[QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité


MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Dim 31 Aoû - 3:58

Revenir en haut Aller en bas
:: Boîte de Pandore ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Boîte de Pandore ::
Rashell Samarcande

MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Mar 2 Sep - 3:20

Shell s'ennuyait. Cela devenait de plus en plus constant ; cela la chagrinait outre mesure. Et s'il y avait bien une chose qu'elle détestait par dessus tout, c'était de s'emmerder ferme ! Heureusement, un mois plus tôt, une petite voix s'était glissée dans son bureau, de son domaine Samarcande, où elle résidait le plus clair de son temps. Cette petite voix s'était extirpée d'entre les ombres pour s'avancer silencieusement vers le bureau, un sourire roublard qui dansait de gaieté toujours inlassablement sur ses lèvres.

- « La sécurité laisse à désirer, Mademoiselle. »

Qu'elle l'aimait ce sourire, un sourire tout aussi délectable que carnassier. Dommage qu'il fut affublé d'un pareil accoutrement. A le regarder de la tête aux pieds, ne voir qu'une capuche ample pour mieux dissimuler son visage, un manteau tout aussi large et tombant, à faire pâlir les fantômes tant il était usé, tout cela, couronné de bandelettes éparses et disparates, lui conférait une atmosphère si... Miteuse. Un mendiant, un péon dans son bureau, par n'importe-laquelle de toutes les divinités ! encore heureux que personne ne l'avait vu ici ! S'il commençait à se savoir que le château de Samarcande recevait n'importe quel pignouf... Il faudrait vraiment qu'un jour celui-ci pense à s'habiller ne serait-ce convenablement, il y avait des vêtements amples tout aussi efficaces pour dissimuler son apparence et bien plus élégant que ces guenilles. Et qui sait, il avait de l'allure, une frimousse d'ange ! Il aurait sans doute pu devenir chou, après tout.

Rashell, à l'arrivée de son comparse, était installée dans le fauteuil de son grand bureau, calé tout au fond. Au pied du fauteuil était entortillé un long serpent blanc qui fixait le nouvel arrivait avec des yeux pers. C'était amusant, ses yeux étaient tout aussi voraces que ceux qu'il fixait. Les jambes croisées sur le bureau, posée sur celui-ci une tasse de thé fumante qui provenait des confins de Cimmerium, la propriétaire de la demeure lisait un ouvrage reposant sur son bas-ventre, habillée d'une nuisette en soieries blanches à dentelles qui reposait jusqu'en haut de ses cuisses...

Les visites de Torenheim avaient beau être impromptues, quand c'était pour lui donner de l'occupation, elle y prêtait attention.

Tout de même, cavaler pendant plus de trois jours, en passant une nuit à Umbriel, (charmante ville d'ailleurs, tout aussi puante que Ridolbar), cela juste pour de la distraction avec son cher ami, elle espérait fortement que l'expédition en valait la chandelle. Shell était arrivée à Themisto dans l'après-midi, avant réservé un endroit, le plus calme possible qu'elle ait trouvé, pour mettre Luna à l'abri ; elle en avait profité pour se procurer une carte de la ville afin de trouver aisément le cimetière. Elle l'aurait bien demandé, mais ne sachant pas ce que les deux tourtereaux allaient faire là-bas, s'il arrivait quelque chose à cet endroit, il valait mieux que personne ne sache qu'elle s'y trouvait... Dans les rues sombres de la cité, la féline Lhurgoyf se mouvait avec discrétion, longeant les murs ; profitant de la nuit noire pour avancer rapidement. Arrivant au portail du lieu de rendez-vous ; elle sonda l'endroit d'un regard à 180 degrés. Elle ne tarda pas à repérer son cavalier d'un soir aux faveurs d'un éclair, accroupi en haut d'un pilier de l'entrée; telle une gargouille, arborant ces mêmes loques, à quelques choses près ; sa garde-robe n'avait donc pas été refaite depuis, quelle déception. Shell, quant à elle, qui prenait grand soin de son apparence, s'était parée d'un haut gris, à décolleté drapé qui laissait à vue le haut de son buste ; elle portait aussi une veste ample aux couleurs pourpres et aux manches qui lui arrivaient jusqu'aux coudes. Les pans intérieurs de celle-ci étaient ornés de boutonnières dorées. Son pantalon était gris aussi lui aussi, ceint par une sangle de tissu bordeaux, et surmonté de cuissardes noires à revers. Ses cheveux ramenés en une longue queue de cheval, laissait son visage dégagé, hormis pour quelques mèches délicates qui venaient presser amoureusement l'arrondi de ses joues.

A l'accueil de son 'ami', Shell lâcha un sourire amusé :

- « Pas besoin d'espoir quand on ne sait pas ce que l'on vient chercher, mon cher. Mais surprends-moi donc. »

Dans la pénombre, Shell quitta la momie grimpante pour franchir la grille de ses yeux et essayer de distinguer le vaste cimetière de Thémisto. Une infinité de tombes, de caveaux étaient dressés vers le ciel obscurci par la nuit. Si ça se trouve au fil des siècles, Shell avait perdu des occasions de venir faire des choses intéressantes ici, c'était dommage.

- « Mon chou, ce n'est pas très romantique comme lieu de rendez-vous tu sais. »


Dernière édition par Rashell Samarcande le Sam 6 Sep - 2:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité


MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Sam 6 Sep - 1:55

Revenir en haut Aller en bas
:: Boîte de Pandore ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Boîte de Pandore ::
Rashell Samarcande

MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Dim 7 Sep - 1:37

Si Torenheim avait invité Shell à le rejoindre dans cet endroit perdu, dans ce cimetière désolé, c'est qu'il avait une idée précise en tête. Soit, elle savait qu'il avait toujours une idée en tête, quelles que soient les circonstances. Il avait beau avoir un minois des plus charmants, elle savait pertinemment qu'il était dangereux, sans doute était-il l'un des hommes les plus dangereux qu'elle ait connu en plus de huit siècles d'existence ; c'était dire. Mais heureusement, dès le début de leur relation, une espèce d'entente tacite s'était glissée entre eux deux, similaire, peut-être, à un pacte fraternel mêlant à la fois rivalité et complicité. Leur relation s'était tissée dans une sorte de jeux gigantesque, à l'échelle d'Isthéria, dans une sorte de macrocosme, mais aussi à l'échelle microcosmique, entre eux-deux seulement. Ils étaient deux compères en constante rivalité, et en constante coopération, et le monde était leur terrain de jeu.

A la première réponse, et une fois qu'il fut descendu de son perchoir sépulcral, elle lui répondit ces mots :

« Malheureusement, tu as raison, l'ennui me pèse... Et c'est bien pour cela que je suis venue me divertir auprès de toi, mon prince des nuits », acheva-t-elle, la lèvre espiègle.

Ensuite, elle écouta avec attention la longue déclaration de son ami, se délecta de chaque mot avec un regard brillant, plongé dans celui de Torenheim. Le regard que lui lançait aussi le Terran était pénétrant d'une lueur vive et mutine. Tout près d'elle, elle ne put s'empêcher de placer un index sous le menton de celui-ci, de rapprocher son visage très près du sien, et de lui offrir un large sourire comblé de narquoiseries, :

- « Sous cet angle-ci, oui. L'angle est très important, tu le sais très bien, mon cher. » s'amusa-t-elle à affirmer avec une voix ferme, mais celle-ci adopta ensuite une tessiture mielleuse : «  Puis, avec toi, tout devient tellement plus... Excitant.... C'est cela le remède à l'ennui. » souffla-t-elle à quelques millimètres, ses yeux d'émeraude amarrés à ceux de son comparse.

Puis elle écouta la suite de la mission avec intérêt, c'était la clef qui allait ouvrir la porte ; la porte de l'ennui, et aujourd'hui, la porte contre l'ennui s'avérait être la grille d'un cimetière ; fascinant.

- « Oh mais mon Tendre, nous avons bien plus que la nuit pour discuter. » expira-t-elle avant que Torenheim n'ouvre le portail. Elle ne savait comment un portail pouvait être excitant en lui-même, mais elle le traversa. Singeant le cérémonial de bienséance, elle fit une profonde révérence, la notion de folie s'était peinte sur son visage, elle dépassa un peu son cher et tendre, et l'attendant, elle lui tendit son bras afin qu'il puisse la mener et se promener dans le cimetière, comme s'il s'agissait d'une balade vespérale des plus saines et revigorantes.

- « En effet, le destin n'attend pas, alors allons donc nous amuser de lui, avant qu'il ne s'ennuie à son tour... » ricana-t-elle.

Les deux compères s’avancèrent dans les allées de tombes et de sépulcres, au clair de lune ; les nuages sombres s'étaient en majorité dissous, pour laisser à la lune elle aussi la possibilité de sourire à cette promenade joviale. Shell était aux anges, elle scrutait les caveaux, les stèles, lisait chaque nom, à la manière d'une promenade en forêt, comme si elle s'était penchée sur chaque fleur pour sentir leur doux parfum, sur chaque branche comme sur chaque pierre, pour en caresser les bourgeons. Ce soir, Shell était aussi excitée qu'une pucelle à son premier rendez-vous à l'idée d'explorer ce cimetière. Ah, cela faisait longtemps qu'elle ne s'était pas amusée, son exaltation luisait dans ses yeux d'absinthe, soutenus par l'éclat de la lune.

Soudain, se trouvant tous deux dans une sorte de place au beau milieu du cimetière, dans son euphorie, Shell lâcha le bras du Terran, s'avança de deux pas et se retourna fiévreusement vers lui, elle lui tendit un bras, la paume ouverte vers lui. Ses yeux étaient embrasés, luisants comme les iris d'un félin à l'affût sous le halo lunaire :

- « Dis-moi. N'as-tu jamais dansé avec le Diable au clair de Lune ? Ça te dit ? Car celui-ci t'attend. »


Dernière édition par Rashell Samarcande le Sam 13 Déc - 17:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité


MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Lun 17 Nov - 1:32

Revenir en haut Aller en bas
:: Boîte de Pandore ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Boîte de Pandore ::
Rashell Samarcande

MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Sam 13 Déc - 18:25

Quelle déception, elle qui avait, certes, insidieusement forcé le pas à Torenheim, n'avait reçu qu'une pâle esquive à deux dias. Le destin n'attend pas, certes, mais il n'était pas pressé non plus. Elle suivit le Terran entre les mausolées, boudant quelque peu son plaisir dans l'ombre de ceux-ci, effritant négligemment quelques pierres au passage. Cette marche dans le cimetière dura un petit moment, ils cherchaient la sépulture de Barthendalus. Pour plus d'efficacité, Rashell proposa à son compère de se séparer afin de localiser la tombe ; ce qu'ils firent sans hésiter. La Lhurgoyf suivit quelques rangées de tombes, scrutait les inscriptions sur chacune, à la faveur de la lune qui daignait éclairer les lettres de son doux halo d'opale. La cimetière était immense, et la recherche commençait à se faire lassante, si ce n'est qu'à un moment Rashell entendit des voix, elle se cacha derrière un mur, accroupie, et écouta, perplexe de cette intervention ; une voix, plus graveleuse et âgée, semblait commander les autres, sans aucune hésitation :

- « Dépêchez-vous un peu, il faut nous rendre sur le Mausolée de Barthendalus, ça ne saurait attendre !
- C'est bon, c'est pas comme si on était pressé, elle ne va pas s'enfuir !
- La vision que m'a transmise Kron était sans appel, quelqu'un qu'il n'apprécie pas va venir souiller le Mausolée !
- Bon bon... »

A en juger par les pas et les grommellements des hommes, il devait être une demi-douzaine. A cet instant, Rashell ne pensa qu'à une chose, rejoindre Torenheim ; non pas qu'elle n'avait pas envie de leur foutre une rouste maison pour en finir de suite, mais parce qu'elle ne savait absolument pas quel était le but de Torenheim, hormis récupérer quelque chose dont il avait besoin, cela restait très flou. Grâce à son don de reconnaissance d'aura, elle localisa rapidement Torenheim et en quelques minutes de course furtive ; elle le rejoignit dans une allée ; celui-ci avait l'air de flâner entre les morts.

Elle s'arrêta devant lui, une ombre extrêmement malicieuse dansait sur son sourire :

- « Je pense que tu t'en doutais, mais on a de la visite de ce côté-ci du cimetière » dit-elle en pointant du pouce derrière elle l'endroit d'où elle venait. « Si l'on voulait trouver la tombe de celui que tu veux dépouiller, je pense que sans se fatiguer, on peut les suivre. Tu en dis quoi ? ».

Sans perdre de temps, Rashell traqua leurs traces grâce à son pouvoir, et dans le noir de la nuit, deux ombres traquaient des prêtres de Kron. Une fois qu'elle les eut retrouvée, ils étaient debout devant un grand Mausolée, si grand qu'elle se demandait comment elle avait fait pour ne pas le trouver avant eux. Trois d'entre eux étaient assis sur les marches au pas de la sépulture, trois autres discutaient sur le chemin de leur présence ici, et de la vision que Kron avait envoyé. Caché dans l'ombre d'un grand platane, le couple des ombres les scrutaient avec attention ; ils avaient été utile pour trouver l'objectif, à présent ils n'étaient qu'un obstacle qu'il fallait supprimer. Et à voir dans les yeux lumineux de Torenheim, tel un vautour sur sa proie, Shell ne douta pas une seconde que l'idée de liquider un prêtre de Kron lui titiller les tripes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité


MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Dim 28 Déc - 6:03

Revenir en haut Aller en bas
:: Boîte de Pandore ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Boîte de Pandore ::
Rashell Samarcande

MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Mar 24 Fév - 0:11

Rashell regardait Torenheim, impassible, scrutant ses proies d'un flegme saisissant ; mais elle pouvait lire dans ses yeux l'excitation, la réflexion du travail à bien réaliser, des choses bien faites dans les règles de l'art. Elle le lisait dans ses yeux, il scrutait chaque détail, chaque personne présente, il analysait la scène, mais aussi les âmes des serviteurs de Kron, il les examinait, les étudiait sous toutes les coutures. A le regarder elle-même, elle s'exaltait de tant de froideur ardente. Elle écouta ses douces paroles, et répliqua de façon assez succincte et suave :

- « Ne t'en fais donc pas, montre moi ton art, je m'en délecterai. »

Il pouvait tous les liquider, elle aurait pris autant de plaisir à regarder un professionnel à l’œuvre tout en gardant les mains propres.
Tout à coup un sourire bélzébuthique illumina le visage du Terran tout à fait spécial. Ça y est, ses méninges avaient fait leur office. Il disparut dans l'ombre, se mélangea avec les ténèbres pour ne plus faire qu'un avec la nuit ; mais Rashell continuait de sentir sa présence, elle le sentait se mouvoir dans l'humidité de l'obscurité. Son don était si abouti que, finalement, elle le voyait presque, comme si une aura avait recouvert le corps de son compère.
Ah, il avait commencé par celui du fond, le plus fragile, le plus esseulé.  D'un coup d'un seul, il avait rejoint Torenheim parmi les ombres. En quelque sorte, Torenheim était un passeur, un passeur fantôme, un Charon bénévole, nocher qui ne demande pas une seule obole pour quitter un monde au détriment d'un autre et qui ne demande même pas de monter dans son embarcation spectrale, qui se voulait le capitaine des âmes.

Ah, une légère bévue, l'action s'était entendue. Ah, mais était-ce vraiment une bévue ? L'attention de tous s'était fixée vers l'arrière du Mausolée. Tous dos à Rashell... Oh que c'était tentant de fondre dans la masse, de planter un styler dans la nuque de chacun, balayant ainsi les corps d'un coup vif et précis, fatal. Cela aurait été trop facile, et utopique sans doute ; il s'agissait de serviteur de Kron, ce n'était sans doute pas des bleus. Il était déjà (seulement) six, c'était bien peu pour protéger une relique sacrée, alors autant que chacun d'eux ait une force, une spécificité, quelque chose qui le rende unique, qu'elle pourrait découvrir, ou au mieux, dérober ; plus tard. C'était presque affligeant, l'efficacité de  Torenheim n'avait pas laissé s'exprimer l'art de l'un d'entre eux, il aurait peut-être été amusant de le voir à l’œuvre lui aussi, mais bon, ainsi soit-il, le nocher des ombres l'avait déjà emporté.
Au tour de Shell à présent, le spectacle avait commencé, elle se doutait que les prêtres étaient sur qui-vive, elle mettrait même sa main à couper -il n'y avait pas grand mal à parier là dessus, un bras si vous le souhaitez- que l'un des prêtres avait un pouvoir de protection ; une espèce de bulle, de bouclier... Si ce n'était pas le cas c'était décevant.
Elle devait donc s'en assurer ; elle balaya sa longue queue de cheval pour se préparer à l'assaut ; puis au revers du pli de son veste, elle sortit deux stylets, de l'endroit où elle était elle lança mollement mais précisément l'arme de jet sur la cible la plus proche, et partit aussitôt dans une autre direction, s'appuyant d'une leste enjambée sur une tombe elle s'élança sur le toit d'un sépulcre pour atteindre la première cible par le dessus ; approche somme toute inattendue ; mais elle aimait les airs. Le premier trait avait effectivement été stoppé par un bouclier magique qu'elle discerna un court instant et dont elle perçu la limite, à savoir le dessus ; elle fondit alors sur sa cible alors surprise par le trait qui avait résonné derrière elle et enfonça promptement et proprement son second stylet à l'arrière de la nuque à l'orée de la seconde cervicale.

L'un des serviteurs de Kron se retourna alors vers elle, brandissant un bras dans sa direction ; Shell ne prit même pas le temps de se demander quel pouvoir il pouvait détenir et agrippa le prêtre le plus proche par le bras, lui fit un clef dans le dos en plaçant précisément sa dague sous sa gorge à l'exact endroit de la carotide. Les yeux émeraude de la Lhurgoyf flamboyaient d'une lueur agressive, comme un chat prêt à bondir au moindre mouvement, scrutant le moindre geste.


Dernière édition par Rashell Samarcande le Sam 7 Mar - 21:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité


MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Jeu 26 Fév - 3:04

Revenir en haut Aller en bas
:: Boîte de Pandore ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Boîte de Pandore ::
Rashell Samarcande

MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Dim 8 Mar - 23:20

Shell n'avait pas tellement l'habitude de se cacher derrière un bouclier humain. Sans être des plus téméraires, elle faisait partie des gens qui manigancent dans l'ombre, rarement à découvert. Il y avait selon elle plusieurs arguments en cette faveur : préserver son intégrité physique, il ne fallait pour rien au monde intenter à son radieux physique. Elle possédait un don pour régénérer ses cellules et membres, mais il ne fallait pas pousser ! Shell ne bougea pas, gardant son otage sous le coude, prête à l'occasion à fendre une carotide et bondir ailleurs si le besoin s'en faisait sentir.

En attendant, un des jeunes prêtre leur intima de quitter les lieux, prétextant leur ignorance de ce que leur présence ici pourrait provoquer... Effectivement, oui, Shell ne savait pas. Elle avait répondu à l'invitation sans savoir ; non pas qu'elle était naïve et insouciante, et loin de là car elle se méfiait de tout -si sa propre mère était encore vivante elle s'en méfierait sans doute-, mais elle voulait se laisser surprendre. Et Torenheim, il fallait le dire, avait l'art de surprendre. Cependant, la Lhurgoyf ne répondit rien à cette pathétique mise en garde ; s'il était là, c'était bien pour une raison ; certes, certaines personnes étaient ineptes de naissance et on n'y pouvait rien, mais venir au fin fond d'un cimetière perdu de Thémisto, ni la chance ni le hasard ne pouvait vous mener là, tout de même...

Le Roi des Ombres s'occupa de relancer les hostilités. Une lame ténébreuse et fulgurante se dirigea droit vers le torse de la jeune recrue pyromancienne.

Les deux profanateurs avaient mine de rien, et malgré leur infériorité numérique, l'avantage du terrain : ils avaient prise en tenaille leurs proies qui ne savaient où regarder.

Puis, clou du spectacle jusqu'à présent, comme un art de nécromancie lui même sorti d'outre-tombe, un art à faire pâlir les morts eux-mêmes ; un pantin de chair se releva péniblement et criait à qui pourrait écourter sa torture, joignant des hurlements terribles à un rugissement rauque de désespoir. Il s'agissait de l'une des plus belles diversions qui fût, une diversion au cœur même des insurgés.
Rashell, quant à elle, profita de la débâcle des âmes pour fendre la carotide et se déplacer dans la foule, pourtant elle trébucha sans s'y attendre, un filet de lianes s'étaient entourées entre ses chevilles pendant le laps de temps ; elle précipita la lame de son stylet sur les plantes pour les délier quand l'un des jeunes prêtres, saisissant une occasion inouïe s'abattit sur elle en courant, davantage sous l'effet de l'adrénaline et de l'affolement que par une quelconque pensée raisonnable. Malheureusement pour lui, en deux coups secs et précis les lianes avaient libérées ses chevilles et la Lhurgoyf évita l'assaut, tandis que l'attaquant était rejoint de son dernier comparse qui profita de l'esquive de Rashell pour lui asséner une violente bourrasque qui l'envoya une dizaine de mètres plus loin, stoppé brutalement contre le mur d'un mausolée. Assommée par le choc, Shell mit quelque second à retrouver ses esprits à travers le nuage de poussière qu'avait produit l'impact.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité


MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Dim 15 Mar - 23:29

Revenir en haut Aller en bas
:: Boîte de Pandore ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Boîte de Pandore ::
Rashell Samarcande

MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Sam 20 Juin - 0:36


Sous le choc de l'impact, Shell mit quelques secondes à retrouver ses esprits. Immobile, sa tête s'inclina sur le côté dans un bruit sec, sa nuque craqua. Comme une poupée de porcelaine que l'on avait lancé contre un mur, dans le bruits des briques et cailloux qui tombaient, on aurait cru sur ses membres se rompaient un à un dans un son claquant. Lors de l'éveil de la poupée, la remarque que fit Torenheim ne reçut qu'un lugubre écroulement de caillasses et de poussières. La Lhurgoyf se releva d'entre elles, le visage assombri autant par la fumée que par son humeur. Pour le coup, elle ne dénia même pas passer son regard sur Torenheim. On ne disposait pas tous de pouvoirs surnaturels dépassant l'entendement, et on ne jouait pas tous avec des ombres comme un bambin s'amusait avec des roulettes. Les pupilles étrécies de Rashell trouvèrent enfin où se poser lorsque le prêtre ordonna à un certain 'Froy' de s'occuper d'elle. S'il en était ainsi. Elle pencha la tête et regarda.

Le Froy en question ne conserva pas la même apparence, son air se renfrogna, comme qui dirait. Ses yeux s'injectèrent tout d'abord d'un sang pourpre, tandis que ses membres se déformaient monstrueusement, saisis par des convulsions abruptes.
Shell, pour sa part, soupira, elle renversa la tête en arrière, et secoua ses cheveux. Sans plus de manières que cela, elle retira sa veste qu'elle déposa au sol.
Les os du prêtre, d'une taille d'une personne normale s'écharnèrent un instant pour gagner en volume et déchirer ses vêtements. Sa transformation se ponctuait de gémissements rauques et effrayants.
La Lhurgoyf avait déjà ôté son haut gris, son pantalon, et déchaussé ses cuissardes noires. Son corps à nu, sa peau était fraîche et étonnamment lisse.
D'épaisses défenses venaient percer l'extrémité des lèvres du serviteur de Kron pendant que sa peau, devenue cuir, se noircissait d'une pelage démesurément laid.
Les yeux de Shell n'exprimait que l'exaspération, grands et attendant le moment opportun, d'un vert émeraude comme ceux d'une sylve au corps pur. Ses sourcils se froncèrent, brisant ce tableau de parfaite accalmie. Ses yeux scintillèrent un cours instant ; elle tiqua un peu de l’œil, réprimant les convulsions qui commençaient à saisir son corps. Son dos opalin s'arrondit doucement, laissant y germer une fourrure blanche surmontée d'une crinière d'azur qui habillait à présent le long de son corps. Son buste ainsi que sa poitrine, jusqu'à l'aine, se parsemèrent de fines écailles. Ses bras se posèrent à terre et se métamorphosèrent en serres. Son visage, déformé, s'allongea, abandonna ses fines pommettes pour arborer deux longues et fines moustaches à l'avant, et deux cornes sur le haut du front. Son buste s'était allongé au profit d'écailles, mais de tout cela, sa gueule, cernée de crocs, dessinait toujours un sourire narquoisement sensuel, et ses yeux serpentaires un éclat de malice.
Pour finir de l'autre côté, des griffes acérées et de larges piques osseuses venaient parfaire ses doigts et ses vertèbres. La bête, demi-ours, demi-phacochère, se rua ensuite vers Shell.

- Eurk, t'as pas été gâté toi. ponctua-t-elle, comme seule et unique réplique avant le duel, en langue rauque de Goyfar.

A en voir par la capacité de chacun de se transformer, Rashell maîtrisait davantage son côté Lhurgoyf. Aussi bien physiquement que psychologiquement. Luisaient déjà dans les pupilles dilatées de son adversaire la haine et le goût du sang ; certes, ce prêtre depuis le début était malmené et avait vu ses coreligionnaires tomber les uns après les autres ; mais il avait laissé le côté monstrueux s'emparer de lui, et bien qu'en tant que prêtre, Rashell se demandait s'il était judicieux d'incorporer un Lhurgoyf dans son équipe, ou du moins un qui sache se tenir, dirons-nous, c'était un élément trop imprévisible à son goût.

Le dragon d'opale et de turquoise s'envola de quelques mètres, et dans la ruée de son adversaire, lui infligea un violent coup de queue qui claqua comme un coup de fouet. A ce premier coup donné, une vague de sang reflua dans les membres du monstre de Ridolbar et son cœur la propulsait de nouveau, de plus en plus fort, comme une flamme battante entraînée sans cesse par la saccade ardente d'un soufflet en action. La lu
tte ne faisait que commencer, mais son esprit la poussait plus ardemment à l'assouvir, et violemment. Elle voulut frapper de nouveau, mais la créature religieuse rabattit son coup avec une force hors-norme, et par la puissance de celui-ci l'entraîna vers le sol pour lui faire perdre l'avantage des airs. Rashell, sous sa forme serpentine de Lhurgoyf s'écrasa violemment contre le sol, happa par la même occasion quelques tombes. Le dragon se ressaisit et face aux phacochères géants, se dressa légèrement, ses longues moustaches blanches frémirent un instant, et suite à une profonde inspiration pour calmer la rage qui grondait au fond de son être, elle fondit à une vitesse phénoménale sur son adversaire et lui assena un puissant coup de queue qui lui lacéra le poitrail.
Ce genre de lutte, pour Shell, n'avait aucun intérêt en soi, et ne recourrait à quasi-aucune stratégie, hormis à celui qui taperait le plus fort. Et à ce jeu, malgré son expérience accrue de Lhurgoyf, ce n'était pas dit qu'elle prenne l'avantage. C'est pour cela que sans tarder, volant à raz le sol, elle se précipita sur son ennemi, mais celui-ci la frappa, la saisissant et la projettant plus loin, sur le champs de bataille de Torenheim. Sans prendre gare, en se rattrapant dans les airs, Shell balaya violemment la momie de sa queue ; sans même s'en rendre compte. Sans perdre de temps, elle s'élança corps au sol, vers son adversaire entre les tombes et les gravats, et s'élanca subitement contre lui, et le saisit à bras le corps, enroulant son long corps sur sa peau et à travers ses piques, afin d'entraver principalement ses membres et surtout de nuer son cou massif. Ainsi positionnée, elle se jeta au sol avec lui pour qu'il ne puisse se libérer plus facilement, et resserra sa prise comme un serpent étouffe sa proie. Le corps de Shell tremblait, résistant au mieux à la pression forcenée de l'opposant qui se débattait autant qu'il le pouvait. Plus l'enlacement durait, plus Shell sentait en elle se débattre une pulsion de rage, mais la pression constante qu'elle imprimait sur la jugulaire et sur le corps de la chimère arrivait à calmer ses ardeurs monstrueuses.
Puis, la force colossale qu'elle devait réprimée diminua, encore et encore, petit à petit, et par méfiance, plus elle diminuait, plus elle resserrait le corps mortifié du monstre, pour l'achever dans ses derniers efforts vains.
Alors enfin, elle relâcha tout, et s'écroula au sol, se dégageant au mieux de la dépouille. Son souffle profond exhalait la fatigue tandis que ses muscles fins mais arqués se délaissaient. A ce moment, elle arriva à calmer son feu intérieur, sa pensée revenait davantage à la normale, imaginant presque pour se calmer un bon bain d'eau chaude, avec un sindarin ronchon derrière elle pour la masser. Une telle idée la satisfaisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité


MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Sam 27 Juin - 0:56

Revenir en haut Aller en bas
:: Boîte de Pandore ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Boîte de Pandore ::
Rashell Samarcande

MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Dim 26 Juil - 18:35

Au milieu de décombres, de dalles, pierres, stèles funéraires en lambeaux et briques de mausolées effondrés, la Lhurgoyf serpentine s'ébroua, évacuant toute la poussière morbide de ce lieux de ses écailles. Elle expirait encore profondément essayant d'apaiser ses nerfs, et de ralentir le tempo monstrueux du flux de sang qui lui rossait les tempes. Prenant le temps d'examiner l'endroit, elle remarqua que celui-ci ne ressemblait plus guère qu'à un champs de bataille saccagé ; deux monstres s'y étaient combattus et avaient tout ravagé en somme. Elle posa ses yeux d'herbe printanière sur les corps des prêtres sur le sol, les uns transpirant de sang, les autres monstrueusement inertes, au beau milieu des débris.

Puis son regard tomba sur Torenheim, emmitouflé comme à son habitude dans ses guêtres ; elle le fixa un instant avec insistance de façon imperceptiblement compréhensible, ç'aurait très bien pu être comme un albatros qui regarde une coque de moule vide avec hébétement sur le bord d'une grève, ou bien comme deux prunelles carnassières qui tombent sur un quelque chose de vivant qui gesticulait un peu, là, quelque peu immobile et qui n'était pleinement là que dans le but de servir d'amuse-gueule pour des crocs laiteux et salivant à l'idée de happer à toute hâte un quelque chose de chaud et potentiellement sanguinolent entre ses crocs.

Ce quelque chose justement s'approcha de ses crocs, lui demandant de le suivre, puis à sa voix, elle se rappela qu'elle le connaissait, mais à savoir ce qu'elle faisait là avec lui... Elle y réfléchit un instant et s'ébroua en remarquant qu'elle ne savait de fait absolument pas ce qu'elle faisait ici depuis son arrivée.

D'une voix pleine, basse, dure et décidée dans la langue de Goyfar, que peu pouvaient comprendre, une voix qui exigeait qu'on l'écoutât et qui ne tolérait aucune objection, Rashell se mit à insulter son acolyte, se rappelant qu'elle ne savait toujours rien du pourquoi et du comment. Se redressant de toute sa fureur et de toute sa longueur, elle l'injuria par des termes spécifiquement Goyfar et intraduisibles en langue commune ; face à elle, il pouvait facilement ressembler à un moucheron, tant sa forme monstrueuse était longue et massive, le broyer, entre les vertèbres de sa longue queue ou entre ses crocs d'un coup de mâchoire, aurait été un jeu d'enfant. Son attitude laissait paraître sans hésitation qu'elle voulait savoir ce qu'il était venu chercher de si important pour que des Prêtres de Kron en personne ne se déplaçassent jusqu'ici, et qu'elle aient dû se résoudre à en tuer sans en connaître la raison.

Non pas que Shell ne sache pas contrôler sa forme de Lhurgoyf, mais lors de la transformation en monstre, toutes les pensées de celui-ci ne se voulaient plus raisonnées, mais spontanées, dominées par des pulsions ; et malgré son contrôle d'elle-même, Shell ne pouvait passer outre, si sa raison s'amusait depuis le début du mystère qui se faisait sur le cimetière qu'ils visitaient en couple, son subconscient voulait le savoir, et quoi de mieux qu'une forme primitive et originelle de Lhurgoyf pour le faire revenir au premier plan. Sa longue queue d’aiguë marine fouettait l'air violemment et vint s'écraser contre une stèle de pierre qu'elle réduisit en lambeaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité


MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Lun 10 Aoû - 21:05

Revenir en haut Aller en bas
:: Boîte de Pandore ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Boîte de Pandore ::
Rashell Samarcande

MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Mar 25 Aoû - 19:09

Son ton stoïque, son amusement placide qui regardait tout de haut, sa stature fière et moqueuse. La forme de Lhurgoyf s'en contre-foutait. Un enfant, s'il avait vraiment été un enfant, devant un tel être et devant une telle violence aurait eu peur, se serait enfui en courant, ou aurait éclaté en sanglot, rien d'autre. Et un enfant, quel qu'il soit, n'aurait jamais souri à un moment si critique.
Le compliment de l'acolyte des ombres aurait pu être des plus touchants, s'il n'était pas tombé dans l'oreille d'un Lhurgoyf sous forme monstrueuse qui n'en fut même pas touché.
Par contre, ce qui l'irrita aussitôt, ce fut l'éclat de rire qui trouva son écho sur chacune des stèles funéraires du cimetière. Si elle l'avait accompagné, c'était certes pour sortir de son Manoir et de son ennui, mais elle se disait qu'au moins elle apprendrait quelque chose de cette sortie au fur et à mesure, néanmoins Torenheim n'avait pas daigné lui donné d'éléments, soit, ça l'avait agacé. Mais une fois que l'on tue des gens, et pas n'importe qui, c'est à dire des Prêtres de Kron ; ne semble-t-il pas raisonnable de savoir pour quelle raison on a versé du sang. Soit, ça l'avait énervé.

Elle lui répondit d'un ton toujours aussi catégorique, qui exigeait qu'on l'écoutât et qui ne tolérait aucune objection :

- « Effectivement, j'aime les escapades, mais il faut avouer qu'à un certain point de non retour ; il faut cesser de se révéler obstinément crétin ! Je viens de tuer des Prêtres de Kron pour ton escapade ; encore heureux, et je l'espère, que ça ne se saura pas. Mais à un moment, toute plaisanteries a une fin. » Plus elle parlait et plus sa colère montait.

Puis la Momie lui adressa un deal, le deal d'un indice contre sa victoire. Un indice, seulement, il se voulait joueur mais il ne se trempait pas plus que cela, finalement. Ce duel, sur le coup, lui sembla risible. Les yeux serpentins et verts de Lhurgoyf prirent une teinte d'exaspération à toute épreuve. Mais elle l'écouta jusqu'au bout, se retenant de le frapper une bonne fois pour toute et de s'envoler.

- «  Quand on parle de confiance, il faut aussi faire preuve de vérité. Et sache que pour l'instant, ce manque de sincérité m'irrite fortement. Et je vais faire preuve de sincérité avec toi, après ce qui s'est passé, j'en a assez d'être traînée comme un gentil toutou derrière toi à te suivre, on m'appelle pas pour faire le ménage sans me donner d'autres motifs que celui de l'humour ! » Shell s'était un peu élevée du sol, ses membres virevoltaient de manière menaçante tandis que ses yeux semblaient briller d'une lueur inquiétante. « C'est juste l'occasion d'une pure transparence, soyons à égalité sur le même terrain ! » répondit-elle crânement.

Les yeux de l'homme qui se trouvaient en face d'elle n'avaient plus aucun sens, vide de raison ; elle se demanda presque pourquoi elle lui avait trouvé une certaine curiosité. Irritée, elle releva le défi en redressant la tête de dignité ; mais à coup sûr, il ne serait pas question d'un duel, mais d'une boucherie. Il était devant elle, inconscient, à lui faire une belle révérence, et à sourire, ce sourire qui l’agaçait de plus en plus et qui, apparu une fois de trop, l'énerva.

Comme point de départ au duel elle brandit sa queue serpentine et l'abattit sous le coup de la colère sur l'être qui était sous ses yeux, celui-ci s'évapora ; sa queue s'effondra au sol dans un grondement titanesque parmi le pavé. Ah, une illusion. Levant ses yeux reptiliens elle repéra l'original un peu plus loin, et sans se déplacer plus que de mesure, elle frappa une stèle encore intacte de toutes ses forces, l'action avait été rapide, la pierre perça les airs et vint percuter de plein fouet l'Ombre Souriante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité


MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Sam 29 Aoû - 21:29

Revenir en haut Aller en bas
:: Boîte de Pandore ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Boîte de Pandore ::
Rashell Samarcande

MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Lun 31 Aoû - 16:23

L'Orgueil. Oui Rashell en était faite de la pointe des pieds jusqu'à la pointe de ses cheveux. Mais quoi de plus normal quand on a de l'ambition, que l'on a vu des siècles et des siècles s'écouler devant ses yeux, que l'on a vu la chute de Taulmaril ? Il ne faut pas toucher à l'orgueil de Rashell, c'est le sujet épineux ; si vous ne voulez pas vous attirer ses foudres passez votre chemin à ce sujet.

Et oui, le monde était un monde d'apparence, à qui savait se mettre sous son plus beau jour, savait se faire bien voir, savait donner une image attrayante de lui ; car qu'est ce que le monde si ce n'est la scène d'un théâtre où chacun revêt un masque et le montre aux personnes qu'il a spécialement choisi.

La queue de Rashell vibrait dans les aies, elle écouta les paroles attentivement, tentant de ne pas tiquer sur la pique que lui lança Torenheim. Et puis, oui, évidemment que les cadavres, ça se supprime d'une manière ou d'une autre, elle ne les comptait plus, ce ne serait ni les premiers ni les derniers. Mais Torenheim avait touché juste, oui, il s'agissait bien d'orgueil ; et pas des moindres ; et Shell ne s'en offusquait pas le moins du monde, bien au contraire, elle le savait pertinemment ; mais son orgueil démesuré faisait d'elle ce qu'elle était, et ce qu'elle avait réussi à faire. Rashell était gonflée d'elle-même et regardait souvent les autres avec un air supérieur, sans le montrer ; c'est pourquoi des fois elle regardait avec curiosité, la plupart du temps des Terrans, des fourmis curieuses, tout comme Torenheim. Les Terrans avait pour force de se multiplier comme des lapins. Il passe leur temps à forniquer. Or ce monde appartient à celui qui sait le mieux fracasser le crâne des autres et engrosser le plus vite les femelles. Et quand il s’agit de tuerie
et de fornication, il est difficile de concurrencer les Terrans. Car sinon, qu'avait-il vraiment pour eux. La Lhurgoyf cessa d'y réfléchir et se posa au sol, délicatement. Toutes ces pensées l'apaisèrent après les excuses de Torenheim, elle avait eu ce qu'elle souhaitait ; et la haine monstrueuse qui avait trouvé refuge en son sein.

Dans la pénombre des rares nuages qui couvraient le cimetière, la créature s'amincit, perdit ses écailles dures comme l'acier, son pelage immaculé sur le dos, au profit d'une femme, dans son plus simple appareil. Elle s'approche de Torenheim doucement, comme si de rien n'était, se fige devant lui et lui pose une main fraîche sur la joue, presque dans un geste maternel et de son pouce lui essuie le filet de sang qui perlait de nouveau à la commissure de ses lèvres.

« J'accepte tes excuses, qu'on n'y passe pas toute la nuit non plus » elle lui tapota sur la joue espièglement, comme rassérénée de la forme monstrueuse qu'elle avait adoptée un long moment. Et pour simple réponse à « te mettre au seuil de la mort », elle ricana crânement, sans autre forme de procédure.

Enfin, elle lui tendit la main, paume ouverte ; à l'évidence elle attendait quelque chose, pas plus gênée de sa nudité qu'autre chose, mais elle scrutait les environs, comme si elle s'assurait que personne ne traînait dans le coin. En une inspiration, elle activa son pouvoir, et ne sentit rien de suspect, rien dans les parages. Après un moment de silence, elle se permit de clarifier tout de même la situation :

« - Dis-moi, tu aurais ta sacoche ? Que je m'habille le temps que tu me racontes tout. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité


MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   Mar 6 Oct - 15:20

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[QUÊTE] Le Menuet de l'Ombre [PV : Rashell Samarcande]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Togoria- L'ombre d'un doute
» Voyage en ombre et disparition d'armée
» L'Ombre du Vent. [ Free. ][ UC]
» [Entraînement] A l'ombre du grand chêne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: La Communauté & ses échangesTitre :: Corbeille :: Les vieilles aventures-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA, LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !