La routine à bon gout



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La routine à bon gout

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
:: Le Forestier d'Oris ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Forestier d'Oris ::
Yargaïl Valrok

MessageSujet: La routine à bon gout   Sam 13 Juin - 20:39

Le cœur…le cœur battait lentement presque trop doucement pour maintenir les autres organes stables. Les yeux ne bougèrent pas d’un pouce alors qu’ils furent couronnés par quelques gouttes de sueurs allant caresser les joues jusqu’à s’écraser sur le torse Yargaïl. Ses muscles se contractèrent d’un coup avant d’être doucement relâchés. La concentration était à son paroxysme, le projectile prêt à saisir sa cible, oui, il le devait ! Il ne pouvait pas bouger, et pour se sortir de là, il devait tout simplement gagner. Sinon, il finirait avec les ordures au lieu de rentrer tranquillement chez lui. Le temps semblait long, comme des heures effacées, des minutes blanches avec les secondes insouciante. Et lorsqu’il décida d’agir, il vit instant par instant la flèche partir de sa main volant tout droite vers la cible. Ses lèvres ne manifestaient aucunes émotions, juste ses yeux s’ouvrirent en grand pour exprimer un miracle. Mais lorsque la cible semblait s’éloigner, il ferma les yeux et dirigea sa tête sur le côté, sa main venant couvrir son front, c’était son dernier recours et il avait perdu…

« Ha ! T’es même pas foutu de toucher la cible ! T’as perdu ! »

Fred se mit à rire en s’approchant de la fléchette qui était enfoncé à côté de la cible dans le mur. Son visage sourit moins lorsqu’il saisit le projectile pour le prendre, il dû prendre ses deux mains pour dérocher la dernière fléchette Yargaïl et failli tomber en arrière lorsque la capricieuse se décolla du mur. Fred était un client habitué à recevoir le bois de chauffage du bucheron et ce soir-là, les deux avaient décidé de faire une petite partie histoire de se détendre. La mise était de sortir les poubelles de l’auberge pour le perdant. Sous l’œil ravi du propriétaire, Yargaïl s’exécuta sans broncher, mais s’arrachant un petit sourire tout de même. Ainsi était la vie, il y avait des victoire et malheureusement aussi des défaites.

« La prochaine fois on jouera au lancé de buche au campement ok ? »

Yargaïl disparut à l’extérieur avec les poubelles, le temps que Fred remarqua son désaccord pour ce nouveau jeu, étant donné que lui était frêle et aussi musclé qu’une serre-pierre. Valrok envoya tous ses sacs dans une charrette destiné aux détritus quand soudain il se fit bousculé par un jeune garçon. Yargaïl ne bougea pas d’un pouce alors que le petit était assis par terre. Ni un ni deux, il se retourna et l’aida à se relever. Le petit avait dans les quatorze ans et semblait avoir des ennuis, il cachait un objet dans sa manche, derrière lui, deux messieurs semblait le chercher. Il s’agissait d’un voleur. Le colosse cacha le gosse juste derrière tapotant son épaule afin qu’il reste avec lui. Envoyant les poursuivants sur une fausse piste, il pouvait enfin parler.

« Fais voir ce que tu as ? »

« Je me serais débrouillé tout seul ! Et mêlez-vous de vos affaires ! »

C’était une vieille carcasse de poulet qu’il planquait, l’affamé voulait s’enfuir à nouveau mais il tomba encore face à un mur. Yargaïl le regarda avec un sourire.

« Comment t’appelles-tu ? »

« Jam »

« Je n’aime pas les voleurs, mais toi tu as faim et sa tombe bien, je n’ai pas fini mon repas tout à l’heure, aller vient ! »

Manifestement jam n’avait pas le choix, il avait une main qui le poussait à suivre le chevalier. Une fois à l’intérieur, il croisa Fred qui le nargua avec trois fléchettes. Maisl ‘heure n’était plus à l’amusement mais à donner une petite leçon d’une manière bien plus sympathique. Toujours le gosse dans une main, yargaïl pris les trois projectiles, un coup d’œil vers la cible et lança les trois d’un coup. Les flèches se plantèrent dans la cible formant une line horizontal dont la central était dans le mille. Sans savourer sa petite victoire, il continua son chemin vers le comptoir pour s’adresser à l’aubergiste.


« Prépare-moi un poulet. Mon ami ici présent à faim. »

Jam arqua un sourcil en lui demandant ce que ça signifiait. Le colosse lui expliqua que ce soir il mangeait ici à sa guise et il pouvait y dormir. Le vol était puni, mais il y avait de meilleur moyen de se racheter que de croupir dans un endroit sombre. Durant le repas que seul Jam attaqua, le bucheron lui expliqua qu’il devait apporter cette lettre qui lui tendit à la famille Valrok qui était à l’autre bout de la ville. Et à chaque fois qu’il rendait service aux gens de l’auberge, il avait droit à un repas gratuit. Tout travail mérite salaire.

« Et qui te dit que je vais revenir et pas m’enfuir avec ton message ? »

« Rien du tout, je crois que je vais devoir te faire confiance. »

Et pour la première fois, Jam sourit à Yargaïl. Il accepta alors le marché. Laissant le petit ado manger, Valrok s’arrangea avec l’aubergiste afin de mettre tout ça en place. En échange, Yargaïl lui rajoutera quelques buches en plus gratuitement. Une fois un moment à lui, il s’installa à sa table près de la fenêtre. La nuit était prête et s’annonçait belle. Il sirota sa bière tranquillement avant de jeter un coup d’œil à la salle. Il n’y avait pas autant de monde que ça, juste suffisant pour avoir une petite ambiance sympathique et pour garder les gens tranquille dans leur passage. Un sourire finit par s’afficher sur son visage voyant le petit sortir et Fred à refaire la même chose avec les trois projectiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Lun 15 Juin - 2:59

Une soirée calme… C'était tellement rare pour elle ces derniers temps qu'elle ne savait même plus ce que c'était exactement. Pour une rare fois elle était tranquille, au chaud, au sec, avec une choppe devant elle et un bon repas. Cette nuit, elle dormirait dans un vrai lit dans une pièce dont elle pourrait fermer la porte afin de profiter d'un peu d'intimité. Elle n'aurait pas à sécuriser un périmètre contre des brigands ou des animaux sauvages… C'était un véritable luxe mais après plusieurs jours sur les routes, elle avait ressenti le besoin viscérale d'une vraie pose. Sans cela elle savait qu'elle allait commettre une erreur, or, sur la route, c'était souvent synonyme de mort imminente.

Alors même si elle savait qu'elle ne devait pas s'attarder dans les villes ainsi, elle avait décidé qu'elle ferait un détour par une des auberges de Tyrhénium… Ce serait aussi l'occasion d'expérimenter un peu dans un environnement relativement sécurisé… Dernièrement elle s'était découvert une nouvelle capacité qu'elle ne maîtrisait pas encore et qui nécessitait qu'elle puisse s'entraîner sans avoir à craindre pour sa sécurité. Mine de rien, devoir se blesser volontairement afin de saigner suffisamment pour déclencher ce pouvoir n'avait rien de naturel pour elle. Non seulement la sensation n'avait rien d'agréable, elle n'avait jamais été de nature masochiste, mais en plus cela la rendait dangereusement vulnérable. Sur le long terme elle se doutait qu'elle parviendrait à transformer tout cela en une réelle force mais pour l'instant c'était plutôt inconvénient.

La jeune femme chassa le souvenir de la façon dont elle s'était découvert ce nouveau don avec une longue gorgée de sa bière coupée à l'eau. C'était quelque chose auquel elle devait faire attention ces derniers temps… Les mauvais souvenirs… Entre ce qu'il s'était passé aux Berges Dorées et sa mésaventure dans les ruines… Un long frisson la parcourut et elle eut l'impression que la luminosité et la chaleur des lieux venaient de dramatiquement se réduire autour d'elle. Elle comprenait maintenant un peu trop bien pourquoi son hôte avait cédé aux sirènes de l'alcool. La première fois où elle n'était pas parvenue à dormir plus d'un quart d'heure pendant presque une semaine, elle avait finit par se perdre dans la première taverne qu'elle avait croisé. Elle ne se souvenait quasiment pas de la soirée… Juste qu'elle s'était réveillée dans l'écurie, à moitié enfouie dans le foin avec le cheval d'un inconnu en train de lui brouter les cheveux.

Maintenant elle se servait à la fois des souvenirs de son hôte et des siens pour se surveiller. Certes elle était parvenue à dormir cette nuit-là, quoi qu'on pouvait plutôt parler d'inconscience, mais le prix avait été trop élevé à ses yeux. Non seulement elle avait souffert d'une gueule de bois particulièrement dévastatrice mais, en plus, elle s'était mise bêtement en danger. Elle et les siens… Que se serait-il passé si, trop saoule, elle n'était pas parvenue à maintenir les traits de son visage terran ? Comment auraient réagi ces braves gens face à un monstre qu'ils ne connaissaient pas ? Et si elle avait croisé quelqu'un qui avait connu Gorvack et avait fait le rapprochement ? Autant de possibilités et de dangers qui l'incitaient à maintenir un contrôle constant d'elle-même. Même si des fois elle avait envie de s'oublier dans un verre pour faire taire les voix et effacer les images qui la hantaient…

Estimant qu'elle commençait à dangereusement glisser vers des idées noires qui ne l'aideraient en rien, la jeune femme releva la tête en quête d'une source de distraction. Elle ne tarda pas à faire comme d'autres clients qui étaient en train d'observer un duel de fléchettes qui se tenait entre le propriétaire des lieux, lui semblait-il, et une sorte de gentil géant. Gentil car il semblait prendre sa défaite avec toute la sagesse et la placidité d'un gars qui ne participait que rarement aux rixes de tavernes. Heureusement pour les autres d'ailleurs car elle n'était pas sure que beaucoup de gens pouvait survivre à une claque assénée par les battoirs qui lui servaient de mains. La nérozia jeta un rapide coup d'oeil à ses propres mains, fines et délicates en comparaison malgré les cales que le maniement de ses armes avaient laissés… Oui. Ce n'était définitivement pas le type d'adversaire auquel se frotter en cas de bagarre dans une taverne.

Le gentil géant sembla donc s’acquitter de sa tâche de bonne grâce mais mit un certain temps avant de revenir. Et lorsque ce fut le cas, il était accompagné d'un jeune gamin. Il n'y avait aucune ressemblance entre eux et la façon dont le gamin continuait à observer son environnement avait tendance à suggérer qu'il se tenait prêt à prendre la poudre d'escampette au moindre trouble. Intriguée, Kalysta continua à discrètement les observer afin d'en savoir plus. Elle était prête à parier qu'il venait de le ramasser dans la rue… Et elle gagne contre elle-même lorsqu'ils s'installèrent enfin, suffisamment proche pour qu'elle puisse continuer à les observer et, mieux encore, les écouter…

Visiblement Gentil Géant était encore plus que gentil, il était plein d'idéaux. La syliméa cacha son sourire amusé en prenant une large bouchée du ragoût qu'on lui avait servi plus tôt. Elle n'allait pas crier au vol ou à la concurrence déloyale mais c'était effectivement comme cela qu'elle avait commencé son propre commerce. Restait à savoir si Jam tiendrait effectivement ses engagements. C'était un plan en or pour lui si tout le monde tenait ses promesses et, s'il avait un peu de chance et de jugeotes, une belle occasion de se sortir de la rue. Mais rien ne disait qu'il allait préférer le dur labeur d'une vie honnête… Pour autant, la jeune femme avait envie de lui donner le bénéfice du doute. Une petite lueur d'espoir dans ces temps un peu trop sombres…

Jam finit par sortir, allant probablement s'acquitter de sa tâche, et Gentil Géant choisit ce moment pour s'installer à une table au niveau de l'une des fenêtres. Incidemment cela le positionna dans le dos de Kalysta mais tout proche d'elle à la fois. Suffisamment pour qu'elle puisse s'adresser à lui sans pour autant à avoir à hausser la voix. Ce qu'elle fit après de longues minutes de délibération avec elle-même. De toute façon, elle avait besoin de la distraction. Quelques mots avec Gentil Géant ne pourraient que lui faire du bien…


-C'était très généreux de votre part d'aider ce jeune comme ça…

Elle avait juste légèrement tourné la tête vers lui avant de saluer son action avec sa chopine.





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Forestier d'Oris ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Forestier d'Oris ::
Yargaïl Valrok

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Lun 15 Juin - 20:58

Yargaïl se promenait dans la rue en attendant que ses parents aient fini leur occupation en ville. Il n’avait que 11 ans et s’émerveillait devant chaque vitrine. Le monde s’étalait à peine devant lui et tout lui paraissait aussi intéressant qu’intriguant. Il souriait aux passants, même s’il ne recevait pas spécialement le retour à chaque rencontre. Prêt d’une petite épicerie, il lécher la vitrine à la vue d’un gros pain dont l’odeur semblait traverser le carreau, enfin, c’est ce qui lui semblait croire. Sans attention, i les fit bousculer par une porte brusquement ouverte. Un garçon un peu plus grand que lui s’échappa avec un pain. Il ne se retourna même pas vers Yargaïl qui lui avait du coup cogner la vitre. Sans douleur particulière, tout juste une gêne, il suivi le fuyant du regard en arquant un sourcil du genre «  pourquoi il court ? »…

Le colosse sortit de ses souvenirs lorsqu’une voix féminine vint l’interpeler. Il secoua une demi-seconde son regard pour revenir à la réalité. Elle était de dos, sans bien chercher à se montrer ou pas, après tout, elle n’était pas la première à s’adresser à lui pour ne plus jamais le revoir. Il savait donner sans recevoir, il savait sourire sans espérer la même chose. Tout ce qu’il pouvait faire, c’est de remplir ce monde d’un peu de bien et de réconfort, alors c’est avec plaisir qu’il répondit à la mystérieuse femme.


« Bah, ce sont des incompris, et je ne suis pas sûr que les tabasser arrangerai les choses. »

Oui, cela n’arrangeait rien. Il se remémora le pourquoi, car lorsque le petit Valrok retrouva le petit voleur de pain par hasards au fond d’une rue. Les yeux rond, il voulut se cacher voyant le voleur se faire passer à tabac par deux personnes adultes. Etes ces ses parents ? Le commerçant l’ayant retrouvé ? Des voleurs venu voler ? Peu importe, alors qu’il se cachait les yeux, il sentit quelques chose bouiller en lui, comme une injustice ou alors une justice bien trop brutale. Gémissant au sol à nouveau seul, Yargaïl prit son courage à deux mains et s’avança vers son cogneur porte, son gros pain en main qu’il avait supplié à ses parents de l’acheter. Le petit bucheron avait compris que le pain qu’il avait volé n’avait pas eu le temps de lui faire plaisir. Il ne savait pas comment le consoler ou comment faire dans ce cas-là, ce jeune voleur semblait seul et peut être hostile, Yargaïl avait peur de se faire taper, alors, il déposa son propre pain au sol et le fit rouler jusqu’à lui et avant que celui-ci ne le percute, Valrok avait décampé pour rejoindre ses parents. Non, ça ne valait pas le coup de les tabasser, et ce n’est non pas par pitié qu’il agissait ainsi, mais par nécessité d’aider son prochain.

Le gentil géant se redressa pour s’accouder sur sa table. Par curiosité et comme pour continuer une petite conversation, il voulut savoir comment elle, elle aurait fait ? Ou comment elle aurait réagi s’il c’était elle qui était à la place du petit. Yargaïl n’avait rien d’un trouble-fête, sa question paraissait simple, sans insistance. Il n’avait pu onze ans, et savait que les gens n’étaient pas forcément comme lui. C’est-à-dire à étaler sa vie ou ses envies au premier passant. En attendant, il indiqua au patron des lieux que sa chope était vide et à l’odeur d’un ragout sur la table d’à côté lui avait mis l’eau à la bouche et commanda du coup la même chose et bien sûr, l’aubergiste savait que c’était un bon mangeur et il disait souvent que s’il voulait avoir du bois rapidement il fallait lui donner à manger pour de l’énergie.




Yargaïl à votre service:
 



Yargaïl, toujours là! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Mer 17 Juin - 15:58

Même si elle se doutait que Gentil Géant ne prendrait pas mal sa remarque, elle n'était pas non plus complètement certaine de quelle serait sa réaction. Après tout cela laissait clairement entendre qu'elle s'était permise d'écouter une discussion qui ne la concernait en rien. En termes d'intimité, on pouvait faire bien mieux... Les circonstances auraient été autres, et Yargaïl n'aurait pas laissé transparaître une certaine ouverture d'esprit, la syliméa ne serait jamais allée à lui parler de la sorte. Par la force des choses, la jeune femme était d'un naturel bien plus méfiant habituellement, il fallait un peu de temps pour qu'elle puisse se laisser aller avec les gens. Et encore... Même lorsqu’elle était avec les quelques rares personnes qu'elle considérait comme des amis proches, elle ne pouvait se permettre de baisser totalement la garde. A bien y penser, il n'y avait que les quelques rares autres syliméas, moins que ce qu'elle pouvait compter sur les doigts d'une main, qu'elle pouvait être vraiment elle-même...

Mais ce soir était un peu à part. Elle avait dramatiquement besoin de se changer les idées et si le terran était suffisamment sympathique pour lui parler, elle n'allait pas faire la fine bouche. Dès qu'elle l'entendit répondre, elle se permit de se tourner vers lui, décalant légèrement sa chaise pour cela... Elle affichait un léger sourire en coin, amusée par sa réponse. Non, effectivement... Appliquer aveuglément, et trop souvent violemment, la loi ne servait souvent à rien. Et n'était-elle pas particulièrement bien placée pour savoir cela ? Ce n'était pas pour rien qu'elle s'était enrôlée au sein des nérozias... Même s'ils n'étaient pas toujours compris, et que leur dirigeant ne semblait pas toujours prendre les meilleures décisions, ils avaient à cœur de lutter contre ce genre d'injustices... Et s'il fallait voler un riche pour nourrir un pauvre, elle n'allait pas pleurer sur son sort.


-Non, effectivement, cela n'aurait certainement pas résolu ses problèmes...

Sa question la surprit quelque peu par contre... Qu'aurait-elle fait à sa place ? Elle n'aurait certainement pas cherché à voler la même chose que le gamin. Et elle ne se serait probablement pas fait prendre aussi facilement. Ce n'était pas vraiment une question de fierté mal placée mais plus d'expérience et de capacités différentes. Mais si, hypothétiquement, elle s'était fait prendre par un Gentil Géant comme lui... La jeune femme haussa une épaule en répondant...

-Vous entendez quoi par là ? Si j'avais dû voler pour vivre ou si je m'étais fait prendre la main dans le sac ?

Il y avait une pointe de défi amusé dans sa voix. Il lui était plus facile de répondre à la question du point de vue de Yargaïl, si c'était à sa place à lui qu'elle avait été... Elle aurait probablement fait en sorte que le gamin puisse s'enfuir avec son butin. Mais elle n'aurait pas pensé à quelque chose sur le long terme. Pas dans l'immédiat... Mais c'était aussi peut-être parce qu'elle ne vivait pas ici à demeure. Elle n'était qu'une voyageuse de passage. Difficile de parrainer qui que ce soit et de connaître les bons plans de la ville... Et elle avait déjà quelqu'un sous son aile actuellement... Ils devaient d'ailleurs se retrouver à l'extérieur de la ville demain matin. Cela faisait un petit moment qu'ils ne s'étaient pas vus, l'idée de revoir Vykas lui faisait bien plaisir d'ailleurs...

-Par contre si j'avais été à votre place, j'aurai juste fait en sorte qu'il n'ait pas faim ce soir. Mais je n'aurai pas pu lui prévoir un tel plan pour l'avenir...

Pas aussi rapidement, pas aussi proprement... La jeune femme eut un sourire en coin en imaginant leurs différentes méthodes. Valrok semblait agir comme il était. Droit et direct. Kalysta, elle, était plus subtile et travaillait sur le long terme sans que son travail ne soit forcément reconnu à sa juste valeur... Mais cela ne la dérangeait pas du moment que les résultats étaient positifs à la fin... La syliméa se permit de manger encore un peu de son ragoût avant de reprendre la discussion...

-Vous le connaissiez déjà ou c'était une rencontre fortuite... ?





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Forestier d'Oris ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Forestier d'Oris ::
Yargaïl Valrok

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Mer 17 Juin - 19:28

Son repas devant lui, Yargaïl ne se priva pas pour l’attaquer sans attendre. Avec une cuillère dans une main et un morceau de pain dans l’autre, il avala quelques bouchées histoire d’occuper son estomac un petit moment. Alors que son odorat et son gout était pris de plaisir, ses yeux et ses oreilles restèrent sur la dame. Il la fixa intensément le temps qu’il finisse sa dernière bouchée. Une serviette vint essayer le bord de sa bouche sans jamais entraver sa vue. Cette femme semblait mystérieuse et intrigante à la fois. Il pourrait croire qu’elle cache quelques de terrible sans vraiment l’avouer. Non pas qu’il voulait la passer au crible, non, c’était juste ses réponses qui lançaient des rumeurs à son sujet. Oui, une certaine méfiance émana d’elle lorsqu’elle voulait savoir ce que Valrok entendait par là ? Après tout, sa question était simple limpide, la réponse tout aussi facile, alors pourquoi bloquer dessus ? Yargaïl préféra ne pas évoquer sa petite réflexion, pour ne pas la contrarier, et surtout pour ne pas plomber l’ambiance, il n’était pas là pour enquêter, mais juste à passer une bonne soirée, surtout que depuis le début de l’après-midi, i les demandait s’il repartait ce soir ou le lendemain matin.

« Vous semblez être quelqu’un de bien, aider son prochain, même un minimum est quelques chose d‘important. Enfin, selon moi .Le petit Jam je ne le connais pas plus que vous, mais je connais beaucoup trop ce genre de voleur. J’en rencontre beaucoup, peut-être trop, surement trop. Certains, arrivent à revenir à une vie paisible, d’autre ne passe pas la nuit. J’ai eu la chance de ne pas en faire partie, alors le plein de bonheur que j’ai eu, j’essaie de le partager comme je le peux. Je pourrais fermer les yeux comme beaucoup de gens heureux. Des malheureux, il y en aura toujours et il y en a toujours eu. Mais je sais que si je ne le fais pas personne ne le ferai à ma place, enfin, pas beaucoup…C’est tellement lâche et facile de faire le mal, le bien est bien plus valorisant autant qu’il est difficile à accomplir. »

Cette dernière phrase semblait sortir des limbes du temps, comme une citation souvent utilisé par d’autre personne. Evidemment, Yargaïl pensait à chaque fois à son père Edalion. Lui qui aurait fait le plus grand chevalier d’Oris que le monde est connu, selon son fils. Dans ses dires, on pouvait deviner son expérience avec les gens qui vivent dans la rue. Car une fois ses pensées dévoilées, il se rapprocha de son assiette avec une petite moue comme si parlait de sa lui remémora toutes les situations malheureuse qu’il a vécu, pourtant, il était un simple bucheron connu de quelques gens, croisé au hasard d’une route. Cette fois son regard se plongea dans son repas qu’il entama doucement à nouveau et garda sa bouchée longuement dans la bouche comme pour tourner sept fois sa langue avant de parler.

« Je m’appelle Yargaïl, je suis le bucheron du coin. Ces situations dont je parlais, et je m’en excuse d’être un peu émotif sur ça, je crois que j’ne croise tous les jours sur mes trajets et livraison. Combien sont montés avec moi pour ne pas marcher des jours ? Sur ma charrette, je garde toujours de petite brindille, car je sais que de temps en temps je peux en croiser qui ont simplement froid, je leur donne et leur montre comment allumer un simple feu. On dit souvent que les gens bien sont bêtes et naïf en même temps, mais pour moi c’est un mal nécessaire. Pas vous ? »

Il avait enfin affiché un sourire franc et sincère sur la fin de ses paroles. Un trait rarement vue, un sourire qui pourrait faire fleurir les plantes et déguerpir les maux. Ses lèvres finirent alors par se déformer afin qu’il puisse mâcher une nouvelle bouché de ce délicieux ragout.




Yargaïl à votre service:
 



Yargaïl, toujours là! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Jeu 18 Juin - 17:11

Depuis qu'elle s'était incarnée, la syliméa avait réalisé qu'elle ne pourrait probablement jamais être directe et honnête avec qui que ce soit. Pour autant, cela ne l'empêchait pas de savoir se montrer franche lorsque le besoin s'en faisait sentir. Il s'agissait juste d’occurrences plus rares. Bizarrement, elle avait un peu l'impression de se retrouver face à son opposé quand elle parlait à Gentil Géant. Et pourtant le bûcheron semblait un peu trop interpréter ce qu'elle lui disait... La jeune femme écouta sa tirade sur le bien, un léger sourire aux lèvres... Cela n'avait rien de moqueur, juste une pointe de surprise de trouver un tel spécimen ici alors qu'habituellement elle avait tendance à fréquenter une population bien moins reluisante...

-C'est très noble de votre part... Et vous avez raison, la plupart du temps un comportement égoïste est bien plus simple à suivre...

Cela aurait pu être une remarque très sarcastique, voir ironique, mais il n'en était rien dans la bouche de la nérozia. Elle admirait vraiment le comportement altruiste de Yargaïl, parfaitement consciente que le sien était clairement du coté égoïste de la barrière. D'ailleurs elle n'avait pas fait de distinguo bien et mal... Elle préférait voir cela comme de l'altruisme contre de l'égoïsme. Du moment que l'on restait dans des gestes quotidiens et ordinaires. Après tout, chacun avait sa propre vision du bien et du mal. Les sylphides en exécutant le génocide de son peuple avait peut-être pensé agir pour le bien de tous ? Une interprétation tordue et bizarre... Inutile de préciser le point de vue des syliméas sur ce sujet...

-Enchantée Yargaïl, moi c'est Kaly...

La nérozia aurait pu chercher à lui serrer la main comme certains le faisaient mais ils étaient tous deux installés à leur table respective et semblait pleinement profiter d'un repas. Elle n'allait certainement pas se lever et s'installer à sa table... Au lieu de cela elle se contenta donc d'un salut de la tête et d'un sourire sincère. Ne lui avait-elle pas donné son « vrai » nom d'ailleurs ? Même s'il n'était pas complet.

-Certains le sont bien... Mais cette bêtise et cette naïveté peuvent parfois être une certaine forme de loyauté en leurs convictions pour d'autres. Un optimisme peut-être un peu forcené envers ce monde...

La jeune femme ne put s'empêcher de lui rendre son sourire tant il était sincère et communicatif... Même si, comme d'habitude, elle évitait soigneusement de croiser son regard, ses yeux étant bien trop dérangeant pour ceux qui n'en avaient pas l'habitude.

-Et votre comportement est admirable... C'est dommage que tout le monde ne soit pas capable d'autant d'altruisme...

Personnellement, cela faisait longtemps que sa propre dose d'optimisme l'avait désertée. Elle avait, après tout, quelques circonstances atténuantes pour être ainsi désabusée. Et paranoïaque... A bien y penser, elle essayait tout de même d'améliorer ce monde à sa manière, c'était pour cela qu'elle faisait partie de la Rose après tout, mais elle ne pourrait jamais faire autant preuve d'abnégation. Après avoir été élevée pour obéir le moindre ordre et réaliser le moindre désir des sylphides, après avoir tout perdu et avoir été enfermée plusieurs siècles sans raisons valables, après avoir réalisé qu'ils n'étaient que des croquemitaines, Kalysta avait du mal à penser aux autres... A moins qu'ils ne fassent partie de sa race ou qu'ils soient parvenus à devenir ami avec elle... Et même si c'était triste, elle ne se faisait pas d'illusions non plus... Même si elle se mettait à constamment agir comme Valrok, elle savait que ceux à qui elle aurait tendu la main seraient les premiers à brandir fourches et torches en apprenant ce qu'elle était vraiment.


-Heureusement qu'il y a des gens comme vous, non ?

La jeune femme retourna temporairement à son repas, constatant avec une pointe de déception que tout ce qui restait dans la sauce était des légumes. Elle ne doutait pas qu'ils étaient fort bons, ils avaient agréablement assaisonné le plat, mais elle n'allait pas les manger. Très peu pour elle... Dommage... Elle aimait pouvoir profiter d'un repas en ville de temps à autres car cela lui permettait de découvrir de nouveaux goûts mais, au final, elle déboursait toujours des dias pour un plat qu'elle ne pouvait manger qu'à moitié. Se nourrir était toujours plus facile sur la route car, même si la notion de cuisine devenait plus que primaire, l'accès à la viande était moins problématique.

-Et vous n'avez jamais eu envie de voyager ? De faire profiter vos bonnes actions à un plus grand nombre ? Ou agir à un autre niveau... ?





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Forestier d'Oris ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Forestier d'Oris ::
Yargaïl Valrok

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Jeu 18 Juin - 21:24

Kaly et Yargaïl continuèrent leur discussion. Le colosse finissait son assiette petit à petit et finit même par demander les restes de la femme qu’elle semblait éviter. Avec un sourire ironique il lui expliqua que les légumes étaient bons pour la santé, mais il précisa sagement qu’il préférait largement une bonne entrecôte que la décoration qui allait avec. Il ne manqua pas non plus d’évoquer ses repas de chasseur lorsqu’il était en forêt. Un sanglier à la broche ou un daim qui passait par la…il lui indiqua son emplacement prêt de Dalma si un jour elle voulait le rencontrer dans d’autre circonstance, si le hasard le voulait bien. De cette parenthèse, il glissa à nouveau sur le sujet principal. Es ce qu’il voulait vraiment agir sur un espace plus grand et comme les grands de ce monde essayer de faire bouger les choses? Kaly posa une excellente question qui laissa Yargaïl en silence durant quelques instants, son regard se perdit sur le visage de la jeune femme et enfin dans les pensées. Il n’oublia pas qu’il faisait partie d’un ordre de chevalier depuis peu, mais mise appart le nom et les traits de caractère qui allaient avec, rien sur lui ne pouvait le témoigné ni même son travail. Il en avait jamais vraiment parlé de ça à quelqu’un, non pas par secret, mais juste parce que cela ne semblait pas si important que ça. Ses parents étaient très fier de lui, mais c’était tout. Sa voix finit par sortir pour expliquer à Kaly qu’une occasion de faire le bien à plus grande échelle, comme elle le disait, lui avait était présenté et qu’il avait accepté de faire partie d’un groupe qui se nommait l’ordre d’Oris. Il effleura rapidement comment il avait sauvé un de ces chevalier et les enfants qui étaient avec ce dernier. Retenant tout un pent de mur de maison à lui tout seul. Une historie qu’on lit souvent dans les compte pour enfant. Qui pouvait avoir assez de force pour de tels prodiges, même Valrok lui-même s’enfichait un peu. Enfin, il exposa ses choix, soit d’intégrer ce groupe entièrement et dire adieux à sa vie tranquille et
satisfaisante, ou alors embrasser une bonne fois pour toute son métier et aider les gens quand les occasions se présente à lui. Il ne savait pas encore, le saura-t-il un jour ? L’exposition s’acheva sur un ton ironique dont le bucheron avait le secret. Il lui demanda s’il elle le voyait dans une splendide armure chevauchant un grand destrier accourant après une princesse en détresse. Il disait surtout que pour le moment, il n’avait qu’une charrette et une paire de bœuf qui l’attendait dehors.


La vie de l’auberge continua parmi eux. Des gens entraient sortaient et petit à petit la nuit se plaça correctement, et la salle se vidait quand même. Certains «étaient monté se coucher, le propriétaire finissait les dernières corvées de la journée. Et comme une tâche dans le tableau, deux hommes, deux gaillards entraient. Valrok les avaient remarqué du coin de l’œil mais sans y prêter plus attention, il était surtout concentré sur Kaly pour lui accorder une soirée douce et amicale, elle qui semblait vivre une vie plutôt mélancolique, enfin c’était selon lui. Une fois au bar, les deux hommes habillaient de long manteau s’accoudèrent au bar et se permettaient de zyeuter le couple de minutes en minutes. Mais c’était plus Yargaïl qu’ils fixèrent car ils montraient une petite grimace. Une fois sur d’eux, ils se levèrent et s’approchaient des tables de discussion. Ni une ni deux, l’un brandit rapidement un gourdin et l’envoya violement dans le visage de Valrok qui s’effondra lourdement en arrière et sous la table. L’autre tenait en joue Kaly avec une dague longue en spécifiant de ne pas se mettre en travers de leur affaires. Comme pour justifier cette action, il précisait que le bucheron avait sauvé un petit voleur qui leur avait dérobé. Ce que le petit ne savait pas, c’est qu’il n’était pas de simple marchand, mais des maraudeurs tout simplement. Une fois avoir vu la montagne sauver leur voleur, ils avaient préféré attendre la nuit et surtout venir avec des renforts et des moyen pour donner une leçon au bucheron.

Le temps dans la salle était devenu lourd et presque en stase. Les bandits semblaient contrôler la situation. Le propriétaire était caché derrière le bar, les quelques clients étaient tétaniser à leur table et plus personne osèrent entrer dans l’établissement. Avaient-ils vraiment mesuré l’impact d’un tel acte ? Kaly, semblait elle être une femme en détresse ?




Yargaïl à votre service:
 



Yargaïl, toujours là! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Ven 19 Juin - 16:18

Gentil Géant semblait bien décidé à lui tenir compagnie pour la soirée finalement. La jeune femme ne lui dit rien mais elle lui était gréée de la diversion qu'il représentait. Sans cela, même si elle aurait passé la nuit au chaud et confortablement installée, elle aurait dû expérimenter avec son pouvoir et broyer quelques idées noires au passage. Cette alternative était bien plus agréable... Kalysta se détendit peu à peu en sa présence même si le chevalier pouvait toujours sentir une certaine réserve et contenance chez elle.

Elle lui céda le reste de son repas sans rechigner et avec un sourire amusé, écoutant même sa remarque sur les légumes avec un pointe d'indulgence. Difficile de lui expliquer pourquoi, dans son cas, leur consommation n'était peut-être pas aussi saine qu'il ne le pensait sans trahir ce qu'elle était. Et elle prit soin de masquer la faim qui recommençait à hanter son regard lorsqu'il lui détailla chasses et recettes... Elle serait probablement obligée de prendre quelques lamelles de viande séchée avant de se coucher pour ne pas s'endormir avec un esprit un peu trop focalisé sur son régime carné. Cela avait tendance à provoquer toute une série de rêves assez perturbants pour elle, allant d'une simple chasse au rappel de son tout premier « repas »...

La syliméa retint un éclat de rire en entendant qu'il n'en était encore qu'à la charrette et aux bœufs, bien loin de limage glamour que pouvait parfois provoquer l'idée des chevaliers d'Oris. Mais c'était une caste qui lui allait bien maintenant qu'elle en savait un peu plus pour lui... Avec sa nature altruiste et son sens de la justice, il allait probablement rapidement monter les échelons de son ordre... L'incident avec les enfants lui avait fait froncer les sourcils, ce n'était pas le genre de situation, ou de publicité, dont elle était friande. Elle irait glaner quelques renseignements à ce sujet lorsque l'occasion se présenterait. Peut-être si Jonas allait un peu mieux... ?

Cela faisait en fait bien longtemps qu'elle n'avait pas eu une aussi agréable soirée... Entre ce qu'il s'était passé avec les colosses, chaque réveil provoquait une recrudescence de messages à porter entre réassurances et rumeurs, le climat politique actuel, les nérozias et Irina avaient beaucoup de pain sur la planche, et le fait qu'elle soit toujours en formation auprès de Ducisio... Bref, elle n'avait que trop rarement un moment à elle, où elle n'avait pas à surveiller constamment qu'on ne viendrait pas la poignarder dans le dos. Et c'était sans compter que tout le monde n'était pas aussi ouvert et avenant que Yargaïl, qui resterait à jamais affublé du sobriquet « Gentil Géant » dans son esprit...

Et en un sens, c'est parce qu'elle prenait enfin de bon temps que Kalysta aurait du se douter que cela allait mal tourner. Bien sûr que sa chance ne tiendrait pas le coup. Bien sûr qu'une tuile allait leur tomber sur le coin de la truffe. Bien sûr qu'elle ne pourrait pas avoir une soirée « normale ». Dès que les deux hommes entrèrent dans la taverne, une partie de son attention fut redirigée vers eux. Entre l'heure et leur comportement peu discret, ils sentaient les ennuis à plein nez... Accessoirement, elle avait un peu pris l'habitude de devoir répondre aux avances mal placées soit d'une frange de la population mâle, souvent sévèrement imbibée, soit de chasseurs de primes ou brigands. Le fait que leur attention semblait en grande majorité dirigée vers Yargaïl représentait un changement appréciable même si cela n'enlevait rien à son inquiétude naturelle...

Pourtant, même si elle se tenait prête, elle n'eut pas le temps d'avertir Valrok pour qu'il puisse esquiver cette première attaque. La jeune femme hissa entre ses dents mais releva ses mains, les laissant en évidence, en découvrant une dague pointée vers elle. Maintenant que Gentil Géant était au sol, elle ne pouvait plus vraiment le voir, il lui était donc impossible d'évaluer correctement les dégâts qu'il avait subi... Celui qui avait lancé sa matraque ne semblait pas beaucoup plus musclé que lui mais elle était bien placée pour savoir que cela ne voulait rien dire en termes de puissance de coup dans un monde dominé par la magie... Elle ne pouvait qu'espérer que seules la force du mouvement et la surprise étaient responsables de sa chute. Et rien de plus grave...

Personne ne réagissait pour l'instant... Et pourquoi devrait-elle l'aider, elle ? Après tout, à bien y penser, ils étaient des ennemis naturels, non ? Lui étant membre des chevaliers d'Oris, elle étant une nérozia. Lui étant un homme bon vivant suivant des principes de haute moralité et elle n'étant qu'un de ces monstres oubliés... En fait, elle devrait même les aider. C'était un peu ce qu'on attendait d'une personne comme elle, non ? Une sale nérozia... Un monstre de syliméa... La jeune femme affichait un air entre la résignation et un vague agacement mais elle ne semblait pas vraiment se préoccuper de son compagnon et du danger qu'il encourait.


-Franchement... Vous étiez tellement pressés que vous pouviez même pas attendre patiemment qu'il sorte ? Je sais pas moi, pour lui tendre une embuscade... ?

Elle haussa un sourcil sarcastique à celui qui la menaçait, visiblement bien loin de la jouvencelle terrorisée. Le rufian sembla mal le prendre, faisant un pas vers elle en ouvrant la bouche, probablement pour la menacer ou quelque chose dans la même veine lorsqu'une chaise vint violemment s'écraser dans son dos. Le meuble ne survécut pas à l'impact alors que l'homme se retrouvait projeté en avant en criant. La syliméa en profita pour tordre le poignet qui tenait la dague, le désarmant tout en le propulsant un peu plus violemment au sol. Elle profita du mouvement pour se tourner vers le second homme, prête à jeter sa dague sur lui s'il le fallait. Mais peut-être que Yargaïl était parvenu à se relever et l'avait déjà mis hors d'état de nuire...





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Forestier d'Oris ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Forestier d'Oris ::
Yargaïl Valrok

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Ven 19 Juin - 20:40

"Bat toi Valrok ! Réagis ! »

Les coups pleuvaient par centaines dans une cadence aléatoire, mais jamais de répit se présenta. Au milieu d’une bande d’adolescent aux hormones friandes, Yargaïl était au sol tentant de parer du mieux qu’il pouvait les assauts. Mais alors qu’il put les défier et contre-attaquer des dizaines de fois, il resta la sans rien faire attendant que le malheur se termine. Pourtant, il n’avait que fait leur dire bonjour, du haut de ses dix ans, il a dû être une cible facile pour se défouler et combien de fois sa corpulence avait mis au défi les plus menu de le briser ? De savoir simplement s’ils étaient plus forts que lui ? L’attaque cessa lorsque le voisin des Valrok accouru vert eux pour aider le petit garçon. La bande s’enfui, manifestement satisfait de leur prodige et mettant Yargaïl à la hauteur d’un combattant de pacotille. Lui se releva doucement, le visage en sang, les vêtements déchirés, la peau abîmé. Mais il était debout comme s’il avait passé une mauvaise nuit. Comme son père lui avait enseigné, il devait toujours se relever, ne jamais abandonner. Le voisin insista pour qu’il reste assis, lui qui était prêt à appeler des gens pour venir le porter et le soigner. Mais sa phrase, même pas achevé, l’apprentie bucheron, leva son panier de petit bois qu’il était venu livrer comme si de rien était. Il boitait, mais il ne râlait pas et ne se plaignait pas. Au fond de lui, la colère bouilla évidement, mais pour lui, il y avait plus important qu’une fierté mal placé. Ce n’était pas sa force qui impressionné le plus, beaucoup ont vu quelques petites prouesses de la part du petit, mais peu pouvait témoigner de son incroyable endurance.

Revenant à l’auberge, le grand Valrok se réveilla enfin de se souvenir. Lorsqu’il se releva, le bras du brigand tenant la dague fut stoppée net par un étau qui était la main du chevalier. L’attaquant eu juste le temps de tourner la tête, comme si Yargaïl avait patienté pour qu’il le regarde et ce ne fut pas ses yeux que le bandit vit, mais un poing arriver sur lui trop rapide pour esquiver. Valrok envoya un coup assez fort pour envoyer son adversaire faire des roulé-boulé jusque ‘ à ce que la porte d’entrée l’arrêta. Avec un œil au beurre noir et une narine qui saignait, le bucheron ne semblait pas sympathique du tout. Bien sûr qu’il avait appris à encaisser et à endurer les maux, mais depuis cette bande de son enfance, il s’était aussi décider à riposter. Comme s’il sortait les poubelles, il attrapa un pied du deuxième et le traina comme une marionnette vers la sortie et profita  de son passage pour faire de même à celui qui était assommé. Avant de sortir, il fixa Kaly en lui disant qu’il n’en avait pas pour longtemps. Une fois dehors, il voulut attacher ces deux-là à un poteau en attendant que la milice passe les prendre durant une garde. Mais ils avaient appelé des renforts qui étaient resté dehors. Ils étaient six en tout et voir leur meneur au sol ne les amadoué pas du tout.[/i]

« Ta vie s’achève ici Valrok, mort ou vif, tu viens avec nous… ».


Ne voulant pas plus de problème, Yargaïl voulu s’en aller et les laisser jouer au soldat et au voleur. Mais deux de ces maraudeurs étaient prêt de la charrette de bucheron. Les yeux du géant devinrent ronds lorsqu’il vit ses deux bœufs au sol, mort, égorgée. Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? pourquoi ? Les poings se refermèrent et se mit à trembler. Valrok fit l’impossible pour se canaliser, pour se retenir. Il se retourna alors face à l’assemblée. Ils étaient surement trop nombreux pour lui, aussi fort étaient-ils, mais ils le voulaient, alors ils allaient devoir venir le chercher. Un cri de guerre retentit, un bretteur se lança sur le colosse fendant son épée sur le géant. La lame rebondit dans un éclat d’acier et un uppercut l’envoya au tapis dans la foulée. Yargaïl regardait les autres attendant sagement le suivant.




Yargaïl à votre service:
 



Yargaïl, toujours là! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Sam 20 Juin - 17:22

Kalysta s’apprêtait à lancer la dague sur le second malandrin lorsque le bras de l'homme fut brusquement piégé par une main semblant sortir de nulle-part. Visiblement Yargaïl s'était rapidement remis de ce premier coup, comme l'avait soupçonné la nérozia. On ne pouvait pas être une montagne d'homme et s'effondrer lamentablement dès le premier coup ! Le coup de poing fut brutal et d'une rare efficacité, envoyant leur adversaire cul par dessus tête. La jeune femme esquiva un sourire en coin satisfait, faisant tourner la dague entre ses doigts experts. Il valait peut-être mieux pour eux que Gentil Géant prennent les choses en main à partir de maintenant… La jeune femme n'avait pas une once de sympathie pour ceux qui cherchaient ainsi à maltraiter les plus jeunes…

En parlant de Gentil Géant, ce dernier avait le regard bien noir par rapport à tout à l'heure. D'un autre coté, elle aussi aurait probablement des pulsions létales si on l'avait attaquée ainsi. Elle observa son compagnon de la soirée traîner sa propre victime par le pied comme s'il se contentait d'évacuer une simple ordure. Il y avait des moments où la force brute avait du bon… La jeune femme laissa donc Valrok sortir les « poubelles » sans protester. Elle lui laissa même quelques minutes d'avance, continuant de faire tourner la dague entre ses doigts de façon pensive. Elle avait accompli sa BA déjà. Inutile de plus se préoccuper de lui, non ?

La syliméa soupira en secouant doucement la tête. Comme si c'était vrai… Comme si elle allait louper la fête et le laisser se dépatouiller tout seul… Yargaïl était une bonne pâte, le genre de gars prêt à donner son bras si ça pouvait aider son prochain. Quelqu'un qui cherchait à améliorer ce monde… Et n'était-ce pas un peu pour ça qu'elle s'était engagée chez les nérozias ? La jeune femme se dirigea vers le patron du bar tout en s'attachant les cheveux après avoir glissé la dague à sa ceinture...


-Ca risque d'un peu remuer dehors. Ce genre de rats se déplace toujours en bande. On va essayer d'être rapide mais juste au cas où...

Kalysta lui lança les dias qu'elle lui devait avant de remonter sur son visage le foulard qu'elle gardait toujours autour de son cou. Lorsqu'elle ouvrit la porte, elle constata que Gentil Géant allait devoir se battre à un contre six, voir plus si les deux qu'ils avaient déjà assommé reprenaient leurs esprits trop tôt… Un premier homme se jeta sur le bûcheron sans grande finesse alors qu'un second profitait de la distraction pour se faufiler par le coté pour le prendre à revers. La nérozia reprit la dague en main la lançant légèrement pour la prendre par la lame et l'instant suivant il s'effondrait au sol, juste sur la droite de Valrok. Le pommeau de l'arme dépassant de sa gorge, il produisit un dernier gargouillis mouillé avant de s'immobiliser définitivement.

Sans dire un mot la jeune femme vint se positionner aux cotés de Yargaïl, sortant son épée courte et sa dague… Il n'allait certainement pas se battre seul contre ces vermines. Sa vocation était de protéger la population, non ? Se débarrasser d'un groupe de brigands en aidant un bûcheron lui paraissait tout à fait approprié pour la peine. Elle espérait que le chevalier n'allait pas objecter à son aide, même à eux deux, rien n'était encore gagné. Même s'ils avaient pour eux le fait qu'ils avaient frappé fort dès le début… Coté moral, cela pouvait aider…

Il y eut un court moment de flottement avant que tout le groupe ne bouge comme un seul homme, se jetant sur eux en deux groupes distincts. Cela se révélait assez équitable puisque chacun d'eux avait deux adversaires à affronter, du moins tant que celui qui avait été cueilli par le coup de poing de Yargaïl ne se relevait pas pour se mêler au combat. Kaly soupçonnait d'ailleurs qu'il attaquerait le géant en priorité, ce qui n'était pas sans l'arranger d'ailleurs. Elle allait avoir suffisamment de travail avec les deux siens... Et le but n'était pas de créer plus de difficultés mais d'épauler le bûcheron...

La jeune femme n'attendit pas les premiers coups les bras ballants, préférant l'attaque à la défense... Elle s'élança donc vers eux, juste assez pour gagner suffisamment de puissance pour cueillir son premier adversaire d'un coup de pied bien placé au niveau du torse, le coupant violemment dans son élan et le propulsant ainsi au sol... Cela lui donna l'amplitude pour pouvoir parer le coup d'épée que le second essaya de lui asséner à la tête. Le crissement produit par les deux lames lui fit serrer les dents alors qu'elle continuait son mouvement, avançant sur lui jusqu'à se retrouver poitrine contre torse pour lui planter sa dague dans le ventre.





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Forestier d'Oris ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Forestier d'Oris ::
Yargaïl Valrok

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Sam 20 Juin - 18:26

Yargaïl était du genre à laisser une chance aux malicieux afin qu’ils retrouvent la lumière et le bien. Il espérait à chaque fois que ce soit le cas, que ces gestes et ses paroles pouvaient avoir un certain impact. Leur donner la mort n’était donc pas une solution en soi pour lui, mais il n’était pas comme son père non plus, Edalion aurait tout fait pour ne pas tuer. Valrok, lui, savait également que certaines personnes naissaient mauvaise et que leur mort furent plus une délivrance qu’un châtiment. Les gens qui faisait le mal juste pour faire le mal, n’était pas digne de vivre pour le simple bien de ceux qui ni s’y sont pour rien. Même si sa retenue avait une limite, elle fut que rarement franchie au point qu’on pouvait compter ses meurtres sur les doigts d’une seule main rien que sur les deux dernière années de sa vie. Il avait même l’impression que cet acte allait être chose courante à l’avenir, il devait faire attention.


Son regard sur ses assaillants, il en comptait trois au sol, et deux devant lui, la présence de Kaly à ses côté avait clairement séparé le groupe, même si pour lui, il avait bien l’intention de les prendre tous, mais il savait qu’une aide, si elle n’était pas une forme de boulet, ne se refusait jamais. Le bucheron, depuis sa rentrée au sein de l’ordre, avait suivi un début de formation militaire, il allait mettre tout ça en pratique. Il avait découvert que la force brutal mélangée à une certaine agilité ou équilibre devenait exponentiellement puissante. Yargaïl n’était pas armé, sa hache était resté dans la charrette, mais ce n’était pas ça qui allait le faire déguerpir. Contrairement à Kaly, lui, resta stable et attendait sagement les attaques. Le premier courut sur lui comme pour lui sauter à la gorge armé d’une épée courte. Une simple esquive en pivotant son pied en arc de cercle, Valrok ouvrit la porte à son attaquant pour qu’il se prenne le mur de l’auberge. Le second profita d’être derrière pour sauter sur le dos du géant et tenta de l’étrangler comme il pouvait. Un coup de tête vers l’arrière, les mains allant s’agripper aux vêtements, Yargaïl envoya la poupée de chiffon sur le premier. Le premier poussa son collègue comme enrager d’être traité comme un débutant et chargea à nouveau le bucheron. Cette fois le géant frappa un revers dans le plat de la lame ennemi et son autre main vint gifler l’épéiste assez fort pour l’envoyer au sol.


Valrok ferma un œil en grimaçant lorsqu’il entendit des gargouillis mortel à ses côté, Kaly semblait à l’aise dans ce genre de situation, au moins, il n’avait pas besoin de lui venir en aide. Tant mieux, car il avait du travail lui aussi, car celui qui s’était pris le coup de poing se réveilla tout doucement et celui qui s’était pris l’uppercut bougeait également. Ses yeux se posèrent à nouveau sur sa paire de bœufs morts. Il ramassa le second assaillant par la gorge et le leva à bout de bras et le claqua contre le mur de l’auberge. Alors qu’il voulait chercher la moindre explication à cette barbarie, aussi futile pouvaient elle être, il se fit agripper par l’arrière par deux éveillés et poussé par celui qui avait reçu la gifle. En deux trois mouvement, Yargaïl était entravé par un homme sur chaque bras et un second au niveau des jambes. Le second se remit de son cou et vint mitrailler l’estomac du bucheron de coup de poing. Valrok jeta un œil à Kaly pour lui demander de l’aide. Même si c’était un homme robuste et fort, il n’était pas gêner de demander un coup de main, mais plus on le tapait, plus il sentait une pulsion augmenter au creux de son estomac, ses muscles se mirent à gonfler légèrement. Sous la douleur et la mauvaise et désagréable sensation d’être prisonnier, il sentait un sentiment étrange. Il semblait apprécier ce qui naissait en lui comme si pour une fois il avait le droit de libérer ce qu’il avait toujours retenu. Alors que des gémissements de douleur sortaient de temps en temps de sa bouche, un sourire discret finit par s’afficher.




Yargaïl à votre service:
 



Yargaïl, toujours là! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Lun 22 Juin - 17:01

Kalysta ne s'était pas posé de questions lorsqu'elle était passée à l'action. Lorsqu'elle frappait c'était pour faire en sorte d'éliminer la menace et la manière la plus efficace de s'assurer que son assaillant ne se relève pas était encore de le tuer. Ou de le blesser suffisamment pour que cela en soit proche... Elle supposait que Yargaïl était du genre à essayer de ne pas tuer inutilement et à préserver les vies de ses adversaires... Même dans ce genre de situation. Et ce n'était pas faute de matériel. La jeune femme avait parfaitement conscience que l'absence de lame ne voulait pas forcément dire que le danger de perdre sa vie était moins grand. Il existait bien assez de techniques d'assassinat à mains nues pour ne pas sous-estimer l'absence d'armes. Surtout quand on avait le gabarit du bûcheron...

En attendant, il semblait trop occupé pour chercher à la réprimander sur ses techniques, ce qui l'arrangeait car elle n'était pas sure de se montrer très réceptive à ses arguments. Et à moins que les autorités des lieux soient corrompues, ils ne risquaient pas d'être trop inquiétés par leurs actions. Ils étaient tout de même en train de purger les rues d'un groupe qui devait régulièrement leur poser problèmes. Pourtant, dans la catégorie « brigands de grands chemins », Kalysta n'était pas trop mauvaise dans son genre non plus. Mais sa caste et elle s'attaquaient principalement, pour ne pas dire uniquement, aux riches ou aux représentants corrompus de tel ou tel état... Ce n'était pas vraiment la même chose et ils n'auraient certainement pas cherché à punir Jam pour son geste. Au pire, ils auraient probablement cherché à le recruter.

Jetant un rapide coup d'oeil vers le bûcheron, la jeune femme constata qu'ils parvenaient à plutôt bien s'en sortir pour l'instant. Cela lui permit de mieux se focaliser sur ses propres adversaires. Enfin... Son dernier adversaire. Celui qu'elle venait de parer n'était pas parvenu à ésquiver l'attaque au ventre qu'elle venait de lui porter avec sa dague. Il eut l'air clairement choqué d'avoir été ainsi battu par une femme, imbécile qu'il était, avant de s'effondrer au sol. Malheureusement la syliméa ne parvint pas à dégager son arme d'appoint et il l’entraîna avec elle. Il était hors de question qu'elle se baisse pour dégager la lame, cela la laisserait vulnérable à une attaque que le dernier homme ne manquerait pas de porter s'il avait ne serait-ce qu'une once de jugeotte... Kalysta n'était pas pour autant sans défense puisqu'il lui restait encore son épée courte mais elle cela ne l'empêcha pas de pousser un soupir agacé... C'était le genre d'erreur que les débutants faisaient et qui pouvaient leur coûter la vie.

Sentant une ouverture, le malandrin chercha à l'attaquer, lui portant un coup vicieux sur le flanc gauche. La jeune femme ne parvint à l'éviter qu'en faisant un bon en arrière, appréciant pleinement la finesse du corps qu'elle s'était modelé. Elle se retrouvait maintenant dos à Yargaïl et ne pouvait pas vraiment voir ce qu'il advenait de lui. De toute façon elle ne pouvait plus vraiment se permettre de diviser son attention. Son ennemi se montrait meilleur bretteur que ce à quoi elle s'attendait et elle suspectait que ce dernier n'hésiterait pas à utiliser ces pouvoirs cette fois-ci... Tous deux échangèrent une série de coups vifs et précis, faisant chanter le métal de leurs épées. L'homme parvint finalement à passer la défense de la syliméa, une vilaine entaille venant gracier son avant-bras droit et la faisant hisser de peine. Elle répondit d'un revers de la main qu'elle appuya à l'aide de sa télékinésie afin de gagner en puissance. Cela permit de désengager leur situation, le faisant reculer de plusieurs pas avant qu'il ne se prenne les pieds dans le cadavre de son collègue et ne tombe en arrière.

La nérozia aurait pu chercher à pousser son avantage mais les bruits dans son dos lui firent tourner la tête, abandonnant temporairement son adversaire. La scène qu'elle découvrit ne fit rien pour la rassurer. Visiblement Yargaïl venait de se faire prendre en tenaille par ceux qui venaient de se réveiller. Raison de plus de ne pas les ménager... Kalysta prit sa décision en une fraction de secondes, espérant qu'elle n'allait pas chèrement la payer. Elle se précipita vers eux afin de profiter pleinement de l'élan qu'elle gagnerait ainsi avant de plaquer ceux qui tenaient les bras du bûcheron. Elle les cueillit pile au niveau de la taille et tous trois se retrouvèrent au sol quelques secondes plus tard dans un mélange de membres et d'armes. La syliméa ne pouvait qu'espérer que Gentil Géant saurait profiter de la chance qu'elle venait de lui offrir...

Après une lutte acharnée, et particulièrement vicieuse, au sol, Kaly se retrouva à califourchon sur l'un des bandits, le second gisant inconscient après un vigoureux coup de coude à la tempe. Une position bien intime mais qui ne gêna en rien la jeune femme. Constatant qu'elle avait perdu son épée courte dans la bagarre, elle sut rapidement s'adapter et posa brusquement sa main sur la poitrine de l'homme, bien à plat. Ce dernier eut un rictus méprisant, prêt à se moquer car la « claque » n'avait pas fait grand mal, quand la nérozia infliga un peu plus de pression. Pression qui fut brusquement multipliée par la force de sa télékinésie au point qu'un craquement sinistre se fit entendre alors qu'une gerbe de sang sortait de sa bouche. Le sourire condescendant de l'homme s'effaça de ses lèvres en même temps que la lueur de vie de son regard...

Mais la syliméa n'eut pas le temps de profiter de sa victoire. Elle savait qu'elle prenait un risque en préférant se porter à l'aide du chevalier plutôt que d'achever son adversaire et cela s'avéra exact. Seul son entraînement lui permit de sentir le mouvement dans son dos et ses réflexes la poussèrent à rouler sur le côté. Mais trop tard... Si elle garda la tête fermement accrochée à ses épaules, la lame l’atteignit vicieusement au niveau de l'épaule lui arrachant un cri de douleur. Elle fut alors projetée au sol et le temps qu'elle se tourne sur le dos, son agresseur se retrouva penché au-dessus d'elle... Affichant un sourire mauvais il appuya son pied sur la blessure qu'il venait de lui infliger, la maintenant ainsi au sol alors qu'il levait sa lame pour l'achever...





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:


Dernière édition par Kalysta Elyomar le Mar 23 Juin - 0:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Forestier d'Oris ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Forestier d'Oris ::
Yargaïl Valrok

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Lun 22 Juin - 19:28

Les deux qui tenaient les bras du bucheron relâchèrent l’emprise lorsque Kaly leur sauta dessus. Le temps n’était pu à la réflexion, comme un élastique relâché, Yargaïl envoya ses bras autour de celui qui martelait son estomac. Il le souleva et lui infligea un puissant coup de tête au visage et le jeta sur le côté comme si ce détail était réglé. Resté plus que celui qui lui tenait la taille et les jambes. Voyant qu’il se retrouvait seul, le malandrin relâcha la prise et déguerpit. Sans attendre le géant se mit à sa poursuite, il ne voulait pas le laisser s’échapper. Valrok avait bien pensé à Kaly, d’abord il voulut l’aider, mais sa capacité à combattre parlait pour elle, elle allait s’en sortir, il en était sûr. Les formalités de politesse pouvaient attendre après le combat. D’ailleurs la bataille d’Yargaïl se transforma en course-poursuite dans la ville. Et plus elle dura longtemps, plus le chevalier s’agaçait petit à petit. D’abord, il essayait d’esquiver les obstacles que le bandit lui mettait dans le chemin. Sautant, esquivant, passant par un autre chemin. Au final, il fonça tout simplement tout droit. Les plus petits obstacles étaient tout simplement écrasés. Yargaïl savait qu’il n’était pas un marathonien non plus, alors il va falloir réfléchir un peu pour rattraper son agresseur. L’occasion se présenta à lui lorsque le poursuivi contourna une vieille grange. Le bucheron décida d’aller tout droit. Contractant son corps, la porte en bois vola en éclat laissant la charge passer, sans s’arrêter, il défonça le mur en bois du fond et se retrouva devant le fuyard juste le temps d’envoyer son bras au niveau du cou, comme une corde à linge. La course était terminée, Yargaïl profita de cet instant pour reprendre un semblant de souffle.

Le maraudeur se releva et fit face au géant conscient qu’il l’aura jusqu’au bout du monde à ses trousses, alors il décida d’en finir une bonne fois pour toute. Sans arme, la garde levé, les deux hommes se placèrent prêt à combattre. Encore une fois, ce n’était pas le bucheron qui attaqua, il para esquiva contre-attaqua. Coup de pied, coup de poing, le duel faisait rage en donnant une égalité aux deux. Le coureur semblait perdre en endurance le premier. Prenant de la terre afin de l’envoyer dans le visage de Valrok, il grimpa à un vieux moulin en bois indicateur de vent .En le voyant grimper Yargaïl vit que de l’a haut, le fuyard pouvait atteindre les toits et enfin s’échapper de lui. Le géant n’avait aucune envie de recommencer sa poursuite. Il prit une des poutres montante entre les mains et commencèrent à aller d’avant en arrière et petit à petit, la construction commencèrent à être secouer. Le bandit s’agrippa comme il pouvait mais tenait bon. Agacer, Yargaïl recula et donna un bon coup d’épaule et lorsque le résultat ne venait pas, il prit de l’élan, toujours plus loin, et le moulin finit par basculer. Le bucheron rattrapa le maraudeur pendant sa chute et le lança sur le côté. Il semblait tétanisé, car le visage du chevalier en voulait dire long sur son sort, il semblait vouloir l’achever lui-même. Pris par le col et écrasé contre une façade, il ferma les yeux lorsqu’il vit le poing de Valrok arriver sur lui. Mais le coup n’arrivera jamais, en ouvrant une paupière il vit la main fermé à un centimètre de son visage. Yargaïl prit le nez du bandit entre ses doigts et le serra.


« T’a perdu ! pouet pouet ! »


Il le relâcha le laissant s’étendre au sol inerte. Il finit par l’attacher avec ce qu’il trouva laissant le reste à la milice du coin. Il voulait retourner à l’auberge et aussi voir si Kaly était aussi forte qu’il le pensait. Mais pas tout de suite, lui aussi s’adossa à un mur et passa son visage dans ses mains un instant comme pour revenir à la réalité. Il venait de gagner en assurance au niveau des combats, mais il venait de perdre son moyen de transporter son travail. Une charrette et une paire de bœufs coutaient cher et il n’était pas riche. Il ne savait pas si la femme de l’auberge allait le rejoindre, son chemin n’était pas difficile à suivre, il suffisait de suivre le sillon laisser par Yargaïl lorsqu’il croisait une table, une chaise, une caisse ou un tonneau. Ou alors allait elle tout simplement disparaître, il avait également envisagé cette possibilité. Néanmoins, il devait lui dire merci.




Yargaïl à votre service:
 



Yargaïl, toujours là! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Ven 26 Juin - 12:27

La nérozia parvint tout juste à étouffer le cri de douleur en serrant les dents au point de se les briser. Ce n'était certainement pas la première, ni la dernière, fois qu'elle était ainsi blessée mais la douleur la prenait toujours de court, lui volant son souffle et une partie de son esprit. Dans ces moments-là elle ne réagissait plus que par instinct, se laissant parfois aller aux aspects les plus sombres de sa personnalité. Car si elle avait déjà ôté la vie de certains de ses adversaires, ce n'était jamais par plaisir ou avec cruauté mais toujours par nécessité. Parce qu'elle était un soldat... Mais dans ces moments où elle s'agrippait à sa conscience avec férocité, elle ressentait un profond besoin de leur faire payer. De les faire tout autant souffrir qu'ils avaient fait souffrir leurs victimes. Que ce soit elle ou d'autres...

Le problème avec l'instinct c'est que l'on a pas toujours conscience de ce que l'on fait exactement. Ou comment on le fait. On agit, tout simplement... Kalysta avait mal et ne voulait pas mourir. Elle devait se dégager et faire en sorte que l'homme qui la menaçait actuellement ne l'achève pas. Son adversaire leva son épée bien haut, pointe vers le bas, avant de l'abattre vers la poitrine de la syliméa. Mais la pointe de la lame ne toucha jamais sa cible... Le malandrin tomba en arrière dans un cri de douleur. Brusquement libérée, la jeune femme roula loin de lui avant de se redresser, la main pressée sur la blessure de son épaule, essayant de comprendre ce qu'il venait de se passer...

Le pied du brigand, celui qu'il avait pressé contre sa blessure, était dans un état horrifique. Du peu qu'elle parvenait à voir alors que son propriétaire venait de se rouler en boule pour se protéger, quelque chose était passé au travers de son appendice tout en le déchiquetant. Ce quelque chose semblait être venu d'en dessous. La jeune femme sentit son sang s'échapper paresseusement d'entre ses doigts et la réalisation la frappa comme la foudre. Suite à ses dernières mésaventures, elle s'était rendue compte que son sang avait pris des qualités particulières mais il n'avait jamais pris d'initiatives aussi « offensives » jusque-là. Elle avait pu constater qu'il pouvait désormais former une sorte de protection en s'amalgament sur certaines parties de son corps mais elle n'avait pas envisagé qu'il puisse se solidifier suffisamment pour improviser une arme.

Elle n'avait pas le temps de s’appesantir sur cette soudaine découverte... En regardant autour d'elle, elle constata qu'elle était désormais seule, enfin... Yargaïl n'était plus là... Techniquement parlant c'était meilleur signe que de trouver son corps sans vie au sol. De même, elle ne voyait pas de flaques de sang inquiétantes. L'un de ses attaquants avait du prendre ses jambes à son cou et il avait du suivre... Gentil Géant devrait réussir à s'en sortir tout seul pour l'instant, elle n'avait pas besoin de courir après lui l'air éperdue en s'imaginant les pires scénarii, elle avait mieux à faire. La jeune femme se rapprocha du brigand qui agrippait son pied en gémissant pathétiquement... Bon... On ne pouvait plus vraiment dire qu'elle était dans le feu de l'action maintenant. Difficile de le tuer de sang froid pour elle, même si elle n'hésitait jamais à se défendre de façon efficace, c'était toujours en plein cœur de l'action. Pas après. Elle n'avait jamais aimé achever les blessés...

Une poignée de pas plus tard elle était directement à coté du malandrin, inversant presque la situation dans laquelle ils avaient été quelques instants plus tôt. Avec un soupir mêlant fatigue et lassitude, la syliméa envoya un violent coup de pied en plein dans la tête de l'homme à terre. Il s'effondra comme une marionnette à laquelle on aurait coupé les fils mais le soulèvement régulier de sa poitrine trahissait sa survie. Kaly ferma quelques instants les yeux pour mieux se concentrer et calmer l'adrénaline qui parcourait ses veines, elle avait besoin de retrouver suffisamment de sang-froid pour pleinement contrôler ses pouvoirs. L'instant d'après elle masqua difficilement une grimace alors que sa blessure la brûlait alors qu'une partie du sang qu'elle avait perdu revenait en place. Heureusement la sensation désagréable ne dura guère, bientôt remplacée par le fourmillement familier de sa régénération...


-Oy ! Ca va aller ? Où est Valrok ?

La jeune femme tourna vivement la tête pour découvrir le propriétaire de l'auberge qui sortait timidement la tête par la porte. Il observait le carnage l'oeil rond, visiblement un peu mal à l'aise, ce qui pouvait se comprendre... Kalysta hocha la tête de manière brusque, prenant garde de ne pas exposer le coté où elle avait été blessée...

-Ouais, ça devrait aller. Je vais le chercher. En attendant si vous pouviez attacher ceux qui sont encore en vie et appeler la garde, ça nous rendrait service...

L'aubergiste marmonna son assentiment avant de battre en retraite dans son établissement, probablement à la recherche de cordes... Elle laissa son regard se promener sur les différents corps, plus ou moins vivants, essayant d'évaluer si elle pouvait vraiment laisser l'aubergiste gérer la suite... La décision lui fut enlevée des mains lorsque le bruit caractéristique d'un bâtiment s'écroulant vint secouer la rue. A tous les coups, c'était Gentil Géant, ou son adversaire, qui était en train de faire des dommages collatéraux. Au moins n'aurait-elle aucun mal à le localiser...

Kalysta partit donc au petit trot dans les rues, constatant que si elle avait cherché à le suivre, la piste était plus que visible. Si Yargaïl était à même de foutre un tel bordel alors il n'était certainement pas aux portes de la mort. Elle finit par le trouver adossé à un mur, le visage dans ses grands battoirs de mains. Une rapide inspection l'informa qu'il ne présentait aucune trace de sang suspecte, donc pas de blessure inquiétante. La jeune femme ralentit le pas, s'arrêtant finalement à une distance respectable du bûcheron. L'état des lieux était assez impressionnant, surtout lorsque l'on songeait qu'il s'agissait du résultat de l'affrontement de seulement deux personnes. La nérozia haussa un sourcil un peu sarcastique...


-Le moulin a cherché à vous attaquer aussi ?

Mieux valait une touche d'humour pour alléger un peu la situation...





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Forestier d'Oris ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Forestier d'Oris ::
Yargaïl Valrok

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Lun 29 Juin - 20:27

Yargaïl avait bien constaté les dégâts matériels pour attraper ce gredin. Es ce que ça valait vraiment le coup ? Les gens d’ici risquaient de le voir d’un mauvais œil, comme un fauteur de trouble, une brute, tout simplement. Mais la réflexion voulait lui dire que si cet homme était destiné à tuer des gens, alors tout ce foutoir était alors justifié. Et puis bon, les majeures parties des citoyens de la ville connaissaient le bucheron au moins de vue. Il suffisait simplement de lui demander de l’aide pour qu’il se lève vers vous sourire aux lèvres. Son moyen de locomotion faisait partie des dégâts collatéraux, il devait l’accepté et essayer de passer outre et d’avancer. Il trouvera bien une solution. En parlant de ça, il entendit des pas familier arrivé vers lui, mais ce sont ses oreilles qui permis de l’identifié le mieux. Le moulin ? Ah oui, le moulin…

« Je suis sûr que j’ai rendu service à la communauté en le mettant à terre, depuis le temps qu’il indique pu la bonne direction du vent et que personne voulait bouger pour le réparer… »


Souriant, il se releva doucement en regardant autour de lui. Il fallait à tout prix qu’il apprenne à mieux se maîtriser sinon, plus il captura de méchant, moins y aura de ville debout. Comme pour annoncer qu’il avait fini, il tapota la poussière sur lui de quelques revers de main et secoua sa tête pour en faire de même avec ses cheveux qu’il laissa tomber sur le visage. Un frottement des doigts, les mains sur les hanches, il observa ensuite Kaly.

« Ou as-tu appris à te battre comme ça ? Je suis habitué aux simples combat de rues, mais je vois bien que chez toi c’est bien plus que ça. Non ? »

Il précisa vite fait que lui profitait simplement de sa corpulence et de sa force pour prendre l’avantage, mais s’il avait suivi un début d’entrainement au combat ave l’ordre d’Oris. Il s’imaginait agir comme Kaly, agile, il l’était aussi, mais pas comme ça. Cette fille, décidément l’intrigué, et pourtant il avait autre chose à faire que de s’intéresser à elle. Il avait bien connu Jade, qui était un personnage tout à fait sublime et intriguant, malgré ses derniers penchants pour le mauvais côté. Peut-être était-ce pour Valrok un moyen de combler le manque que jade avait laissé, ainsi que les autres. Combien de temps avait-il passé ainsi seul loin de ses anciens copains qui l’avaient tout simplement piétiné ? Méfiant il l’était, à sa façon, mais ça ne l’oblige pas à errer le reste de sa courte vie seul comme un loup sauvage et solitaire. Kaly pouvait être alors la première à venir vers lui.

« Que comptes-tu faire à présent ? »

Oui, lui-même ne savait pas trop quoi faire à ce moment-là. L’auberge, il voulait s’en éloigné un moment, marcher dans les rues pourquoi pas, rentrer chez lui, fut la solution par défaut. Il était loin maintenant qu’il était à pied, mais c’était loin d’être un paresseux. Il avait aussi envisagé de se présenter d’une manière définitive à l’ordre d’Oris. Mais le choix n’était pas encore tout à fait certain. Pour lui, il n’était pas prêt, il manquait quelques choses dans le tableau, un détail, une raison valable.




Yargaïl à votre service:
 



Yargaïl, toujours là! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Mar 30 Juin - 11:59

La jeune femme laissa son regard s'attarder sur les restes du bâtiment... Personne n'avait peut-être voulu le réparer mais elle n'était pas sûre que cela voulait forcément dire que les voisins avaient voulu qu'il soit ainsi rasé. Sans compter les dégâts collatéraux... En fait, à bien y réfléchir, si elle avait demandé à l'aubergiste qu'il appelle la garde, il valait peut-être mieux pour eux qu'ils ne viennent pas à les croiser. Elle n'était vraiment pas d'humeur à s'expliquer avec eux et encore moins de se ruiner pour rembourser les dégâts causés par leur petite rixe. Et si elle suivait son instinct, Yargaïl ne devait pas non plus rouler sur l'or...

Kalysta resta à une distance respectable le temps que Gentil Géant s’époussette... Elle avait déjà en grande partie ruinée ses vêtements, elle était bonne pour une bonne séance de raccommodage, et n'avait aucune envie de créer un emplâtre en mélangeant poussière de farine et sang pas encore complètement coagulé... La question ne la prit pas vraiment au dépourvu, c'était assez naturel de chercher à savoir ce genre de choses, surtout avec son apparence. On s'attendait plus à voir ses compétences chez un homme musclé et proclamant sa nature guerrière...


-J'ai eu de bons maîtres surtout... Dès que j'ai pu grappiller une ou deux connaissances, je l'ai fait.

Ce qui n'était pas entièrement faux en soit... Après tout elle avait largement bénéficié des connaissances de son hôte qui s'était formé ainsi. Et c'était sans compter sa formation de soldat au sein de la Rose. Mais elle pouvait difficilement lui dire ainsi...

-Ca s'est révélé vital dans mon domaine et comme je suis amenée à faire pas mal de rencontres, j'en profite toujours pour repartir avec un ou deux trucs dans ma manche...

Elle haussa son épaule valide en accompagnant ses mots d'un sourire discret. C'était une attitude relativement humble, elle n'était visiblement pas du genre à bomber le torse face à ses compétences martiales... Même si elle n'hésitait plus à faire ce qui devait être fait lorsqu'elle était au cœur de l'action, elle rechignait toujours à prendre une vie. Cela lui rappelait un peu trop sa vraie nature et elle estimait souvent que cela ne ferait rien pour arranger l'image des syliméas. Elle avait d'ailleurs parfaitement conscience que ce désir était utopique, elle ne pouvait pas vivre comme une sainte, se coupant complètement du monde, pour éviter de devoir blesser qui que ce soit. D'autres personnes, d'une race tout à fait « respectable », ne s'étaient pas gênés pour commettre de parfaites atrocités après tout, même si ce n'était pas argument qui lui sauverait la vie...

Elle sentait bien que ses propos allaient attiser la curiosité de Yargaïl... La jeune femme ne pouvait décemment pas avouer au beau milieu de la rue qu'elle était une nérozia. Le secret était là aussi primordial et elle suspectait que le bûcheron ne comprendrait pas forcément les raisons de son engagement. Toute l'organisation était recherchée et la prime qui pesait sur leurs têtes était probablement assez tentante pour n'importe qui... Et si leurs moyens étaient perçus comme criminels, à raison après tout, leurs motivations ne l'étaient pas. Sans compter que leurs victimes désignées étaient rarement aussi innocentes qu'elles voulaient bien le dire... Alors avouer de but en blanc qu'elle était une nérozia était définitivement hors de question. Fort heureusement pour elle, elle possédait aussi un métier plus respectable aux yeux du public...


-Je suis une messagère. Autant dire que j'ai vite dû apprendre à défendre les messages que je porte...

La lueur d'humour qui traversa son regard avant qu'elle ne le détourne laissait entendre qu'elle estimait avoir anticipé sa question sur sa profession et qu'elle se souvenait parfaitement de la nouvelle vocation de Jam... Kaly commença à faire tourner son épaule blessée, testant les tendons, nerfs et muscles qu'elle venait de reconstruire. Toute la zone lui paraissait engourdie et elle avait besoin de faire à nouveau faire circuler le sang de façon naturelle...

-J'ai déjà payé ma chambre pour ce soir, on peut pas vraiment dire que j'ai souvent l'occasion de profiter d'un vrai lit du coup je comptais bien me faire plaisir... Par contre j'ai demandé à l'aubergiste d'appeler la garde pour s'occuper de nos nouveaux « amis »... Quitte à faire j'aurai préféré les éviter, parce que sinon on en aura pour la nuit, mais tu veux peut-être leur parler ? Au moins par rapport à ton attelage ?

Quant au long terme... Elle avait encore un boulot à finir mais si Yargaïl avait envie de bouger, elle n'était pas contre un peu de compagnie sur la route. Ce serait peut-être l'occasion de sortir de son exploitation et de faire quelque chose de plus grand au sein des chevaliers d'Oris ? Mais ce n'était pas à elle de proposer ce genre de changements majeurs dans la vie de quelqu'un qui était juste un peu plus qu'un inconnu...

-Et toi ? Tu vas faire comment ?





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Forestier d'Oris ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Forestier d'Oris ::
Yargaïl Valrok

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Jeu 2 Juil - 21:45

« Ce que j’ai à faire ? Je vais profiter d’une bonne nuit de sommeil à l’auberge, la nuit porte conseil, y paraît. »

Voilà ce qu’il voulait faire dans l’immédiat. S’il était impulsif, il se sera déjà enfui chez lui, même s’il aurait dû marcher toute la nuit pour arriver au campement. L’avantage d’être quelqu’un de naturellement costaud et imposant, c’est que beaucoup de gens prétende qu’ils ont tout dans les bras et rien dans la cervelle, c’était un jugement qu’Yargaïl portait souvent à son avantage lorsqu’il prouva que ce n’était pas exact. De plus, il devait réparer les dommages qu’il avait causés, sa moralité et son éthique le conduisait. Il pensa bien entendu à Kaly, elle l’avait aidé d’une manière totalement remarquable. Yargaïl souri et ouvra les yeux en grand lorsqu’elle lui avoua avoir encore d’autre tour dans son sac. Elle était tout à fait redoutable et il aimé ça. Surtout le fait de l’avoir de son côté plutôt qu’en face. Pour la remercier, Valrok avait pensait à un lien dans le rôle de messagère qu’elle exerçait, ça lui allait plutôt bien. Mais il lui en parlera le lendemain matin.

Quelques heures plus tard, Yargaïl se retrouva les yeux grands ouvert couché dans un lit d’une chambre habituelle de l’auberge. Il était fatigué mais cogité trop. Le retour à l’établissement l’avait un peu abattu. L’aubergiste était inquiet et satisfait du résultat. Les habitants curieux grimaçaient un peu le bucheron en voyant tous les dégâts causés juste pour quelques brigands et le plus lourd dans toute cette histoire, ce fut que ses bœufs et sa charrette avait déjà disparu. Même si c’était que du matériel de travail, il avait envisagé de s’en occupé lui-même. Ce fut sous de petit compliment quand même qu’il s’était rendu dans sa chambre. Un petit regard à Kaly, un petit sourire histoire de dire que tout allais bien et il avait disparu dans la pièce. Nu sur son lit, les mains derrière la tête, il pensait donc à ce qu’il allait faire, pour lui, ces évènements était une occasion de changer le court de a vie. Il avait bien noté l’image qu’il donnait, même si son image n’était pas très importante pour lui, mais il ne voulait pas insuffler au gens d’ici un sentiment d’insécurité et de malheur à chaque fois qu’une rixe se formait. En fermant les yeux, il put voir son père Edalion, comme s’il était à côté de lui, il lui parlait de tout ça. Tout devenait alors plus simple et beaucoup plus réalisable. Un sourire s’afficha sur ses lèvres, et le sommeil le gagnait comme si ses parents avaient su apaiser leur fils. Yargaïl connaissait tellement bien ses parents qu’il savait ce qu’ils diraient dans ce genre de situation.

La nuit passa rapidement. Kaly aurait un message lorsqu’elle rencontrera l’aubergiste. Un mot lui était adressé.

« Je t’accompagne. »

Pourtant, le géant n’était pas visible, avec quelques indications de l’aubergiste, il fallait juste suivre la même ruelle en catastrophe que la veille, sauf que là tout semblait en ordre et rangé et même nettoyé. Plus loin, la grange avec la prote défoncé fut remplacée par une autre en attendant une meilleure et le mur du fond tout aussi démoli avait profité d’une porte arrière. Soudain, des hennissements de cheval pu s’entendre près du vieux moulin. La construction n’était pas remplacée. Le bucheron était d’ailleurs entrain de charger les derniers bois sur une charrette tiré par un cheval de trait. Malheureusement, il n’était pas à Yargaïl au grand désespoir qu’afficher son petit sourire lorsqu’il croisa les yeux de la bête. Un vieux fermier souvent en guerre contre les maraudeurs lui avait prêté sa monture lorsqu’il vit le géant au petit matin trainer et porter des masses de bois à travers le quartier.




Yargaïl à votre service:
 



Yargaïl, toujours là! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Ven 3 Juil - 10:39

Yargaïl avait donc finalement opté pour rester à l'auberge, du moins pour ce soir. Kalysta ne savait pas encore ce qu'il comptait faire. Elle avait bien comprit que les brigands venaient de porter un coup dur à son commerce en éliminant ses bœufs mais rien ne disait que Gentil Géant n'allait pas persister dans son métier de bûcheron... Pourtant les routes gagneraient en sécurité si des types comme lui les arpentaient un peu plus souvent. Certaines milices et gardes surveillaient les abords des villes mais une fois en pleine nature, il n'était pas rare de faire de mauvaises rencontres... Peut-être que s'il y avait plus de Yargaïl sur la route, ce genre d'incidents se feraient plus rares...

La jeune femme traina un peu des pieds pour revenir à l'auberge et elle fut satisfaite de constater qu'ils étaient parvenus à éviter la garde. Les brigands avaient été emportés, qu'ils soient vivants ou morts et les restes de la carriole de Valrok avaient aussi été nettoyés. Elle lui jeta un regard en coin, guettant sa réaction et constatant que l'absence de son attelage semblait un peu l'affecter. Difficile, pour elle, d'éprouver une forme d'empathie pour la perte d'un animal puisqu'elle était incapable de développer quoi que ce soit d'émotionnel envers un membre de la faune... Ces derniers avaient tendance soit à la fuir, soit à l'attaquer à vue. Elle se contenta de lui tapoter le dos en lui offrant un sourire contrit avant de rejoindre sa chambre...

Finalement l'énergie qu'elle avait dépensé dans ce combat lui permit de dormir du sommeil des justes, profitant d'une nuit dépourvue de cauchemars. C'était un changement bien agréable, le tout couplé avec un lit qui lui paraissait être le comble du luxe après plusieurs jours passés sur les routes. Le fait qu'il soit dépourvu de vermines ne faisait que rajouter au plaisir... Elle abandonna toute velléité de tester son nouveau pouvoir au profit d'un repos bien mérité et put attaquer le nouveau jour pleine d'énergie. De toute façon elle sentait qu'elle aurait d'autres occasions d'expérimenter... Son pouvoir était encore beaucoup lié à ses émotions et ne manquerait donc pas de se faire connaître si elle se retrouvait à nouveau en danger...

Ne restait plus que la question de Gentil Géant et de ce qu'il comptait faire maintenant... Ce n'était pas qu'elle éprouvait un attachement particulier envers le bûcheron mais il l'intriguait. Elle était curieuse de voir s'il parviendrait à continuer à vivre selon ses idéaux, s'il continuerait à être un homme bon. Mais il y avait aussi des chances pour qu'il puisse devenir un être psychorigide appliquant une loi corrompue à la lettre... A moins que ce ne soit lui qui se laisse finalement corrompre par les sirènes du pouvoir... ? Seul l'avenir le dirait mais la nérozia espérait vraiment qu'il conserverait ce bon fond qu'elle avait pu entrapercevoir. En tous cas la question de ce qu'il allait faire dans les prochains jours se résolut rapidement lorsqu’elle récupéra son message auprès de l'aubergiste... Son voyage allait être beaucoup moins risqué pour une fois.

Lorsqu’elle finit enfin par l'atteindre, la syliméa avait un sourire amusé aux lèvres. Bien sûr qu'il allait chercher à réparer les dégâts qu'il avait provoqué la veille... Cela correspondait tout à fait au personnage, quelqu'un qui n'avait pas peur de ses responsabilités. Par contre, bien qu'elle le salua d'un geste de la main, Kaly prit bien garde de ne pas s'approcher de lui... Dès qu'elle était entrée dans la rue, elle avait remarqué l'attelage et son cheval. Pour l'instant l'animal ne semblait pas l'avoir remarquée, elle avait la chance d'être sous le vent, mais elle craignait qu'il ne panique si elle s'approchait plus. Ce qui serait plus que contre-productif puisqu'il ne ferait que provoquer plus de dégâts en paniquant. Sans compter qu'elle n'avait pas spécialement envie de s'attarder en explications, fausses, si Yargaïl se posait des questions. D'ailleurs elle espérait que les bœufs étaient les seuls animaux en sa possession sinon ils allaient avoir du mal à faire un bout de chemin ensemble...


-Un nouvel ami...? Devrais-je être jaloux ?

Kalysta fit brusquement volte-face pour se retrouver nez à torse avec un gorgorth à haute et fine stature et à l'air particulièrement inquiétant. Son visage émacié tenait presque plus du squelette que de l'homme et sa tenue avait tendance à laisser transparaître un certain sens du mélodrame. D'ailleurs il attirait les regards suspicieux des rares personnes passant dans la rue, se demandant probablement s'il s'agissait d'un quelconque sorcier maléfique. La nérozia ne sembla pas vraiment terrorisée puisqu'elle lui sauta au cou...[/i]

-Vilkas !! Comment vas-tu ? Je croyais qu'on devait se retrouver aux portes de la ville?!

Sa remarque fut accueillie par le grondement bas de son rire alors qu'elle le relâchait. C'était un son qu'elle n'avait découvert que depuis très peu de temps et qu'elle entendait chaque fois avec une sorte d'émerveillement...

-Tu étais en retard par rapport à tes habitudes. Alors ? Qui est-ce ?





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Forestier d'Oris ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Forestier d'Oris ::
Yargaïl Valrok

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Ven 3 Juil - 21:05

Yargaïl indiqua au Viel homme qu’il pouvait repartir avec son cheval. Le bois chargé lui servira de feu de bois et la place était nettoyée. Ravi d’avoir fini sa tâche et d’avoir refermé la boucle de la veille, un sourire s’afficha sur le visage du bucheron. Il frotta ses mains pour éliminer un peu de poussière et les posa sur ses hanches parcourant son champ de vision une dernière fois, comme pour bien regardé que rien n’avait était oublié. D’abord il s’arrêta sur quelques villageois qui le remercié d’un franc sourire ou d’un hochement de tête. La reconnaissance faisait plaisir à accepter, même si ce n’était pas ce qui alimenté la bonne foi d’Yargaïl. Ses yeux stoppèrent alors sur Kaly qui était au cou d’une nouvelle personne. Il sourit sans rien dire, si elle était là, c’est qu’elle avait eu son message sinon elle serait déjà partit quêtant après des messages et autre transport. Evidement l’homme squelettique avait attiré son attention. Qui ?que ?pourquoi ? Ou ? Toutes ces questions ne frôlèrent même pas l’esprit du bucheron. Pour lui les gorgoths était en quelques sortes des êtres privilégiés. Ils pouvaient perpétuer une histoire d’une vie e Terran et ainsi les rendre indirectement immortel. Yargaïl sera redevenu poussière quand celui la jouera avec d’autre génération. Restant sage et discret, laissant Kaly avec son ami, Valrok détourna encore son regard vers une connaissance familière. Jam fonça sur lui avec un seau rempli d’eau. Le bucheron n’a à peine pu mettre son bras devant les yeux qu’il fut à moitié trempé. Roulant des yeux, le sourire au coin accompagnant quelques rire moqueur des témoins. Ceci fait, il était ravi de revoir jam sans un accoutrement de voleur, il avait l’air en bonne santé et rassasié. Il lui fit signe de la main en repartant tout aussi vite évoquant un message urgent à transmettre et il lui envoya le bonjour de la famille Valrok. Décidément, la journée s’annonçait bien. Il aurait même voulu se venger de ce seau d’eau. Yargaïl avait repéré un tonneau d’eau près d’une maison. Une idée malicieuse lui avait traversé l’esprit, mais au final, il reste encore une fois sage comme une image.

Il zyeuta à nouveau sur Kaly en se perdant dans les pensées quelques secondes. Evidement ça lui rappelait ses anciens amis. C’était vraiment le genre de phrase qu’il aurait pu sortir ou inversement. La joie qu’exprimer Kaly le ravi vraiment pour elle. Il ne voulait pas briser ce moment de richesse. Yargaïl faisait plus de 2m18 et cachait pas mal de lumière par une carrure aussi imposante que costaude. Pourtant il arrivait à se faire oublier. A rester dans un coin, laissant les gens le contourner sans jamais avoir une attention particulière. Il profita de ce qu’il était pour ne pas devenir imposant dans des situations qu’il ne le concernait pas. Si le mort-vivant s’attardait un peu sur lui, il aurait pu lire facilement qu’aucune grimace ou de gêne s’affichait sur le visage du bucheron. Bien que musclé, Yargaïl n’avait pas une stature hostile, mais plutôt protectrice. Même lorsqu’il croisa les bras pour patienter, il semblait prêt à agir. Les gens qui murmuraient sur le nouveau venu, semblait se taire lorsque la présence d’Yargaïl les rassura, se disant que si lui ne semblait pas inquiet, il n’avait pas lieu de l’être également.


« Soi la pour ceux qui te voudront du bien. Soi la pour ceux qui te voudront du mal. Soi la pour ceux qui sont perdu. Ta présence change et infecte les vies qui t’entoure. Tu es mon fils, je t’ai élevé au mieux, mais toi seul décidera de quel homme tu veux être… »

Ces mots résonnèrent dans l’esprit du bucheron, qui ferma les yeux un instant comme pour remercier son père.




Yargaïl à votre service:
 



Yargaïl, toujours là! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Sam 4 Juil - 11:41

Kalysta n'avait pas besoin de se retourner ou d'observer son environnement pour sentir le poids des regards sur eux... Comme souvent l'apparence inquiétante de Vilkas jouait en sa défaveur, la population ayant tendance à croire qu'ils avaient à faire à un quelconque monstre venu les terroriser. C'était le genre de jugement hâtif et sans fondement réel qui avait tendance à hérisser le poil de la nérozia... Pourtant c'était bien elle qui en souffrait le plus pour son ami car le gorgoroth avait appris à faire avec depuis bien longtemps. Après tout son emprisonnement avait déjà été le résultat d'un jugement partial et sa rancoeur n'avait fait que renforcer cette image inquiétante qu'il projetait. Il assumait pleinement ses airs de « méchant » et en jouait même parfois. C'était l'un des traits de caractère que la jeune femme avait découvert et appris à admirer chez lui...

-Il a l'air plus malin que sa carrure ne laissait le présager...

Il s'était baissé pour lui murmurer cela à l'oreille, affichant un rictus moqueur... Effectivement, les personnes de la carrure de Yargaïl avaient souvent tendance à réfléchir avec leurs biceps et non leur tête. Cela menait à des comportements violents ou particulièrement idiots. Avec le respect que le bûcheron leur montrait, il venait probablement de s'acheter les bonnes grâces de Vilkas. Du moins pour l'instant... La jeune femme eut un sourire avant de reculer d'un pas...

-Oui... Un bon fond. Un chevalier d'Oris d'ailleurs...

Elle avait dit cela sur un ton léger mais le gorgoroth comprit immédiatement le message. Ils devraient faire attention à ne pas se trahir s'il restait avec eux... Kaly se tourna vers le bûcheron, invitant son ami à la suivre jusqu'à l'endroit où il s'était tenu à l'écart. Si elle appréciait le temps seul qu'il venait de leur offrir, il était temps qu'elle retrouve ses manières... La jeune femme offrit un sourire à Gentil Géant avant de désigner le gorgoroth.

-Yargaïl, je te présente Vilkas. Vilkas, voici Yargaïl. Il va nous accompagner sur un bout de chemin...

Elle ne précisa pas à voix haute « jusqu'à ce qu'il trouve sa voie » mais le poids de ces mots pesait tout de même entre eux. Vilkas inclina légèrement le haut de son corps vers lui, le saluant ainsi d'une façon très formelle et, surtout, un poil désuète. Il ne semblait pas du tout hostile à la présence du bûcheron dans leur petit groupe, même s'il était un peu difficile de lire son langage corporel et les expressions de son visage. Pour autant il ne lui adressa pas la parole, laissant son regard le jauger. Ce n'était pas un jugement comme pouvaient le porter les badauds, non, il s'agissait plus de quelqu'un de visiblement expérimenté en train d'évaluer les points forts et les points faibles de la personne en face d'elle. Quoi qu'ai pu voir Vilkas, il sembla en tous cas relativement satisfait puisqu'il se contenta d'un hochement de tête qui avait un petit quelque chose de définitif. Gentil Géant avait du réussir à passer un test pour entrer dans leur petit groupe...

Kalysta tapa dans ses mains, brisant la tension qui commençait à doucement s'installer entre eux. Elle n'avait pas besoin que les deux hommes qui allaient l'accompagner ne soient trop antagonistes, sans cela elle allait perdre un temps par trop précieux... Et ils avaient encore beaucoup de kilomètres à parcourir. Ajoutez à cela qu'ils seraient forcés de les faire à pied à cause de sa relation avec les animaux... Cela risquait de devenir explosif. Elle n'en voulait pas pour autant au gorgoroth, sachant pertinemment que sa liberté était encore trop récente pour qu'il parvienne à se comporter avec des étrangers de façon adéquat...


-Bon ! De notre coté, on est paré mais tu as peut-être besoin de récupérer encore un peu de matériel... ?

La question était clairement adressée à Yargaïl... Vilkas et elle portaient déjà leurs vêtements de voyage, sacs et armes, prêts à avaler les kilomètres. Kalysta ne savait même pas si le chevalier comptait revenir ici ou pas... D'ailleurs, elle se demandait si le bûcheron savait vraiment dans quoi il allait s'embarquer en fait. Non pas que ça la dérangeait vraiment, il pouvait très bien l'accompagner sur une dizaine de kilomètres comme sur une centaine, cela reviendrait au même pour elle. Ce serait tout aussi agréable et il n'était tenu à rien vis à vis d'elle, même si elle était curieuse de savoir ce qu'il allait devenir maintenant qu'on venait de forcer le destin...

-On doit se rendre dans une petite ferme entre le Comté de Dalma et le Haut-Monastère. Ca devrait nous prendre une quinzaine environ...





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Forestier d'Oris ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Forestier d'Oris ::
Yargaïl Valrok

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Sam 4 Juil - 16:34

« Enchanté Vilkas, je…oh… »

Yargaïl s’était avancé vers eux lorsque Kaly le présenta. Dans son esprit chaleureux, il voulait sourire et présenter une poigné de main franche et respectueuse. C’est au moment où le gorgoth, s’inclina légèrement sans rien dire un mot que Valrok se tue et resta sur place. Il N’était pas trop habitué à ce genre de salut, il s’étonna tout seul mais au final, afficha un petit sourire et roula un peu des yeux sympathiquement le temps que celui-ci le dévisage. Le bucheron savait parfaitement ce qu’il était en train de faire. Etait-il fiable ? Endurant ? Ou présentait ses points fort et ses points faibles. Yargaïl avait le respect des anciens, mais il était sur le point de li dire que ce n’était pas la peine de le jauger. Le chevalier, lorsqu’il avait vu le mort-vivant, s’était juste dit qu’il avait dû en voir des verte et des pas mur, un être sans doute expérimenté et naturellement méfiant, vu comment les autre le regardaient. Mais ce fut Kaly qui claqua dans ses mains et devança heureusement Yargaïl.

Le bucheron était vêtu d’une veste bleue sans manche et ouverte au niveau du torse. Son pantalon en lin renforcé par du cuir aux genoux et à l’entrejambe tombé sur des bottes de marche. Ses cheveux étaient couronnés d’un bandeau bleu attaché en queue de cheval derrière. Oui, il était prêt à partir. Et quoi de plus facile pour lui de rentrer chez lui ? Sa maison était à Dalma et la route qu’il allait emprunter était sa route commercial. Ce n’était pas la première fois qu’il allait l’arpenter à pieds et sans doute pas la dernière fois. Il écarta un peu les bras devant eux pour leur montrer qu’il était prêt avec ce qu’il avait sur lui.


« J’habite à Dalma, mon campement est là-bas. J’avais juste envisagé de livrer mon bois hier soir et de repartir ce matin, donc je n’ai pas prévu de quoi voyager longtemps et loin. J’ai cru comprendre que le temps te manquait Kaly, car j’aurai voulu faire un petit crochet par chez moi, c’est dans la forêt au sud du comté. »

Yargaïl toisa Vilkas comme pour attendre son avis. Non pas parce qu’il était un gorgoth avec pas mal de manière, mais simplement parce qu’il faisait partie du groupe de voyage. De plus, une fois chez lui, il pourrait leur proposer de quoi manger ou boire un peu. Pour lui, sa hache attendait là-bas et bien sur quelques vivres pour le reste du voyage. Et pour la première partie du voyage, il pourrait prouver à Kaly ses talents de chasseurs, cette conversation qu’ils avaient eu la veille au soir juste avant d’être brutalement interrompue. Impatient, il n’était pas, mais il laissa exprimer sa joie de prendre un peu de distance avec sa routine et pourquoi pas revenir et voir son lieu de naissance sous un nouvel œil
.




Yargaïl à votre service:
 



Yargaïl, toujours là! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Dim 5 Juil - 1:30

Vilkas avait la particularité d'être non seulement très âgé, mais aussi vieux jeu... Les deux n'étaient pourtant pas forcément associés, il suffisait de voir Kalysta après tout. Elle avait, en vérité, plus de mille ans et on avait souvent l'impression qu'elle n'était pas encore sortie de sa crise d'adolescence... Elle espérait que ces différences de caractères entre le terran et le gorgoroth ne provoqueraient pas trop de tensions. Elle supposait qu'étant adultes tous les deux, ils sauraient se tenir correctement sur la route. Ayant probablement senti ses inquiétudes, le mage posa sa main décharnée sur son épaule pour la serrer légèrement, lui communiquant ainsi qu'il saurait se comporter de façon civile et qu'il ne se laisserait pas aller à l'un de ses épisodes de violence...

La jeune femme inspecta rapidement Yargaïl d'un œil critique mais juste lorsqu'il étendit les bras pour se mettre à l'étalage. Il semblait effectivement prêt... Personne n'était venu leur demander de comptes suite au petit incident d'hier soir, ils étaient donc parfaitement libres de partir dès maintenant. Kaly rajusta une dernière fois les lanières de sa tenue, sac, armes et bottes, puis entreprit de mener son petit groupe droit vers les portes de la ville. A force de voyager, la jeune femme avait mémorisé pas mal de cartes et elle connaissait sur le bout des doigts les chemins qu'elle empruntait le plus souvent... Elle n'eut aucunes difficultés à se localiser par rapport à ce que disait le bûcheron, ni à estimer le temps que pourrait prendre un tel détour...


-Oh, plus je suis rapide, plus le client apprécie... Mais un détour par chez toi ne devrait pas trop nous retarder je pense. Ca nous fera une étape pour nous reposer un peu au besoin...

Après tout, on ne savait jamais de quoi la route pouvait être faite... Vilkas, marchant à la droite de la nérozia se contenta de se frotter le menton avec l'air pensif. Lui aussi essayait d'estimer les temps de trajets mais, contrairement à Kalysta, il n'avait pas vraiment d'emploi du temps fixe. Il accompagnait son amie par simple plaisir et parce qu'il n'avait pas encore la pleine liberté de vivre seul... Il sentit pourtant que le chevalier attendait son opinion, chose qu'il appréciât.

-Je n'y vois pas non plus d'inconvénient.

Pour tout dire le gorgoroth, tout comme la syliméa, était curieux de voir où vivait ce géant... Il ne doutait pas qu'il y aurait des choses intéressantes à apprendre sur lui. Et cela lui permettrait de voir aussi un autre mode de vie, plus simple... Il savait que ce ne serait pas pour lui mais depuis qu'il avait été libéré de ses cavernes glacées, il se faisait un plaisir de découvrir l'évolution des civilisations peuplant Isthéria...

La décision prise, la nérozia entraîna donc le groupe sur la route. Le passage par les portes fut un peu tendu pour elle, étant donné qu'elle s'attendait encore que quelqu'un n'arrive en courant au dernier moment pour leur causer des ennuis suite à la rixe d'hier soir, mais tout se passa sans encombre. Bientôt elle pouvait enfin véritablement se détendre alors qu'elle imposait un rythme de marche soutenu à ses compagnons. Yargaïl, comme Vilkas par la force des choses, ne devait pas être dépaysé... Le bûcheron nota rapidement que la jeune femme étant en constant état de vigilance maintenant qu'elle était sur la route... Non seulement elle se méfiait de tout et tout le monde mais en plus elle semblait observer la nature environnante avec un certain intérêt...


-Alors... ? J'ai bien compris que tu semblais décidé à m'accompagner un bout de chemin mais je suis curieuse... Tu vas revenir à une simple vie de bûcheron ou tu vas faire autre chose...?





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Forestier d'Oris ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Forestier d'Oris ::
Yargaïl Valrok

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Lun 6 Juil - 20:18

Qu’es ce qui faisait beau ! La journée semblait vraiment à devenir très belle et Yargaïl espérait sans encombre. Il était sur la route du retour pour aller chez lui accompagné de Kaly, et de Vilkas. Valrok suivit le rythme imposé sans problème. De temps en temps les bras derrière la tête reposant un peu son cou et fermant ses yeux, de temps en temps, il avança les bras le long du corps admirant le paysage qu’il connaissait par cœur. Mais toujours un sourire afficha son visage. Ses pensées étaient surtout tourné vers l’avenir qu’il venait de décider durant la nuit. Pour lui, quitter sa routine était une occasion à ne pas manquer. La mort de son moyen de locomotion a eu clairement un choc, même si il aurait pu continuer, trouver une autre charrette, rembourser une dette et effacer ce petit contre temps en quelques semaines. Mais même s’il avait envie de voyager et de voir le monde, il ne tira pas une croix sur son métier, disons que son rôle de Forestier viendrai le reposer lors de ses retours. Il répondit d’ailleurs à Kaly qui semblait s’intéresser sur son sort.

« Bah, qui sait dans quoi je me suis remarqué ? Je vais peut-être ne jamais revenir, peut être vais-je mourir, fonder une famille ailleurs, trouver un endroit plus prospère pour mon travail. Mais le plus agréable est de ne pas savoir, tout ce dont j’ai besoin, je l’ai avec moi, ici, dans ma tête.»

Il disait ça sur un ton décontracté, pas du tout inquiet pour quoi que ce soit. Il était du genre lucide et d’un esprit bien plus grand et large que le ciel. Chaqu’un avait son bout de chemin à faire, certain se termine au premier virage, d’autre passe l’éternité à attendre la fin. La diversité faisait la richesse de ce monde. D’ailleurs, en parlant de diversité, le chevalier commençait un assembler un étrange puzzle dans sa tête au sujet de Kaly. Sa façon de regarder les alentours de plus en plus insistants l’envoya dans une drôle d’enquête. Il fallait en avoir le cœur net, bien qu’il ne soit pas du genre à bousculer les gens à dévoiler ce qu’ils voudraient conserver pour plus tard, mais il aimait bien leur faire savoir indirectement qu’il se doutait de quelques chose, peu importer le niveau de sa certitude. Alors Yargaïl s’amusa à scruter les champs à la recherche de Gibier. Ça ne dura pas longtemps, il en avait vu un. Des marcassins avaient par habitude de se coucher dans la terre entre ces deux champs là-bas. Pourtant, c’est le sanglier à côté qu’il l’intéressait.

« Vous mangez quoi vous ? »

Il avait demandé ça à Vilkas sans attendre une réponse. Car s’il en voulait, il y en avait, et s’il n’en voulait pas, il y en aurait plus pour lui et Kaly. Yargaïl dévoila son côté chasseur un peu rustre. La discrétion n’étant pas son fort, il courra simplement tout droit sur la bête qui se retourna. Les petits déguerpis avec une mère affolée pendant que le père s’avança pour protéger. Lorsque les deux étaient sur le point de se rentrer dedans, le bucheron bondit vers l’avant dans un corps d’acier ouvrant les bras et agrippant le cou de l’animal. La course finit en roulé boulé l’animal au-dessus les quatre fers en l’air et un craquement au niveau du cou ponctua la chasse. Quelques minutes plus tard, Valrok réapparut près du petit groupe l’animal sur ses épaules.

« Tu le veut maintenant ou tu attends que je le prépare à la maison ? »

De même, sans attendre une réponse, il se repositionna à sa place de marcheur et attendit sagement la remise en route. Qu’avait-il réellement ? Depuis quand ? Comment ? Un simple hasard ? Une générosité aux yeux affamés de Kaly ? Des yeux bien singuliers…




Yargaïl à votre service:
 



Yargaïl, toujours là! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Esprit Libre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Esprit Libre ::
Kalysta Elyomar

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Mar 7 Juil - 15:45

Kalysta eut un sourire fugace en entendant la réponse de Yargaïl. Cela correspondait bien à son tempérament qui lui semblait principalement positif. A bien y penser, elle hésitait entre deux futurs pour lui, soit celui d'un chevalier qui brillerait par son sens de la justice, soit celui d'un bon père de famille... Des destins qui n'étaient pas forcément identiques mais qui lui iraient probablement aussi bien l'un que l'autre... Pour l'instant il semblait autant se projeter dans l'avenir qu'elle. Elle avait un but, elle appartenait aux nérozias après tout, mais elle vivait principalement au jour le jour. Chaque instant qu'elle passait ainsi sur les routes, libre d'agir à sa guise, était déjà un cadeau en soit. Sans les récents événements, elle ne serait probablement jamais parvenue à sortir de sa jarre et aurait continué à dépérir lentement...

-Je suis à peu près sûre que certains diraient que c'est une façon bien légère de voir les choses mais moi je trouve ça plutôt sage...

Vilkas eut un discret reniflement de dédain, ne relevant pas plus la remarque de son amie. Visiblement ce n'était pas un sujet inconnu pour eux, ce qu'ils envisageaient pour l'avenir, et leurs opinions semblaient diverger... Kalysta ne se faisait que peu d'illusions et ne pensait pas dépasser une décade sur Isthéria, suivant un mode de vie bien trop risqué pour cela et c'était sans compter le fait qu'elle était une syliméa... Vilkas, lui, avait déjà vécu avant de se retrouver coincé et avait donc la force de l'expérience... Et estimait que si la jeune femme pensait ainsi que sa race allait lui causer du tort, elle devait changer de mode de vie afin de profiter au maximum du temps qui lui était accordé... Bref, la nérozia préférait lutter pour la justice et profiter des routes alors que le gorgoroth aurait voulu la voir se poser définitivement, voir fonder une famille. Autant dire que les premières fois où il avait ainsi abordé le sujet, la jeune femme avait eu du mal à ne pas le prendre pour un fou..

-Quelle que soit la décision que vous allez prendre, je suis sûre que vous saurez vous en sortir avec brio...

La partie de chasse impromptue surprit la jeune femme mais elle n'en dit rien, laissant prudemment faire le forestier. Elle espérait juste que sa présence n'allait pas le forcer à étendre son terrain de chasse... Elle avait rapidement apprit qu'il valait mieux qu'elle se tienne à distance, laissant son arc chanter lorsque le besoin se faisait sentir. Jamais elle n'aurait pu se permettre d'attaquer ses proies comme Yargaïl le faisait, sans compter qu'elle préférait une mise à mort rapide et propre... Vilkas, lui, avait été surpris par la question du chevalier mais avait tôt fait de la mettre sur le coup de l'ignorance. Les gorgoroths n'étaient pas des créatures inconnues d'Istheria mais la quantité de contes et légendes les entourant pouvait vite devenir alarmante...

-La même chose que vous lorsque l'envie m'en prend...

Kalysta s'était contentée de hausser les épaules pour lui signifier qu'elle n'en savait pas plus que lui sur les raisons du bûcheron mais elle appréciait tout de même sa prévenance... Elle regarda revenir la masse d'homme avec une certaine admiration, il était tout de même assez impressionnant avec son sanglier sur les épaules... Sa question la laissa interloquée quelques secondes avant qu'elle ne se reprenne...

-Comme tu veux... ? Je ne sais pas à quelle distance nous sommes encore de chez toi...

Un repas préparé par ses soins ? Kalysta était intriguée, elle ne pouvait le nier... Mais elle n'était pas non plus au bord de l'inanition, ses réserves ayant été soigneusement préparées avant le départ. L'attention était touchante en quelque sorte et la jeune femme ne manqua pas de l'en remercier d'un sourire éclatant... Pour autant cela ne lui fit pas changer de comportement sur la route, la nérozia restant étrangement focalisée sur la nature ambiante... Yargaïl finit tout de même par comprendre qu'elle ne déployait pas là un quelconque comportement de prédateur mais celui d'une chercheuse. Il suffit qu'elle pousse une petite exclamation de victoire à la vue d'un groupement de fleurs aux pétales violettes et aux pistils dorés... Elle s'empressa de les cueillir avec une délicatesse soigneusement travaillée avant de les envelopper dans un linge qu'elle mit dans son sac.

-Si tu as un peu d'alcool chez toi, est-ce que je pourrai t'en emprunter ?

Elle ponctua sa question d'un léger mouvement de la tête, la penchant sur le coté, comme un chat curieux... Visiblement, même si elle n'était pas friande des légumes, la jeune femme avait développé un certain intérêt pour les plantes de toutes sortes. Son apprentissage auprès de Duscisio avait porté ses fruits et elle ne sortait jamais s'en s’acquitter de ses devoirs d'herboriste car c'était là une tâche tout à fait compatible avec son mode de vie...





Kit par Sighild et Thème de Kalysta par Illumina

Impossibilité de RP:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Forestier d'Oris ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Forestier d'Oris ::
Yargaïl Valrok

MessageSujet: Re: La routine à bon gout   Mer 8 Juil - 21:10

Alors que le voyage persistait, Yargaïl gardait une posture droite et sympathique sans montrer un seul signe de fatigue malgré le gibier sur l’épaule. Même que lorsqu’on lui demandait son avis sur un sujet, il regardait le sanglier mort comme pour attendre un second avis. Ensuite, plus le groupa s’approcha de Dalma, plus le bucheron évoquait quelques bon souvenir avec son groupe d’avant. Jade, Ralf, Mork et Jax. Il en parlait avec tant de joie et d’éloge, alors qu’ils l’avaient trahi Valrok et piétiné son amitié et tout ce qu’il représentait. D’ailleurs, il parlait d’eux uniquement au passé et ne parla jamais du moment où il se retrouva tout seul. Cette bande de copain prouva simplement qu’Yargaïl avait l’habitude de fréquenter des gens qui n’était pas forcément terran comme lui. Il présenta jade, comme une Yorkas particulièrement habile et malicieuse, le genre à venir vous embêter lorsque le sourire n’était pas au rendez-vous. Mork ! Le Zélos qui aimait l’autodérision et se rendait aussi utile que possible. Les fois où Yargaïl et Mork partageaient à eux seul un sanglier entier. Yargaïl soupira plusieurs fois de nostalgie.

Arrivant au début d’une forêt, machinalement le bucheron passa en tête pour montrer le chemin. Le chemin serpentait au milieu de grand arbre. Une route assez grande pour une seule charrette, qui se séparait en une plus petite pour se faufiler près de fourrés arrivant à un grand campement assez large pour accueillir une dizaine de personne. Là encore, on pouvait voir les traces de son ancien groupe. De gauche à droite, Kaly pouvait voir l’emplacement de la fameuse charrette de l’auberge bien marqué par les traces des roues au sol. Derrière une petite cabane qui servait d’abri pour les bêtes. Au centre, un grand trou avait tait creusé et la cendre froide témoigné d’un grand feu de camp entouré d’assis sur de petits troncs creusé ou on pouvait y inséré de la fourrure pour le confort. Une broche passait au-dessus du foyer. Derrière cette place centrale, un plus grand bâtiment toujours en planche de bois, faisait office de rangement et d’abri. Une seule grande pièce, avec un coin pour les outils, un autre pour se coucher. Sur la porte, il y avait une pancarte avec les anciennes tâche du jour à accomplir et à côté sur une plus petite plaque de bois mais plus décoré, tous les noms étaient gravé avec un adjectif. Ralf le joyeux, Jax le courageux, Jade la téméraire, Mork le fort et Yargaïl le Grand. Puis enfin sur la droite, ce coin était consacré au travail, des trépieds, le rangement des buche, plusieurs billot, une grande table de travail pour travailler le bois. Une grande hache particulièrement lourde et massive avait coupé en deux un des billots, l’arme ou l’outil trônait telle une relique dans un bois fendu par colère. Le campement avait l’air basique et simple à une exception prêt. Tout était rangé, propre, ordonné.


« Voilà, je vous présente mon « chez moi ». Soyez les bienvenus ! »

Un chez lui devenu sa forteresse de solitude même si elle était que délimiter par une simple corde fine bleu d’arbre en arbre, dont le feuillage recouvrait partiellement le ciel. Au fond de lui, il était ravi d’y inviter à nouveau des gens, au point qu’il voulait qu’ils se sentent ici en sécurité. Bien qu’il sache également que le voyage n’était pas terminé, mais si le besoin de se reposer un peu se faisait ressentir, c’était l’occasion. Il laissa alors Vilkas et Kaly faire le tour. Lui, déposa son trophée sur la table de travail, i les retourna vers eux, les bras croisé attendant d’éventuelles réactions.

« C’est essentiellement ici que j’ai grandi, rien à voir avec un château ni d’armure étincelante, je suis ici bien loin d’un chevalier, même si pour ma part, il me suffit de penser à ce qui est bon pour les gens pour en faire tout autant qu’eux en ville. »

Enfin Yargaïl collait au décor.




Yargaïl à votre service:
 



Yargaïl, toujours là! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La routine à bon gout   

Revenir en haut Aller en bas
 
La routine à bon gout
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» Du nouveau, routine habituelle... (pv Lolipop)
» Une mère et son bébé sortent indemnes d'un égout...
» Attente. Spleen. Routine. Ennui. Quotidien. Monotonie. Torpeur.
» Rien qu'une petite mission de routine en territoire ennemi. [Pv : Soul & Howard]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Eridania, le pays aux mille culturesTitre :: Tyrhénium, la ville frontièreTitre :: Le quartier commerçant :: L'Auberge Pourpre-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA, LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !