C'est l'heure de faire des affaires [PV]



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 C'est l'heure de faire des affaires [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym

MessageSujet: C'est l'heure de faire des affaires [PV]   Lun 28 Mar - 13:45

Mille choses étaient à faire dans une journée, et d'autant plus pour une entrepreneuse qui se devait de gérer un établissement dont elle tentait d'élever le rang. Néanmoins, elle ne s'en faisait pas beaucoup. Tyrhénium était la ville idéale pour prospérer, surtout quand on savait que la grande majorité des concitoyens de cette cité espérait la richesse. Quoi de mieux que sur une table de jeu? Il fallait dire que cela vendait toujours du rêve, et les incrédules payaient pour cela. Autant que cela tomba dans la poche de Deirdre. Et pour ceux qui désiraient dorer leur image venir dans un lieu prestigieux comme le "aux mille couleurs" faisait une très bonne publicité. Néanmoins, sa préoccupation de la journée n'était pas celle-ci, mais celle de la rencontre avec un étrange intriguant qui souhaitait l'engager pour jouer les entremetteuses. Autant dire qu'elle adorait ce genre de rôle, surtout quand elle pouvait en tirer un grand bénéfice. Néanmoins, elle ne vendait pas la peau de l'ours car elle ne connaissait encore les détails. Prendre des risques oui, mais elle préférait quand même les peser pour sa propre sécurité. Suite à une missive reçue il y a de cela deux jours, elle avait décidé de fixer une rencontre en début d'après-midi. Autant vous dire qu'elle prit largement son temps en début de matinée pour se préparer...


Ce matin là...


Deirdre n'avait pas pris soin de fermer les volets avant de se coucher, car elle aimait à se réveiller avec la lumière du jour le plus simplement du monde... et dans son plus simple appareil aussi. Elle se trouvait donc là, étendue de tout son long, les jambes entremêlés dans ses draps, ses cheveux noirs en broussaille. Curieusement, cela n'offrait pas une image de débauchée, au contraire... mais sans nul doute la scène aurait pu être plus belle si elle n'avait pas la couleur de la mort. Ici, elle ressemblait plutôt au cadavre d'une putain abandonnée là. C'était un peu triste. Mais le soleil levant lui donnait des couleurs qui offraient l'illusion d'une chair bel et bien en vie.

Alors qu'elle se trouvait encore dans un sommeil profond, on toqua à la porte de ses appartements et sans que l'on attendit de réponse, la personne entra. Il s'agissait d'Uriel, son fidèle camarade qu'elle faisait passer pour son valet. Enfin, il fallait dire que c'était aussi un peu le cas bien que leur relation était plus complexe. Il avait apporté avec lui un petit paquet et une bouteille de lait qu'il posa sur une petite table présente dans la pièce. Une fois cela fait, il tira les deux grands rideaux des fenêtres afin d'éclairer un peu mieux. Ce simple geste fit grommeler Deirdre.

" Mmmmm... Tu n'as donc aucune pitié Uriel... ", dit-elle en s'étouffant dans son coussin.

" Vous avez un rendez-vous en début d'après-midi et vous m'avez signalé de vous réveiller dès que le jour se lèverait. "

" Mouais. C'est vrai. "

La jeune femme se leva lentement, laissant tomber les draps qui dissimulaient son intimité. Elle n'était pas pudique et elle se moquait que son compagnon puisse ainsi la voir. Au tout début, Uriel en rougissait mais à présent, il en avait l'habitude... sauf de la grande cicatrice qui se trouvait en plein milieu du sternum de la gorgoroth... et son bras. Cela lui faisait toujours un pincement au cœur, surtout qu'il en connaissait les circonstances. Naturellement, il apporta la robe de chambre à sa patronne qui, une fois vêtue, alla s'assoir à côté de son petit déjeuner. Jambes croisées, la mine renfrognée, elle ouvrit le paquet et en sortit des petits gâteaux. Là, un sourire illumina son visage comme pour une enfant.

" Haaaaaaaaaaaa! Mes préférés! Ils sont même encore chauds!!! Tu es formidable Uriel! "

" Ce n'est rien. Je n'ai pas beaucoup dormi aujourd'hui. J'ai préféré que cela soit utile à quelque chose. "

" Mmmm... tu en fais toujours trop mon ami. Bien. As-tu réussi à avoir quelques informations sur l'homme que je dois rencontrer? "

" Pas vraiment. Mais j'ai entendu des choses à propos d'un homme qui manipule des rats. On le surnommerait même le Roi des rats. "

" Charmant sobriquet. Mais au moins mon cher Uriel, sache que de ne rien trouver sur quelqu'un en dit déjà beaucoup sur lui. Nous en serons plus tout à l'heure. "


Début d'après-midi...


Deirdre avait quitté sa chambre pour son bureau, bureau qui respirait le professionnalisme comme le luxe : un bureau en bois précieux, une bibliothèque avec des ouvrages dont la valeur était inestimable, des sièges en velours pour recevoir convenablement, un bon et vieux whisky pour mieux rouler des mécaniques... Quant à elle, elle adoptait une apparence un peu intrigante, portant une sorte de kimono trop grand dans un tissu lourd et épais mais avec des motifs floraux et des liserés dorés. Les manches étaient très évasées et on ne voyait que le bout de ses doigts (de son bras droit - rappelons qu'elle avait depuis longtemps perdu son bras gauche). Le tout était ceinturé par du cuir où prônait de longues aiguilles métalliques. Lorsqu'elle marchait, on devenait ses jambes et la couleur diaphane de sa peau, parfait contraste avec la noirceur de ces cheveux.

A ce moment là, elle se tenait près d'une cheminée et avait tourné deux sièges en direction de l'âtre. Assise, un porte-cigarette à la bouche, elle attendait calmement son invité en contemplant un tableau de son œuvre qu'elle avait accroché sur le mur. Cela représentait la vieille maison qui était la sienne à Amaryl. Souvenir, souvenir...

Pendant ce temps là, à l'entrée de l'établissement, Uriel attendait le fameux Leshen pour l'accompagner jusqu'à sa maîtresse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Roi des rats ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Roi des rats ::
Leshen

MessageSujet: Re: C'est l'heure de faire des affaires [PV]   Ven 23 Déc - 8:43

Leshen s'éveil dans un soubresaut.
Simplement assis sur l'un des bancs publics de la ville, il tente de gigoter comme il peut sur son socle de pierre, pour dégripper son corps. Si souvent il avait utilisé son pouvoir, et si souvent il était revenu dans son enveloppe charnelle après une longue absence, mais pourtant jamais il n'avait vraiment réussi à s'habituer à cette sensation désagréable, cette perte de repères lorsque son esprit réintégrait sa propre chair.

Le même corps et le même processus magique, mais à chaque fois il était décontenancé et perdu.
Pourtant, il lui vint immédiatement ce sentiment pressant, malgré une dérive déstabilisante impossible à dissiper, il restait conscient d'une chose qui lui fallait faire absolument.
Il se dressa sur ses jambes, découvrant avec joie qu'elles ne se dérobèrent pas sous lui instantanément. Il restait debout, hésitant mais bien debout...cela ne devait pas faire si longtemps que ça qu'il était absent.

Il se mit en marche, quittant la ruelle quasi-déserte où il avait pu s'isoler, il s'efforça de rejoindre une artère plus fréquentée de la ville, avançant avec persévérance avant même de pouvoir se souvenir ce qui le rendait si impatient en ce jour.

A mesure que ses pas s'enchaînaient, ses pensées se regroupaient, comme encouragées par le mouvement : sans être complètement sûr de la date, il était maintenant certain d'avoir un rendez-vous. Il s'était affairé à consulter trois ou quatre guetteurs alentours, mais il était maintenant temps de réintégrer son corps pour se rendre à un entretient, en personne pour une fois.

Ce n'était définitivement pas le genre de procédé qui lui plaisait, ce devait être important...
C'est en à peine quelques mètres que la tâche lui revint avec plus de clarté : il devait rencontrer une femme d'affaire capable de négocier une transaction pour lui.
De façon assez étrange il lui fallait faire une rencontre, précisément pour éviter d'avoir à en faire une autre... les faits -présentés sous cet angle- paraissaient un brin trop idiots pour être corrects, mais malgré l'absurdité de cette constatation, sa mémoire se faisait de plus en plus ferme : c'était définitivement bien ce qu'il avait prévu de faire.

Retranché dans ses pensées, il avait réussi à remonter la rue bondée, sans pourtant trop souffrir de l'effet suffoquant de la population. Le quartier commerçant de Tyrhénium était bien sûr toujours bondé par une foule abominable, même si les affaires étaient extrêmement bien rôdées, le début d'après-midi restait une plaie à traverser, pour n'importe qui.

Parfois les gens sont plus grouillants que des rats.

Leshen se serait surement inquiété d'être en retard, à devoir patauger et se débattre entre ces groupes opaques, seulement il était tellement concentré sur le meilleurs itinéraire à suivre, qu'il en oubliait complètement le stresse. D'un ultime coup d'épaule il parvint à s'extraire du flux de la rue pour atterrir face à un bâtiment.
C'était un établissement actif et prospère, pourtant la foule étaient beaucoup moins compacte et mobile que dans le reste de la rue. Le Roi des rats constata avec soulagement qu'il était bien arrivé devant une façade indiquant " Aux Mille couleurs". Surement que les gens éprouvaient un certain respect pour le lieux, évitant de s'agglutiner inutilement... ou peut-être plutôt  que l'activité de l'enseigne ne fleurissait vraiment que le soir venu.
Quoi qu'il en soit, une légère vague d'inquiétude le gagna : est-ce que c'était la bonne heure? Le bon endroit? la bonne entrée? Était-ce seulement le bon jour ?!
Quand son esprit s'envolait vers ses rats, il n'était jamais bien certain de garder une bonne notion du temps.. et si il n'était revenu à lui que trop tard?

Aucune de ses inquiétudes ne parvint vraiment à prendre forme cependant, car très vite Leshen remarqua une personne, devant l'entrée principale.
L'homme semblait attendre quelqu'un spécifiquement, et il dévisagea Leshen tout aussi spécifiquement quand leurs regards se croisèrent.
Ils se fixèrent, immobiles, dans le brouhaha. Cette attente curieuse dura tellement que ce ne pouvait être que la personne venue le recevoir.

-J'ai rendez-vous avec la gérante de l'établissement, ce me semble. Mon nom est Leshen.

La suite se faisait presque mécaniquement, Leshen se laissant fouiller sans broncher -encore un peu vaseux- à la fois à cause son pouvoir, mais aussi par son trajet.
A vrai dire il découvrait lui même son aspect en suivant la fouille du serviteur, car dans sa torpeur il en avait même oublié la façon dont il s'était habillé le matin même. Apparemment il avait prit les devants, et s'en trouva soulagé, il ne portait qu'un pantalon marron foncé et une paire de bottes simples ; à peine plus claires et juste assez robustes pour supporter le trajet jusqu'ici sans se faire piétiner les orteils.
Sa veste noire était beaucoup moins longue et épaisse que le manteau ample et grossier dans lequel il aime s'envelopper généralement, du menton jusqu'aux chevilles.
La veste légère qu'il portait à la place ne descendait pas plus loin que sa taille et comportait quelques boutons et des coutures décoratives, il fût lui même surpris d'avoir fait l'effort d'enfiler quelque chose de vaguement élégant pour venir ici.

Il faut dire qu'il avait prit la peine d'observer l'établissement à plusieurs reprises, son look habituel aurait fait plus que tâche ici, et même si il était loin de ressembler aux clients habituels des lieux, au moins n'attirait-il pas l'attention inutilement.

Ses vêtements étaient assez sobres et fins pour pouvoir être vérifiés rapidement, il n'avait emporté aucun objet pour éviter tout soucis de vol ou de malentendu.

Lors de la phase de repérage, les rats lui avaient permis de noter énormément de perturbations magiques dans le périmètre (si bien qu'il avait été difficile de vraiment approcher d'ailleurs, l'opération avait prit beaucoup plus de temps que d'habitude). Il était donc impossible pour lui de dissimuler vraiment sa nature Gorgoroth par ses maigres illusions, elles auraient été brouillées par les supposées barrières de protections.
Il fallait donc se contenter d'une chemise avec un col suffisamment haut pour dissimuler son cou et les marques de strangulations qui le décoraient.


Une fois les mesures de sécurité prises, il se laisse mener à travers le hall, montant le grand escalier sans même chercher à profiter de la décoration de la salle. C'était une chose de regarder l'établissement par les yeux d'un rat, mais de ses propres pupilles, tout était beaucoup trop agressif, trop de couleurs, trop de reliefs...il lui semblait connaitre les lieux, mais y évoluer se révéla beaucoup plus éprouvant qu'il ne l'avait pensé. Perdu au milieu d'une vaste pièce, scruté et entouré par tant de monde... il continuait de suivre les pieds d'Uriel, se concentrant au maximum pour ne pas tourner les siens et repartir directement.
Il avait besoin de cette collaboration.

Une fois arrivé au second étage, les protections magiques étaient solides et donc indéniables. C'est à peine si il parvenait à ressentir la présence de ses agents aux alentours. Chaque bâtiment souffrait sa vermine, c'était inévitable -pire que l'humidité- cependant il serait difficile d'en prendre le contrôle sans un effort poussif.
Mais malgré les perturbations, il ressentait un étrange groupe de rongeurs... c'est dans l'enceinte de l'établissement ... mais loin. Par delà les salles de jeux, par delà la cour extérieur... plus loin... ils étaient là, plusieurs individus, pas vraiment un nid, mais pas vraiment séparés non plus. Ils étaient perturbés... effrayés, excités, drogués? Impossible à dire de si loin.

Il revient à lui au moment où on l'introduit dans le bureau de la Dame. En plissant les yeux, il tente de détailler la salle, mais c'était peine perdu, trop de gens et trop de pièces, trop d'objets et d'extérieurs pendant ces dernières heures, il avait l'impression de ne voir que du flou sans pouvoir vraiment isoler les éléments.
C'était trop chargés, pour ses habitudes, c'était presque fatiguant pour son cerveau encore groggy. Il passait définitivement trop de temps hors de son corps ces derniers mois.

Leshen s'avance doucement dans la salle, un peu raide. Il fixe un instant les sièges devant la cheminée. Manifestement il ne pouvait pas cacher son manque d'habileté pour ce type de réunion et l'étiquette que cela requiert. Mais il tenta de son mieux de se faire comprendre, pour une fois il se s'agissait pas de se cacher, mais bien d'agir avec franchise.

-Merci énormément de me recevoir. J'apprécie le temps que vous me donnez, car j'imagine facilement que vous devez avoir déjà beaucoup de demandes d'entrevues, de la part de gens influents et beaucoup plus réputés que moi.
Je ne sais pas trop si c'est par instinct professionnel ou juste par curiosité que vous me recevez aujourd'hui, mais je tiens déjà à vous rassurer : que vous acceptiez ou non ma proposition, je suis presque certain que vous aurez quelque chose à gagner de l'écouter.


Le gorgoroth marque une pause face à sa collègue. Il semble se détendre en un soupir, comme soulagé d'avoir pu sortir sa tirade entière, et c'est déjà avec une main tendue vers l'âtre qu'il relâche un sourire enfantin, malgré ses lèvres blafardes :

-Ça vous dérange pas si on s'installe devant un feu? J'adore voir virevolter des volutes de fumée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
C'est l'heure de faire des affaires [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haïti: Haiti perd 3 places dans les facilités de faire des affaires
» C'est l'heure de faire du cheval [Adam]
» Georges Saati, vous avez raison mais ...
» Lorsque l'heure de faire ses courses sonne ... [Monologue Meri]
» Comme quoi, il faut faire attention à ses affaires... [PV Meia]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Eridania, le pays aux mille culturesTitre :: Tyrhénium, la ville frontièreTitre :: Le quartier commerçant :: Aux Mille couleurs-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA, LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !