[QUETE] Les Hurlements de la Bête - PV Aliénor Isil



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [QUETE] Les Hurlements de la Bête - PV Aliénor Isil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: The Boss ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: The Boss ::
Le Messager

MessageSujet: [QUETE] Les Hurlements de la Bête - PV Aliénor Isil   Sam 28 Déc - 21:51


    Il existe bon nombre de secret au sein de Noathis, terre sauvage et indomptée. Mais il y en a qui demeure mystérieux et d'une longévité exceptionnelle. Car en effet, depuis des siècles et des générations de voyageurs, on prétend qu'une étrange créature, hideuse et terrifiante, se promène au cœur du pays forestier. Il est rare de l'apercevoir, mais on entend toujours ses hurlements terrifiants. Que pensez? Surtout quand les avis divergent. Certains prétendent qu'il ne s'agit que de terribles carnéas, d'autres que ce sont des Eryllis qui imitent des cris pour chasser les intrus... Mais personne n'a jamais osé découvrir la vérité. Personne? Sauf un. Une unique fois et il y avait fort longtemps. Qui était-ce? Le célèbre savant, Eucléis. Pour unique preuve, ce dernier laissa un écrit qui jusque là n'avait jamais été répertorié avec ses autres papiers. Peut-être désirait-il en savoir plus avant de le publier? Peut-être le temps lui avait manqué... ou avait-il découvert la vérité?

    Qu'importait, mais voici ce que cela contait :


VOYAGES
~ Noathis ~

" Il y a des voyages qui sont étranges, parfois cocasses par les rencontres que l'on y fait, mais étranges quand même. Je suis déjà allé à Noathis, et de nombreuses fois je dois dire. D'abord, pour mes recherches personnelles, puis après je l'avoue pour étudier les rumeurs locales. Il est impressionnant de compter le nombre de superstitions qui vont bon train, et surtout, comme elles diffèrent selon les régions environnantes. Généralement, on parle de monstres ou de créatures magiques, on parle de lumières magiques qui brillent dans le noir et des voix qui s'élèvent. On dit que les dieux s'y promènent mais si on les voit, on disparait... Cela ne pouvait qu'éveiller mon âme de chercheurs!!!! Il est de notoriété publique que les légendes sont souvent vecteurs de vérité oubliée ou déformée. Mais comme je sais que parfois, il faut jouer de chance pour trouver ce que l'on veut, je reviens souvent dans les immenses vallées de Noathis.

Il faut dire aussi que c'est un lieu magnifique. Un peu effrayant parfois, mais sublime. Parfois, je peux comprendre les rumeurs. Je suis presque persuadé que la forêt a des yeux... mais lesquels? Toute la question est là, tout comme savoir si ce regard est bienveillant ou non. En tout cas, j'ai pris l'habitude de venir tout seul, tout en prenant beaucoup de précautions. Il y a toujours d'étranges créatures qui rôdent et elles, elles n'étaient pas des légendes. Je ne vous raconte pas le peu de courage qui m'avait gagné quand je suis tombé nez à nez avec un Titanius. Je peux vous assurer que ma pauvre virilité n'était guère fière. Mais la rencontre dont je souhaite vous parler est plus intrigante et m'a appris une bonne leçon sur les préjugés... enfin, si on peut dire les choses ainsi. Mais n'est-ce pas mon combat? Notre ignorance nous fait agir comme des benêts et de manière irréfléchis. Si j'apprends à connaître, je n'ai plus peur. Du moins, en théorie. Rien n'est parfait.

L'histoire que je voulais écrire m'est arrivé il y a quelques jours seulement. Alors que je suivais un sentier, j'ai rencontrer une vieille femme, enfin vieille... disons que ces cheveux grisonnants trahissaient son âge avancé, mais elle avait le regard vif et paraissait en pleine forme. Elle s'adonnait à la cueillette quand elle se rendit compte de mon arrivée. J'allais lui demander ce qu'elle faisait là - parce que j'étais curieux et étonné - quand brusquement, un cri sombre et rauque m'effraya. Mais visiblement, que moi. La vieille femme n'avait pas bougé et elle eut un sourire quand j'avais bondi. Elle me demanda pourquoi j'étais effrayé et je lui demandais pourquoi elle, elle ne l'était pas. Je ne pourrais pas vraiment vous décrire avec des mots le hurlement que j'ai entendu, mais cela me semblait féroce à vrai dire. Elle, elle me dit que je ne savais pas écouté, que ce n'était pas un cri mais des pleurs. Je pensais qu'elle était un peu folle et elle m'a dit que si je la croyais pas, il fallait que je me rende vers la clairière de la grande vallée, la nuit tombée. Elle m'a dit que je rencontrerais l'étrange créature qui pleurait mais que je devrais pas me faire voir. Pour moi, cela sentait le piège à plein nez... mais je suis un peu fou, donc je m'y suis rendu. Pourquoi? Parce que je ne voulais pas me dégonfler et puis aussi parce que j'étais intrigué. Je n'étais pas zoologiste mais ce que j'avais c'était que ce n'était pas normal.

Je me suis donc rendue dans la clairière que la femme m'avait indiqué, et je m'étais caché dans un buisson. J'ai attendu près d'une heure dans le froid. J'allais abandonner pensant que je perdais mon temps, quand des grognements avaient résonné. Je me suis mis à trembler comme si j'avais été face à Sharna, surtout quand j'ai vu la chose s'approcher. Oh! Elle ne m'avait pas vu parce que je pense qu'elle s'en serait pris à moi sinon. Cela devait bien faire trois tête de plus que moi et large comme une armoire. C'était hideux. On aurait dit que c'était recouvert d'une carapace mais qu'il y avait quelque chose de gluants dessus. Je ne vous parle même pas des dents et des griffes. J'ai vu le monstre s'immobiliser et lever la tête. On aurait dit qu'il observait les étoiles et puis il a poussé son brame, son cri rauque. Bizarrement, cette fois-ci, je n'avais pas peur. Cela ressemblait à un appel ou une complainte. C'était très étrange, jusqu'à ce qu'il se tourne dans ma direction. Je me suis immobilisé, j'avais peur d'avoir été repéré. Et j'ai vu ses yeux, deux billes étranges. Il semblait si triste. Un monstre triste? Cette chose était définitivement une énigme et ne ressemblait à rien de connu. Et puis, la créature a changé de direction et est partie comme elle était venue. C'était une rencontre vraiment étrange et je n'ai jamais pu identifié ce que c'était.

En attendant, j'allais repartir très vite - il fallait que je me trouve un coin pour monter un camp pour dormir et je ne voulais pas rester dans les environs - mais derrière moi se trouva la vieille femme. Elle me souriait et me demanda si je l'avais vu. Elle m'avait fait peur mais je lui ai confirmé que oui. Elle m'a demandé si je trouvais la créature monstrueuse. Je lui ai dit que oui et elle s'étonna. Elle m'a alors dit : " vous n'avez pas écouté ". Ce n'est que maintenant que je pense avoir saisi... mais je me demande aussi qui était cette dame. Elle devait vivre dans la forêt. Curieux pour une personne de cet âge. "


    Au jour d'aujourd'hui, ce papier était tombé entre les mains d'une jeune terrane téméraire qui désirait en savoir plus. Elle n'eut que pour seul indice toutes les indications qu'il était noté sur le papier : une vieille femme, une clairière, une immonde créature. C'était à présent à elle de jouer et d'aller sur le terrain. Par quoi allait-elle commencer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'Ombre des Eryllis ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Ombre des Eryllis ::
Aliénor Isil

MessageSujet: Re: [QUETE] Les Hurlements de la Bête - PV Aliénor Isil   Mar 7 Jan - 20:38

    Oublier par tout les moyens les démons de son passé. Voici le but que s'était fixé Aliénor depuis les événements d'épidémie de la Sarnahroa. Tout était bon pour étouffer les souvenirs qui venaient la hanter ; jamais n'avait-elle passé autant de temps à parcourir les contrées d'Istheria, à mettre ses dagues au profil d'un étranger qui réclamait de l'aide, à voir de nouveaux paysages, rester des heures durant à la Bibliothèque des Lumières. Une vie de solitude et d'exil, car la jeune femme n'avait plus revu les Eryllis depuis l'accident de Sighild et faisait tout pour ne plus recroiser une de ses soeurs d'armes en cours de route. Une déserteuse ? Oui, c'était exactement ce qu'elle était devenue ; elle désertait Samhach depuis plusieurs mois et seuls les Dieux savaient combien de temps ça allait encore durer. Car il était impossible pour la Rôdeuse d'y retourner tant la honte et la rancune avaient dévoré son coeur. Elle s'en voulait terriblement de ne pas avoir sauvé sa marraine et cet acte était à ses yeux un déshonneur et de ce fait, elle ne méritait plus de faire partie des Eryllis. Mais il y avait une raison bien plus noir qui avait pourris cette petite chose qui battait dans sa poitrine ; Aliénor en voulait à Sighild, horriblement. Pour ne pas s'être battue, d'avoir voulu baissé les bras et de s'être jetée dans le danger sans avoir réfléchit ne serait-ce un seul instant. Et sa filleule se sentait trahie, blessée, brisée... Elle qui avait tant de considération pour sa marraine, celle qui lui avait offert une deuxième vie alors qu'elle était au bord du précipice, elle ressentait à présent à son égard qu'une profonde rancune au goût amère d'une profonde tristesse...

    C'est ainsi que les jours passent, les semaines et les mois... Entre temps elle a put faire d'autres rencontres, mais la solitude la pesait terriblement. Hormis Calixte, elle n'avait personne sur qui compter. Il ne restait que Fenrir, Fafnir et son amour pour Fen pour la réconforter durant ses heures sombres. Et afin de les fuir, Aliénor passait aussi beaucoup de son temps libre à la Bibliothèque des Lumière, comme en ce jour. Voilà plusieurs heures qu'elle dévorait goulûment chaque livre qu'elle tombait, particulièrement les œuvres d'Eucléis le savant. Cet homme fascinait la Rôdeuse qui ne se lassait pas de toutes ses théories. Elle cherchait aussi ce qu'il était devenu car aucun écris disaient dans quelle circonstance il fut mort et ce qu'il était advenue de lui durant ses dernières années. A croire que du jour au lendemain, Eucléis disparut d'Istheria, tout simplement.

    Aliénor rangea précieusement ainsi une de ses oeuvres sur une étagère lorsqu'un papier glissa hors des pages. Intriguée, la jeune le ramassa délicatement et parcourut les lignes d'un regard vif. Elle se rendit compte qu'elle n'avait jamais lu cet écrit et ce fut donc en fronçant des sourcils qu'elle continua cette intrigante lecture. Son coeur tambourinait tandis qu'elle dévorait les mots jusqu'à ce que l'incompréhension et la consternation se gravèrent sur son visage. Se pourrait-il que ça soit liée avec...

    Aliénor ramassa prestement ses affaire est partie en trombe de la Bibliothèque des Lumières.

    *~*~*

    Aliénor lisait pour la énième fois cette feuille usée par le temps. A force de le lire, elle finira peut-être par le connaître par coeur ? Mais la jeune femme était bornée car elle cherchait si il n'y avait pas entre les lignes quelque chose qui pourrait l'aider dans sa quête qu'elle s'était fixée. Ainsi, adossée contre Fenrir, l'Eryllis était plongée dans ses pensées sans que le vrombissement des chutes Nébuleuses ne la perturbe dans ses réflexions. Elle gardait cependant un oeil sur son petit Fafnir qui jouait dans la brume avec un Bublu mécontent de se faire ainsi molester tandis que le loup blanc semblait soupirer d'exaspération face au caractère malicieux de son nouvel compagnon de route. Bien que l'endroit semblait calme, Aliénor connaissait très bien cet endroit qui pouvait cacher bien des dangers pour les trois amis. Surtout pour le petit Fafnir...

    - Comment faire, Fenrir ? lâcha subitement Aliénor en s’affaissant contre son ami lupin. Il existe un grand nombre de clairière dans la région de Noathis et rien ne me prouve que cette créature se trouve encore dans les parages...

    La Rôdeuse laissa échapper un léger soupir, ne sachant pas par où commencer dans ses recherches. Elle observa alors le paysage mystique qui se dressait fièrement devant elle, le regard vitreux et absent.

    - Les Chutes Nébuleuses sont un bon repère pour toutes les créatures désirant se désaltérer. Je me souviens aussi que les Eryllis me racontaient que des hurlements se faisaient entendre à la nuit tombée mais rien nous dit que cela provient de la créature dont parle Eucléis...

    La Nomade claque plusieurs fois la langue et Fafnir, relevant vivement la tête, se précipita pour rejoindre les épaules de la Terranne pour s'y enrouler confortablement. Là, Aliénor se mit à caresser sa petite tête machinalement.

    - J'ai beau avoir parcouru mille et une fois cette région, je ne la connaîtrais jamais autant qu'une habitante de Noathis. Si je veux des renseignements sur Noathis, il me faut parler avec quelqu'un qui ne fait qu'un avec les environnements, connaissant tout les bruits et les chants qui s'ont emportés dans le vent...

    Une lueur s'anima dans ses yeux sombres. Doucement, elle se releva suivit de très près par Fenrir qui la dévisageait avec curiosité. La Terranne semblait avoir trouvé quelque chose, observant d'un regard perçant bien au delà de la végétation dense qui recouvrait cet endroit luxuriant. Et ses yeux se perdirent dans la contemplation d'un tout autre paysage, bien plus humide, sombre et boueux que les Chutes Nébuleuses. Alors un nom se faufila hors des lèvres d'Aliénor et s'emporta dans un zéphyr :

    - Talia...

    Aliénor sauta du rocher où elle était installée et retomba agilement sur ses pieds. Elle se mit à courir, talonnée par un loup blanc, en direction des Marais Brumeux...


~ Aliénor's Theme ~


©redits :Bea Gonzalez & WhiteSpiritWolf
Kit : Léogan <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: The Boss ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: The Boss ::
Le Messager

MessageSujet: Re: [QUETE] Les Hurlements de la Bête - PV Aliénor Isil   Mer 8 Jan - 1:29

    Noathis était grand, vaste, mais les arbres parlaient, la faune parlait. C'était comme la foule d'une grande ville, toujours à susurrer ou à murmurer à demi mots, cela discutait sans cesse et s'arrêtait lorsque les regards trop insistants se posaient sur elle. Mais des oreilles aguerries pouvaient comprendre son langage, sa douleur, sa joie, sa force...

    Talia avait cette faculté. Depuis les siècles où elle vivait en son sein, elle avait appris, elle avait écouté. Beaucoup la prenait pour une folle sauvageonne. Coupée du monde, loin de la civilisation depuis trop longtemps, on prétendait qu'elle avait perdu sa raison. Elle parlait souvent seule, de manière étrange, dans des langages inconnus. Beaucoup pensait qu'elle avait des pouvoirs qui échappaient à la compréhension normale, d'autres pensaient que Fen ou Delil l'avait touché et ébloui jusqu'à lui faire perdre la raison car elle ne pouvait supporter leur grandeur. Les plus raisonnées disaient juste qu'elle était une marginale qui par son comportement, chassait les intrus. Peut-être étais-ce tout à la fois.

    Mais ce jour là, folle ou non, elle écoutait la forêt et ses paroles. Elle fut surprise dans l'une de ses cueillettes aux champignons par des bruits de broussailles et de craquements de branches, mais aussi par le souffle du vent. Comme un animal à l'affût, elle se redressa et comprit que quelque chose s'approchait.... mal ou bien? Curieusement, elle ne fut pas effrayée mais dressa soudainement son bâton, une vieille et longue branche noueuse, droit devant elle, dans une direction précise.... d'où sortie brutalement une Aliénor essoufflée par sa course.

    " Pas de précipitation! Tout vient à point à qui sait attendre. "

    Devant la jeune femme, se tenait alors l’intrigante Talia. Elle ne ressemblait à rien de ce que l'on pouvait croiser à Noathis, du moins très peu aux Eryllis si on devait avoir un point de comparaison. Elle portait une robe très colorée qui pourrait faire penser à celle d'une dame de cour, à la différence qu'elle était déchirée et avait du être raccommodée de nombreuse fois. Elle portait des bijoux fait de bois, d'os et de plumes, originaux et étrangement jolies. Sa peau était légèrement hâlée mais terne, presque grisonnante. Ses cheveux étaient bruns, emmêlés mais on voyait que l'on avait tenté de les coiffer. Son visage, quant à lui, était à moitié brûlé, du front à la gorge. L'un de ses yeux n'étaient plus, recouvert par une paupière qui avait cicatrisée sur lui, l'autre était d'une couleur verte, comme la forêt. Malgré sa difformité, l'ensemble restait agréable et non terrifiant comme on aurait pu le croire. Elle était maigre et ses doigts portaient des ongles aussi long que des griffes. Et si on devait lui donner un âge, cela serait sans doute une trentaine d'année... mais tout le monde savait qu'elle était une gorgoroth plusieurs fois centenaire.

    Là, cette dernière reprit son bâton près d'elle et commença à examiner la jeune terrane. Elle semblait réfléchir comme si elle se décidait de ce qu'elle allait bien pouvoir faire d'elle.

    " Je ne fais rien gratuit. Si tu veux quelque chose, il te faut me donner autre chose en retour. "

    Folle, Talia? Peut-être pas autant qu'on le prétendait.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'Ombre des Eryllis ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Ombre des Eryllis ::
Aliénor Isil

MessageSujet: Re: [QUETE] Les Hurlements de la Bête - PV Aliénor Isil   Mer 8 Jan - 3:39

    Pourquoi Talia ? Cette énigmatique dame qu'on dit dévorée par la folie ? Oh, parce qu'Aliénor n'a jamais cru aux paroles que le vent lui ait apporté à mainte reprises. Jamais la jeune femme oserait penser que la Shaman serait folle, jamais elle se le permettrait. Parce que l'Eryllis ne jugera jamais quelqu'un sans le moindre fondement ; les apparences étaient trompeuses et juger une personne sans la connaître était une erreur irréparable à ses yeux. De plus, la Terranne portait trop de respect en son coeur envers la Gorgoroth pour oser dire des perfidies de la sorte. A ses yeux, Talia était une femme sage, instruite, mystérieuse et messagère de Délil et de Fen. La Guérisseuse était l'idéal que la Rôdeuse inspirée et ainsi elle portait un profond respect envers elle, comme un apprenti face à son Maître.

    Aliénor aurait cependant voulu mieux la connaître car elle n'avait croisé que rarement sa route. La dernière fois remonte à quelques années ; elle avait besoin de plantes rares pour guérir une vieille blessure infectée de Fenrir. Elle s'était alors tournée vers la Shaman pour l'aider à le sauver. Elles se connaissaient peu à vrai dire et peut-être que Talia ne souviendra pas de son visage – ou plutôt de sa capuche -...

    Quoi qu'il en soit, Aliénor était impatiente de la revoir, courant jusqu'à perdre le souffle et tandis qu'elle allait sortir de la forêt, une silhouette se détacha de l'ombres des arbres. La Nomade s'arrêta net, manquant de trébucher à plusieurs reprises avant de se stabiliser, le souffle court. Là, elle fut estomaquée en identifiant l'inconnue ; c'était Talia en personne ! Sur le coup de la surprise, elle resta figée, haletante, sans pouvoir quitter la Shaman et son bâton noueux du regard. Elle n'était pas censée être dans les Marais Brumeux ?! A voir sa besace, c'était apparemment jours de sa cueillette, mais qu'il était singulier de voir que leurs chemins se croisaient en ce jours. Coïncidence ? Non, pas cette fois aux yeux d'Aliénor... Pour une fois, il semblerait que les Dieux eurent la bonté de lui donner un coup de main et on pouvait dire que cela changeait de tout les malheurs qui lui avait offert la Destiné au cours de sa misérable vie.

    - Dame Talia, souffla Aliénor en s'inclinant humblement face à la Gorgoroth.

    L'Eryllis s'avança doucement avant de se mettre à genoux devant la Shaman. Elle posa ses armes à terre tandis que Fenrir se coucha à ses cotés. La jeune femme se mit ensuite à réfléchir ; elle savait que Talia n'offrait jamais son aide gratuitement car toute chose avait un prix dont les Dias ne pouvaient payer. Le problème était que la jeune femme n'avait rien de valeur sur elle... Hormis... La Terranne eut soudain une pensée qui anima ses yeux sombres. Maintenant qu'elle y pensait, elle avait bien une chose de valeur qu'elle n'avait jamais réussis à se défaire. Alors, elle fouilla dans sa besace et sortit une chose enveloppée dans un vieux tissus. Délicatement, elle le dévoila et le présenta à Talia. L'objet en question était une pierre de Sphène, mais pas n'importe quelle pierre...

    - Un coeur de Sphène... venant d'un jeune homme qui a rejoint bien trop tôt Seigneur Kron. Je n'ai jamais osé m'en séparer ne sachant quels funérailles lui offrir... Mais avec vous, je serais certaine que cette pierre trouvera sa place dans les bras de Délil et de Fen...

    Elle posa l'objet aux pieds de la Dame, comme une offrande. Elle espérait que cela suffira par payer l'aide que lui réclamait la Rôdeuse qui enchaîna d'une voix posée :

    - Dame Talia, pardonnez mon audace. Mais si je me présente à vous c'est pour vous réclamer de l'aide ; j'ai besoin de savoir quelque chose dont cache Délil en son sein que vos oreilles auraient put entendre ou que vos yeux auraient put voir, vous qui vivez en compagnie des Dieux Délil et de Fen...

    Elle resta sagement à genoux, droite et respectueuse. Sans oser dévisager cette incroyable Shaman aussi intimidante que mystérieuse. Elle espérait de tout coeur qu'elle accepte de lui tendre la main...


~ Aliénor's Theme ~


©redits :Bea Gonzalez & WhiteSpiritWolf
Kit : Léogan <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: The Boss ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: The Boss ::
Le Messager

MessageSujet: Re: [QUETE] Les Hurlements de la Bête - PV Aliénor Isil   Mer 8 Jan - 14:26

    Talia Kowbar resta impassible face à la demoiselle, le regard sévère et toujours dirigé sur elle, l'examinant. Son allure lui était familière, elle avait déjà rencontré. Si elle ne se souvenait de son nom, elle savait déjà à qui elle avait à faire.

    " Dame? Il y a longtemps que je ne suis plus une dame, amazone. Je me souviens de toi et de ton ami. Que me veut une des gardiennes? "

    C'était ainsi qu'elle nommait les Eryllis, les gardiennes. Elles n'étaient pas des amies mais Talia respectait les jeunes femmes car elle participait à la préservation de la forêt. Oh, elle aurait quand même bien des choses à redire sur leur mode de vie, de trimbaler des armes, de créer parfois des conflits dans la forêt - bonne cause ou non... Mais tout était cordial. Et puis la forêt ne se plaignait pas de leur présence, alors cela convenait à l'étrange shaman.

    Là, Aliénor fouilla alors dans ses bagages pour lui donner le présent que réclamait Talia. Quand elle vit le cœur, son visage semblait soudainement triste, il s'adoucit et son oeil paraissait briller d'une lueur qu'on ne lui connaissait pas habituellement. Mais cette expression disparut tout aussi vite lorsqu'elle se baissa pour prendre la pierre et commença à l'examiner avec une sévérité déconcertante.

    " C'est beaucoup.... J'accepte. Je répondrais en conséquence et t'aiderais au mieux. Ces pierres sont précieuses, plus que ce que les gens le pensent. "

    Le regard de Talia ne quitta pas la pierre et elle l'apporta plus près de son visage. En même temps, elle agita son bâton pour prier Aliénor de se relever. Cela plaisait toujours à l'égo de Talia mais en réalité, elle n'aimait pas toutes les convenances de ce genre. A ces yeux, l'Homme ne méritait pas que l'on ploie devant lui.

    " Pierre tu redeviendras pierre. "

    Elle rangea brutalement le cœur de sphène dans un sac qu'elle avait en besace, sur les champignons même qu'elle venait de cueillir.

    " Une chose que cache Delil? N'est-ce pas impudent que vouloir percer le secret d'un dieu? Mais cela ne doit pas être aussi important que l'on croit, car le Dieu lui-même aurait été plus malin si il voulait dissimuler une chose. Parle! Dis-moi donc ce que tu souhaites savoir. "

    La sauvageonne des marais croisa les bras et attendait de pouvoir rendre le service qu'on lui demandait.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'Ombre des Eryllis ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Ombre des Eryllis ::
Aliénor Isil

MessageSujet: Re: [QUETE] Les Hurlements de la Bête - PV Aliénor Isil   Mer 8 Jan - 18:19


    Voilà une agréable surprise ; Talia se souvenait bien d'elle et de son ami Fenrir. Et il y avait encore mieux, la Shaman acceptait son offrande. Aliénor en fut presque étonnée par ailleurs, craignant que cela n'était pas suffisant ou que cet objet n'était pas au goût de l'énigmatique Gorgoroth car elle ne connaissait en rien le prix de son aide, ni de la valeur exacte d'une pierre de Sphène. Sur le coup, La Rôdeuse fut tentée de l’interroger a ce sujet car nombreux mystère subsistent sur ces fameuses pierres. Mais une chose à la fois et si elle réclamait sa présence en ce jour, c'était pour une toute autre histoire qui l'intriguait grandement. Peut-être bien que cela la mènera à rien, qu'elle poursuit simplement un vieux souvenir d'un savant ou une chimère, mais qu'importe car il n'y avait qu'un seul moyen de le savoir même si pour ça elle doit offrir un coeur de sphène qui aurait pu lui rapporter beaucoup de Dias. Cela lui faisait à peine un pincement au coeur de s'en défaire car en le remettant à Talia, elle se détachait de ses douloureux souvenirs liées à l'épidémie de Sarnahroa...

    Se relevant maladroitement sous l'ordre de la Guérisseuse, Aliénor attendit patiemment que cette dernière termine son inspection. Elle avait l'air par ailleurs bien intrigué par cet objet tout comme il semblait lui faire un drôle effet sur son coeur car elle lui arrachait de nombreuses expressions à son visage... La Rôdeuse baissa subitement les yeux, se rappelant qu'il n'était pas bien polie de dévisager quelqu'un de la sorte. Et finalement, le coeur de Sphène trouva violemment sa place dans la besace de la Shaman. Le pacte entre les deux femmes était ainsi définitivement scellée. Souriant doucement, l'Eryllis prit la parole d'une voix posée et calme.

    - Oh, jamais je n'oserais sous estimer le Dieu Délil, après tout, nous sommes que ses humbles fidèles. Fou est l'homme qui oserait prétendre tromper une Divinité...

    Peut-être qu'on ne saura jamais si ils existent réellement des puissances qui gouvernent ce monde. Mais jusqu'à qu'on ait le véritable fin mot de cette histoire, la Terranne préférait ne pas tenter les démons. C'est qu'ils pourraient écraser tout les peuples de Istheria comme des misérables insectes ces bougres de Dieux. Son sourire finit par s'effacer doucement mais la sérénité se lisait dans son visage dissimulé à l'ombre d'une capuche large.

    - Dam... Je veux dire, Talia. J'ai découvert il y a quelques semaines de cela un étrange écris venant d'un homme assoiffé par la connaissance du nom d'Eucléis. Il est venu ici, à Noathis il y a de cela de nombreuses saisons... Et il raconte avoir croisé le chemin d'une étrange créature, immense et dont le physique aurait été touché par la malédiction des enfants de Sharna. Mais bien que repoussante, cette créature hurlait à la lune, aux étoiles et aux Divinités, toute la peine qui assombrissait son coeur...

    Elle laissa ses paroles en suspens, le temps de laisser à Talia d'assimiler cette histoire avant de reprendre d'une voix toujours aussi posée et sage :

    - Talia, connaissez-vous cette créature qui se cacherait dans le Royaume de Délil ? Je voudrais savoir où peut-elle rôder afin que je puisse la trouver... Je ne désire ni lui faire du mal, ni la retirer des bras de Délil. Je souhaite seulement savoir pourquoi cette créature pleure et qui a osé blesser son coeur...

    Aliénor était sincère et espérait que Talia l'aide dans sa requête car elle la savait très protectrice quand il s'agit de la faune et de la flore de Noathis. La Gorgoroth était la Gardienne de ce lieu pleines de vies et de dangers. La Terranne, quant à elle, était une servante de la forêt qui aspirait à comprendre chaque créature qui y vivait et jamais elle s'autoriserait à la souiller.


~ Aliénor's Theme ~


©redits :Bea Gonzalez & WhiteSpiritWolf
Kit : Léogan <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: The Boss ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: The Boss ::
Le Messager

MessageSujet: Re: [QUETE] Les Hurlements de la Bête - PV Aliénor Isil   Lun 20 Jan - 23:15

    Alors que la jeune fille s'excusait pour expliquer qu'elle ne cherchait pas à minimiser la puissance des Dieux, Talia commença à agiter les bras et la tête vigoureuse en exprimant un sentiment de négation.

    " Oooh! Non! Personne ne dupe les dieux. Ils savent, ils écoutent. Ils se jouent parfois de nous mais nous sommes des ingrats. Nous méritons notre sort. Car fou! Oui, fou nous le sommes tous. "

    Ce ne fut qu'à la fin de sa phrase que la shamane reprit son calme et son sérieux. Même si elle semblait exubérante dans son attitude, elle vous expliquerait qu'elle eut toujours ressenti le besoin d'exprimer avec son corps ses propres sentiments pour ne pas les contenir. Qu'il fallait toujours évacuer toutes les émotions négatives pour ne pas se laisser empoissonner par eux. En attendant, pour un regard extérieur qui ne connaissait pas ses habitudes, elle semblait aussi folle que sauvage.

    " Eucléis, dis-tu? Ce nom ne m'est pas familier mais... oui? Que dites-vous? "

    Talia s'arrêta alors dans sa phrase et semblait tendre l'oreille. On entendait rien d'autre que les oiseaux, quelques coassements de bublus et le vent dans les feuillages. Pourtant, elle semblait s'adresser à quelqu'un ou quelque chose. A son regard, on sentait qu'elle était à l'écoute, elle acquiesçait de temps en temps mais ne disait mot.... jusqu'à ce qu'elle se retourna vers l'Eryllis.

    " La forêt connait ton bonhomme mais il y a très longtemps qu'elle ne l'a pas revu ici.... mais elle ne sait pas les années... le temps, elle ne le connait pas, le temps file sur elle comme sur l'eau. Elle a oublié... Par contre! "

    La gorgoroth se redressa brutalement et se mit à murmurer.

    " .... le monstre, lui, est toujours là. Je l'entends parfois crier et pleurer près de mes marécages. C'est agaçant. J'ai déjà essayé de le chasser mais il s'en moquait. Drôle de monstre que celui-là. "

    Talia marqua alors un temps de pose, regarda aux alentours comme pour vérifier qu'elle n'était pas surveillée ou entendue.

    " Mais ce monstre est maudit... surement maudit. Cela fait trop longtemps qu'il pleure, trop longtemps qu'il crie. Peut-être était-il même un fantôme aujourd'hui... mais on l'entend toujours. Je ne sais pas si c'est une bonne chose de le trouver, il est aussi immonde que ces pleurs sont déchirants. Non. Ce n'est pas bon de le chercher. Le Dieu Fen lui-même empêche ses animaux de l'approcher quand il pleure. "

    Ce fut alors que l'ancienne prêtresse déchue se montra curieuse aussi soudainement qu'elle avait secoué sa tête toute à l'heure.

    " Mais pourquoi vouloir rencontrer cette chose? Si elle pleure, elle doit avoir une raison et ce n'est certainement pas beau. Elle pourrait même te tuer si elle vit vraiment. Qu'importe son chagrin, cela ne nous regarde pas. "

    Talia se voulait franche et elle était généralement. Ce fut pour cela qu'elle conseilla l'Eryllis à ne pas y aller. Après tout, rares étaient les personnes qui avaient confirmé sa présence depuis tant de temps. Pourquoi? Parce qu'après tout, qui peut garantir que beaucoup sont revenus...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'Ombre des Eryllis ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Ombre des Eryllis ::
Aliénor Isil

MessageSujet: Re: [QUETE] Les Hurlements de la Bête - PV Aliénor Isil   Dim 30 Mar - 3:16

    Aliénor ne s'attendait pas que Talia connaisse le nom d'Eucléis, cependant, la Rôdeuse assista à une scène qu'elle n'était pas prête d'oublier de si tôt. Après-tout, qui aurait la prétention de connaître quelqu'un capable de communiquer avec la forêt entière ? C'est ce qu'il se passa avec Talia sous les yeux émerveillés de la Terranne. La Shaman tendait l'oreille et écoutait comme si quelqu'un - ou quelque chose - se trouvait derrière son dos et lui murmurait aux creux de son oreille. Et l'énigmatique femme écoutait, attentivement et sérieusement, ce qui semblait être des paroles qu'elle seule était capable d'entendre. Pourtant, l'Eryllis ne put s'empêcher de vouloir savoir ce qu'elle pouvait ouïr alors, presque par réflexe, la Nomade bascula dans son pouvoir où ses cinq sens s'aiguisèrent comme ceux d'une Sindarinne. Ainsi, ce fut un déchaînement de sons qui se répercuta dans les oreilles de Rôdeuse : le bruissement du vent, le roucoulement des oiseaux, le grondement des Cascades Nébuleuses au loin, les pas lourds d'un Gréor, le croassement des Bublus, les insectes qui se frayaient un chemins aux pieds de la jeune femme, la respiration de Fenrir, le souffle de Talia... C'était la vie qui s'éveillait au coeur de Noathis et face à cette constatation, le coeur d'Aliénor s'emballa dans une course folle, la poitrine gonflée d'exaltation. Elle entendait Noathis, sa belle et magnifique Noathis. Mais était-ce les fameuses voix qu'entendait Talia ? Qui sait, nul ne savait jusqu'où allaient les possibilités du lien qui unissait l'énigmatique Gorgoroth et la Forêt.

    Le retour à la réalité fut cependant brutal, arrachant un sursaut à l'Eryllis qui mit fin à son pouvoir. Entre deux souffles, elle écouta la Shaman mais fut bien intriguée par ses paroles. Tout d'abord, ce n'est pas tout les jours qu'une forêt réponde à vos questions mais quelle agréable surprise de savoir qu'elle connaissait bien Eucléis. Oui, Aliénor se fiait aux dires de Talia sans même envisager qu'elle était complètement folle et qu'elle raconterait des fantaisies à la Rôdeuse. Pour sûr, si ça avait été quelqu'un d'autre, pas sûr qu'elle y croirait, mais c'est de Talia que nous parlons, bon sang de bonsoir ! Mais là n'était pas la question, ce qui intéressait la Terranne était ce fameux monstre qui, Ô surprise, était encore en vie !

    Se rapprochant un peu plus près de son aîné pour mieux accueillir ses confidences, Aliénor assimila toutes ces informations précieuses. Ainsi, malgré toutes ces années, cette mystérieuse créature rôdait toujours dans les parages. Et malgré les avertissement que lui lançait la Shaman, rien ne semblait perturber la Nomade qui était plongée dans ses pensées. Immonde ? Ce n'était sûrement pas ça qui allait l'arrêter. Dangereuse ? Comme toute créature qui avait dans ce monde ! Non réellement, elle écoutait qu'à demi oreille ces avertissements mais lorsqu'elle l’interrogea sur ses véritables intentions, là, ce fut une toute autre histoire. Elle se mordit doucement la lèvre, grattant timidement son bras tandis qu'elle cherchait ses mots pour s'expliquer.

    - Eh bien... Je désire juste lui venir en aide... Toute créature en ce monde à le droit d'avoir de la considération tout comme une créature à le droit au réconfort lorsque son coeur est blessé. Je veux la connaître, je veux la voir de mes propres yeux. Elle est immonde ? Soit, mais j'ai vu plus bien d’immondice dans le coeur d'un homme ! Me tuer ? Mais comme tout les animaux sauvages que je côtoie et les hommes qui sont à la poursuite de ma tête parce que je suis une femme des bois ! C'est un risque que j'assume depuis que j'ai embrassé Fen et Délil et je ne reculerais pas, je n'abandonnerais pas cette vie aussi dangereuse soit-elle et je ne regrette en rien d'être devenue une Enfant Sauvage. Je désire seulement être au plus près de ses deux Dieux, me rapprocher et comprendre la forêt et ses habitants, quelque soit l'habitant, même la plus immonde et la plus insaisissable de tous...

    Il y avait comme une certaine détermination qui vibrait dans sa voix et ses yeux luisaient d'une lueur inconnue. Mais il y avait aussi une certaine douceur, inexplicable qui pouvait s'entendre. Aliénor était ainsi décidée, elle voulait venir en aide à cette créature, et personne ne l'en empêchera. Pourtant, elle se sentit obliger de s'expliquer au mieux avec Talia, comme si elle avait l'espoir qu'elle lui donne son approbation, elle pourtant qui était devenue la messagère de la Forêt. Alors, la jeune femme continua, d'une voix posée :

    - De plus, je pourrais essayer de l'éloigner des Marécages. Si elle reste dans ses lieux, non seulement elle vous importune, mais en plus elle pourrait s'attirer des ennuis avec les Argoras. Je veux éviter cela et établir l’harmonie entres les différents habitants de Noathis. Je la mettrais en lieu sûr, dans un endroit reculé ou elle ne pourrait faire du mal ni qu'on puisse la blesser...

    Elle soupira, plongeant ses yeux sombres dans ceux de la Shaman, une lueur suppliante se lisait dans ses iris.

    - Je vous en supplie, amenez moi jusqu'à elle... je ne peux me résoudre à laisser une créature abandonnée par le chagrin...

    Il est vrai qu'elle ne savait guère à quoi s'attendre, si cette mystérieuse créature était dangereuse ou non, ou si elle allait accepter la présence de la Terranne ou la rejeter. Mais il n'y avait qu'une seule façon de savoir. De plus, il y avait une autre raison qui la poussait à vouloir rencontrer cette bête, une toute autre raison aussi innocente que le souvenir d'une enfant écoutant la légende du Dieu Fen...


~ Aliénor's Theme ~


©redits :Bea Gonzalez & WhiteSpiritWolf
Kit : Léogan <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: The Boss ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: The Boss ::
Le Messager

MessageSujet: Re: [QUETE] Les Hurlements de la Bête - PV Aliénor Isil   Sam 9 Avr - 13:50

Talia avait tenté en vain de convaincre la jeune terrane d'abandonner sa quête, pour une raison qui pouvait d'ailleurs échapper à tout le monde. Après tout, la shamane était plutôt une misanthrope et la nature humaine faisait partie des rares choses qui lui échappait. Néanmoins, peut-être faisait-elle preuve de compensation envers cette jeune Eryllis? Dans tous les cas, la volonté de cette dernière semblait inébranlable. Il était difficile de briser une détermination aussi forte, qui, au mépris du danger, était parfaitement résolu dans son choix. Mais soit. Talia avait eu une compensation, elle pouvait donc en échange répondre à la moindre de ses interrogations.

" Jeune fille, ton altruisme te perdra sans doute. Certaines créatures ne peuvent être aidée parce qu'elles ne le veulent pas. Cela les rendent d'autant plus dangereuses. "

Talia ferma alors les yeux se mit à secouer son bâton devant elle. En même temps, elle se mit à maugréer quelques paroles inaudibles, puis se stoppa net. Là, elle plongea son œil vert dans le regard d'Aliénor.

" Le monstre vient moins souvent ici. Cela fait plusieurs lunes. Mais il pleure toujours. Il s'est un peu plus éloigné de mes marécages et sa complainte a changé. Il y a de la colère maintenant. Pas de la rage, de l'amertume. Ce n'est pas bon signe. "

La shamane s'arrêta soudainement dans son explication, et comme tout à l'heure, elle semblait écouter des murmures qui ne parvenaient qu'à ces seules oreilles.

" Mmm... la forêt me dit, qu'il y a toujours une nuit où les pleurs sont plus profonds et que cela est très ancien. Chaque année, la même nuit. Cette nuit est justement proche, dans trois jours. Si tu veux être sure de rencontrer cette créature, tu devras y aller à ce moment là. "

Talia s'approcha alors de l'Eryllis, comme si elle désirait lui dire un secret. Là, à voix basse, c'était ce qu'elle fit.

" La laideur de ce monstre est à l'image de ce qui la ronge. Mais elle est également particulièrement intelligente. On ne la voit jamais vraiment arriver, et on ne la voit jamais vraiment partir. Il n'y a jamais de trace. Si tu veux vraiment la voir, rend-toi à cet endroit et attend. "

Sur ces mots, Talia se saisit alors de la main d'Aliénor et lui transmit par la pensée, des images et la route à suivre. Cela dessinait une route dans l'esprit de l'Eryllis, une route qui traversait les marécages boueux et s'enfonçaient un peu plus loin. Là, il fallait suivre un cours d'eau et le remonter comme si on se rendait vers les chutes nébuleuses... mais on rejoignait une clairière brumeuse, l'eau y était limpide et semblait être même une source chaude. L'endroit était cerné par la végétation et le point d'eau était un espace entière découvert avec une vue directe sur les cieux. Néanmoins, ce n'était pas facile à trouver. Noathis était si vaste.... et cet endroit semblait avoir été préservé.

La shamane lâcha alors son emprise et se redressa. Là, fièrement, elle s'adressa une ultime fois à la jeune fille.

" J'ai déjà essayé de résonner le monstre. Je n'y retournerais pas. Cette quête, tu devras la faire toute seule. Va. Maintenant tu connais le chemin. "

Talia lui adressa alors un vague geste de la main pour lui dire de filer. La route serait un peu longue alors elle devait se dépêcher. Avec de la chance, en moins d'une journée, en allant vite, elle trouverait la clairière. Les deux autres jours lui permettraient de réfléchir à comment elle comptait faire face à la créature une fois la nuit tombée...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [QUETE] Les Hurlements de la Bête - PV Aliénor Isil   

Revenir en haut Aller en bas
 
[QUETE] Les Hurlements de la Bête - PV Aliénor Isil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'ai perdu la quete journaliere du lvl 152 :(
» [Spoil] Quete des nagas
» Quete de hubert
» Méthode et hurlements
» Demande de quete :3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Noathis, le pays sauvageTitre :: Les chutes nébuleusesTitre-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA, LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !