Un gibier particulier... [Kalysta Elyomar]



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un gibier particulier... [Kalysta Elyomar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: L'Ombre des Eryllis ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Ombre des Eryllis ::
Aliénor Isil

MessageSujet: Un gibier particulier... [Kalysta Elyomar]   Mer 20 Fév - 21:02

    Richard Gardi, ou affectueusement appelé, Richard-aux-pieds-légers, voyait sa réputation s'accroître dans la région de Canopée. Depuis quelques temps, son ombre court inexorablement dans la cité et toutes choses qui ont le malheur de croiser sa route disparaissent sans laisser de traces. Les Elfes sont inquiets, craignant pour leurs vies et pour leurs possessions. Si durant un certains temps le voleur ne portait ni nom, ni visage, aujourd'hui son identité fut révélée lorsqu'il tomba dans les filets des gardes de Canopée. On crut alors que tout allait redevenir comme avant, mais tous furent dupé par le vil voleur...

    - Mon nom est Richard Gardi, mais appelez moi Richard-aux-pieds-légers !

    Et il disparut comme par enchantement sous le nez des gardes en laissant derrière lui les cordes qui le maintenait en captivité. On dit qu'il avait prit la fuite par les airs sous la forme d'un corbeau, en direction d'Elusia. C'est alors que les Rôdeurs eurent vent de cette histoire et on quémanda un frère ou une soeur pour régler cette histoire et remettre cette crapule à la justice. Aliénor se désigna pour cette mission, sous la bénédiction des Anciens, et partit au dos de son compagnon pour traquer ce gibier bien particulier. Quelle ironie ! Partir à la chasse d'un Yorka, on se croirait à des temps anciens où on brimait cette Race. Mais si Richard est bien un Yorka, alors il est facilement compréhensif de savoir pourquoi il est retourné dans la cité de ses semblables.

    Elusia, grande citée de l'eau, un bijou de Délil datant de la nuit des temps. La toute première cité de ce monde avoir vu le jour mais aujourd'hui déserté par ses habitants, hormis par quelques Yorkas. Dans un sens, cela donnait un air mystique et ancestral à ce calme reposant et ce paysage quasiment abandonné à la nature. Pour sûr, ce n'était pas la première fois qu'Aliénor venait ici et à chaque fois qu'elle posait le pieds dans cette cité, elle se sentait sereine et aussi légère qu'un zéphyr. Quel dommage qu'elle ne puisse pas prendre le temps de profiter de ce lieu enchanteur... Cela suffisait pour détester Richard et la jeune femme comptait bien lui faire savoir... Glissant doucement hors du dos de Fenrir, l'Eryllis l'invita à se dégourdir les pattes durant sa traque à l'homme. Une manière comme une autre de le faire comprendre que ce gibier l'appartenait. Alors le loup partit sans demander son reste, allant surement en profiter pour satisfaire son appétit.

    La chasse pouvait donc commencer. Les pas de la Rôdeuse se firent aussi légers qu'une brise matinale. Chaque geste, chaque mouvement, trahissait un entraînement acharné, une vie de sauvageonne et une méfiance sans égales. Elle était devenue un animal qui flairait sa prochaine victime dans un silence quasi troublant. Seul le claquement de sa cape pouvait trahir sa présence. Arc en main, elle dévisageait d'un regard perçant les quelques Yorkas qui croisèrent sa route sans que eux se rendirent compte de la présence d'une ombre dans la leur. Mais aucun ne correspondait au physique donné par les gardes de Canopée au sujet de son gibier. Aliénor fouilla ainsi chaque recoins de la cité, en passant par les Jardins de Pierres et le temps de Greis. Elle ne perdait pas patience et gardait l'espoir que Richard se trouvait encore dans les parages. Car, après tout, peut-être avait-il quitté cet endroit depuis un moment ? L'idée frôla évidemment l'esprit de la Rôdeuse, mais il était nécessaire de fouiller avant la cité des Yorkas.

    Ainsi, ses pas menèrent jusqu'au Vieux Quartier ; un prestigieux vestige des habitants de jadis, ainsi qu'un véritable labyrinthe. Un endroit parfait pour établir une planque dans une de ces habitations abandonné, mais un véritable enfer pour chasser quelqu'un. Afin que ses pas ne fassent pas le moindre bruit dans ce sol pavé de pierre, la Rôdeuse dut ralentir le pas, calculer le moindre de ses gestes. Garder sa patience était primordiale, une patience qui pouvait être mise à rude épreuve...

    Soudain, sa fine ouïe perçut un bruit qui se détachait de l'environnement ; quelqu'un était en contact avec de l'eau. L'étranger s'abreuvait-il ? Ou faisait-il juste un brin de toilette ? Cela pouvait être un animal ou un humanoïde, mais la seule façon de le savoir était de trouver l'origine. Toujours à utiliser son pouvoir d'accroissement de ses cinq sens, elle se dirigea vers la source du bruit dans une démarche féline. Finalement, sa patience fut récompensé lorsqu'une petite place s'ouvrit à elle. Là, à quelque mètres d'elle, un homme au cheveux noirs s'abreuvait dans une ancienne fontaine et offrant son dos à son ennemie. Cette dernière l'analysa attentivement et outre les cheveux qui correspondait à la description, ce sont ses mains qui vont le trahir ; des doigts décharné teintés de noirs et des griffes acérés qui prônaient au bout... Un sourire mauvais apparut sur les lèvres d'Aliénor, c'était bien sa victime.

    La Rôdeuse s'avança doucement, retenant son souffle et son arc bien serré en main. La tension était à son comble, elle faisait attention à chacun de ses mouvements. Même quand son pieds se posa doucement sur une petite flaque d'eau ne produisit aucun son... Soudain, son gibier se retourna et ses yeux noirs se posèrent sur l'étrangère. En un instant, son regard descendit sur la broche de cape dont portait la jeune femme et un mot fut prononcé de la bouche du voleur :

    - Rôdeur...

    Aliénor n'eut pas le temps de faire le moindre geste, que l'eau détenue dans la fontaine fut propulsé à une vitesse folle vers l'Eryllis qui resta campé sur sa position. Soudain, un vent violent percuta de plein cette vague qui éclata sous la violence de ce coup. Le corbeau jura et prit les jambes à son cou.

    - Richard ! s’égosilla Aliénor en le poursuivant.

    Son cri fut emporté par une bourrasque de vent qui frappa d'une violence inouïe le dos du fuyard. Ce fut comme si toute la colère de cette folle était contenu dans ce souffle et le jeune homme manqua de peu de perdre l'équilibre. S'en suit alors une course effréné dans les ruelles du vieux quartier. Richard courut comme si Kron lui même était à ses trousses tandis que la Terranne le traquer comme un animal affamé. Ils tournèrent, dérapèrent, se frôlèrent... leurs pas résonnaient inexorablement et leurs souffles se perdaient dans le vrombissement de l'eau qui régnait en maître dans ces lieux. Personne ne voulaient abandonner... Richard jetaient des regards inquiets derrière son épaule et jura quand il croisa la lueur de détermination dans les yeux de la Rôdeuse. Il pria Sharna et Gréis de lui venir en aide en échange d'une fidélité infinie à leur noms.

    Peut-être qu'à ce moment là, on réalisa son souhait... Le corbeau eut soudain une chance inouïe alors qu'il était à un croisement. Une autre jeune femme apparut à sa droite et par quel miracle inconnu, il réussit à l'éviter de justesse... pas sa poursuivante. Aliénor eut le souffle coupé et les deux jeunes femmes mangèrent le sol avec violence. Elle ne comprit pas sur le coup ce qu'il s'est passé, encore sonnée, elle se retrouva donc sans comprendre au-dessus d'une femme. Le croassement d'un corbeau la fit relever la tête, Richard prenait la fuite par les airs. Grave erreur de penser qu'il allait s'échapper aussi facilement. Tout se passa très vite, à califourchon sur l'étrangère, la Terranne banda son arc... inspira... respira... la flèche partit par une violence inouïe, emporté par les bras du vent, droit dans le volatil. Elle traversa sans peine l'aile de Richard qui hurla de douleur et plongea dangereusement sur la terre ferme, quelques parts dans le vieux quartier.

    La Rôdeuse haletait, totalement figée sans quitter du regard le corps de sa proie attiré étrangement vers le sole. Ce n'est quand elle perdit de vue qu'elle prit une grande inspiration... Et un hurlement en Zinonien résonna avec colère, libérant une bourrasque de vent violent qui balaya les alentours, et son poing s'abbatit près du visage de l'étrangère. Non, elle ne parlait pas le Zinonien, seulement ses jurons, et celui-ci était sans nul doute la traduction d'un " fils de pute " craché avec toute la colère qui allait avec. Cela avait don de calmer les nerfs d'Aliénor de jurer ainsi ; elle reprit enfin son souffle, se calma et rangea son arc. Richard n'ira pas très loin avec cette blessure...

    C'est alors qu'elle se rendit compte de la présence de celle qui l'avait percuté de plein fouet. La Teranne abaissa alors son regard vers l’étrangère et ses yeux s'écarquillèrent de surprise.

    - Kalysta... ? C'est toi ?

    Un sourire rayonnant se dessina sur ses lèvres et d'un mouvement fluide, la Nomade se leva pour libérer cette ancienne connaissance. Une certaine douceur se lisait sur son visage, presque maternelle tandis qu'elle aidait la jeune femme à se relever.

    - Par la faux du Grand Kron... Mais que fais-tu ici ? Tu vas bien ? Tu ne t'es pas blessée j'espère ?


~ Aliénor's Theme ~


©redits :Bea Gonzalez & WhiteSpiritWolf
Kit : Léogan <3


Dernière édition par Aliénor Isil le Jeu 15 Jan - 12:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: Un gibier particulier... [Kalysta Elyomar]   Jeu 21 Fév - 14:41

Elusia n'était pas vraiment une ville qu'elle connaissait beaucoup, même au travers de son hôte terran. Probablement parce qu'elle essayait de l'éviter habituellement... Elle savait certaines choses, comme le fait que les yorkas y vivaient pour beaucoup mais hormis ces généralités, elle n'était pas très au fait des us et coutumes de la ville. Cette absence totale d'expérience ne l'avait pas empêchée d'échopper de la charmante tâche d'y traquer un certain Richard "Machin", corbeau-yorka-emmerdeur de son état qui avait mis son bec là où il n'aurait probablement jamais du le mettre. 

Les nérozias n'avaient pas traversé les récents événements de façon bien sereine, loin s'en fallait, et s'ils commençaient à s'en remettre doucement, il y avait encore du boulot. Ils avaient été tout simplement décapités et l'organisation, manquant désormais d'hommes, était en train de se redresser tant bien que mal à l'aide d'un nouveau dirigeant, d'une nouvelle organisation et de nouvelles prérogatives. Et, quitte à faire, encore plus de discrétion. Comme un animal blessé, il valait mieux rester caché jusqu'à que l'organisation soit pleinement guérie. Alors quand un voleur à plumes venait chiper quelques bibelots et se transformaient donc en témoin gênant, la nouvelle priorité était donc de lui clouer le bec, avec mauvais jeu de mot mais effectivité aussi rapide que possible…

Du coup ce monsieur Richard était donc maintenant le fier propriétaire d'une magnifique épée de Damoclès pendant joyeusement au-dessus de sa tête… La justice lui courrait peut-être après mais il avait maintenant directement un contrat au sein des nérozias. Le message était clair, il fallait faire en sorte qu'il ne puisse pas les mettre en danger. Soit en faisant en sorte qu'il ne puisse jamais communiquer quoi que ce soit, soit en faisant en sorte qu'il n'ait plus rien à montrer. En gros, la solution rapide mais sanglante ou la solution compliquée mais propre… Personnellement Kaly n'éprouvait pas un enthousiasme délirant à l'idée de tuer quelqu'un et préférait donc la seconde technique… Mais si elle venait à se retrouver au pied du mur, elle n'hésiterait pas bien longtemps. Les nérozias étaient un peu comme les syliméas. C'était des mal-aimés, des incompris, qui n'étaient pas complètement dénués de bonnes intentions mais dont les méthodes les vouaient aux gémonies… 

La jeune femme se retrouvait donc à devoir traquer Richard dans une ville pleine de personnes pouvant se transformer en animaux… Et là… C'était bien un concept qui la dérangeait au plus haut point. Jusqu'à maintenant elle n'avait encore jamais côtoyé ces gens-là. Volontairement. Ce n'était pas une forme de racisme quelconque mais juste un principe de précaution… Ces gens avaient une grande part animale en eux or les gens de son espèce avaient quelques petits soucis avec les animaux justement. Elle ne savait pas si c'était une odeur qu'elle dégageait ou quelque chose d'autre mais ils ne supportaient pas sa présence. Elle provoquait peur, nervosité, à un point où cela devenait violent et dangereux. Autant elle savait comment faire avec un animal, surtout s'ils prenaient la fuite, autant elle ne savait pas ce que cela pourrait donner chez un animal doté d'une intelligence humaine et qui pourrait communiquer avec les autres, pire, se mettre à fureter. Cela pouvait se révéler terriblement dangereux, non pas pour sa simple personne mais pour toute son espèce… 

Pourtant elle n'avait plus le choix. Elle devait mettre la main sur Richard et vite. Et pour cela elle allait devoir jouer avec le feu et rentrer dans cette ville pleine de yorkas… En espérant que ce fichu corbeau ne soit pas trop difficile à trouver et qu'il se laisserait faire. Bien entendu. Et toutes les sylphides allaient reconnaître leurs erreurs et les laisser vivre en paix tant qu'elle y était ! Le soupir résigné qui s'échappa de ses lèvres serrées ne lui fut même pas d'un quelconque réconfort. De toute façon elle n'y couperait pas, autant faire vite. Comme lorsque l'on arrachait une flèche. La jeune femme entra don en ville, ne profitant même pas de ce bout d'histoire abandonné là. Elle n'avait aucun intérêt immédiat pour l'architecture sauf si cette dernière lui offrait des cachettes adéquates. Se glissant dans les ombres, la nérozia ne prenait que de petites ruelles, les moins fréquentées, les moins habitées et lorgnait avec une certaine envie les toits. 

Si Kalysta ne croyait en aucun dieu, après tout personne ne s'était manifesté pour les aider ou adoucir leur tourment, il y en avait peut-être bien  un qui croyait en elle… Cette pensée traversa son esprit quand, justement, deux personnes traversèrent en trombe devant elle. Il lui fallut quelques secondes pour que son cerveau analyse ces images presque trop rapides pour elle mais, oui, il lui semblait bien que le lascar qu'elle chassait venait de passer devant elle ! Ni une ni eux, elle tourna les talons et entreprit de lui courir après, constatant au passage qu'elle n'était pas la seule sur l'affaire. 

Qu'à cela ne tienne ! Elle n'avait aucune gloire à partager car seule lui importait sa capture. Elle pouvait bien faire ça avec quelqu'un d'autre, cela n'en serait que plus facile… La syliméa bifurqua donc dans une autre ruelle pour essayer de prendre Richard en étau. Faute de discrétion, elle espérait que son passage serait trop rapide pour que les quelques très rares passants ne notent quoi que ce soit de dérangeant chez elle. Bientôt sa propre ruelle tourna, lui faisant gagner quelques mètres sur les autres avant qu'elle ne constate la présence d'un cul de sac. Juste avant, elle faisait un dernier virage large pour rejoindre la rue où se tenait la poursuite…

Kalysta poussa encore plus sur ses jambes pour pouvoir arriver à temps. Elle eut enfin sa cible dans son champ de vision, poussa encore ses limites à l'extrême et plongea sur lui… Pour le rater d'un quart de poil de mouche. Elle avait pourtant senti l'étoffe de sa tenue sous ses doigts… La seconde qui suivit lui parut se passer au ralenti. Elle vit parfaitement la seconde personne arriver droit sur elle alors qu'elle-même était bien incapable de faire quoi que ce soit. Elle eut tout le loisir de penser "et merde…" avant d'être percutée de plein fouet…

Le choc fut violent et particulièrement frustrant mais la nérozia eut la présence d'esprit de se faire aussi souple que possible afin de limiter la casse. Le contact un peu musclé avec le sol vida tout de même ses poumons déjà bien mis à mal par la course… Sans trop savoir comment elles s'y prirent, la syliméa se retrouva finalement en dessous de la poursuivante, position qu'elle aurait peut-être apprécié si elle avait eu un autre corps ce jour là, ou d'autres choses à l'esprit… Et si Aliénor ne l'identifia pas immédiatement, ce ne fut pas le cas de Kalysta. Se souvenant de leur rencontre dans les ruines, elle estima qu'elle était leur meilleure chance de ralentir Richard dans l'immédiat et resta donc parfaitement immobile. 

L'instant d'après elle fermait les yeux en sursautant alors qu'un poing s'écrasait à quelques centimètres de sa tête. Elle ne rouvrit prudemment un œil que lorsqu'elle l'entendit à nouveau parler un langage intelligible. Et sur un ton posé surtout. La jeune femme réalisa alors qu'elle avait retenu sa respiration et reprit donc son souffle, de façon un peu haletante toutefois… Libérée du poids, pas bien lourd quand même, de la rôdeuse, elle put même se redresser, sans pour autant se lever, affichant un sourire tout aussi grand que sa comparse…


-La même chose que toi visiblement.

Constatant que tout était en état de marche chez elle, la nérozia se releva, surveillant tout de même les alentours du regard…

-Enfin c'était l'idée de départ. Désolée…

La jeune femme afficha un air un peu penaud... Son idée avait été bonne au début, ce n'était que la réalisation qui pêchait. Et elle pouvait parfaitement comprendre le sentiment de frustration lorsque l'on perdait sa proie !! La syliméa secoua la tête, qu'elle avait un peu poussiéreuse, d'un geste dédaigneux.

-Nan, tout fonctionne, rien de cassé. Et toi?





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'Ombre des Eryllis ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Ombre des Eryllis ::
Aliénor Isil

MessageSujet: Re: Un gibier particulier... [Kalysta Elyomar]   Dim 1 Fév - 20:03

    Avec tout ce qu'elle avait vécu, Aliénor était toujours aussi stupéfaite de savoir que le monde pouvait être si petit. Quelle agréable surprise de revoir cette petite Kalysta. Pourquoi « petite » ? Elle ignorait, car après tout, était-elle réellement sûr que la jeune femme était plus jeune qu'elle ? Non, et pourtant, la Nomade avait comme l'impression de voir une petite fille face à elle. Peut-être était-ce du à leur fameuse rencontre lors des Ruines de Taulmaril ? Même après tout ce temps et face à la douleur que lui procurait ce fameux souvenir, la Rôdeuse ne pouvait oublier ce tout petit bout de femme en larmes et recroquevillée sur elle-même. Elle pouvait encore ressentir la pression de son petit corps frêle et tremblant contre elle, les larmes aux creux de ses doigts, et ce regard larmoyant qui avait transpercé son coeur. Et qu'en était-il de cette incroyable gentillesse ? De cette douceur et de cette générosité qui lui avait permis, elle et Sighild, de retrouver le chemin vers la guérison ? Ha, l'Eryllis avait fait de nombreuses rencontres, certes, mais aucune ne l'avait autant marqué que celle de Kalysta Elyomar. Aliénor voyait en cette dernière un petit bout de femme qui semblait être perdue dans ce vaste monde et elle ne pouvait s'empêcher de ressentir un certains amour fraternel envers elle. Ironiquement, ce n'était pas dans ses habitudes d'être aussi attendrie par une personne qu'elle ne connaissait pas, mais un étrange instinct lui soufflait qu'elle pouvait lui faire confiance. Allez savoir si, oui ou non, cela allait la conduire à sa perte.

    Mais ne nous égarons pas, un gibier était dans la nature et il fallait l'attraper avant qu'il s'enfuit, encore ! Rangeant son arc, Aliénor commença à marcher d'un pas félin, à l’affût du moindre détails. La pierre qu'elle portait à son cou s'illuminait d'une douce lueur, montrant ainsi qu'elle usait de ses pouvoirs et ce fut donc en se déplaçant qu'elle usa de son ouïe et de sa vue perçantes. La jeune femme était sur ses gardes, ne voulant pas être prise au dépourvue alors qu'elle se rapprochait du point de chute de sa proie. Cependant, cela ne l'empêchait pas de répondre à Kalysta d'une voix assez posée :

    J'ai vécu pire, ne t'inquiètes pas... Tu t'intéresses donc à Richard, toi aussi ? Ah... Il semblerait que cette ordure s'est fait un nom... Cependant, j'ai le regret de te dire que Canopée à fait appel aux Rôdeurs pour attraper ce fugitif et le présenter à la Justice... Cela ne te dérange pas j'espère ? Ah moins que tu veuilles lui dire deux mots avant que je l’emmène ?

    La Nomade s'élança et d'une agilité surprenante, Aliénor se hissa sur un grand muret délabré qui encombrait sa route. Là, elle avait une grande vue d'ensemble sur le Vieux Quartier et lorsqu'elle remarqua l'absence du corps de Richard, un sourire carnassier se dessina sur ses lèvres rosés. Cela pouvait être contrariant, en effet, mais en même temps, cela pimentait cette chasse à l'homme. Et puis, il n'ira pas bien loin, pas avec sa blessure et ce sang. Descendant agilement de son perchoir, la Rôdeuse s'approcha tel un félin là où Richard s'était écrasé dans sa chute. Une marre de sang odorante y gisait et à sa vue son sourire de prédatrice s'étira. C'était parfait, non seulement sa blessure allait l'encombrer, mais en plus, le sang qui y coulait était un véritable Fil d’Ariane. Il ne manquait plus qu'à remonter cette trace de sang qui s'enfonçait dans ces vieilles ruines. Se relevant gracieusement, Aliénor prit une profonde inspiration et cria :

    Richard ! Tu ne m'échapperas pas ! Cours si tu veux, mais tu es à moi !

    Son crie se porta d'une force dans les bras du vent et se répercuta dans chaque recoin de ce lieu oublié. Ce n'était pas du genre de la Terranne d'être aussi sûr et malsain avec ces proies, mais il y avait une raison à cela et la jeune femme l'expliqua à la petite Kalysta dans un murmure amusé :

    Si tu veux chasser quelqu'un, Kalysta, montres avant tout ta détermination. Ta proie se sentira ainsi en danger face à la menace que tu représentes. Sous le coup du stresse et de la peur, les fugitifs perdent leurs moyens et commettent ainsi bien des erreurs qui faciliteront leur localisation.

    A ses mots, une nuée d'oiseau s'envola à quelques lieux d'ici, près de ruines ne faisant qu'un avec la forêt environnante. « Un parfait endroit pour sa cacher... » pensa l'Eryllis d'un sourire carnassier.

    Tu vois ? Lâcha-t-elle d'un petit rire. Alors n'hésites pas à en faire trop et te montrer impitoyable... Enfin, je te dis ça, mais je ne t'ai pas demandé si tu voulais participer à cette chasse à l'Homme... Qu'en dis-tu ? Veux-tu te joindre à moi pour chasser ce vile corbeau ?

    Et un sourire de prédatrice se dessina sur ses lèvres. C'était dans ce moment pareil qu'on se rendait compte qu'Aliénor était peut-être bien plus un animal qu'une Terranne...


~ Aliénor's Theme ~


©redits :Bea Gonzalez & WhiteSpiritWolf
Kit : Léogan <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: Un gibier particulier... [Kalysta Elyomar]   Sam 7 Fév - 22:13

Croiser Aliénor ici était vraiment une chance... Cela faisait trop longtemps depuis la dernière fois qu'elle l'avait vue et les circonstances, même si elles n'étaient pas idéales étaient déjà bien plus agréables que la dernière fois. Au moins la rôdeuse avait-elle l'air en bien meilleure santé... Ce qui, admettons le, n'était pas bien difficile... La jeune femme jeta un rapide coup d'oeil autour d'elles, constatant que l'imposant loup de la terrane n'était pas là, un autre plus indéniable du jour même si elle avait perdu sa proie. Ce n'était pas qu'elle n'aimait pas Fenrir, c'était plutôt qu'il ne l'aimait pas elle. Pas du tout. Comme l'immense majorité de la faune isthérienne... Sauf que ce loup était suffisamment imposant pour lui croquer la tête avec une facilité déconcertante. Pouvoir interagir avec sa maîtresse sans avoir sa présence menaçante était une chose rare et précieuse pour elle. Car elle appréciait énormément Aliénor... Elle n'avait pas vraiment eu l'occasion de travailler souvent avec elle, encore moins de parler longuement, mais le peu de fois où elle avait eu cette chance, elle l'avait beaucoup appréciée. 

Kalysta avait développé peu de relations, craignant toujours qu'elle ne dérape un jour et ne trahisse l’existence de toute sa race... Mais il y avait une poignée de personnes qu'elle avait appris à réellement apprécier et qu'elle considérait comme ses amis ou sa famille. Irina, par exemple, pouvait presque être une figure maternelle alors qu'Aliénor avait un statut de grande soeur à ses yeux... Peut-être parce qu'elle sentait qu'elles étaient "relativement" proches tout en ayant une large différence d'expérience. Et non pas d'âge... C'était compliqué l'âge... Elle n'était pas certaine que la rôdeuse régisse bien si elle se lançait dans une explication sur le fait qu'elle avait en fait moins d'un an mais, aussi, plus de 1 000. Ou des brouettes. Bref, comme les relations amoureuses, c'était "compliqué"... En tous cas se retrouver réunie avec Aliénor était un vrai plaisir avec elle et elle dut prendre sur elle pour conserver un minimum de bienséance, histoire de ne pas avoir complètement l'air de la gamine qu'elle était en fait...


-Yep... Disons qu'il a fait du tord à des gens au sens de l'humour très approximatif...

Et cela tenait de l'euphémisme. Les nérozias avaient peut-être des idéaux mais s'ils avaient survécu jusque là, c'était aussi parce qu'ils ne laissaient rien au hasard. Jouer avec eux revenait à jouer avec le feu après s'être roulé dans de la poix. Le fait que les rôdeurs étaient désormais sur le coup venait probablement de sauver la vie de Richard. Temporairement du moins... Elle allait devoir trouver une autre façon de s'assurer qu'il ne laisse rien filtrer de ce qu'il savait. Surtout qu'il y avait des chances qu'il n'ait même pas conscience de la valeur de toutes les informations qu'il avait. Elle ne ferait pas le poids face à Aliénor si elle devait lui forcer la main pour récupérer leur proie... Ensuite... Ensuite même si elle appréciait énormément la rôdeuse, cette dernière ne la connaissait pas complètement. Peut-être que si un "accident" venait à se produire pendant qu'elles le capturaient, elle mettrait cela sur le dos de son inexpérience... ?

-Pas de soucis. Le principal c'est qu'il soit hors d'état de nuire... Je lui rappellerai juste qu'il n'a pas que Canopée qu'il s'est mis à dos avant que tu ne l'emmènes...

La jeune femme la laissa donc prendre la tête, admirant avec quelle facilité elle parvint à se hisser sur le muret. Si elle devait éliminer Richard "sans faire exprès", elle n'aurait pas trop de mal à surjouer de la maladresse en comparaison de ses talents naturels. La syliméa attendit quelques instants, avant de finalement suivre la terran de façon bien moins gracieuse... Visiblement, même si leur collision les avait empêchées de venir à leur fin, Aliénor avait bien rattrapé le coup en parvenant à le blessé. Cela ne l'empêchait visiblement pas de bouger dans l'immédiat mais ainsi gêné, il ne pourrait pas vraiment aller bien loin. Sans compter qu'elles avaient maintenant une piste à suivre... Elle aussi ne put s'empêcher de sourire de façon prédatrice à cette constatation... 

Par contre le cri de la rôdeuse la fit clairement sursauter. Elle ne s'attendait pas à ce qu'elle annonce aussi clairement ses intentions, bien plus habituée au secret et à la discrétion. C'était un nouveauté de traquer quelqu'un en s'annonçant de façon aussi directe. La nérozia jeta un regard interloqué à son amie cherchant à comprendre les raisons derrière son geste. Et Aliénor dut sentir son questionnement puisqu'elle se rapprocha d'elle pour lui souffler une explication de façon conspiratrice. C'était donc une manoeuvre psychologique pour le pousser à paniquer et faire une erreur... Malin... Mais cela ne devait fonctionner qu'avec des personnes relativement connues pour leur efficacité... Richard paniquerait probablement moins si c'était un complet inconnu qui l'avait ainsi menacé...

La jeune femme tourna vivement la tête vers des ruines, l’envolée soudaine et paniquée d'oiseaux marquant clairement que quelqu'un venait de précipitamment déranger le calme des lieux. Elle ne pouvait que souligner l'efficacité de la technique d'Aliénor... Elle se retourna vers elle, affichant le même sourire, peut-être même plus naturellement carnassier encore avant que la syliméa ne se reprenne et ne réinjecte suffisamment d'innocence dans son expression. C'était dans ces moments là qu'il lui était le plus difficile de masquer sa nature de prédateur, de ravaler certains de ses instincts primaires... Or elle ne pouvait vraiment pas se permettre ce genre d’inattention, surtout face à Aliénor ou, pire, au contact de yorkas...


-Oh, avec plaisir ! Et si j'en apprends pas plus en te suivant, c'est vraiment que j'ai pas les yeux en face des trous !!

Et c'était parfaitement vrai. Quand on considérait l'expérience d'Aliénor, la nérozia ne pourrait qu'en ressortir grandie. Et puis c'était aussi l'occasion de passer un peu de temps avec elle... Pour une fois qu'elle pouvait clairement allier travail et plaisir, elle n'allait certainement pas refuser !! Sur ces mots elle commença à se diriger dans la direction des ruines à petites foulées, cherchant au passage de nouvelles traces de sang...

-Comment tu veux qu'on s'organise là-bas?





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'Ombre des Eryllis ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Ombre des Eryllis ::
Aliénor Isil

MessageSujet: Re: Un gibier particulier... [Kalysta Elyomar]   Lun 2 Mar - 1:15

Que faire ? Si Aliénor avait été seule dans cette chasse à l'Homme, elle serait aller à la rencontre de Richard, tout simplement. Aussi silencieuse qu'une ombre, à l’affût comme un prédateur, elle se serait faufilée jusqu'aux ruines abandonnées pour le traquer sans le moindre ménagement. Mais maintenant, elle n'était plus seule ; Kalysta l'accompagnait à présent. Cela pourrait compromettre la mission, car après tout, la Terranne ne savait guère si sa nouvelle compagne de route avait les capacités pour mener à bien la mission. Mais c'était le choix de la jeune femme d'avoir demandé à Kalysta de faire équipe avec elle, et Aliénor ne le regrettait pas ; un peu de compagnie ne lui ferait pas de mal. Surtout une aussi sympathique compagnie. Alors, il faut assumer ce choix : il va falloir qu'elle prenne tout le temps en considération la présence de sa cadette pour ne pas les mettre en danger. Un seul faux pas, et elle pourrait la mener à sa perte ! Et en cela, la Nomade ne se le pardonnerait jamais. Elle se promit donc en son fort intérieur, tandis qu'elle prenait une grande inspiration, qu'elle ferait tout son possible pour la protéger. Cela ne sera sûrement pas facile, mais elle n'avait pas le choix non plus ; elles formaient à présent une équipe et il fallait qu'elles soient soudées !

Aliénor observa les ruines abandonnées, en silence. Elle semblait réfléchir à un plan ; si elles se séparaient, cela recouvrait plus de terrain pour les recherches. Cela semblait être une bonne solution, mais ne valait-il pas mieux qu'elles restent groupées ? L'Eryllis ne faisait pas partis de ces personnes trop confiantes et qui sous-estimaient son adversaire. On pourrait croire le contraire, avec son air austère et assuré, mais non ; elle était toujours sur ses gardes et préférait sur-estimer autrui pour mieux se préparer à une éventuelle surprise. Et il fallait l'avouer, Richard était malin ; il avait plus d'un tour dans son sac. Ce n'était pas pour rien si les autorités avant tant de mal à l'attraper et qu'on ait du faire appelle aux Rôdeurs. Finalement, le choix de la Terranne était fait, et tandis qu'elle prit son arc en main, le bandant d'une flèche, elle prit la parole d'une voix sombre et autoritaire :

Nous devons rester grouper ; Richard est peut-être un sale fils de catin, mais ne le sous-estime pas. Ce con est bien plus malin et il pourrait nous surprendre... Nous devons rester unies, pour mieux nous protéger. A deux, nous lui feront de sa vie un véritable enfer !

Un sourire malicieux étira ses lèvres rosées. La jeune femme se glissa dans la végétation, se faufilant à travers les ombrages tel un serpent. Elle ne produisait aucun bruit et aucune brindille ne se brisait sous son poids. Elle faisait qu'un avec la Nature environnante, comme si elle avait toujours appartenu à la forêt. Alors elle se retourna vers sa compagne, comme emportée par le vent et lui sourit. Elle ouvrit les lèvres, et s'exprima. Mais aucun son n'en sortit ; seul le silence était donné à ses mots. Pourtant, une brise vint se loger au creux de l'oreille de Kalysta et lui murmura des douce paroles :

Nous devons garder le silence... Je te parlerais ainsi, avec l'aide du Zéphyr... Si tu veux t'adresser à moi, murmures... Et le vent m'apportera tes mots à mon oreille...

Un sourire aussi doux que celui d'une mère planait sur ses douces lèvres et elle fit volte-face, faisant claquer sinistrement sa cape. C'était un tour de passe-passe que la Terranne avait appris à maîtriser avec le temps et la complicité de l'air ; celui de porter ses mots dans le vent. C'était pratique pour être discret mais aussi pour glisser quelques secrets au creux de l'oreille d'une personne.

Quoi qu'il en soit, l'heure n'était pas à l'amusement, c'était même plutôt tendue. Plus elle se rapprochait des Ruines, et plus l'Eryllis s'avançait avec beaucoup plus de prudence, caressant la plume de sa flèche avec nervosité. Tout ses sens étaient en alertes, à l’affût du moindre bruit, du moindre mouvement dans les ombrages. Mais il n'y avait rien, absolument rien. Même lorsqu'ils rentrèrent dans la vieille battisse abandonnée, il n'y avait aucune trace de Richard. Aliénor suivit alors les traces de sang qui la menèrent dans un coin, là ou une quantité de liquide rougeoyant pourrissait au sol. Alors, elle s'agenouilla doucement et attendit que Kalysta en fit de même pour s'exprimer dans le vent :

Tu vois ces traces de sang, parfaitement net ? C'est la preuve que Richard est restée un instant cachée contre le mur... À présent, la trace continue dans la forêt... Soyons vigilentes, le terrain n'est plus à notre avantage ; il peut se cacher n'importe où dans les ombrages...

Aliénor reprit la route, s'assurant que Kalysta la suive parfaitement. Elles se déplacèrent en silence, plus vigilantes que jamais ; savoir que la mort planait au-dessus d'elles la poussaient à être sur ses-gardes et de ne jamais abaisser ses défenses. Finalement, le chemin de sang les mena vers un ruisseau en un seul morceau. Les deux jeunes femmes s'en approchèrent et d'un pas léger, la Nomade lança des regards furtifs à droite, à gauche, mais aucune trace de Richard. Elle se rapprocha prudemment de la rive et elle soupira avec exaspération. Le vent porta ses paroles à sa compagne :

Les traces de sang s'arrête ici...

Soudain, il eut un éclair de lucidité dans son regard sombre et tout se passa très vite... Ses yeux s'écarquillèrent d'horreur. Elle fit volte-face, faisant claquer sa cape. Sa main se posa sur la poitrine de Kalysta... et une bourrasque terrible envoya la Syliméa à plusieurs mètres de là. Lorsque le calme était revenue, Aliénor n'était plus sur la rive. Elle était prisonnière dans une sphère d'eau dont la surface était gelée. Elle était là, en train de se débattre dans l'eau, donnant des coups de poings et de pieds dans cette surface de glace. Le rire de Richard se répercuta dans la forêt.

La Terranne paniquait, elle ne savait comment se défaire de cette prison. Son esprit se brouilla, incapable de suivre le rythme de ses pensées. Elle avait réussis à sauver Kalysta de ce piège, mais pas elle. Elle qui haïssait profondément cet élément si bien qu'elle en avait une peur bleue. Sous la panique, l'air se faisait plus rare dans ses poumons et elle fut incapable d'aligner la moindre pensée lucide. Elle était si horrifiée, qu'elle n'arrivait guère à garder son sang-froid face à ce cauchemars.

Mais qu'allait faire à présent la jeune Kalysta ?


~ Aliénor's Theme ~


©redits :Bea Gonzalez & WhiteSpiritWolf
Kit : Léogan <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: Un gibier particulier... [Kalysta Elyomar]   Jeu 5 Mar - 8:31

Kalysta venait d'élire l'eryllis chef de groupe et attendait donc d'entendre la stratégie qu'elle comptait mettre en place. Après tout elles n'étaient que deux contre un adversaire qui devait avoir un certain nombre d'atouts dans sa manche, cela faisait trop longtemps qu'il s'en sortait pour ne pas être dangereux. Et elle allait elle aussi devoir faire preuve de prudence et d'intelligence... Même si elle appréciait énormément Aliénor, elle ne pouvait pas se permettre de dévoiler l'étendue de ses capacités. Garder la grande majorité de ses talents magiques secrets faisait partie de ce qu'elle avait développé pour masquer sa véritable nature. Heureusement pour elle, cela faisait maintenant un bon moment qu'elle avait apprit à travailler avec ce qu'elle avait apprit, ne se reposant que très rarement sur ses autres capacités.

Elle se contenta d'acquiescer aux directives qui lui étaient données, un simple sourire en coin. Silence et travail d'équipe... Voila qui lui convenait très bien. Richard n'allait peut-être pas être facile à attraper mais elles allaient lui en donner pour son argent. Et elle comptait bien exploiter chacune de ses erreurs pour se débarrasser de lui. Avec son statut de "débutante", elle n'aurait aucun mal à faire passer cela pour un accident après tout... L'utilisation du vent pour porter leurs paroles surprit quelque peu la syliméa... Elle avait croisé quelques personnes à même de manipuler l'air et les zéphyrs mais c'était la première fois qu'elle voyait quelqu'un s'en servir de façon aussi pragmatique. C'était finement pensé et terriblement pratique... Et cela dénotait aussi des années d'expériences du coté de la rôdeuse. Elle devait vraiment être redoutable lorsqu'elle utilisait ses capacités magiques...

La traque jusqu'aux ruines se fit donc dans le silence. Kalysta fit de son mieux pour ne pas être le maillon faible du groupe en se faisant le plus discrète possible. C'était quelque chose dont elle avait l'habitude mais les lieux même ne lui étaient pas spécialement propices et elle devait donc se faire d'autant plus discrète. Cela la ralentit quelque peu mais elle parvint tout de même à rester aux cotés de la terrane... C'était un bon début en soit, du moins à ses yeux et elle commençait déjà à apprendre des choses ne serait-ce qu'en observant son amie. Aliénor avait vraiment l'air dans son environnement naturel, une chasseuse née, c'en était impressionnant... Elle était d'ailleurs soulagée de constater qu'elle n'avait pas estimé nécessaire de faire appel à son ami lupin, même si ses compétences auraient probablement été utiles...

Elles ralentirent leur allure une fois aux ruines, maintenant sur le territoire de Richard. Du moins façon de parler... S'étant déplacé autrement, il avait probablement eu le temps de se préparer à leur arriver et elles devaient donc redoubler de prudence. Personnellement, la jeune femme savait qu'elle aurait fait en sorte d'accueillir soigneusement ses poursuivants si elle avait été dans la même situation. Il y avait bon nombre d'endroits où positionner des pièges aurait été adéquat. Sans compter les recoins où se cacher pour tendre une embuscade... Ce n'était pas exactement sa spécialité mais avec un peu de matériel et de bon sens, on pouvait rapidement "sécuriser" la zone. C'est pour cela qu'elle se montrait particulièrement suspicieuse, surveillant son environnement, notamment les zones qu'elle aurait elle-même favorisé pour poser des pièges.

Observant la tâche de sang avec attention, la syliméa acquiesça pour faire comprendre à son amie qu'elle avait bien noté sa remarque. Richard en avait probablement profité pour essayer de se soigner un minimum, un bandage ou quelque chose du genre... La quantité de sang n'était malheureusement pas suffisante pour espérer le trouver véritablement affaibli. Il serait probablement quelque peu incapacité mais pas suffisamment pour leur offrir un réel avantage, surtout avec l'avance qu'il parvenait à garder sur elle. D'ailleurs... A sa place elle aurait exploité ces traces de sang pour guider ses poursuivants exactement où elle le désirait. Aliénor avait certainement pensé à cette possibilité mais elles ne pouvaient pas se permettre de rebrousser chemin ou de revenir les mains vides. Elles devaient faire avec ce qu'elles avaient... Elles auraient juste à se montrer doublement prudentes.

La traque se poursuivit donc en foret, au grand désarroi de la syliméa. L'environnement plus sylvestre qu'urbain ne tarda pas à devenir une gêne pour elle. Là où Aliénor n'avait pas besoin de beaucoup de concentration pour se faire silencieuse, la nérozia devait faire attention à la moindre brindille pour ne pas la faire craquer sous sa botte. Son amie avait tout de même l'air beaucoup plus à l'aise qu'elle. La piste les mena jusqu'à un ruisseau, loin des sentiers battus... La jeune femme fronça le nez, se doutant de la route qu'il avait pu prendre...


-Tu crois qu'il a essayé de se servir du ruisseau pour brouiller la piste?

Mais Aliénor comprit pourquoi il les avait véritablement menées au bord de l'eau. Elle ne s'attendait pas du tout à être repoussée ainsi et son atterrissage fut particulièrement brutal et douloureux. Heureusement la jeune femme ne percuta rien d'autre que le sol et put se redresser rapidement, consciente et en pleine possession de ses moyens. Ce n'était certainement pas quelques bleus qui allaient l'empêcher d'agir... Elle ne mit que quelques secondes à comprendre ce qui venait de se passer... Et elle n'avait que quelques secondes pour réagir. Deux solutions s'offraient à elle. Soit elle faisait en sorte que le sort cesse en s'en prenant à celui qui manipulait l'eau, ce qui revenait à trouver Richard dans l'instant et de le mettre hors d'état de nuire, ou de le distraire suffisamment. Soit elle s'en prenait directement à la gangue de glace en espérant que ce n'était que cela qui maintenait la rôdeuse dans l'eau.

Le choix fut rapidement fait. Visiblement Aliénor paniquait, perdant d'autant plus son précieux souffle, et si elle entendait parfaitement le rire sardonique de leur proie, elle ne le voyait pas... Le tout tait d'agir vite... Au lieu de sortir l'une de ses armes, la syliméa s'empara de l'un des galets qui jonchaient les rives du ruisseau, en sélectionnant un dont l'une des extrémités semblait un peu plus "pointue" que celles des autres. Ce n'était pas un pic à proprement parler mais plus ce qui aurait pu passer pour une hache de pierre très rudimentaire pour ne pas dire archaïque. Kalysta ne perdit pas de temps à essayer de rassurer son amie, non seulement elle ne l'entendrait probablement pas mais en plus elle n'avait jamais été pour les platitudes inutiles. Au lieu de cela elle observa rapidement la surface glacée, passant sa main libre dessus pour chercher la première aspérité qui l'inspirerait.

L'instant suivant, la nérozia abattait le galet de toutes ses forces... L'éclat qui sauta n'était en rien impressionnant mais ce n'était pas vraiment ce qu'elle avait recherché... Les micro-fractures qu'elle venait de provoquer sur la surface de la gangue de glace, par contre, avaient un tout autre intérêt. Prenant une grande inspiration, la jeune femme se focalisa complètement dessus et usa de sa télékinésie pour les exploiter, les forçant à s'agrandir, à devenir plus profondes, à suivre la moindre faiblesse que la glace présentait. Les micro-fractures s'étendirent rapidement, se transformant bientôt en fractures. Il y eut un crissement inquiétant puis la gangue de glace explosa brusquement sous la pression de l'eau et de la prisonnière qu'elle contenait.

Kalysta n'esquiva pas la soudaine vague, cueillant Aliénor à la taille avant de reculer précipitamment avec elle pour mettre une distance raisonnable entre le ruisseau et elles. Richard manipulant cet élément, elle n'avait aucune envie de rester les pieds dedans... Elle déposa la rôdeuse au sol, la laissant reprendre son souffle et expulser l'eau qu'elle avait pu avaler avant de se placer clairement au-dessus d'elle. La nérozia avait maintenant son épée courte en main et scrutait les environs d'un air concentré, à la recherche du moindre signe de Richard. S'il attaquait à nouveau avec l'eau, elle n'aurait pas énormément de solutions pour le contrer. Et elle ne savait pas non plus de quoi il était capable d'autre...


-Aliénor ! Tu es blessée ?!?

La syliméa fit l'erreur de baisser le regard vers elle pour s'assurer qu'elle parvenait à respirer normalement. A ce moment-là elle sentit quelque chose s'enrouler autour de sa gorge et eut tout juste le temps de lâcher son arme pour y porter ses mains. Elle attrapa la liane qui venait de l'attaquer à deux mains, juste au-dessus de sa tête. Heureusement car la seconde d'après elle était brusquement tirée vers le haut des arbres. L'effet de suffocation fut quasiment immédiat mais le fait qu'elle se soit ainsi plus ou moins hissée à la liane parvint à soulager un peu la pression. Assez pour qu'elle puisse rester vivante mais pas suffisamment pour qu'elle puisse se libérer. Essayant de ne pas se tortiller dans tous les sens, elle essaya d'estimer sa situation... Peu brillante... Si elle tombait de cette hauteur elle allait se casser quelque chose; si elle relâchait sa prise, même si ses muscles la brûlaient à cause de la position loin d'être idéale, elle finirait pendue et si elle attendait trop longtemps la liane finirait par l'étranglée d'elle-même... Quant à Aliénor, elle avait son propre lot de tentacules végétaux à gérer...





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'Ombre des Eryllis ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Ombre des Eryllis ::
Aliénor Isil

MessageSujet: Re: Un gibier particulier... [Kalysta Elyomar]   Mar 24 Mar - 3:58

Ne pas baisser les bras. Il fallait qu'Aliénor continue à se battre, coûte que coûte, car, après tout, elle en avait fait la promesse sur le lit de mort de son défunt père. Et puis, quelle fin des plus atroce que de mourir de la main de cette ordure de Richard ? Alors, ce fut le souvenir du doux sourire de Grim, et l'horreur d'être mise hors d'état de nuire par ce fils de catin qui aidèrent la Rôdeuse à reprendre son calme. Là, flottant dans une bulle d'eau glacée, prisonnière sous la glace, la jeune femme cessa de donner des coups inutiles sur sa prison gelée. Elle devait garder ses forces et sa tranquillité d'esprit pour préserver son oxygène qui disparaissait de secondes en secondes. Une épreuve qui était bien difficile pour une Terranne qui avait une hantise de l'eau ; son coeur battait à tout rompre dans sa poitrine alors qu'elle jetait des regards alarmés autour d'elle. Son esprit bouillonnait à la recherche d'une solution ; mais que devait-elle faire ? Si la réflexion était bien ardue dans pareille situation, par chance, sa réponse, que dire, son salut, se présenta à elle au-delà du mur de glace.

Aliénor reconnut la silhouette de Kalysta et l'espoir illumina ses yeux sombres. Quelle étrange sensation, qui faisait vibrer son être, que de remettre sa vie entre les mains d’autrui. Voilà bien des années qu'elle n'avait plus connu une telle situation et il fallait avouer que cela réchauffait le petit coeur de la jeune femme. Mais il y avait aussi quelque chose de perturbant de devoir se fier à quelqu'un pour survivre ; il fallait être confiant, très confiant, et se laisser aller. Chose que la Terranne avait beaucoup de difficulté à faire, car elle a toujours était méfiante avec autrui. Les seuls personnes avec qui elle se fiait, étaient ses frères d'armes Rôdeurs et son Fenrir. Certes, Kalysta paraissait bienveillante, mais qui sait, elle ne savait quand même pas tout à son sujet. Alors confier sa vie à une Inconnue, c'était tout de même quelque chose. Mais elle n'avait plus le choix, la situation exigeait qu'elle lui fasse confiance sans rechigner. Ainsi, posant une main sur sa bouche, comme pour faire un sorte qu'aucun souffle ne puisse s'échappe de ses lèvres, la Rôdeuse pria son fort intérieur que sa compagne arrive à la sauver à temps.

Son regard était fixait sur Kalysta, posant sa main là où était la sienne. Il n'y avait pas un seul mot entre elle, mais pourtant, Aliénor pouvait sentir quelque chose se tissait entre elle. La pierre qui s'écrasa sur la glace fit perdre tout espoir à la Rôdeuse ; la sphère était trop épaisse pour que cela puisse la briser ! La jeune femme ferma les paupières, remplis de désespoir. Son souffle commençait à lui manquer, elle n'allait plus tenir ! Ses poumons lui brûlaient, sa gorge se serrait. De l'air ! Il fallait de l'air ! Mais soudain, un craquèlement fit vibrer sa prison et la Terranne leva subitement les yeux. Elle n'eut guère le temps de comprendre ce qu'il se passait, tout se passa très vite, et en une poignée de secondes. En un battement de paupière, Aliénor se retrouva dans les bras de Kalysta. A moitié sonnée, elle se laissa porter et coucher au sol alors qu'elle expulsait de l'eau hors de sa gorge. L'Eryllis prit une grande inspiration, savourant l'air frais de la vie et ses épaules s’affaissèrent de soulagement. Elle était libre, enfin ! Le regard qui se posa sur la Syliméa luisait d'une reconnaissance éternelle. Elle fut même touchée de la voir s'inquiéter pour son état ; elle était si adorable ! Elle aurait voulu lui répondre, mais la Nomade était bien trop occupée à reprendre son souffle et à calmer la battement de son coeur...

Aliénor aurait du être sur ses gardes car Richard était encore dans les parages. Elle le regretta aussitôt lorsqu'elle vit Kalysta se soulever dans les airs, prise par la gorge par une vile liane. Elle eut tout juste le temps de tendre sa main vers elle, mais ses doigts se refermèrent dans l'air, frôlant une mèche de la jeune femme. Aussitôt, elle sentit quelque chose s'enrouaient autours d'elle, qui la plaquait au sol, la maintenait immobile. La Nature se retournait contre l'Eryllis, par la force de ce fils de catin. Les lianes se déchaînaient et la Rôdeuse avait beau se débattre, elle ne pouvait rien faire pour lutter. Alors, la colère monta en elle, noircissait son coeur, pourrissait son âme... La rage dévorait son être et s'expulsa dans un cri effroyable :

Assez !

Une vague de Ténèbres se déferla. La terre pourrissait, se noircissait et des craquèlements sinistres résonnaient tandis que la nature se mourrait. Un paysage de désolation était née. La liane qui maintenait le cou de Kalysta mourut, décharnée et dépourvue de vue, lâchant la jeune femme dans le vide. Soudain, des racines surgirent des entrailles de la terre et attrapèrent en plein vol la Syliméa. Après quoi, elles la posèrent délicatement sur le sol, juste aux pieds d'Aliénor. Celle-ci, était fièrement dressée, les yeux luisants de rages tandis qu'elle admirait les Ténèbres qui avait obscurcit la forêt. D'une main ferme, elle aida sa compagne à se remettre sur pieds mais, ensuite, elle ne la lâcha pas. Elle la maintenait contre elle, un bras entourant sa taille. Le silence était retombé, brisait très vite par un sifflement singulier. Le vent se déchaînait, comme aspirait par le corps de la Terranne. Il se compressait autours d'elle, encore, encore et encore... Jusqu'à exploser.

La puissance de la déferlante fut phénoménale, d'une violence inouïe. Des arbres furent pliées sous sa force, mais ce fut surtout une ombre singulière qui tomba lourdement des cimes dans un cris strident qui attira l'attention d'Aliénor. Un sourire carnassier se dessina sur ses lèvres et, aussitôt, elle lâcha son amie et abattit son poing dans la terre desséchée. D'un geste, elle fit comme si elle jetait quelque chose dans les airs et Richard vola jusqu'aux jeunes femmes, s'écrasant lourdement contre un tronc. La racine, qui l'avait projeté, et qui avait suivit le mouvement du bras de l'Eryllis, s'en retourna dans les entrailles de la terre. À présent, Aliénor et Kalysta faisait face à un Yorka Corbeau totalement déboussolé et assommé. Il se relevait péniblement, titubait, grimaçait de douleurs. Dans un geste de désespoir, il émit un geste de main, mais la Terranne était sur ses gardes ; une rangée de racines surgirent et stoppèrent net la vague qui voulait se déferler sur elle. Elles n'allaient pas se faire avoir une deuxième fois !

Richard savait qu'il était dans une situation très délicate. Il était seul contre deux furies, déterminées et en colère. L'angoisse et la peur luisaient dans ses yeux, jetant un regard apeuré sur les deux femmes. Il se demandait laquelle était la plus terrible des deux : la Rôdeuse ou l'étrangère à l'aura des plus menaçant ?


~ Aliénor's Theme ~


©redits :Bea Gonzalez & WhiteSpiritWolf
Kit : Léogan <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: Un gibier particulier... [Kalysta Elyomar]   Dim 29 Mar - 17:35

Ce n'était pas vraiment la première fois qu'on essayait de la tuer et elle espérait sincèrement que ce ne serait pas la dernière... Mais se retrouver pendue à la cime des arbres avait tout de même un petit goût de nouveauté, même si elle s'en serait allègrement passée. Complètement bloquée, même si elle se tortillait involontairement en essayant d'améliorer sa prise sur la liane qui lui servait de garrot, la syliméa ne pouvait même pas savoir ce qu'il était advenu d'Aliénor... S'il fallait vraiment être honnête, son amie rôdeuse n'occupait pas le premier plan de ses pensées, juste une petite portion de son esprit qui s'inquiétait de son état. S'était-elle remise de sa quasi-noyade? Son épée lui était-elle tombée dessus? Elle aussi se retrouvait-elle dans la même situation, devant faire face à des plantes douées de vie et aux envies de meurtre prononcées...? Le reste de son esprit, l'immense majorité, se focalisait sur sa propre situation précaire, cherchant désespérément un moyen de se sortir de là.

Et pour l'instant, elle manquait un peu d'idées... Si elle avait été au sol, le champ de ses possibilités aurait déjà été un peu moins pathétique... Mais là, elle devait faire avec la hauteur. Si elle agissait sans réfléchir et se servait de sa dague pour couper la liane, elle serait bonne pour une chute probablement mortelle. Elle avait bien un atout en manche qui lui permettrait, potentiellement, de s'en sortir, mais n'étant pas dans des conditions optimales, elle avait autant de chances de se tuer toute seule comme une grande en essayant de se sauver. En attendant, elle commençait à manquer de temps et elle sentait que la liane était en train de se resserrer autour de son cou de sa propre volonté. Sa petite astuce de se hisser ainsi lui avait évité de se briser la nuque mais cela n'allait pas l'empêcher de mourir étranglée.

Faute de mieux, elle entreprit donc de récupérer sa dague afin de ciller la liane, préférant encore tenter sa chance avec la chute, mais elle n'eut pas le temps de la couper. Le brusque cri d'Aliénor la surprit avant qu'une vague de ténèbres ne semble envahir les lieux. L'instant d'après elle sentit la liane se dessécher sous ses doigts, s'affaiblissant peu à peu jusqu'à en devenir presque friable. Elle eut tout juste le temps de remettre sa dague au fourreau avant que la liane ne lâche avec un claquement sec. Kalysta ne cria même pas lorsque le sol se précipita vers elle, elle prit seulement une grande inspiration, comme si elle s'apprêtait à plonger dans un lac et non vers sa mort. Après tout l'esprit était bizarrement fait et celui de la syliméa semblait étrangement certain qu'en agissant ainsi il atténuerait la douleur de l'atterrissage. Ce qui était bien évidemment faux... Mais ce ne fut pas une réflexion dont la jeune femme eut le luxe car sa chute fut brusquement stoppée par un groupement de racines. Pendant une fraction de secondes elle se demanda si ce n'était qu'une nouvelle manoeuvre de Richard mais lorsqu'elle fut déposée au sol, en un seul morceau, elle ne put que se rendre à l'évidence. Aliénor aussi pouvait manipuler la nature et elle était de très mauvaise humeur...

La main de la rôdeuse fut acceptée avec gratitude, la nérozia ayant les jambes tremblantes, non pas qu'elle ait été blessée dans les dernières minutes, mais elle venait juste de frôler une mort douloureuse et fort désagréable. Son coeur battait la chamade et elle se laissa manoeuvrer sans protestation, réalisant ce qu'elle était en train de faire qu'une fois qu'elle fut en position. Elle s'apprêtait à lui demander ce qu'elle cherchait à faire lorsque le vent commença à se déchaîner autour d'elles, semblant apporter une attention toute particulière à Aliénor. Kaly referma brusquement sa bouche avec un claquement audible, comprenant que son amie était en train de préparer une nouvelle attaque. Si elle ne l'avait pas collée ainsi à elle, la nérozia aurait probablement été prise dans le tourbillon.... Fermant les yeux et prenant son mal en patience alors que ses cheveux lui fouettaient le visage la jeune femme ne pouvait que constater l'énorme fossé qui les séparait toutes les deux... Si elle n'avait pas été là, elle aurait au toutes les peines du monde à mettre la main sur Richard. Et elle serait probablement morte ou bien estropiée...

La soudaine libération de toute cette puissance lui coupa le souffle mais elle resta sur ses gardes, sachant qu'Aliénor n'avait pas seulement agit ainsi pour prouver qu'elle en avait la capacité. Rabattant ses cheveux d'un geste agacé, elle ne mit ps longtemps avant de fixer son regard sur la forme qui venait de s'écraser au sol. Richard ne s'était probablement pas attendu à être ainsi délogé de son perchoir. Une fois libérée par son amie, elle fit un eu premier pas vers leur cible mais la rôdeuse prit à nouveau les choses en main... Si elle voulait le tuer cela allait devenir de plus en plus difficile et elle regrettait déjà qu'il ne se soit pas brisé le cou quelques secondes auparavant.

Richard était désormais acculé... Et les animaux acculés étaient souvent les plus dangereux. Cela ne l'empêcha pas de s'avancer de quelques pas vers lui, ne le lâchant pas du regard. Elle ne savait toujours pas jusqu'à quel point le yorka était en phase avec son coté animal mais, même si elle n'avait pas fait preuve d'autant de puissance qu'Aliénor, elle n'en était pas moins menaçante. Il suffisait de voir le sourire mauvais qui étirait ses lèvres pour comprendre qu'elle n'avait que très moyennement apprécié sa pendaison impromptue et qu'elle était suffisamment rancunière pour le lui faire payer d'une façon ou d'une autre.


-C'est à toi de voir Richard, soit tu te rends et tu seras justement jugé, soit tu te bats et tu seras justement jugé. La seule différence c'est de savoir si tu tiens à tes membres ou non...Personnellement je n'ai rien à foutre de savoir si tu peux encore marcher ou pas quand tu seras devant le juge...

Sa voix, étant déjà plus dure, avait été rendue cassante suite à sa rencontre musclée avec la liane, accentuant encore la menace. Elle ne quittait pas leur proie du regard, prête à régir s'il se montrait plus bête, ou désespéré, qu'elles ne le pensaient... Toutefois un bruissement dans son dos lui fit froncer les sourcils avant qu'elle ne se retourne pour essayer de déterminer la source du bruit. Après le coup d'éclat de la rôdeuse, il ne devrait plus y avoir d'animaux dans les parages... S'il y avait quelqu'un ou quelque chose c'était forcément délibéré et cela n'annonçait rien de bon pour elles... Désignant l'orée de la clairière improvisée d'un mouvement de la tête, elle fit signe à Aliénor qu'elle allait jeter un coup d'oeil, voir si Richard n'avait pas finalement eu une bonne idée en allant initialement chercher des renforts...





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'Ombre des Eryllis ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Ombre des Eryllis ::
Aliénor Isil

MessageSujet: Re: Un gibier particulier... [Kalysta Elyomar]   Mar 5 Avr - 19:23

Trempée, épuisée, enragée. Aliénor avait bien du mal à garder la tête froide dans pareille situation. La chasse était un art et il fallait savoir prendre le temps pour l'apprécier et savourer chaque instant qui en découlait. Et si possible, faire durer le plaisirs en jouant avec sa proie, pour que les sens s'exaltent et que l'instinct primaire prenne contrôle de l'être afin de faire qu'un avec sa part animal. C'était ce que la jeune femme appréciait le plus, autant à la chasse, qu'à la traque Humaine. Mais à cet instant, ce plaisirs s'était envolé, tout comme les dernières onces de patience dans le regard voilé de fureur de la Rôdeuse. Elle n'avait plus envie de jouer, mais du tout ! Son seul désirs était de lui attraper le cou, lui fracasser le crâne contre la roche et le traîner comme une vieille carcasse jusqu'à Canopée ! Au diable s'il n'arriverait pas à un seul morceau ! C'en était trop, il y avait des limites dans l'emmerdement ! Et il semblerait qu'elle n'était pas la seule à être sur les nefs ; au vu du sourire mauvais que Kalysta affichait sur ses lèvres, on dirait qu'elle avait bien l'intention de lui faire sa peau, bien que l'Eryllis ne savait guère l'origine du lien hostile qui reliait ces deux personnes bien singulières. Pour quelle raison désirait-elle ce mécréant ? Pas sûr que celui qui ait envoyé la jeune femme à ses trousses soit d'une bonne fréquentation contrairement à Aliénor qui était là au nom de Canopée. « Dans quel merdier tu t'es jeté, Richard ? » se demandait-elle tandis qu'elle allait émettre un mouvement pour l'intercepter.

Mais soudain, quelque chose brisa cette tension à deux doigts d'imploser ; un bruissement chatouilla l'ouïe d'Aliénor. Cette dernière s'apprêtait à faire volte-face pour voir l'origine de ce bruit, mais par méfiance, elle garda ses yeux perçants rivés sur le Yorka. Question de survis ; ne jamais offrir son dos à un animal sauvage, même à un rapace acculé par deux furies. Ironiquement, peut-être qu'elle s'offrait justement à l'ennemi qui l'encerclait en restant sur ses positions car oui, la Nomade se doutait bien que ce n'était pas un simple animal qui rôdait dans les parages ; impossible qu'il soit attiré par toutes cette agitation, à contrario, ça devrait les faire fuir. Dans ce cas, qui se dissimulait dans les ombrages ? Par chance, elle pouvait compter sur la présence de Kalysta pour veiller sur leurs arrières. Celle-ci s'en alla ainsi vérifier les horizons, laissant Richard à la merci de la Rôdeuse. L'intéressée espérait par ailleurs que la jeune femme puisse s'en sortir sans elle si jamais elle allait aux devants des problèmes.

Aliénor dévisageait sa proie sans sourciller, prête à sortir des griffes au moindres mouvement singulier. Le Yorka présenta alors ses mains en signe de soumission avec un sourire crispée sur le coin de ses lèvres. Il prit ainsi la parole, la voix vibrante d'effrois :

Je... Je sais, lâcha-t-il en commençant à se déplacer sur le côté. Je sais que, ce que j'ai fait, n'était pas bien... Mais comprends le, Rôdeuse, j'ai une famille à nourrir, une femme et cinq enf...
Fermes là, Richard, siffla Aliénor en le suivant tel un animal en chasse. Les pauvres cons comme toi n'ont pas de famille...
Hé ! Ça ne saurait tardé ! Promis, c'est la dernière fois ! Relâche moi, et je disparaîtrais de ta vie ! Tu n'entendras plus parler de moi !
Arrêtes tes jérémiades, tu abandonnerais sérieusement le vol ? Plus de course dans la nuit, plus d'ombre passant derrière les gardes, plus de bel objet entre tes doigts et fini la richesse que tu en soustrairais au marché noir... Tu serais prêt à mettre fin aux histoires du fameux Richard-aux-pieds-légers ?

L’intéressé fut secoué de spasmes à ce doux surnom qui flattait si bien égo, un sourire triomphant illuminant son visage. Ce même sourire qui disparut bien rapidement en croisant le regard perçant d'Aliénor.

Certes, certes, avoua-t-il simplement en hochant doucement la tête.
Donc, tu dois comprendre que le seul moyen est de t'amener derrière les barreaux, mon petit Richard... Une cage à Canopée, c'est la belle vie, non ?

Le visage du Yorka s'assombrit subitement. Il jeta un regard inquiet aux alentours, comme s'il craignait que ses mots atterrissent dans de mauvaises oreilles. Il semblait hésitant, pris entre deux extrémités, avant de s'avancer prudemment vers la Rôdeuse. Là, il reprit la parole, d'une voix bien basse et lourde de secrets :

Vous me lâcherez jamais, vous, les Rôdeurs, n'est-ce pas ?
En effet, affirma Aliénor, impassible.
D'accord... si je te suis... assuras-tu ma survie ?
Ho... Aurais-tu attirée de mauvaises fréquentation, mon petit Richard ? Chantonna-t-elle mielleusement.

Il lui fit signe de se taire, de baisser d'un ton. Mais cela n'attisa qu'un sourire sournois à la jeune femme ; le voir ainsi transpirait de peur la faisait jubiler.

Si j'étais toi, je ne ferais pas non plus la maligne, marmonna-t-il entre les dents. Sais-tu au moins qui est réellement cette femme qui t'accompagne ? Connais-tu réellement sa nature ? Cette... chose... qui tapit en elle !

Richard cracha ses mots comme s'il régurgitait du poison, lâchant un croassement animal tandis qu'un frissons secoua toute son échine. Ce comportement attira cette fois l'intention d'Aliénor qui fronça alors sévèrement des sourcils. Ha... Curiosité, quand elle la tenait :

Que veux-tu dire ?
Il y a quelque chose... murmura-t-il d'une voix étranglée. Il y a quelque chose... en elle... prédateur... malsain...
... Tu la connais ?
Non... Mais... mais il y a quelque chose en moi... Je ne sais pas... je ne sais pas...

Un bruit singulier résonna dans la forêt, écho d'un combat lointain. Aliénor n'eut pas le temps de se retourner, que le Yorka se précipita sur elle. D'une fraction de seconde, une dague se retrouva sous la gorge du jeune homme, mais celui-ci ne fit aucun mouvement. Ses yeux de rapaces la détaillaient avec supplice, sans même faire attention à la lame qu'avait posé la Rôdeuse sous sa gorge.

Je préfère la prison, qu'elle... Car je suis Richard-aux-pieds-légers, je finirais par m'échapper... mais pas elle... elle me traquera... jusqu'à ma mort.

Elle le dévisagea avec stupeur, touchée par son appel au secours, mais au combien surprise. Certes, elle ne connaissait pas réellement Kalysta, mais il y avait comme... un lien étrange qui s'était tissé entre elles. Elle avait donc du mal à croire qu'elle pourrait être aussi... dangereuse comme le présagerait le Yorka. Mais qui était-elle réellement ? Prise entre deux feux, la Nomade était tiraillée entre sa mission d'attraper à tout prix ce voleur et son devoir de venir en aide à Kalysta dans les sous-bois.


~ Aliénor's Theme ~


©redits :Bea Gonzalez & WhiteSpiritWolf
Kit : Léogan <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: Un gibier particulier... [Kalysta Elyomar]   Mar 31 Mai - 12:27

Il aurait été plus simple si elle avait été seule avec Richard... Enfin, elle aurait probablement eu plus de mal à l'attraper mais elle aurait eu moins de problème pour régler son cas une fois entre ses mains. Ce n'était pas qu'elle appréciait de tuer mais elle n'avait pas énormément de choix. Il n'y avait vraiment que si Aliénor parvenait à le traîner devant la justice avec l'assurance qu'il ne parviendrait pas à s'en sortir et qu'il ne se mettrait pas non plus à baver sur des personnes qui préféraient rester dans l'ombre. Difficile donc... D'un autre coté, depuis qu'elle faisait partie de la Rose, elle avait apprit que le silence n'était pas forcément synonyme de mort. Il y avait bien d'autres façons d'empêcher quelqu'un de parler et toutes étaient souvent fort désagréables pour la cible...

Malheureusement, si s'occuper de Richard, tout en le laissant vivant, aurait été délicieusement libérateur pour les deux jeunes femmes, il semblait que le destin en avait décidé autrement. Etait-ce un quelconque allié venu prêter main forte au scélérat, un animal ayant un instinct de survie proche du zéro absolu ou un cueilleur de champignons perdus, elles n'étaient plus vraiment toutes seules. Et cela pouvait vite devenir dangereux... C'était dire que la syliméa avait confiance en Aliénor pour qu'elle abandonne le voleur aux bons soins de la demoiselle. Elle savait qu'elle était non seulement de taille à se défendre mais qu'elle ne ferait rien de répréhensible. Du moins pas sans elle pour en profiter.

Quelques instants plus tard, la nérozia se glissait discrètement dans les fourrés, espérant prendre à revers ce qui s'était dangereusement rapproché d'elles. Ne sachant trop à quoi s'attendre elle préférait anticiper le pire des scénarios, tout un groupe bien décidé à sauver Richard des griffes de la justice, plutôt que d'avoir une mauvaise surprise. De toute façon, avec sa chance caractéristique, elle savait que ce ne serait probablement pas un gentil écureuil en quête de ses noix...

Et, effectivement, au lieu d'un animal à fourrure petit et mignon, elle avait droit à deux hommes, ayant plus de l'ours mal léché que du gentleman. Hélas... Son cou lui faisait encore mal et elle ne savait pas vraiment à quoi s'attendre avec ces deux-là mais elle n'allait certainement pas les laisser attaquer Aliénor par surprise. A vue de nez l'un des deux devait au moins posséder une force de taureau. Il suffisait de voir ses muscles mais aussi l’impressionnant maillet qu'il promenait avec lui comme s'il ne pesait pas plus lourd qu'un simple fétu de paille. Le second avait l'air plus sournois et bien plus souple, du genre à se glisser rapidement dans votre dos pour y planter une dague. Tout à fait son type...

Estimant que le filou serait la menace la plus difficile à éliminer, elle préféra se focaliser d'abord sur celui-ci avant de chercher à éliminer la montagne de muscles. Les attaques de ce dernier ne seraient pas assez fines et rapides pour représenter une menace directe pour la rôdeuse si elle n'arrivait pas à en venir à bout. Elle aurait le temps de l'entendre arriver et, donc, de se préparer. Ce dont elle était nettement moins sûre concernant l'autre. Autant l'éliminer en premier donc...

Kalysta attendit tout de même quelques instants afin d'être vraiment sûre et certaine qu'il ne s'agissait pas juste de deux malheureuses victimes d'un délit de sale gueule et d'une paranoïa un peu trop prononcée de la syliméa. Mais la façon dont ils se dirigèrent vers la voix de Richard, apprêtant discrètement leurs armes et le regard chargé de mauvaises intentions qu'ils posèrent sur la silhouette de son amie suffirent à confirmer ses soupçons. Inutile de tergiverser plus longtemps...

En un clin d'oeil, la jeune femme se téléporta brusquement dans le dos du plus fin, épée au clair, prête à lui porter un coup fatal. Ce dernier dût sentir l'influx magique, à moins qu'il n'ait remarqué son absence et ce soit tenu prêt à toute éventualité, car il fit volte-face à une vitesse inhumaine, bloquant ainsi la lame qui aurait du lui traverser le dos. Il afficha un rictus mauvais et Kalysta eut tout juste le temps de se téléporter en arrière, sentant le déplacement massif d'air provoqué par le formidable coup de masse porté par la Montagne. Serait-elle restée au contact qu'il n'y aurait pas eu grand-chose à ramasser d'elle. Comme un mécanisme bien huilé, les deux hommes se séparèrent et commencèrent à tourner autour d'elle dans des sens opposés. Ce n'était certainement pas la première fois qu'ils devaient se battre ensemble et la jeune femme sentit qu'ils allaient férocement se protéger mutuellement...


-Si vous êtes là pour Richard, je suis désolée, mais nous étions là avant...

Qu'ils soient là pour le libérer ou pour faire en sorte de toucher une prime à leur place, dans tous les cas, elle n'avait aucune intention de le leur livrer. Et c'était sans compter Aliénor. Le Filou eut un ricanement qui n'augurait rien de bon, dégoulinant de condescendance et d'excitation, faisant grincer les dents de la syliméa...

-Ah mais c'est pas comme nous allions vous laisser le choix ma jolie...

Agissant sous l'impulsion d'un signal qu'elle ne détecta pas, les deux hommes passèrent brusquement à l'attaque. Le Filou mit à contribution sa vitesse supérieure, harcelant littéralement la syliméa pour la repousser vers la Montagne qui, bien en place, n'attendait que de la cueillir à l'aide de sa masse. La jeune femme réalisa rapidement qu'elle ne pourrait pas tenir le rythme bien longtemps... Esquivant un nouveau coup de masse, elle se prépara donc sachant pertinemment que même si elle parvenait à mettre le Filou hors d'état de nuire, elle allait chèrement le payer.

Plutôt que d'esquiver la nouvelle attaque, elle surprit l'homme en restant sur ses positions. Cela lui permit d'être au contact et elle lui planta sans attendre son épée dans le ventre, y mettant tout son poids, dédoublé à l'aide de sa télékinésie. Elle eut la satisfaction de constater qu'elle l'avait transpercé de part en part avant que la masse de la Montagne ne rentre violemment en contact avec son flanc gauche. Elle parvint seulement à se brasser afin de protéger ses côtes mais elle sentit clairement son bras gauche se briser avant que ses pieds ne quittent le sol.

Dire que le retour de Kalysta dans la clairière fut fracassant tenait de l'euphémisme. La syliméa fut littéralement propulsée par la puissance du coup avant d'aller misérablement s'écraser contre un tronc, à une poignée de mètres d'Aliénor et Richard. Sa télékinésie lui permit d'atténuer légèrement le choc, suffisamment pour ne pas se briser le crâne ou perdre conscience mais cela ne l'empêcha pas de pousser un cri de douleur au moment de l'impact. Elle se remettait péniblement sur ses pieds, tenant son bras cassé proche de son torse, lorsque la Montagne fit son entrée. Il balaya les lieux du regard en une fraction de seconde avant de charger la nérozia, masse brandie et cri de guerre sur les lèvres.





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un gibier particulier... [Kalysta Elyomar]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un gibier particulier... [Kalysta Elyomar]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Garde du corps particulier cherche employeur aisé.
» Chercher un bijou particulier
» Un cours vraiment très particulier
» Olofin [Chasseur de gros gibier]
» Suivant la trace du gibier | Pv Autarcie Nostalgique |

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: La Communauté & ses échangesTitre :: Corbeille :: Les vieilles aventures-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA, LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !