Odwin

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 2
• Ladrinis: 2
• Eclaris: 1
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 2
• Nérozias: 2
• Gélovigiens: 8
• Ascans: 1
• Marins de N.: 2
• Civils: 9

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Béamas Mois:Tiria
[Décembre/Janvier en temps réel]

Membres du mois


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Odwin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité

MessageSujet: Odwin   Mar 8 Déc - 21:46



Sirius Aelius Galilei
« Ôte toi de mon soleil »




IDENTITE : Sirius Aelius Galilei
SURNOM : Odwin
AGE : Inconnu | SEXE : Masculin
PEUPLE :  Sylphide
CASTE : Civil | Ancien Eclari
METIER :  Philosophe




DON : Immortalité | Insensibilité à la douleur
SPECIALITES : Herboristerie | Force mentale
POUVOIRS : Sens développés | Animorphie | Téléportation


Un bâton | Une dague


Une serpe | Une escarcelle | Des fioles | Une pipe en bois



Odwin fait parti de ces nombreuses personnes, sur Isthéria, pour qui l’âge ne veut pas dire grand-chose. Car il n'est pas le premier à avoir accumulé des siècles d'existence. Mais contrairement à bon nombre de ses semblables, qui aiment à s'afficher dans une enveloppe jeune, lui, à choisi la peau d'un vieillard pour courir le monde.
Il en garde tous les attributs typiques, avec sa longue barbe blanche plus ou moins grisonnante et ses longs cheveux encadrant son visage. Ses petits yeux, surmontés de sourcils broussailleux, de part et d’autre d’un grand nez aquilin, expriment toute la malice et l’intelligence du vieux sylphide. L’un est d’un pâle bleu délavé, l’autre à l'iris blanche, comme une bille d’ivoire, car il ne voit que d'un œil.
L’homme est assez grand de taille. Sa forme physique est bien meilleure que son allure ne le suggère, comme s'il n'y avait de la vieillesse, dans ce corps, que le visage. Il va partout vêtu d’un grand manteau gris et d’un chapeau bleu à larges bords. Qui plus est, le sylphide ne se sépare jamais de son bâton, dont il se sert autant pour la marche que pour se battre. En dépit des apparences, il ne souffre d’aucune sénilité particulière. Sa santé est excellente et il est physiquement autant capable que n’importe qui.

Odwin est une personne au tempérament bien trempé. Quelque peu lunatique, il est capable d’éclater d’un grand rire tonitruant à un moment, et pester l’instant d’après contre le premier venu. Son apparence sévère et son coté irascible peuvent paraître intimidant au premier abord, mais une fois passé on découvre un homme facétieux et très sociable. Odwin ne juge pas les gens sur leur race ou leur apparence, car il sait combien elles peuvent être trompeuses. Le sylphide ne se réfère qu'aux actes pour évaluer ses contemporains... et à son instinct. C'est quelqu'un de très perspicace, qui cerne vite les personnalités.
Odwin a sa propre conception de la justice et de ce qui est bien. Il appliquera toujours ses principes, sans se soucier des méthodes. C’est un homme sagace, capable de faire preuve de beaucoup de générosité. En revanche, il déteste l’apitoiement. Étant à la fois franc et difficilement impressionnable, il ne marchera jamais ses mots, quel que soit son interlocuteur.  

Odwin se contente des petites gens. Il aime tout particulièrement philosopher avec eux : bousculer leurs conviction, faire passer des idées par quelques beaux mots. Car, de manière générale, les grandes intrigues et les âmes trop torturées l’ennuient. Discuter du soleil devant un bon verre de vin est un luxe. Il sait apprécier la saveur de la vie dans les petites choses. Son pêché mignon reste de fumer la pipe. Il l’a souvent aux lèvres, bourrée d’un mélange de tabac, dont il garde secret la composition.
Un caractère plutôt inattendu de la part d'un immortel, mais que l'on comprend aisément si l'on place cette ouverture d'esprit au regard de sa profession. En tant que philosophe, il s'intéresse à tous les modes de pensée et se méfie de l'idéologie dominante.

Depuis le siècle dernier, cependant, il a décidé de délaisser la civilisation et ses semblables pour une existence solitaire. Le sylphide reste avant tout un philosophe. Un être centré sur la pensée et le questionnement. Et c'est au cœur de la nature qu'il a décidé de chercher des réponses, désormais. Il vit donc en ermite, loin du monde et de ses tracas et ne retourne à la civilisation qu'occasionnellement. Ses besoins réduits au minimum, il s'est endurci à la faveur des saisons. Vagabond, on le retrouve sur les routes, les villages reculés, au creux des bois.


PRENOM : Bahari
RACE : Chien
SEXE : Masculin
POUVOIR : Parole
DESCRIPTION : Bahari est un chien sans pédigrée. Un chien errant récupéré sur la route. Il mesure environs soixante centimètres de haut à l'épaule. Son pelage court est de couleur beige, tirant vers le gris sur les pointes. Il a les oreilles droites et pointues, le museau long et fin. Ses yeux sont marrons.
Loyal et joueur, il n'en redevient pas moins sauvage et agressif face à des personnes hostiles. Il ne rend qu'à ceux qui lui témoignent de la sympathie, un peu à l'image de son maitre. Son don de parole est permis grâce à un catalyseur qu'il porte au cou, au bout d'une cordelette de cuir.  


PRENOM : Ténéis
SEXE : Féminin
DESCRIPTION : Ténéis est une ânesse grise au museau et au ventre blanc, avec un trait noir caractéristique sur les épaules. Elle mesure environs un mètre trente au garrot et parait quelque peu en surpois.
Son tempérament paisible en fait un compagnon de route discret. Odwin l'a gagné au jeu contre un paysan : sans regret, car l'animal se laisse à peine arnacher. Le sylphide lui a donc rendu sa liberté, mais elle persiste à le suivre malgré tout. C'est en réaction à ce comportement incohérent et son embonpoint, qu'Odwin a décidé de lui donner le nom de la déesse créatrice des sylphides.  



« Maître Odwin, maître Odwin !
Le jeune homme poursuit le vieux sylphide à travers la rue principale du village. Ce dernier l'ignore, traçant son chemin, le bâton à la main et suivi de près par son ânesse et son chien.
« Je ne suis pas ton maître. Claironne t'il. Inutile de t'asservir toi même.
-S'il vous plaît ! Prenez moi comme élève. Enseignez moi.

Supplie le terran, tombant presque à genoux. L'ancêtre à la barbe s'immobilise et se retourne. De sa prunelle bleu glacier, il prend un moment pour considérer son interlocuteur.
« Pourquoi diable voudrais tu recevoir mon enseignement?
-Je vous ais entendu parler à la taverne, messire. Vous relatiez votre passé d'eclari avec force détails... Par les dieux, acceptez de me prendre pour disciple : je veux apprendre de vous.
-C'est donc la connaissance qui t’émeus, n'est ce pas?
-Oui messire.

Odwin se redresse et, d'un geste nonchalant, caresse sa barbe de la main.
« Mon garçon, il faut mépriser la science au même titre que l'honneur, la gloire ou la richesse.
Le jeune terran hausse les sourcils, l'air surpris. Le sylphide poursuit.
« Vois tu, les savants passent leur temps à étudier le monde, à chercher des réponses aux choses et à répertorier tout cela dans des ouvrages... Et dans leur bêtise, ils oublient de regarder autour d'eux. Déclare t'il en désignant l'horizon. Qui va donc se nourrir de toute cette connaissance, hein ? Je vais te le dire : les vers de parchemin. Maintenant, rentre chez toi et laisse moi en paix.
L'expression du garçon se décompose un peu.
« Je... alors, vous ne prenez aucun disciple?
Odwin approche un peu et lui pose la main sur l'épaule. Penché vers l'oreille, il réplique, comme une confidence.
« Comment voudrais tu que je prenne un disciple, si je le suis moi même?
-Mais alors... cela signifie que vous avez un maître?
-C'est exact.

A ces mots, il pointe l'ânesse et le chien.
« Des animaux?
-Mon garçon... ces animaux détienne plus de vérité sur l'existence que tous les sages que tu pourras jamais rencontrer. Le secret de la vie : la véritable liberté...
-Qu'est ce que vous voulez dire?
-Observe par toi même : qu'y a t'il de plus libre qu'un animal allant et venant sans contrainte, mangeant et dormant où il lui plaît ? Crois tu que le chien se soucie des conventions de la civilisation? Crois tu que l'âne s'engage sur une route si l'envie lui manque, quand bien même celle ci serait recommandée par le roi en personne? Non... Et ça, c'est ça, ce que tu dois comprendre, mon garçon.

A ces mots, Odwin s'écarte et se remet à marcher.
« A présent que tu sais où chercher ton maître, ne m'importune plus.

***

Le premier nom que porta jamais cet immortel fut Sirius Aelius Galilei. Il y en eu beaucoup d'autre, à mesure que se succédaient les enveloppes charnelles. Tantôt homme, tantôt femme : une apparence pour une existence, comme des masques. Le sylphide s'est essayé à toutes les vies possibles et imaginables. Une paysanne naïve, un jeune soldat romantique, une guerrière valeureuse, un tenancier un peu rustre : selon les circonstances et la fantaisie, pendant des siècles et des siècles.
Le temps a filé et, aujourd'hui, Odwin ne garde qu'un souvenir flou de ce qu'il appelle lui même « ses vies passées ». Des époques révolues, trop lointaines pour que cela sorte des archives de son esprit. Ne demeurent que de brèves anecdotes : la fondation d'une cité, une guerre, la paix. Le sylphide a toujours veillé à rester en dehors des conflits, à se trouver là où les mouvements de l'histoire sont doux.

C'est à la fin de la guerre de Taulmaril, que Sirius Aelius intègre la caste des eclaris. Poussé par une quête de savoir avide, il planifie des recherches et participe à la vertigineuse entreprise d'accumulation des connaissance de l'organisation. Depuis Cimmerium, il contemple le monde pendant près d'un siècle, attentif aux manœuvres politiques et autre mouvement diplomatique. Son œil expert décortique. Il se lance dans la rédaction d'un grand manuel d'histoire. On lui doit également plusieurs traités d'analyse politique.
Puis, Umbriel devient la capitale du bagne. Quelque chose se brise alors dans les convictions de Sirius Aelius. Peu à peu, son intérêt pour la politique se change en questionnement. Il vire de bord. D'observateur, le sylphide devient critique. Ses affinités avec la vérité s'étiolent. Il n'y croit plus. L'immortel passe le siècle suivant à lire tout ce que le monde compte d'ouvrage philosophique. A chaque amorce de réponse, dix questions nouvelles sont soulevées. Hélas, lorsqu'il termine enfin son étude, le monde a changé et de nouvelles questions se posent alors.
Sirius Aelius comprend qu'il est temps pour lui de sortir de sa retraite. Car depuis les hauteurs de la cité des immortels, il est bien difficile de cerner la réalité du monde et ce qui se joue en bas, là où l'on vit vraiment. L'homme part en croisade à travers Isthéria. On le retrouve d'abord dans les grandes villes, dans le giron des grands. Attentif à ce qui se dit, il tente de cueillir la clé de sa liberté dans la bouche des meilleurs orateurs. Errance.

Le sylphide comprend qu'il fait fausse route. C'est alors que naît Odwin : cette énième identité, liée à l'apparence d'un vieillard. C'est la conviction nouvelle du vieux fou. Le départ vers une véritable philosophie de liberté, une philosophie de la vie. A présent éclairé sur la voie qu'il souhaite emprunter, l'homme commence par rompre son allégeance à la caste des eclaris. Un simple citoyen sans bannière ni hiérarchie : voilà ce qu'il veut être. Un vagabond capable de se contenter de peu: il abandonne toute possession et ne chérit aucun des biens qu'il garde encore.
Odwin se met à côtoyer les gens simples. Dans la région d'Amaryl, il découvre la misère et le sort réservé par la nature à ceux qui s'entassent entre les murs bâtis par des puissants. Le sylphide se met à rejeter la civilisation, le progrès, l'ambition et la vanité. Peu à peu, il s'éloigne même des gens de peu. On le retrouve à subsister au fond des bois, sa nature sylphide favorable à l'ascèse qu'il s'impose. A la découverte de l'île de El Bahari, il embarque. Pendant dix ans, on ne le verra plus.

Jusqu'à ce qu'un beau jour, sans que personne ne l'attende, voilà que le vieil Odwin pose à nouveau le pied en Eridania. L'ermite est finalement sorti de son trou. Pour combien de temps? Dans quel but? Avec quel enseignement? Cela reste à voir.


Dernière édition par Odwin le Mer 9 Déc - 19:24, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
:: Eros et Thanatos ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Eros et Thanatos ::
Elië Valanatëel
MessageSujet: Re: Odwin   Mar 8 Déc - 21:56

Bienvenue à toi!
Bon courage pour la fin de ta fiche n'hésite pas à demander de l'aide si tu rencontres un problème...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité

MessageSujet: Re: Odwin   Mer 9 Déc - 1:39

Merci beaucoup.

Ma fiche est à priori terminée. Le contenu du forum étant abondant, il se peut que je sois passé à côté de certains éléments (enfin, j'espère que ce n'est pas trop la cata quand même)... Dites moi !
Revenir en haut Aller en bas
:: L'Eryl ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Eryl ::
Sighild
MessageSujet: Re: Odwin   Mer 9 Déc - 20:40

Bonjour et bienvenue vieux sylphide!!!

Penchons nous sur ta fiche! Tout me semble correct et je ne vois pas d'inconvénients à te valider. Cependant, voici des petites remarques sur lesquelles tu dois faire attention :

_ Ton âge => Qu'il soit inconnu, pas de problème. Mais conserve bien en tête que dans tous les cas, c'est forcément moins de 1000 ans. Que tu sois sylphide ou pas.

_ Ton pouvoir de téléportation => Ce pouvoir est limité dans la portée. Tu ne peux pas te téléporter de pays en pays. Ton périmètre de téléportation est de l'ordre d'une ville (exemple : te téléporter d'un point à un autre dans une même cité, maximum, sachant que tout dépend de ton degrés de maîtrise et que plus tu vas loin, plus cela t'épuise bien évidemment.)

_ Ton pouvoir de sens développés => Puisqu'il ne s'agit pas d'un seul sens unique, il faut que tu prennes en compte que qu'importe le sens que tu utiliseras, si un joueur possède un sens unique développé (par exemple la vue), la vue de ce membre sera toujours plus précise que la tienne. Bref, le fait que tu prennes tous les sens les rend moins puissant qu'en individuel. Sinon, c'est 5 pouvoirs en un et cela n'est pas équitable par rapport aux autres joueurs.

_ Ton pouvoir d'animorphie => C'est le détail qui tue mais quand tu te transformes, c'est que ton corps. Cela ne prend pas en compte les vêtements. Donc pense que tu finis tout nu. lool

_ Fin de ton histoire => Tu ne peux pas le savoir car l'évènement est récent et que je n'ai pas mis le contexte général à jour, l'île El Bahari a coulé (l'île est en réalité un colosse, elle n'est pas détruite juste en mode sous marine). Depuis peu, je te rassure. Pour les détails, je te conseille de te diriger vers les "annales d'Istheria" que tu trouveras dans une annonce globale qui te permettront de te situer dans le temps. Pour ton histoire (dans le rp), il faudra spécifier que tu avais quitté l'île avant ces évènements.



Bref voilà. Si tu as besoin d'aide ou plus de détails, n'hésite pas.
Suite à mes remarques, si tu souhaites modifier quelque chose, dis-le dès que tu peux.

Fiche validée


Tu vas pouvoir faire une demande de rang dans la zone évènementielle mais aussi te recenser (lien jaune).
Tu pourras aussi ouvrir ton compte en banque, ton journal, ta boîte aux lettres et ton inventaire.^^


Encore bienvenue et surtout bon jeu!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Odwin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Odwin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Odwin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Les RegistresTitre :: Inscription & Présentation :: Cimetière-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !