Les jours de marché ne sont pas toujours ennuyeux [Dudu]



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les jours de marché ne sont pas toujours ennuyeux [Dudu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym

MessageSujet: Les jours de marché ne sont pas toujours ennuyeux [Dudu]   Mer 27 Avr - 23:53

Il y a tant de choses à faire dans la vie d'une femme, d'autant plus lorsqu'elle est une digne entrepreneuse. C'était d'ailleurs avec cet esprit là et pour cette raison là que Deirdre avait quitté Tyrhénium pour les rues si propres d'Hesperia. Le "Aux mille couleurs" n'avait pas encore ré-ouvert ses portes, mais c'était pour bientôt. Sa tâche consistait donc à faire parler de sa maison de jeu, bien au delà des murs de sa cité. Ho! Il y aurait sans doute un bon nombre de personne de sa ville qui viendrait jouer les curieux, mais pourquoi ne pas attirer les jolies bourses hespérannes? Il y avait forcément quelques bourgeois désireux de s'encanailler et surtout, de devenir plus riche qu'ils ne l'étaient déjà.

A l'aide de son fidèle Uriel, la gorgoroth avait passé plus de la moitié de sa matinée à appliquer des affichettes un peu partout dans la ville et en glisser quelques unes dans les boîtes aux lettres. Pour les clients potentiellement plus intéressants, elle relevait les adresses afin d'envoyer des missives faites en même propre. On était commerciale ou on ne l'était pas. Mais c'était une tâche d'un ennui mortel. Mais pourquoi le faisait-elle elle-même dans ce cas? Et bien parce qu'elle avait aussi désirée venir à la capitale. Il y avait toujours beaucoup à faire, surtout dans les musées. Quel plaisir de voir les tableaux des grands monarques! Ces portraits gigantesques et majestueux qui devaient valoir une fortune! Elle jalousait d'ailleurs les artistes qui avaient exécuté ses œuvres mais pas pour les raisons que l'on pouvait croire. Elle n'estimait pas leur talent car à ses yeux, ils étaient tous quelconques, mais le fait qu'un monarque est choisi tel artiste pour faire quelque chose de moyen, et être sans doute payé autant qu'elle se l'imaginait! Si elle avait eu la chance d'être choisi alors elle aurait été riche depuis bien longtemps. Elle s'était contentée uniquement de petits aristocrates pingres. Mais aujourd'hui, la question ne se posait plus trop. Elle ne peignait que pour elle... sauf si cela pouvait rapporter beaucoup.

En tout cas, bien rapidement, elle se lassa de cette ingrate partie commerciale et constata pour son plus grand bonheur, que c'était le jour du grand marché. Comment le savait-elle? Tout simplement parce qu'elle avait tendu l'oreille et écouté discrètement une passante.

" Qu'entends-je?  Mon cher Uriel, j'ai envie de faire quelques emplettes. "

" Est-ce bien raisonnable? Nous avons encore beaucoup d'affichettes à installer. "

" Certes, mais nous méritons une pause, non? C'est tellement ennuyeux. Et puis, je pourrais trouver quelques plantes pour mes... petites potions. Mais aussi un tissu pour te tailler une belle chemise. Je veux que tu brilles comme jamais pour l'ouverture du salon. "

" Je ne suis pas sûr de mériter cela. Vous m'avez déjà offert tout ce que j'ai. "

" Tu n'as qu'à voir cela comme un cadeau fait en avance sur ton prochain anniversaire. "

" Vous m'avez déjà dis cela le mois dernier. Vous me gâtez trop. "

Deirdre se mit alors à sourire, d'une esquisse qui pouvait paraître malicieux et presque mesquin. Cela pouvait vouloir dire qu'elle lui demanderait de compenser ce cadeau d'une manière ou d'une autre en lui demandant un service. Elle en était tout à fait capable. Néanmoins, elle n'agissait pas toujours ainsi avec son domestique, mais elle se montrait presque plus... humaine.

Puisque Uriel ne pouvait faire entendre raison à sa maîtresse, il se tut et la suivit simplement jusqu'à la grande place. Là, on put percevoir un marché aussi vivant qu'une fourmilière et des milliers de parfums embaumaient les lieux : celui des épices, des femmes un peu trop pomponnées, des volailles... On ne savait plus où en donner de la tête.

Toutefois, Deirdre savait parfaitement ce qu'elle voulait et ce fut sur une étale d'herboriste qu'elle se rendait. Les plantes qu'elle désirait? Les plus belles mais aussi les plus dangereuses. D'ailleurs, son attention fut tout de suite attirée par la belladone... Mais elle n'était pas la seule cliente à cet instant là...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe

MessageSujet: Re: Les jours de marché ne sont pas toujours ennuyeux [Dudu]   Sam 30 Avr - 23:42

Mais elle n'était pas la seule cliente à cet instant là... Un jeune homme semblai presser tout en prenant son temps pour ne rien oublier de ce qu'il était venu chercher dans cet étal. Désignant plusieurs herbes par le nom tous plus compliquer les une que les autres, le marchant en lui-même ne savait plus de quoi il parlait jusqu'à qu'il lui cite les noms plus communs dont avait été attribué les ingrédients qu'il cherchait en grande quantité.

Un bon sachet de ceci également... Ma plume magique a enfin décidé de me donner autre chose que des concoctions de poison, il faut que j'essaie les nouvelles recettes.

La plume magique dont il parlait n'avais pas cessé de lui donner ce genre de recette qui était contre ses propres principes.
Certes il gardait les recettes pour en reconnaître éventuellement les ingrédients justement pour éviter de les reproduire et de savoir également si l'un de ses clients ne préparait pas un mauvais coup à partir d'ingrédients de ce type.
Le responsable de l'étal était en train de cumuler les sachets d'herbes de toutes sortes devant lui. Divers parfums pour diverses utilisations en herboristerie. Le nombre impressionnant d'ingrédients qu'il était en train d'acheter donner l'importance du travail qui l'attendait.
Ce jour de marché tombait assez bien, fallait le dire. Sans ce dernier, il aurait fallût attendre plusieurs jours pour pouvoir essayer la nouvelle recette et l'excitation allait monter en flèche. Sans compter que ses derniers jours le flux de client augmentait malgré le fait qu'il annonce un voyage prochain. Forcément le nombre d'heure augmente alors qu'il devait se reposer.

Cela ne le dérangeait pas trop. Éviter de tourner en rond est un bon moyen également de se reposer et en attendant la venue d'Othello en ville pour la suite de leur dernière entrevue à Hellas. Et avant de venir, il y eut une petite altercation avec un sergent de l'armée Hesperianne. L'épée se trouvait donc encore dans son fourreau même si pour l'énième fois on lui avait reproché de ne pas porter d'armes en ville. Que voulez-vous ? Le fait est que l'herboriste avait du mal à se séparer de Toribrioé. S'il venait à se défendre en ville – ce n'est pas arrivé qu'une seule fois – elle portait toujours son utilité à l'armée qui venait souvent en retard sur l'appel à l'aide.
Son sac à l'épaule dont la contenance potentielle avait celle d'un sac de voyage, ce qui pourrait faire juger que ses besoins sont énormes, quitte à dévaliser l'étal entière pour avoir un stock suffisant pour le mois entier ce qui est déjà arrivé n'étonnerai personne sur la place publique.
Bien sûr, le voir vider petit à petit l'étal de ses possessions devait étonner la dame venant d'arriver – dame qu'il n'avait jamais vu auparavant – en notant les diverses herbes dont il citait un à un leur nom et la quantité qu'il souhaite. Il portant même attention à son égard quelqu'un instant pour ne pas être trop impolie de la faire attendre.

Veuillez m'excuser, madame. Je n'en ai pas pour très longtemps.

Continuant alors son marchandage durant une bonne vingtaine de minutes, Duscisio paya une grosse somme le marchant qui semblait être ravis d'avoir déjà fait sa journée. À vrai dire, il proposa même à l'albinos d'être son fournisseur au vu que c'était bien la dixième fois qu'il vidait ainsi son commerce.

J'en serais ravi.

Il lui expliqua pourtant que ses achats n'étaient jamais très réguliers, ce qui ne dérangeait pas le commerçant.
Une courte discussion sur les éventuels futurs achats en plus de l'adresse de sa boutique furent échangé, avant de passer à la dame qui attendait de faire ses propres achats. Invitant de lui-même à commencer, Duscisio s'éloigna vers un autre commerce.


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym

MessageSujet: Re: Les jours de marché ne sont pas toujours ennuyeux [Dudu]   Jeu 26 Mai - 19:51

Deirdre se tenait aimablement devant l'étalage, un grand sourire aux lèvres, un peu pincée soit dit en passant. Son regard balayait tout ce qui se trouvait là, des herbes séchées pour des tisanes, des bocaux pour des baumes directement préparés pour ceux qui manquaient de temps, des thés diverses, des fleurs séchées pour des parfums... Il y avait même quelques pots de plantes fraîches. Mais en toute honnêteté, elle n'eut pas le loisir de profiter trop longtemps de cette vision car tout était en train de disparaître.

Le jeune homme qui se tenait devant elle était littéralement en train de dévaliser tout ce qui se trouvait à vendre. Bon, ne soyons pas de mauvaise foi, ils ne s'attaquaient pas aux plantes qui l'intéressaient vraiment mais tout de même, cela allait limiter son choix. C'était... frustrant. Toutefois, tel était le jeu. Premier arrivé, premier servi.

Malgré cela, la commerçante continuait à sourire, mais cette fois-ci, c'était un peu plus forcé. Uriel le remarqua très rapidement et posa sa main sur l'épaule de sa maîtresse, comme pour lui signifier de prendre son mal en patience.  Heureusement pour elle, cela faisait partie de ses... qualités dirons-nous. Puis les minutes passaient, et passaient et puis tout se vidait.... Cela en était presque désolant. Heureusement, le jeune fringuant s'excusa de tout ceci.

" Ce n'est rien, ce n'est rien. Je ne suis pas à une minute près jeune homme. "

Si elle tint ce discours avec politesse, elle brûlait à l'intérieur, à tel point que son valet en était presque gêné. Il ne la connaissait que trop. Il ne fallait cependant pas se fier aux apparences, elle ne restait pas là, devant, bêtement sans écouter. Au contraire, elle prêta bien plus d'attention que le laissait présager son comportement au dévaliseur. Il semblait posséder une connaissance très pointues dans le domaine de l'herboristerie, et à ne pas en douter, malgré son jeune âge apparent, il semblait bien savant - ou en tout cas, en utilisait le langage. Mine de rien, cela piqua l'intérêt de Deirdre.

Puis enfin le moment de délivrance arriva, et ce fut son tour. Oh, cela fut beaucoup plus rapide que son prédécesseur. En quelques minutes, elle avait déjà sorti ses dias et mit le tout entre les mains d'Uriel. Quant à elle, elle tenta de rattraper le jeune herboriste quelques étales plus loin.

" Hey! Vous! Jeune homme! J'aimerais vous parler quelques instants si vous me le permettez. "

D'un pas tranquille, elle vint à sa hauteur et lui sourit malicieusement, tendant alors la main pour se présenter.

" Excusez-moi si je suis directe, mais je me présente : Deirdre Luberym. Je tiens un établissement de jeu à Tyrhénium, qui fait également restaurant, le "aux mille couleurs". Il n'est pas encore officiellement ouvert et je suis ici justement pour faire un peu de... publicité. Mais qu'importe. Je vous ai entendu discuter avec l'autre commerçant et j'ai cru comprendre que vous aussi en étiez un, n'est-ce pas? "

Guettant peu de temps la réponse du terran, elle enchaîna alors rapidement.

" Je suis très intéressée par l'herboristerie, mais cela n'en ai pas mon métier. Toutefois, j'aime faire des affaires avec le plus de métier divers. J'aimerais savoir si vous ne faites que dans le médicinal ou si vos fonctions s'étendent au delà? L'un comme l'autre, je pense que nous pourrions nous être utile. "

Le regard de la jeune femme devint plus carnassier, mais ne le fallait-il pas dans le monde des affaires? Au moins, c'était un bon moyen qu'il n'était pas question de la moindre plaisanterie, même si cela pouvait paraître étonnant qu'elle s'intéressa soudainement à un tout jeune commerçant...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe

MessageSujet: Re: Les jours de marché ne sont pas toujours ennuyeux [Dudu]   Jeu 2 Juin - 14:29

Alors qu'il parlait avec le nouveau commerçant dont il avait commencé l'échange, il fut interrompu par la même personne qui attendait sur le comptoir précédent. Ne cessant son commerce et laissant ses paroles divaguer pour énoncer ce qu'il venait chercher il laissa une oreille et un œil sur la jeune femme pour connaître ses intentions de la discussion qu'elle commençait à son égard.
Commençant par se présenter d'elle-même, les détails concernant son commerce ne l'intéressait guère. Se posant intérieurement que l'établissement avait apparemment un nouveau propriétaire, son interpellation était donc des plus étranges. Pourquoi donc une femme tenant un restaurant aurait besoin d'un herboriste ? Si néanmoins elle avait compris qu'il en était un.
Commençant par le fait de justifier qu'il était commerçant, Duscisio prit sa commande et se retourna face à l'inconnue d'un air désintéresser, attendant sans dire un mot qu'elle en vienne au fait.
Intéressée par l'herboristerie – elle avait donc compris ce qu'il était – sans pourtant que cela soit son métier, cette Deirdre avait de la curiosité à faire affaire avec différents métiers.
Alors qu'elle commença qu'elle voulait savoir s'il faisait autre chose que dans le médicinal, il la regarda avec sévérité et lui coupa sèchement la parole.

Je ne ferai jamais affaire avec vous.

Comment pouvait-il en être autrement ?S'il avait bien compris le sens de sa phrase, tout ce qui n'était pas médicinal était néfaste. Et comme tout le monde le savaient en ville, il n'en vendra jamais. Même s'il y a quelques instants il parlait d'une plume qui lui écrivait des recettes de poison, il en avait jamais fait usage pour quoi que se soit qui était destiné à la vente.

Autres choses que dans le médicinal ? C'est une plaisanterie j'espère ?

Le commerçant derrière lui n'avait guère l'air étonné. Après tout, beaucoup de personnes connaissait Duscisio pour ses talents d'herboriste et ses principes qu'il n'a jamais enfreint une seule fois. Ce n'était pas la première fois qu'un inconnu voulait la même chose que cette femme. Le dernier en était une, qui cherchait un ingrédient particulier, faisant mine de lui vendre jusqu'à que le jeune homme lui avoua qu'il n'était pas dupe et lui refusa de vendre l'objet de la vente. Néanmoins, la donne à changer pour une belle aventure en perspective quand les préparations seront terminées. Un voyage s'annonce, mais il n'était pas question de laisser de côté son travail et aussi ses principes.

Si vous voulez bien m'excuser.

Sans ajouter un mot, il se retourna pour continuer ses affaires. Comme il l'avait déjà énoncé auparavant, il était plutôt pressé. Les quelques achats avec le propriétaire de l'étal qui lui faisait face ne lui prit pas beaucoup de temps. Une fois terminée et payer, il continue sa route pour continuer ses commissions.


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym

MessageSujet: Re: Les jours de marché ne sont pas toujours ennuyeux [Dudu]   Jeu 18 Aoû - 15:11

Deirdre n'avait pas à faire à un jeune dupe, c'était l'évidence même. Néanmoins, il était tout aussi manifeste que la gorgoroth s'était mal faite comprendre. Il fallait dire qu'elle s'était montrée un peu trop cavalière et que son sens de la "franchise" n'était pas toujours parfaitement perçu par autrui. Alors que sa maîtresse était en train de se recevoir un refus sans sommation, Uriel ne put s'empêcher de grimacer derrière elle. Il avait peur que les choses tournent mal ou que le mauvais caractère de sa maîtresse ne prenne le dessus. Certes, elle était capable de se contrôler mais elle était à fleur de peau ses derniers temps.

Étirant un sourire bien plus large que celui qu'elle avait généreusement offert au terran, elle tenta tout de même de rattraper son interlocuteur avant qu'il ne prenne la fuite.

" Pardonnez-moi jeune homme, mais je crois que vous m'avez mal comprise. Il y a eu... comme un quiproquos. "

Avait-elle donc l'air aussi malhonnête que cela? Et dire qu'autrefois, elle arrivait à se faire écouter sans mal. Bon, elle bénéficiait d'un petit coup de pouce par le biais de l'un de ses pouvoirs, et bien évidemment une langue bien aiguisée. Seulement, cette fois-ci, il n'était pas question d'un traquenard particulier, ni même de voler un talent pour des loisirs véreux.

" Je suppose que vous avez vite imaginé que j'avais besoin de vos qualités pour des choses bien peu honnêtes, mais il n'en est rien. Et je n'accepterais pas un refus aussi direct tant que je ne vous aurais pas exposé mes idées. "

Deirdre était une femme tenace et il était évidemment qu'elle ne lâcherait pas l'herboriste sans avoir au moins expliqué ses intentions. Et si ce dernier pensait pouvoir s'échapper aussi facilement, il était naïf. Une femme obstinée ne baissait jamais les bras pour si peu. Se plaçant alors à la hauteur du jeune homme, elle fit un geste de la main comme quoi elle le suivrait.

" Vous semblez un peu pressé, mais je peux vous étaler mes intentions tout en vous accompagnant. "

Cette dernière lui adressa alors un nouveau sourire qu'elle tentait de rendre moins mesquin.

" Bien. Je disais donc que je possède un restaurant qui fait aussi maison de jeu. Bien évidemment, nous possédons un bar et nombreux sont les clients qui aiment se rafraîchir de leur fièvre du jeux. Est-ce que vous voyez où je veux en venir? Oh, bien évidemment, je peux m'offrir les meilleurs vins et alcools de tout Istheria. Je n'hésite pas à faire importer des choses étonnantes de tout le continent. Toutefois, j'aimerais quelque chose en plus et c'est là que votre talent entre en jeu. "

Uriel suivant sa maîtresse de près, toujours en tenant dans ses bras les courses de cette dernière. Il observait tout ce qu'il se passait autour d'eux, comme si il souffrait de la moindre inquiétude. A vrai dire, il n'aimait guère que Deirdre prenne des bains de foule et avec le monde qui se promenait sur la place publique, cela lui réclamait une attention de tous les instants.

D'une voix mielleuse, la commerçant continua son exposé.

" Je veux que le "Aux mille couleurs", est quelque chose en plus. Cela ne tient qu'aux détails, mais j'épouse les détails. Je sais qui vous êtes jeune homme, votre réputation vous précède. Et je dois dire que de célèbre et jeune herboriste à la pâle chevelure, cela ne court pas les rues. Quoiqu'il en soit, j'aime les choses de qualités et généralement, cela va de paire avec les meilleurs dans leur domaine. Bon je vous l'avoue, je ne pensais pas vous croiser aujourd'hui, ni même parler de cela ainsi, mais je pense qu'il doit exister une forme de destin à notre rencontre. "

La gorgoroth n'était pas superstitieuse, et elle exécrait généralement tout ce qui était de cet ordre. Toutefois, elle n'hésitait pas à en jouer. C'était pour les affaires.

" Pour être un peu plus claire, j'aimerais vous engager pour m'inventer ou créer quelques infusions, boissons ou même potions qui possèderaient certaines vertus. J'entends pas là des infusions pour mieux supporter l'alcool, des potions pour attirer la chance... ce genre de chose qui peuvent agir comme un soutien psychologique pour les joueurs. Nous y serons gagnant tous les deux. A la fois mon établissement avec des joueurs qui pourront parier plus longtemps et vous, en vous faisant d'autant plus connaître, et par du beau monde qui plus est... tout en étant rémunéré bien entendu. Si vous ne pouvez effectuer vous même le travail, je suis prête à vous acheter vos recettes. Et votre prix sera le mien. "

Finissant son petit discours, elle ne manqua pas de ponctuer sa demande par une autre proposition.

" Avant que vous ne preniez une décision définitive, venez vous faire votre propre opinion dans mon établissement. Je vous offrirais le repas et je vous ferais visiter? Je veux véritablement vous montrer ma bonne foi. Et cela ne vous couterez rien. Si ce n'est un peu de votre temps. Vous pouvez venir accompagné si cela peut vous rassurer? "

Deirdre y mettait vraiment du sien. Elle y tenait à son herboriste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe

MessageSujet: Re: Les jours de marché ne sont pas toujours ennuyeux [Dudu]   Jeu 22 Sep - 17:07

Bien que l'herboriste eut affaire avec une femme qu'il ignora après un très court échange, il retourna très vite à ses affaires afin de terminer rapidement ses achats.
Aussi tenace le laissait-elle paraître, la jeune femme n'avait apparemment pas fini et voulait corriger de soi-disant quiproquos.
Quoi qu'il en soit, le jeune homme affichait très bien son intelligence par sa compréhension rapide des mots utilisés par la demoiselle. Bien qu'à moitié manchote, son courage pour continuer son discours après un refus catégorique d'échange, elle ne prit aucune gêne à se corriger et se justifier auprès d'une jeune commercant droit dans ses bottes. Alors qu'il s'était à peine tourner vers le prochain étal, son interlocutrice commença ses excuses pour connaître la suite de ses propositions encore imprécises.

La vision de l'albinos a voir celle d'une femme voulant une vente de produits nocifs voire mortels, lui laissait un arrière-goût. Malgré ça, il continua de l'écouter malgré tout pour lui donner la réponse plus précise qu'elle recherchait. Son compagnon de route avait gardé le silence depuis le début, ce qui ne laissait pas indifférant. L'expression qu'il affichait semblait être entre l'inquiétude et attentionné. La commerciale vint directement au fait par la présentation de son établissement.
Ses exigence atteignait la perfection de son établissement afin de faire profiter un maximum de client, le plus longtemps possible par des produits de qualité.
Les présentations terminés, elle détailla enfin sa demande dont il serait lui-même sur la table de jeu.

Lui donnant les dès, celui-ci devait jouer le bon lancer pour y gagner sa part.
Malgré cela, Duscisio s'adressa momentanément au commerçant en face de lui et d'ignorer la patronne multicolore pour ses achats diverses. Comme il n'allait pas pouvoir s'en séparer avant la fin des explications, il continua sa route en laissant une oreille curieuse dans sa direction.

Si elle était venue directement à lui, c'est qu'elle devait l'avoir reconnu – ce qu'elle avoua très rapidement en précisant les détails physiques de l'albinos peu banales – pour ses propres compétences et sa réputation qui le précédait. Le fameux « Aux Milles couleurs » semblait avoir reprit une patronne digne de ce nom avec le sens du commerce.
La qualité qu'elle recherchait pour un produit spécialisé, en occurrence des boissons un peu fantaisiste ce qui n'avait pas l'air de surprendre le rosier blanc.
La demande avait l'air pourtant surprenante.

Quand elle passa au fait qu'elle voulait l'engager il arrêta net tout échange avec les commerçant et se concentrer uniquement à la dame à un bras. L'air intéressé ? Pas le moindre.
Par contre lui laissant l'espoir que celui-ci était attiré par l'appât du gain quand il croisa des bras quant à la précision des produits qu'elle voulait pour ses jeux de hasard. Terminant par une dernière proposition n'étant rien d'autres que la visite de son commerce, il la laissa terminer pour répondre enfin sa demande.

Donc ce que vous attendez de moi c'est que je concocte – pour vous – quelques choses de particulier.

Jusqu'ici il semblait avoir compris le principal. Par contre, il y avait quelque chose sur l'expression de son visage qui paraissait étrange. Entre la réflexion et le doute, celui-ci garda le silence quelques instants sur les exemples des produits qu'elle avait précédemment cités.

Et bien, je crois que je vais devoir trouver suffisamment de trèfles à quatre feuilles pour vous satisfaire...

Il s'arrêta un instant, passant de l'expression douteuse à un sérieux des plus flippant.

Navré de vous décevoir, mais cela ne marche pas comme ça. Si vous croyez que les potions de chance liquide existent, à moins d'un miracle ou d'un concentrer de magie lier à la réussite, celle-ci n'est qu'une pure fanfaronnade.
Je préfère d'ailleurs vous précisez que je suis connu pour la qualité, mais également pour les effets véritables de mes concoctions. Vendre quelque chose qui donne l'impression plus qu'un véritable fait n'est pas dans mes habitudes de vente.


Il était évident qu'il parlait de l'effet placebos de certains produits que l'on trouvait parfois sur le marché. Il était totalement contre ce genre de potion qui relatait plus de l'escroquerie que de l'altruisme.
Bien que sans le savoir ses deux derniers semblaient parler à l'instant même l'un à l'autre, il vint à faire lui-même une proposition, sur ce qu'il connaissait des « Aux milles couleurs ».

Par contre, si je peux vous proposer quelques choses, c'est quelques remèdes qui peuvent être utilisés par vos clients. Les détails ne seront pas discutés ici au vu de la discrétion du sujet.
Pour ce qui est des boissons alcoolisées je crois avoir déjà une recette de ce que vous cherchez à un détail près dont je vous en parlerai aussi...


Décroissant les bras, sa réponse avait pour but de prendre en considération que ce qu'elle cherchait n'était pas facile à obtenir.
Le détail qui lui manque était de voir quel genre de produit pourrait l'intéresser en plus de ce qu'elle recherchait, mais il y a un mais. Il ne peut produire en série et un voyage est prévu pour bientôt.

Ma boutique...

Il commença sa phrase dans la finir, quand le commerçant s'adressa à lui pour lui donner ce qu'il avait demandé. Par la suite, Duscisio continua de donner la direction de sa demeure.


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym

MessageSujet: Re: Les jours de marché ne sont pas toujours ennuyeux [Dudu]   Dim 20 Nov - 20:53

Les choses commençaient à mieux se présenter maintenant que notre commerçante avait capté l'attention de l'herboriste. Ho! Bien entendu, rien n'était gagné d'avance mais au moins, il se montrait plus attentif à ses propositions.

" Dis ainsi, cela semble bien suspicieux mais c'est ce que je désire, en effet. Je suis une maison de jeux à Tyrhénium et si vous connaissez la ville, vous ne savez que trop qu'il existe des établissements de ce genre un peu partout. Il me faut me démarquer à tout prix. Je ne désire pas le faire uniquement par les jeux que je propose, mais aussi avec ce que je vends. "

Le sourire malicieux de Deirdre s'étira alors. La jeune femme avait toujours eu la langue bien pendue et c'était la moindre des choses quand on savait qu'elle fut autrefois une ladrini. Mentir, arnaquer, voler, c'était son métier. Aujourd'hui, elle tentait de rentrer dans les rangs... enfin... elle faisait de son mieux. Vous ne le croyez pas?

" Je suis bien moins crédule qu'il ne le paraît jeune homme. Je n'ai pas toujours été une femme du monde, vous savez? Je me retrouverais particulièrement bien embêtée si une potion aux effets indésirables était vendu dans mes locaux. Je ne veux pas faire face aux scandales. Quand je parlais de chance, c'était pour la formule. Si une telle chose existait, je pense que j'aurais acheté la recette pour mon propre bien. "

Pour cela, elle ne mentait pas. Mais en attendant, les deux "jeunes" gens commencèrent les négociations. Voilà qui faisait bien plaisir à la gorgoroth.

" Etudions donc la chose ensemble. C'est ce que je désire. Mais je ne voudrais pas abuser de votre temps. Je sais que je vous ai "attrapé" au vol et je me suis déjà montrée bien insistante. Il serait d'autant plus impolie de ma part d'insister encore plus. Si vous êtes trop occupé, nous pouvons prendre rendez-vous quand cela vous irait? Mais si vous êtes libre maintenant, ce serait aussi parfait. "

Uriel se tenait stoïquement derrière la jeune femme, sans aucune expression particulière. Quelque part, il ressemblait un peu à l'herboriste avec ces cheveux pâles et son regard triste, mais lui était entièrement dévoué à Deirdre. Il était indépendant sans l'être véritablement. L'association potentielle qui se dessinait là ne lui plaisait que peu, pour la simple raison qu'il ne connaissait rien sur l'herboriste. Il avait toujours mené ses petites enquêtes sur ceux qui travaillaient pour sa patronne mais comme il lui arrivait de faire les choses sur un coup de tête, son travail devenait... difficile. Il ne lui restait qu'à attendre la suite du programme...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe

MessageSujet: Re: Les jours de marché ne sont pas toujours ennuyeux [Dudu]   Mer 23 Nov - 16:31

C'est étrange comme le monde est petit.
Si on en voyait les dires de la jeune femme elle cherchait ce que tout le monde veut pour son propre commerce : se départager des autres.
Si l'albinos en lui-même a travaillé d'arrache-pied en voyageant un peu partout pour trouver ses premières plantes rares durant des années en vivant de plantes de base pour des remèdes tout ce qu'il y a de plus simple, mais dont l'efficacité avait été prouvée augmenter sans que l'on ne sache pourquoi.
Les rumeurs disaient qu'il y mettait plus de cœur, d'autres affichaient qu'il y avait quelques choses de magique dans chaque liquide, dans chaque pommades. Quelque chose qui le démarquait des autres se trouvait dans les secrets de l'herboriste. Un savoir-faire qu'il détient d'un long apprentissage par ses parents.
Puis ses particularités sont venues avec une collection de plantes qu'il détient dans sa propre boutique sans que personne ne le sache vraiment. Mais si on devait estimer leur valeur, disons qu'il y en aurait pour des dizaines de milliers de dias en forme de graines ou de pousses.
Ce qui l'a mené à être méfiant quand on entre dans sa boutique. L'exemple le plus important est qu'il ne laissait entrer que des personnes en qui il avait parfaitement confiance, ce qui se limitait à deux ou trois personnes maximum. L'une d'entre elle allait même vivre chez lui durant quelques temps.

Revenons à cette brebis pas si égarée que ça.
Si sa maison de jeux cherchait quelques choses pour se démarquer, Duscisio allait en être le possible contributeur. A quel prix ? Il s'en contre foutait. L'important c'était de satisfaire ses clients en paraissant le plus honnêtes possible. Et question honnêteté personne ne pourrait le lui contre-dire. Chacun de ses clients revenait régulièrement lui rendre visite pour continuer leur propre traitement ou en prendre un nouveau pour quelques choses qui les gênent dans leur vie quotidienne.
Si la jeune femme voulait se démarquer par ce qu'elle vend alors, elle avait maintenant trouvé un fournisseur de qualité. Tout dépend de la marchandise dont elle en avait besoin.

Je me doute. Une recette se garde toujours précieusement. Ce qui en fait l'authenticité de mes propres produits. Inutile de vous dire que sur cette question là – sans me venter – je suis l'un des plus respectueux envers mes clients au rapport qualité et du prix.

Si l'affaire de leur n'était pas à son propre commerce, la gorgoroth avait bien compris que pour le moment son commerçant n'était pas en lien avec ses potions dans l'immédiat. S'il faisait toujours attention à ce qu'il disait c'était bien pour garder un peu de ses secrets.
En ce moment, il était plus dans ses courses d'ordre personnelle après avoir récupéré une ribambelle d'ingrédients en tout genre. Il acceptait de prendre ce rendez-vous. En sachant que la matinée commençait à se terminer..

Vous pouvez passer en début d'après-midi. Le temps que je m'occupe de mes affaires. Si cela vous convient, dame Luberym, je vais continuer mes commissions.

***

Alors qu'il se trouvait depuis une bonne heure dans sa demeure, l'albinos n'eut que très peu de temps pour préparer quelques présentations après avoir rangé dans un ordre et une étagère bien précises les ingrédients qu'il avait achetés il y a dans la matinée.
L'attente, il connaissait. Le plus pénible c'était finalement de ne rien commencer pour éviter de louper une préparation toute nouvelle. Si son occupation passait le temps à savoir ce qui pourrait intéresser la dame de la maison de jeux, son corbeau restait dans l'avant de la boutique pour prévenir son ami d'une éventuelle visite.
Si deux ou trois potions étaient présentées sur la table de travail, la réflexion intense du jeune homme n'en était pas moins importante. Les critères de maisons de jeu étaient bien trop vastes pour proposer des boissons précises.
Les dernières sorties étaient dans une boite encore ouverte donc les socles semblaient avoir été fait spécialement pour les fioles. Habillement construite elle gardait les récipients à distance pour qu'elle ne s'entre-choque pas lors de déplacements. Si ces derniers étaient minimes dans son atelier, les accidents ne sont pas rares. Qui plus ai l'une des potions se devait de rester closes.


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les jours de marché ne sont pas toujours ennuyeux [Dudu]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les jours de marché ne sont pas toujours ennuyeux [Dudu]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Tu sais que les bruits qui courent sur les gens sont pas toujours vrai."
» Niriel Lúinwë • Tout ceux qui errent ne sont pas perdus •
» Les jours du President Privert sont-ils comptes?
» Comme quoi, les Corbeaux ne sont pas toujours des Volatils [ Corbeau & Zephy' ][FINI]
» Les choses ne sont pas toujours ce qu'elles semblent être ? Doll

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Eridania, le pays aux mille culturesTitre :: Hesperia, la CapitaleTitre :: Place publique-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA, LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !