[Terminer] Osmose



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Terminer] Osmose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe

MessageSujet: [Terminer] Osmose   Ven 6 Mai - 16:51

Le temps est à l'appel à la nature.
Deux mois et demi se sont écoulés depuis son départ d'Hesperia pour se rendre au Temple de Kron. Le voilà donc revenu d'un lieu ou la mort avait toute sa place dans l'immensité d'un paysage dévasté. La vérité qui a été dévoilée dans ses lieux tiennent d'un passé totalement oublié par le rappel d'une appartenance non soupçonner depuis des siècles. Sceller puis remplacer, le pouvoir d'une arme s'est réveillé, selon la volonté de son propriétaire actuel. Qui aurait pensé qu'un paradoxe invraisemblable eut lieu.

Aujourd'hui est un autre jour. Le retour à la nature se faisait urgent au vu de la nouvelle transformation qui avait surpris plus d'une personne ayant connu la personne ici présente nous faisant dos. Un sac sur l'épaule, la capuche sur la tête, il avait maintenant tout intérêt à se cacher aux yeux du monde. Son apparence peu commune faisait de lui un homme à part sur tout le continent, lui qui vivait une osmose parfaite avec les plantes depuis son jeune âge, le voici au summum de son union avec ses dernières.
Comment ne pas être subjugué par un tel miracle, dont le début de son histoire commençait ici au temple de Delil en Gexon de l'année 1304, fin de l'ère de félicité.

Observant l'entrée du lieu de culte après des semaines de voyage, Duscisio se voyait accordé un premier droit de visite. Pour des raisons qui le voyaient se rapprocher enfin du dieu de la flore et de la vie, l'albinos resta ainsi quelques minutes pour entrer après une sorte de prière pour demander le droit d'entrer dans sa maison, après avoir rencontré son frère et en côtoyer également une bénédiction contradictoire. La raison de sa présence ici était aussi pour avoir sa bénédiction. Mais pourquoi un herboriste aurait besoin des grâces de Delil si ce n'est pas pour son propre travail ?
Son pas lent annonçant enfin sa présence fit de lui un croyant des plus dévouer envers une religion qui dépassait la vérité. Car cette vérité aujourd'hui ne concernait que Duscisio en lui-même.

Son entrée des plus calmes laissa son chemin à l'autel dans une ambiance plongée dans le silence. Seul ses bruits de pas marquait sa présence aussi silencieuse qu'un arbre, son regard abaissé et ses mains jointes, ses cordes vocales restèrent muette jusqu'à son arrêt complet où la prière se fit sans un bruit autre que la voix de la vérité.

Ô Delil. Me voici, vous qui m'avez appelé dans votre maison.

Alors, que la suite de ses paroles devint secret alors que petit à petit quelques choses poussaient hors de lui. Ça ne se voyait pas dans l'immédiat, car c'est une pousse définitive qui prend du temps. L'invisible sous les vêtements marquait un début de pousse par une tige épineuse de quelques centimètre collée à la peau.
Les mains jointes se posèrent sur l'autel, le rosier blanc vint à faire pousser l'une des fleurs au niveau de son poignet avant de la couper et la poser devant lui. Sa prière concernait la Pistilose, il en montrait le résultat par des paroles silencieuses.
À ce moment, des bruits de pas se firent entendre. Se retournant par réflexe, il vit une femme qui lui avait déjà adressé la parole, retirant sa capuche par politesse il la regarda alors. La surprise était à son comble quand il vit qu'il avait déjà vu cette personne.
De son œil jaune, il exprima sa surprise par un silence.


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit



Dernière édition par Duscisio Balibe le Mer 13 Sep - 11:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Haute-Prêtresse de Delil ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Haute-Prêtresse de Delil ::
Shiva

MessageSujet: Re: [Terminer] Osmose   Ven 3 Juin - 20:57

La journée avait commencé comme tous les autres depuis bien des mois. Ennuyeuse. Morne. Las. Le monde avait été soufflé de bien des cataclysmes, et les mois s’étaient filés de bien des morts. Des colosses, des maladies... Ennuyeux. Des guerres idiotes qui n’avaient pas de sens. Ennuyeuses. Ah... Que les choses ne faisaient plus corps pour ces doux yeux dorés. Dans de longues nuits de sommeil, Shiva commençait tristement à perdre la foi.
Ce matin n’avait rien de différent des autres. Le dernier colosse qui avait frappé Hespéria avait soulevé une vague frénétique de croyant qui s’était massé au temple comme si ça avait été un bunker, et la Sainte n’arrivait guère à gérer l’afflux de croyant, surtout quand on n’a plus de plaisir à s’adonner à des bains de foules, ou qu’on n’a plus le courage de mettre le pied dans un temple. Décidément, c’était bien ennuyeux. La pourpre leva un grand bras maigre vers le plafond, regardant dans la lumière passait tristement entre ses doigts squelettiques qui donnaient l’impression qu’ils allaient bientôt tomber. Comme les feuilles rousses en automnes, les fleurs avant les chauds jours d’été...

Quand elle se leva, la cathédrale de sa chambre se remplit brutalement d’un concert de bruit de craquement, d’os, de frottement. Un rituel habituel que Shiva connaissait par cœur. Son corps commençait presque à la trahir. Trop fatigué, pas assez robuste. Elle en passait des meilleurs. Autant dire que ce n’était pas un moment plaisant de son existence... Ses doigts coururent sur ses tempes pour les masser sans vergogne... Cette fois-ci, sa décision était prise. Le rideau final. La grande fin. Une disparition comme seule elle en serait capable. Mais chut. Pour l’instant, pas un mot. Ce serait juste une nouvelle journée ennuyeuse comme toutes les autres qui s’enchaînaient sans âme depuis bien des mois.

Après s’être aspergée de parfum, avoir enfilé une de ses nombreuses parures, elle se prépara à sortir. Malgré le gris de son teint et la mort de ses yeux, la trépassée était resplendissante. Ce jour-ci, elle avait revêtu une longue tunique de soie ocre et rousse, à la jupe doublée d’un long voile cuivré qui laissait deviner les formes étonnantes de beaux poissons sous des feuilles rouges... Il n’aurait manqué que de lourds nuages sombres cousus sur ses épaules. Cependant, il ne fallait pas les chercher très loin. Elle les devinait déjà au-delà des fenêtres. Ses cheveux montés par de grands pics et broches dorés, elle se décida enfin à être vue en public, aussi ouvrit-elle la porte La journée serait longue. Très longue.


***

Les soleils n’indiquaient pas tout à fait le milieu de l’après-midi, et Shiva se retrouvait enfin seule, après avoir tenue deux cérémonies, assisté à un repas, serré des dizaines de mains et faire de nombreuses et trop vides prières envers de parfaits inconnus pour qui elle n’arrivait plus à compatir.
C’est tout naturellement qu’elle se rendit quelques minutes vers la chapelle. Si elle appréciait de passer du temps dans les jardins, elle préférait méditer à l’abri, dans le calme, quand le ciel avait cette couleur sombre. Et puis, à cette heure crise, il n’y avait que trop peu de chance pour qu’elle rencontre quelqu’un. Ah, que ses reins se languissaient d’un bon fauteuil ! Bon, un banc d’église fera l’affaire. Pour l’instant, au moins. Tôt ou tard, elle savait qu’elle pourrait s’éclipser jusqu’à ses appartements pour pouvoir se reposer sur sa bergère, en déléguant l’intendance à Marin. Le petit prenait de plus en plus ses aises avec les croyants et son poste, elle lui faisait pleinement confiance. Il avait un avenir brillant au sein de l’ordre. Pendant qu’elle marchait, l’espace d’une poignée de secondes, elle s’interrogea. Devait-elle le tenir informé de ses machiavéliques desseins ? La raison lui dit non, son cœur immobile lui dit oui. Après tout, la petite gerbille était presque devenu son fils. Ce serait lâche et indigne que de ne pas le mettre dans la confidence.

Les portes étaient maintenant à portée de regard, et pourtant elle eut la surprise de les trouver entre-ouvertes. Non pas pour son plaisir, dut-elle se l’avouer. Moins elle croisait de monde ces temps-ci, et le mieux elle se portait. Enfin, si c’était simplement pour s’asseoir, elle pouvait bien céder à la cohabitation pour quelques minutes... Le temps que l’un prit, que l’autre pleure. Peut-être pourrait-elle se cacher dans un coin suffisamment sombre pour ne pas être repérée, même. L’idée était bonne, et Shiva se faufila discrètement dans le bâtiment qui paraissait pourtant vide. Le froid mordant de l’endroit la saisit soudain... Comme si des mains amicales s’enroulaient autour de ses maigres épaules. Elle se fit vite à la fraîcheur, et s’empressa de pénétrer la première zone de ténèbres à sa portée. Quand elle fut tout à fait tapie dans l’obscurité, elle distingua alors dans la lumière une silhouette pâle, blanche, si blanche que cela l’éblouit quelques secondes, avant que ses yeux ne s’habituèrent.

L’homme – car c’était effectivement le cas – lui évoquait grossièrement quelque chose, sans qu’elle ne puit directement le replacer dans un souvenir. Un pèlerin croisé au temple, peut-être... Ou au Haut-monastère, lors d’un voyage. Rien à faire, sans son visage, l’idée de retrouver son nom était impossible. Aussi, comme une succube qui bouge dans l’abîme, elle se leva sans bruit et ondula tel un spectre entre les siège pour se retrouver derrière lui – Shiva avait confiance : sa physionomie n’était pas mauvaise et elle avait plutôt bonne mémoire. Il ne lui restait qu’à attirer suffisament son attention pour pouvoir...

Ce ne fut pas utile, au final. L’homme se retourna brusquement pour révéler un visage aussi pâle que ses cheveux, tendu, fatigué, et le grain de peau d’un homme qui revient de voyage. Mais c’était ces yeux... Oh, que cela la saisit à la gorge. Ce mélange de couleur, d’or et de pourpre, avait de quoi décontenancer, et elle se sentit alors cruellement mal à l’aise à sa vue de ses deux globes. Shiva sentit presque un frisson parcourir sa peau, mais elle se redressa bien vite et arbora aisément son meilleur visage. Cela ne l’aidait pas à savoir qui était cet étrange pèlerin. Premier point, il était en prière. C’était donc un croyant, cela ne faisait pas de doute. Et ensuite... Son visage lui évoquait réellement quelque chose. Cet air jeune, adolescent même, et ce corps mince qui lui faisait face...
Rien. Peut-être qu’en entendant sa voix, elle en saurait d’avantage. Redressant son haut visage afin de le distinguer un peu mieux, elle entreprit de l’accueillir proprement, comme elle se devait de le faire.


« Bienvenu parmi nous, voyageur. Pardonnez-moi de vous déranger dans votre prière, cela n’était pas mon intention. » Elle le regarda quelques minutes, se demandant si elle parviendrait à le reconnaître avant que... Sa posture la frappa comme une gifle, et d’un coup, elle se rappela des conditions exactes de leurs rencontres. La nomination de la jeune dépositaire du Nord, la sirène. « Cela fait bien longtemps que nous ne nous étions pas vus... Vous êtes le chevalier servant de la Haute-Prêtresse de Kesha, n’est-ce pas ? Est-elle ici ? » La Pourpre s’emporta sûrement un peu trop contre le jeune voyageur, car elle commençait à croire à une mauvaise farce. Les visites surprises n’étaient certainement pas son fort, aussi était-elle capable de déclencher un incident diplomatique pour une jeune novice qui ne respecterait pas l’étiquette. Cependant, quelque chose à l’air du jeune homme lui indiqua qu’il était seul, et bien surprit d’avoir été prit la main dans le sac. « Oh, mais pardonnez mon entêtement. » S’empressa-t-elle alors de rajouter. « Finissez-donc vos versés, je peux attendre. »

Debout comme une, elle resta bizarrement immobile, attendant de juger de ses réactions, et de ses motivations à la prière. Dans des temps de doutes comme les siens, c’était amusant de regarder les autres hésiter comme elle...



Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe

MessageSujet: Re: [Terminer] Osmose   Sam 11 Juin - 16:33

Du premier regard, Duscisio connaissait ou avait déjà vu cette femme quelques parts.
À plusieurs reprises il n'avait jamais manqué d'observer tous les haut-prêtres et haute-prêtresse sur leur lieu de rassemblement. Le plus ressent, il s'avère qu'il ne date que de quelques mois seulement lorsque Othello devint Haute-Prêtresse de Kesha. Il l'avait accompagné dès lors.
Dès le premier regard, on pouvait sentir sa surprise. Le changement le plus flagrant quand on le regarde aujourd'hui sont bien sûr ses yeux verrons contre nature. Un rouge, origine de son état de naissance annonçant une certaine fragilité et un œil jaune, origine de son osmose datant de plusieurs années. Quel étrange mélange n'est-ce pas ? Le seul signe encore visible était donc ses yeux qui se modifiaient lentement, dû au mélange de son sang et de la sève de la plante dont il en est l'hôte. C'était le premier signe visible.
Comme on peut s'en douter, l'oeil gauche sera jaune dans quelques semaines également, qui signifiera que la fusion du sang et de la sève sera complète.

Lui souhaitant la bienvenue après avoir retrouvé les traits d'un visage plus serein, Shiva s'excusa de l'avoir dérangé en pleine prière. La rose blanche toujours sur l'autel, il laissa la pistilose cachée sous ses vêtements et sa peau, levant sa main la paume bien ouverte pour lui signer que cela n'était pas grave, sans dire un seul mot.
Elle ne fit guère prise de stupeur quand elle le reconnu enfin de son regard qu'elle devait lui avoir portée au haut-monastère après la cérémonie.

Chevalier ? Oui. Disons ça comme ça.

Comment considérer Duscisio au grand public des haut-parleurs sa relation avec Othello devenu aujourd'hui et ceux depuis plusieurs mois maintenant, haute-prêtresse de Kesha. Il connaissait l'ondine depuis plus de deux années maintenant, la considérer comme un chevalier protecteur est la première idée que l'on pourrait avoir de lui.
Le dire amant sonnerai faux au vu que ce n'était qu'à sens unique l'amour qu'il lui portait. Sa dévotion par contre était bel et bien reconnue.

Elle n'est pas ici. Je reviens d'un voyage de trois mois, avec le temps et après réflexion, je suis venu. Othello...

Il se coupa aussitôt après avoir prononcé le prénom de la jeune femme. Au vu de l'interlocutrice présent devant lui, il fallait éviter les familiarités d'après ses pensées.

La haute-prêtresse Lehoia se trouve à Hesperia pour différents projets au sein de la ville. Je suis parti seul pour affaire.

Il se mit à réfléchir un instant. Pourquoi était-il venu ici ? Il devait bien avoir une raison pour entrer au temple de Delil si ce n'est la prière à la divinité. Il garda longuement le silence tout en observant la gorgorth. Des démangeaisons lui prenaient par le fait de poser une question particulière. Il se lança en regardant l'autel sur lequel était posée la rose blanche qu'il avait posé quelques minutes avant.

J'ai une question à vous poser. En tant que femme, en tant que Haute-Prêtresse et Gélovigienne...

Il retroussa une manche, montrant peu à peu le bourgeon de fleur qui sortait au niveau de son poignet. Il n'était pas très gros, à peine la taille d'une mouche, d'un vert profond.
Pour l'aider à comprendre par quoi il voulait en venir, il utilisa un peu de sa magie. Le bourgeon alors se mit à s'ouvrir, laissant pousser à une vitesse surprenante une ronce qui se divisa en deux, le long de son bras et une petite. Tout le long de la tige, quelque bougeons floral poussèrent pour éclore quelques fleurs blanches comme n'importe quel buissons de roses.

Que pensez-vous de ceci ?


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Haute-Prêtresse de Delil ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Haute-Prêtresse de Delil ::
Shiva

MessageSujet: Re: [Terminer] Osmose   Dim 19 Juin - 23:01

Il leva la main, et la macabre acquiesça, tout aussi sereinement. Derrière lui, elle constata la présence d’une rose blanche, fraîchement cueillie, posée sur l’autel. Un geste touchant de la part du pèlerin. C’était le signe d’une dévotion certaine, et sans trop savoir pourquoi, la dame se sentit touchée. A vrai dire, peu des croyants de passage s’attardaient à déposer une fleur, une offrande au Dieu qu’il disait chérir. Les gens ne faisaient que passer, pour beaucoup animés par le désir d’être vu, et non celui de prier. C’était navrant... Des êtres noyés d’hypocrisie, voilà ce que voyait Shiva à longueur de journée, et cela la prenait cruellement au dépourvu. Pourtant, le jeune fallacien semblait de tout autre facture, et elle prêta une curieuse attention à ses réaction.
Il fallait bien admettre qu’il avait un physique particulier, que l’on ne croise pas tous les jours. Son hétérochromie d’abord, qui saisissait par l’étrangeté de ces couleurs. Ce n’était pas la première fois qu’elle croisait quelqu’un portant cette anomalie, c’était même plutôt répandu chez les yorkas. Cependant, le jaune et le rouge n’étaient pas des teintes très répandues, pas autant que le vert ou le bleu dans le cas des yeux vairons. Cela était à la fois captivant et envoûtant, choquant par sa nature, ce qui poussa la pourpre à le dévisager de plus belle derrière ses pupilles fanées.

Sa carnation était également singulière : doucement ôcre, laiteuse, comme le teint de sable d’un homme qui revient de longs années de périples, jurant avec le blanc de ses cheveux. Son sens de l’esthétique dû reconnaitre que les deux ensembles faisait un assez bon mélange, mais révélait néanmoins le bleu des cernes, et l’état de fatigue du voyageur. Cependant, il paraissait être en bonne santé.

Pourtant, il semblait assez claire que quelque chose le travaillait. Son mutisme et son choix de mot hésitant trahissait des doutes, que même la Sainte – dont l’empathie laissait parfois à désirer – arrivait à percevoir. Shiva écouta sagement ses paroles, un brin de soulagement libérant sa crispation. Bien. Pas d’incident diplomatique à déplorer. Elle nota néanmoins qu’il était dommage d’entendre des nouvelles d’une consœur par le biais d’un pèlerin en goguette, et non par l’ordre. Décidément, son mandat commençait mal, à cette petite. Son manque de présence sur la scène du monde ne l’aiderait guère si elle voulait se maintenir. Mais elle n’était pas sans savoir quel fléau avait frappé la ville, et elle se ravisa bien vite. Après tout, même si elle ne faisait pas beaucoup parler d’elle, elle restait active au bon endroit. C’était sage. Et peut-être était-elle animée de cet esprit divin qui rassure tant de fidèle, ce serait vraiment admirable... Shiva soupira longuement... Enfin, c’était son choix.
Cependant, elle saisit alors qu’elle avait dû se méprendre sur les motivations du jeune homme. Ainsi, il n’était peut-être pas aussi haut placé dans l’entourage de la jeune élue qu’elle ne l’aurait cru ? Intéressant...  

Le jeune homme la regarda soudain avec une longue, longue hésitation, dans un silence de cathédrale que même la Sainte eut du mal à respirer. Mais qu’est-ce qu’il lui prenait ? Etait-ce une manière de traiter la Main de Delil ? S’offusquant presque, la Sainte trouva cela tout à fait déplacé. « Allez-y, bon sang ! » eut-elle envie de lancer. Mais elle s’aperçut que le jeune homme paraissait tourmenté, et ce n’était sûrement pas la façon adéquate de le pousser à parler... Aussi garda-t-elle le silence, et garda pour elle tous les noms d’oiseaux qui traversaient son esprit.

Plait-il ? En qualité de femme, de gélovigienne et de haute-prêtresse ? Bien que son esprit de déduction était vif, elle comprenait difficilement en quoi son sexe pouvait influencer les choses. Elle allait s’emporter quand il révéla brusquement son avant-bras, et qu’elle constata à l’orée de sa peau une présence singulière. Une petite fleure pousse, d’un vert printanier, qui s’éveilla bientôt en une myriade de bourgeons, de branches, venant à pousser à même sa chaire pour dévoiler une galaxie blanches de fleurs. Shiva était captivée. S’approchant de toute sa taille – c’est alors qu’elle remarqua brusquement qu’elle le dépassait de quelques bons centimètres – elle vint à son côté contempler la chose de plus près, attrapant sans grande vergogne le poignet du voyageur avec toute sa délicatesse féminine, mais sans prêter grande attention aux protestations, pour observer l’étrange phénomène.
Toute la partie magique, elle n’en avait que faire. Après tout, c’était une chose plutôt répandue, et somme toute assez commune, surtout au temple de Delil. Par ailleurs, beaucoup des gélovigiens qui choisissaient ce chemin possédaient ce don, elle y comprit. Ce qui la tirailla fut plutôt la plante elle-même. En effet, celle-ci n’était pas extérieure au jeune homme... Mais à l’intérieur de lui. Elle n’avait jamais vu tel phénomène... Tel miracle. Relâchant son emprise sépulcrale, elle regarda brusquement aux alentours, s’assurant qu’ils étaient bien seuls. Néanmoins, cela ne suffit pas à taire sa méfiance naissante. Elle fit volte-face le plus naturellement du monde, et lança en direction du jeune homme sur un ton ferme, mais avare d’autorité.


« - Suivez-moi. La chapelle n’est pas un lieu pour discuter de cela. Nous serons plus à l’aise dans mes quartiers. Oh, et vous devriez abriter cela, il est également sage de ne pas vous exposer trop... Enfin, pour le moment. » Et aussitôt, elle s’élança vers la porte, du haut de ses pas de gazelle, certaine que l’albinos lui emboîterait le pas.

Si, sur son passage, les yeux comme les nez se tournaient, elle savait que le jeune homme qui faisait sa suite attirerait autant les regards. Mais elle agit comme si de rien était, taisant même la fureur bouillonnante qui naissait en elle. En effet, cet exploit avait déclenché en elle un vif intérêt pour cette « magie », ou du moins ce... phénomène, elle ne savait encore comment le nommer. Et si cela la piquait tant, c’est qu’elle voyait en cela une forme de signe divin, un être secret que Delil aurait placé sur sa route. Par ailleurs, elle commençait à se demander sérieusement pourquoi il avait choisi le temple de Kesha, le sien lui paraissait pourtant bien plus indiqué. Enfin, ce n’était guère important pour l’instant. Avançant d’un pas rapide, elle arriva bientôt devant les portes de son domaine, attrapant Marin au passage pour lui glisser rapidement dans l’oreille :


« - Ecoute bien, jeune homme, annules tous mes rendez-vous dans la prochaine heure... Et si d’ici là, je ne donne plus signe de vie, annules ceux de l’heure qui suit. »

Le yorka la regarda avec incrédulité, mais acquiesça avec maladresse. « B...Bien ma Dame. »
Shiva ne se préoccupa pas plus, ne s’attardant pas en grande cérémonie, mais ouvrit la porte sur un petit salon, où traînait bergères et boudoirs, et proposa sobrement une place au voyageur. Un fois assis, elle referma la porte derrière eux, s’en allant ensuite vers un meuble où reposait déjà une carafe de thé glacé, et différentes bouteilles de meilleures liqueurs. « Je vous sers quelque chose, Monsieur... ? » Il était vrai qu’elle ne s’était pas encore enquit de savoir son nom. Mais mieux valait commencer quelque part, surtout quand on se trouvait devant quelqu’un d’exception. Une fois les verres préparés, elle revint à lui, et prit place sur un large boudoir de velours violet.

« - Je ne passerai pas par quatre chemins, ce... Don, si je puis dire, est tout à fait exceptionnel. Pouvez-vous m’en dire plus sur sa nature ? Si j’ai bien remarqué, la plante que vous manipulez se trouve dans votre bras, est-ce bien cela ? » Elle dévisagea le jeune homme avec curiosité. « Qu’est-ce, un implant ? Une expérience ? » Les éclaris avaient peut-être leurs nez fourrés là-dedans, et elle n’aurait pas été surprise qu’un savant se soit servie de lui comme sujet. Ou alors était-il une nouvelle forme de vie ? Ne sachant encore comment aborder la question, tout lui paraissait possible. Levant le verre à ses lèvres, elle le regarda, intrigué. C’était belle et bien une curieuse rencontre...



Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe

MessageSujet: Re: [Terminer] Osmose   Mar 21 Juin - 20:48

Surprise. Fascinée. Stupéfaite. Étonnée. Curieuse. Intéressée. Captivée.
Les mots ne manquaient pas pour qualifier la réaction à ce que montrait l'albinos à la Haute-Prêtresse.

Le jeune homme lui présentait des yeux dont les couleurs n'étaient pas naturelles chez un être humain. Le comble arriva quand enfin, il se décida de lui révéler la raison de sa venue au temple. Présenté son avant-bras aurait été suffisante pour susciter la curiosité. Comment devait-il le voir ?
Certes le rosier blanc serait un titre qui lui irait plutôt bien comme il se l'ai auto-proclamé secrètement par le fait que très peu de personnes étaient au courant de son osmose. En voilà une de plus aujourd'hui.
Pourquoi elle alors ? Sa relation avec Delil peut-être. Les conseils d'une divinité lier aux plantes n'auraient pas été des plus mauvaises, mais parler à quelqu'un qui ne répondra jamais ne lui apportera jamais les réponses dont il a besoin. Car il fallait bien qu'un jour, il découvre ceci au monde entier et le regard des autres lui font peur.
Le considérer comme un monstre, comme une créature repoussante ou simplement un homme qui préfère les plantes à l'homme en eux-même. Lui qui était terran pourrait se voir porter la confusion d'un renie de l'humanité rien que par la fusion qu'il a acceptée avec une plante qu'il avait pourtant cherchée durant tant d'année pour ses propres recherches. La suspicion de la plante en elle-même provoquait un intéressement au-delà de tout ce qu'il pourrait penser. Autant de ses craintes quand celle-ci lui présenta de se rendre dans ses quartiers tout en cachant la Pistilose.
Elle pensait donc la même chose.

Fermant les yeux quelques instants comme d'une concentration nécessaire il acquiesça. Autour de lui, toutes plantes à proximité était en train de faner. Les roses sur son bras comme celle poser sur l'autel, sans oublier celle qui se trouvait dans la plante bien que ceci ne fut pas totalement contrôlé. Sa puissance magique y était peut-être pour quelques choses. Lui-même ne le savait pas. Quand il s'agit de sa propre magie lui-même ne relève aucunement ce qu'il pouvait déployer sans en avoir conscience. Son osmose y était peut-être pour quelque chose. L'affinité qu'il entretenait avec les plantes depuis sa tendre enfance augmentait chaque jour, en premier lieu par son métier d'herboriste.

S'il fallait en discuter en privé, il était évident que la curiosité allait s'emparer de toutes personnes les voyant partir dans une pièce isolée. Les questions qu'ils pouvaient se poser était multiple, mais qu'importe.
Il avait suscité la curiosité de la haute-prêtresse c'était suffisamment important. Faisant le nécessaire pour libérer une heure, même deux était le signe que ses rendez-vous passait après lui. Lui qui vient de manière imprévu, annule ce qui est prévu. Elle avait quelque chose en tête ? Sa curiosité était plus forte que tout ? Impressionnant. Non seulement il n'en avait jamais parlé mais en plus il entre dans les priorités d'une personne haut-placée.

Arrivés dans une pièce vide d'oreilles indiscrètes, il refusa en premier lieu la boisson proposée, ou se justifier par le fait qu'il ne buvait que de l'eau... Et pas que pour lui, si vous voyez ce que je veux dire.
Bien sûr, elle ne laissa pas le temps de souffler qu'elle entama très vite le sujet de leur déplacement dans ses quartiers. Allait-il devoir tout raconter ? Par contre, il y a des précisions à donner. Le fait d'avoir montré uniquement le bras portait à confusion et il fallait justifier une chose.

Il ne s'agit pas que du bras...

La manière la plus simple de lui faire comprendre était de se mettre à nu. Pas dans le sens propre du terme, Duscisio était pudique de ce côté. Il commença par montrer l'autre bras qui présentait la même particularité. Retirant sa cape, il utilisa encore de sa magie. Comme précédemment, une tige poussait à chaque bras. Quelques choses qui n'étaient pas visible dans les premiers instants, ses chevilles laissait dépasser d'autres ronces entre le bas et ses chaussure qui remontèrent le long de ses jambes à l'extérieur en spiral. Et enfin, ses omoplates, qui poussèrent avec un peu de retard, car les premières tiges permanentes était à cet endroit.
Étant malin, il propagea toutes les roses comme le jour de la cérémonie, elles l'habillèrent comme un prince des plantes dont la couronne d'épine ornait sa tête.

Voilà que maintenant se présente le Rosier Blanc dans toute sa splendeur.

La conclusion qui pouvait être mené par ses observations c'est qu'il ne s'agissait pas que du bras, mais bel et bien du corps entier. Proprement nommé par son titre qu'il s'était donné. Une osmose parfaite avec une plante rare. Comme elle voulait tout savoir de ce don exceptionnel. Tout allait devoir être raconté, absolument tout.

Tout a commencé le jour de la grande épidémie, il y a deux années...

Cela datait, racontant ainsi tout du début à la fin en commençant par la fois où il s'était rendu en paix chez les Erylis pour chercher un remède à la maladie qui touchait tout le continent. Le fait qu'il cherchait en premier lieu pour ses femmes dont leur chef avait été touché. Leur réunion dans laquelle il s'était introduite sous la confiance de Sighild était sur le fait qu'elle quittait leur village pour ne pas les mettre en danger. Les jours suivants, il chercha un remède ou au moins un retardant à la maladie. Ce qui lui permit de la garder plus longtemps qu'elle ne le pensait, au prix de la perte d'un bras après son affrontement avec un colosse qui était responsable de la propagation de la Sarnahroa.
En quoi cela avait un lien avec la Pistilose ?
Il venait en faut qu'il avait avaler la graine qu'il avait cherchée durant ses cinq dernières années. Une plante rare parmi les raretés, plusieurs espèces avaient vu le jour par le passé, mais très peu était connu. La blanche était l'une de celle qui devait avoir résisté au temps au vu de sa manière de survivre au manque d'hôte.
Plusieurs espèces ? Attendez...

Le fait que je sois tombé sur la Pistilose blanche était autant une chance qu'un miracle. Les autres espèces présentent des particularités dangereuses. L'une d'entre elle se propage par contact comme la Sarnahroa.
La différence c'est qu'on ne la voit pas évoluer, on ne la sent pas non plus.
D'après les études qui ont été faite il y a des siècles, la pistilose rouge se nourrit du corps de son hôte et éclot à sa mort. On en trouvait sous forme de champs de fleur ou de buisson. Elles ont toutes été éradiquée pour éviter une épidémie... Car il n'y avait aucun traitement...


Sa connaissance sur le sujet est parfaite. Il n'était pas herboriste pour rien. Le fait de connaître toutes les espèces de plantes étaient très impressionnant, mais de là à connaître même les espèces disparues relevait d'une connaissance divine.

Racontant la suite de l'évolution même de la Pistilose blanche dans son corps, au prix de forte douleur, de crises qui faillirent le tuer plusieurs fois, son affinité avec les plantes lui permettant de poussière avec plus d'aisance était autant une malédiction qu'un don. Il raconta que la Rose parasite avait presque terminé sa croissance un an après, lors du Myste rouge.
Puis il y eut la recrudescence.
Le fait que ce signe-là le signalait comme dangereux pour autrui, il décida de s'isoler entièrement après avoir survécu. Il blessa des personnes, il se résolut à mourir aussi, puis il fut sauvé par Othello qui lui supposait une possible vérité.

Et le voici aujourd'hui.
Il ne précisait rien sur le voyage qui fit avant de venir ici. Le résultat présent était qu'il vivait pleinement avec la Pistilose blanche.

Les personnes au courant sont la Haute-Prêtresse de Kesha, Lehoia Othello, La grande prêtresse, Irina et son compagnon, la chef des Erylis, Sighild et quelques personnes.
J'ai soigneusement gardé le secret à des personnes en qui j'avais confiance.


Cela signifiait qu'aucune savant comme les Eclaris n'étaient au courant. Le fait de mettre au courant la haute-prêtresse de Dedil signifiait qu'il lui faisait confiance ? Pas vraiment, il avait besoin d'un avis venant de Delil ou de sa parole. Maintenant qu'elle savait toute son histoire, il attendait de son expertise divin...


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Haute-Prêtresse de Delil ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Haute-Prêtresse de Delil ::
Shiva

MessageSujet: Re: [Terminer] Osmose   Mar 23 Aoû - 18:10

Les verres tintèrent joyeusement quand elle les déposa sur la table basse. Un d’eau pour son invité, qu’elle déposa devant lui de ses grands doigts osseux. Pour elle : un petit gobelet de cristal de liqueur de prune, dont elle appréciait particulièrement le sucre et l’amertume. Shiva secoua sa nuque en s’asseyant sur le boudoir, emplissant un peu plus l’air de la pièce d’une fragrance de lilas et de coton. En face du voyageur, elle était parfaitement placée pour écouter son témoignage. Et quand elle porta à ses lèvres l’alcool, elle ne s’importuna pas des jugements de l’albinos : elle ne ressentirait pas les effets de l’alcool, comme elle ne les avait pas ressentis depuis sa mort.
Shiva était toute ouï. Croisant ses jambes et les remontant familièrement sur le bout de boudoir, elle observa le jeune homme sans dire plus. L’examen pouvait commencer.

Pour poursuivre leur entretient, le jeune homme ôta sa cape, et remonta sa dernière manche pour montrer çà et là des bourgeons fleurirent abondamment, pour se révéler complètement couvert de lianes, ronces et fleurs. Cela la ramena dans le passé, au jour du dernier conseil des haut-prêtres dont il n’était d’ailleurs sorti rien de concluant. Elle se passa le doigt devant les lèvres, et sourit désagréablement. Alors c’était donc ça le secret de son appoint... Un mélange de gêne et de pragmatisme l’habitat l’ombre d’un instant. D’abord car elle se sentit stupide de n’avoir rien remarqué à ce moment là – sûrement car elle ne lui avait prêté guère intérêt – et car elle trouvait cela, quelque part, délicieusement culoté de sa part de se montrer publiquement dans cet atour. Ou totalement idiot, tout dépendait du point de vue.

S’en suivit ensuite une foule de question qui la poussa à se lever, et à examiner ce phénomène de plus prêt. La sainte était d’une franchise extrême, aussi elle ne s’embarrassait pas des convenances et de la pudeur. Alors qu’il se pâmait de sa forme, la Sainte en fit le tour, et nota chaque détail du phénomène qu’elle observait. Mais rapidement, les détails externes la lassèrent. Elle se rendit vite compte que ce qui l’intéressait était le fonctionnement interne de cette symbiose, et comment la plante s’était accoutumée au corps, aux organes, comment fonctionnait l’individu avec les réseaux sanguins... Mais elle se ravisa. Après tout, la vivisection était une pratique outrageuse et écœurante... Et il y avait une autre question qui la taraudait.
Peut-être n’était-il pas au courant de ses dons ? Cependant, elle s’interrogea pour le lui faire remarquer. Une partie de sa renommée venait de son aptitude à manipuler la matière végétale, et plus globalement, à influencer la nature. Cette plante était-elle, elle aussi, sujette à cette manipulation ?
Son examen finit, elle se tourna doucement et repartit s’assoir comme si de rien n’était, se reposant comme jadis. Las, elle avala une nouvelle gorgée avant de le pousser du bout de la main à poursuivre son histoire.

« Allez-y, Monsieur. Et ne me privez pas des détails, je vous en prie. »

A sa grande surprise, il ne fut effectivement pas avare en témoignage. Il lui raconta tout depuis le début. Pendant les premières minutes, elle constata vite qu’il ne s’agissait que de fioritures. Mais elle s’empêcha de le presser : ce ne serait certainement pas utile, et sûrement plus déplacé qu’autre chose. Remontant ses jambes, la Sainte se redressa prestement et avala de grandes gorgées de son petit verre, le finissant directement. Elle le reposa délicatement dans le plateau pour ne pas le couper dans son récit. Et juste quand les choses devenaient intéressantes...
Pendant qu’il parlait, elle frotta son petit menton de quatre de ses doigts, le bloquant du pouce. Sa connaissance en la matière était indéniable, et Shiva faisait bien pâle figure à côté de lui ; bien que sa bibliothèque pullule de traiter d’herbologie et de botanique. Jamais elle n’avait entendu parlé de l’une ou l’autre de ces espèces : et elle le regrettait amèrement, tant leur nature même était fascinante. Une plante capable de se propager par contact, et dont la survive même repose sur le parasitage ? C’était tout bonnement stupéfiant. Mais elle ne fit preuve de sa surprise, se content d’écouter jusqu’au bout. Une question vint cependant à lui parcourir les lèvres, et elle l’interrompit net, les doigts en avant.


« - Pardonnez mon audace, jeune voyageur, mais... Êtes-vous sûr d’être encore en vie ? » Sa pâleur maladive et son apparence autorisait un doute, en plus de ces récits meurtriers sur une plante tueuse. « Vous savez, et je parle d’expérience, il est parfois difficile de s’en rendre compte. N’êtes-vous pas sûr que la plante ne vous a pas complétement consumé, au point d’en finir avec vous ? » Un sourire caustique éclaira son visage. Nous serions dans le même camp, eut-elle envie d’ajouter. Elle n’en fit rien.

Docile, elle le laissa poursuivre, une fois sa réponse obtenue. Ses mots confirmèrent néanmoins sa théorie, plus ou moins justifié. Il y avait bien eut un moment de trouble, de récession, pouvait-on dire. La chose n’était donc pas pleinement faite pour être en symbiose avec son hôte, mais plutôt travaillait à le posséder. Il était heureux qu’il ait trouvé un spécimen assez sage, et qu’ils aient su travailler à trouver un juste milieu.
Quand il eut finit, la Dame se frotta doucement les tempes, l’air pensif, et se retourna doucement vers la fenêtre. D’un pas franc, elle retourna vers la carafe de liqueur de prune qu’elle apporta sur la table promptement. Il n’y avait qu’une poignée de personnes réellement au courant, donc. Shiva ne pouvait que se sentir flatter d’en faire ainsi parti. Mais elle constata également qu’il n’avait choisi que le gratin du monde pour livrer son secret – et cela avec tous les gélovigiens témoins de la réunion et sans être pleinement conscient de ce qu’il leur avait mis sous les yeux.

« - C’est tout à fait intéressant, Monsieur. » Shiva réfléchit doucement à quoi faire, et à comment exploiter les informations apprises. Elle était d’un pragmatisme volontaire... Cependant, les pièces du puzzle ne parvenaient pas encore à constituer la pièce entière. Elle se sentait le besoin de recueillir plus de connaissance.
« - J’aimerai en savoir plus. » Dit-elle simplement. « Ce... Phénomène aiguise certainement ma curiosité – tant physique que théologique, j’entends bien. Commençons par le premier point, voulez-vous ? »

Elle se leva, pour s’approcher un peu plus, observant de ses yeux dorés les longues tiges. « Que se passe-t-il dans votre corps ? Si je peux m’exprimer ainsi, bien sûr. Connaissez-vous les mécanismes de cette entente ? » C’était un peu franc, mais elle ne regretta pas. Si elle voulait en savoir plus, elle aurait dû soulever la question tôt ou tard. Mais elle douta cependant que l’herboriste pu concrètement y répondre. Mais elle se contentera tout de même de ce qu’il pourrait lui dire.
« Et... il y a une dernière chose. Vous n’êtes pas sans connaître mes talents pour tout ce qui concerne tous les dons de la nature... Me permettez-vous de tenter de l’utiliser sur cette plante ? Je suis curieuse de connaître l’issu d’une telle expérience. » Un sourire des plus énigmatique éclairait ses lèvres pourpres, et elle narguait l’herboriste d’un air malicieux. Nul n’aurait pu deviner quelles pensées traversaient son esprit, et quelles étaient ses intentions. Mais pour une Haute-Prêtresse de Delil, ce ne devait pas être trop méchant... Non ?



Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe

MessageSujet: Re: [Terminer] Osmose   Jeu 22 Sep - 17:13

À la fin, la haute-prêtresse de Delil qui avait écouté l'intégralité de son histoire lui posa une question qui lui glaça le sang.
Lui ? Décédé ? C'était impossible. Ses yeux vint alors à se fendre en deux de leur couleur respective de rouge et de jaune d'une pupille fendu donc l'origine en était encore inconnu. Était-il encore terran ? Ou avait-il suivi comme ceux qui ne le désiraient pas par une nature gorgoroth.

Ses souffrances qu'il avaient subis lors de sa pousse l'aurait tuer ?
Il se serai réveiller avec une nature donc il en ignorait l'existence pour sa propre personne ?
Sa condition physique se serait renforcé dans la mort ?
Il ignorait donc la souffrance que lui inflige la pistilose dans l'osmose ?
Mangerai-il sans plus connaître le goût des aliments que par les souvenirs ?
Ne respirait-il plus que par réflexe et non plus pas besoin ?

Et pourtant...
Ses cheveux argentés continuaient et de pousser. Il arrive maintenant au niveau de ses omoplates.
Il avait régulièrement faim, même si son appétit était diminué.
Il buvait deux à trois fois plus que la normale.
Il devait panser les coupures qu'il se faisait involontairement en travaillant.
Il sentait son cœur battre dans sa poitrine...

Son cœur.
Dès l'instant où il posa sa main sur sa poitrine pour vérifier qu'il était bien envie, il se calma. Une panique de quelques secondes qui semblaient durer une éternité comme si le temps s'était figé de lui-même.
La question qui suivie lui ôtait d'un doute sur les pré-requis même de la survie de la plante parasite.
Il n'avait nul besoin de justifier. La seule réponse fut un signe de tête avec la main sur le cœur.

Après son récit, la réaction de la haute-prêtresse ne fut guère imprévisible. Quand on entend son histoire, il y en a que trois possibles : On est étonné d'un tel phénomène soit on en a peur qu'elle propage une nouvelle épidémie tant redoutée, soit on le juge comme monstre et on le chasse tel quel.
Bien qu'il en existe sûrement d'autre, l'analyse de l'albinos s'arrêtait là. L'intéressement de la jeune femme – du moins en apparence – serait d'en savoir plus sur la plante elle-même. Hélas, la réponse du connaisseur n'en fut que brève. En effet, il ne savait que ce qu'il y avait les livres, ses derniers s'en disent pas beaucoup et les informations de l'époque ne s'arrêtait qu'à son mode de vie et de propagation :

Pour savoir ceci il faut pouvoir m'ouvrir. Je n'en sais que peu de choses de plus sur mon vécu avec elle...

Quand il énonça un point qu'il avait déjà raconté, il avait avalé une graine. Par conséquent on ne pouvait qu'en déduire qu'elle s'y trouve encore et que les « racines » se trouve ici pour puiser ce dont elle a besoin.
D'après lui, les tiges se seraient propager le long de ses membres, conclusion émit par la douleur immense dans tout son corps et par les tiges qui sortaient maintenant à des endroits dit stratégiques comme les poignets ou les chevilles.
Quant aux mécanismes d'entente :

Ceci est encore un mystère. J'ignore comment elle en est venu à vouloir me maintenir en vie au gré des souffrances que je subissais. Par mes connaissances, j'en ai conclus qu'elle ne pouvait survivre autrement, d'autre part cherche t-elle également à se propager je l'ignore, mais cela pourrait venir d'un moment à un autre.

Il eut une mine triste quand il énonça la fatalité. Oui, car cela en était une.
Une propagation engendrerai une épidémie de pistilose donc il n'existe aucun remède connu à ce jour, mais aussi sa propre mort.
Pour certaines raisons, la pistilose engendrait quel que soit son espèce la mort de son porteur pour sa propre propagation. Ce qui lui a valu le titre de plante parasite.

La dernière expérience de la haute-prêtresse concernait la plante en elle-même pour l'utiliser avec ses propres talents sur la nature disait-elle.

Je refuse. Répondit-il catégoriquement. Mais comme je ne suis pas le seul concerner, vous lui ferez la demande vous-même.

Tendant le bras, l'un des bourgeons lui fut présenté comme d'une évidence à ce que sa réponse lui soit accordé par connaître sa réaction à cette expérience. Pourquoi refuser si c'est pour lui tendre le bras ? N'avais pas t'il quelque chose en tête malgré les apparences ?


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Haute-Prêtresse de Delil ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Haute-Prêtresse de Delil ::
Shiva

MessageSujet: Re: [Terminer] Osmose   Ven 23 Sep - 16:55

Boudeuse, elle pinça les lèvres avec une grimace des plus avares. La réponse de l’albinos était particulièrement décevante. Mais la duchesse ne s’emporta pas pour autant. Elle haussa simplement ses épaules maigrelettes et osseuses, ne les baissant qu’après plusieurs secondes, avec un air insatisfait. Evidemment qu’il fallait l’ouvrir pour le savoir, elle l’avait déjà anticipé, mais elle aurait aimé ne pas avoir cette seule option pour en savoir plus sur le parasite. Ceci dit, elle reconnaissait qu’il s’agissait, d’après les dires du vagabond, d’un problème encore précoce. Il était malade depuis peu de temps somme toute : il lui faudrait un peu plus de temps pour comprendre ce qu’il se passait en lui, pour apprivoiser ses nouvelles sensations. Nul ne pouvait savoir comment les choses allaient évoluer.
Toujours aussi perplexe, Shiva se rassit normalement. Il y avait dans son entourage un médecin de Mavro Limani qui serait sûrement ravis de pouvoir étudier la chose de plus près... Il était vrai que depuis qu’elle avait rencontré le jeune homme, elle se comportait d’une façon très jalouse. Son côté vénale et éternelle intéressée sous l’œil de Delil... Il lui fallait toujours tout contrôler. Elle toussa un peu, et se dit qu’elle lui ferait envoyer une missive dès qu’elle le pourrait.


« - Cela va de soi. Après tout, c’est encore récent. J’imagine que les choses évoluerons – rapidement ou non, nous le saurons avec le temps. » Dit-elle d’un ton fatigué. « Vous devriez essayer de noter le processus, vos ressentis... » Ecrire un livre sur cela, mais elle le garda pour elle. Bon, c’était bien trop tôt pour révéler ce phénomène au monde. Mais il fallait avouer qu’elle serait des lecteurs... Et puis, ce ne serait pas pour gêner les éclaris : il était toujours bon de donner un petit coup de pouce à la recherche. Shiva avait la désagréable sensation qu’ils pataugeaient un peu, parfois, ces bougres-là.

Elle remarqua ensuite quelque chose dans la façon de parler de Duscisio qui lui mit une drôle de puce à l’oreille. Sa façon de parler de la plante... A l’entendre, on aurait dit qu’il la concevait comme une entité pensante. Comme si, enfermée dans son corps, elle était douée de sensibilité, de conscience... Bien que fidèle à son poste depuis de nombreuses années, et fière de celui-ci, Shiva ne s’était jamais encanaillée avec les plantes de son jardin pour autant. Elle ne leur avait pas fait la conversation, ni ne s’était encombrée de l’idée qu’elle pouvait avoir des sentiments. D’abord amusée par l’idée, elle se réprima de pouffer, car finalement elle s’aperçut que ce n’était pas si anodin que cela. Ce n’était pas idiot, en fait... Cette démarche d’accorder aux plantes un rôle et une présence plus importante. Bien au contraire, être au service de Delil n’impliquait-il pas de mettre toutes ses créatures sur un même piédestal, végétaux y compris ? Ce débat avait déjà dû lui traverser l’esprit, mais elle n’en avait jamais discuté.   Autant lancer le pavé dans la marre avec quelqu’un qui s’y connaissait un peu :


« - Ainsi, vous pensez qu’elle est capable d’intelligence ? La pistilose, j’entends. Selon vous, elle serait consciente ? »

Elle attendit la réponse avec plus de curiosité qu’elle n’aurait voulu l’admettre. A présent qu’elle avait cette idée en tête, une toute nouvelle route s’ouvrait à elle, et elle commençait à concevoir son plan d’un nouvel angle. Pendant les quelques fractions de seconde qui la séparaient de sa réponse, elle se demanda si son Dieu n’avait pas commencé à entendre ses appels aux secours...
Concernant
« ses » motivations, cela restait un sujet incertain. Encore inaccoutumée, la Sainte ne s’avança pas trop sur l’aspect intelligent du végétal, et attribua son comportement à un réflexe instinctif – si on pouvait parler d’instinct... De toute évidence, elle avait du cesser son attaque par elle sentait sa mort imminente si jamais son hôte venait à s’éteindre. Ou alors, elle s’était simplement assez nourris. L’herboriste devait être une source intarissable de ressources pour le parasite. Au lieu de l’exploiter d’un coup, elle avait sûrement préféré boire jusqu’à plus soif, en attendant que son buffet se remplisse une nouvelle fois avant de recommencer son orgie. Si c’était effectivement le cas, alors il n’en avait pas fini avec ses crises...   Elle tourna la page d’un geste de doigt, et le poussa à poursuivre.

Ses derniers augures n’annonçaient rien de bon, et elle crut y déceler un certain pessimisme. C’était une simple hypothèse si la plante allait souhaiter poursuivre sa croissance, ou même si elle allait chercher à se reproduire un jour. Là où il marquait un point, c’était qu’une plante restait une plante : c’était dans sa nature de perpétuer l’espèce, comme chez les terrans, les yorkas, les animaux... Surtout si son espèce était déjà plus ou moins éteinte. Il était fort à parier que tôt ou tard, il lui faudrait faire germer un second plan, et elle était certaine que ce serait d’une façon extracorporelle. Les plantes ne sont pas mères, et elle n’aurait rien à gagner à partager son hôte avec un second individu. Cela signifiait soit un deuxième parasitage, donc une deuxième victime, soit que l’espèce évolue miraculeusement pour devenir capable de survivre à l’extérieur d’un corps. Pertubée, Shiva bouda encore un peu plus. Décidément, ce n’était pas de joyeuses nouvelles...

Puis vint le moment fatidique. Shiva se préparait déjà à lever la main, prête à faire rayonner sa pierre de Sphène, quand la réponse du jeune homme vint tomber radicalement, comme la besogne d’un oiseau sur un vêtement propre. Quoi ?... Interloquée, la Sainte ne savait plus où regarder. Qu’est-ce que c’était que cette réponse ? Il l’avait dit de but en blanc, sans prendre la peine de s’excuser ou de s’expliquer, laissant dans les deux cas la prêtresse offusquée. Il n’avait de toute évidence aucune connaissance de l’étiquette, comme sa collègue du nord, d’ailleurs. Décidément, les cultistes de Kesha étaient faits du même bois ! Elle avait beaucoup de respect pour Irina Dranis, mais elle commença à ses demander si elle n’enverrait pas une lettre à sa collègue afin de se plaindre de certaines liberté.
D’un geste impulsif, elle recula dans sa boudeuse avec nonchalance, regardant l’homme dans les yeux malgré le bras brandit devant ses yeux pâles. Demander à la plante... Et puis quoi encore ? Elle n’allait quand même pas la servir comme un homme ! Bientôt elle devrait se prosterner devant elle ? Peut-être qu’elle avait manqué à toutes les convenances en ne lui ayant pas proposé à boire... Comme une source bouillante, la dame prit un air agacé. Il était assez claire que la Dame n’aimait pas être commandée dans sa propre maison.


« - Soit, je le conçois. » Répondit-elle sèchement. « Je ne mènerai pas cette expérience, si c’est ce que vous voulez. » Cela, au fond, ne lui posait pas de problème. Il s’agissait d’un acte magique qui le concernait directement après tout, elle ne se permettrait pas de se dispenser de son consentement. Mais son ton autoritaire et sa demande farfelue l’avait piqué à vif, et l’avait mise dans de mauvaises dispositions, aussi ne voulait pas non plus jouer le jeu. « Cependant, vous comprendrez que je me contenterais de votre réponse, très cher, je ne m’abaisserai pas à outrepasser votre souhait.» Son ton s’était fait caustique, et plus acide qu’elle ne l’imaginait. Mais le mal étant fait, elle prit un sourire aimable qui avait des airs ironiques, regardant le bras pendant sans plus bouger.  

Soudain, comme sil avait senti le caractère ronchon de sa propriétaire, Magha s’était envolé de son perchoir pour rejoindre l’épaule pointue de la Macabre et s’y posé silencieusement. Il dévisagea l’étrange individu d’un œil mort, ce qui rendit Shiva satisfaite. Il était assez évident que l’herboriste ne lui disait pas tout : son air pensif cachait quelque chose, et son petit doigt lui souffla qu’il devait avoir une idée derrière la tête. Eh bien, si c’était le cas, elle ne lui facilitera pas la tâche... Elle sourit de plus belle. Si ses propres idées étaient justes, alors il prendrait bien cela comme une première épreuve.



Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe

MessageSujet: Re: [Terminer] Osmose   Lun 26 Sep - 17:18

La déception était lisible dans les yeux de la funeste prêtresse quand elle apprit qu'il ne savait pas ce qu'il se passait dans son propre corps.
Le contraire serait surprenant. Quand généralement on voit un être aussi exceptionnel que lui on s'attend à ce qu'il sache tout sur le sujet et donc apporter les moindres détails. Soit pour s'assurer qu'il n'y avait aucun danger pour lui, soit qu'il n'y avait pas de risque de propagation à autrui ce qui était son principal problème à l'époque où il commença l'expérience il y a deux années de cela.
Le fait uniquement d'avoir conclus qu'il y avait une tige minimum dans chaque membre pour assurer la pousse du bourgeon qui dépassait de sa peau pour son usage pratique.

Depuis le temple de Kron, Duscisio semblait avoir changé d'avis.
En plus de sa propre survie qui ne comptait pas plus qu'avant, celle de la plante qu'il accueille lui importait. Comment laisser disparaître un trésor comme celui-ci à sa mort alors qu'il y a tant de possibilités avec une plante aussi rare. Sa dangerosité et l'ignorant lui a valu son éradication presque totale il y a des siècles.
Aujourd'hui il avait vraisemblablement la seule espèce encore en vie sur le continent, la Pistilose blanche.
Certes la moins dangereuse, mais tout aussi redoutable que les autres espèces. Pourquoi donc ?
À cause de son mode opératoire pour se développer.
Dès l'instant où il remarquait que certains écrits était faux, par sa propre expérience, il avait compris comment elle fonctionnait. S'il avait dû avaler une graine à l'époque c'était dû à son état de latence.

La reprise de la discussion quand il s'assura de lui demander si elle voulait se faire manipuler par la haute-prêtresse, lui donnait un sourire un peu triste qui s'effaça de son visage quand il eut la réponse en tête.

Vous n'y croyez pas n'est-ce pas ? Soupira t-il. Je peux vous comprendre.

Il est souvent difficile de croire quelque chose qui n'a pas été démontrer. Pourtant j'en suis convaincu, sans pouvoir le prouver.
Elle n'a pas de corde vocal pour s'exprimer, mais elle le fait autrement, c'est un langage encore inconnu que personne ne s'est attardé à comprendre. Si les plantes savaient parler exprimerai-t-elle leur joie ou leur mécontentement ?
Lorsqu'elle lui demanda d'essayer de manipuler la plante, mais qu'il refusa, elle ne s'attarda pas à demander elle-même à la plante. Comment le pourrait-elle ?
Si l'osmose qu'il avait avec la Pistilose était encore incomplète pour la communication, elle se limitait à de simple actions par en fait ce qu'il voulait par le biais de la magie. Quand celle-ci voulait par contre agir de son plein gré, elle devait essayer aussi de comprendre si elle en avait le droit.
C'était une osmose complexe qui était limité dans les échanges par l'accès à l'essence divine.

Il y a quelques temps maintenant, la Pistilose eut un excès de croissance... Une recrudescence qui faillit m'être fatale. Le fait que l'on se contrôle et qu'on comprenne l'un et l'autre du fait que l'on veuille rester tous les deux en vie suffit à nous laisser un certain champ pour ne pas trop déborder.
Si je devais comprendre que l'on avait un manque de communication, c'est bien à ce moment-là...

Lui expliquant la chose, la recrudescence qui lui avait fait utiliser toute son essence et perdu beaucoup de sang peut après la disparition du myste rouge de la capitale. Il eut énormément de chance, car il dut rester plusieurs jours dans un état lamentable jusqu'à que son appel à l'aide lui soit répondu. Les deux personnes venues n'ont pas été vu depuis cette fois-là comme s'il fallait rester éloigné pour les écarter du danger.
Ce n'était pas plus mal. Il ne pourra jamais les regarder en face maintenant.
Entre son corps qui changeait et visible aux yeux de tous par-dessus tout. L'œil jaune qu'il avait maintenant, le gauche ne tarderai pas à suivre la même voie dans un mois ou deux.
Quel autre changement serait à prévoir dans ses cas là ?

Pourait-on se douter du premier signe qui soit logique dans ce sens, le mélange de son sang avec la sève de la plante. Cela avait déjà commencé.
Tomberai t-il alors des lambeaux de peau comme une nouvelle qui se forme pour la remplacer par de l'écorce ?
Comment le savoir ? Il est le premier cas au monde à expérimenter une fusion sylvestre...


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Haute-Prêtresse de Delil ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Haute-Prêtresse de Delil ::
Shiva

MessageSujet: Re: [Terminer] Osmose   Mer 13 Sep - 11:30

Entre les coussins moelleux et recouverts de soie, Shiva avait trouvé sa place, et face à la déception – était-ce vraiment cela ? – du jeune homme, la vieille sainte ne pu s’empêcher de se sentir un brun coupable. Bien que cela ne lui ressemble pas, elle fit preuve d’une rare empathie pour celui qui, apparemment, ne comprenait pas tout à fait l’ampleur du phénomène qu’il représentait. Docile, elle se rassit et écouta ce qu’il pouvait lui dire, et finit par se rendre compte qu’elle n’avait peut-être pas adopté la meilleure attitude face à lui, de toute évidence un peu perdu, au moins autant qu’elle. Elle s’était contentée de baver devant lui, le scalpel presque entre les doigts, impatientes de pouvoir tout étudier, tout comprendre... Alors qu’elle était peut-être face à un signe divin qui lui échappait encore. Forte de cela, elle se ravisa, leva la main jusqu’à son menton diaphane, et finit par se lever, pensive, pour onduler jusqu’aux balcons qui bordaient sa pièce.

« - Je crois que... Je vous dois des excuses. » Finit-elle par souffler péniblement. « Même nous autres, les Hauts-Prêtres, ne sommes pas infaillibles. Nous avons nos défauts... Moi, c’est une curiosité dévorante, et, je dois le reconnaître, un orgueil hors du commun. » Shiva baissa un peu la tête, un sourire exsangue et désolé sur ses lèvres pourpres.

Rarement s’était-elle montrée conciliante, c’était peut-être son plus gros défaut. Mais l’avouer était hors de ses capacités. Une fois les mots largués, elle revint vers l’étrange jeune homme, soulagée et apaisée, remplie d’une nouvelle forme de conscience et de patience, plus légitimes dans cette situation.


« Duscisio vous... Avez la main de Delil sur vous. Je peux la sentir... » Commença-t-elle, jouant avec le liquide dans son verre – non qu’elle n’en ait réellement besoin. Brusquement, elle releva ses yeux vers lui, brûlant d’un sérieux grave et soudain. « Vous avez le visage de l’homme qui a connu des épreuves difficiles, du marcheur. Du vagabond. Mais également celui de l’homme qui s’interroge. Alors laissez-moi vous apporter des réponses. A mon avis, vos pas ne vous ont pas guidés ici par hasard. Delil – mon père... Notre père, est un Dieu bon, qui se soucie plus de ses enfants que de lui-même. Nous sommes tous entourés de vie. Elle vibre partout, à travers chacun de nous, à travers le sol, dans le ciel... Touchez un arbre : vous sentez la vie battre jusqu’à sa sève. Et vous..

Avant de poursuivre, elle hésita longuement. Ses yeux mordorés glissèrent subtilement vers le ciel bleu comme des danseurs, et jouèrent avec la lumière jusqu’à ce que les mots viennent.

« Je vais vous avouer quelque chose,voyageur. Je suis las. Les responsabilités de ce temple m’épuisent, et je n’ai plus la force de continuer ma mission... » Défaite, elle baissa ses épaules osseuses. « Dans mon cœur, je suis toujours en communion avec mon Père. Mais ce corps ne peut plus accomplir la mission qu’il m’a confié. Et... Je sais, je sens qu’il me pardonne ma faiblesse. Les jours passaient, ces derniers mois, avec lenteur et tristesse. Je perdais espoir de voir un jour un signe... Mais quand je vous ais vu, tout à l’heure, j’ai compris. » Shiva eut l’œil soudain vif, pétillant, brillant d’une lueur soudaine. « Delil avait posé sa main sur un nouvel enfant. Il m’avait présenté son nouvel élu... Oui, je le crois. La vie bât en vous. Elle vous enlace, vous protège, vous et votre curieuse habitante. Vous êtes le signe que j’attendais... » Brusquement, elle se ravisa, néanmoins, de continuer. « Enfin. Vous vous dites peut-être que ce ne sont que les mots d’une vieille folle... Mais je crois ce que je dis. Vous... N’avez pas à changer de croyance. Mais faites peut-être l’effort d’apprendre. Allez dans notre bibliothèque, dans notre temple, et priez. Vous sentirez bientôt son regard sur vous. Et, peut-être que là, vous comprendrez. »

Si il souhaitez parler plus, elle se tenait à sa disposition. Après tout, c’était beaucoup de responsabilité qu’elle lui jetait à la figure, mais elle en avait marre de se taire.

* * *

L’heure qui suivit, elle convoqua le jeune yorka de nouveau, et l’invita à rester un peu avec elle.

« - Je ne pensais pas devoir te le dire un jour, jeune Marin... » Elle attrapa le visage joufflue et imberbe du jeune yorka, ses grands yeux de gerbille se levant vers elle avec une curiosité craintive, comme si il venait d’être surpris en train de faire la pire bêtise de sa vie. « ... Mais j’ai la sensation qu’il va arriver pour ce temple des jours meilleurs. La nouvelle génération de croyants est là, il n’y a plus besoin de ma présence ici. Je... Peux m’en aller tranquillement. » Shiva n’avait pas de projets, seulement le besoin de fuir et de recommencer quelque part quelque chose d’unique qui n’appartiendrait qu’à elle. Ses épaules osseuses et fragiles étaient si fatiguées de devoir soutenir tout cet édifice, de porter toutes ces âmes perdues qui cherchaient le repos. Enfin, elle osait entrevoir la possibilité d’une échappatoire... Il ne restait qu’une seule chose à régler, à présent. « Je veux que tu ailles trouver la Haute-Prêtresse de Kesha, et que tu entres à son service. » Elle ne lui faisait pas particulièrement confiance, mais elle savait que cette jeune prude avait la vertu d’être sage et pure, et d’avoir encore des épaules assez solides pour veiller sur son petit. Il avait été le fils qu’elle n’avait jamais eut, et pour rien au monde elle ne l’aurait laissé entre de mauvaises mains. « Tu prendras les ordres sous son mandat, et t’élèveras doucement parmi nous... Et je ne doute pas qu’un jour tu feras un excellent Haut-Prêtre, Marin. »

Le jeune garçon avait déjà les yeux rouges et vitreux, mais ne dit rien. Il avait depuis longtemps comprit que la mélancolie qu’il voyait dans les yeux dorés de Shiva n’était pas un mal que l’on pouvait guérir, et qu’un jour ou l’autre, elle ferait l’impensable : déserter.

Quelques heures plus tard, le temple entier était dans une effervescence sans pareille. Shiva et Marin avaient tous deux disparus, laissant derrière eux une unique lettre... Delil saurait choisir son prochain prétendant.
Quelque part dans la forêt, sous une pluie diluvienne, Shiva passa son doigt long et maigre sur une feuille ruisselante, et apprécia pour la première fois depuis longtemps l’odeur, la sensation de l’eau qui faisait vibrer toute la forêt. Sa vie commençait ici.



Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Terminer] Osmose   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminer] Osmose
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Daiklan Écuyer d'Émeraude(Terminer)
» je croyais que c'était terminer...
» Nam Mok Li(terminer)
» [Aide pokédex] TERMINER ! 719/719
» Osmose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Noathis, le pays sauvageTitre :: La Forêt de SphèneTitre :: Le Temple de Delil-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA, LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !