Combats de taverne | PV Odwin



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Combats de taverne | PV Odwin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité


MessageSujet: Combats de taverne | PV Odwin   Dim 13 Mar - 15:42

Cela s'était passé en Nivernia, un soir de forte tempête de neige. Un barde chantait la gloire d'un héros, accompagné de son luth, alors que des entrechocs de pintes de bières et rires gras traversèrent la taverne, responsables de ce vacarme ambiant. La morne Nivernia cédera sa place à la chaleur et au beau temps dans quelque jours. Ainsi, on se réchauffait, ce soir-là, à l'abri de la dernière tempête de neige de l'année, avec quelques pintes de bière.
L'arrivée d'un chevalier troubla la fête quelques secondes. Le bruit ambiant se dissipa, et fit place à silence monacal lorsque l'homme entra dans la taverne. Les lanternes de fortune diffusaient une lumière orangeâtre, chaleureuse. Il claqua la porte, transi de froid. De la neige sale tomba de sa cape lorsqu'il la secoua, puis commença à fondre sur le sol.
D'une voix rauque, il commanda une bière, tandis que les discussions et rires reprirent de plus belle. Après le massacre de ces quelques jours, il devait bien prendre une bière pour se remonter le moral. Il repensa à l'enfant qu'il avait vu, se traîner parmis les cadavres, une flèche plantée dans le mollet. Il soupira. Peut-être aurait-il eu une vie heureuse si ce chevalier de Sharna n'était pas sorti de nulle part, achevant le gamin d'un coup d'épée violent. Alors qu'il trempa ses lèvres dans la bière, avant d'avaler le contenu de la choppe d'une traite, il repensa également à Leila, une femme enceinte qu'il avait reconnu parmis la masse informe de corps gisant au sol. Le vide se fit dans sa tête, il bouillonnait de rage...

"J'aurais aimé la tuer à coups de hache, plutôt que de seulement lui planter mon épée dans le bide, à cette fichue catin. Elle l'avait cherché, elle n'avait qu'à pas me regarder dans les yeux en pleurant. Personne ne regarde Eustache dans les yeux en pleurant. Personne. Et puis, quand elle a commencé à geindre, c'était crispant. "Hééé gnin gnin gnin mon bébé bouuhouhou il va mourir avec moi bouuhouhou". Et là PAF, un coup d'épée dans le bide. Ca l'a calmée."murmura-t-il pour lui-même.

Le tavernier ne remarqua pas ces paroles, étant trop occupé à discuter avec une jeune demoiselle accoudée au comptoir.

Vous l'aurez compris, ce cher Eustache est une personne quelque peu... perturbée. Vous vous demandez probablement, cher lecteur, la cause de tout cela. Que s'est-il passé durant son enfance pour qu'Eustache devienne un barbare sanguinaire?

Deux hommes, assis à une table contre le mur au fond de la taverne, ne quittaient plus le chevalier noir des yeux. L'un d'eux reconnut aussitôt Eustache.

"Eh, Edgar, v'là qu'Eustache, ce salaud de chevalier de Sharna, est entré dans l'bar, dis."
"Eustache ? V'là un nom bizarre"

Eustache, septième fils d'une famille de mercenaires, a vécu une enfance paisible, au rythme de cours d'équitation, d'escrime, et tout ce qui pouvait conduire à un destin de mercenaire patenté à son tour. Il développa quelques modestes dons pour la musique, ainsi qu'une certaine curiosité pour la chimie et la magie – ce qui lui vaudra plus tard de se procurer un catalyseur. Cependant, ce que Anna-Lyse et Gordon de Sanh ne savaient pas, c'est que leur progéniture était habitée par une folie peu commune. En effet, Eustache a toujours été en proie à la folie, une folie meurtrière. De par son éducation martiale et laissant que très peu de place à une morale juste, il devint un enfant turbulent. Cette turbulence, peu à peu, se métamorphosa en cruauté dans ses actions... pour finalement produire l'Eustache que l'on connait aujourd'hui. De fait, il ne possède aucune forme de morale, ni aucun principe. Il ne juge que par instinct, un instinct primaire, primitif, sanguinaire. Ses yeux sont remplis d'une haine indomptable, son sourire, lorsqu'il tue, est carnassier. Ses parents l'apprirent à leurs dépends. Ils moururent subitement, un soir d'été, alors que leur engeance n'avait finalement que dix ans.

S'ensuivirent alors de longues années d'errance pour le jeune garçon. Il travailla comme esclave pendant quelques mois, avant que l'on retrouve son propriétaire mystérieusement assassiné. Qui oserait accuser un enfant de onze ans, qui plus est esclave? Puis il devint l'écuyer d'un nobliau pendant quelques années. Âgé alors de quinze ans, il décida de s'engager dans le mercenariat. Il formait, avec cinq autres gamins, un groupe d'orphelins abandonnés de tous, qui n'avaient eu d'autre choix que de risquer leur vie en l'échange de quelques bouchées de pain. Ensemble, ils tuaient des animaux, des monstres relativement imposants. Puis leur bande prit de l'ampleur. Ils pillaient, assassinaient. Ces entreprises donnaient à Eustache une profonde satisfaction. Il pouvait enfin gagner de l'argent contre des services pour lesquels il était fait. Et en plus de ça, il s'amusait.  

Theos avait trouvé une table dans un recoin sombre de la pièce, et sirotait sa bière lorsque le chevalier déboula dans la taverne. Le Sylphide était assis au fond de sorte à ce qu'il puisse voir l'homme de profil. Lorsque celui-ci tourna la tête vers lui, il sentit une certaine folie qui émanait de son regard. Theos ne détourna pas les yeux, continua de fixer l'homme de l'autre côté de la pièce. Il se sentait quand même menacé, comme si le chevalier comptait, d'un instant à l'autre, fondre sur lui épée en main. Cependant, il n'avait pas peur. S'il voulait venir se battre, qu'il vienne.
Et, évidemment, c'est ce qu'il fit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité


MessageSujet: Re: Combats de taverne | PV Odwin   Lun 14 Mar - 0:48

La tension, qui vient de s'installer entre les deux hommes, échappe encore aux convives réunis dans la liesse et les vapeurs de bière. Nul ne prête attention au regard d'Eustache, obombré par quelque rage intérieure. Nul ne remarque non plus la silhouette svelte et les cheveux d'or, d'un être plus vieux encore que les poutres de l'auberge, répondant à ce regard. Très bientôt, cette confrontation muette engendrera chaos et stupeur mais, pour l'heure, l'on s'amuse encore.
« La mer grondait si fort que les hommes eurent peur et leurs mains lâchèrent les rames. Le navire trembla sur les eaux agitées, mais je me mis à marcher de long en large parmi les hommes, les encourageant, et indiquant au pilote comment il fallait gouverner.
-Et alors ?
-Et alors ? Parbleu ! Il me faudra plus qu'un fond de choppe pour terminer cette histoire !
-Vous tirez volontiers sur la corde de ma générosité, voyageur. Je vous ai déjà offert deux pintes et un repas chaud.

Odwin gratifie le sot d'un coup de bâton au milieu du front.
« Est ce ainsi que tu évalues la parole d'un juste ? Mon garçon, s'il était question, ici, de rendre compte de ma sagesse, il te faudrait dépenser bien plus.
-Un juste ? Vous faisiez la manche.
-Et toi, que faisais tu ?
-Moi ? Ce que font les honnêtes gens qui sortent du travail : boire un bon coup à l'auberge.
-Ah !
S'exclame Odwin, l’œil brillant de malice. Un homme se soumet lui même à l'autorité d'un autre. Il sue sang et eau pour gonfler sa poche, tandis qu'un autre, désœuvré, se fait inviter par le premier. Tu travailles pour deux, mon garçon. Qui est le plus idiot des deux et qui est le plus sage, en fin de compte ?
-Je préférais quand vous contiez vos histoires.

Odwin se lève, brandissant son bâton d'un geste magistral. Il ajuste brièvement la position de son chapeau, avant de balayer la salle du regard.
« Que peut bien entendre des contes épiques un benêt de ta sorte ? Prends la mer : c'est elle qui détient le dénouement de la fable.
Le villageois se renfrogne, chassant ces paroles d'un geste nonchalant de la main, tandis que le vieux sylphide s'éloigne. L'oreille aux aguets, il capte des bribes de conversation. Ça et là, il glane et s'informe. Très vite son attention est attirée par deux silhouette visiblement épargnées par la liesse ambiante. La prunelle bleu glacier de l'ancien se rive sur les traits parfaits du plus jeune. L'expression d'Odwin se voile un bref instant, avant de retrouver sa malice habituelle.
« Mais que voilà un bien solitaire voyageur ! Tonne t'il en avançant vers la table de celui qu'il ignore être un ladrini. Cette triste figure a bien besoin de s’égayer.
A ces mots, il coupe la route d'Eustache, s'interposant carrément entre eux. Et puis, se retournant, il pose la main sur l'épaule du barbare, avant de lancer son regard tantôt vers l'un, tantôt vers l'autre.
« Quoi de mieux que d'offrir la boisson à un vieux voyageur, en l'échange de quelques histoires chevaleresques ?
Le visage d'Eustache affiche une teinte rougeâtre des plus inquiétante. Il semble crispé, prêt à dégainer son arme et trancher les têtes de toute l'assemblé. Odwin tire alors de sa poche une vielle tabatière et la lui fait humer brièvement.
« Vous semblez maîtriser l'art de la guerre. Murmure t'il d'un air excessivement mystérieux. Cela mérite un bon partage.
L'instant se fige. Une seconde, puis deux : Eustache s'empare finalement de la tabatière, tout en prenant place à la table du blond.
« Eustache va écouter... et s'il n'aime pas : il vous coupera la tête. Un bon coup de hache. Ha ! Il se met alors à crier. Aubergiste ! A boire !
Odwin esquisse l'ombre d'un étrange sourire. Il s'assoit à son tour, avant de contempler longuement ses deux nouveaux interlocuteurs. Puis, sur le point de prendre la parole, voilà qu'il se fait interrompre.
« Un instant, conteur. Dit il, la main levée. Je veux d'abord entendre ce qu'il a à dire.
Ses yeux fous scrutent le ladrini, tandis que ses mains bourrent une vielle pipe du mélange de tabac prêté par Odwin.
Revenir en haut Aller en bas
 
Combats de taverne | PV Odwin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Taverne du Nain Joyeux
» La Taverne
» Fin des combats
» Un bagarre à la taverne
» [Terminé] La taverne du Ménestrel [Libre !]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: La Communauté & ses échangesTitre :: Corbeille :: Les vieilles aventures-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA, LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !