« Deadlines and Commitments »



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 « Deadlines and Commitments »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: Boîte de Pandore ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Boîte de Pandore ::
Rashell Samarcande

MessageSujet: « Deadlines and Commitments »   Lun 31 Aoû - 12:36


Mois de Tiria, année 1304.

Tout était prévu, Shell était arrivée la veille dans cet hôtel ; cela faisait une bonne douzaine de jours qu'elle voyageait à cheval, elle n'en pouvait plus, la route l'avait pour le moins fatiguée. Elle aurait pu le faire en calèche, mais la route en aurait été plus longue, et elle aimait ressentir la course de son cheval, au lieu de rester assise dans une prison de bois. Elle avait fait la route avec quatre gardes du corps, dont Braenn, son amie et garde du corps. En cet après-midi ensoleillé, elle regardait par la fenêtre, soulevant le rideau, les rues des Beaux-Quartiers d'Hespéria. Elle regardait les carrioles passer sur le pavé, avec des hommes et des femmes du monde, bien à la mode ; le quartier était plutôt calme et discret, bien choisi en somme. Pour le moins que l'on puisse dire, cela changeait grandement de Ridolbar, qui, même si Rashell essayait d'en améliorer les infrastructures, demeurait pour l'instant une ville assez poussiéreuse face à la clarté des rues d'Hespéria. Cela faisait longtemps qu'elle n'était pas revenue, très longtemps ; elle avait déjà vu le Palais Royal, et ça ne l'aurait pas déplu de le découvrir à nouveau tant il était beau sous un autre angle, d'un autre point de vue, elle était sûre que l'on pouvait toujours le redécouvrir d'un autre oeil ; elle aurait bien fait un saut à la prestigieuse Bibliothèque des Lumières, faste des Érudits de la ville.

La maire de Ridolbar était seule dans un appartement qui contenait un assez vaste salon, c'était en somme une pièce de réception, avec des canapés capitonnés aux couleurs chaudes, des tapis luxuriants, des tables basses soutenant de la verrerie finement ouvragé, contenant des alcools de couleurs hétéroclites à la robe sombre, clair ou diaphane ; dans un coin au fond de la pièce, il y avait un alcôve, de l'autre côté, un balcon dont la porte-fenêtre était entrouverte pour laisser entrer de l'air frais et les rideaux étaient fermés ; et c'est de là que Rashell observait la rue, repoussant le rideau d'une main rebelle pour regarder derrière. Elle était assise au bout d'un canapé qui faisait l'angle avec la  porte fenêtre du balcon ; ses cheveux d'un blanc immaculés, long, s'écoulaient comme un flot sur ses épaules et sur le léger dos nu de sa robe couleur corbeau. Ce n'était pas une robe de soirée vraiment, elle était relativement sobre, mais très élégante, découvrant un léger décolleté qui laissait voir un discret collier d'alexandrites ; ce minerais avait le charme de changer de couleur selon l'éclairage, là, à la fenêtre, sous le rideau ouvert et éclairé par la lumière, il était bleu-vert, et s’accommodait extrêmement bien aux les yeux émeraudes de la Lhurgoyf, encore soutenu par le noir profond de sa robe ; mais une fois éclairé par une lampe, un feu, quelque chose de plus intime et chaleureux, la pierre revêtait une couleur rougeoyante, bien plus intense. Jouxtait à ce salon de réception une chambre ; chambre dans laquelle se trouvait un lit, aux draps négligemment remis ; ah, il n'y avait pas à dire, c'était un très beau lit, mais remettre à propre les draps ce n'était pas vraiment l'affaire de Shell ; les draps exhalaient encore le parfum teinté de miel et d'épices, glacé de rose et de fleurs d'immortelles, lamé d'un soupçon de cerise ; c'était le parfum qu'utilisait toujours Rashell. Elle aurait bien fait refaire son lit par le service de l’hôtel, mais pour plus de sécurité ; on n'avait laissé entré personne dans cet appartement depuis qu'elle y était entrée, et à raison : personne ne devait connaître sa présence dans cette ville à ce jour, personne ; et personne ne le serait sans doute jamais.

Dans la cour de l’hôtel où elle était assignée à résidence, il y avait à l'écurie, non pas quatre chevaux, mais cinq. Le dernier était un cadeau pour son visiteur ; il s'agissait un cheval pur sang, racé, de la race la plus réputée de Phelgra ; cette nation avait peut-être tous les défauts du monde, mais l'un de ses joyaux restait les chevaux et leur dressage impeccable. C'était un cheval moreau à la robe brillante comme l'anthracite qui se tenait devant l'écurie. Rashell l'avait choisi elle même, c'était un cheval puissant, dressé à la perfection et élégant, d'une grâce sans nul doute égale à celui auquel le cheval était destiné comme 'cadeau diplomatique'.

Rashell observait la fenêtre, attendait que la porte s'ouvre ; même si son flegme était connu, elle commençait à être impatiente de rencontrer pour la première fois son hôte. Après tout, ce n'est pas tous les jours que l'on recevait quelqu'un d'une telle importance.


Dernière édition par Rashell Samarcande le Mar 1 Sep - 18:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Réhabilitateur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Réhabilitateur ::
Thimothée Mannus

MessageSujet: Re: « Deadlines and Commitments »   Lun 31 Aoû - 23:22

    Les chevaliers du cercle entrèrent dans la cour dans un pas cadencé, formant rapidement un mince couloir de leurs dix corps engoncés dans des armures couleur de nacre avant que deux cavaliers n'émergent enfin de leur remue-ménage. Le mouvement de l'ensemble se faisait comme ci un seul être se mouvait au centre de la cour, un être, huit corps. Résultat d'un long entrainement, ils agissaient comme une machine bien huilée, une machine qui n'agissait que dans un seul but, protéger le premier cavalier à poser le sabot devant l'hôtel particulier.

    L'homme ne leur accorda pas un regard, habitué depuis déjà plusieurs années à les voir agir ainsi à son service, ils ne revêtaient pour lui presque plus qu'un masque d'humanité tant ils avaient sacrifiés pour lui. Il connaissait leurs noms, leurs visages, leurs grades, mais jamais ne leur parlait, il n'en avait pas besoin, un autre était là pour ça. L'être en question venait d'ailleurs de suivre son exemple, tout comme ses hommes il se trouvait enfermé dans un cocon de métal qui protégeait aussi bien son corps que son identité. La Tour, puisque que c'est ainsi qu'on le nommait, faute de pouvoir déposer un véritable nom sur le visage inconnu du reste du monde, atterrit sur le pavé de la cour avec fracas. Calme en apparence, l'épée tout à fait accessible au côté, il suivit son souverain vers le perron de la bâtisse.

    Ce dernier, seul homme à ne avoir revêtu une armure pour ce petit voyage secret, se paraît au contraire d'une tenue tout à fait légère. Une veste de cuir lui enserrant sa poitrine malingre, il s'était chaussé en cavalier puisque le secret voudrait qu'il se trouve actuellement à la chasse et non à discuter avec le maire d'une puissance étrangère. Les jambes dissimulées par des braies d'un blanc éclatant et les pieds protégeaient de cuissardes sombres, il avança avec vitesse et décontraction, le menton haut, sans adresser un seul sourire au membre des renards qui s'était empressé de venir lui ouvrir la porte avant de l'inviter à le suivre.

    Les renards, la garde de la capitale, ils avaient investis l'hôtel particulier près de deux semaines avant la rencontre afin de pouvoir l'explorer de fond en comble et d'en garder tous les accès, aussi bien pour assurer la sécurité de leur hôte, que pour éviter de leur permettre la moindre escapade. L'homme à leur tête respectait la position de son invitée, mais n'en suspectait pas moins un piège.

    Les marches défilaient sous ces pieds alors qu'il gravissait les étages avec souplesses, ses bottes n'émettant qu'un faible bruit alors qu'elles s'enfonçaient dans le lourd tapis recouvrant les marches de bois verni, le batiment était beau, un cadre de luxe pour une rencontre secrète. Voilà une pensée qui parvint à étirer un bref sourire sardonique sur la bouche de Thimothée avant qu'il ne se recompose un masque d'impassibilité. La première impression serait primordiale, surtout dans un cas comme celui-ci et il ne pouvait se permettre d'être pris à la légère.

    Arrivé devant la porte, son guide tapa trois fois avant d'ouvrir, se préparant à entrer en premier, il fut écarté sans ménagement par la tour alors que ses hommes commençaient à boucler le couloir. Entrant d'un pas lourd, il dévisagea un long moment la jeune femme sans piper mot avant de faire finalement signe à son souverain d'entrer, se plaçant lui-même à droite de la porte, la main sur la garde de son épée.

    ~ Mademoiselle, laissez-nous vous souhaiter la bienvenue dans nôtre glorieuse cité.

    La phrase fut énoncée d'un ton bienveillant alors que Thimothée entrait dans la pièce, lui accordant un bref sourire de circonstance avant qu'il ne s'avance vers elle.

    ~ Vôtre séjour se fit-il agréable ?

    Demanda t-il avant de remarquer l'absence de verre dans la main de sa compagne.

    ~ Me feriez vous le plaisir de partager une coupe de vin avant d'entamer le coeur de vôtre projet en nos murs ?

    La phrase se présentait comme une véritable question, mais elle n'attendait visiblement pas de réponse. A peine les mots avaient-ils dépassé le seuil de ses lèvres qu'il se retournait rapidement, faisant signe au Renard de leur servir deux coupes pour enfin revenir à son interlocutrice pour des présentations plus formelles.



Merci à Asnaell pour ce kit magnifique !!
Thème Royal


Parôle ~ #ff6633
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Boîte de Pandore ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Boîte de Pandore ::
Rashell Samarcande

MessageSujet: Re: « Deadlines and Commitments »   Mar 1 Sep - 1:13


Rashell était assise sur le canapé capitonné, les jambes croisées et regardait toujours par la fenêtre, repoussant le rideau de sa main, assez curieuse de la ville ; il faisait plutôt beau en cet après-midi, et bon nombre de personnes était dehors, à commercer ou bien à se promener. Elle était seule dans la pièce, mais tout avait été prévu ainsi. Braenn, qui devait bouillonner dans la pièce d'à côté, avait quelque peu ronchonné quand elle avait appris qu'elle devrait rester enfermée, quasiment les mains liées, dans un appartement d’hôtel, aussi luxueux soit-il.

L'arrivée du Roi se fit remarquée, dans la rue, avec son cortège de cavaliers, tous ceints de la même armure ; armure du plus bel effet c'était certain. Leur droiture et leur rigueur étaient impressionnantes, et au moins elles installaient à merveille le calme presque cérémoniel qui suivait le Roi d'Eridania à chacun de ses pas. Ah, lui, pour sa part, était vêtu d'une tenue de cavalier ; tiens tiens, devait-il aller à la chasse ?

Entendant du bruit dans les escaliers. Shell se leva du canapé, ajusta le rideau pour qu'un rai de lumière pénètre chaleureusement dans la pièce, afin qu'ils ne restent tout de même pas plongés dans le noir, se mit face à la porte patiemment. Elle examina sa robe une dernière fois, lissa un pli qui ne lui plut guère sur le moment, et ajusta son pendentif bien au milieu de son décolleté tout en s'assurant que le fermoir se trouvait dans sa nuque ; puis elle fixa la porte, attendant. Peu de chose arrivait à surprendre Shell, et elle avait pensé à cette entrevue sous beaucoup d'angle. Mais entendre des pas dans le couloir, se savoir à une réunion secrète, et rencontrer le Roi sous peu, cela la stressait un peu ; elle inspira profondément pour calmer la tension qui l'avait saisie dans sa poitrine.

La porte vibra sèchement trois fois.

Elle retint son souffle. Entra en premier lieu un homme revêtu d'une armure complète, intégrale si on peut dire. Un garde du corps personnel, se dit-elle. Ou alors, serait-ce la Tour, que ses renseignements lui avaient mentionné, assigné à la protection rapprochée du Roi ; sans aucun doute. Il entrait d'un pas lourd et vif, et la regarda longuement. Cela mit un peu mal à l'aise le maire de Ridolbar, derrière son casque, elle voyait à peine les yeux qui s'y cachaient. Mais elle tint bon, comme toujours, et conserva son masque de Haute Dignitaire. Enfin, après avoir observé la pièce d'un œil et sa résidente, il permit au Roi d'entrer.

A son arrivée, elle courba la tête légèrement vers l'avant en guise de révérence, signe parfait de respect, sobre. Elle ne voulait pas se lancer dans une large révérence, pinçant les pans de sa robe pour se baisser jusqu'à n'en plus pouvoir, non ça, ce n'était pas pour elle. Elle profita de sa position pour regarder discrètement les bottes de la Tour ; il s'était posté à la porte, ne bougeant pas d'un pouce. La Lhurgoyf tiqua un peu, ce n'est pas qu'elle pensait remettre en cause la fidélité sans doute inébranlable de la Tour ; mais elle n'aimait pas savoir que des oreilles pussent entendre ce qu'elle pouvait dire, et des yeux voir ce qu'elle pouvait faire. Elle attendit alors que le Roi lui adresse la parole ; après tout il ne fallait pas froisser le protocole. Et bien qu'elle connaisse le protocole -les rudiments dira-t-on, elle devait bien l'avouer, il était délicat pour elle de savoir comment partager un dialogue avec son éminence. Il s'avança vers elle ; à ce moment elle se décontracta avant de lui répondre :

- « Je ne suis arrivée qu'hier et n'ai malheureusement pas pu prendre le temps de voir votre cité, votre Majesté. »

Elle remarqua que le Roi regardait le plateau de verrerie et d'alcool sur la table basse avec attention, mais ne fit rien paraître. Il proposa alors un verre de vin. Elle lui répondit d'un léger hochement de tête, en s'asseyant de nouveau sur le canapé capitonné en face de la table basse finement travaillée ; après tout, sa demande avait l'air d'une espèce de commun d'accord, comment aurait-elle pu refuser, de toute façon.

Rashell se saisit du verre à ballon que lui avait tendu le Renard. Sans vraiment s'en cacher, Rashell lança un regard vif et glacial à la Tour, on aurait dit qu'elle essayait de voir ce qui se dissimulait derrière cette armure froide ; mais son regard faisait avant tout comprendre de façon claire que sa présence la dérangeait, autant parce qu'elle ne représentait aucune menace pour le Roi -après tout on n'assassine pas quelqu'un à qui l'on vient demander de l'aide. En fait sa simple présence arrivait à titiller son orgueil, mis à mal par le soupçon de danger qu'elle représentait hypothétiquement. Elle se serait bien levée devant la Tour et lui aurait demandé de la fouiller, s'il voulait être vraiment sûr qu'elle ne portait aucune arme sur elle, et de lier ses mains avec des menottes d'Intra pour rendre ses pouvoirs inutilisables, tant qu'il y était.
Mais ce moment de doute ne dura qu'une seconde à peine, déjà elle arborait un petit sourire enjoué ; enclin à la discussion. Pour la commencer, elle continua sur le dernier thème abordé. Les jambes croisées fendant sa robe noire qui descendait jusqu'au bas des genoux, elle parlait en tripotant de sa main son médaillon qui avait conservé sur le moment une teinte aigue-marine, tandis que de l'autre elle admirait la couleur vive du vin qui tournait sans son verre :

- « Il m'est déjà arrivé de venir à Héspéria, et je dois avouer que la ville a l'air d'avoir beaucoup évoluée depuis ; je me ferais un plaisir de revoir la Bibliothèque des Lumières ou même la grande Place publique, qui était vraiment magnifique avec ses nombreuses fontaines... Ah, aussi, je ne sais si vous l'avez vu, mais je me suis permise de vous apporter un cadeau, il se trouve à l'écurie de l'hôtel; c'est un cheval moreau, jeune, des pures races Phelgranes -vous en connaissez sans doute la réputation, et dressé à la perfection. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Réhabilitateur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Réhabilitateur ::
Thimothée Mannus

MessageSujet: Re: « Deadlines and Commitments »   Mar 1 Sep - 18:41

Les premiers instants de cette conversation se montraient. Répondant à question du monarque avec un sourire des plus diplomate elle mentionnait son impossibilité de quitter l'hôtel avec amabilité, sans aucune trace de rancoeur ou de vexation dans la voix. Soit elle n'y prêta aucun intérêt, soit elle se montrée tout à fait apte à pouvoir continuer la conversation. Il était important pour Thimothée de déterminer face à quel type d'interlocutrice il se trouvait faire face. Impulsive ? Franche ? Directe ? Manipulatrice ?

Son regard ne manquait aucun geste de la jeune femme, lui-même assis sur le canapé sans pour autant se laisser aller à s'affaler dedans, un sourire vint naître sur ses lèvres alors qu'il observait les coups d'oeils répétés qu'elle adressait à la Tour. Etait-elle intriguée par le heaume ? Intimidée par la carrure que l'armure lui conférait ? Ou peut-être tout simplement aurait-elle préféré une conversation seul-à-seul ? A nouveau il ne pouvait se limiter qu'à des hypothèses, incapable de percer le mystère contenu derrière ces prunelles d'émeraude.

~ J'ignorais que notre ville avait déjà eu le plaisir d'accueillir vôtre personne. J'espère qu'elle vous en aura laissé un bon souvenir ? Il est important pour nous que Hespéria se révèle sous son meilleur jour à présent. Les ombres du passé s'effacent lentement et Eridania est sur le point de retrouver un voile de splendeur.

La phrase se voulait d'un ton badin, mais n'en épargnait pas les sous-entendus. Il été dorénavant clair pour tout le monde que le pays avait changé. Depuis un an déjà il avait mis la main sur le pouvoir suprême et entendait bien le montrer. Tout à ses remarques voilées il n'en continuait pas moins d'étudier les mouvements adroits de la jeune femme. Attirant son attention en levant son verre, elle la détournait ensuite en manipulant le pendentif qu'elle portait ostensiblement à la hauteur de ses charmes. Le sourire du monarque s'élargit inconsciemment alors qu'il s'accordait un bref instant de légèreté. Loin de la cour, il pouvait presque se persuader à pouvoir respirer un instant et baisser ses défenses, mais malgré le ton tout à fait charmant de la conversation et l'élégance de son hôte, il n'en était pas moins questions de négociations. En soi la présence de la Tour avait ça de bon pour le rappeler immédiatement à ses devoirs si son esprit retourner dans ses vieux démons, brouillant son jugement.

~ Si les loisirs de notre ville peuvent vous divertir, alors peut-être pourrais-je organiser pour vous une petite visite de nos établissements les plus prestigieux à votre prochaine visite. Qui sait alors si vous ne pourriez pas vous déplacer au grand jour en Eridania à ce moment-là ? Et nous-même chevauchant à votre côté sur votre magnifique cadeau qu'il me tarde de découvrir.

Portant pour la première fois son verre à ses lèvres, il en saisit une brève gorgée, savourant le liquide carmin d'un léger claquement de langue avant de reposer les yeux sur son interlocutrice. Son sourire n'avait pas disparu, mais il n'était plus question maintenant de suivre les courbes de sa robe, il vrillait à présent son regard dans celui de Rashell.

~ Et c'est en partie à ce propos qu'il nous semble que vous avez consenti au déplacement depuis Ridolbar si nous ne nous trompons pas Madame le Maire ?

Un titre, le premier qu'il employait lui-même dans la conversation. Cela se voulait à la fois un rappel de l'importance de la conversation, mais également de la position de Rashell dans un pays qui n'avait plus de maire.

~ Il nous tarde d'apprendre les raisons de votre venue ici. J'imagine qu'il ne s'agissait ni du vin, ni de notre conversation ?



Merci à Asnaell pour ce kit magnifique !!
Thème Royal


Parôle ~ #ff6633
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Boîte de Pandore ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Boîte de Pandore ::
Rashell Samarcande

MessageSujet: Re: « Deadlines and Commitments »   Mer 2 Sep - 16:08


Toujours assise sur le canapé ; Shell se sentait à présent moins impressionnée ; même si le Roi était maintenant assise près d'elle. Elle souriait un peu plus, d'un sourire discret mais assuré. Si seulement le Roi savait le passé de Rashell ; elle était déjà venue de nombreuses fois dans sa cité ; il n'était même pas encore né, elle fomentait déjà des coups bas parmi les ladrinis, par-ci, par-là. Elle ne put réprimer un sourire en coin assez charmeur.

- « Je ne sais si ce fut un plaisir pour la ville de m'accueillir il y a maintenant quelques années, je n'étais pas Maire. Et oui, elle m'a toujours laissé de bons souvenirs, rassurez-vous, Majesté ; et je ne doute pas qu'avec Votre Grandeur à sa tête, elle ne tarde de rayonner bien davantage sur les ombres du passé. »

Pour la première foi vraiment ; Rashell vit le Roi sourire ; un sourire quelque peu ensorceleur à ses yeux il fallait le dire ; cela laisserait-il présager d'une entente cordiale. Tout en discutant elle observait son auditeur, son visage était fin, un peu aminci ; mais dans ses traits on pouvait distinguer altier et noble ; en s'arrêtant sur ses yeux, elle ne put réprimer un court soupir, ses yeux nourrissaient une étincelle de curiosité ; à la couleur à la fois perçantes et impénétrables ; alors Shell sans s'en rendre compte croisa les jambes dans l'autre sens.

- « Je serais ravie de pouvoir visiter votre cité en profitant d'un guide ; sans avoir à me cacher derrière ces rideaux » elle désigna d'une main légère, accompagné d'un petit sourire sardonique la fenêtre. La Lhurgoyf écouta l'invitation de Thimothée à une discussion plus sérieuse, sur la raison de sa venue ; un instant après elle passait son regard du Roi jusqu'à la Tour ; sans réelle gène. Et elle se décida enfin à dire ce qui l'avait ennuyé depuis le début au sujet de cette surveillance rapprochée. Inspirant légèrement elle n'hésita pas à parler sur le ton de la franchise, mais qui mettait en voix aussi bien un peu de son orgueil et de sa fierté blessés :

- « Vous n'avez rien à craindre de moi, je pense que vous le savez, Majesté, et si, au moins par respect pour mes sentiments, vous ne voulez pas m'humilier de votre méfiance ; sachez que pour cette entrevue, il me semble que la place de votre garde du corps se trouve dans le couloir. »

Un silence s'installa ; qu'elle combla en lissant un peu sa robe et en replaçant de nouveau son collier, pas gênée parce qu'elle venait de dire, mais gênée par sa fierté blessée. Shell but à son tour une gorgée de vin et réfléchit soigneusement à ce qu'elle aillait dire. Après tout, elle était venue pour cela ; ses yeux voguèrent dans la pièce de dépit un moment à chercher ses mots, mais elle se sentit rassurée à les plonger dans ceux de son hôte avant de se mettre à commencer ses explications :

- « Le vin et votre compagnie me ravissent, sachez-le, votre Majesté ; mais il est vrai que je suis venue m'entretenir avec vous d'un sujet un peu plus épineux que mes visites dans votre capitale. Pour aller dans le vif du sujet ; vous ne devez pas être sans savoir les tensions qui règnent entre Cimmeria et Phelgra, ou tout du moins les Cavaliers de Sharna. Et en tant que « Maire » de la ville de Ridolbar, et depuis que j'ai été investie de ses pouvoirs, je mets tout en œuvre pour redorer moi aussi le blason de la ville et d'en faire une cité marchande. Néanmoins, je n'apprécie pas la dominance des Cavaliers sur la pays, et cela depuis longtemps, et encore moins depuis la prise de mes fonctions... » elle fit une pause, elle regardait le vin dans son verre, se pinçant les lèvres, réfléchissant à comment dérouler la suite de son exposé ; elle but une bonne gorgée, se rendant compte de l'ampleur de ce qu'elle allait demander. « Aussi, je ne cautionne absolument pas l'aide qu'apportent les Cavaliers à la famille Lannetae contre Cimmeria ; et lors des levées des troupes dans ma ville, j'ai bien dû m'y soumettre, en envoyant le moins d'hommes possibles. » Elle fit une pause de nouveau, consciente que ce qu'elle allait dire aller peser extrêmement lourd dans la balance diplomatique ; son appréhension se voyait dans ses yeux, affligés par le doute de faire le bon choix ; elle tourna son visage et ses yeux d'émeraude vers le Roi. « Aussi, pour le bien de ma cité, et craignant le revers de Démégor, j'en appelle à votre aide, Majesté, si, proclamant mes réticences envers le pouvoir en place, je devais me défendre contre celui-ci. »


Dernière édition par Rashell Samarcande le Ven 4 Sep - 16:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Réhabilitateur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Réhabilitateur ::
Thimothée Mannus

MessageSujet: Re: « Deadlines and Commitments »   Jeu 3 Sep - 20:15

    Le monarque croisa les jambes avant de joindre les mains sur le plus haut, alors qu'il l'écoutait son sourire gagnait un côté légèrement plus joueur. La femme ne semblait visiblement pas intimidée par la position de Thimothée ni par la propre situation dans laquelle dans laquelle, pourtant accueillie en secret et avec seulement quelques gardes, dont tous se trouvaient absent de la pièce. Il devait se l'avouer plus tard, son audace avait quelque chose de tout à fait amusant.

    Il ne pouvait néanmoins laisser passer une simple tirade sans rien dire ou elle aurait vite fait de prendre le dessus dans les négociations qui allaient débuter sous peu. Aussi, sans se départir de son sourire ni d'un ton badin, sa bouche n'en exprima pas moins des propos lourds de sens.

    ~ Avant que nous n'allions plus loin mademoiselle, nous aimerions remettre les faits en perspective. Vous cheminez jusqu'à notre capitale dans l'espoir que vous soutenions face à une nation avec laquelle nous n'avons aucun grief synonyme de guerre et tout cela dans le cadre d'une proposition que vous souhaitez nous faire pour soutenir ce que certains pourraient tout bonnement qualifier de "trahison" alors que votre pays se trouve en guerre. Il est certes l'assaillant, mais cela en dit également long sur vous même. Si nous ne sommes pas sans apprécier les opportunistes, il serait de bon ton de votre part d'éviter de nous menacer de votre humiliation. L'ensemble de la garnison d'Hespéria pourrait se trouver ici que ça n'en changerait rien à votre situation. Vous êtes ici quémandeuse et donc peu encline à pouvoir faire part de la moindre réclamation. L'aspect tout à fait secret de notre rencontre devrait pourtant vous conforter quant au sérieux que j'accorde à l'affaire. Aussi je vous prierais de bien réfléchir aux prochains mots que vous emploierez ou vous pourriez tout aussi bien repartir bredouille.

    Son ton n'avait jamais quitté l'aspect calme qu'il adoptait depuis le début de la conversation, les mots auraient tout aussi bien pu décrire les beautés d'un jardin sans que n'y percent la moindre parcelle d'hostilité. Il ne s'agissait pour lui que d'une remise au point afin de ne pas finir à terme par inverser les rôles. Elle se trouvait avoir bien plus besoin de lui que l'inverse et bien qu'il ne soit pas enclin à l'humiliation, il considérait comme naturel de lui rappeler alors qu'elle commençait à vouloir dicter les règles de leur entrevue.

    ~ Cela étant, nous respectons tout de même votre point de vue et ne sommes pas sans avoir trouver un côté rafraîchissant à cette démonstration d'audace.

    Sans le regarder, le monarque agita légèrement la main en direction de la Tour, l'homme, enfermé dans son carapaçon, marqua un temps d'hésitation, mais finalement son obédience pris le dessus sur sa paranoïa. La forteresse mobile qu'il se trouva être jeta un dernier regard à la jeune femme, la fixant l'espace de quelques instants avant d'ouvrir la porte d'un geste calme. Son irritation seulement marquée par le bref cliquètement de son fourreau alors qu'il entrait en contact avec sa cuirasse.

    Il ne s'inclina pas devant le monarque, il n'en avait pas besoin. Thimothée demandait obéissance et efficacité à ses hommes, pas d'être les acteurs d'une pièce de théâtre dont il serait le spectateur. Aussi l'armure disparut-elle sans mot dire dans le couloir, sans que le monarque ne change d'un poil sa posture, son sourire amical toujours présent aux lèvres.

    ~ J'apprécierais, ma chère, que vous précisiez votre pensée. Votre demande en soit se révèle quelque peu vague. Et si je ne suis pas à trouver quelque charme à vos manière marchande. Vous estimez, je le suppose, que vous ne pourrez pas prononcer une demande aussi vague en attendant de voir ce qu'Eridania est prête à faire.

    Le départ de La Tour n'avait entraîner pour seul changement que le passage du "nous" royal à un "je" beaucoup plus personnel alors que le monarque ne manquait pas un seul mouvement de la jeune femme, la scrutant pour distinguer les petits tics que le changement de ton de la conversation aurait pu augurer. Lui-même n'étant pas sans démontré un sentiment étrange à avoir démontré sa supériorité. Les négociations se devaient pour lui de restaient amicales pour ce qui devait arriver par la suite, mais il ne pouvait néanmoins pas se permettre de montrer intentionnellement des faiblesses alors qu'il représentait Eridania.



Merci à Asnaell pour ce kit magnifique !!
Thème Royal


Parôle ~ #ff6633
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Boîte de Pandore ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Boîte de Pandore ::
Rashell Samarcande

MessageSujet: Re: « Deadlines and Commitments »   Ven 4 Sep - 18:41

Shell resta immobile devant la réaction du Roi, elle s'en était doutée un peu, après tout, elle s'était laissée emportée par sa franchise. Elle se pinça la langue de déconvenue sans rien laisser paraître, mais elle ne cessa pas de soutenir son pendentif, tandis qu'elle buvait une nouvelle gorgée de vin. Ne voulant ni ne pouvait perdre la face, elle observa une mine digne qui exprimait toute sa révérence pour le chef d'état. Elle lui répondit d'une voix claire sans perdre contenance :

- « Je vous prie, Majesté, de bien vouloir excuser l'inconvenance d'une hôte fatiguée par son long voyage. C'est que de telles actions de ma part, je le sais, sont extrêmement risquées, et je n'ai envie d'omettre aucun détail. »

Pourtant, la Tour était sortie, et cela arrivait tout de même à la soulager en son for intérieur. Elle regarda de nouveau le roi, et à sa demande elle précisa sa pensée et ses plans.

- « Je ne pense pas, Majesté, qu'il s'agisse d'une 'trahison' dans un état qui n'a d'autorité qu'une ligue de 'Cavaliers de Sharna' qui tiennent le pouvoir par la force, sans administrer quoi que ce soit. Ma requête peut vous sembler étrange il est vrai, mais je vais vous la présenter sous un autre angle : l'angle de l'occasion. Phelgra est pour vous une nation limitrophe dangereuse, et cela depuis des années à présent. C'est un pays de pauvreté, où les plus forts se nourrissent des plus faibles par la brutalité, cette terre est habitée par des fanatiques de Sharna, un Dieu quelque peu malplaisant, il me semble que ce n'est pas la plus digne et honnête de toutes les divinités. Là bas, on ne sait jamais ce qui s'ourdit, c'est le chaos ; chaos sur lequel domine des Cavaliers. C'est un pays hostile. Je ne pense pas que ce pays vous laisse si indifférent. » Elle fit une pause dans son explication, cherchant les mots qui allaient suivre. Elle pensa à un ami, qui, insidieusement, lui inspira la conclusion de son explication. « Et demain, comme je l'ai déjà dit ; Démégor et Wode auront les yeux rivés vers Cimmeria, ils sont engagés sur un autre front, les yeux couverts par les œillères de leurs poneys. »

Rashell ne put retenir un sourire sardonique à se derniers mots ; elle aimait à imaginer Wode et Démégor, l'un à côté de l'autre, assis sur des poneys.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Réhabilitateur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Réhabilitateur ::
Thimothée Mannus

MessageSujet: Re: « Deadlines and Commitments »   Ven 4 Sep - 21:10

    Thimothée leva une main dans un geste se voulant apaisant alors que la jeune femme se fendait d'une excuse du bout des lèvres. Il pouvait tout à fait comprendre son état et le risque qu'elle prenait à venir le voir, aussi la demande était-elle à moitié justifiée. Mais l'essentiel de sa remontrance avait fait effet, il l'avait replacé dans son statut de quémandeuse et sa tirade suivante le prouvait aisément. Elle revenait à un ton plus proche de la demande que de l'exigence tout en multipliant les gestes.

    Peut-être s'était-il trompé ? Tous ces mouvements qu'il pensait au départ destinés à lui plaire et l'inviter à ne pas faire si attention que cela à ce qu'elle lui proposait pouvaient-ils êtres en fait des indices de l'angoisse que son interlocutrice pouvait ressentir ? Un sentiment compréhensible s'il en était, à travers ses mots elle risquait de tenir le sort de la ville dont elle avait été élue dirigeante. Il s'agissait d'un poids bien important pour de si frêles épaules et le sourire du monarque se fit plus amical alors qu'il commençait à percevoir son interlocutrice comme autre chose qu'une simple dignitaire froide.

    ~ Je constate toutefois que malgré mes demandes, vous ne vous départissez pas du voile de l'à-peu-près concernant votre demande. Vous me faîtes part de l'opportunité, de la situation, mais pas à proprement parler du but de votre visite.

    Prenant un temps pour bien laisser ses mots pénétrer les pensées de la jeune femme, il tendit le bras pour venir se servir une nouvelle coupe de vin.

    ~ Il s'agit de tactiques marchandes, que je ne trouves guères appropriées pour des discussions de cette importance, mais soit. Je m'adapterais à vos parôles et si vous n'êtes pas prête à poser le prix de l'aide d'Eridania, je le mentionnerais pour vous.

    Sa coupe à nouveau pleine, il la leva vers ses lèvres, prenant une longue gorgée avant de dévisager son interlocutrice par dessous le rebord d'argent de son gobelet.

    ~ Si vous nécessitez mon aide, alors je vous l'apporterais, ne serait-ce que pour honorer à juste titre le courage de votre venue. Mais vous comprendrez aisément que cette aide ne sera ni gratuite, ni désintéressée.

    Marquant une nouvelle pause, diable qu'il semblait apprécier ses effets de théâtres, il ficha son regard au coeur des pupilles d'émeraudes qui lui faisaient face, sans se départir de son sourire engageant il s'apprêtait à lui laisser le choix entre la peste et le choléra.

    ~ Nous agirons lorsque nous le croirons bon ou à votre demande. Sachez cependant que Ridolbar devra accepter les changements qui suivront dans son ensemble ou simplement disparaître au profit d'un ordre plus propice. Le règne corrupteur des marchands devra cessé et une nouvelle lignée viendra gouverner le comté que la ville et ses environs ne tarderont pas à devenir. Une lignée que je vous propose d'incarner mademoiselle. Livrez-nous la ville sans résistance, assistez-nous dans la suite de la guerre et jamais vous n'aurez à craindre de nouvelles élections. Vous régnerez sur la ville aussi longtemps que vous resterez fidèle à notre couronne et en échange Eridania vous protégera, vous, votre famille, vos proches et tous les citoyens de votre cité.

    Son ton redescendit, l'essentiel avait été conté, il n'aurait servi à rien de délayer encore longtemps. Elle se devait à présent d'incorporer l'ensemble de ces nouvelles données dans les plans que le souverain était sûr qu'elle élaborait derrière ce si charmant visage.



Merci à Asnaell pour ce kit magnifique !!
Thème Royal


Parôle ~ #ff6633
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « Deadlines and Commitments »   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Deadlines and Commitments »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: La Communauté & ses échangesTitre :: Corbeille :: Les vieilles aventures-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA, LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !