[TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Jeu 8 Jan - 14:42

Cela faisait un petit moment qu'elle n'était pas passée en Phelgra, surtout depuis qu'elle avait charge d'âme. Enfin, façon de parler... La présence quasi constante de Vykas à ses cotés avait grandement limité certains de ses déplacements, notamment pour aller dans des zones peu savoureuses ou pour revenir chez elle. Son "vrai" chez elle, là où elle recevait les ordres de ses "vrais" patrons. Les nérozias n'avaient pas été spécialement heureux d'apprendre que ses passages, déjà disparates, allaient encore plus diminuer en fréquence. Bien entendu, cela ne les empêchait pas de communiquer avec elle et elle parvenait parfois à dégager son emploi du temps pour ménager un rapide passage. Certains ordres lui parvenaient et elle devait alors jongler entre son rôle de messagère et celui de gardien pour le gorgoroth. Jusqu'à maintenant, elle était parvenue à le garder oublieux de ses réelles activités quand elle prétendait porter des messages à certains de ses clients.

Le dernier ordre de mission qu'elle avait reçu l'avait quelque peu surprise, si on voulait jouer de l’euphémisme. Elle ne voulait même pas comprendre les circonvolutions qui avaient poussé ses supérieurs à estimer qu'il serait de bon ton qu'elle étoffe son panel de compétences. Apprendre ne l'avait jamais dérangé, bien au contraire, et elle aurait probablement montré un enthousiasme bien plus marqué s'il avait été question d'un quelconque apprentissage. Non... Là il était tout simplement question de modifier profondément sa petite personne. Elle devait donc se débrouiller pour mettre la main sur un artefact bien particulier destiné à améliorer ses performances nocturnes. Pour être honnête, voir dans le noir était un concept qui lui plaisait. Cela allait faciliter beaucoup de choses pour elle et elle trouvait aussi l'idée plutôt sympathique en soit... Mai sdevoir le faire sur ordre et sans trop savoir ce qui l'attendait avait finalement grandement refroidi sa motivation...

Pour autant, ce n'était pas vraiment comme si elle avait le choix. Ni comme si l'idée n'était pas bonne. Avec son hygiène de vie, une vision nocturne serait un atout indéniable dont elle saurait probablement abuser... Ensuite, aller chasser une espèce de chat fantôme dans un cimetière sinistre et malfamé n'était pas vraiment l'idée qu'elle se faisait d'une soirée agréable. Elle aurait bien emmené Vykas avec elle mais elle n'était pas vraiment chaude pour l'entraîner dans ce genre d'endroit. Pour l'instant il était probablement enfoui sous la dernière collection de livres qu'elle était parvenue à lui procurer. Bêtement, elle s'était donc tourner vers la seule autre personne qu'elle connaissait qu'elle parvenait à projeter ici... Bêtement car elle doutait vraiment que la jeune femme ait vraiment le temps de venir lui prêter la main, surtout pour quelque chose d'aussi terre à terre... Irina Dranis avait très certainement bien mieux à faire que d'aller chasser un chat dans un cimetière...

Et pourtant... Elle lui avait envoyé une missive, lui expliquant que l'un de ses clients l'avait engagée au sujet d'un mystérieux chat fantôme qui s'était installé dans le cimetière et troublait l'ordre publique... Ce qui n'était pas vraiment un mensonge en soit. On l'avait bel et bien chargée de s'occuper de ce chat. Le but final de l'opération avait juste moins de rapports avec le bien-être des voisins... Cela paraissait un peu fou et ridicule de contacter quelqu'un d'aussi puissant et reconnu publiquement au sujet d'un simple félin mais Irina était la seule prêtresse qu'elle connaissait. Or si quelqu'un devait être bien informé sur ce genre de phénomène, cela devait bien être les prêtres et prêtresses, non? Même si l'esprit en question était celui d'un chat. La jeune femme était tellement désespérée d'avoir le moindre conseil qu'elle l'avait donc contactée en lui expliquant son souci et en lui demandant si elle savait comment elle devait s'y prendre...

Restait aussi la question de la nature de l'esprit. Il s'agissait d'un chat... Or sa relation avec la faune sauvage, qu'elle soit citadine ou plus forestière, était vraiment très mouvementée. Les animaux ne réagissaient pas très bien à la présence d'un syliméa, même si ce dernier se révélait pacifique sur l'instant... Techniquement parlant ce chat n'avait plus vraiment quoi que ce soit à craindre d'elle... Mais être mort vous privait-il de votre instinct...? Le modifiait-il? La question piquait sa curiosité... Elle supposait que les siens émettaient une odeur particulière qui rendait les animaux fous pour qu'ils réagissent tous ainsi sans exception... Le chat pourrait-il encore "sentir" sa différence? C'était un groupe de questionnement assez intéressant en soit mais dont les réponses risquaient fort bien de grandement la gêner...

Kalysta se retrouvait maintenant aux grilles du cimetière. De nuit. Sous une pluie battante. Elle n'aurait probablement pas pu faire pire et se garda bien de commenter de quelque façon que ce soit. Il suffirait qu'elle le fasse pour que les choses ne se dégradent. El elle le savait !! Lèvres serrées en une ligne blanchissante, la nérozia observa son environnement, refoulant l'idée qu'il s'agissait d'une situation bien stéréotypée. L'eau alourdissait le moindre centimètre carré de sa personne, restant piégée dans les fibres de sa tenue. Cela faisait longtemps que sa cape n'était plus vraiment étanche mais elle avait l'habitude depuis... La syliméa poussa un soupir las en réalisant que ce n'était pas la première fois, ni la dernière malheureusement, qu'elle se retrouvait à faire ce genre de choses. Et ce n'était même pas un temps à mettre un chat dehors...





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:


Dernière édition par Kalysta Elyomar le Dim 15 Jan - 21:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 :: Vipère Ecarlate ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Vipère Ecarlate ::
Irina Dranis

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Lun 26 Jan - 2:22


T'as de beaux yeux tu sais ?

Kalysta . Irina

Décidément, Thémisto lui paraissait aussi noire et crasseuse que dans ses lointains souvenirs. Cela faisait maintenant quelques années qu'elle n'y avait plus remis les pieds et il n'était pas bien difficile de comprendre pourquoi cela ne lui avait pas manqué. C'était une ville aussi véreuse que ceux qui y siégeaient, qu'ils soient simples habitants ou larbins de Sharna. Et au sujet de ces derniers, Irina ne pouvait s'empêcher d'être prise de la satisfaction stupide de se promener librement juste sous leur nez, dans leur cité chérie. Il semblerait que sa condition de grande prêtresse tout juste promue ne leur soit pas encore parvenue, et à vrai dire elle s'en fichait pas mal. Officiellement elle était encore en visite à Canopée, parlementant pour la cause de Hellas auprès de la reine sindarine. Autant dire qu'ils se croyaient tranquilles, bénéficiant de plus de temps qu'il n'en fallait pour organiser leurs manigances pitoyables, abrités derrière les murs de leurs forteresses en toc.
Oh, comme ils se trompaient. Depuis quelques jours déjà Irina était arrivée à Phelgra, accompagnée d'un petit groupe trié sur le volet. Bien entendu certains objecteraient qu'il n'était pas raisonnable d'aller et venir sans protection, ce qu'elle jugeait pertinent jusqu'à un certain point. Néanmoins il ne lui paraissait pas plus judicieux de se trimbaler avec une escorte de cinquante personnes armées jusqu'aux dents dès qu'elle mettait un pied dehors. Autant se promener armée d'une pancarte avec une cible dessinée dessus, ce serait plus rapide. Et puis elle était une femme d'action, pas une princesse que l'on gardait à toute heure du jour et de la nuit de peur qu'elle ne se casse un ongle. Bon certes elle donnait quelques cheveux blancs aux rares gens qui s'inquiétaient pour elle, mais cela lui paraissait un maigre prix pour maintenir un semblant de liberté.

Pour cette même raison et parce qu'elle refusait obstinément -avec un peu d'innocence masochiste peut-être- de favoriser sa nouvelle position à ses obligations personnelles, Irina n'avait pas encore perdu espoir de pouvoir concilier les deux. Cela viendrait sans doute avec le temps et les conflits à venir, qui ne manqueraient pas de creuser la lassitude pesante d'une grande responsabilité. Néanmoins pour l'instant la rouquine se sentait investie d'une détermination et d'une rage qui ne laissaient aucun espace à l'hésitation ou au moindre vacillement. Cette résolution épanouie par la direction moins solitaire de sa vie intime, majorée d'une peur qu'elle ne pouvait ressentir lui donnaient la force nécessaire pour faire face à ce qui était à venir. Et seule Kesha savait à quel point elle risquait d'en avoir besoin.
En cette nuit sombre qui lui rappelait les froides soirées pluvieuses de Cimméria, Irina marchait silencieusement, accompagnée de deux silhouettes plus élancées et bâties, résolument masculines. Bon évidemment ce n'était pas vraiment de bon cœur qu'elle se faisait suivre par deux de ses meilleurs hommes, néanmoins il était aussi assez rassurant de savoir qu'elle aurait un peu d'aide en cas de besoin. L'espace d'un instant elle eut une brève pensée pour Koha, resté en lieu sûr en compagnie d'Alix et Aemyn, qui dormaient déjà profondément. Il est vrai qu'elle remettait entre ses mains bien plus que sa seule vie. Le Yorka était en réalité responsable d'un bien plus précieux encore : la protection de son fils et de son apprentie, dont elle était la seule famille. Néanmoins elle persistait à croire qu'en son cœur de guépard il était incapable de violence envers les enfants, ces progénitures fragiles qu'il défendait par instinct. Peut-être se trompait-elle entièrement, et peut-être planterait-il un autre couteau entre ses omoplates quand elle baisserait sa garde. Seul le temps le dirait. Mais que ce soit par arrogance ou non, elle aimait croire qu'elle avait vu en lui plus que la plupart des gens ne comprendrait jamais. Un homme bon en manque de repères, qui était bien plus qu'un sauvage paré d'habits en peau et en os. Un être humain, quand bien même ce qualificatif le révulserait sûrement.

Il était, jusqu'à preuve du contraire, digne de sa confiance. Or des gens sur qui elle pouvait compter, cela se faisait de plus en plus rare. Kalysta était l'une d'entre elles, qu'importent les préjugés ou la méfiance tenace qui lui faisait parfois cafouiller dans sa maladresse. D'ailleurs à bien y réfléchir c'était presque drôle de voir que tous ceux dont elle était proche étaient des gens plus ou moins étranges, souvent mis de côté par leurs pairs, où s'en étant éloignés volontairement. Un bon ramassis de rejetés, éclectiques dans leurs origines et parfois handicapés sociaux, tout comme elle. Un sourire étira ses lèvres, illuminant brièvement son visage à moitié recouvert sous une épaisse capuche. Ses cheveux fraîchement teints en noir banalisaient son physique, la rendant bien moins reconnaissable. Une simple mesure de précaution qui avait déjà prouvé son efficacité depuis des années passés à sillonner des milieux où l'illégalité n'était qu'un concept vague et sans définition. À vrai dire si on devait lui accorder une identité ce serait plutôt celle de Freiya, un alter ego criminel dont Kalysta était la seule à connaître l'existence. Et dire qu'Irina se sentait presque mieux dans ses atours d'assassin sans scrupules que sous la tiare pesante de grande prêtresse... Comme quoi l'adage populaire restait au goût du jour. Chassez le naturel et il revient au galop.
Ou plutôt à pied et trempé jusqu'aux os, accompagné de deux gars qui apparemment ne savaient pas trop ce qu'ils faisaient là, bien qu'ils ne paraissent pas intimidés pour autant. Il fallait dire que tous les deux étaient assez expérimentés et bien que pour des raisons très différentes, avaient déjà fréquenté des villes dont l'atmosphère était semblable à celle de Thémisto. Isköld était le grand brun mal rasé avec les cheveux attachés en une courte queue de cheval, appuyé sur un grand bâton en bois blanc. Un long manteau le protégeait du froid, et même s'il prenait la pluie en pleine figure, il n'avait émis aucune plainte jusque là. Il jetait souvent des regards prudents à la ronde, le tout sans montrer le moindre signe de tension. Par ailleurs il discutait de temps à autre avec le deuxième présent, ou plutôt il meublait une conversation à sens unique, ce qui avait l'air de pas mal le frustrer. Son interlocuteur lui répondait à peine de quelques onomatopées difficilement compréhensibles, clairement ennuyé. Le dit interlocuteur était Kallen, un sindarin taciturne à la peau halée, d'une crinière coupée court, aussi neigeuse qu'indisciplinée. Son corps élancé donnait la fausse impression qu'il était plus frêle que son homologue, alors qu'il cheminait sans effort avec une épée bâtarde dans le dos. Sa démarche était légère et son épaulière unique ornée de quelques plumes était à peu près la seule excentrique qu'on pourrait lui reprocher.


« Alors tu crois que Leto fait mal de s'opposer à l'arrivée de ce Marcus, et qu'il est excessif qu'il s'en méfie, d'autant plus qu'ils semblent se connaître depuis des années ? »
« Hum. »
« Mais enfin, c'type tient plus de la brute sans cervelle que d'un militaire ! Comment tu peux espérer que la garde fasse confiance à un inconnu ? »
« Hum. »
« Faites comme si j'étais pas là, surtout... » Irina soupira.
« Hum. En fait je m'en fous. »

Irina retint un petit rire amusé, ce qui arracha une toux gênée à Isköld qui tout à coup retrouva le silence. Pataud il semblait vexé par le détachement de Kallen, et peut-être encore plus par le fait qu'Irina ne s'insurge pas contre ce comportement. Ceci dit ils étaient parvenus devant les portes du cimetière, ayant sans mal distingué la silhouette fine de Kalysta, seule assez courageuse sur les lieux. La prêtresse s'approcha alors avec calme, s'octroyant un petit sourire. Elle était heureuse de voir que malgré tout ce qui se passait à large échelle, il lui était encore possible de retrouver des visages amicaux.

« Bien le bonsoir. Tout le monde est là et bon... je sais que nous sommes un peu plus nombreux que prévu. Je suis désolée mais comme tu le sais sûrement déjà, je suis obligée de faire preuve d'un petit comité accompagnateur. Mais ne t'en fais pas, ils ne se mordent que l'un l'autre donc tu ne crains rien. Par ailleurs quelques paires de main en plus ne seront pas de trop, je crois. » Elle glissa une œillade amusée vers les deux hommes qui ne dirent pas un mot. « Bon je ne suis pas sûre d'avoir tout compris à ton courrier. Pour être honnête je n'ai pas vraiment eu beaucoup de temps d'y réfléchir, ni de mener des recherches approfondies. Alors... tu peux m'expliquer ce qu'on est censés faire au juste ? »



« Some may call it a curse, a life like mine,... but others, a blessing.
It's certainly a lonely life but a fulfilling one at best. It's my cross to bear but I bear it gladly.
Someone has to take a stand against evil. Why should it not be me ?
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Mer 4 Fév - 20:07

Kalysta commençait à se demander s'il était possible de se noyer à l'air libre... Probablement si cette pluie battante continuait... Elle sentait que sa mobilité allait être grandement gênée par le poids de ses vêtements et c'était sans compter l'état du sol. Elle savait que si elle ne faisait pas attention à où elle marchait, elle allait finir avec de la boue jusqu'aux genoux. Maintenant que l'humidité s'était définitivement infiltrée, elle sentait le froid faire lentement son chemin jusqu'à ses os. Si elle restait ainsi encore longtemps, on ne retrouverait qu'un corps gelé. Ce qui serait certes exagéré mais terriblement proche de ce que ressentait la syliméa. Le temps rendait les lieux encore plus sinistres que ce qu'ils n'étaient déjà mais, au moins, il y avait de grandes chances qu'aucun voleur de corps ne chercherait à braver les intempéries pour venir se faire quelques dias. Déjà qu'elle n'était pas à l'aise ici, elle n'avait aucune envie de tomber sur ce genre de personnes.

Finalement, la jeune femme sentit qu'elle n'était plus seule, se tournant vers les voix qu'elle entendait au-delà du bruit de la pluie. Un trio se dirigeait vers elle et la nérozia n'eut pas grand mal à identifier l'une des rares personnes qu'elle considérait comme une amie... Visiblement Irina n'était pas parvenue à se débarrasser complètement de tous ses anges gardiens. Elle pouvait difficilement lui en vouloir. Après tout la prêtresse était un personnage public et connu... Et donc la cible potentielle d'attaques diverses et variées. Si elle lui avait demandé conseil, elle ne s'était pas vraiment attendue à ce qu'elle vienne en personne pour l'aider... Si jamais il lui arrivait quoi que ce soit, même si elle soupçonnait qu'elle avait un arsenal largement plus effectif que le sien pour se défendre, elle s'en voudrait à mort. Du coup, aussi agaçante soit la présence de gardes du corps, la jeune femme se révélait être plutpot soulagée de savoir que la prêtresse était en sécurité....

Abandonnant sa position, elle partit à la rencontre du petit groupe, préférant conserver son attention sur Irina, plutôt que de rester focaliser sur ses deux gardes du corps. Elle ne savait pas trop si ce serait perçu comme mal poli mais, s'ils étaient professionnels dans leur tâche, il y avait peu de chance qu'ils soient vexés par son comportement. Malgré le froid et le claquement de dents qu'elle avait parfois du mal à retenir, elle l'accueillit donc avec un vaste sourire ravi. Difficile de dire si c'était suite au procès de Vikas et son heureuse conclusion, ou si c'était par rapport à l'étrange discussion qu'elles avaient eu au coin du feu, mais depuis qu'elle l'avait engagée comme "protection" la jeune femme se sentait un peu plus à l'aise à son contact. Elle n'en était pas encore au point de lui dévoiler tout son passé, elle ne serait probablement jamais prête avec qui que ce soit de normal de toute façon, mais elle se permettait plus de choses qu'avec d'autres. Elle n'en était pas non plus au point de lui mettre une vigoureuse tape dans le dos ou de l'engouffrer dans une accolade mais il y avait quelque chose d'indéniablement plus chaleureux et ouvert quand elle s'adressait à la prêtresse.


-Pas de soucis... J'avoue que je m'attendais plus à un petite armée... A moins qu'ils se cachent bien?

La syliméa haussa un sourcil, l'air amusé, alors qu'elle faisait tout un spectacle de se pencher un peu sur le coté, comme si une vingtaine d'hommes en arme étaient parvenus à se cacher dans le dos d'Isköld... Elle savait qu'Irina ne se rebuterait probablement pas de sa remarque... La protection qu'elle était obligée de subir de par ses fonctions était un sujet récurant... Il était évident qu'il y avait plus qu'une simple femme "politique" derrière la prêtresse et elle pouvait parfaitement comprendre la frustration d'être piégée par le personnage qu'on incarnait. La grande prêtresse avait une image à conserver et représentait plus encore. Elle ne pouvait donc pas vraiment se permettre d'agir à sa guise. Irina avait, elle, probablement bien plus d'envies de libertés que cela. La nérozia se demanda si elle n'était pas justement une bonne excuse pour prendre un peu de recul... Quelques jours de liberté loin de responsabilités qui pouvaient facilement devenir étouffantes. Si c'était le cas, elle était heureuse de rendre ce service à la rousse jeune femme. Et si elle pouvait un peu épurer l'air quand elle travaillait à ses cotés, cela n'en était que mieux !!

-Tu sais que je suis pas trop croyante...?

Kaly se passa la main derrière le cou, fronçant quelque peu le nez en signe d'inconfort. C'était la quintessence de l'euphémisme ça... Et probablement que si un Dieu décidait de la transformer en croyante en apparaissant subitement devant elle, il n'aurait droit qu'à un remontage de bretelles musclé avant d'être complètement ignoré. Les Dieux, quels qu'ils soient, avaient définitivement manqués à leurs devoirs envers les siens. C'était ainsi qu'elle le voyait et il en faudrait beaucoup pour lui faire changer d'avis et, étrangement, c'était aussi l'avis de son hôte qui avait probablement encore plus à dire à ce sujet... Fort heureusement pour elle, les croyants qu'elle avait pu croiser n'avaient pas pris sur eux de la convertir et les échanges étaient donc toujours restés courtois. Il n'était pas difficile de sentir que les raisons de Kalysta étaient personnels et le resteraient indéfiniment... Du coup la jeune femme était relativement ignorante sur certains sujets. Toutes les croyances associées à la vie après la mort faisaient donc partie... Elle avait conscience que, parfois, la Grande Faucheuse merdait quelque peu, elle était devenue la maman oie d'un exemple typique, mais au-delà de ça... Elle ne savait quasiment rien et n'était pas spécialement motivée d'en apprendre plus. Par contre, elle avait plus ou moins compris, que cela soit juste ou non, que c'était un domaine assez connu des gens croyants. Donc des prêtres...

-Du coup je suis pas très "éduquée" dans certains domaines... Et... Bref j'ai un de mes clients qui a loué mes services pour un peu plus qu'un message. En gros il faudrait faire en sorte qu'un esprit ne vienne plus hanter le cimetière... Et parce que la situation semblait trop "normale" il a fallut que ce soit le fantôme d'un chat...

Exposé à voix haute, la situation ne semblait pas beaucoup plus brillante. Et elle conservait tout son potentiel de ridicule... La syliméa poussa un soupir.

-Je n'y connais vraiment rien en fantôme et je me suis dit qu'en temps que prêtresse, tu aurais peut-être plus d'expérience... Je sais que ta divinité n'est pas la bonne mais bon... Puis je me suis dit que ça te changerait du quotidien. Les chats fantômes ça ne doit pas trop courir les rues non...?

Et puis, pour être hônnete, la jeune femme s'était attendue à une réponse écrite... Pas à une rencontre aux portes du cimetière. Non pas que cela ne lui faisait pas plaisir de la voir mais c'était une tâche bien plébéienne pour quelqu'un comme Itina. D'un autre coté, c'était peut-être pour cela que la prêtresse était venue...





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 :: Vipère Ecarlate ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Vipère Ecarlate ::
Irina Dranis

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Mar 10 Fév - 4:48


T'as de beaux yeux tu sais ?

Kalysta . Irina

Trois, ils étaient 'juste' trois, et c'était déjà bien assez. Deux de trop dirait-elle franchement, si elle avait eu son mot à dire concernant cette satanée protection rapprochée. Seulement Léogan avait martelé, la dévisageant de son air grave et pour une fois sérieux, qu'il lui fallait arrêter de jouer les suicidaires écervelées -ce qui après deux bonnes heures de sermon incessant clairsemé d'un peu de douceur pour faire passer le tout- avait fini par lui faire lâcher prise. Oui, elle serait raisonnable cette fois, et se ferait suivre dans chacun de ses faits et gestes -sobrement qualifiés de folies secrètes- par au moins ces deux hommes dont les talents n'étaient plus à prouver. Tu parles d'un cadeau... Bon oui ils étaient plutôt marrants à se chercher des poux comme deux gamins qui s'ennuient ferme, ce qui aidait parfois à passer le temps, cependant il était fatiguant de devoir jouer les arbitres et certains jours l'envie de leur mettre une baffe pour les faire taire se faisait drôlement pressante. À vrai dire elle se demandait encore comment ils avaient réussi à y échapper jusque là.

Enfin au moins par souci de discrétion elle avait pu se passer d'une escorte plus conséquente, et se promenait ainsi avec Kallen et Isköld, officiellement en tant que trio de mercenaires venus se faire un peu d'argent à Thémisto. Un groupe parmi tant d'autres, qui faisait profil bas dans la plupart des circonstances, et qui ne s'éterniserait de toute façon pas dans la cité. L'ambiance était encore plus chargée qu'habituellement, plus lourde et âcre, comme si tout s'était figé l'espace d'un instant avant que n'éclate un gros orage. Or elle ne comptait pas être présente à ce moment-là. De fait elle était là seulement pour récolter le plus d'informations possibles avant de rentrer se mettre en sécurité. Ce qui elle l'espérait, serait le cas très bientôt.

« Non, personne ne sait que je suis là et j'aimerais autant que ça ne change pas. »

Un sourire un peu tendu ponctua sa réponse, bien que sa voix soit toujours aussi calme. Irina ne pouvait pas ressentir la peur, mais ce n'est pas pour autant qu'elle ne percevait pas le danger quand celui-ci la guettait. En fait c'était même tout le contraire. Les années d'expérience avaient aiguisé son instinct, et comme les émotions ne corrompaient pas son jugement, ce n'en était que plus facile d'évaluer les situations avec objectivité. Venir à Thémisto comprenait un risque colossal de se faire prendre, elle le savait parfaitement, seulement le jeu en valait la chandelle. En se déplaçant jusque-là il lui serait plus facile de s'organiser à long terme, de placer ses pions de façon efficace et surtout d'en apprendre plus sur ce qui risquait de lui tomber sur le coin du nez une fois rentrée. Il ne fallait surtout pas se leurrer ou se reposer sur ses lauriers. Malgré la mort de l'ancienne grande prêtresse, la guerre ne prendrait pas fin tant qu'un énième crétin continuerait son œuvre de dégénérée.
Irina s'approcha de la syliméa en laissant les deux hommes à quelques mètres. Pour la protéger ils n'avaient pas besoin de tout savoir de sa vie, alors il n'était pas question qu'ils entendent tout. Enfin pour Kallen ce serait un peu plus compliqué étant donné son ouïe, mais qu'importe. Au moins se ferait-elle l'illusion d'un peu d'intimité, ça ne pouvait pas faire de mal. Il y avait plein de sujets qu'elle brûlait d'aborder avec la jeune fille et ce à bien des niveaux. Il s'était passé nombre de choses depuis leur dernière rencontre en personne, bien qu'elles aient gardé un contact épistolaire régulier. D'ailleurs elle n'était même pas sûre que Kalysta soit au courant de son ascension au rang de Grande Prêtresse. Les nouvelles allaient vite en général, mais avec le spectre de la guerre planant sur l'échiquier international, il était difficile de faire la part du vrai et du faux. D'ailleurs Irina leva un peu les yeux vers le ciel chargé de gris, sentant l'eau ruisseler sur son visage tandis qu'elle interrogea la jeune messagère.

« Et comment vont les choses dans le coin ? Tu as appris quoi que ce soit de nouveau ? Des nouvelles concernant les troupes qui ont trouvé asile à Phelgra ? »

Il n'y avait personne et sa voix avait baissé d'encore un ton, sans qu'elle se sente trop nerveuse. Il n'y avait pas âme qui vive dans le coin et si jamais un inconnu s'avisait de vouloir les espionner, le bracelet d'Hephaestus le lui ferait savoir. Elles pouvaient donc discuter en toute quiétude, sachant qu'au moins leur conversation resterait privée. Ou presque. Irina glissa une œillade vers le sindarin, que le corps parcouru de tatouages bleutés rendait exotique et intriguant. Les arborescences d'encre montaient jusqu'à sa gorge et son menton, sortant d'entre les plis de son col comme des branches pâles sur sa peau hâlée. Il faudrait qu'elle lui demande ce qu'étaient ses traces étranges, un de ces jours. Oui, quand elle aurait enfin le temps de respirer et de s'occuper d'autres choses que des intérêts de son pays et de sa propre survie. Elle soupira pour en revenir à la raison de leur présence en un endroit aussi lugubre, en plein milieu de la nuit, le tout sous une pluie battante qui ne montrait aucun signe de faiblesse.
Enfin elle acquiesça simplement à la question de Kalysta, ne comprenant pas où elle voulait en venir. Oui Irina savait bien que sa comparse n'était pas nécessairement très croyante. Parfois elle l'avait même sentie se renfrogner à la mention de certains cultes, comme quelqu'un qui a fait les frais d'une mauvaise expérience. Néanmoins la jeune femme avait toujours été respectueuse envers sa foi, ce qui avait suffi à sceller l'accord tacite qui visait à éviter ce sujet. Irina n'était pas une prêcheuse et ne l'avait jamais été. En fait sa façon d'attirer les fidèles était plus centrée sur les actes que sur les paroles. Elle préférait très largement agir pour protéger les gens démunis sans rien demander en retour, et être récompensée d'une poignée de convertis sincères ; que de plaider pour la cause de Kesha toute la journée et se retrouver avec une file entière de prétentieux en quête de pardon divin et de bonne impression sociale. La piété plutôt que la pitié, tout simplement. Ainsi sa relation avec Kalysta avait été préservée loin de tout mélange de registre, de toute tentative invasive de lui faire prendre une autre voie que celle qu'elle avait choisie. Et heureusement.

« Le fantôme d'un chat... » Irina était sceptique, c'était le moins qu'on puisse dire. De fait il y avait toujours nombre de légendes urbaines qui circulaient dans toutes les régions du monde. Certaines étaient crédibles et d'autres non, certaines avaient un fondement et d'autres n'étaient qu'histoires de croque-mitaines et de monstres planqués sous le lit. Toutefois certains mythes transmis à travers les générations étaient davantage que de simples contes... Exanimis pouvait en attester depuis un très confortable coin de sa tête. Et puis bien que certains contestent l'existence effective des dieux, bien que beaucoup soient en désaccord concernant les circonstances de l'origine du monde, bien que des débats métaphysiques soient toujours légion, personne ne pourrait nier l'existence des esprits. Parfois bienveillants parfois plus hostiles, nombre d'êtres sillonnaient Isthéria avec des intentions aussi diverses que leurs apparences et leurs lieux d'apparition. Il ne lui paraissait donc pas choquant qu'un chat fantôme puisse sillonner un cimetière... En fait ce qui la laissait pantoise c'était que ce petit animal soit à l'origine d'autant de problèmes.

D'ailleurs à bien y réfléchir, Irina n'était pas sûre qu'elle soit la mieux placée pour intervenir dans un cas pareil. Jusqu'à preuve du contraire elle avait déjà des soucis avec son propre démon intérieur, alors supposer qu'elle arriverait à apaiser un esprit inconnu, c'était surestimer ses capacités. Quoi qu'il en soit Kalysta n'avait pas totalement tort. En tant que mage elle avait étudié nombre de domaines ésotériques, dont une grosse partie était inconnue du grand nombre. Cela l'avait même conduite à parfois mener des recherches déontologiquement condamnables dans le plus grand secret. Les morts n'étaient pas exception, surtout suite au nombre faramineux d'autopsies qu'il lui avait été donné de pratiquer. Des individus de tous âges et de tous sexes, de toutes les races y compris les plus exotiques. Les seuls ayant partiellement échappé à son examen avaient été les Sylphides, dont les enveloppes fort singulières n'avaient pas fini de l'intriguer. Oh et bien sûr les syliméas dont la découverte toute récente n'avait toujours pas permis l'étude d'un spécimen. En bref, la prêtresse avait déjà vu nombre de choses insoupçonnées sans pour autant en percer tous les mystères.

« Non, le moins qu'on puisse dire, c'est que ça ne court pas les rues. Tu me diras la dernière fois que j'ai interagi avec des esprits je me suis fourrée dans un sacré merdier... Il n'y a plus qu'à espérer que ça ne devienne pas une habitude. » La désormais brune fronça les sourcils et se mit à marcher d'un côté à l'autre, se demandant quoi faire. En fait la première idée qui lui venait consistait à chercher quelque chose de suspect dans le cimetière. Une tombe pillée, une stèle brisée, n'importe quoi. Vu que pour l'instant l'esprit félin ne leur faisait pas grâce de sa présence, il fallait bien commencer quelque part. Et ce quelque part revenait à chercher ce qui pouvait bien le mettre en rogne. « J'imagine qu'on pourrait recourir à la façon forte et chasser ce fantôme d'ici, mais pour cela il faudrait déjà qu'il montre le bout de son nez. Ou alors il faudrait arriver à communiquer avec lui pour comprendre ce qui le pousse à rester dans notre monde. J'imagine qu'il n'a pas dû prendre la décision de hanter les vivants pour l'éternité par simple caprice... Il doit bien y avoir quelque chose, une explication, n'importe quoi... » Dodelinant de la tête, la religieuse saisit un bout de marbre qui était tombé dans l'allée de tombes et l'investit d'énergie cinétique. Une flamme bleue dévora le marbre et le fit briller dans la nuit sombre, en dépit de la pluie qui persistait. Avec calme elle le tendit à Kalysta afin qu'elle puisse y voir plus clair. Ensuite elle tendit sa main ouverte et fit apparaître un autre feu artificiel dans le vide entre ses doigts, illuminant ainsi son chemin. Ce n'était pas évident d'y voir quoi que ce soit par ce temps pourri, mais il fallait au moins tenter le coup. Ce n'était pas comme si elles pouvaient appâter ce chat avec un bout de poisson ou une pelote de laine...



« Some may call it a curse, a life like mine,... but others, a blessing.
It's certainly a lonely life but a fulfilling one at best. It's my cross to bear but I bear it gladly.
Someone has to take a stand against evil. Why should it not be me ?
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Lun 23 Fév - 17:48

La jeune femme ne savait pas trop ce que valaient les deux gardes du corps mais elle avait toute confiance en Irina... Si la prêtresse estimait qu'ils suffisaient à sa protection à eux seuls alors c'était qu'ils devaient être particulièrement redoutables dans ce domaine... Et étant donné leur travail, elle pouvait aussi s'attendre à une certaine discrétion. Ils devaient être loyaux à la rousse jeune femme et avoir l'habitude de taire ce dont ils avaient pu être témoins durant leur tour... Pas que la syliméa s'attendait à quelque chose de particulièrement extraordinaire ce soir dans ce cimetière... Ce n'était qu'un simple chat après tout. Normalement. Probablement ?

Par contre la discrétion pouvait devenir nécessaire par rapport à d'autres choses, un poil plus sensibles. Des choses auxquelles Kalysta ne s'était pas vraiment attendue à être mêlée. Du moins pas ainsi... La jeune femme avait rallié les nérozias en connaissance de cause, elle savait pertinemment à quoi s'attendre et ce qu'on lui demanderait de faire. Et c'était leurs idéaux qui l'avaient poussée à faire ce sacrifice alors que parfois elle grinçait des dents face à ses ordres de mission... Mais qu'on vienne la voir elle, en temps que Kalysta l'amie et non pas Kalysta la nérozia... Cela pouvait effectivement faire partie des "avantages" d'être une messagère mais la demande l'avait tout de même prise un peu par surprise... Bien entendu, elle avait appris la nouvelle de la "promotion" d'Irina. Pour autant, elle n'en avait rien dit durant les quelques échanges qu'elles avaient eu depuis. Peut-être parce qu'elle estimait que si elle ne cherchait pas à lui en parler de façon directe c'était qu'elle n'estimait pas la nouvelle si phénoménale que cela. Elle savait que les épaules de la prêtresse étaient déjà lourdement chargées de responsabilités en tous genres. Cela n'avait certainement pas du arranger les choses et le peu de libertés qu'elle avait encore jusque là avaient dû être réduites de façon drastique. Rien de bien agréable pour cette femme de caractère en somme. Et elle ne préférait même pas imaginer la quantité de pic-assiettes qui avait dû exponentiellement augmenter.

Kaly offrit un rapide sourire aux deux hommes en voyant qu'Irina préférait se rapprocher d'elle pour parler, leur faisant ainsi indirectement comprendre qu'elle recherchait un peu de discrétion. Pour autant, cela ne voulait pas dire qu'une partie de ce qu'elle allait dire ne serait pas tout de même entendu... Tant par eux que par de potentielles oreilles indiscrètes, elles n'étaient pas vraiment dans une ville réputée pour son calme et sa tranquillité... Même si la jeune femme s'était assurée que les lieux étaient relativement désertés. Le cimetière était parfois le lieu de rencontres de contrebandiers et autres voleurs mais, ce soir, il semblait bien qu'elles étaient seules. Cela faciliterait donc leur dialogue même si Kaly ne comptait pas parler bien fort... Gardant l'air plaisant et décontracté, elle entreprit donc de répondre à la question d'Irina comme si elle était simplement en train d'échanger les derniers potins. A moins qu'elles ne parlent que chiffons... Mais elle l'informa de toutes les informations concernant les troupes à Phelgra, minus ce qui pouvait toucher directement aux nérozias. Il y avait tout de même des choses qu'elle ne pouvait pas se permettre de dévoiler, même si elle appréciait énormément la prêtresse... Ce n'était probablement pas grand chose par rapport à tout ce qu'elle devait gérer mais elle espérait tout de même que ces miettes d'informations l'aideraient quelque peu...

Seul le temps leur dirait si ses maigres informations avaient été utiles... En attendant, elles avaient un autre problème sur les bras, si on pouvait véritablement appeler cela un problème. Plus une excuse pour prendre un peu l'air peut-être, surtout pour Irina qui avait probablement d'autres chats à fouetter. Sans mauvais jeux de mots... Pour autant, et Kaly se garderait bien de l'exprimer à voix haute, cela lui faisait plaisir qu'elle soit là avec elle. La jeune femme écouta attentivement ce qu'elle avait à dire, se demandant d'ailleurs ce qui lui était arrivé la dernière fois qu'elle avait eu à faire avec des esprits. De son coté c'était une première...


-J'avoue, j'y connais pas grand chose en esprits, encore moins en chats... J'ai rarement de bonnes relations avec eux.

La nérozia haussa les épaules avec nonchalance, se gardant bien de préciser que ces mauvaises relations s'étendaient à l'ensemble du règne animal. Cela ne les aiderait pas à résoudre leur problème. Elle accepta la lampe improvisée avec un sourire amusé et un hochement de tête de remerciement, tournant le morceau de marbre entre ses mains pour essayer de comprendre comment Irina s'y était prise. C'était un tour assez utile, surtout quand on subissait un temps comme celui de ce soir... Avec toute cette eau, elle n'était pas sûre qu'une torche aurait tenu le coup bien longtemps. Une lampe tempête peut-être...? Mais elle n'en avait pas sous la main...

-Par contre j'ai cru comprendre que ça fait un sacré bout de temps qu'il traine dans les parages en ennuyer tout le monde. C'est un peu devenu une légende locale en plus d'une nuisance notable... Y'a la vieille croyance comme quoi les fantômes sont des morts qui n'ont pas fini d'achever quelque chose... Mais pour un chat...

Kalysta rabattit une de ses mèches détrempée, visiblement elle aussi dubitative. De toute façon, si l'ordre n'avait pas directement été émis par ses supérieurs nérozias, elle ne se serait probablement jamais embêtée d'aller dans ce cimetière. Pas à cause d'un simple fantôme de chat.

-Peut-être qu'il n'a pas finit de chasser toutes les souries de la maison de son ancien maître et que ce dernier l'a tué de sans ...

La théorie, fantaisiste, de la syliméa fut brusquement interrompue par un bruit perçant, à faire se dresser les cheveux sur la tête. C'était un mélange entre un énorme sanglot et le crissement d'ongles sur un tableau noir... Un son d'outre-tombe destiné à vriller le moindre des nerfs de la personne qui l'entendait. Et cela marcha avec une redoutable efficacité sur la nérozia qui se figea sur place, un long frisson lui parcourant le dos alors qu'elle sentait tous ses poils se mettre au garde à vous... Elle jeta un regard déstabilisé à Irina avant de se tourner vers la direction générale dont était venue le son, un ensemble de tombes dominées par un haut mausolée à l'aspect sinistre.

-C'était... C'était un miaulement ça...?





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 :: Vipère Ecarlate ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Vipère Ecarlate ::
Irina Dranis

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Dim 15 Mar - 9:42



T'as de beaux yeux tu sais ?

Kalysta . Irina

Irina sentait bien que Kalysta était sur ses gardes, scrutant les environs avec prudence comme de crainte que leur petit groupe ait pu attirer l’attention des gardes. Et elle n’avait pas tort de penser ainsi. Bien que les gens qui l’accompagnent soit d’un nombre réduit au maximum il était toujours possible qu’ils soient les cibles de gens malhonnêtes à la recherche de cibles faciles. Et les étrangers de passage étaient des victimes toutes désignées pour les brigands et autres petites frappes du coin. C’est pour cela qu’Irina avait eu recours à nombre de légers subterfuges -tels que la teinture en brune et le coltinage de boulets en double dose- afin d’assurer sa sécurité, et avoir la paix de la part de son compagnon, complètement paranoïaque à ce niveau depuis qu’ils avaient quitté Cimméria avec leur fils. Mais un amour sinon.

Irina sourit à la question de la jeune fille, amusée. D’un coup d’œil elle repéra Raven au loin, et se sentit un peu rassurée. Si jamais il arrivait quelque chose, il leur serait toujours possible de donner l’alerte pour avoir des renforts. Enfin s’ils pouvaient s’en passer ce serait aussi bien. Après tout ils étaient là simplement pour rendre service, ce qui normalement ne les forcerait pas à se mettre les cavaliers à dos. D’un autre côté elle avait observé sa comparse pour la nuit de ses yeux perçants. Irina avait la nette impression que la syliméa lui cachait quelque chose d’important, mais elle ne saurait dire quoi. De plus ce n’était jamais qu’une intuition et elle se voyait mal insister sans autre base solide sur laquelle s’appuyer.
Avec rigueur son interlocutrice lui rapporta les rumeurs qui circulaient, ainsi qu’une flopée de détails intéressants concernant les derniers mouvements de l’armée Phelgranne. Il semblait bien qu’ils rassemblaient leurs forces bien qu’elle ignore ce qui se préparait. Dans tous les cas ils se faisaient plus organisés et plus alertes qu’à leur habitude. Irina savait d’après ses propres informateurs qu’ils étaient à des années-lumière de suspecter sa présence en ville, et après tout c’était normal vu qu’elle avait tout fait pour faire illusion. Son élection en tant que Grande Prêtresse avait fait grand bruit, et ils étaient persuadés qu’elle serait occupée avec la prise de pouvoir et les détails de la transition pendant de longues semaines. Oh ils n’avaient pas vraiment tort, seulement elle s’était débrouillée pour être à la fois au four et au moulin afin de leur damer le pion. Après tout il fallait être sacrément culoté pour venir traiter affaires et négocier armement avec les forgerons de Bor, le tout juste sous leur nez.

« J’ai déjà assisté à une double possession une fois, il y a quelques années. Cependant ce cas était tellement unique en son genre que je doute pouvoir en faire une généralité ou en tirer la moindre connaissance utile ici. » Son ton s’obscurcit passablement, tandis qu’elle agita une de ses bottes, trempée jusqu’aux os. « J’étais parmi les deux personnes possédées, et j’ignore si la deuxième est encore en vie au moment où nous parlons. La dernière fois que je l’ai vue, elle avait été enlevée par des gens pas nets, et enfermée pour interrogatoire à Umbriel. Me demande pas ce qu’ils voulaient, franchement j’en sais rien… J’ai rien pu en tirer à l’époque et maintenant ils ne sont plus là pour raconter quoi que ce soit. » La nouvelle brune haussa les épaules avec indifférence. Leurs morts l’affectaient autant que la brise légère qui courait cette nuit-là. Par contre la disparition de Simalia c’était une autre histoire. Malgré son silence soudain et son abandon Irina s’inquiétait encore, et ne pouvait s’empêcher d’espérer naïvement qu’elle se soit juste retirée quelque part, méditant loin des yeux du monde, comme à son habitude.

La prêtresse continua d’avancer aux côtés de Kalysta, suivant son regard qui se tournait entre la lumière bleutée et la pluie.
« Ca ne s’éteindra pas tant que mon énergie durera. Ce n’est pas vraiment du feu malgré les apparences. C’est pour cela qu’il ne brûle pas non plus. Je manipule une forme d’énergie présente dans l’air, et j’en investis mon corps ou un petit objet. Selon la quantité d’énergie dépensée il sert de source de lumière ou bien peut exploser à mon déclenchement. C’est assez proche de la télékinésie que je maîtrise aussi, d’une certaine façon. »

Avec minutie Irina se mit à scruter les pierres tombales, souvent effritées et abîmées par le temps et les intempéries. La plupart avait des noms gravés, mais les inscriptions étaient si anciennes qu’il devenait très compliqué de décrypter quoi que ce soit. Et puis les allées entre les tombes étaient étroites et mal foutues, comme s’il avait fallu faire de la place à plus de morts qu’il n’avait été prévu initialement. Drôles de rites funéraires, en plus du reste. À Cimméria les morts étaient incinérés sur des hauts bûchers, ou bien enterrés dans des caveaux de famille, selon les moyens financiers à disposition. Mais ça,… ça c’était lamentable. Irina n’était pas vraiment du genre à donner grande importance à ces traditions et à vrai dire elle se fichait pas mal de ce qu’il adviendrait de sa dépouille le jour de sa mort. Après tout une fois qu’elle ne serait plus de ce monde, qu’est-ce que ça pourrait bien lui faire ?
Néanmoins la plupart n’avait pas une vision aussi détachée des choses, et tenait absolument à ce que les rites soient respectés. La jeune mère continua d’avancer sans trop s’éloigner de Kalysta, et fit signe aux deux hommes de les aider. Après tout ça ne servait à rien qu’ils restent là plantés comme des piquets à se les peler pendant qu’elles cherchaient… la déesse sait quoi. Elle soupira. Venir dans un cimetière la nuit, sous une pluie diluvienne, pour chercher un chat… un chat fantôme. Tu parles d’une idée à la con, on aurait dit le début d’une blague vaseuse. Enfin pour maintenant, autant faire avec. D’une expression un peu ennuyée, elle se tourna vers Isköld d’un air interrogateur. S’il savait quelque chose sur ce foutu chat, c’était un peu le moment de déballer le tout. D’un haussement de sourcils entendu elle l’encouragea à ignorer les moqueries silencieuses de Kallen.

« Ce sont que des vieilles histoires. Vous êtes sûre ? »
« Oh non, pitié… »
« Oui. Alors ? »
« Des légendes racontent que Kron avait jadis pour habitude de prendre la forme d’un chat, qui aimait sillonner les cimetières, catacombes et autres cryptes pour veiller sur le repos des morts. Son aura sombre attirait les autres chats qui partageaient sa tâche de sentinelle. On raconte qu’il choisissait un félin par région afin que jamais le sommeil éternel de quiconque ne soit troublé. Les rumeurs qui entourent le fantôme qui est censé traîner ici remontent à loin. »
« C’est bon c’fini ? »
« Il serait donc un de ces animaux élus et bénis du Ténébreux, qui aurait été sauvagement tué par un pilleur de tombes peu scrupuleux. En représailles le gardien aurait maudit les lieux qu’il hanterait pour l’éternité, tourmentant à la fois vivants et défunts jusqu’à ce qu’à ce que quelqu’un répare enfin l’injustice qui lui a été faite. »
« Donc en gros on lui verse un verre de lait de chèvre, on trouve un p’tit trou et on le recouvre de terre, et ce s’ra bon ? » Kallen ironisa sans se cacher.
« Si seulement… » Isköld semblait presque désolé.
« Alors quoi ? »
« On dit aussi qu’il garde deux pierres précieuses qui auraient des vertus magiques. »
« Quel genre de pouvoirs ? » Irina haussa un sourcil, soudainement plus intéressée.
« J’en sais rien. »
« Eh bah bravo mon ami, merci pour ces informations d’une utilité sans limites ! Vraiment, on ne s’en serait pas sortis sans t... »

Ses oreilles sindarines se redressèrent, et il s’immobilisa tout à coup. Tout comme Kalysta, il semblait avoir entendu quelque chose dans la nuit, bien qu’il semble peiner à en trouver la source. Irina roula des yeux vers le ciel, ce qui inévitablement fit couler un torrent d’eau sur sa figure. Maudit temps… elle préférait cinquante fois la neige, au moins ce n’était pas aussi gênant quand on y était paré. Kallen n’avait pas paniqué mais il avait grimacé suite au son un peu trop agressif pour son ouïe aiguisée. Isköld lui, avait la tête de quelqu’un qui avait prédit la catastrophe avant qu’elle ne se produise. Un gros ‘je vous l’avais dit’ dénué de fierté, parce qu’après tout il était question d’une bestiole vindicative qui n’était plus de la première fraîcheur. Se rapprochant progressivement des autres, le mage empoigna son bâton à deux mains qui s’illumina d’étincelles foudroyantes. Tournant le dos aux trois autres, il se tourna vers l’entrée du cimetière avec sérieux.

« Je sens une magie à l’œuvre. Faites attention, ça a beau n’être qu’un chat on ne sait pas de quoi il est capab… » Il sentit une poigne puissante comprimer sa cheville. Quand il baissa les yeux il vit une main décharnée et squelettique l’emprisonner. Il essaya bien de se dégager mais la force employée l’empêchait de bouger. « …Et merde. »

« D’abord Vylkas le mal crevé, et maintenant ça… Décidément y’a comme un comique de répétition, tu ne crois pas, Kalysta ? » Irina saisit plusieurs couteaux de lancer dans sa main gauche et son épée de la droite. Visiblement ils allaient devoir calmer les morts à leur façon… Déglutissant en voyant deux stèles se renverser à quelques mètres, elle eut à peine le temps d’attirer l’attention des autres sur une silhouette spectrale de chat, royalement posé sur un des arbres noueux qui surplombait la plus haute colline du cimetière…





« Some may call it a curse, a life like mine,... but others, a blessing.
It's certainly a lonely life but a fulfilling one at best. It's my cross to bear but I bear it gladly.
Someone has to take a stand against evil. Why should it not be me ?
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Ven 27 Mar - 20:27

C'était difficile de fournir ces informations ainsi à la prêtresse... Elle aurait voulu en dire plus, se rendre plus utile mais elle se retrouvait désormais dans une position fort désagréable. Elle n'avait pas vraiment comprit la décision de leur chef, honnêtement, elle s'était vraiment attendue à ce qu'il penche plus du coté d'Irina que de son adversaire. Pour le principe justement. C'était la première fois que la syliméa expérimentait une réelle crise morale, devant faire face aux conséquences de ses engagements alors que ces dernières s'éloignaient dangereusement du pourquoi elle était devenue nérozia. Et c'était sans même compter son affection et son amitié pour Irina... La jeune femme suspectait que si cela continuait ainsi, voir empirait, Kalysta Elyomar ne ferait pas de vieux os. Si la prêtresse fermerait peut-être les yeux sur la caste à laquelle elle appartenait, elle était à peu près certaine que les nérozias n'acceptait pas facilement la moindre forme de trahison. Avec la chape de secret qui les caractérisait, ils ne devaient même pas laisser le temps de s'expliquer... Pendant une faction de seconde elle se demanda si ce serait Jonas qui s'occuperait d'elle...

Les informations que lui fournit la prêtresse étaient pour le moins... choquante. Elle avait été possédée? Instinctivement, elle avait envie de lui demander plus de précisions, ce qu'il s'était passé exactement, qui l'avait possédée, qui était cette seconde personne exactement... Mais elle n'en dit rien, gardant sagement le silence. Cette histoire devait être personnel et si Irina avait pris la peine de traquer ces personnes "pas nets" pour essayer d'en apprendre plus c'est que cette seconde personne devait lui être cher d'une façon ou d'une autre... Or elle venait elle-même de dire qu'elle n'avait plus de nouvelles et qu'elle ne savait même pas si elle était encore en vie... Elle se retint de grimacer en sympathie, elle n'était pas certaine que cela serait bien accueillit, elle n'avait probablement pas à se mêler ainsi de ses affaires... Pour autant cela la fit réfléchir au sujet du futur. Dans quelques temps, quelques années, si elle devait vraiment changer de visage. A ce moment-là elle aurait certainement à couper les ponts avec toutes les personnes qu'elle avait appris à apprécier aujourd'hui. En serait-elle vraiment capable...? Etait-elle vraiment prête à imposer ce genre de nouvelle à des personnes qu'elle considérait comme ses amis?

La syliméa s'ébroua légèrement pour se débarrasser de ses questions sinistres et dépressives, heureuse de se focaliser sur l'un des gardes. Visiblement ce dernier en connaissait bien plus qu'elle et semblait aussi déjà beaucoup plus superstitieux que tous le reste du groupe. D'un autre coté, c'était peut-être à raison... Etant elle-même un croquemitaine de légende, elle pouvait affirmer que certaines histoires de bonnes femmes destinées à rendre les enfants sages avaient tout ce qu'il y avait de plus réel. A quelques fioritures près, bien entendu. Elle fit de son mieux pour ne pas réagir quand il mentionna les yeux... C'était bien pour eux qu'elle était là et elle ne savait pas comment elle allait faire si Irina ou ses gardes se mettaient en tête de les récupérer à sa place. Leur capacité allait être bien trop pratique pour elle pour qu'elle laisse passer sa chance. Le miaulement discordant l'empêcha de répondre, appréciant moyennement les moqueries de Kallen.

Sa main se crispa sur le pommeau de son épée courte, mal à l'aise... S'ils devaient se battre ils allaient souffrir à cause de la pluie et de la boue, limitant leur vision, leurs actions et rendant tout traîtreusement glissant... Elle ne put s'empêcher de lancer un regard inquiet dans la direction d'Irina... Elle savait qu'elle pouvait largement se défendre, certainement mieux qu'elle même, et qu'elle avait deux personnes assignées à sa protection mais elle ne voulait pas directement lui attirer des ennuis. C'était déjà bien gentil à elle de venir, si jamais elle était blessée par sa faute, elle allait se sentir particulièrement mal... L'exclamation du mage la ramena à la réalité et la jeune femme pâlit un peu en voyant ce qui était en train de se passer autour d'eux... Essayant de déterminer quelle serait la meilleure position à tenir, elle n'offrit qu'un rapide sourire amusée, plus un rictus d'ailleurs à Irina...


-Ouais... Sauf que je vais éviter d'en adopter un nouveau ce coup-ci. De toute façon je sens que ceux-là vont déjà être vachement moins raisonnables...

Elle regretta d'ailleurs de ne pas avoir incité Vylkas à la suivre finalement. Peut-être qu'avec sa condition de gorgoroth il aurait pu causer aux morts pour leur signaler qu'il valait mieux qu'ils restent encore un peu couchés... Un frollement au niveau de sa cheville la fit bondir sur le coté alors qu'une main décharnée se refermait sur le vide. Ces yeux avaient vraiment intérêts à être biens parce que sinon elle n'allait pas se gêner pour dire deux mots à ses supérieurs sur leurs idées grandioses coté "équipement"... Entendant Irina, la jeune femme se retourna brusquement dans la direction indiquée, croisant le regard d'un chat à l'air particulièrement imbu de lui-même. Elle n'eut pas vraiment le temps de tergiverser sur cela car elle ne parvint pas à esquiver une seconde main. Celle-ci, était rattachée à un bras lui-même encore solidement accroché à un buste déjà en partie sortie de terre. Il parvint à faire trébucher la syliméa et cette dernière se retrouva à tomber en avant.

La chute lui coupa le souffle, l'empêchant ainsi de crier. Elle n'attendit pas qu'on vienne à son aide et Kaly parvint à se retourner sur le dos en se tortillant, donnant de vigoureux coups de talons à la créature qui l'avait piégée. Le fait qu'elle soit à moitié décharnée et décomposée n'avait rien pour la rassurer. Un bruit peu ragoutant de cartilage mouillé s'éleva dans la nuit alors qu'elle parvenait à quasiment lui faire rentrer le nez dans la tête... Mais cela n'arrêta en rien les efforts du mort qui, plutôt que d'essayer de plus sortir, entreprit d'entraîner la syliméa à sa suite, là d'où il venait. La perspective de finir coincée dans un cercueil avec son occupant désormais bien trop vif à son goût redoubla l'énergie que Kalysta mit pour se délivrer. Elle finit donc par viser l'épaule et au bout de deux ou trois coups bien placés, elle parvint à la démettre suffisamment pour que de violentes secousses finissent par la détacher complètement.

La seconde d'après elle était debout, couverte de boue, ce qui rendrait peut-être la prise des morts-vivants plus difficile avec elle, et essayait de voir où les autres en étaient. La pluie n'aidait en rien et le sol était tellement gorgé d'eau qu'il facilitait la sortie des morts de leurs tombes. S'il fallait gagner des points auprès du représentant du dieu de la mort, ils étaient mal barrés... Couper les résidents du cimetière en petits morceaux n'avait pas vraiment grand chose de respectueux. Même s'il s'agissait d'un cas de légitime défense. Sauf qu'ils n'avaient pas trop le choix sur le moment... La jeune femme qui avait été tirée à l'écart du groupe entreprit donc de se tailler une route vers les autres quand elle ne parvenait pas à éviter les bras tendus vers elle. Bientôt une bonne douzaine de silhouettes dégingandées étaient parfaitement visibles autour d'eux. Certains ne semblaient pas être parvenus à se lever de la tombe avec tous leurs "morceaux" mais ce qu'ils manquaient en membres, ils le compensaient en enthousiasme. Et ils avaient l'air vraiment très contents d'avoir de nouveaux partenaires de jeu...


-J'veux bien comprendre qu'on doit payer notre respect aux morts mais je suis pas sûre que ce laisser bouffer en fasse partie...





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 :: Vipère Ecarlate ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Vipère Ecarlate ::
Irina Dranis

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Mar 19 Mai - 20:45


T'as de beaux yeux tu sais ?

Kalysta . Irina

Au milieu de la guerre qui couvait, des conflits politiques prêts à exploser comme des mines posées depuis longtemps, Irina n’était qu’une vulgaire poussière insignifiante, une goutte dans un océan agité où tout s’emmêlait sans axe ni raison. Bien qu’elle soit une femme de pensée autant que d’action, elle semblait avoir le don de se précipiter dans des situations où la réflexion mesurée n’était pas de mise. Affronter des créatures d’outre-tombe ce n’était pas vraiment une problématique qu’elle pouvait traiter par une dissertation, quoi qu’il puisse être tentant de comprendre quelle était la différence entre eux et les Gorgoroths. En d’autres circonstances ce serait une étude fascinante que d’observer les goules défraichies et mal fagotées qui lui faisaient face, et de comprendre quelle puissance pouvait leur redonner la force de briser leurs cages sépulcrales. Cependant -et parce que ce monde mal foutu s’évertuait obstinément à lui rendre tout plus difficile- la prêtresse s’inquiétait davantage de trouver un moyen de les tirer de là en un seul morceau qu’autre chose.
Les traits d’esprit de Kallen, le front plissé d’appréhension de Kalysta et les gestes raides d’Isköld étaient à peu près le seul signe d’humanité qui l’entourait. Ses yeux voguèrent entre les visages décharnés avec scepticisme, comme pour jauger par quel mécanisme ils semblaient animés d’une même volonté de violence, les poussant irrémédiablement à emporter dans la mort tout ce qui n’y était pas déjà. La légende racontée par Isköld lui revint alors en tête, en un écho désagréable de ce qui pouvait prendre les contours d’une prophétie à nouveau répétée. Un chat capable de ranimer les morts, un messager de Kron. Grands dieux… Puisse-t-il avoir tort. Un mauvais pressentiment parcourut ses bras en même temps qu’un frisson, que l’eau ruisselante ne parvint pas à chasser.

~ C’est maintenant que tu devrais montrer le bout de ta trogne à moitié brûlée et te rendre utile, messire. ~ Un grognement indistinct se manifesta dans un coin de sa tête en guise de maigre réponse à la conversation intérieure, ce qui la laissa face au silence pesant du cimetière, seulement entrecoupée par la pluie et les quelques expirations sentant le renfermé et la naphtaline. Oh, magnifique. Elle soupira. Voilà pourquoi les rites funéraires Cimmériens avaient au moins le mérite d’être les plus sûrs. Un tas de cendres ne risquait pas de revenir à la vie.
Avec une moue de dégoût à peine masquée, elle fit plusieurs pas en arrière afin d’échapper à la meute hostile qui s’avançait avec une lenteur atroce. D’un coup de coude sur le plexus, elle poussa sans ménagements le cadavre ambulant d’une jeune fille qui trébuchait en sa direction. Ces choses n’avaient pas l’air de posséder la moindre forme d’intelligence. Ce n’étaient probablement que des esprits en peine, des âmes qui n’avaient pas trouvé le repos. Plus concrètement des cerveaux atrophiés emprisonnés dans des boîtes crâniennes à moitié ouvertes, où les courants d’air rendaient toute intelligence vaine et stérile. Il serait de toute évidence impossible de les arrêter ou les raisonner comme elles l’avaient fait avec Vylkas… Ce qui ne leur laisserait plus beaucoup d’autres possibilités que le combat ou la fuite.

Isköld râla et ficha quelques coups de bâton dans le bras qui le retenait, enfonçant la base taillée en pointe dans la chair du mort, qui ne sembla pas beaucoup réagir. Ils ne ressentaient pas vraiment la douleur, ou en tout cas pas de la même façon que les vivants. Il était donc improbable qu’ils réussissent à les effrayer ou les dissuader d’attaquer. Kallen s’approcha pour l’aider et dégaina son épée à deux mains, tranchant net le membre au niveau du poignet. Évidemment il ponctua son intervention d’un soupir exaspéré par ‘ce mage qui n’était pas foutu de faire les choses par lui-même’. Mais tout service mérite paiement, ou au moins une sorte de soulagement, non ?
Un sifflement bizarre s’échappa en plainte de la gorge sanguinolente de l’agresseur, qui continua à maladroitement remuer la terre au-dessus de sa tête dans l’espoir de s’en dégager. Ainsi plus d’une dizaine de tombes basculèrent sous le poids de leurs occupants, ce qui mettait le petit groupe hétéroclite en clair sous-nombre. Irina tenta de rejoindre Kalysta tombée à terre, mais fut obligée de se frayer un chemin à travers les carcasses successives. Elle projeta deux couteaux en pleine tête d’un de ses ennemis, s’assurant ainsi de le blesser suffisamment profondément pour qu’il soit mis hors d’état de nuire, et gagna du temps en repoussant deux autres avec son épée. Malheureusement lorsqu’elle arriva auprès de Kalysta elle ne put faire guère plus que l’aider à se relever, ce qui ne représentait pas grand-chose.

« Il faut qu’on les repousse rapidement, mais on ne peut pas se permettre d’attirer trop l’attention. À trop foutre de boucan on va finir par perdre la tranquillité des yeux. La garde fait des patrouilles régulières, et j’aimerais qu’on accomplisse ce qu’on a à faire avant de décamper. »

Pour ça encore fallait-il savoir ce pourquoi ils étaient là au juste. Les explications de Kalysta étaient on ne peut plus approximatives et évasives concernant sa mission, ce qui laissait deviner qu’elle n’était pas là juste pour le plaisir de contempler les beautés nocturnes de Phelgra. À supposer qu’il existe bel et bien un client assez vertueux pour payer un exorcisme en règle, il lui paraissait très étrange qu’il ait recours à une messagère et mercenaire en herbes, plutôt qu’à un prêtre ou un mage spécialisé dans les esprits.
De deux choses l’une : soit Kalysta lui mentait sur la nature de sa mission -ce qui pouvait avoir une raison d’être bien qu’elle l’ignore- soit elle était tombée sur le plus grand pigeon de l’ouest et comptait bien le plumer en solo. Peut-être un peu des deux. L’espace d’un instant, entre les vagues de corps vaguement humanoïdes et souvent incomplets, Irina fut parcourue par l’idée que tout cela puisse être un plan tordu visant à la piéger. Une sueur froide perla sur son front recouvert par la capuche, ses cheveux roux collant à ses joues trempées. Il valait mieux ne pas y penser, et essayer de coincer cette saleté de greffier avant que ses disciples ne les convertissent de force. Du coin de l’œil Irina dévisagea la créature spectrale qui se tenait nonchalamment en hauteur, guettant leur lutte pour la survie comme s’il s’agissait du plus beau des spectacles. Saloperie.
Avec une élégance toute relative à cause du terrain glissant, Irina se baissa pour récupérer ses couteaux, profondément logés -comprenez coincés- dans un amas confus de chair en décomposition, qu’elle préféra ne pas regarder de trop près. Posant sa botte sur la tête inerte, elle les extirpa rapidement avant de se faire déborder par les autres adversaires, visiblement peu contents du sort que leur réservaient leurs visiteurs.


« J’ignore ce qu’on peut faire pour le chasser d’ici, mais quelque chose me dit que le prendre à rebrousse-poil ne va pas nous aider. »
« Je pourrais l’immobiliser un certain temps, ce qui l’empêcherait peut-être de contrôler ces choses. Cela n’empêche qu’il nous faut trouver un moyen de le calmer, ou… » Il brandit son bâton et vida une goule de son énergie vitale jusqu’à ce qu’elle s’écroule pour de bon, avant de continuer. « Le détruire. Par contre j’aurai besoin de protection pendant le temps d’incantation. » Il serait vulnérable et il faudrait qu’au moins deux d’entre eux se concentrent sur leur défense.
« Irina et moi ferons diversion. Kalysta c’est ton fantôme alors on te laisse t’en occuper. » Il sourit d’un amusement parsemé d’humour noir, sachant qu’elle n’avait sans doute pas la moindre idée de comment se débarrasser du félin. Mais ça tombait bien, comme ça ils logeaient tous à la même enseigne. Son pacte l’aiderait à encaisser les coups et protéger la grande prêtresse, alors leur duo serait le plus efficace au combat. Et puis au moins ils étaient habitués à agir de concert, ce qui les préserverait des accidents, il l’espérait. La rouquine acquiesça rapidement, avançant avec lui vers le cœur de la mêlée, où les morts-vivants se bousculaient et se frappaient parfois pour aller plus vite vers leur repas.
« Beurk… et dire que je vais devoir m’approcher de ça… » Irina grimaça mais se plia au plan, alors qu’Isköld commençait déjà à psalmodier des vers étranges, et à dessiner une ligne nette avec une pincée de sel et d’eau bénite. Une barrière d’abord, ensuite les barreaux créés à partir de son esprit. Il serait la cage et Kalysta le juge sur lequel reposait son avenir. Le châtiment ou la délivrance, tout cela ne dépendait plus que de sa décision… Car le chat de Kron allait bientôt trouver le repos éternel. De gré ou de force.




« Some may call it a curse, a life like mine,... but others, a blessing.
It's certainly a lonely life but a fulfilling one at best. It's my cross to bear but I bear it gladly.
Someone has to take a stand against evil. Why should it not be me ?
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Sam 6 Juin - 23:35

Il fallait bien l'avouer, si Kalysta faisait normalement partie de la catégorie des « monstres » grâce à ses origines et aux légendes qui étaient raccrochées, cela ne voulait pas forcément dire qu'elle était intime avec toutes les monstruosités d'Istheria. Les morts-vivants affamés et repoussants étaient donc une petite nouveauté dont elle se serait allègrement passée... Elle aurait probablement du se douter que cette tentative de récupération finirait ainsi. Après tout entre l'heure, les lieux et leur chance, le Destin n'avait pas énormément d'autre choix... La nérozia regrettait amèrement de ne pas être mieux préparée. Elle avait l'impression qu'un solide maillet serait plus efficace contre ces grouillants que ses malheureuses lames. Et elle ne parlait même pas de son arc.

Un rapide coup d'oeil autour d'elle l'informa que ses compagnons n'étaient pas forcément beaucoup mieux lotis qu'elle. La jeune femme s'était attendue à un peu plus « d'éclat » de la part des gardes du corps mais elle comprit rapidement qu'ils avaient besoin de finesse et d'efficacité plutôt que de force brute. Irina n'avait strictement rien à faire ici aussi la discrétion était-elle de mise. Même avec une horde de morts-vivants aigris et affamés aux trousses. Ils ne pouvaient donc pas se permettre d'attirer l'attention sur eux en faisant étalage d'une force de frappe non ciblée. De même, bien qu'elle meurt d'envie d'allumer tout ce beau monde comme des torches, avoir une horde enflammée sur les bras n'arrangerait rien à leurs problèmes.

La syliméa réalisait aussi autre chose... Jusqu'à maintenant, lorsqu'elle était confrontée à un adversaire, une grande partie du combat consistait à le surpasser mentalement. Cela passait par l'intimidation, le bluff ou, plus souvent dans son cas, une certaine tendance à toujours se relever... Et puis la mort n'était pas forcément la seule issue possible. Incapaciter son adversaire en faisant en sorte qu'il ne puisse plus se déplacer, percevoir ses ennemis ou tenir son arme revenait tout autant à gagner... Mais dans le cas des morts-vivants il fallait revenir aux bases même. Tuer ou être tué. Ces adversaires là ne pouvaient pas être intimidés, ne comprenaient rien à ce qu'on leur racontait et n'en avaient que faire que vous ne laisserez pas tomber... De même, on pouvait bien leur couper les deux jambes et un bras, ils continueraient à se traîner vers vous. Ce n'était que des machines à tuer... Au final chaque coup qu'ils leur portaient devaient donc compter...

Esquivant une main cherchant à l'attraper par les cheveux, Kalysta se tordit suffisamment pour porter un coup sec de son épée à la gorge de son adversaire. Cela n'aurait pas été assez puissant pour le décapiter s'il avait été en vie et en bonne santé mais étant donné son état avancé de décomposition la lame pénétra comme du beurre, sectionnant des tendons déjà l'agonie. Le corps s'effondra comme une marionnette à laquelle on aurait sectionné les fils, offrant quelques secondes de répit à la jeune femme qui préférait encore esquiver plutôt que de se frotter de trop près à cette masse en putréfaction...


-Dommage, j'aurai volontiers opté pour une crémation d'envergure...

Si jamais il lui arrivait quelque chose, elle ferait en sorte de laisser des directives pour qu'on brûle son corps... Cela éviterait des ennuis à tout le monde. Le regard qu'elle lança au fieffé félin n'avait rien d'amical, penchant dangereusement vers le létal, alors qu'elle essayait de déterminer comment ils allaient faire pour s'en sortir. Se cacher derrière une armée de zombies n'avait rien de bien original et des personnes moins « délicates » que leur petit groupe auraient déjà réglé le problème. Ce spectre avait la réputation d'être malin, intelligent et le représentant d'une divinité... Il devait forcément il y avoir quelque chose d'autre... Si c'était sa façon de juger, il devait y avoir une réponse autre que la violence, la destruction et, accessoirement, une absence totale de respect envers les morts... Mais c'était plus facile à penser qu'à mettre en pratique. Etrangement la syliméa n'était pas spécialement motivée pour se laisser boulotter par pure bonté d'âme pour prouver à un dieu, auquel elle ne croyait pas, qu'elle respectait les morts... Donc plan B. Il ne restait plus qu'à l'élaborer...

-Mon chat, mon chat...

La jeune femme souffla, faussement vexée, alors qu'elle repoussait un nouvel assaillant d'une vigoureuse pression de son pied. S'occuper du chat... Elle leur devait bien ça, ils prenaient déjà beaucoup trop de risques pour ses beaux yeux. Sans mauvais jeu de mots. Kalysta adressa un signe au groupe qui allait vaillamment tenir la position avant de se diriger vers son objectif tout en se demandant comment elle allait s'y prendre. Elle ne pouvait même pas compter sur une quelconque expérience avec les animaux « vivants ». Et il n'était pas non plus impossible que la créature exprime les mêmes réticences que ces derniers, ce qui n'allait certainement pas arranger leurs affaires...

Isköld entreprit de commencer son rituel, coupant court à la réflexion de la nérozia. Elle verrait donc sur le tas, comme souvent. Bizarrement, si elle avait été plutôt encline à parlementer lorsque Irina et elle s'étaient retrouvées face à Vykas, la jeune femme avait l'impression que le félin n'allait pas présenter une oreille aussi empathique... Kalysta ressentit brusquement l'effet du sort, leurs adversaires se mouvant soudainement comme s'ils étaient au beau milieu d'une molasse bien dense. Cela allait leur offrir les quelques instants de répit nécessaire pour qu'elle puisse passer à l'action.

Déjà... Se rapprocher de la bête. Esquiver ses gardiens décrépits se révélait maintenant bien plus aisé et la jeune femme mit rapidement cet avantage à profit. Ne connaissant que très peu les animaux, elle n'était pas vraiment en mesure de savoir si le chat de Kron était surpris de ce soudain revirement de situation mais il ne bougea pas une moustache. Ne restait plus qu'à espérer qu'il s'agissait de l'effet du sort et non d'une quelconque stratégie de sa part…


-Minou, minou, minou...

*Viens ici que je te torde le cou...*

Bien que la syliméa n'ait rien dit à voix haute de son désir profond, le félin dut ressentir le certain désir de meurtre qui émanait d'elle… Le regard qui lui lança était bien trop intelligent pour un simple animal et tout aussi chargé d'affection. Mais, pour l'instant, les regards ne parvenaient pas encore à tuer et il ne semblait pas en mesure d'empêcher son approche. Tentant sa chance, la jeune femme se pencha finalement, cherchant à attraper la bête, et… parvint à s'emparer de lui. Chat et syliméa se regardèrent dans les yeux pendant quelques secondes, ressentant une surprise étrangement commune pour une rencontre inter-espèce, avant que le charme ne soit rompu et que la sale bête ne se mette à souffler.

L'instant d'après il parvenait à sauvagement griffer le visage de Kalysta qui le relâcha, plus surprise que mortellement blessée. Le juron qui fut savamment proféré coïncida avec l'arrêt brutal des morts-vivants qui s'effondrèrent tous au sol comme des poupées de chiffon. La jeune femme n'eut pas vraiment l'occasion d'observer le phénomène car elle courait tête baissée entre les tombes, cherchant à rattraper le chat. Malheureusement pour elle ce dernier se montrait bien plus agile et rapide qu'elle, se faufilant sans mal entre les sépultures et les corps en décomposition. Ce ne fut qu'au bout d'un moment que la nérozia réalisa avec une pointe d'horreur qu'il se dirigeait droit vers le petit groupe d'Irina. Abandonnant temporairement sa poursuite elle se redressa suffisamment pour pouvoir crier librement...


-Attention !!!

Le chat effectua un bond tout à fait gracieux droit sur le groupe et, surtout, Isköld, le prenant par surprise. Le choc attendu n'eut pourtant pas lieu puisque le félin disparut tout simplement. Le mage fut parcourut d'un violent frisson avant de se figer à son tour, respirant de façon précipitée. La syliméa avait un très désagréable pressentiment alors qu'elle s'arrêtait au niveau d'Irina, regardant son garde du corps avec méfiance. Elle tourna la tête vers la prêtresse, prête à poser une question, bouche légèrement entrouverte, lorsque Isköld bougea brusquement. La nérozia ne vit pas vraiment ce qu'il venait de faire mais une onde de choc particulièrement violente se propagea autour de lui, fauchant tout le monde et envoyant valdinguer morts et vivants sans la moindre distinction.

Kalysta put ressentir pour une des rares fois de son existence la sensation du vol avant d’atterrir assez brutalement sur l'une des tombes, se fêlant probablement une paire de cotes et vidant ses poumons par la même occasion. Grognant et crachotant, la jeune femme se retrouva à quatre pattes avant de pouvoir se redresser juste à temps pour voir Isköld afficher un sourire de chat du Cheshire…





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 :: Vipère Ecarlate ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Vipère Ecarlate ::
Irina Dranis

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Lun 22 Juin - 20:23


T'as de beaux yeux tu sais ?

Kalysta . Irina

Des corps squelettiques et poussiéreux comme des branches desséchées qui auraient perdu leurs feuilles se traînaient les uns après les autres en leur direction. Irina recula d'une moue dégoûtée, se tenant instinctivement dos à dos avec Kallen, le seul autre être vivant capable de l'aider dans cette situation rocambolesque en absence d'Isköld qui préparait un panier tout neuf pour ce greffier terroriste. Pendant ce temps les cadavres réanimés marchaient ou plutôt piétinaient tout sur leur passage, bousillant involontairement leurs anciennes tombes, les fleurs et autres rares offrandes qui étaient déposées dans ce cimetière presque abandonné.
Sans scrupules, Irina repoussa les plus désireux de la voir de près sur plusieurs mètres, en un joli vol plané qui leur fit voir le monde de haut. Elle espérait qu'ils profitent du panorama, parce que le voyage n'était pas gratuit. Kallen lui, trancha dans le vif de leurs membres en lambeaux, assez découragé de voir que ses assauts bien qu'efficaces, ne dissuadaient pas les morts d'approcher. Sans broncher, il essuya un liquide inconnu qui gicla sur son front du revers de la main, se disant qu'il valait mieux ne pas chercher à en identifier la provenance. L'ignorance avait du bon, surtout à en juger par cette consistance de morve infecte et noire.

Irina secoua la tête pour se débarrasser de l'excédant d'eau qui pesait sur sa capuche et ses cheveux. Par moments elle fut forcée de générer un bouclier pour tenir sous l'assaut d'une vague un peu trop peuplée, ce qui englobait le sindarin par la même occasion. C'est qu'il lui fallait contenir tous ces fans en manque de chair fraîche en même temps qu'elle surveillait l'avancement du rituel d'Iskölde, si elle voulait couvrir ses arrières efficacement. En outre ce dernier se tenait toujours sur les débris d'une stèle renversée, ponctuant ses gestes et son sort de quelques indications défensives et une estimation du temps dont il avait besoin pour le conclure.
Des bruits étranges s'intercalaient entre les grognements et les sifflements des défunts, entrecoupant les quelques exclamations de Kalysta, qui poursuivait le chat avec la même adresse relative qu'une fillette cherche un partenaire de jeu. La prêtresse chercha à repérer la jeune brune au milieu de cette nuit sombre, sans succès. Il faisait noir et la pluie s'infiltrait partout y compris entre ses cils. Malgré le feu bleuté qu'elle produisait, Irina ne voyait pas beaucoup plus loin que le bout de son nez et très franchement elle ne pouvait pas être à la fois au four et au moulin. Faire assez de boucan pour attirer la vaste majorité de la populace nécrosée c'était suffisamment absorbant et dangereux comme ça, trop pour qu'elle puisse aussi protéger les deux free-lance du groupe. Trop même pour elle. Car oui elle était humaine, bien que les gens aient la fâcheuse tendance de l'oublier. Enfin humaine... pas littéralement, mais soit.

« Kalysta, attirez le chat par ici ! » Isköld leva son bâton qui brilla d'un éclat lumineux destiné à servir de point de repère, fermant les derniers barreaux de la cage qu'il venait de créer. Ça devrait tenir, hmm normalement. Il l'espéra de tout cœur. Les bruits se rapprochèrent et le mage aperçut la silhouette de la Syliméa fuser entre les tombes, précédée par le félin qui sema la zizanie dans l'organisation faite sur le tas. Irina hurla bien à l'ancien gélovigien de se dégager, mais il n'en eut pas le temps. Surpris par les griffes qui se plantèrent dans son dos, il se débattit puis se crispa soudain et s'immobilisa. Irina lança des bouts de tombe sur les ennemis et les fit exploser à l'impact, dans une pluie de déchets humains qu'elle esquiva en se mettant rapidement à l'abri.
Elle avança à couvert autant que possible avec la ferme intention d'aider son garde du corps... Seulement pour s'arrêter brusquement dans sa demi-course. Isköld s'était redressé étrangement et l'avait regardée avec des yeux qui manquaient de la fine intelligence qui leur appartenait d'ordinaire. Il était le même en fondamentalement changé. C'était comme si il venait d'être substitué par une copie étiolée et fidèle, ressemblante et terne. Méfiante, Irina n'osa pas s'approcher davantage. Le chat avait disparu, il était là il y a à peine une minute, et pourtant il s'était soustrait à son regard comme si c'était la chose la plus aisée qui soit.

Et de fait, ça l'était. Une onde de choc la souffla en arrière, la propulsant contre un mort en armure. Autant dire qu'elle se releva plus vite que son ombre, s'éloignant de cette étreinte puante en découpant ce qu'il restait de la tête retenue par quelques muscles à peine. D'autre part il lui suffit de lever le nez pour voir le sourire d'Isköld. Un sourire qui lui glaça le sang et lui rappela sa propre expérience avec Exanimis, ce qui n'était pas franchement un bilan plus positif dans l'ensemble. Néanmoins elle ne pouvait tirer des conclusions ou deviner ce qui allait découler ce qui avait tout l'air d'être une autre possession. Ce n'était pas comme si ce genre de phénomènes imprévisibles suivait une quelque logique, du moins pas de ce qu'elle avait pu voir. Alors une question demeurait, comment exorciser ce chat et rendre son corps à Isköld ? Le possédé s'avança d'une mine menaçante, avec une inquiétante expression de duplicité sur le visage. Alors c'était cela, le côté psychopathe de cet homme affectueux qui s'était reconverti en professeur ? Irina frémit.

« Et moi qui avais toujours rêvé de le tabasser... Ça c'est une occasion en or. » Kallen sourit de son côté, jouant avec cette situation à la gravité grandissante. Ce n'était pas tant qu'il pense vraiment à mettre fin à cette surprise en passant son camarade au fil de l'épée, même si son habituelle indifférence agacée n'était pas simulée. C'est juste qu'elle était partiellement surfaite parce que ça l'amusait d'emmerder son vis-à-vis borné et susceptible. En fait il aurait bien aimé faire quelque chose pour l'aider, seulement il était à court d'idées. Aussi con qu'on puisse être -et Delil savait qu'Isköld en tenait une couche à ce niveau- personne ne méritait d'être contrôlé contre son gré, transformé en marionnette par les caprices d'un serviteur de Kron. Il raffermit sa prise sur la poignée de son épée, se préparant au pire.
D'autre part, Kalysta les rejoignit juste à temps pour constater l'ampleur du désastre. Non seulement ils étaient loin d'être débarrassés de cette nuisance à moustaches, mais en plus l'un des leurs était sous son influence. Ils ne pouvaient donc plus détruire le chat sans risquer de tuer son hôte, ce qui limitait leurs options restantes. Irina réfléchit si fort que ses neurones semblèrent se heurter douloureusement à l'intérieur de sa tête. Sa magie ne pourrait rien contre un fantôme et de toute façon elle aurait probablement trop d'hésitations à blesser un allié. Elle murmura tout bas, ignorant le bruit de frottement que faisaient les morts qui se relevaient à nouveau maintenant que leur maître reprenait des forces.

« Kalysta, je crois que le seul moyen de nous tirer de là c'est de pousser Isköld dans la cage qu'il a créée. Avec un peu de chance le choc magique parviendra à y retenir le spectre. Pour le reste je pense qu'à moins d'une idée de génie, on sera obligées de compter sur sa force de volonté pour se libérer tout seul. » Elle posa une main sur son épaule, pas franchement confiante. « Le chat a l'air sensible à ta présence, j'ignore pourquoi. Si ce sont ses catalyseurs que tu convoites, ça m'est bien égal. Ils ne m'intéressent pas et je ne compte pas non plus poser des questions à leur sujet. Rends-moi Isköld et je trouverai un beau ruban et du papier cadeau pour ces deux pierres. » Loin d'imaginer les pouvoirs des yeux du chat, Irina en avait déduit qu'il s'agissait de catalyseurs très puissants. Et à vrai dire des outils de ce genre elle n'en avait pas besoin. Pas à l'heure actuelle en tout cas. « Attire-le, on se charge du reste. »

Irina fronça du nez et se craque les doigts. Les morts n'étaient pas encore réactifs mais ça ne tarderait pas à moins qu'ils gagnent du temps. Et puis Isköld avait aussi un pouvoir de nécromancie, alors il ne lui tardait pas de savoir comment il pourrait être mis à contribution par cette chose. Et la dite chose, elle avait visiblement envie de se jouer d'eux à sa façon, à travers le savoir qui lui permettait de voir dans le cœur des hommes. La voix d'Isköld sonna moins grave et plus traînante, tandis qu'il s'approchait de son interlocutrice avec la lenteur d'un prédateur en confiance.

« Kalysta Elyomar... C'est un corps bien jeune pour une âme si lourde. Quels secrets comptes-tu voler aujourd'hui ? Aurais-tu donc un faible pour toutes les aberrations de ce monde ? Tu as le don de les choisir pour entourage. » Il se tourna vers Irina et la dévisagea un long instant d'un regard sans équivoque, sans toutefois oser faire mention directe au démon qu'elle abritait. Il y avait des risques qu'il n'était pas prêt à prendre malgré son statut.
Cela dit avec lenteur et patience il posa une main gantée sur le menton de Kaly, pour l'inviter à le regarder bien en face. Il baissa la tête d'un air espiègle, celui d'un homme devenu capable du meilleur et surtout du pire.
« Ces joyaux tu les désires ardemment, sans doute plus que tu ne veux bien l'avouer. Alors dis-le moi... à quel point comptent-ils pour toi ? Que serais-tu prête à me céder pour les obtenir ? » Irina le regarda faire avec scepticisme, peu sûre sur la meilleure chose à faire. Maintenant qu'il avait une bouche pour formuler les revers de sa conscience, fallait-il l'écouter ? Piétinant de façon insupportable, Irina intervint.

« Je peux me charger des rites funéraires de ces gens. Laver l'affront qui a été fait à cet endroit qui était sous votre protection, m'arranger pour que vos morts retrouvent leurs tombes et qu'ils ne puissent plus les quitter. N'est-ce pas suffisant ? » Isköld fronça les sourcils avec une mine plus calculatrice qu'elle ne lui avait jamais vue. Il semblait peser l'idée avec sérieux, mais ne s'attarda pas plus que de raison sur ce qu'elle venait de dire.
« Cela n'est que le service minimum que vous allez me rendre. Le reste par contre, ne vous regarde pas. Je ne traite pas avec des rivaux de Kron. » Il sourit amusé par la situation, même si dans son regard brillait une pointe de dédain. Exanimis avait jadis été une incarnation de justice, un souverain parmi les souverains, avant de sombrer dans le désespoir où ses détracteurs l'avaient confiné en même temps que sa bien aimée Anima et être considéré un dieu déchu. La jeune femme sourit jaune et se mordit la langue pour ne pas laisser l'offense gratuite de cet esprit prétentieux l'atteindre. Mais il commençait à doucement lui courir sur le haricot, ce rigolo à peine foutu de se trouver un corps d'emprunt.

Sur un coup de tête elle joignit ses mains tendues et le força à reculer par la force de sa pensée. Une bourrasque violente se souleva lorsqu'il résista de tout son saoul, ce qui charria la pluie en grosses spirales. Un jeu de forces opéra alors entre les deux opposants et elle fit mine d'avoir du mal à prendre le dessus, jusqu'à finalement jouer de sa puissance brute pour mettre fin au bras de fer magique. Isköld n'était pas à la hauteur. Propulsé en arrière il recula de plusieurs pas et fut prisonnier de la ligne de sel qui l'empêcha de se mouvoir librement. Il pesta bien contre le piège que son hôte venait de tracer il y a quelques minutes à peine, mais rien n'y fit. La cage aux murs de lumière était insensible à ses coups de poing et les déflagrations d'essence divine.
Irina haleta, fatiguée. Qu'est-ce qu'il ne fallait pas faire pour deux malheureux cailloux...


« C'est le moment où jamais. »



« Some may call it a curse, a life like mine,... but others, a blessing.
It's certainly a lonely life but a fulfilling one at best. It's my cross to bear but I bear it gladly.
Someone has to take a stand against evil. Why should it not be me ?
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Mar 30 Juin - 14:09

Kalysta ne s'était vraiment pas attendue à tout cela. Et maintenant qu'elle était genoux et mains dans une boue méphitique et gorgée de divers fluides qu'elle ne préférait même pas identifier, elle se demandait si ce qu'elle faisait en valait vraiment la peine. Il n'y avait bien que deux raisons justifiant qu'elle soit encore là. Deux raisons qui pouvaient se résumer en un simple mot : la loyauté. Loyauté envers les nérozias dont elle suivait les ordres même si, sur le moment, elle ne les comprenait pas entièrement et les trouvait un poil exagérés. Loyauté envers son amie et ses hommes qu'elle avait entraîné bien malgré eux dans cette galère. Elle n'allait certainement pas les laisser en plan alors qu'elle était la source, indirecte, de tous leurs problèmes. Si elle devait une sérieuse explication avec certains de ses supérieurs, notamment sur leur manque flagrant d'informations, c'était une fière chandelle qu'elle devait au petit groupe de la prêtresse. Surtout à Isköld qui risquait de ne pas se souvenir de cette expérience avec beaucoup de tendresse...

La jeune femme se redressa, faisant craquer ses articulations de façon sinistre. Elle sentait un picotement familier parcourir son dos, ses cervicales et son torse, notamment au niveau de ses cotes, alors que sa régénération puisait dans son énergie pour pouvoir la remettre sur pieds. Elle ne serait pas comme neuve, la nérozia préférait économiser son énergie à ce stade, mais elle ne risquerait plus de se perforer un poumon ou de se retrouver paralysée à un moment crucial... Le cimetière paraissait étrangement calme suite à la vague d'énergie qui venait de balayer tout le monde et la syliméa fut assez soulagée de pouvoir rejoindre les autres sans avoir à se frayer un passage au travers d'un mur de morts-vivants... Pour autant, elle avait pleinement conscience que ce répit n'allait certainement pas durer très longtemps.

La preuve en était qu'à peine était-elle arrivée que certains morts commençaient déjà à se relever. Du moins essayaient-ils... Leur pauvre coordination jouait actuellement en la faveur des vivants, leur octroyant encore quelques instants d'un calme tout relatif. Peut-être même de quoi élaborer un plan d'attaque... Elle admira le sang froid de Kallen et Irina, personnellement, elle en menait bien moins large et elle n'était pas sûre qu'elle n'aurait pas accueillit le responsable de cette catastrophe avec quelques mots bien sentis. La syliméa avait beau se creuser la tête, elle avait vraiment du mal à voir comment ils allaient se sortir de cette impasse... Encore plus maintenant que le satané félin avait fusionné avec Isköld, quelqu'un qu'elle ne connaissait absolument pas et dont ignorait presque toutes les capacités. En tous cas, une chose était sûre, il était hors de question de le blesser gravement ou de le tuer.

La jeune femme se pencha vers la prêtresse pour mieux l'entendre, déglutissant difficilement en comprenant qu'elle avait été percée à jour. Même si cela n'avait pas été bien difficile à déduire... Une désagréable boule vint se loger au creux de son estomac, un méli-mélo de culpabilité et d'appréhension... Même si Irina ne semblait pas lui en vouloir pour ses actions égoïstes, Kaly s'en voulait suffisamment pour compenser. Elle acquiesça donc, prête à jouer les appâts en espérant que son amie avait d'autres atouts dans sa manche. La nérozia se releva donc, s'éloignant un peu de la prêtresse et de son garde du corps pour attirer l'attention de leur adversaire sur elle... Lorsqu'elle sentit le regard du félin se poser sur elle, elle ne put s'empêcher de sentir un frisson. Voir à quel point Isköld était devenu une marionnette était particulièrement perturbant... S'estimant suffisamment éloignée des autres, la jeune femme tint sa position, menton légèrement relevé et épaules droites en signe de défiance.

Défiance qu'elle affichait plus qu'elle ne ressentait. Visiblement ce chat en savait bien plus que ce à quoi elle s'était attendue. Ce n'était pas qu'un simple animal, fantôme ou pas... Elle essaya de ne pas laisser transparaître de réaction à ses paroles mais la chose ne fut pas aisée... Il jouait clairement avec chacun d'entre eux, laissant sous-entendre qu'il savait suffisamment de choses pour que la possession de l'un de leurs compagnons ne soit plus qu'une broutille dans la mer d'ennuis qui les attendait... Et il avait l'air de vraiment aimer cela... La remarque sur son entourage lui fit froncer les sourcils pendant une fraction de seconde mais elle préféra ne pas s'attarder dessus. C'était n'était probablement qu'une tentative pour les diviser et elle ne comptait pas tomber dans ce piège pour si peu... Elle avait décidé d'accorder sa confiance à Irina et elle ne comptait pas revenir sur sa décision juste à cause de quelques vagues paroles proférées par un esprit qui s'était fait connaître pour les sales tours qu'il faisait... Et elle espérait qu'il en serait de même pour celle qu'elle considérait comme son amie.

L'envoyé de Kron savait qu'il avait une forme d'immunité maintenant qu'il possédait le corps du mage, sans cela il ne serait certainement jamais permis de s'approcher ainsi de la jeune femme et de ses compagnons. Kaly se crispa immédiatement lorsqu'elle sentit sa main sur son menton. Ne pouvant réagir trop violemment à l'encontre du corps d'Isköld elle se vit contrainte de se laisser faire même si cela la révoltait profondément. Il lui était impossible de savoir ce qu'il voyait exactement en la regardant ainsi dans les yeux mais elle savait qu'il avait dû percevoir le changement de couleurs qu'elle cherchait sans cesse à cacher. Cela ne devait être que la confirmation qu'elle cachait quelque chose pour le chat mais il lui était impossible de savoir jusqu'à quel point le mage était conscient... Etait-il lui aussi capable de percevoir ces changements peu naturels ? Si oui, allait-il s'en souvenir une fois qu'il aurait repris le contrôle de son corps... ? C'était un risque qu'on venait de lui faire prendre de force et elle n'aimait pas beaucoup cela. La force de son ressentiment se communiqua à son regard alors qu'elle défiait maintenant ouvertement le félin passager clandestin...


-Et vous ? Qu'êtes-vous prêt à céder pour enfin retrouver votre liberté... ? Et n'allez pas croise que posséder ce corps est une solution...

Il était un peu difficile de comprendre ce qu'elle disait si l'on était pas directement situé en face d'elle tant elle serrait les dents et ce n'était pas uniquement dû à la colère qui l'animait... Sa mâchoire maintenue en place par une main de fer ne l'aidait pas vraiment à avoir une diction parfaite. Cela ne sembla pas vraiment déstabiliser leur adversaire, conscient qu'il avait la main pour l'instant... Alors qu'elle se dégageait d'un geste brusque, une violente bourrasque vint cueillir Isköld, le forçant à reculer de quelques pas. Il ne fallut pas longtemps à la syliméa pour comprendre que ce soudain revirement de situation était l'oeuvre d'Irina et elle s'empressa de lui laisser le champ libre. La jeune femme aurait voulu pouvoir l'aider, appuyant son action à l'aide de sa télékinésie, mais elle sentit qu'elle risquait surtout de gêner la prêtresse.

Bientôt elle parvenait à le repousser dans le piège initialement installé par le mage, le bloquant efficacement. Restait à savoir ce qu'ils devaient faire à partir de là... Si Isköld se révélait incapable de sortir du cercle de sel, cela ne voulait pas dire qu'il était complètement impuissant... Si Irina avait une certaine expérience de la possession, c'était aussi le cas de Kalysta, sauf qu'elle l'avait vécu du coté de « l'envahisseur ». Le chat avait encore une carte importante en main, il avait encore le plein contrôle du corps du mage. Et il s'agissait là d'un incroyable moyen de pression car si elle savait qu'elle ne le laisserait pas mourir inutilement, elle se doutait que ce serait aussi le cas pour Irina. Il fallait absolument faire en sorte qu'il ne pense pas à s'en prendre en lui en représailles de leurs actions... Il leur fallait donc gagner du temps.


-Hey ! Minou !

En quelques enjambées la syliméa se retrouva à quelques centimètres à peine de la délimitation du piège magique, plantant son regard dans celui d'Isköld. Le mal avait déjà été fait un peu plus tôt, elle ne risquait plus vraiment de se trahir dorénavant... Le chat ne devait pas être très heureux de la situation si elle devait se baser sur l'expression qu'affichait le visage du mage. Et ses envies semblaient positivement homicides...

-Est-ce que tu es un peu plus ouvert au dialogue maintenant ? Ou à l'idée d'un repos bien mérité ?? Le cou porté à la barrière magique en dit long sur sa réponse... Tu n'es pas obligé de rester coincé ici, on fera en sorte qu'on se souvienne de toi, que les morts soient respectés...

La jeune femme essaya de se creuser la tête, cherchant désespérément un argument qui aurait suffisamment de poids pour que le chat lâche enfin prise. Ce qu'il avait initialement entrepris de faire n'était pas mauvais en soit mais elle avait l'impression qu'il s'était un peu « perdu » en cours de route, perdant de vue pourquoi il était un envoyé de Kron...

-Penses-tu que Kron apprécie vraiment ce que tu as fait avec ses protégés ? Etait-ce vraiment très respectueux de ta part de les forcer hors de leur repos, de les utiliser comme de simples armes... ?

Isköld sembla se calmer quelque peu mais le regard qu'il posa sur la nérozia était tout bonnement glacial. Ses paroles avaient peut-être fait mouche mais pas vraiment de la bonne façon. Le mage afficha brusquement un sourire particulièrement malveillant...

-Vraiment Miss Elyomar? Êtes-vous vraiment la mieux placée pour parler du respect des morts?

Elle eut beau faire, elle ne put empêcher le rouge de lui monter aux joues. Non pas par colère mais par honte. Elle savait parfaitement de quoi il était en train de parler et ce qu'elle avait dû faire pour naître dans ce monde lui revint brusquement à l'esprit. Il était certain que dans ce contexte, elle remportait largement la palme de la désacralisation d'un corps... Le pauvre n'avait jamais eu de quoi remplir une sépulture décente... Isköld testa une nouvelle fois la solidité du mur magique avant de siffler de frustration, un son qui n'était pas sans rappeler l'esprit qui l'occupait actuellement. Il tourna sur lui-même à la recherche d'une possible porte de sortie avant de se focaliser sur un mausolée à la porte métallique. Cette dernière était finement ouvragée, offrant un bas-relief de toute beauté et particulièrement torturé. La lueur dans le regard du mage alors qu'il provoquait la nérozia était tout bonnement perverse avant qu'il ne se dirige droit sur l'édifice.

Le visage de Kalysta se draina de toute couleur lorsqu'elle comprit qu'il venait de découvrir le dernier moyen de pression qu'il avait sur eux. Le mage se positionna face à la porte ouvragée, y plaquant ses deux paumes avant d'envoyer sa tête en arrière et de la propulser violemment dessus. Même si le bruit produit était à retourner les estomacs, le choc n'avait pas dû être assez violent à son goût car Isköld renvoya à nouveau sa tête en arrière... La syliméa lança un regard paniqué vers Irina avant de prendre la seule décision possible... Ils ne pouvaient pas non plus laisser le félin fantôme suicider le sindarin ainsi.

S'il ne parvenait pas à traverser la ligne de sel pour sortir du piège, la jeune femme n'eut aucune difficulté à le rejoindre au niveau du mausolée. Alors qu'il allait se donner un nouveau coup, elle le percuta au niveau de la taille, le propulsant au sol. S’ensuivit une lutte qui n'avait rien de gracieux ou d'élaboré durant laquelle Kaly cherchait avant tout à immobiliser le mage alors que ce dernier semblait plutôt enclin à lui arracher la gorge avec les dents. Jamais il n'avait été aussi évident qu'il était possédé par un chat... Après coups vicieux et griffures, elle parvint à se retrouver à califourchon sur lui, lui maintenant les poignets plaqués au sol alors qu'il ruait pour la déloger de là...


Allez Isköld, reprends-toi !!

Heureusement elle avait sifflé cela entre ses dents serrées car l'instant d'après le mage lui assénait un coup de tête qui lui fit voir trente-six chandelles et provoqua un claquement de mâchoire malheureux qui aurait pu lui coûter la langue... La nérozia tint bon malgré tout, se cramponnant au mage comme si sa propre vie en dépendait, ce qui n'était probablement pas bien loin de la vérité. La sensation d'humidité et le goût métallique dans sa bouche suffirent à lui indiquer qu'il était parvenu à lui casser le nez mais elle ne ressentit aucun des signes caractéristiques de sa régénération... La magie était bel et bien bloquée une fois que l'on était au cœur du piège. Ne restait donc plus que la force brute et la jeune femme sentait qu'elle ne pourrait pas l'immobiliser très longtemps encore...





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 :: Vipère Ecarlate ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Vipère Ecarlate ::
Irina Dranis

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Ven 14 Aoû - 18:11


T'as de beaux yeux tu sais ?

Kalysta . Irina

Le piège magique avait fonctionné et était pour le moment suffisant à retenir Isköld et son invité surprise. Il était néanmoins difficile d'estimer combien de temps cela tiendrait, ou à quel moment le chat ferait usage des connaissances de son hôte pour annuler le sort. Il était important d'agir avant que les choses ne deviennent encore plus moches ; seulement la moindre erreur pouvait être fatale et Irina ignorait ce qu'il était sage de faire en de telles circonstances. D'une mine irritée elle observa l'expression hostile de leur allié possédé, visiblement peu tenté de coopérer. Ah, ces créatures d'outre-tombe, toujours à mettre l'ego avant le réalisme ! S'en était presque lassant.
Au milieu de cela, et des pourparlers dont Kalysta était chargée une nouvelle fois, Irina se tint en retrait. Elle avait déjà essayé de négocier et ça n'avait pas eu des masses de résultats, alors autant céder sa place. La discussion leur fit gagner un temps appréciable, les morts se tenant relativement tranquilles tant que l'esprit était trop absorbé pour en reprendre le contrôle. Ce bref répit lui permit de reprendre une position défensive, dos à dos avec Kallen de façon à également couvrir les arrières de la syliméa.

La discussion se poursuivit entre moqueries et grimaces d'agacement, mais quelques réflexions de l'esprit lui firent arquer un sourcil. Maintenant ça commençait à devenir intéressant. Dommage seulement qu'il révèle plus de choses compromettantes et ces seules provocations que Kaly depuis le jour de leur rencontre. Si Irina était loin de saisir l'implication réelle de ces affirmations, il n'en demeurait pas moins évident que c'était une critique légitime. Le visage de la jeune brune trahissait une confusion coupable qui était des plus parlantes, aussi il n'y avait pas vraiment besoin d'insister pour voir à quel point ça la touchait de près. Une profonation de tombes ? Ça c'était curieux pour une supposée messagère. Enfin ça c'était la version officielle, une version qu'Irina n'avait sciemment pas vraiment cherché à creuser.
Cela dit même avec la bonne volonté générale la situation ne semblait pas s'améliorer, et la posture désormais féline d'Isköld ne lui disait rien qui vaille. Il était trop calme, trop calculateur, comme un prédateur cimentant des points de fuite ou guettant l'occasion de passer à l'assaut. Et hélas son instinct s'avéra ne pas la tromper. Lorsque le mage se retourna pour se défoncer le front contre le mur d'un mausolée non loin, Irina jura tout bas. Kallen de son côté claqua sa paume contre son front dès qu'il aperçut la regrettable scène. Bien que dépité il ne pouvait pas s'empêcher d'être moqueur face aux soudaines pulsions masochistes de son homologue.


« J'ai toujours su qu'il ne tournait pas rond. Mais là... Là, mes amies... On touche le fond. »

Irina ne prit même pas la peine de répondre, même si en un sens elle partageait son avis, au fond. D’ailleurs elle n’eut pas le temps de réfléchir à un moment de mettre fin au massacre, que déjà Kallen plantait son épée dans le sol et s’élançait pour séparer les deux bagarreurs. D’un geste du bras il fit reculer Kalysta, sautant sut Isköld pour prendre la place de cette dernière et plaquer l’ancien gélovigien au sol. S’en suivit un jeu de forces inégal maintenant que le sindarin avait affaire à un adversaire affaibli par le sceau et l’utilisation de la nécromancie. Après quelques minutes d’acharnement Kallen fini par avoir le dernier mot avec deux bonnes droites, bien qu’il ait également quelques blessures mineures, dont une morsure à l’avant bras qui lui fit regagner la fluidité de quelques jurons en sa langue maternelle. Parvenant enfin à immobiliser complètement l’ennemi, il cracha un peu du sang qui lui coulait le long du menton. Et à l’entendre c’était un plaisir presque libérateur.

« Par les hauts, j’avais toujours rêvé de faire ça. »
« …Connard. »

C’était toujours la voix d’Isköld mais aussi étrange que cela puisse paraître, dans sa faiblesse elle avait retrouvé l’intonation rauque et chaude de son vrai propriétaire. Apparemment le nordique avait retrouvé ses esprits juste à temps pour déplorer l’état dans lequel il retrouvait son corps, désormais le crâne ouvert en plusieurs endroits et le visage tuméfié par les coups. Bon son insulte manquait d’inventivité à n’en pas douter, mais avoir une réaction faible c’était toujours mieux que pas de réaction du tout. D’un coup d’oeil à droite et à gauche Irina ne repéra aucune menace imminente. Quelques Elle s’approcha donc rapidement pour prêter les premiers soins, soulagée qu’ils aient enfin retrouvé leur ami. Saisissant une des potions qu’elle portait dans sa sacoche, la prêtresse fit boire le blessé en soutenant gentiment sa tête. Mais elle n’avait pas encore fini qu’elle se posa la question à trois millions de dias. Si Isköld était redevenu lui-même, alors...

« Attendez... il est passé où, le chat ? »
« Désolé pour tout ça, je...» Il fut pris d’une quinte de toux et ne put continuer sa phrase, même si de toute évidence il s’adressait principalement à Kalysta.
« Là ! » Une ombre fusa entre les tombes, en direction des corps décharnés qui grouillaient encore en tas pourrissants de membres entremêlés. Et justement les dits membres ne tardèrent pas à regagner la vie artificielle qui leur avait été prêtée, se hissant à nouveau en une armée squelettique que la pluie n’épargnait pas.
« Et c’est reparti... »
« Non. C’est terminé. » Le ton d’Isköld était sans appel, d’une certitude que les trois autres ne partageaient pas. Cependant l’onde de choc qui se produisit lui donna raison. Depuis son corps étendu au sol et maintenant trempé jusqu’aux os se souleva une vague magique qui sembla couper court à l’essence divine qui mouvait les cadavres. Comme des pantins dont on aurait coupé les fils ils s’écroulèrent à nouveau, retombant instantanément en poussière. Le mage venait de littéralement s’abreuver de la vie artificielle qui leur restait, réduisant littéralement en cendres toute option de repli du fantôme. Au passage il piocha également dans l’énergie vitale de Kallen, juste assez pour le rendre mou comme de la pâte à pain pendant quelques minutes. Une petite revanche pour le tabassage en règle, disons.

« Oh pardon, j’y suis allé un peu fort je crois. » Son sourire contredisait ses paroles. Non il n’était pas désolé du tout, en fait il jubilait de ce prix de consolation... autant qu’on le pouvait après ce qui s’était passé. Et puis se nourrir de la sorte avait au moins eu le bénéfice de recharger une partie de ses batteries, et refermer le gros des ses blessures à la tête. Cela ne lui rendrait pas le sang perdu, mais au moins il ne risquerait pas de tourner de l’œil dès qu’il se tiendrait sur ses jambes... contrairement à un certain sindarin qui était tombé à genoux dans une énorme flaque boueuse, se retenant de toutes ses forces à son épée pour ne pas tomber tête la première dans une position fort peu flatteuse.

Irina se contenta de dodeliner de la tête sans intervenir. De toute façon il n’y avait pas grand chose qu’elle puisse faire pour retenir cette incorrigible rivalité. Autant s’épargner de la salive et une crise de nerfs, cela valait mieux. Aidant Isköld à s’asseoir pour s’appuyer contre le mausolée le temps qu’il retrouve ses repères, elle finit par s’enquérir de l’état de Kaly et de Kallen. En outre ce fut pendant qu’elle passait un bras du guerrier par-dessus ses épaules qu’elle entendit le miaulement fatidique qui la fit se tendre de la tête aux pieds, prêtre à en découdre.
Contre toute attente le fantôme s’immobilisa sur le toit du mausolée, toujours prisonnier du périmètre magique que délimitait le piège. Plus calme, ce dernier était assis sur son séant, les regardant de ses prunelles brillantes. La tête penchée sur le côté il semblait étrangement pensif, absorbé dans un monde qu’il était le seul à percevoir. Sa voix étrangement basse se fit alors entendre.


« Les voix... Elles se sont arrêtées. Je n’entends plus leurs pleurs, leurs suppliques et leurs malédictions. Tout s’est arrêté... » Un long moment de silence se fit, un moment où seule la pluie cadença leurs respirations, bien qu’elle continue de se déverser avec la même intensité. Dans le cimetière seul le vent parcourait maintenant les tombes, aux allées renversées par la bataille. « Je... Suis en paix désormais, et eux aussi. Les souvenirs de mon serment à Kron sont plus vifs, bien que je n’aie pas encore retrouvé toutes mes facultés. » Il se frotta le museau d’une patte avant, dans une mimique si animale que s’en était troublant.
« Je suis en dette... aussi soyez heureux que je vous accorde une telle chance. Si vous me libérez, votre prix sera le mien. » Ses yeux s’attardèrent sur Kalysta, qui pour une raison inconnue semblait le fasciner depuis le départ... Peut-être parce son rapport à la mort était si particulier que même lui, messager et serviteur de Kron, ne pouvait y voir clair.



« Some may call it a curse, a life like mine,... but others, a blessing.
It's certainly a lonely life but a fulfilling one at best. It's my cross to bear but I bear it gladly.
Someone has to take a stand against evil. Why should it not be me ?
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Ven 28 Aoû - 21:21

Kalsyata avait fait en sorte de développer un panel de compétences mais elle ne serait jamais « forte » comme certaines de ses connaissances... Alors devoir recourir à de la force brute pour éviter qu'un chat, fou et mort, ne provoque le suicide de quelqu'un n'était pas vraiment une solution efficace sur le long terme. Autant dire qu'elle accueillit l'intervention de Kallen avec un immense soulagement et qu'elle s'empressa de lui laisser sa place, ne doutant pas un seul instant qu'il serait nettement plus efficace qu'elle pour soumettre le mage. Ou du moins son corps. Ils verraient bien ensuite pour extraire le satané félin... Un problème à la fois...

Elle s'écarta donc avec plaisir, essuyant le sang qui coulait de son nez d'un geste bien peu féminin sur l'une de ses manches. La douleur qui éclata derrière ses yeux brouilla sa vision d'un voile blanc, lui confirmant qu'il devait probablement être cassé. Kalysta se contenta de ravaler le grognement qui menaçait de s'échapper du fond de sa gorge, ce n'était pas vraiment le moment de pleurer sur son sort, certainement moins pire que celui de ses compagnons, surtout Isköld. Elle aurait juste à penser à le redresser une fois qu'elle ne serait plus coincée dans la zone de non magie pour que sa régénération ne le guérisse pas dans une position tordue et étrange... Les autres douleurs provoquées par l'assortiment de bleus, bosses et plaies mineures se chargeaient juste de lui rappeler qu'elle n'était pas faite en marbre et pouvaient facilement être reléguées dans un fond de son esprit... Et même si son nez cassé n'aidait ni sa vision ni sa concentration, il n'était ni fatal, ni handicapant...

Elle n'avait jamais croisé les deux hommes avant qu'ils n'accompagnent Irina dans ce cimetière mais, visiblement, il y avait comme un léger passif entre eux... Difficile de savoir de quoi il s'agissait exactement mais il lui semblait bien que Kallen était un peu trop heureux de l'occasion que venait de leur offrir le chat. Mais si le guerrier était peut-être un poil trop enthousiaste, elle était mal placée pour faire une quelconque remarque, bien trop heureuse d'avoir quelqu'un de suffisamment musclé pour faire le boulot à sa place... Elle se contenta de rejoindre la prêtresse, ne quittant pas pour autant les deux hommes des yeux. Elle doutait vraiment qu'Isköld soit à même de se libérer de son adversaire temporaire mais elle préférait rester prudente...

Ne connaissant pas vraiment ce que l'on pouvait considérer de « normal » de la part du mage, elle fit confiance à Irina lorsque cette dernière rejoignit ses gardes du corps pour prodiguer les premiers soins. Sachant pertinemment qu'il ne serait pas entre de meilleures mains, la jeune femme en profita pour monter la garde, surveillant les alentours à la recherche du moindre mouvement... Et surtout de la moindre ombre en forme de chat. Les excuses du mage détournèrent son attention et elle lui adressa un rapide et discret sourire pour lui signifier qu'il n'avait certainement pas à s'excuser. Ce n'était absolument pas sa faute... Quant à ce qu'il avait pu « apprendre » par l'intermédiaire du chat, c'était une autre histoire dont elle se préoccuperait plus tard.

La soudaine exclamation de la prêtresse la fit sursauter et elle se mit en position de défense, constatant que les cadavres avaient des velléités à se relever. Elle eut une grimace dégoutée en voyant dans quel état les corps se trouvaient mais elle ne comptait pas se laisser faire pour autant... Ils finiraient bien par trouver un moyen de se débarrasser de ce chat ou, tout du moins, de lui faire entendre raison. Elle n'était pas certaine qu'une élimination brutale et irréfléchie de la créature résoudrait véritablement le problème... Focalisée sur les morts-vivants les plus proches, l'onde de choc magique émanant d'Isköld la prit totalement par surprise, lui coupant même le souffle. Ce n'était pas un petit tour qu'il venait d'accomplir et la chute simultanée de tous leurs adversaires ne fit que renforcer l'impression qu'elle avait du mage. S'il n'était peut-être pas très impressionnant en termes de force physique, il restait un adversaire plus que redoutable. Irina avait su s'entourer de personnes d'exception. Même si leur comportement pouvait parfois s'apparenter à celui d'enfants... Elle eut un sifflement appréciateur, se redressant légèrement sans pour autant se détendre complètement.


-Ah quand même...

Visiblement il en avait profité pour rendre la monnaie de sa pièce à Kallen mais la syliméa se garda bien de dire quoi que ce soit à ce sujet. Après tout elle aussi en était venue aux mains avec lui et elle n'avait aucune envie de le lui rappeler à l'instant... Pour le moment ils avaient droit à un court moment de répit leur permettant de se regrouper un peu mais elle aussi se tendit immédiatement en entendant le miaulement, une réaction qu'elle risquait de conserver encore quelques mois... Si elle avait pu, elle se serait mise entre le chat et les autres mais sa position était telle qu'elle ne pouvait pas faire grand chose et qu'elle dut se contenter de serrer les dents en espérant qu'elle serait suffisamment rapide si les choses dégénéraient à nouveau...

La nérozia fut surprise de l'entendre, non pas qu'elle ne savait pas qu'il pouvait parler puisqu'elle en avait déjà fait les frais, mais son ton était bien plus pacifique et restreint que les premières fois. Il lui semblait être bien plus raisonnable que tout à l'heure, ce qui ne manqua pas de créer une bouffée d'espoir chez la jeune femme. Peut-être qu'ils n'auraient plus à se battre ce soir. Peut-être qu'ils n'auraient pas à faire appel à la violence... Car la syliméa restait persuadée que ce n'était pas la solution à leur problème. Quoi que l'on puisse dire sur son « métier » et sa race, Kalysta préférerait toujours le dialogue à une attaque directe, du moins si la personne en face d'elle en était capable...

Et visiblement le chat était enfin en train de recouvrir suffisamment de bon sens et de sang froid pour que ce soit le cas... Elle ne savait pas trop ce qu'avait pu faire Isköld exactement, car elle ne doutait pas que ce soudain calme était la cause de sa petite démonstration, mais ce revirement de situation était plus que le bienvenu... La jeune femme jeta un regard vers Irina et ses hommes... L'offre du chat était généreuse mais, techniquement parlant, ce n'était pas vraiment grâce à elle qu'il avait été apaisé. Et elle appréciait trop la prêtresse pour simplement sauter sur l'occasion en oubliant volontairement l'aide qu'ils avaient tous apporté.


-J'ai...

La jeune femme se tourna plus franchement vers Irina et le mage, s'adressant désormais à eux et non au chat... Après tout, elle n'avait peut-être pas été complètement franche sur les raisons de sa présence au début mais elle ne s'était certainement pas attendue à de telles difficultés, elle trouvait donc juste que la décision finale leur revienne...

-J'ai entendu des rumeurs concernant ses yeux et les avantages qu'ils pouvaient octroyer à celui qui les possédait...

Elle ne pouvait pas vraiment beaucoup plus développer, d'un parce qu'elle n'en savait pas beaucoup plus, de deux, parce qu'ils étaient tout à fait capables de déduire les dits avantages. Le regard qu'elle porta sur eux était tout à fait explicite, non seulement elle expliquait son intérêt pour le chat mais elle leur offrait la possibilité de décider s'ils voulaient réclamer une récompense ou pas. Et s'ils décidaient de récupérer les yeux pour eux, elle se débrouillerait tout simplement avec son ordre...





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 :: Vipère Ecarlate ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Vipère Ecarlate ::
Irina Dranis

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Mer 2 Sep - 13:48


T'as de beaux yeux tu sais ?

Kalysta . Irina

Irina connaissait depuis un moment l’affinité spontanée qu’Isköld avait pour la magie des morts, et elle savait aussi à quel point ce genre de pouvoir avait tendance à être interprété. Cela n’avait donc rien d’étonnant qu’il ne fasse mention de ses dons qu’à un entourage très proche de sorte à esquiver les aprioris qui ruineraient sa carrière. Néanmoins la prêtresse avait bel et bien été prise au dépourvu par la soudaine fin du conflit. Parvenir à détruire le groupe de cadavres qui restaient n’était pas une mince affaire, même si leur puissance en avait pris un coup après le combat et le manque d’attention de leur félin maître. Ses pensées rejoignaient donc l’exclamation de Kalysta, bien qu’elle ne l’ait pas expérimé tout haut. Son regard lui en disait long, fixé qu’il était sur le mage qui se reprenait doucement. Elle se rendait bien compte qu’il n’aurait pu faire cela dès le départ, autrement il leur aurait certainement évité tout ce mal. Néanmoins quelques détails restaient obscurs, et ce n’était pas son genre de se contenter de réponses incomplètes. Tandis que d’une main assurée Irina dégageait les cheveux châtain pour inspecter les plaies qui s’étaient maintenant presque refermées, elle vit avec soulagement que son patient du moment choisit de s’expliquer de son propre chef.

« Je ne me souviens pas de tout ce qui s’est passé... C’est confus, embrouillé. J’ai seulement vu des bribes de ce qu’il disait et faisait à travers moi, le tout emmêlé de cris et de pleurs. Ces défunts qui nous chassaient, ils n’ont pas eu droit à des obsèques ou souvent leurs tombes ont été prophanées ou pillées par les gens de Thémisto. » Il fut interrompu par la rousse qui lui épongea la mâchoire et la commissure des lèvres, ouvertes et rougies par endroits. Patiemment il attendit qu’elle ait terminé pour continuer, les yeux perdus dans la pluie qui n’avait toujours pas cessé. « Ce chat est le gardien du cimétière, il l’était de son vivant et il est resté lié à cet endroit après sa mort tragique. La légende que je vous ai racontée est vraie, je l’ai vu dans ses souvenirs. » À quelques détails près évidemment, des détails qu’il préférait oublier rapidement. Certaines choses n’étaient pas faites pour arriver aux oreilles des mortels, et lui-même en savait désormais trop. « Ce sont les suppliques des morts qui lui ont fait perdre la raison. Il est devenu prisonnier d’un rôle qu’il ne pouvait plus accomplir. Sa condition de spectre ne lui permet plus de servir d’intermédiaire entre Kron et les âmes. C’est pourquoi je les ai libérées en réduisant leurs enveloppes en cendres. Le bûcher est le rite funéraire le plus répandu au monde... »

La respiration lourde, Kallen avait enfin réussi à se traîner hors de sa flaque et c’était assis contre une tombe, en poussant des restes de chair putréfiée du pied. Le glamour à l’état pur. D’une expression qui cachait mal un certain degré d’amusement, Irina tira la conclusion de l’histoire. « Alors vous avez fait cesser le tourment du chat en le libérant de son engagement éternel. »

C’était tout ce qui comptait parce que très franchement, il lui tardait seulement de pouvoir prendre un bain et se mettre à l’abri de ce maudit temps. Ce n’était pas la récompense ni des promesses qui l’avaient convaincue de venir à une heure pareille dans un endroit aussi peu engageant. Sa venue ne tenait qu’à la demande de Kalysta, qui avec tout ça semblait encore lui cacher un certain nombre de choses. De ce qu’elle en avait vu la jeune brune était une personne sans mauvais fond, néanmoins elle n’était pas assez naïve pour croire qu’elle avait décidé d’exorciser le cimetière pour le bien de la population.
D’un autre côté si Irina était curieuse de savoir ce que tout cela cachait vraiment elle ne voulait pas s’impliquer davantage ou demander compensation. Ce n’était pas vraiment en accord avec sa conception de... l’amitié ? Et puis elle avait vu un peu assez d’êtres d’outre-tombe de près pour un bon bout de temps... Rester loin de ce serviteur de Kron et régler ce qui devait encore l’être était sa priorité du moment. Comme à son habitude elle tendit une potion revigorante à Kalysta et finit de panser le front d’Isköld.


«Je ne sais pas pour eux, mais en ce qui me concerne je ne veux rien de sa part. Ma propre folie me suffit, je ne risquerai pas d’en rajouter une autre couche avec l’influence d’un chat.»
« Je... veux juste m’occuper de l’esprit une fois que tout sera terminé. J’ai envie de dormir sur mes deux oreilles, avec la certitude que je garderai bel et bien le contrôle de mon corps. Je suis responsable de ce changement brusque, donc m’assurer qu’il retrouve vraiment la paix c’est la moindre des choses. »
« Dans ce cas il est tout à toi, Kalysta. » Un silence se fit tandis qu’ils se tournaient vers l’animal, qui les regardait toujours de ses grands yeux pâles. Apparemment il voyait toujours en eux comme dans un livre ouvert, cette fois avec un calme qui n’était pas beaucoup plus rassurant. S’il y voyait clair désormais, comment être sûrs qu’il n’allait pas essayer de les rouler ? Ils n’avaient aucun moyen d’en être certains, il faudrait leur faire confiance.

« Ce sont les yeux que vous désirez, n’est-ce pas ? Alors prenez-les. » Il baissa simplement la tête vers la stèle de marbre sur laquelle il était assis et deux petits joyaux blancs y apparurent, translucides comme des diamants. « Portez-les jusqu’à votre visage et ils vous appartiendront. »

Irina fronça les sourcils, se demandant ce que cela voulait dire au juste. Elle ne sentait aucune intention hostile de la part de la créature, et pourtant cette demande particulière avait de quoi attirer les soupçons. Que leur réservait-il encore ?

HRP:
 





« Some may call it a curse, a life like mine,... but others, a blessing.
It's certainly a lonely life but a fulfilling one at best. It's my cross to bear but I bear it gladly.
Someone has to take a stand against evil. Why should it not be me ?
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Mer 9 Sep - 20:51

HRP:
 

Kalysta ne pensa pas au fait qu’Isköld aurait pu balayer tous ces mort-vivants dès le début… Il lui semblait que le mage était bien assez puissant et sage pour pouvoir prendre les bonnes décisions au bon moment. S’il n’avait donc pas ainsi fait étalage de l’étendu de ses capacités dès le début, c’est qu’il avait certainement de bonnes raisons… Et il n’était pas impossible que ses raisons soient assez proches de siennes lorsqu’il était question de sa vocation ou de sa nature. Les nécromanciens ne devaient pas être vraiment très bien acceptés par les autres membres de la société… Ils avaient une réputation suffisamment désastreuse pour qu’ils soient souvent jugés avant de pouvoir se défendre. Or, de ce qu’elle avait pu voir, Isköld ne lui apparaissait pas vraiment du genre à lever des armées de morts ou sacrifier des enfants dès la première pleine lune venue. Et comme elle était un élément extérieur à leur groupe, il n’avait probablement pas voulu dévoiler la nature exacte de sa magie… Elle était donc très mal placée pour le jeter la première pierre…

La jeune femme fit de son mieux pour masquer le soulagement qu’elle ressentit en entendant les explications d’Isköld… Elle n’avait pas l’assurance totale qu’il ne connaissait pas sa véritable nature mais s’il n’avait eu accès qu’à quelques fragments il y avait de bonnes chances pour qu’elle s’en sorte bien. Son esprit s’était probablement focalisé sur des sujets plus pressants que sa race, comme le manque de contrôle qu’il avait sur son corps mais aussi les appels de détresse de tous ces morts qui réclamaient justice… La nérozia eut un frisson involontaire en pensant à ce qu’il venait de vivre. Une expérience qui avait de quoi rendre quelqu’un de moins volontaire complètement fou. Et n’était-ce pas en partie ce qui était arrivé au serviteur de Kron ? Condamné à entendre ces complaintes tout en restant impuissant ? Elle pouvait comprendre que toute cette frustration ce soit finalement retournée contre toute personne vivante passant à proximité… C’était un peu ce qui c’était passé avec le premier syliméa a être sorti de leur emprisonnement si on y réfléchissait bien…

Kalysta avait remercié la prêtresse lorsqu’elle lui avait donné la potion, appréciant la soudaine bouffée d’énergie qui accompagna sa consommation, mais elle n’avait pu s’empêcher de garder un regard inquiet sur le mage, qui lui semblait avoir beaucoup plus souffert qu’elle de cette mésaventure. Son nez, bien que toujours douloureux, commençait enfin à se stabiliser et même si elle avait l’impression qu’il avait triplé de volume, elle avait l’impression de reprendre apparence terranne… Elle observa encore quelques instants le petit groupe, leur laissant une dernière chance de changer d'avis, même s'ils avaient l'air tout à fait sûrs de leur décision. Et elle pouvait comprendre... Elle aussi n'était pas vraiment débordante d'enthousiasme à l'idée de devoir ainsi faire confiance au chat alors qu'un peu moins d'un quart d'heure avant il en était encore à essayer de les trucider. Mais si la jeune femme avait été prête à céder les artefacts à Irina ou Isköld suite à ce qu'ils avaient subi, elle ne pouvait pas se permettre de les abandonner juste par lâcheté. Ce serait déjà beaucoup moins facile à justifier auprès de ses supérieurs...

Ravalant la moindre once de bon sens, la jeune femme résolut donc de s'approcher des deux joyaux blancs que venaient de produire le félin éthéré, ne pouvant s'empêcher de ressentir un mauvais pressentiment. Même si le fantôme était désormais de bonne foi, elle sentait que cela n'allait pas être aussi facile. Parce que rien n'était jamais facile dans cette chienne de vie, c'était une vérité que la jeune femme avait appris à la dure. Etrangement les joyaux semblaient aussi l'attirer à eux d'une façon qu'elle ne parvenait pas à expliquer rationnellement. Maintenant qu'elle les voyait, elle savait qu'elle ne pourrait pas rebrousser chemin et qu'il fallait qu'elle les ait... Lorsqu'elle se baissa pour les ramasser, sa main n'hésita qu'une fraction de secondes mais cela fut clairement visible pour toute personne en train de l'observer. Ils n'avaient pourtant pas l'air bien effrayant une fois logés dans sa paume et une chaleur étrange en irradiait... La nérozia poussa un petit soupir de résignation avant de se tourner légèrement vers Irina...


-Au moins si ça tourne mal je serai certainement moins difficile à maîtriser qu'Isköld !

Elle accompagna sa remarque d'un clin d'oeil à l'intention du mage, essayant, sans grande efficacité, d'alléger l'atmosphère... Si elle hésitait encore longtemps, elle n'arriverait pas à aller jusqu'au bout. Aussi, forte de cette pensée, la syliméa s'exécuta, portant finalement les deux orbes à ses yeux. Et pendant une seconde rien ne sembla se passer, Kalysta ayant même le temps de penser que toutes ses craintes avaient été bien exagérées. La seconde suivante elle ressentit comme une sorte de démangeaison au niveau de ses yeux, résistant difficilement à la folle envie de se les frotter violemment... La jeune femme serra les dents et se brassa, attendant une douleur qu'elle pensait inévitable, mais rien ne se passa. Une fois la démangeaison disparut, étonnée qu'il n'y ait pas d'autres symptômes, elle rouvrit finalement les yeux...

-C'était pas si...

Avant de mes refermer promptement et de ravaler la violente vague de nausée qui venait de la frapper. Kaly porta une main à ses yeux, les frottant inutilement, avant de signaler que tout allait bien avec un geste vague de son autre main... On ne pouvait pas vraiment dire qu'absorber les yeux avait été douloureux en soit... C'était plus l'après. Lorsqu'elle avait ouvert les yeux, sa vision avait été violemment agressée par un monde aux couleurs étranges et bien trop détaillé à son goût. Sentant les prémices d'une migraine aux proportions épiques, la nérozia comprit qu'elle allait avoir besoin d'un certain temps d'adaptation avant que sa vision ne revienne à la « normale ». Ou du moins ne s'en approche. Elle s'était attendue à pouvoir bien mieux voir, notamment de nuit, puisque les chats étaient reconnus pour leur vision mais l'apparition de couleurs autour de ses compagnons avait été une surprise...

-Je sais pas si c'est « normal » mais j'ai un peu l'impression d'avoir abusé de certains champignons... Ca va demander un petit temps d'adaptation je pense... Elle se tourna dans la direction approximative dans laquelle se tenait le chat avant qu'elle ne succombe à l'appel des joyaux... Merci... Heu... J'espère que vous allez reposer en paix maintenant...

Visiblement, la jeune femme n'était pas trop sûre du protocole en cours dans ce genre de situation... Prudemment, Kaly ouvrit à nouveau les yeux, juste assez pour pouvoir discerner où elle mettait les pieds entre ses cils. Elle devait offrir un sacré spectacle avec son sang séché sur le visage, son nez glonflé et bleuissant, le tout surmonté de deux yeux particulièrement froncés... Et si un ricanement se fit entendre, personne ne parvint à déterminer avec certitude s'il était de nature bipède ou féline...





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 :: Vipère Ecarlate ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Vipère Ecarlate ::
Irina Dranis

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Lun 2 Nov - 7:44


T'as de beaux yeux tu sais ?

Kalysta . Irina

Après toutes ces péripéties sous la pluie battante, Irina ne s’était pas attendue à ce que les choses se déroulent soudainement mieux. Les dieux avaient souvent un drôle de sens de l’humour et s’il y avait une constante dans tout cela, c’est que ce dernier allait rarement en s’arrangeant. Par conséquent lorsque Kalysta ne soit pliée en deux par ce qui semblait être un profond mal-être. Ne sachant pas vraiment ce qu’étaient censés faire ces joyaux au juste, il était difficile pour la prêtresse d’identifier le problème au premier coup d’oeil. Cela dit le teint désormais fantomatique de la syliméa en disait long sur les tonneaux que devait faire son estomac. Le réflexe de s’approcher pour l’aider était viscérale, mais le geste qui visait à la rassurer la retint. Il était peu probable qu’il soit aisé d’apaiser sa vue pour le moment, surtout que la cause de la gêne venait des deux pierres.
Qui sait quelle altération subirait son corps, sous l’influence d’outre-tombe de ce maudit chat ? Se pouvait-il qu’il leur ait joué un mauvais tour et tendu un piège ? D’une œillade en biais Irina épia l’animal, qui se tenait toujours sagement sur son séant, à observer la scène dans un calme olympien. Peu perturbé par la scène, il semblait même avoir prévu que ce genre de choses puissent arriver. Comme quoi il ne devait pas en être à son coup d’essai lorsqu’il s’agissait de se moquer sous cape des malheurs des vivants. Et d’ailleurs sa répartie reprenait de sa superbe.


« Reposer en paix ? » Il était confus, et mit un certain temps à réaliser ce qu’elle voulait dire. « Oh oui, bien sûr. » La gorge féline émit un feulement qui ressemblait étrangement à un rire, mais fatigués qu’ils étaient, ils n’avaient sans doute plus le cœur à y accorder de l’attention. Pas alors qu’il n’avait pas montré signe de malveillance.
« Nous ferions mieux de nous mettre au sec et nous reposer après tout ça. Je crois que tout le monde a eu sa dose de chair en putréfaction. »

Irina se redressa et tenta vainement de décoller la capuche et les cheveux qui lui collaient au visage. Tout le monde avait une tête de déterré et elle ne faisait pas exception, avec ses blessures mineures, la boue, et des bouts de choses visqueuses dont elle préférait ne pas savoir la provenance. Bon gré mal gré, les garçons se relevèrent et suivirent les deux jeunes femmes en tête de cortège. La rouquine prit également Kalysta par le coude afin de la guider, consciente qu’il devait être difficile de se repérer au milieu de ce chaos de dépouilles et de tombes renversées. Mentalement elle se fit la promesse d’entrer en contact avec le temple de Kron afin qu’ils fassent le nécessaire pour passer le balai, et offrent une cérémonie funèbre digne de ce nom. Déjà qu’elle s’était envoyée le sale boulot, il n’était pas question qu’elle s’occupe aussi de ce genre de formalités. Surtout que son temps à Phelgra était plus que limité à cause des tensions politiques.

Le chemin jusqu’à la maison sans prétention qui abritait la grande prêtresse et les rares personnes qui l’accompagnaient se trouvait une ruelle étroite du quartier résidentiel. Les environs immédiats n’attiraient pas vraiment l’attention, et c’était précisément pour cette raison qu’ils avaient choisi cet endroit. Le bâtiment était aussi vieux que ses voisins et bien que les deux étages soient à leur disposition, on ne voyait pas grand chose depuis l’extérieur si ce n’est la pâle lumière des lampes à huile. Léogan attendait sûrement dans un coin de la salle de lecture, un verre à la main et une expression soucieuse. Il était certainement celui qui se faisait le plus de mouron depuis qu’ils avaient mis pied en territoire ennemi, quand bien même cette seule idée était grossière. Mais là encore, après bien des mois d’interrogations et d’espionnage, Irina ignorait encore ce qui pouvait motiver les Cavaliers... Si ce n’est l’habituelle rengaine d’ambition démesurée pour le pouvoir et la sale manie de vouloir gouverner par la tyrannie.

Kallen passa devant pour vérifier que personne ne les suivait et qu’aucun individu suspect ne guettait. Quand il revint vers eux avec le feu vert, Irina ouvrit la porte principale et laissa passer les autres. Les deux gardes du corps ne tardèrent pas à se concerter avec Kohâ afin que ce dernier monte la garde, puisque de leur côté ils devaient se soigner avant toute chose. Irina dodelina de la tête. Sacrée soirée. Une petite tête brune glissa timidement sa tête par l’ouverture de la porte.


« Alix, les garçons ont besoin de tes soins. » L’adolescente gesticula des mains pour poser une série de questions, ne trouvant le repos que quand Irina lui assura que Kalysta et elle n’avaient rien. « Ça va aller, je t’assure. Kalysta a juste besoin de repos pour reprendre des forces. Je m’en occupe. » Son expression était toujours peu convaincue, néanmoins elle acquiesça malgré la tentation de contester. D’un geste elle invita Kalysta à prendre place dans le salon, sommairement meublé à des fins purement utilitaires. Enfin au moins il y avait-il deux vieux canapés et une cheminée, ce qui n’était déjà pas si mal. Des flammes crépitaient doucement dans l’âtre, irradiant une chaleur qui réconfortait les membres transis par la pluie. Irina nourrit le feu un peu plus, puis se débarrassa de son manteau. Elle avait bien envie de prendre un bain et de se changer, mais ça devrait attendre encore un peu.

« Ton nez, il doit être cassé. J’ai vu que tu as guéri en partie, seulement je ne sais pas si tu as pensé à remettre le cartilage en place avant. Je l’espère pour toi, autrement tu vas avoir le visage déformé pour un moment. » L’esthétique n’était pas vraiment une priorité, quoi qu’il reste dommage de guérir tout en gardant certaines séquelles qui auraient pu être évitées. « Tes yeux, comment ils vont ? Et puis tu sens un changement, tu vois... différemment ? »

Tout ça la rendait curieuse et le manque d’explications n’arrangeait rien. En fait plus ça allait et plus elle avait envie de poser des questions que Kalysta n’avait pas envie d’entendre. Toutefois il lui restait une certitude fort ennuyeuse. La messagère n’aurait pas été jusqu’à se mettre dans pareil pétrin si elle avait pu faire autrement. Après tout risquer sa peau pour deux joyaux qu’on ne pouvait revendre seulement pour s’approprier leurs vertus ; le tout sans même savoir en quoi elles consistaient exactement, c’était quelque chose qu’on ne faisait pas juste pour s’amuser. Autrement dit il était plus que probable que quelqu’un ait commandité l’exorcisme. Mais qui irait payer une messagère pour qu’elle chasse un mort vivant et s’accapare le pouvoir qu’il détenait ? Cela n’avait aucun sens. Disparaissant dans une pièce contigüe, Irina prit emplit une bassine d’eau. Revenant avec sa trouvaille, elle posa sa sacoche dans un coin et humidifia un bout de tissu qu’elle tendit à Kalysta.

« Tiens, presse ça contre tes yeux. La fraîcheur devrait te faire du bien. Si tu as mal à la tête évite de bouger brusquement. Ta notion de l’équilibre sera certainement troublée tant que tu n’auras pas fini de t’adapter. » La prêtresse profita de l’entre-deux pour verser deux verres d’alcool fort. « Je sais que j’ai déjà dit que je ne voulais pas savoir pourquoi on a failli crever ce soir... » Cela ne l’enchantait pas de dépasser les limites qu’elle s’était imposées, mais d’un autre côté il lui paraissait légitime de vouloir en savoir plus après ce qu’elles avaient traversé ensemble. Irina ne demanderait rien en retour de cette faveur, par contre un peu d’information ne serait pas de trop. « Hum... Je crois que j’ai changé d’avis. J’aimerais savoir pourquoi ces yeux t’intéressaient tant. Je sais qui ça ne tenait qu’à toi, tu aurais fait demi tour dès que les choses ont tourné au vinaigre. Qu’est-ce qui t’a rendue aussi déterminée ? »



« Some may call it a curse, a life like mine,... but others, a blessing.
It's certainly a lonely life but a fulfilling one at best. It's my cross to bear but I bear it gladly.
Someone has to take a stand against evil. Why should it not be me ?
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Jeu 26 Nov - 22:46

Kaly avait peut-être un certain passif mais il n'était pas difficile de déduire qu'elle avait passé de meilleures soirées que celle-là. Toujours debout au milieu des tombes saccagées, persistant à se frotter les yeux comme si cela allait miraculeusement arranger les choses, la jeune femme semblait un peu perdue et lasse. Il y avait des jours où elle remettait sérieusement en question les choix qu'elle avait fait en s'incarnant. Comme son allégeance aux nérozias. Sur le papier cela s'expliquait et démontrait une certaine volonté de créer un monde meilleur mais dans la pratique, il y avait de sérieux ratés. Comme certaines décisions qu'elle ne comprenait pas forcément ou une logique qui lui restait encore étrangère. Mais elle avait fait son lit, elle pouvait difficilement refuser de s'y coucher maintenant. Elle en assumerait donc les conséquences.

Son attention se reporta, plus ou moins, vers le chat et son étrange rire même si elle se contenta de se tourner vaguement dans la direction dont provenait le bruit. Pour l'instant, elle préférait garder les yeux soigneusement fermés de crainte de se répandre... La nausée ne s'était qu'à peine calmée une fois qu'elle avait fermé les yeux mais elle sentait une douleur sourde et pulsante se loger derrière ses yeux. La syliméa espérait vraiment que la gêne ne serait que passagère, le temps que son cerveau s'adapte à sa nouvelle vision... Elle préférait ne pas penser à l'alternative, vivre au jour le jour avec une migraine constante et débilitante n'avait rien d'enviable... Le chat pouvait bien rire de sa situation, c'est mérité après tout.

Quitter le cimetière vers un endroit chaud et sec était vraiment très séduisant mais elle n'était pas sûre de pouvoir y parvenir seule. Avec le « bordel » qu'ils avaient tous mis, elle allait à coup sûr finir par tomber au fond d'une tombe béante. Probablement pour s'y rompre le cou... D'un autre coté, au point où elle en était, la nérozia était persuadée qu'elle était capable de s'endormir n'importe où du moment qu'elle parvenait à se couper un minimum de l'humidité. Même si c'était au fond d'un mausolée initialement mal fréquenté. Heureusement pour elle, Irina avait d'autres plans en tête, démontrant ainsi qu'elle disposait non seulement de bon sens mais aussi d'une certaine expérience.


-Merci...

Elle n'avait pas vraiment élevé la voix, certaine que son crâne ne supporterait pas une nouvelle source de tension, mais elle serra légèrement la main posée sur son coude pour l'assurer de sa sincérité. Malgré sa nature initialement méfiante, Kalysta faisait confiance à Irina et se laissa donc guider sans protester. Elle se contenta d'éviter les obstacles les plus visibles au travers de ses cils lorsqu'elle se donnait la peine d'entrouvrir un peu les yeux. Elle allait avoir besoin d'un peu de temps pour s'adapter à sa nouvelle vision et pour que son cerveau arrête de violemment protester. Les sources de ses supérieurs avaient vraiment intérêt à être bonnes...

Même si la boue devait déjà grandement remplir cet office, la jeune femme rabattit tout de même sa capuche. La fausse sensation d'isolation qu'elle lui apporta eut au moins le mérite de partiellement la soulager, limitant les stimuli à une zone bien précise. En gardant la tête fermement baissée, elle pouvait presque ouvrir les yeux sans avoir l'impression que quelqu'un lui poignardait la tête... Atteindre la maison actuellement occupée par la prêtresse fut un réel soulagement. Il y faisait suffisamment chaud et sec pour son bonheur et elle n'avait plus à craindre qu'ils ne se fassent attaquer alors qu'elle n'était pas en mesure de vraiment se défendre. Enfin... Normalement. Encore une fois, elle faisait confiance à Irina. Mais ce n'était pas forcément le cas pour le reste de son entourage...

Si elle perçut le mouvement, elle ne fut pas en mesure de reconnaître Alix sans qu'on lui dise. A son grand damne d'ailleurs car elle appréciait énormément la jeune fille et sans pouvoir la voir correctement, il allait lui être quasiment impossible de communiquer avec elle. Cela ne l'empêcha pas de lui offrir un sourire rassurant, sentant que la jeune fille s'inquiétait pour elle. Difficile de savoir si c'était vraiment efficace étant donné l'état dans lequel elle se trouvait mais la volonté était là tout de même...


-Promis, hormis une migraine, tout va bien. Je viendrai te voir tout à l'heure, d'accord ?

Elle ne savait pas trop si on la laisserait faire mais elle était bien décidée à tenir sa promesse dès qu'elle en aurait le temps. En attendant, elle suivit docilement Irina dans la pièce qu'elle venait d'indiquer, laissant ses deux gardes du corps aux bons soins d'Alix. Kalysta se délesta de sa cape gorgée de pluie et de boue, la laissant tomber au sol près du feu... Elle n'allait pas envahir les fournitures de la prêtresse et c'était un problème dont elle s'occuperait plus tard... Les canapés et le feu crépitant donnaient des impressions de palace à la pièce et la jeune femme se laissa tomber dans un des sofa, le plus proche de la cheminée, avec un long soupir de contentement. Elle avait encore mal à tête, se sentait plus que lessivée dans tous les sens du terme mais avait un toit sur la tête, un endroit sécurisé où elle ne risquait pas de finir entre quatre planches et un bon feu de bois. Cela avait un goût de paradis...

-Ca devrait aller. Je dis pas qu'il risque pas d'avoir un petit air tordu mais il doit être en place normalement...

La tête envoyée en arrière, reposant sur le dossier du sofa, la jeune femme prit quelques instants pour formuler sa réponse... La question se posait surtout sur sa vision. Bien qu'elle ait évité de trop regarder ce qui se trouvait autour d'elle, elle avait remarqué qu'il y avait quelques subtils changements, probablement la source même de son inconfort.

-J'ai la migraine du siècle mais je pense que ça finira par passer... Et, oui, j'ai l'impression que ma vision a changé... J'ai presque la sensation de sentir ma pupille se dilater selon la luminosité, c'est pas franchement agréable mais gérable...

Il y avait bien autre chose mais elle ne se sentait pas encore assez sûre d'elle pour l'aborder. Tant qu'elle n'aurait pas compris ce qu'il se passait exactement, et qu'il ne s'agissait pas juste d'un effet temporaire de l’absorption des yeux, elle n'allait pas en parler. Il lui semblait bien distinguer des halos de couleurs autour de certaines personnes mais il lui était difficile d'affirmer avec certitude que c'était à cause de l'artefact... La syliméa accepta le linge humide avec gratitude, le déposa sur ses paupières fermées. Un autre signe qu'elle avait pleinement confiance en Irina...

Pourtant la tension revint dans ses épaules en entendant les questions de la prêtresse. Questions tout à fait logiques et justifiées. Si leurs positions avaient été inversées, elle aussi aurait cherché à en savoir plus... Un soupir un peu las s'échappa d'entre ses lèvres, mais elle ne bougea pas plus, appuyant même un peu plus le linge sur ses yeux. Jusqu'à quel point était-elle vraiment libre de ses paroles et de ses actes ? La loyauté qu'elle éprouvait envers Irina contrebalançait-elle suffisamment son allégeance à la Rose et son besoin de secret ?

Elle laissa le silence s'installer entre elles, prenant visiblement son temps pour choisir ses mots. Et surtout ce qu'elle allait lui dire. Même si elle paraissait un peu tendue, elle ne chercha pas pour autant à bouger, ni à s'armer d'une quelconque manière. Elle n'était pas vraiment libre de dire ce qu'elle voulait vraiment mais Irina était intelligente, éclairée et possédait probablement tout un réseau d'informateurs... Elle pouvait très bien tirer les bonnes conclusions avec seulement quelques éléments.


-Je ne pensais pas que ça tournerait comme ça. Sinon je ne t'aurai pas impliquée, tu t'en doutes. Mais je ne suis pas en haut de l'échelle, comme toi... Quand on me donne un boulot à faire, on s'attend à ce que je le fasse, tout simplement parce que je ne peux pas me permettre d'assumer les conséquences d'un refus. Je ne suis pas sensée questionner la logique derrière mes employeurs, à moi d'agir comme un bon petit soldat... La jeune femme appuya un peu plus sur le mot soldat que sur les autres... Tout n'est pas rose...

A nouveau elle appuya sur le dernier mot avant d'enfin repousser le linge de ses yeux. Elle n'ouvrit qu'une seule paupière pour fixer d'un œil, légèrement injecté de sang, Irina afin de jauger sa réaction. C'était une femme intelligente et elle n'avait pas vraiment joué de subtilité, elle allait certainement comprendre ce qu'elle était en train d'impliquer. Mais cela ne lui disait rien sur la réaction qu'elle pouvait avoir en comprenant à quel caste appartenait la syliméa. Malgré son mal de tête lancinent, elle continua à fixer Irina de son œil, réalisant au passage qu'il y avait effectivement quelque chose de plus avec sa vision...







Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 :: Vipère Ecarlate ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Vipère Ecarlate ::
Irina Dranis

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Mer 9 Déc - 19:35


T'as de beaux yeux tu sais ?

Kalysta . Irina


Une fois que Kalysta répondit sommairement à ses conseils médicaux, Irina s’assit à même le sol, soit sur un grand tapis rapiécé par endroits, en face de la cheminée. La chaleur se diffusait agréablement sur sa peau gelée, lui procurant un confort fugace qui paradoxalement l’emplissait d’une certaine lassitude. Sacrée soirée que celle où l’on sort pour filer un coup de main et où l’on rentre couverte d’ecchymoses et restes de chair... C’était digne d’un roman, quoiqu’elle se soit volontiers passée de ce genre d’extravagance. Adossée au fauteuil une place qui était à gauche de la syliméa, Irina replia ses jambes contre son torse et les entoura de ses bras. Ses cheveux dégoulinaient toujours d’eau, mais elle ne se sentait pas encore la force de se lever pour chercher quoi que ce soit. Quelques minutes, il lui fallait juste quelques minutes. Et du courage. Et de l’énergie. Elle soupira, consciente du léger changement dans l’atmosphère jusque-là bon enfant.

Cela faisait longtemps que des nuages discrets couvaient sur leur amitié naissante, longtemps que quelque chose de gris se rapprochait à vue d’œil au-dessus de leurs têtes, sans pour autant se montrer. Ne pas attaquer le problème de front avait été un choix volontaire, sans doute motivé par le manque de temps et l’espérance que les choses s’arrangent d’elles-mêmes. Parfois dans un sursaut de naïveté -ou plutôt dans la nécessité de fuir le chaos de sa vie personnelle- Irina avait espéré que ses soupçons soient seulement le fruit de son imagination, l’œuvre d’un esprit dont la méfiance frisait la paranoïa. Néanmoins à en juger par l’expression mi-confuse mi-coupable visible sous la compresse mouillée, il était assez facile de déduire que non seulement Kalysta s’attendait à ces questions, mais qu’en plus elle les redoutait sûrement. D’un autre côté c’était difficile de savoir quel genre de poids pesait sur sa conscience exactement, et les interprétations étaient trop risquées.

Cela dit ce n’était pas plus rassurant. La rouquine avait beau être nulle en relations humaines, il ne lui en fallut pas plus qu’un mauvais pressentiment fasse monter sa nervosité. Sans doute avait-elle eut plus qu’assez niveau déceptions en tout genre, particulièrement depuis que son nouveau poste attirait toutes sortes d’opportunistes assoiffés de pouvoir. Quoi qu’il en soit ses appréhensions envers Kalysta étaient toutes autres, quoi qu’elle soit incapable de complètement écarter l’idée que la jeune femme soit aussi capable de lui planter un couteau dans le dos si les circonstances s’y prêtaient. Mais là encore, ce n’était pas personnel. Irina avait toujours été réticente à accorder sa confiance, ce n’était pas nouveau. Le fait qu’elle considère Kalysta comme une intime en disait suffisamment long sur sa position là-dessus. Pour le reste... eh bien elle n’avait aucune idée de ce à quoi s’attendre.
Le regard perdu dans les reflets dansants des flammes, Irina défit la natte qui retenait ses cheveux pour les laisser sécher. Elle n’osait pas trop regarder en direction de son interlocutrice, et puis ça ne ferait pas la moindre différence puisque cette dernière était momentanément privée de ses yeux. Écoutant attentivement, la prêtresse se retint de répliquer tout de suite bien que sa répartie lui brûle les lèvres. C’était un peu facile d’utiliser la hiérarchie comme excuse, d’autant plus qu’elle n’avait jamais reproché à Kalysta d’avoir demandé son aide. Au contraire elle l’avait offerte sans poser de questions tout en sachant bien qu’il y avait une anguille – hum non, baleine- sous roche.

Irina se mordit les lèvres ; taisant l’amertume. Elle avait bien compris le message à peine déguisé et si elle avait été surprise, c’était davantage par le choix d’organisation que par ce que cela signifiait. Peut-être parce que son respect envers les Nérozias frisait le zéro pour de nombreuses raisons. Peut-être parce qu’à ses yeux ils ne valaient pas mieux que toutes les autres pègres qui sévissaient dans le monde, à Phelgra comme ailleurs. Ses sourcils se froncèrent tandis qu’elle se faisait plus pensive encore. Kalysta était une femme débrouillarde et pleine de ressources, ce n’était pas étonnant qu’elle se fasse recruter. Mais qu’est-ce qui avait bien pu la motiver à accepter, à rejoindre les rangs de gens qui déguisaient leur ambition sous une épaisse couche d’idéalisme rarement sincère ? C’était... décidément une mode qu’elle ne comprenait pas. Elle eut une pensée pour Kohâ, qui ne devait pas être bien loin, et sourit avec sarcasme.


« Tout n’est pas rose, je te le concède. Ce n’est qu’une nuance parmi tant d’autres... il est facile de s’y perdre et il ne faut pas oublier qu’il y a des choses cachées au-delà des jolies images qu’on nous montre. On reste toujours capable de penser par soi-même, d’émettre un avis, une credo, une contestation. » Elle parlait par expérience, après tout si elle était en haut de la pyramide aujourd’hui, c’était parce qu’elle avait sué sang et eau pour gravir les échelons, un par un. Même si elle n’avait au final jamais aspiré à gravir le dernier rang, qui lui apportait infiniment plus de responsabilités que d’avantages. « Je respecte l’esprit collectif et la cohésion, mais je ne peux me résoudre à complètement abandonner mon individualité, mon indépendance et ma liberté. » On pouvait porter bien des couleurs, sans jamais en saisir l’engagement. Seulement à l’inverse la plupart des gens préférait se cacher derrière un groupe plutôt qu’assumer la conséquence de ses actes et de ses choix.

« Crois-moi toutes ces couleurs cachent leurs propres vices, certaines un peu mieux que d’autres. J’ai jadis été un gentil petit soldat, un bras-droit estimé et capable. » Son sourire se fit plus amer. « Une apprentie brillante. Une acolyte obéissante. Une femme de main zélée. Une exécutrice implacable. » Son sourire se fit grimace. « Et puis je suis devenue... une voix indésirable. Une opinion à contre-courant. Un grain de sable dans la machine. Un désagrément. Un pion sacrifiable, une sculpture difforme qui a fini par se révolter contre sa créatrice. Alors quelle que soit la couleur que tu portes, n’oublies pas que tôt ou tard tu risques de te retrouver coincée par ton devoir. Tu penses que ce sont ceux qui forcent ton aide qui la méritent ? » Ce n’était ni une menace ni un ultimatum, plutôt une question simple qui était loin d’être anodine. Là encore il lui paraissait plutôt raisonnable de vouloir comprendre avant de prendre des conclusions quant à ce genre de révélations. D’un autre côté Irina n’aimait pas franchement s’entourer de Nérozias qui ne savaient pas trop où se situait leur loyauté. À tous les coups c’était encore un bon moyen de finir avec un couteau planté dans le dos...



« Some may call it a curse, a life like mine,... but others, a blessing.
It's certainly a lonely life but a fulfilling one at best. It's my cross to bear but I bear it gladly.
Someone has to take a stand against evil. Why should it not be me ?
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Mer 20 Jan - 18:40

Il y avait quelque chose d'un peu surréaliste dans la scène... Avoir Irina, Grande Prêtresse, ainsi assise au sol, laissant la chaleur du feu chasser le froid de ses os.... Ce n'était pas un spectacle donné à tout le monde, il y avait une forme d'intimité, voir de confiance de la part de la prêtresse pour se laisser voir de cette manière, même si Kalysta n'était pas vraiment en mesure de voir grand-chose. Du moins était-ce ainsi que la syliméa percevait la chose. Et la jeune femme s'en trouvait étrangement redevable, consciente qu'il s'agissait là d'un spectacle particulièrement rare. Et qu'il ne faudrait probablement pas grand-chose pour ruiner ce délicat équilibre...

Cela rendait la situation d'autant plus difficile aux yeux de Kalysta. La jeune femme était encore une enfant sur beaucoup de points, notamment tout ce qui concernait la politique. C'était là un sujet qu'elle n'aimait vraiment pas... Elle était certes pleine d'idéaux, mais les circonvolutions et petits jeux associés avaient plutôt tendance à lui hérisser le poil. C'était aussi pour cela qu'elle préférait rester dans l'ombre, agissant à son niveau de façon directe et immédiate. Malheureusement, depuis quelque temps, les choses devenaient plus compliquées, venant ternir des éléments de sa vie qu'elle avait appris à aimer. Comme l'amitié qu'elle portait à la prêtresse.

Il ne fallait pas se méprendre, ce n'était pas parce que la rousse prêtresse grimpait les échelons de son ordre de façon stellaire et prenait de terriblement lourdes responsabilités qu'elle allait arrêter de l'apprécier. Elle lui semblait juste de plus en plus inabordable. Et isolée. Des questions qui ne devraient pas avoir lieu d'être se plaçaient entre elles. Cela provoquait plus de questions, plus de secrets, plus de risques alors qu'elle en avait déjà bien assez naturellement... Et elle savait qu'elle avait beau admirer et suivre les idéaux des nérozias, elle ferait toujours passer les siens en premier. Qu'ils fassent partie de sa race ou de la famille qu'elle se créait de toutes pièces.


-J'ai l'impression qu'on finit tous plus ou moins déçu par ses propres rêves. Y'en a qui dirait même que c'est grandir...

La jeune femme eut un léger ricanement de dérision. Avec tout ce qu'elle avait eu l'occasion de vivre dernièrement, elle avait certainement gagné en maturité. De l'enfant on était passé à l'adolescent... On pourrait peut-être tirer quelque chose d'elle finalement ? Seulement si elle parvenait à survivre à sa maturation. Et elle se permettait d'émettre certains doutes.

-Nous avons tous nos opinions, notre voix, nos rêves... Mais il faut parfois du temps pour qu'ils arrivent à maturité.

Gardant le linge humide sur ses yeux douloureux, Kalysta haussa les épaules, légèrement blasée. Il y avait un léger ton amer dans son discours, plus que d'habitude. Quelque part la jeune femme était déçue par quelque chose bien qu'il soit difficile de dire par quoi...

-L'intérêt d'être un brave petit soldat est l’anonymat aussi. On attend pas à ce que le petit soldat prenne position, on l'oublie. Il n'est virtuellement personne. C'est un statut infiniment plus facile à vivre... Même si je conçois que ce soit un peu lâche en un sens.

Kalysta finit par se redresser et à abandonner son linge humide. Parler était parfois plus simple dans le noir total ou avec les yeux fermés car on pouvait alors ne pas voir la réaction de son auditoire. Mais pour cette fois-ci, même si ce n'était pas spécialement facile pour elle, elle voulait pouvoir voir et observer la prêtresse... Autant qu'elle le pouvait avec la sensation que des aiguilles s'enfonçaient dans ses yeux. Comme elle était en grande partie responsable de son état, elle était prête à en assumer les conséquences...

-Tu sais, j'admire le fait que tu oses être une telle figure publique... Je sais que ce n'est pas quelque chose pour moi. L’anonymat du soldat me convenait bien mieux, elle m'était même nécessaire, pour ne pas dire vitale. Sur le principe, il y avait beaucoup de choses dans lesquelles je me reconnaissais, où je pouvais agir directement...

Combien de marchands d'esclaves avait-elle aidé à arrêter. Peut-être pas d'une façon bien orthodoxe mais tout de même... Pour certaines actions les nérozias étaient peut-être violents ou brouillons mais ils avaient un sens de la justice, sociale ou non, plus développée que d'autres. Probablement parce qu'ils ne suivaient pas toutes les règles à la lettre. Malheureusement ce qui était parfois leur point fort était aussi leur plus grande faiblesse. Rien n'était vraiment incorruptible et il était tellement facile d'abuser de son pouvoir.

Avec ce qui c'était passé dernièrement, la syliméa avait eu droit à l'envers du décor. Un simple aperçu de comment les choses étaient vraiment jouées à plus grande échelle, comment certaines décisions étaient prises. Heureusement, toutes les actions qu'elle avait accompli n'étaient pas à jeter au vent. Même si ce n'était finalement qu'à petit niveau, elle avait bel et bien aidé, changé des vies, sauvé certaines. Mais maintenant qu'elle avait une vue d'ensemble, elle avait un goût amer en bouche. C'était probablement ce qu'on appelait grandir. Kalysta ouvrait les yeux sur les réalités de ce monde et elle commençait à se demander si elle avait vraiment bien fait de s'incarner.


-Il y a des allégeances que l'on ne peut pas abandonner ostensiblement sans mal finir... Je prends certaines initiatives. Même si le prix à payer est de parfois suivre certains ordres. Pour l'instant je maintiens l'équilibre. Mais je sais jusqu'où je suis prête à aller. Je ne suis pas vraiment altruiste Irina. Je ne suis encore qu'une créature égoïste... De celles qui s'occupent plus de leur propre monde et ceux qui les entourent que des dessins plus « hauts »...

La syliméa se demanda si la prêtresse comprendrait ce qu'elle cherchait à dire... Elle ferait toujours passer ce qui lui tenait le plus à cœur en premier. Et ce qui lui tenait à cœur c'était sa famille... Celle qu'elle s'était créé au travers de ceux qu'elle considérait comme ses amis et les quelques membres de sa race qu'elle était parvenue à retrouver. Et même là... La jeune femme avait réalisé qu'elle devait se montrer prudente avec son jugement... Au fond, le fait d'être une simple messagère terrane lui manquait. Son rôle de nérozia, sa nature de syliméa... Cela faisait trop de secrets à porter. Trop de responsabilités et d'erreurs qui attendaient d'être commises. Erreurs qui lui coûteraient probablement la vie.

Irina avait peur d'avoir un couteau planté dans le dos... A raison... Elle avait eu le courage de grimper les échelons pour faire entendre sa voix et de se mêler à la politique, une discipline que Kalysta abhorrait entre tout. Elle était devenue une figure à abattre... Et c'était bien le genre de cible qui pouvait se retrouver dans le viseur d'un nérozia... Il ne se passait pas un jour sans que la jeune femme ne craigne l'annonce de la décision de Dolan... Qui allait-il officiellement soutenir dans cette foutue guerre ? Mais ce qu'elle savait, c'est quelle serait sa réaction si c'était le nom d'Irina qui venait à être écrit sur l'un de leurs contrats...


-Je me battrai toujours contre ce qui me révolte et pour ceux que j'ai choisi... J'essaye de faire de mon mieux...

La jeune femme se frotta les yeux, consciente qu'aujourd'hui elle n'avait payé qu'un faible prix pour s'améliorer un peu... Parce qu'elle avait conscience que ses récentes décisions finiraient probablement dans un bain de sang. Le sien à fortiori...





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 :: Vipère Ecarlate ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Vipère Ecarlate ::
Irina Dranis

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Mar 9 Fév - 17:38


T'as de beaux yeux tu sais ?

Kalysta . Irina

Dans cette petite pièce mal éclairée, dégoulinante de pluie et de fatigue, Irina s’était dénudée de sa position et de son sacerdoce. C’était en tant que femme ordinaire qu’elle était venue et qu’elle discutait de choses qu’elle n’avait jusque là pas forcément imaginées. D’un autre côté elle n’avait jamais eu ce genre de discussions à cœur ouvert avec qui que ce soit, hormis Léogan... quoi que leurs discussions tiennent plus des duels à mort que de réelles conversations pacifistes. Aussi Irina était la première surprise de sa patience et du calme avec lequel elle gérait la situation. La fatigue la ramollissait sans doute. La rouquine sourit avec ironie aux réflexions de sa compagne d’infortune, s’interrogeant sur la nature de ses propres rêves.

Ses yeux pâles voguèrent dans les flammes, dont le reflet brûla sur ses rétines. Qu’était-ce de tisser des rêves, en avait-elle même jamais eus ? Depuis toujours la survie avait été sa seule priorité, de telle sorte qu’il n’y avait plus de place ou de temps pour ce genre de luxe, cet extra tellement vital et pourtant meurtrier pour ceux qui s’y accrochaient trop fort. Peut-être fallait-il simplement accepter l’idée que c’était une des ces choses qui, comme la peur, étaient hors de sa portée. Cela n’avait pas que du mauvais en soi, au moins était-elle moins encline à hésiter, quoique parfois sa curiosité se mue en frustration. Sourcils froncés elle se frictionna les bras dans l’espoir de retrouver un peu de chaleur. Il était difficile de faire la part des choses entre son habituelle indifférence et la réelle amertume qui pouvait remonter à la surface. Non que ça fasse une différence, remarque.


« On peut se cacher aux yeux des autres. On ne peut pas échapper à soi-même. » C’était une leçon qu’elle avait apprise à la dure, à force d’accuser Elerinna des atrocités qu’elle avait commises en son nom. Oh bien sûr qu’Irina n’avait fait que suivre les ordres à la lettre, quitte à parfois faire dans l’excès de zèle, cependant il lui appartenait d’assumer ce qu’elle avait fait par choix. Elerinna était une garce qui ne reculait devant rien pour obtenir le pouvoir c’était un fait ; mais ça n’excusait pas les crimes commis au nom de ce qu’elle avait pensé juste. Avec ou sans recul elle était assez lucide pour reconnaître ses erreurs. Seulement il était trop tard pour faire machine arrière.
Tout au plus était-il possible de réparer une partie de ces fautes via les outils que lui procurait désormais son poste. Au moins la rédemption -ô combien lointaine- était de l’ordre du possible, en dépit du tribut colossal qu’elle devrait payer. Restait à savoir si elle aurait la force de le céder, ou si elle serait rattrapée par sa nature profondément égoïste. La prêtresse ferma les yeux un instant, le visage tranquille malgré son chaos intérieur. De plus les mots de Kalysta suscitaient chez elle une hilarité certaine. Elle se jugeait égoïste simplement parce qu’elle ne se cachait pas derrière des discours d’illuminée pour justifier ses choix. Non, ce n’était pas ce qu’Irina attendait d’elle. Ce serait bien hypocrite de lui demander quelque chose dont elle n’était pas capable, malgré l’expérience.


« Ce n’est pas que j’ose plus qu’une autre, j’ai subi cette ‘figure publique’ que je suis devenue. Je me suis longuement débattue pour rien. Finalement comme je ne peux plus m’en défaire j’ai décidé d’en tirer le meilleur parti possible. » Ce qui incluait certains avantages comme celui d’envoyer paître à peu près tout ceux qui avaient tendance à trop la gonfler, ou parfois ignorer les mises en gardes de sécurité et autres protocoles. Au moins ne pouvait-on pas l’accuser d’être aussi corrompue que Bellicio, et la plupart des organisations municipales ou criminelles. Dans sa conscience sévère Irina se considérait comme un moindre mal dans un diagnostic particulièrement complexe... Car le jour où ce ne serait plus le cas, elle abdiquerait sans sourciller. « Mes motivations sont toujours aussi idéalistes qu’au premier jour et en même temps je n’ai pas la prétention d’être altruiste ou faire ce qui est juste. Je ne suis pas née pour être martyr peu importent les étiquettes qu’on veut bien me coller, alors ce serait malvenu de ma part de te jeter la pierre. » Il lui était impossible de juger de la situation de la syliméa sans en savoir plus, aussi il était plus facile de faire le parallèle avec sa propre direction.

« On peut aussi être en désaccord avec les siens sans pour autant leur tourner le dos. Si en théorie je suis seule décisionnaire maintenant, la vérité c’est qu’il y a toujours un conseil dans mon dos, et il ne me facilite pas souvent la tâche. C’est pourquoi bien que j’ai dédié toute ma vie à l’Ordre, qu’il soit ma famille et le squelette de ma vie impersonnelle, je m’en irai le jour où il ne correspond plus à ce à quoi je crois. » Elle renversa la tête en arrière, adossée au canapé derrière elle. Il leur manquait l’alcool mais on dirait bien qu’elles étaient reparties pour une session de confidences. « J’ai bien failli tout plaquer pour vivre ma vie avec Léogan et Aemyn. » Il serait d’ailleurs faux de croire qu’elle ne continuait pas d’être tiraillée. Ce sentiment de liberté ingénue continuait de lui tendre constamment les bras, dans une tentation invitante et douce qui la rongeait au jour le jour. « Il n’est pas exclu que je finisse par céder. À mon avis c’est plutôt une question de temps. » Des mois, des années, seul l’avenir le dirait... Mais il était certain que sa vie n’avait de sens qu’avec eux.

L’espace d’un instant Irina cessa de respirer, à imaginer un sourire en coin sur les lèvres joueuses de Léogan, à la seule l’idée qu’elle accepte enfin de partir. Il n’attendait que ça, étranger à la légion de gens qui se sentiraient trahis par son départ. Une légion de personnes qui ne voyaient en elle qu’une référence et un bouclier, oubliant la femme derrière la Grande Prêtresse. Pas plus qu’une poignée ne la connaissait à titre personnel, et encore moins manifestaient l’envie de la connaître. Ce pourquoi ceux comme Kalysta étaient une exception précieuse et des lames à doubles tranchant. Mais elle n’était pas la seule en position délicate, oh non. « Le gars à l’entrée est dans le même cas que toi. À la différence près qu’il ne se souvient de rien, ou presque. Mais le tatouage ne ment pas. » Kohâ était un Yorka à la beau sombre et aux manières étonnamment irréprochables pour quelqu’un qui aimait porter des costumes tribaux, souvent faits d’os, de plumes et de peaux. Un drôle d’énergumène qu’Irina avait préféré garder sous surveillance plutôt que de le laisser dans la nature et risquer une deuxième tentative d’assassinat. Heureusement au moins il avait la décence de ‘payer sa dette’ comme il disait, et ainsi protéger celle sur qui il avait jadis eu un contrat. Dans le genre conflit avec ses propres frères d’armes, c’était pas mal aussi...



« Some may call it a curse, a life like mine,... but others, a blessing.
It's certainly a lonely life but a fulfilling one at best. It's my cross to bear but I bear it gladly.
Someone has to take a stand against evil. Why should it not be me ?
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Ven 6 Mai - 9:35

La faible luminosité de la pièce faisait des merveilles sur ses yeux. La douleur était toujours présente, pulsant de façon désagréable dans son crâne, mais c'était quelque chose de plus sourd et régulier. Elle avait moins l'impression qu'on lui avait planté des stylets dans les yeux pour les tourner de façon vicieuse. Avec un peu de chance, cela finirait par s'apaiser d'ici peu. Probablement après une bonne nuit de sommeil... Elle l'espérait vraiment car elle n'avait aucune envie de vivre avec une migraine permanente, même si certains le verrait comme un juste paiement pour ce qui s'était passé... A nouveau, elle résista à la tentation de se les frotter violemment, ayant parfaitement conscience que cela ne la soulagerait que psychologiquement...

Faisant attention de ne pas ruiner l'assise qu'elle occupait, la syliméa remonta les jambes vers elle, coinçant ses talons sur le bord de la structure en bois. Elle put ainsi poser sa tête, tournée vers Irina, sur le coussin improvisé par ses genoux. Ce n'était pas vraiment confortable, plus réconfortant, une position défensive très enfantine... Ainsi repositionnée, elle écouta attentivement la rousse prêtresse. Physiquement elles n'étaient pas si différentes que cela, mais la jeune femme ressentait bien le gouffre qui les séparait, entre âge et maturité...

Elle fut surprise par l'admission de la prêtresse... Léogan n'était pas un nom qui lui était inconnu, il fallait bien qu'elle se tienne à jour sur certaines personnes dans le cadre de son travail officieux, mais elle ne savait pas tout. La relation qui semblait le lier à Irina, par exemple, ne lui avait pas semblé aussi forte. Leurs positions respectives et les récents événements ne devaient vraiment pas les aider...


-Te laisseront-ils vraiment partir librement lorsque tu en auras assez... ?

Kalysta voulait aussi lui demander pourquoi elle n'avait pas encore succombé à la tentation mais elle pressentait que cela pouvait rapidement devenir un sujet épineux. C'était le genre de décision très difficile à prendre et revenir systématiquement sur les raisons, les causes et les conséquences de ses choix avait souvent tendance à transformer la meilleure des résolutions en une source de remord et d'aigreur... Alors elle avait préféré vocaliser son autre source d'inquiétudes... Elle ne voyait pas la caste d'Irina en arriver à des actions drastiques, mais les gens avaient parfois tendance à réagir étrangement.

Un départ prématuré, hors un décès naturel ou non, d'Irina pouvait très bien être perçu comme une trahison par certaines personnes. Et, en un sens, elle pouvait le comprendre. En prenant la position qu'elle tenait actuellement, en devenant une telle figure publique, la jeune femme avait en quelque sorte perdu une part de sa liberté. Sa vie ne lui appartenait plus vraiment. C'était une aberration en soit mais la masse du peuple avait souvent tendance à voir les choses ainsi, bien que cela soit malsain et dangereux à force... De là, rien ne permettait de prédire la réaction de la « foule » et cela inquiétait un peu la syliméa...

Et puis, elle ne savait pas vraiment comment cela se passait dans son ordre... Il y avait peut-être des choses qui ne devaient pas se savoir... ? Les prêtresses n'avaient certainement rien à voir en termes de paranoïa et de secrets que les nérozias mais, dans le doute... De son côté, la jeune femme ne se faisait pas vraiment d'illusions. Le jour où elle quitterait son ordre serait probablement celui de son enterrement, si elle ne venait pas à disparaître mystérieusement corps et biens. Cela n'avait rien de vraiment surprenant en soit, il suffisait de voir comment fonctionnait sa caste... Et en un sens, elle était probablement mieux lotie que beaucoup de ses frères d'armes. Kalysta mourrait probablement le jour de son départ des rangs de la Rose mais cela ne voulait pas dire qu'il en serait de même pour elle. La syliméa avait l'unique chance de pouvoir construire une nouvelle vie de toutes pièces de la plus simple des manières... Même si elle savait que cela serait terriblement difficile émotionnellement parlant...

En effet si elle devait mettre son plan de secours en action, elle devrait laisser toutes les personnes qu'elle connaissait derrière elle. Il n'y aurait potentiellement que Vikas qui resterait dans la confidence... Et encore, probablement pas au début. Honnêtement, elle ne savait pas si elle était prête à abandonner les premiers amis qu'elle était parvenue à se faire, la famille qu'elle s'était créée de toutes pièces. Sur bien des points Kalysta était encore une enfant, dangereusement instable parfois, et elle n'était pas sûre de survivre à une telle séparation.


-Préviens-moi si t'as besoin d'un coup de main pour prendre le maquis...

Elle esquissa un sourire avant de lui adresser un clin d'oeil malgré la gêne et le pic de douleur que cela fit naître. Si Irina avait besoin d'un coup de pouce pour disparaître et être enfin tranquille, la nérozia n'hésiterait pas à l'aider. C'était la moindre des choses, surtout que la prêtresse n'avait pas les mêmes « facilités » pour changer d'identité, sans compter qu'elle était une figure publique et largement connue.

La remarque d'Irina lui fit hausser un sourcil. Elle se souvenait du jeune homme, à l'air franchement farouche pour ne pas dire sauvage, qu'elles avaient croisé en arrivant, mais son visage n'avait rien éveillé chez elle. L'organisation de la Rose n'était pas aussi grande et tentaculaire que certaines mais elle ne connaissait pas non plus chacun de ses membres. De toute façon elle n'était pas suffisamment présente à leur QG pour être vraiment au courant de toutes les arrivées, ou les départs. Il y avait aussi de grandes chances pour qu'il appartienne à une autre branche que la sienne, limitant encore plus les chances de se croiser...


-Normalement, ça ne ment pas non...

Cela dit, elle savait qu'il valait mieux se méfier des apparences. Elle aurait à creuser un peu plus sur lui avant de prendre une décision définitive... En attendant, elle se demandait comment il était parvenu à se faire démasquer ainsi et à rester aux services d'Irina...

-Comment s'est-il retrouvé à ton service exactement ? Si tu veux en parler, bien sûr...

Jusqu'à présent il ne lui semblait pas que les nérozias avaient pris une position par rapports aux tensions actuelles. Kalysta ne put s'empêcher de se crisper un peu. La prêtresse avait tout à fait le droit de choisir de divulguer, ou non, l'histoire de Kohâ mais la syliméa ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter. Elle avait son lot de défauts, failles et erreurs, mais la jeune femme était protectrice de ses amis. Et elle ne pouvait s'empêcher d'être anxieuse à l'idée que quelqu'un de son organisation, notoirement célèbre pour sa façon de régler certains « problèmes », se soit approché d'elle... Ce qui était probablement ironique puisque Kohâ pouvait très bien éprouver la même chose...





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 :: Vipère Ecarlate ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Vipère Ecarlate ::
Irina Dranis

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Lun 6 Juin - 17:00


T'as de beaux yeux tu sais ?

Kalysta . Irina

« Probablement pas. » C’était évidemment une possibilité qu’elle avait déjà mentalement pesée à d’innombrables reprises, dans l’espoir de trouver une faille. C’était bien le problème avec l’opinion populaire ainsi que l’Ordre dans sa globalité. L’un comme l’autre étaient des survivants aguerris, des foyers solidement implémentés qui trouveraient les moyens de rester debout si jamais un autre séisme venaient à secouer leurs fondations. Du moins l’espérait-elle, du fond de son être profondément défaitiste. Cependant il ne fallait pas se leurrer en surestimant leurs chances, les bases sur lesquelles reposait la stabilité cimmérienne avaient été chamboulées par le départ de la Grande Prêtresse et les prémices d’une guerre stupide. Il leur faudrait du temps avant de retrouver leurs marques. Du temps, de la patience, de la finesse politique, en bref des traits qu’Irina n’était pas certaine de posséder.

« Je veux dire évidemment le conseil ne peut pas m’empêcher de partir, pas au sens propre. » Elle grimaça.
« Néanmoins il peut trouver mille stratagèmes pour rendre ma vie misérable ou simplement m'en dissuader de façon détournée... et je pense qu’il ne vaut mieux pas que je me mette à imaginer cette éventualité. » Les prêtresses avaient toujours été des femmes aussi bonnes qu’impitoyables. Elles donnaient sans compter à qui les estimait, toutefois elles n’hésitaient pas à reprendre à qui les traiterait injustement... ou à qui serait vu comme un dissident inopportun. Si une chose était sûre après la traîtrise d’Elerinna, c’était que le pays entier ne saurait pardonner un autre départ impromptu, aussi légitime soit-il. Cela serait forcément vécu comme un abandon et un parjure. Pieux comme ils étaient il était même probable que les cimmériens associent cette position à la félonie répétée, ce qui compromettrait l’Ordre de façon irrémédiable. Il était déjà suffisamment difficile de ramasser les morceaux épars de confiance des fidèles, alors tout partir maintenant reviendrait à foutre en l'air des années de sacrifice.

La désertion pure et simple était une option possible, comme en toute situation. Seulement cela ne correspondait pas à un type de vie qui lui conviendrait. La seule idée de devoir vivre en fugitive avec un enfant en bas âge sur les bras la glaçait d’horreur. Sans doute se serait-elle laissée convaincre par Léogan s’ils ne devaient veiller que sur leurs vies respectives. Ils sauraient passer inaperçus d’une façon ou d’une autre, en vivant modestement quelque part, coupés du monde. Seulement Aemyn était l’ancre de son bon sens, la motivation première de son abnégation. Aurait-elle le courage de se lancer dans l’inconnu sans savoir quel genre de vie elle pourrait offrir à son fils ? Non, mille fois non. Il n’était pas question qu’il ait une enfance semblable à la sienne, elle refusait qu'il y ait la moindre similitude. Son regard se voila d’un mélange de nostalgie et de doute mais elle répondit calmement, les yeux perdus dans les flammes.
« J’en prends bonne note, au cas où. »

C’était toujours bon de savoir qu’elle bénéficiait de quelques portes de sortie dans l’éventualité où elle serait forcée de prendre des mesures radicales pour quitter l’ordre, ce qui n’était pas vraiment dans ses plans. Pas après ce qu’il lui avait coûté de sauver un bateau qui avait frisé le naufrage. Cependant il était toujours appréciable de se sentir soutenue indépendamment de son choix, ce qui à vrai dire était une première. Kalysta était de ceux qui ne chercheraient pas à faire pencher la balance pour ses propres intérêts, mais plutôt à préserver son équilibre et sa neutralité. Dans le noir Irina sourit malgré elle.

« Disons que euh... Il y avait un contrat. Plutôt juteux à en juger par le nombre de fleurs qu'on a déposées à ma porte. » Elle s'amusa presque de cette drôle de conversation, se remémorant les circonstances surréalistes dans lesquelles il était entré à son service. « Ce fut une journée mouvementée à Nivéria. Des visiteurs qui se pointent à l'improviste et sans invitation. Les gardes qui les refoulent, les invités qui refusent, le ton monte... Et ils en sont venus aux armes. La garde soutient que Kohâ les dirigeait, mais je n’en suis toujours pas certaine. Il est plutôt du genre à agir seul. » Elle soupira, les souvenirs défilant sous ses paupières closes. « Des mercenaires que j'avais engagés et surtout Kallen ont couvert mes arrières alors que j'ai pris le large. Je serais bien restée pour accueillir moi-même ce beau monde, mais j'étais enceinte jusqu'aux yeux. » C'était certainement depuis ce jour que le sindarin avait gagné sa confiance pour de bon, depuis le jour où il s'était tenu en bouclier envers et contre tous.

« Kohâ s'est battu en duel contre Kallen après avoir décimé une partie de la garde. D'après ce qu'on m'a raconté tous deux sont tombés à peu près au même moment, après avoir fièrement combattu. Ils étaient en piteux état quand je les ai retrouvés, heureusement j'ai réussi à les remettre sur pied après plusieurs jours de soins intensifs. » Ça avait été un sacré défi de contrer le poison qui avait attaqué le corps de Koha et elle avait bien cru qu'il y passerait avant qu'elle puisse l'interroger. « Quand j'ai enfin réussi à discuter en tête à tête, je me suis rendue compte qu'il avait perdu la mémoire. Il avait des bribes de souvenir de l'attaque mais rien concernant ses motivations, ses ordres et encore moins le commanditaire. » Elle tendit les mains vers le feu et soupira d'aise.
« Il a un tatouage sur la langue. Cela explique qu'il ne s'en soit pas rendu compte sur le coup, contrairement à moi. Quoi qu'il en soit je ne lui en ai pas encore parlé en détails. Il sait qu'il fait partie de ta famille et c'est à peu près tout. Je voulais en apprendre plus sur lui et m'assurer que son souhait d'entrer à mon service n'était pas un plan foireux pour terminer ce qu'il avait commencé. Il a dit vouloir payer sa dette, étant donné que je lui ai indirectement sauvé la vie. Très bizarre après s'être cassé les dents en mission, si tu veux mon avis. » Elle n'était pas étrangère à ce genre d'assassinats et leurs méthodes -quoique de l'autre côté du poignard- ce qui serait une histoire pour un autre soir.

« Dans tous les cas je n'ai pas à me plaindre. Jusque là il s'est montré un agent zélé et efficace. » La question était plutôt de savoir pour encore combien de temps il le resterait. Il était une question de temps avant qu'il ne quitte son service pour mener des recherches sur son passé, et ce qu'il trouverait risquait de le faire à nouveau changer d’employeur.
« Si tu veux mon avis il n'est clairement pas un bleu. Il a beau avoir oublié qui il est, il n'a pas oublié comment se défendre. De plus s’il était à la tête de ce comité de visite, il devait être relativement haut dans la hiérarchie. Après ce ne sont là que des suppositions de ma part,... pour que ça vaut. Avec la guerre et tout ce bordel je n'ai pas vraiment eu l'occasion de mener mon enquête. Tu le connais ? »

Il était peu probable qu’ils se soient déjà croisés car Kalysta ne lui faisait pas l'impression d'être une bonne menteuse, mais sait-on jamais. Il n'était pas exclu que cette dernière sorte son meilleur jeu d'actrice pour protéger la couverture d'un autre Nérozia. Luttant pour faire taire la paranoïa qui pointait dans un recoin de son esprit, Irina se mit à réfléchir à une vitesse qu'elle aurait jugé impossible dans un tel état d'épuisement. Les conjectures de complots possibles lui vrillèrent la cervelle en un temps record, sans qu’elle en manifeste la présence. Son instinct n'était pas complètement en alerte et c'était bien ce qui lui faisait peur. Se pouvait-il que la Rose ait réussi à à endormir sa méfiance ? Elle n’osa imaginer ce que cela pourrait lui coûter si elle n'avait pas vu juste...



« Some may call it a curse, a life like mine,... but others, a blessing.
It's certainly a lonely life but a fulfilling one at best. It's my cross to bear but I bear it gladly.
Someone has to take a stand against evil. Why should it not be me ?
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Jeu 9 Juin - 19:29

La syliméa esquissa un sourire. Elle savait qu'Irina saurait la trouver si elle venait à avoir besoin d'elle et cela suffisait à la rassurer pour l'instant. Mais elle se promit tout de même de garder un œil sur son amie... Les temps qui s'annonçaient n'allaient certainement pas être cléments avec elle et le fait qu'elle soit mère n'allait probablement pas faciliter la chose. Elle avait déjà bien plus d'inquiétudes que d'autres... Du moins de ce qu'elle avait pu observer autour d'elle et comprendre du caractère de la prêtresse. Après tout, les syliméas n'étaient pas spécialement dotés d'un instinct maternel. Probablement parce que sa race avait la très fâcheuse tendance de détruire de l'intérieur celle qui leur donnait la vie. A ses yeux cela ne poussait pas vraiment à la reproduction.

Laissant de côté le sujet du futur d'Irina pour l'instant, la nérozia se pencha sur le cas de son confrère. Elle ne se souvenait ni de l'avoir vu, ni d'en avoir entendu parler. Mais là encore cela ne voulait rien dire. La Rose était une organisation clandestine, il était courant que les informations soient clairsemées, même pour leurs membres. Pour ne pas dire surtout pour leurs membres... Après tout les nérozias étaient recherchés et si l'un d'eux venaient à tomber entre les mains des autorités, ces dernières feraient tout pour lui extorquer la moindre once d'information. Moins il en savait, mieux l'ordre s'en portait. Logique. Même si cela pouvait parfois compliquer les choses, comme ici. Cela dit, si Irina disait qu'elle était parvenue à trouver le tatouage de la Rose, il n'y avait pas à douter de l'appartenance de Kohâ à son ordre. Elle ne put s'empêcher de froncer légèrement le nez à l'idée de se faire tatouer la langue, imaginant que cela devait être particulièrement désagréable.

Kalysta ne dit rien, laissant son amie lui expliquer comment s'était déroulée cette première « rencontre » avec son confrère. Pour autant, il ne lui était pas particulièrement facile de conserver sons ang-froid. Elle savait qu'attaquer sa cible au moment où elle était le plus vulnérable était une action logique, elle-même n'hésitait pas à le faire... Mais il y avait une différence entre mettre en œuvre ce type de plan contre un inconnu et réaliser qu'un proche en avait fait les frais. Ainis, l'idée qu'Irina ait du essuyer une telle attaque alors qu'elle était à deux doigts de donner la vie avait tendance la faire bouillir d'indignation. Elle avait conscience que c'était hypocrite de sa part mais elle ne pouvait pas s'en empêcher, elle considérait la prêtresse comme une proche et ne pouvait donc complètement rationaliser les choses...


-En tous cas je suis contente que ça n'ait pas eu plus de conséquences sur ton mini-toi et toi...

Kohâ était peut-être du genre à agir seul, comme beaucoup de membres de la Rose, mais il devait lui aussi apprécier une belle opportunité lorsqu'elle se présentait. Haranguer une foule et se servir d'elle comme diversion était une manœuvre assez commune et souvent assez pratique. Le nérozia avait probablement poussé le mécontentement des visiteurs jusqu'à ce qu'ils craquent et ne réfléchissent plus vraiment, suivant le premier cri haineux et le premier bras armé. Il ne s'était probablement pas attendu à rencontrer une telle résistance et, surtout, Kellen... Elle l'avait vu en action et savait donc qu'il était un redoutable adversaire. Si Kohâ était parvenu à lui tenir tête en restant vivant, ce devait être un sacré combattant lui aussi...

-Ce nom ne m'évoque rien, non plus...

C'était une réponse prudente et pleine de bon sens. Irina devait se douter qu'elle n'était spécialement pas très haut placée dans la hiérarchie de la Rose, sans cela elle n'aurait pas autant de libertés, et qu'elle ne connaissait donc pas tout le monde. Et Kohâ s'était présenté ainsi, avec une mémoire altérée. Difficile de savoir si la personne se trouvant face à vous jouait la comédie, volontairement ou pas.

-Je ne t'apprendrais rien en te disant qu'il s'agit d'un milieu qui protège jalousement la moindre miette d'information... Mais j'essaierai de me renseigner histoire de voir ce que je trouve. Qu'il ait toute sa mémoire ou non, je ne suis pas sûre que tu serais parvenue à obtenir le nom du commanditaire ou beaucoup plus de détails. A moins de faire partie des plus hauts gradés, c'est le genre de chose qu'on n'ébruite pas. Et comme souvent, c'est pas ceux-là qui sont sur le terrain...

Ce qui n'était pas entièrement vrai. Elle connaissait au moins l'un de ces hauts gradés qui se salissait encore les mains et n'hésitait pas à faire les mêmes tâches ingrates que les soldats de base. Cela ne faisait que renforcer le respect qu'elle avait pour lui d'ailleurs... Mais tous ne faisaient pas ainsi et ce n'était pas forcément une forme de corruption ou de oisiveté, plus une certaine nécessité. La Rose aurait l'air bien maligne si ses dirigeants se faisaient bêtement attrapés lors d'une simple mission de routine...

-Je suppose que je pourrai aussi essayer de lui parler... Mais je ne sais pas comment il va réagir. Je préfère avoir un maximum de cartes en main avant me confronter à lui si c'est possible.

Kalysta dut fermer les yeux et se les masser légèrement en attendant l'avis d'Irina. C'était elle qui avait une situation un peu particulière sur les bras, elle se plierait donc à sa volonté. Personnellement, elle préférait attendre d'en apprendre un peu plus avant d'aller confronter un confrère. Rien ne disait qu'en allant lui parler elle n'allait pas provoquer une réaction négative ou la réapparition de sa mémoire ce qui pouvait mener à une nouvelle tentative d'assassinat. Dans tous les cas, il allait falloir agir avec délicatesse avec le nérozia. En temps normal, la méfiance était un trait inné chez ses membres et elle aurait probablement toutes les peines du monde à montrer patte blanche et lui soutirer les informations dont elle avait besoin...

Il y avait aussi le fait qu'elle ne savait pas trop dans quoi elle allait mettre les pieds. La guerre approchait à grands pas et elle ne savait pas encore la position de la Rose dans le conflit. Certaines personnes pouvaient chercher à protéger leurs intérêts en faisant disparaître la protagoniste principale. Elle ne pouvait plus se permettre de conserver certaines idées idéalistes sur son ordre, si à ses yeux, il était plus louable de se ranger du côté d'Irina, elle n'était pas la décisionnaire. La syliméa n'était pas à l’abri d'être terriblement déçue par les choix des nérozias... Et dans ce cas, il valait mieux qu'elle fasse profil bas en récoltant autant d'informations que possible.

Elle ne pouvait pas vraiment offrir autre chose que sa bonne volonté et sa bonne foi. Malheureusement, Irina était dans une position telle qu'elle pouvait, voir devait, douter de tout et tout le monde. Ce n'était pas une situation qu'elle lui enviait et elle en était désolée pour elle... La syliméa espérait juste qu'elle lui faisait encore suffisamment confiance pour comprendre qu'elle était aussi honnête que possible avec elle.


-En fait, je me dis que ce serait nettement plus simple si on était, je sais pas moi, juste fermières. Toute une vie planifiée du levé au couché du soleil, sans se poser de questions au-delà de savoir quoi cuisiner le soir et sans penser à un monde au-delà de ses champs... Pas de politique, pas de complots, pas de questions métaphysiques...

Kalysta poussa un long soupir, se frottant les yeux avec d'autant plus de vigueur. Pendant quelques instants, elle essaya de se visualiser ainsi, simple fermière, à faucher les blés et faire ses aller-retour au marché... Une vie plus simple... Ce qui ne voulait pas forcément dire plus sûre ou facile. Ou plus drôle ou excitante. Ne jamais sortir de son petit monde étriqué, ne jamais rien apprendre ou expérimenter de nouveau. Et passer à côté de tellement de choses. La jeune femme renifla, amusée.

-Ouais, non... Je crois que je deviendrai chèvre. Je dois pas être du matériel à marier et à caser faut croire. Y'a encore trop de cavernes glacées ou me paumer pour que je me range...





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 :: Vipère Ecarlate ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Vipère Ecarlate ::
Irina Dranis

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Ven 26 Aoû - 3:25


T'as de beaux yeux tu sais ?

Kalysta . Irina

Elle avait parlé plus longtemps qu'elle ne s'en croyait capable. Les mots étaient venus naturellement et quoiqu'ils soient empreints de son habituelle froideur, elle sentait une certaine libération à partager le fond de sa pensée. Ses yeux se fixèrent dans le vide, revoyant des moments de panique où chaque choix avait eu des conséquences. Des civils avaient été tués de sang-froid ce jour-là, et leurs morts seraient pour toujours sur sa conscience. Leurs morts et les nombreux secrets qu'elle gardait pour elle seule, à défaut de pouvoir les partager. Parfois en des soirs tels que celui-là elle se sentait terriblement lourde et lasse de tout, comme une vieille femme voûtée, planquée sous une jolie façade de jeunesse et de pouvoir.
Kohâ n'était que l'un de ces secrets, une goutte dans l'océan certes, mais aussi une bombe à retardement qui exploserait tôt ou tard. Irina tentait de la manier avec précaution dans l'espoir de ne pas en être la cible ou en tout cas d'en contrôler les dégâts, ce qui était loin d'être évident. La Rose avait l'art de toujours pousser là où on l'attendait le moins, et en ce qui la concernait elle préférait ne pas avoir affaire à eux autant que possible. Enfin c'était un peu tard maintenant que Kalysta en faisait partie... encore que leurs liens n'aient plus grand chose de la rencontre fortuite. La prêtresse espéra qu'être au courant pourrait l'aider à faire preuve de prudence et ne pas se retrouver en porte-à-faux.

Quant à lui le yorka était un homme étrange, un paradoxe vivant et imprévisible, à la fois primal et cérémonieux dans son approche. Il ne restait pourtant nul doute quant à ses capacités martiales, ce qui lui donnait d'autant plus envie de creuser son passé. Il n'avait rien d'un trafiquant, d'un mercenaire ou d'une petite frappe... son code de conduite était bien trop établi pour ça. C'était un homme plein d'audace et surtout dangereux. Le garder à proximité était une erreur d'après tout son entourage, une erreur qu'elle pensait nécessaire. Et puis si le félin changeait d'avis et venait à représenter une menace, il était toujours à portée de ses représailles. Pour être honnête Irina n'hésiterait ni ne ressentirait de remords à l'abattre si cela s'avérait nécessaire, ce qui ne voulait pas dire qu'elle le ferait de gaieté de cœur. Cela resterait du gâchis d'éliminer une si bonne lame alors qu'elle pouvait en faire un allié.


« Oui je sais, je suis longtemps restée sceptique que sa perte de mémoire. Après tout c'est une solution bien commode pour éviter mon interrogatoire. Non que ça m'ait dissuadée de poursuivre. » Elle haussa les épaules et se souvint de la figure semi-animale enchaînée dans une des geôles de Nivéria. « J'ai sondé son esprit. Je n'ai pas eu à aller bien loin pour comprendre que ce dernier est un livre avec de multiples pages blanches. Kohâ a gardé des bribes confuses de son enfance, pas grand chose de plus. » C'était d'autant plus flou pour elle qui essayait de faire le lien entre les souvenirs épars souvent sans comprendre ce qui les reliait. « Quoi qu'il en soit il est possible qu'il les ait progressivement récupérés et qu'il ne m'ait rien dit, je ne sais pas. » C'était un pari risqué que d'avoir la moindre certitude. « Ne te sens pas obligée de lui parler si tu ne veux pas. J'ai juste pensé que tu aurais voulu savoir qu'un des membres de ta famille se trouvait tout près. »

Le conflit d'intérêts était inévitable, ce qui expliquait qu'Irina ait caché la vérité à Kohâ plus qu'à quiconque. De fait elle ne comptait rien lui apprendre concernant son identité sans avoir d'abord des informations solides, et surtout sans avoir fait intervenir ses contacts pour s'assurer de la neutralité de la Rose. C'était l'avantage avec des organisations poussées par une idéologie presque aveugle... elles étaient comme des montures avec des œillères. Quoi de plus aisé que de mettre de l'huile sur le feu de la révolte déjà solidement enracinée dans le sol Phelgran ? Irina n'était pas assez optimiste pour croire qu'elle pourrait pousser les Nérozias à prendre les armes... mais elle les savait assez désespérés et opportunistes pour saboter les opérations sudistes dans le but de prendre l'ascendant.
Son soupir recouvrit le crépitement des flammes.


« Bienheureux les ignorants, comme on dit ? Hum ce serait sans doute moins pénible de ne pas se poser de questions, mais quoi de plus ennuyant que d'être le pion de ceux qui ne ferment pas les yeux ? Quitte à faire des erreurs, je préfère encore décider de mon propre sort. » Kalysta sembla peser ses mots -plus sérieux qu'ils ne le laissaient paraître- et se ravisa dans une moue qui la fit sourire malgré elle. « J'ai pas non plus fini d'explorer des cavernes et voir des gens tombés du ciel, moi non plus. » C'était bizarre de repenser à cette rencontre avec le recul, sachant les mésaventures surréalistes qu'elles avaient traversées. « Ça doit être pour ça que Léogan est au bord du pétage de câble chaque fois que je sors toute seule. Il sait que je suis du genre à me promener la nuit dans un cimetière, danser une valse ou deux avec des macchabées, à rentrer trempée comme un vieux clébard, puant la mort et la boue. À vrai dire je sais pas comment il fait. »



« Some may call it a curse, a life like mine,... but others, a blessing.
It's certainly a lonely life but a fulfilling one at best. It's my cross to bear but I bear it gladly.
Someone has to take a stand against evil. Why should it not be me ?
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   Mer 7 Sep - 19:45

Kalysta ne put masquer le sourire que les souvenirs de leur rencontre avaient dessiné sur ses lèvres. Elle avait tout de même le chic pour se mettre dans des situations quasiment impossibles, voir invraisemblables. Mais d'un autre côté elle avait fait tellement de rencontres et de découvertes en fonçant ainsi dans les ennuis tête baissée. Si elle avait écouté la voix de la raison jamais elle ne serait tombée sur la prêtresse et sa protégée et encore moins sur Vilkas... Encore aujourd'hui elle ne regrettait rien... La situation entre Irina et elle était certes compliquée mais elle ne regrettait pas un seul instant de l'avoir aidée dans les cavernes glacées, ni d'avoir gardé le contact. C'était maintenant à elle de faire en sorte que la relation amicale qu'elles entretenaient continue de l'être, quelle que soit son appartenance actuelle...

Et pourtant, même si elle éprouvait une certaine affection pour la prêtresse, elle était plus que consciente que la jeune femme pouvait très bien être sa perte. Elle n'avait ni les mêmes niveaux de puissance, de compétence et c'était sans parler de leurs réseaux personnels. Irina avait bien plus d'alliés et d'influence qu'elle ne pourrait jamais en rêver. Il n'était pas rare lors de leurs conversations que Kalysta se souvienne brusquement que la prêtresse était en fait particulièrement dangereuse. Jusqu'à maintenant elle avait toujours eu la chance de ne pas être du mauvais côté et de ne pas avoir à subir ses foudres mais elle ne doutait pas un instant que la jeune femme soit redoutable. L'idée même que l'on puisse venir farfouiller dans ses pensées les plus intimes sans son accord avait de quoi lui donner la chaire de poule.

Et celui qui y fouillerait en aurait aussi probablement pour ses frais à bien y penser. Les syliméas n'avaient rien d'un peuple stable mentalement, les quelques rares spécimens qui s’étaient librement affichés en étaient un parfait et glaçant exemple... Et malheureusement ce n'était pas comme s'ils n'avaient pas une bonne raison après tout. Être enfermé dans une petite jarre pendant près d'un millénaire avait tendance à laisser quelques séquelles. Pour l'instant, Kalysta estimait qu'elle s'en sortait pas si mal que cela, toute proportions gardées. Elle avait ses propres soucis, une claustrophobie rampante et terrible, mais elle ne s'était pas transformée en monstre psychopathe. Pour encore tout du moins même s'il y avait bien certains jours où elle se laisserait bien aller à ses plus bas instincts...

Plus elle entremêlait sa vie avec celle d'autres personnes, des personnes qu'elle considérait comme des amis ou une famille de substitution, plus elle se demandait si elle devait vraiment garder le secret sur sa vraie nature. Jusqu'à maintenant seul Vilkas savait de quoi il en retournait. C'était plus dû à une cohabitation quasi quotidienne et une certaine dose de paranoïa de sa part que le pot-aux-roses avait été découvert, plutôt que d'une grande confession de la part de la jeune femme. Pendant un bon moment Kalysta s'était retrouvée face à un difficile dilemme. Lui donnait-elle sa chance ou cherchait-elle à l'éliminer dès maintenant pour que son secret ne s'évente pas... ? Au final, elle avait réalisé qu'il lui était impossible de le tuer froidement et elle avait attendu les conséquences de son manque de maîtrise avec la boule au ventre. Le fait qu'elle soit encore en vie et qu'il n'y ait pas plus de rumeurs courant au sujet des syliméas suffisait à démontrer qu'elle avait eu raison de faire instinctivement confiance au gorgoroth. Après tout, tous deux avaient beaucoup de chose en commun, notamment un délit de sale gueule qui pouvait leur coûter la vie.

Se révéler auprès d'Irina était donc une question légitime qui la tracassait régulièrement... Elle n'était malheureusement pas en mesure de prédire la réaction de la prêtresse. De la prudence, très certainement, mais elle ne savait pas si elle serait éliminée à vue ou si elle subirait une séance d'interrogatoire comme Kohâ. Elle n'était vraiment pas sûre qu'elle lui octroierait naturellement le bénéfice du doute, surtout en sachant qu'elle appartenait à la Rose. Et pourtant tout serait tellement plus simple pour elle si elle pouvait être complètement honnête. Elle pourrait expliquer pourquoi elle s'était vraiment pliée à la décision de la Rose concernant ses nouveaux yeux. Pourquoi elle n'avait pas remis cet ordre en question car pour une fois, ils allaient se révéler encore plus utiles pour elle que ce qu'avaient anticipé ses supérieurs...


-Je verrai comment ça se présente mais je ferai en sorte de creuser un peu...

C'était la moindre des choses qu'elle pouvait faire pour elle. La syliméa ne pouvait peut-être pas assurer Irina du soutient de son organisation, mais elle pouvait au moins faire en sorte qu'elle puisse obtenir quelques réponses plus personnelles. Kalysta eut un léger ricanement alors qu'elle se laissait retomber en arrière, passant un bras sur ses yeux pour les couper de toute luminosité.

-Comment il fait quoi ? Comment il fait pour ne pas mourir d'inquiétude dès que tu mets le pied dehors ou comment il fait pour ne pas vivre lui aussi de fabuleuses aventures ? Faudrait peut-être lui trouver un camarade pour faire les quatre cent coups. Ou un chat noir...

Mine de rien, la jeune femme regrettait que son amie ne puisse pas vraiment vivre une vie de famille comme elle la méritait. Léogan était aussi quelqu'un qui ne pouvait pas facilement se libérer de ses responsabilités... Elle espérait vraiment pour eux qu'ils parvenaient à voler quelques moments juste pour eux... Ca devait être agréable d'avoir quelqu'un qui s'inquiétait pour elle. Les affaires de cœur n'étaient pas vraiment un sujet brûlant et prioritaire pour elle, pour ne pas dire pas du tout, mais cela la titillait de temps à autres... Surtout depuis qu'elle avait rencontré Elië et qu'elle côtoyait de plus en plus de monde...

-Je suis désolée de t'avoir mise en danger, je ne pensais vraiment pas que ça déraperait comme ça...





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?   

Revenir en haut Aller en bas
 
[TERMINEE][Quête] T'as de beaux yeux tu sais?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [JETONS] T'as d'beaux yeux, tu sais !
» T'as toujours d'aussi beaux yeux ? Pabo
» Je ne changerais pas d'avis pour tes beaux yeux ! /Neil/
» ? Oh mon dieu laissez les moi, les beaux yeux de la mama, enlevez moi même tout le reste, mais pas la douceur de ses gestes. (Kylian)
» Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: La Communauté & ses échangesTitre :: Corbeille :: Les vieilles aventures-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA, LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !