixte possède une voix suave et grave. Elle a une sonorité curieusement rassurante et prenante, parfois quelque peu intimidante mais chaleureuse.
    Néanmoins, elle n'en est pas moins femme de corps. Svelte et fine, son corps frêle et léger donne l'impression de pouvoir se briser à tout moment. Teint laiteux et de porcelaine, son corps est une véritable œuvre artistique dans le sens sa "création" fut particulièrement méticuleuse. Une peau douce, aucune imperfection, ses formes sont délicates. Sa poitrine n'est pas imposante, timide mais bel et bien présente (souvent caché par une gaine qui les lui cache sous ses vêtements). Ses jambes sont longues et fuselées, sa taille bien dessinée et ses hanches fines.
    Son visage dégage naturellement une douceur qui vous réconforte, des traits délicats et un petit nez aquilin. Ses pommettes sont fines, tout comme la courbe de ses lèvres. Son regard brille d'une couleur dorée et malicieuse, inspirant la générosité et l'intelligence.
    Quant à ses cheveux, ils sont tout feu tout flamme, d'une couleur rouge comme la passion ou les roses qu'elle affectionne particulièrement. Ils sont toujours particulièrement soignés, et portés d'une certaine longueur le plus simplement du monde. Elle ne les attache que lorsqu'elle se présente comme un homme et médecin, tout en arborant un chapeau haute forme très distingué.

    PERSONNALITÉ:
    Calixte est une femme particulièrement aimante et chaleureuse, toujours prête à aider son prochain, quelque soit la race. Elle se moque particulièrement du passé d'autrui et ne juge pas les gens - parce qu'elle sait que cela serait trop facile. Généreuse par nature, elle tendra toujours sa main en cas de besoin. Elle n'aime pas la souffrance quelque soit sa forme, raison de son désir d'être médecin à travers Istheria.
    Au delà de cette partie de sa personnalité, cette sylphide est très intelligente et curieusement de nature. La connaissance est un pouvoir et une force à laquelle elle espère un jour en connaître tous les détails. D'une grande passion, elle se donne toujours toute entière dans ce qu'elle entreprend, avec une grande détermination. Possédant un certain bagout malgré tout cela, Calixte n'est pas du genre à se laisser faire et n'hésitera nullement et sans peine à répondre aux inopportuns qui viendraient lui chercher des ennuis. Pleine de harangue, ses mots sont un venin puissant mais peuvent aussi être des plus doux et enjoliveurs. Si beaucoup aime à brandir la lame de leur épée, notre médecin préfère de loin user des mots comme des rasoirs. Téméraire, il est difficile pour elle de lâcher une affaire qui lui porte à cœur. Elle n'aime guère baisser les bras ou être en position de faiblesse. Cela ne lui empêche néanmoins nullement d'être réfléchie et posée. Elle évitera de se montrer trop impulsive ou bien sous le gourou de ses émotions, même si cela peut être difficile. Loyale, lorsqu'elle offre son amitié, cela sera envers et contre tout.... bien que elle pourrait très mal réagir devant la traitrise, mais elle cherchera toujours à agir avec le plus de dignité et d'honneur possible.
    Si défaut elle avait, il serait bien difficile à cerner si ce n'est peut-être une partie de son être quelque peu froide. Elle se montre peu ouverte aux sentiments amoureux pour une raison inconnue -par peur, par intimidation, par refus, il est difficile de le déterminée. Il ne fut pas rare le nombre de fois où elle refusa de nombreuses avances de femmes (sous son allure d'homme) ou bien d'hommes (lorsqu'elle reprend des habitudes de dames). Néanmoins, elle le fit toujours de façon la plus délicate possible.
    Au delà de ça, étant sa position, on peut peut-être voir ses talents de comédienne comme un défaut, puisqu'elle se doit de mentir à un bon nombre d'individus. Toutefois, cela ne lui pose que rarement des cas de conscience car elle estime que c'est pour une bonne cause, mais elle regrette lorsque son jeu blesse certaines personnes...




COMPAGNON
TULLI



La femme qui se faisait homme Oiseau

    RACE: Oiseau

    SEXE: Féminin

    POUVOIR: Célérité

    DEscriptION:
    Tulli est un petit oiseau qui pourrait être très discret de par sa petite taille, mais son plumage multicolore le trahit aux regards. Il serait originaire des terres de Noathis bien que son espèce peut être croisé sur Eridania. Tulli est un oiseau qui tient difficilement en place et d'une rare malice. Même si l'on conçoit que les oiseaux ont un petit cerveau, la mémoire de Tulli lui fait rarement défaut. Ingénieuse, ce petit bout de plume saura toujours retrouver son chemin et est d'une grande loyauté envers sa maîtresse, lui servant bien souvent de messager.





MONTURE
MAGNUS



La femme qui se faisait homme Cheval

    PRÉNOM: Magnus

    SEXE: mâle

    DEscriptION:
    Ce cheval est une grande vitalité et un animal d'une rare endurance. Il peut aisément tenir de longue distance sans trop se fatiguer à une allure modérée et porter des poids certains. D'une musculature bien taillée, Magnus est un mâle qui pourrait faire bien pâlir les autres de son espèce. Il possède une superbe robe grise foncée et un crin aussi blanc que la neige.
    Bien qu'il ne soit pas taillée pour les courses rapides, il n'en demeure pas moins d'une personnalité sauvageonne, voire même bougonne. L'animal en fait souvent qu'à sa tête mais se plie toujours à la volonté de sa maîtresse. Il fut très difficile à dompter et il n'est pas un animal d'une grande patience. Il n'hésitera pas à donner quelques coups de sabots aux malheureux qui l'embêteront un peu trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Médecin / Conseillère ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Calixte Telenna
:: Médecin / Conseillère ::
Calixte Telenna
MessageSujet: Re: La femme qui se faisait homme   La femme qui se faisait homme Icon_minitimeDim 13 Juin - 3:15

    HISTOIRE:

    " Être sylphide... comprendre son essence propre... cela faisait de vous une énigme à part entière. Pourquoi? Comment? D'où provient notre véritable conscience? Pourquoi naissons-nous sans aucun corps véritable? Pourquoi ne sommes-nous pas charnel comme tout autre individu? Homme ou femme? Possédons-nous une aussi grande liberté? Qu'avons-nous fait pour posséder un tel libre arbitre? Une telle énergie de choix quant à notre futur? Moi, Calixte, je me suis posée cette question mille et une fois sans ne jamais véritablement trouver de réponse. Notre réalité m'a toujours échappé depuis que j'ai vu le jour dans un siècle dont j'ai présentement oublier le jour, le mois et l'année. Le temps n'a aucune importance pour nous autre, car nous sommes immortels, nous sommes des êtres qui peuvent choisir l'heure de notre mort, quand nous serons lassé de tous, de vivre, de perdre les gens auxquels nous sommes attachés. Pour moi cela n'est encore jamais arrivé.

    Je ne me souviens de rien si ce n'était que j'étais capable de penser. J'attendais une voix chaleureuse qui me parlait, une main me toucher jusqu'à ce qu'elle me pousse vers ce qui fut alors le premier corps qui m'appartint. Il ne nous est généralement par permis de raconter les détails qui tournent autour de notre "naissance". Nous n'en dévoilons que les grandes lignes, jamais les précisions. Il y a des secrets et des vérités que certains peuplent ne pourraient comprendre... et puis il faut dire qu'il n'y a rien de bien intéressant à saisir dans notre façon de nous "reproduire". Toutefois, il m'est facile de comprendre toutes les questions que l'on peut se poser à cet effet. Ne pouvant trahir les miens, je peux néanmoins écrire sur cette page que le premier corps que nous possédons n'est qu'une coquille vide et sans forme, nous permettant alors de créer à notre goût et image le visage que nous souhaiterons plus tard adopter. Celui que je me plais à montrer aujourd'hui et celui dont je tire le plus de fierté, celui auquel je me suis plu à prendre mon temps pour tous les détails de sa modélisation. Ainsi dit, nous paraissons n'être fait que de bois comme un pantin mais il n'en est rien. Chair et sang, bien que différent d'un terran, nous avons un cœur qui bat, mais nous ne ressentons ni la douleur d'une lame sur notre peau, ni le temps trahir notre âge. Comme vous aurez pu le savoir, nous ne vivons pas d'enfance, ni d'adolescence mais le bel âge directement pour la plupart d'entre nous. Bien peu prennent la peine de jouer les enfants car ils n'en voient pas l'utilité.

    Quoiqu'il en soit, je me suis rapidement intéressée au monde dans lequel je suis née. Bien que nous possédons des connaissances innées comme la parole ou la marche qui n'est pas acquise pour beaucoup d'autres espèces, je n'en fus pas moins très curieuse naturellement. Le monde qui m'entourait me passionnait, comprendre pourquoi un oiseau vole, pourquoi ceux que l'on nommait Dieux auraient créer l'univers d'une telle façon et pas d'une autre, pourquoi il existait autant de race différente sur Istheria... Il y avait tant à apprendre et je pouvais me féliciter d'être née sous une étoile qui m'offrait le temps nécessaire pour tout cela. Néanmoins, j'ai passé de nombreuses années d'apprentissage au sein de Cimmerium, la grande cité des Sylphides où nous vivions un peu en autarcie par rapport au reste du monde. C'était une situation que j'avais beaucoup de mal à aborder car dès le début, je rêvais d'évasion et de découverte alors je me suis résolue à écouter la sagesse des plus anciens mais pour un temps seulement.

    Rapidement, je m'étais découverte une certaine compassion pour les autres peuples, leur fragilité, leur faiblesse face à des maux que nous ne pouvions connaître de par notre nature essentielle et divine. Mais avant que j'entame une étude approfondie dans le domaine, des conflits qui n'avaient ni queue ni tête, si ce n'était la simple vanité, anima mon peuple et les sindarins... une part de mon histoire donc je préfèrerais éviter le sujet puis plus tard, ce fut les Terrans et le reste du monde qui semblait toucher par ce mot là.

    La plus sombre période de ma vie, je la vécus dans un climat de guerre, la tristement célèbre guerre de Taulmaril. Cette cité était une beauté à vous couper le souffle mais trop de richesse attisait les mauvais esprits, bien qu'à mes yeux, remplir une bourse n'était qu'une dérision mais cependant, c'était ainsi qu'était fondé la société de laquelle les miens s'étaient coupés. Un de mes tuteurs m'avait empêché de me rendre là bas, m'enfermant dans les hautes tours du Cimmerium. Il tentait de me convaincre que cela n'était pas notre place, ni même un conflit qui nous concernait... pourtant j'en avais eu de terribles visions, j'en avais pressenti la souffrance, j'avais vu dans mes rêves les morts, les pertes inutiles, les enfants martyrs qui en naîtraient... je m'en étais rendue presque malade à cet époque face à l'impuissance dans laquelle je me retrouvais. On me disait folle et idéaliste, que je ne devais pas m'attacher pour des créatures incapables de se rendre compte de la beauté qu'ils possédaient, qu'ils étaient stupides et puérils. J'avais longtemps détesté les miens pour posséder des idées aussi archaïques, aussi imbus d'eux-même. En quoi étions-nous meilleurs? Nous savions qu'un mal approchait et nous n'avons pas levé le petit doigt. En attendant, j'ai dû vivre jour après jour en ayant d'horribles présages sur lesquels je ne possédais aucun contrôle et donc il ne m'était pas permis de parler, ou bien de tenter de modifier le cours. J'avais été en quelque sort un peu prisonnière de ma cité... Dans tous les cas, cela ternit grandement mes rapports avec les miens, ou tout du moins mes proches avec lesquels je ne possède plus aucun contact aujourd'hui. J'ai beau savoir qu'ils agissaient afin de me préserver, autant, même si cela est puéril encore aujourd'hui, je leur en veux profondément.

    C'était peut-être cet évènement qui me poussa à m'intéresser à la compréhension de tout cela. Le pourquoi du comment du comportement terrans et lhurgoyfs, et même des miens au final. Je me souviens que j'avais rencontré un Eclari à l'époque, un homme d'une grande sagesse qui venait parfaire ses connaissances en venant à la cité. Il était pourtant qu'un simple Terran et il m'avait véritablement subjugué par tout ce qu'il connaissait et n'avait pas d'enrichir mes envies d'évasion. C'était ce jour là où j'eus la révélation qu'il était temps que je me libère des chaînes de mon peuple et que je parte enfin vers l'aventure. Je n'avais jamais manqué de rien, et je jouissais d'une bonne culture, assez de connaissance pour m'en sortir. Mais mon premier pas en tant que femme enfin libre fut de partir vers Almaryl où je souhaitais gagner le statut d'Eclari, et de pouvoir visiter leur bibliothèque personnelle. Après tout, même avec les années, je restais particulièrement curieuse. Mais je me surpris au travers de mes voyages que les femmes n'étaient pas toujours très aimablement vus, ou tout du moins qu'être une femme vous amenait dans des situations pénibles. C'était le début de l'émergence de mon idée de travestissement je crois... mais non aboutie.... je préférais alors gagner les estimes de confrères qui aimaient la connaissance et qui, comme moi, pensait qu'il y avait là la plus grande richesse qui nous était donnée. Ce fut même plus facile que ce que je crus pour passer entre les mailles, une simple énigme que je me surpris à répondre sans difficulté.

    Puis je vécus d'autres aventures bien simple, des découvertes en tout genre qui n'ont guère le mérite d'être racontée... jusqu'à ce que je me décide de m'intéresser de près aux médecines diverses et variés. Il me sauta aux yeux que faire le bien autour de moi était la chose pour laquelle j'étais faite. Aider, soigner, trouver les remèdes comme l'on menait une enquête... c'était passionnant. Il me faudrait sans doute mille ans pour ne plus me sentir coupable de n'avoir rien fait pendant la guerre, mais j'espérais apporter ma pierre à l'édifice en devenant médecin. Ce fut à peu près à cette même période que je décidais de me faire homme pour exercer ma profession. Je me rendis compte que les hommes étaient affreusement pudiques et qu'ils se refusaient de parler de leur problème avec une femme.... je sacrifiais alors ma féminité pour le bien de ma profession. Cela eut toujours été qu'un détail pour moi... qu'est-ce que cela pouvait faire non? Nous les sylphides naissons asexués, nous choisissons même notre prédominance. Alors si je me devais faire de moi un homme, qu'il en soit ainsi.... homme le jour, femme la nuit... je changerais mon masque à mon grès sans que cela ne me cause un soucis de conscience.

    Et me voilà au jour d'aujourd'hui, médecin de profession, ayant mon propre cabinet dans une grande ville commerciale de Eridania. Je n'ai jamais autant aimé ma vie que depuis mon établissement là bas. Mais étrangement, mes nuits me font voir quelques visions qui ne me réconfortent pas le moins du monde, j'espère seulement que je pourrais y faire quelque chose maintenant... mais en attendant, je dois vivre et je dois apprendre. "


Journal de Calixte Telenna


Dernière édition par Calixte Telenna le Sam 11 Aoû - 15:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La femme qui se faisait homme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La femme qui se faisait homme
» La femme de glace, l'homme de bois et la mer.
» la première chose que je regarde chez un homme, c'est sa femme. ? STILLS
» Femme d'hier et d'aujourd'hui...
» Une femme alaite des bébés tigres en Birmanie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Gestion des PersonnagesTitre :: • Inscription & Présentation :: • Identités officialisées :: • Les Sylphides-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !