Le Goût du Sel [PV Myriam]



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Goût du Sel [PV Myriam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: Visage scellé ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Visage scellé ::
Psyche Corona

MessageSujet: Le Goût du Sel [PV Myriam]   Lun 27 Juil - 13:26

Le Goût du Sel
Lokram, 1298

Son nuage d'essence était dense et clair, d'une minceur semblant souligner les traits d'une stature plutôt frêle. Sa teinte pâle, plus scintillante que le camaïeu de gris qui dessinaient les contours du monde autour d'elle, évoquait à la prêtresse une existence surnaturelle. L'aura qu'elle dégageait la plongeait dans un mystère relatif à son genre, à ses origines, à son dessein...

Au Temple de Kron, Psyche Corona n'était pas la première à se préoccuper des nouveaux fidèles, des passants, des pieux ponctuels, des visages inconnus. Jusqu'à une certaine mesure, même ses collègues ne lui importaient que peu. Sa bonne mémoire ne l'empêchait pas de retenir leurs noms et de savoir les reconnaître aux ondulations de leurs essences, mais personne ne la croyait vraiment capable de se sociabiliser. Sa réputation n'était pas des meilleures vis-à-vis de sa prise de responsabilités – elle était surtout appréciée pour sa ferveur et sa sagesse. A ce jour, peu de choses l'avaient tirée à l'exterieur du temple et elle était elle-même loin de se douter que Kron finirait par la mener sur les chemins escarpés de la guerre et de la manipulation religieuse. Près de sept dizaines années de cette demi-vie s'étaient écoulées, sans une vague, dans la paix que son âme avait trouvée au coeur du trépas. Le souvenir de Faust n'effleurait même plus son esprit. Pas encore.

Pourtant, elle ne pouvait plus ignorer le voile arachnéen et fascinant de l'essence qui apparaissait régulièrement dans la nef du temple, trahissant les visites récurrentes d'un être particulier par sa nature. La prêtresse ne pouvait se permettre de laisser sa fierté obstruer son jugement et refusait de partir du principe que l'individu était un congénère, consciente que les Syliméas et les Sylphides déformaient sa perception des substances de la même façon. Bien malheureusement, elle n'était jamais parvenue à vaincre la puérile et déraisonnable sensation d'excitation qui la saisissait lorsqu'elle croisait un membre de sa morbide espèce. Elle les savait encore rares et souvent masqués – une convention à laquelle elle ne se soumettait pas. Ce mystérieux fidèle – qu'elle croyait percevoir comme de la gent féminine, sans en être sûre – semblait passer une poignée de fois par année et ne restait jamais très longtemps. Malgré cela, la Gélovigienne avait la sensation de le voir bien souvent, comme si Kron veillait à ce que leurs chemins se croisent dès que cela était possible. L'emprise que le Dieu des Morts avait sur Psyche la menait souvent à des conclusions dont beaucoup auraient douté de la pertinence, et aussi relative et ouverte qu'elle essayait de paraître, ses convictions l'affectaient parfois à un point presque critique. En ce jour sombre, la prêtresse avait été extirpée de sa transe de repos par une faible intuition.

La mort-vivante pénétra dans le narthex du temple de son pas théâtral, sans ressentir ni percevoir la fraîcheur et l'obscurité qui faisaient parfois frissonner les corps et donnaient au lieu une allure des plus appropriées. Aux yeux mutilés de Psyche, le Temple – ses chapelles, ses couloirs – étaient un foyer accueillant dont la fraîcheur et le calme imitaient fidèlement la douce enveloppe dans laquelle sa résurrection l'avait couchée. Elle ralentit le pas avant d'entrer dans la nef puis se posta au milieu de l'allée, les doigts croisés sur sa poitrine. A cette heure, les messes étaient bien fournies et un murmure constant parcourait les rangs, s'élevant dans un écho répétitif vers le haut de la pièce. Psyche laissa son esprit parcourir les essences, reconnaissant plusieurs prêtres ici et là. Un large sourire fermé étira les ourlets sombres de ses lèvres lorsqu'elle repéra une aura nébulleuse bien familière.

Son instinct ne l'avait donc pas trahie, et son instinct étant la marionnette de Kron, elle se devait de tout faire pour lui rendre hommage. Ainsi, il lui sembla trivial qu'aujourd'hui était le jour où elle adresserait enfin la parole à cet être intrigant... Après tout, il n'y avait rien d'anormal à ce qu'un visiteur fréquent intéresse les prêtres d'un temple. Si sa réputation de pieuse solitaire ne la précédait pas – et il y avait peu de chances pour qu'elle jouisse d'une quelconque renom en dehors de Lokram – l'individu ne verrait rien de curieux à ce que la revenante s'adresse à lui... Ou à elle. N'étant pas friande des messes collectives – elle considérait la divination comme une activité très intime où l'introspection était trop importante pour pouvoir être réalisée publiquement – elle n'officiait pas ce genre d'évènement. De plus, elle sortait elle-même d'une prière dans une chapelle réservée aux prêtres ; elle attendit donc patiemment la fin de la cérémonie. Lorsque les fidèles se levèrent enfin pour partir, la Gélovigienne s'avança à pas aussi silencieux que possible, élégamment et sans se presser, vers sa cible. Son essence se fit de plus en plus dense et distincte, prenant lentement la forme d'un être humanoïde. Une fois à une distance respectable, assez proche pour que son désir de l'aborder soit clair mais encore assez loin pour lui laisser le choix, elle laissa un sourire poli se dessiner sur son visage. Lorsque l'individu s'approcha, Psyche pencha légèrement la tête sur le côté.

« Je suis heureuse de vous revoir parmi nous. »


Lacrimosa

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le Goût du Sel [PV Myriam]   Ven 7 Aoû - 23:09


Naître, survivre, périr. Voilà qui résume assez bien le cycle de la vie. Merveilleux, n'est-ce pas ? La Gorgoroth s'en amusait. Elle marchait en direction du temple, engagée sur un sentier naturel, pareil à une cicatrice délicatement rosée, refusant de se fermer. La lave l'avait emprunté bien avant la non-vivante, elle l'avait même formée. Entre les bâtisses resplendissantes de la grandiose Lokram. Une ville autrefois si vivante, si énergique... Si pittoresque - quoi qu'elle le fut toujours, aux yeux de Myriam. Elle n'était à présent plus qu'un tas de braises encore fumantes, de ruines dégringolant, de terres noires et dures, creusées par les gaz et le souffre.
Elle est née, comme pour tout, il y a fort longtemps sans doute ; elle a vécu, un long moment même ; et puis... Elle s'est effondrée. Effondrée comme une grand-mère croulante, comme un tas de bois et de pierres taillées empilés les uns sur les autres, comme un château de cartes soufflé par un enfant. Un enfant violent, un enfant tempétueux, un enfant passionné. Un enfant passionnant, pensait Myriam. Un volcan. Merveille de la nature - si bien faite. Rejeton terrible des dieux les plus noirs... Animé par les remous tumultueux de la lave en fusion, des gaz sous pression et de la puissance la plus dévastatrice qui soit.
Quel meilleur endroit pour trouver un temple de Kron ? Un hommage aux pieds du volcan... Un temple à ses pieds ! Caressé par l'essence du dieu des morts, étreint par la lave qui boue à ses côtés, par les cendres qui dorment entre ses plaintes, par le souffre qui pèse sur sa toiture. Un cocon. Un nid, où les oisillons de la divinité charognard se rassemblent et murmurent à ses oreilles. Entre les murs du temple, les voix composent une harmonie singulière, pleine de complaintes, de prières et de chants discrets. C'est un endroit plein de charme, vraiment. L'un des seuls, à vrai dire, où la Gorgoroth se sentait chez elle.

Quand elle arriva à l'entrée du temple, Myriam s'arrêta un instant. Elle ferma les yeux, et tâcha d'inspirer - un acte que les Gorgoroths, très étrangement, sont capables d'effectuer, comme une sorte de réflexe conservé de leur ancienne vie. Mais... Rien. Evidemment. La non-vivante ne ressentait rien. Mais elle patienta. Elle se plongea alors dans une sorte de calme profond ; l'exercice de sa respiration l'apaisait. Elle se vidait l'esprit, chose qu'elle faisait toujours avant d'entrer dans le temple, avant de méditer. Elle le faisait trois fois par an, au moins. Elle se l'obligeait, et même lorsqu'elle n'était pas de passage à Argyrei, elle faisait les détours nécessaires. C’était de l’ordre du sentiment. Un sentiment de devoir. Une intuition irrésistible... Car, depuis qu'elle avait sombré dans les abysses, et bien qu'elle ait perdu toutes ses facultés à ressentir quelque émotion que ce soit, elle conservait des sentiments. Elle était d'ailleurs très attachée à différencier ces deux types de ressentis : les émotions, et les sentiments. Les choses de l'âme, et les choses de l'esprit. Il lui était arrivé d'en discuter avec des Eclaris, mais ces derniers l'avaient jugé très sévèrement. Qu'importe. L'âme, pensait-elle, est le cadeau que Delil offre à la matière. L'âme est ce qui anime le corps. L'âme, c'est le tissu mystique et fragile sur lequel se greffent les émotions. L'âme, c'est le domaine du cœur, comme disent les philosophes. On aime de toute son âme, on haï de toute son âme. L'amour, la haine, ce sont des passions que l'extérieur suscite en nous. Des passions, parce qu'elles sont passives, en ce qu'elles ne dépendent pas de nous. En ce qu'elles sont des stimulis, des objets extérieurs qui frappent notre âme et s'y encrent. C'est l'âme qui réagit au monde, et ordonne le mouvement.
Les sentiments, au contraire, sont des données innées, intimes, intérieures, mais qui n'ont pas besoin de stimulis extérieurs pour se révéler, s'activer ou pousser au mouvoir. Ce sont des déterminismes de l'ordre du murmure. Eux aussi sont latents, mais ils sont toujours présents, toujours actifs. Nous en avons toujours connaissance. C'est le cas pour le devoir, par exemple. Le sens du devoir, ou plutôt le sentiment du devoir, nous ne le perdons jamais. Nous savons toujours ce qu'est notre devoir - même lorsque l'on ne sait pas pourquoi ça l'est. Et la différence d'avec une émotion, c'est que l'on peut choisir de l'écouter ou non. Une émotion nous guide sans demander la permission. Un sentiment, ce n'est jamais qu'une petite voix au fond de nous, qui nous rappelle sans cesse qui l'on est, et attend simplement que l'on s'épanouisse selon ses instigations.

Aujourd'hui, Myriam n'était plus sujette aux émotions. L'amour et la haine lui sont inconnus. L'attirance, le désir, la révulsion, le dégoût, toutes ces choses-là la dépassent. Ce qu'elle continue de ressentir, ce sont des injonctions de sa pensée, des sentiments, qu'elle n'a pas choisi, mais qu'elle peut choisir de suivre ou d'éviter. Et c'est cette force, le libre-arbitre, qui fait d'elle ce qu'elle est. Si l'on dit d'elle qu'elle est rancunière, morose, froide, méprisante, ce n'est pas à titre d'émotions qu'il faut lui affliger ces comportements, mais à titre de sentiment. De sentiment libre. C'est elle, et elle seule, qui sait quels sont ses sentiments. Et c'est elle qui choisit de les actualiser. Il en est ainsi pour son sens du devoir, celui qui lui intime l'ordre de se rendre au moins trois fois par an au temple de Kron. Et elle obéit à cet ordre. Elle choisit d'y obéir, parce qu'elle sait qui elle est, et pourquoi elle le fait.

C'est donc librement que la Gorgoroth entra dans le temple, d'un pas sûr. Elle en connaissait les moindres recoins - ceux auxquels il lui était permis d'accéder - et espérait un jour les avoir tous connu. Elle se sentait à la maison, dans le temple. Au sein des murmures susurrés dans l'ombre, des danses lentes et morbides des âmes qui y erraient presque indéfiniment, des messes intrigantes données régulièrement. Elle ne parlait jamais dans ce lieu. Elle n'en avait pas besoin, pour communiquer avec Kron. Elle savait qu'elle devait être là, qu'elle devait connaître cet endroit, qu'elle devait l'honorer. Ses pensées se tournaient vers les mythes antiques au sujet du dieu des morts, de son monde aux âmes errant pour l'éternité, de ses créatures continuant à errer sur les terres d'Itstheria. Elle méditait à sa façon, en élaborant des réflexions centrées sur la condition qui était la sienne, et sur le pouvoir de son véritable père. Non pas celui qui lui avait donné la vie, mais celui qui lui avait révélé la mort. Elle comprenait cela comme un cadeau qu'elle devait honorer. Elle pensait que ses sentiments étaient justes, et qu'elle devait les suivre. Que s'ils ne l'étaient pas, Kron ne lui aurait pas permis de continuer d'exister. Le dieu noir avait des desseins pour la capitaine du Mirage. Elle ignorait lesquels, et elle ne cherchait pas à les connaître. Seuls ses sentiments comptaient, ces murmures résonnant dans l'intimité de sa pensée, ces intuitions mystérieuses qui subsumaient ses actions. Elle devait la reconnaissance à Kron. Et cette reconnaissance se trouvait dans l'actualisation des instigations de cette petite voix en elle. De ces échos d'une autre nature, bien plus grande que la sienne, bien plus... divine. Cette voix, ces sentiments... C'était la parole de Kron.

Mais cette fois, elle fut rapidement troublée dans le fil de sa pensée. Elle avait senti quelqu'un s'approcher d'elle, en silence. Elle se tourna vers l'inconnu, qui s'avérait être une femme. Et à en juger par son apparence, elle était Gorgoroth, elle aussi. Instantanément, Myriam se sentit moins méfiante. Elle la considéra un moment, et compris rapidement qu'elle était dotée d'un pouvoir. Sinon, comment pourrait-elle se déplacer, sans yeux pour la guider ? Il lui fallait donc un autre guide... Alors, la non-vivante compris qu'elle devait être une prêtresse de Kron. C'est lui qui guidait ses pas. C'était un don, un cadeau, qu'il avait accordé à une femme d'exception. Il n'y a qu'à des êtres d'exception que l'on fait des cadeaux d'exception. Myriam se souvint alors l'avoir déjà croisé, cette étrange Gorgoroth à l'apparence gracieuse, au physique sublime, à l'aura délicieuse. Un délice, vraiment, que l'aura de la mort. Et dans ce temple précis, il ne pouvait s'agir, en vérité, que d'une seule personne.

- Psyche Corona, si je ne m'abuse.

Elle l'avait en effet déjà croisé. Jamais longtemps, toujours en coup de vent, mais sa présence dans le temple avait toujours intrigué Myriam, et lui suscitait d'étranges intuitions... Jamais elles ne s'étaient adressé la parole. Mais à présent que la conversation était engagée, la Gorgoroth sentait qu'il s'agissait d'un moment d'importance. Elles devaient s'entretenir.

- Je suis heureuse de vous revoir parmi nous.

- C'est un plaisir pour moi d'être ici, grande prêtresse. Et un plus grand honneur encore de me retrouver en votre présence.

Ce n'était pas dans les habitudes de la non-vivante de se montrer respectueuse envers quiconque. Mais la femme qui se tenait face à elle n'était pas quiconque… Une aura délicieuse, vraiment. Myriam s'en délectait en silence, sentant son destin s'accomplir un peu plus en ce jour.
Revenir en haut Aller en bas
:: Visage scellé ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Visage scellé ::
Psyche Corona

MessageSujet: Re: Le Goût du Sel [PV Myriam]   Lun 14 Sep - 20:29

Spoiler:
 

Le Goût du Sel

La nuée blanche et ondulante qui représentait le mystérieux fidèle se fit encore plus distincte lorsqu'il s'approcha. A la façon dont elle ondulait et à la voix qui en provenait, la prêtresse devina non seulement qu'il s'agissait d'une femme, mais aussi qu'elle était détendue, sereine et comblée à ce moment précis. Psyche savait à quel point la méditation et la communion avec un Dieu en qui on a confiance pouvait apaiser l'âme – elle songea que la jeune personne qui lui faisait face devait sortir d'une prière efficiente. Cela eut pour effet d'étirer ses lèvres encore plus. Elle avait descendu l'entrelac que formaient ses doigts au niveau du bas de son ventre et gardait la tête inclinée poliment. Lorsque l'individu lui exprima sa liesse de la rencontrer, elle, une prêtresse, Psyche exagéra un peu sa sensation de flatterie. Elle laissa un « oh ! » modeste s'échapper de ses lèvres et pencha la tête comme si elle voulait cacher la rougeur de ses joues.

« Vous visitez le Temple régulièrement, il est bien normal que nous fassions preuve de reconnaissance. répondit-elle avec simplicité. »

L'aveugle se laissa un court instant pour évaluer un peu plus l'essence étrangère. Elle était dense, claire, presque scintillante – comme celles des grands prêtres du Temple. Cela trahissait un potentiel certain, une sagesse et une puissance qui ne se contentaient pas seulement d'exister mais aussi d'être maîtrisées. La tache arachnéenne dégageait d'autres sensations ; elle avait une aura particulière. Psyche pouvait sentir une sorte d'exotisme, un passé de voyages – une vie de voyages, même. L'aventure, le lointain. L'essence n'était pas inerte, elle s'étirait sur les côtés en de minces volutes cotonneuses. Comme elle avait appris à le lire, ce mouvement permanent traduisait la migration, le mouvement, la mobilité d'une âme. De même, la prêtresse voyait en la forme allongée vers le haut et la teinte argentée du centre que l'individu était de nature sage et intelligente, qu'elle avait de l'esprit. Les gens moins réfléchis et moins cultivés avaient tendance à lui paraître plus ternes, voire creux. Avec l'expérience, la mort-vivante avait réussi à déchiffrer les essences qu'elle percevait et à comprendre certaines choses avant qu'on ne les lui dise. Il lui arrivait de se tromper et elle reconnaissait qu'il ne s'agissait pas là d'une science exacte, mais son instinct ne pouvait jamais s'empêcher de faire quelque supputations. La couleur et la forme du nuage que son esprit dessinait présentement portaient également la marque du surnaturel, celle qui enveloppait les Sylphides, les Syliméas et bien entendu, les Gorgoroths. Maintenant bien plus proche, elle était presque sûre que la jeune femme était de ses congénères ; elle ne transmettait ni la pureté virginale des Sylphides, ni la douce amertume des Syliméas. Elle avait comme l'odeur du compromis, le goût de l'état entre deux états. Pas de perfection ni de double identité, seulement la saveur d'un être cicatrisé et unique.

L'analyse ne dura qu'une poignée de secondes. La prêtresse ne se permit pas de rester silencieuse et immobile pendant plus longtemps car elle souhaitait donner l'impression la plus polie et ouverte possible. Ses premières réflexion l'avaient menée à croire que la jeune femme n'était pas sédentaire, éduquée et de la même espèce exceptionnelle qu'elle. Cela lui suffisait, en plus de la séduire. Elle avait hâte d'en savoir un peu plus.

Alors qu'elle les avait gardés croisés sur la ceinture qui lui cerclait la taille, elle sépara enfin ses doigts, ce tout en gardant les mains l'une sur l'autre. Il était temps de se présenter en bonne et due forme.

« Psyche Corona, annonça-t-elle humblement en se penchant en avant. Ses dons de vision et d'hypnose avaient fait trop de siennes à l'époque où elle serrait encore la main à autrui. »


Lacrimosa

   


Dernière édition par Psyche Corona le Dim 4 Oct - 19:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le Goût du Sel [PV Myriam]   Dim 27 Sep - 22:46


Face aux manières distinguées et gracieuses de la prêtresse, Myriam butta une seconde sur la façon dont il convenait de se tenir en la présence d'un être aussi important. Alors quand Psyche Corona se pencha pour la saluer, la Gorgoroth l'imita poliment, mais sans changer d'expression - de toute façon il y avait peu de chance pour que la prêtresse relève ce détail.

- Vous visitez le Temple régulièrement, il est bien normal que nous fassions preuve de reconnaissance.

Venenosa fut surprise par cette remarque. Comment peut-elle se souvenir de ma venue, si elle n'est pas capable de me voir ? Serait-elle doté d'une sorte de vision ?

La capitaine n'en fut que davantage intéressée. Elle se souvenait avoir lu, dans un très vieux manuscrit Eclari, quelque chose à propos de la vision des essences. Les sources étaient incertaines, et les travaux à l'état d'ébauche, mais le contenu l'avait frappé. Ainsi, certaines personnes seraient capables de voir sans les yeux, de voir au-delà des apparences. Peut-être même s'agissait-il d'un don divin ? Et si Kron avait offert ce talent à sa fidèle et dévouée prêtresse ? C'était probable. C'était inquiétant, surtout. Myriam ne supportait pas qu'on lise en elle aussi facilement, elle qui s'employait avec minutie à cacher qui elle était réellement. C'était comme la trahir, et elle ne supportait pas les traîtres.
Mais Pysche Corona n'était pas de ce genre. Elle ne la connaissait pas, mais elle le sentait. Et son instinct le trompait rarement. Elle hasarda une question sur le sujet :

- Je suis impressionnée, prêtresse, et très honorée que vous vous souveniez de moi. A vrai dire, je n'avais jamais eu le sentiment que vous m'ayez remarqué... Est-ce l'un de vos pouvoirs, de percer à jour les visiteurs ?

Myriam Valombre se donna la nausée sans le vouloir. Elle ne supportait pas la basse politesse, les fausses humilités et les courbettes inutiles ; ce à quoi elle avait néanmoins du s'habituer au fil des années, afin de faire fonctionner son commerce. Les Affaires. Il n'y avait que ça. Toujours les Affaires, toujours les apparences. Mais c'était nécessaire. Davantage encore en cette journée au temple, où elle sentait toucher au but. A quel but ? Elle ne le savait pas. C'était de l'ordre de l'intuition...

- Comme vous l'avez souligné, je me rends à ce temple quelques fois dans l'année, par devoir envers mon Dieu. Mais jamais je n'ai eu l'occasion d'en voir toutes les faces. Cet endroit me paraît bien mystérieux. Je ne voudrais pas briser un charme, mais il me plairait bien de le connaître mieux. Pensez-vous pouvoir m'accorder ce caprice ?

Comme pour se corriger de son attitude trop polie de tout à l'heure, la Gorgoroth opta pour un trait d'indécence afin de rééquilibrer les choses. Il ne faisait aucun doute que nul n'était autorisé, sinon les prêtres et prêtresse eux-mêmes, à connaître davantage le temple. Mais il n'y avait qu'un moyen de s'en assurer... C'était de demander.

- Souvent j'ai souhaité m'entretenir avec une personne telle que vous à propos de considérations religieuses. J'avoue ne jamais avoir été satisfaite sur ce plan. Pourtant, il me semble important d'avoir ce genre de discussion. C'est un devoir, peut-être, et je confesse m'y être dérobée trop longtemps. M'aideriez-vous à me repentir ?

Sans même prendre la peine d'attendre une réponse, la capitaine s'éloigna de quelques pas, lentement pour laisser le temps à la prêtresse de la suivre, en tenant ses mains croisées dans le bas du dos. Les pans de son long manteau traînaient sur le sol et ne laissait pas voir les bottes crasseuses de la Gorgoroth, qui revenait d'un long périple. Elle marchait néanmoins avec élégance et distinction, la tête haute et le regard porté vers l'avant, ferme et déterminée. Étrangement, elle ne portait pas sa coiffe bouffante aujourd'hui. En fait elle na portait jamais quand elle se rendait au temple, réservant cette politesse à son Dieu. Mais ce geste respectueux trahissait nécessairement la nature de non-vivante de Venenosa. Si nul n'avait pu le remarquer jusqu'à présent, il devenait une évidence que la jeune femme ne l'était en fait plus depuis longtemps. Ses cheveux courts, filandres et dégoulinant d'un filet visqueux s'écrasaient sur son visage pâle et lui donnait une allure de mort. Mais cette morbidité n'était pas à craindre dans pareil endroit. Ici elle ne risquait pas d'être dénoncée ou violentée. Elle gardait toutefois son Tessen sur elle, pour parer à toute éventualité...

C'est ainsi que, dans son allure la plus paradoxale, Myriam Valombre entreprit d'accomplir sa destinée : joindre sa pensée avec celle de Psyche Corona, aujourd'hui, en ce lieu, pour y sceller de toute éternité leur conversation à venir...
Revenir en haut Aller en bas
:: Visage scellé ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Visage scellé ::
Psyche Corona

MessageSujet: Re: Le Goût du Sel [PV Myriam]   Lun 5 Oct - 0:03

Le Goût du Sel

La Gorgoroth à l'allure juvénile réagit plus à la première politesse de la prêtresse qu'à sa présentation. Elle exprimait sa curiosité sur un ton posé mais dans lequel la pieuse put détecter un intérêt réel au delà de la politesse humble. Psyche eut un de ces courts rires qui passent par les narines et le fond de la gorge et expriment un amusement courtois. Cette question survenait souvent mais pas toujours de ceux dont elle l'attendait. Les curieux étaient parfois trop timides, tandis que d'autres moins ouverts ne se gênaient pas pour formuler leur méfiance. Au Temple, tout le monde ne savait pas comment Psyche Corona pouvait percevoir ce que ses yeux ne lui offraient évidemment pas. Certains étaient persuadés de choses qui n'avaient que peu de sens et seuls quelques rares prêtres avaient obtenu des explications poussées de sa part. La vérité était peut-être un peu décevante, en soi. Ses capacités à surmonter sa cécité ne dépendaient que d'un exercice fréquent et d'une concentration particulière. C'était une pratique à laquelle elle s'entraînait depuis bien longtemps et dont elle croyait n'importe qui capable, à condition d'être doté d'une essence divine souplement maîtrisée.
Psyche parlait de ce procédé ni volontiers, ni à contre-coeur. Elle ne pensait pas que cela devait à tout prix participer à sa réputation. Elle considérait que son étonnante lucidité était évidente et qu'il fallait être sot pour croire qu'elle n'était que chanceuse de ne pas se cogner aux murs. Pour ce qui était d'user de magie pour remédier au problème, elle ne souhaitait simplement pas démentir puisque cela l'entourait d'un certain mystère. Elle ne fut pas désireuse de partir dès maintenant dans de longues explications et choisit de demeurer évasive.

« C'est une façon de présenter la chose, en effet. Tout le monde est doué d'instinct, n'est-ce pas ? »

Cette question réthorique n'appelait aucune réponse et la fidèle parut saisir la volonté de discrétion que l'aveugle émettait. Elle poursuivit son discours, de sa voix sage, à la saveur exotique. Entre les deux requêtes, la religieuse se contenta d'allonger son sourire, d'incliner un peu la tête sur le côté et de passer la pulpe des doigts de sa main droite sur les jointures de sa dextre. L'intérêt que son interlocutrice semblait porter au sanctuaire étonna Psyche, mais elle ne le laissa pas paraître. Le culte de Kron n'était ni le plus populaire, ni le plus attirant, et son Temple n'était pas vraiment ce qu'il y avait de plus touristique. En outre, son architecture était élégante mais pas nécessairement fascinante... La plupart des fidèles qui le fréquentaient avec modeste conviction se contentaient des lieux les plus accessibles. Psyche ne put qu'apprécier la ferveur qui lui faisait face. Le temps qu'elle prit pour répondre laissa l'occasion au nuage d'essence de s'éloigner lentement, d'un pas qui ressemblait à une invitation. La prêtresse se mit à sa suite à la même allure, puis fit quelques grandes enjambées pour arriver à son niveau. Elle laissa le silence se prolonger un moment avant de prendre la parole.

« Ce Temple est effectivement plus vaste qu'il n'en a l'air et en réalité, je suis autorisée à vous en montrer une grande partie. Pendant ce temps, je me ferai un plaisir de répondre à vos questions et à satisfaire votre désir d'entretien. Je suis d'avis que la foi est quelque chose de très personnel, et c'est précisément ce qui en fait un sujet de discussion à la fois passionnant et nécessaire. »

Les deux Gorgoroths se dirigeaient en rythme vers la sortie de la chapelle. Un large rai de lumière argentée en reportait la forme sur la pierre grise du sol. Bientôt, elles déboucheraient sur un long couloir bordé d'arches, ouvert latéralement sur une large esplanade.


Lacrimosa

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le Goût du Sel [PV Myriam]   Dim 11 Oct - 16:30


Myriam ne se gênait pas pour observer les réactions subtiles de l'exotique prétresse, en attendant ses réponses. Elle n'était pas du genre à être très réceptive aux apparences physiques, mais pour une fois la capitaine s'étonna de la beauté que dégageait Psyche Corona. Une rare élégance, quelque chose de très précieux... Une aura spéciale émanait de son allure étrange, à laquelle la Gorgoroth était sensible. Elle capta le rapide sourire étranglé de la prêtresse, et l'interpréta comme un point sensible qu'elle venait de toucher. Peut-être faudrait-il se montrer discret à l'égard de questions trop délicates...

- C'est une façon de présenter la chose, en effet. Tout le monde est doué d'instinct, n'est-ce pas ?

L'instinct. La Gorgoroth choisit de hocher lentement la tête, les yeux dans le vague, mais ne répondit pas à la question rhétorique. Il y avait quelque chose de l'ordre de l'echo entre les deux femmes, comme si elles se comprenaient, sans forcément le savoir. Myriam avait nourrit de nombreuses réflexions à propos de l'instinct, de certaines formes magiques de perception des essences, des auras... Elle resta un moment méditative.

Psyche non plus ne renchérit pas, du moins pendant un moment. Elle laissa planer un silence léger, se fondant dans l'atmosphère mystique des lieux. Myriam avançait où la prêtresse semblait la conduire, bien qu'un peu en retrait - comme quoi elles devaient se trouver sur la même longueur d'onde - et observait les différents recoins du Temple. C'était un endroit particulier... Un jeu d'ombres et de lumières qu'elle n'avait rencontré nul part ailleurs berçait les couloirs qui se dégageaient de la chapelle. Myriam n'avait fait que voyager pendant des dizaines et des dizaines d'années, elle s'était intéressée à de nombreux endroits semblables à celui-ci, mais jamais aucun ne lui avait fait pareil effet. Elle se sentait ici en lieu sûr, comme dans un cocon, proche de son Dieu. Cela expliquait son vif intérêt pour la connaissance de l'endroit. Elle prenait tout son temps pour explorer les pièces où la prêtresse la menait.

- Ce Temple est effectivement plus vaste qu'il n'en a l'air et en réalité, je suis autorisée à vous en montrer une grande partie. Pendant ce temps, je me ferai un plaisir de répondre à vos questions et à satisfaire votre désir d'entretien. Je suis d'avis que la foi est quelque chose de très personnel, et c'est précisément ce qui en fait un sujet de discussion à la fois passionnant et nécessaire.

Venenosa apprécia la sollicitude de la non-vivante, qui l'avait rejoint et marchait à présent à ses côtés, lentement, silencieusement, respectueusement. Alors Kron leur avait intimé d'en venir à la question de la foi... Qu'il en soit ainsi.

- Je vous en remercie, Prêtresse. Je ne puis qu'être honorée d'être autorisée à en connaître plus sur ces lieux. A vrai dire, c'est comme une nécessité. Vous comprenez ? Je sens que je dois être ici, que je dois être ici en ce moment. Je saisi le sens que vous prêtez à l'instinct, Psyche Corona. Je crois être en possession d'un présent semblable...

Toute méfiance s'était dissipée de l'esprit de Myriam Valombre. A présent, elle n'était que confiance, et confidence, en présence de la prêtresse. Ce n'était pas même de son ressort, c'était plutôt un devoir, un ordre intime qu'on lui avait susurré à l'esprit ; se confier à Psyche Corona.

- Je suis intriguée, Prêtresse. Je suis de votre avis, la foi est quelque chose de très personnel. Mais vous et moi, nous sentons bien que toutes ne se valent pas... Il y a des êtres pour lesquels la foi n'est plus de l'ordre privé. Ce n'est plus une confiance née à la première personne, née au fond de notre être. Il y a des êtres pour lesquels la foi me semble être une voix. Un murmure que le commun des mortels n'est pas capable d'entendre, et qui ne se révèle qu'avec le cadeau du Dieu... Quand les abysses vous avalent et que l'ombre se répand. Là, vous n'êtes plus seule. Vous vous retrouvez dans Ses bras, vous entendez Sa voix... Et puis, vous vous réveillez. L'ombre s'écarte, mais la voix est toujours là. Et la foi aussi. La vraie foi.

La Gorgoroth espérait que son interlocutrice serait réceptive à ses considérations. Elle n'avait jamais eu l'occasion de s'entretenir avec qui que ce soit à propos de ce sujet qui était cher à son être. Elle parlait sans se censuré, car elle n'était pas du genre à émettre de réserves quand il s'agissait de parler franchement. Bien sûr, elle parlait des Gorgoroths. Et si elle voulait lancer la prêtresse sur leur propre condition, c'est qu'elle éprouvait le besoin d'avoir l'avis d'une semblable sur leur étrange nature. Elle s'était faite elle-même sa propre conviction, mais elle n'avait encore jamais pu la confronter... Jusqu'à présent.
Revenir en haut Aller en bas
:: Visage scellé ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Visage scellé ::
Psyche Corona

MessageSujet: Re: Le Goût du Sel [PV Myriam]   Mar 13 Oct - 22:04

Le Goût du Sel

A leur droite, les hautes arches laissaient une lumière pourpre se projeter sur la pierre du sol. Elles soutenaient un préau qui s'avançait davantage et il y avait, un peu plus loin, dix marches qui faisaient toute la longueur de l'esplanade. Le toit s'ouvrait après une grande place nue d'où l'on avait une vue imprenable sur Lokram.
D'un regard, on pouvait plonger dans la vallée rayée de lave que le Temple dominait – on pouvait s'imaginer la ville splendide qui trônait autrefois au creux du bassin et dont il ne restait plus que des ruines rougies. Derrière les crocs des monts qui enlaçaient l'endroit, un soleil ardent baignait la terre d'un rayonnement sanguin. Sur l'immense parvis du bâtiment, quelques âmes semblaient déambuler, seules, isolées. L'écho d'humbles murmures donnait une once de vie au tableau.

Les deux Gorgoroth marchaient de la même allure ; leurs pas étaient presque synchronisés. Les bottes de la prêtresse n'émettaient que de discrets claquement sur les dalles. Ils marquaient son avancée de légers sons étouffés et réguliers. Elle menait la marche de peu de distance et avait ralenti sensiblement de façon à ce que son invitée puisse profiter de la vue. Bien qu'aveugle, Psyche avait eu de nombreuses visions représentant ce que le Temple de Kron offrait de Lokram, et elle savait parfaitement à quoi les alentours ressemblaient. La chaleur âcre qui y régnait venait souvent irriter les poumons des petites natures. Les jours venteux, des particules de poussière et de cendre virevoltaient jusqu'à l'entrée du sanctuaire – elles s'étaient posées plus d'une fois sur les lèvres ou la peau exsangue de la pieuse qui n'avait alors rien ressenti. Dans le bâtiment lui-même, la pierre et les longs couloirs étroits étaient sujets à courants d'air et devenaient froids dès que Lokram était plongé dans l'obscurité. De même, la Gorgoroth ne ressentait qu'une agréable fraîcheur.

La fidèle commença bientôt à s'ouvrir, s'exprimant avec élégance et justesse. Il sauta aux oreilles de Psyche qu'elle savait parfaitement mettre des mots sur des ressentis et qu'elle n'avait aucun mal à parler, à la fois avec pudeur et simplicité, de ce que toutes deux considéraient comme intime. Sans se dévoiler à tout va, elle disait honnêtement ce qu'elle pensait. Un instant, la prêtresse étendit le sourire qui semblait maintenant gravé à jamais sur son visage ; elle le fit d'autant plus avenant, lui donna simultanément les allures d'un remerciement et d'un acquiescement. Elle ne voulait surtout pas interrompre la voyageuse et leur chemin se poursuivait lentement le long des arches, aussi demeura-t-elle silencieuse. Lorsque le discours se rapprocha de la condition des Gorgoroths, Psyche hocha humblement la tête et chassa de nouveau un peu d'air par les narines pour exprimer un amusement poli. Sans prononcer le mot, les deux adeptes de Kron avaient su qu'elles appartenaient à la même espèce surnaturelle, et en un tel lieu, aucun sujet de conversation n'était plus approprié. La fidèle prononça ses derniers mots et Psyche dû presque retenir un frisson de plaisir. La vraie foi. Une foi comme la sienne.

« Comme une évidence ? Quelque chose de trivial ? Elle marqua une pause. Je crois sincèrement que nous sommes les êtres les plus chanceux du monde. Une seconde chance, c'est un cadeau que seule une puissance qui nous dépasse est capable et en droit de nous offrir. Cette voix, c'est elle qui nous réveille. Nous extirpe de la torpeur. C'est une des choses les plus concrètes qui soient. De nouveau un court silence. J'ai connu de nos semblables qui étaient athées, annonça-t-elle sans aucune émotion. Elle voulait laisser son interlocutrice s'exprimer librement sur le sujet, sans se sentir influencée. Pour elle, la résurrection avait été plus qu'une illumination, cela lui avait apporté des preuves. Elle ne voyait vraiment pas comme elle aurait pu devenir quoique ce soit d'autre que prêtresse de Kron après cela... Mais cette réaction était loin d'être universelle. »


Lacrimosa

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le Goût du Sel [PV Myriam]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Goût du Sel [PV Myriam]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Myriam Morzac [Pouffy]
» L'histoire derrière votre pseudo ?
» Les Humains |0/7|
» Myriam [Écuyer de Rhodium]
» Myriam ~ La vie a un début et une fin, tout le reste, c'est ce que vous en faite !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Argyrei, le pays mauditTitre :: Lokram, les ruines incandescentesTitre :: Le Temple de Kron-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA, LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !