Fin annulée

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 2
• Ladrinis: 2
• Eclaris: 1
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 2
• Nérozias: 2
• Gélovigiens: 8
• Ascans: 1
• Marins de N.: 2
• Civils: 9

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Béamas Mois:Tiria
[Décembre/Janvier en temps réel]

Membres du mois


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fin annulée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: The Boss ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: The Boss ::
Le Messager
MessageSujet: Fin annulée   Sam 5 Mar - 9:35

Préliminaires:
 

Orchid  a réussi à gagner la confiance des "mutins" et de Rash Lanetae. 
Vanyar finit par obtenir le dévouement de l’armée des Sindarins renégat. Rash Lanetae tente de le tuer pour l’en empêcher, mais en sous nombre le général perd la vie. Nanyar décide d’abandonner cette guerre qui ne concerne pas les Sindarins maintenant que leur leader n’est plus. Les troupes sindarine se dispersent et cherchent à rejoindre des terres non hostiles Noathis en particulier pour échapper au courroux de la reine de Canopée.

Epilogue

Un poste de conclusion de ta part est possible pour te projeter dans l’avenir, cet après-guerre qui t'attend…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Louve de Kesha ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: La Louve de Kesha ::
Orchid Orcirdr
MessageSujet: Re: Fin annulée   Dim 6 Mar - 19:57

EPILOGUE

Elle s’enveloppa dans la peau d’ours qu’elle avait fini de tanner quelques jours plus tôt. Le soir était tombé et la fin de l’été ne laissait aucun doute sur l’évolution du temps et de la saison ? Son dos s’appuya contre la paroi de la tanière où Grimrl et elle avaient élu domicile depuis ces dernières semaines. Ce dernier vint se coucher contre elle après avoir tourné trois fois sur lui-même. La Zélos gardait les yeux ouverts dans l’obscurité qui tombait. Doucement ils s’habituaient à la pénombre et au noir.

Elle distinguait à présent la trainée blanchâtre et lumineuse qui flottait sur la voute céleste. Elle pouvait y distinguer la myriade d’étoiles minuscules qui la composaient mais elle lui faisait penser à la chevelure de Niniel. Où était-elle à présent ? Sans doute encore en errance avec le groupe auquel elle avait été affectée ? Les choses avaient tourné comme Igrim l’avait souhaité et pourtant un arrière-goût de remord donnait au bilan de toute cette histoire l’âpreté des airelles trop jeunes.

Elle revoyait le corps de Rash Lanetae confié au bûcher et les Sindarins hébétés regardant les flammes le consumer. Tout était allé très vite. Le général avait fait irruption dans le quartier de ses sous-officiers où Igrim, Vanyar et Niniel étaient en plein entretien, le regard empli de fureur et la lame au clair. Il s’était lancé directement vers Vanyar. Igrim connaissait le poison de défiance qu’elle avait versé dans son esprit et connaissait aussi les projets du capitaine Sindarin. Il ne lui avait pas été difficile de retenir le bras du général juste la fraction de seconde nécessaire pour que son second lui perce la poitrine. Après la seconde d’incrédulité qui avait suivi, pendant laquelle l’état-major s’était regardé sans vraiment comprendre, il était très vite apparu que Vanyar avait effectivement réussi à convaincre la plus grande partie de l’armée des parias. Niniel laissait son regard courir du son frère à la Zélos, ne sachant comment réagir à ce nouveau coup du destin. C’est sans doute là qu’elle avait perdu son innocence se disait la Zélos chaque fois qu’elle évoquait ce souvenir. Elle eut un sourire triste et attendri…

Après l’incinération du père de l’ancienne grande Prêtresse, les officiers se retrouvèrent brièvement dans la tente du général. Le débat fut bref. Plus personne ne se sentait vraiment concerné par la guerre même si des questions d’honneur rendaient certains réticents à abandonner les alliés de Phelgra. Vanyar le premier qui avait mené les opérations avec sang-froid et détermination jusque-là, comprenait que tout était fini. Le général était mort, Rose avait succombé sur le champ de batailles quelque jours plus tôt et la dernière de ses filles étaient convalescente à Phelgra. Le clan Lanetae était décimé et plus rien ne justifiait que d’autres Sindarins meurent sur le sol de Cimméria.

La question avait été de prendre une décision sur ce qu’il y avait à faire. Les télépathe et oiseaux relais furent envoyés aux différents escadrons et bataillons pour leur demander de rompre les position et de se replier sur les camps de base.
Personne n,e comptait sur la clémence de la Viwien de Calendor. Il était donc impensable de retourner en tout cas dans l’immédiat à Canopée. Après avoir pesé le pour et le contre, il fut décidé que les survivants aux batailles se dirigent vers Noathis en petit groupes assez importants pour pouvoir résister à des escarmouches mais assez réduit pour passer le plus possible inaperçu aux patrouilles qui n’allaient pas manquer de ratisser le territoire à le recherche des rescapés de la défaite phelgrane. Il y a aurait les montagnes et les les plaines à traverser, mais en choisissant bien leur chemin, les Sindarins espéraient profiter d’un terrain à couvert dans lequel ils étaient toujours avantagés.

Igrim, pour sa part était assez dubitative sur les chances de réussite de ce projet, mais elle devait bien admettre qu’il n’y avait pas beaucoup d’autres alternative hormis se fondre dans les populations des différents territoires et de se perdre en tant que Sindarins à supposer qu’on les accueille quelque part.
Quelques heures plus tard les colonnes étaient prêtes à partir et plus rien n’indiquaient plus que le terrain avait été occupé par une armée.

Niniel avait bien proposé à la Zélos de se joindre à elle, mais même si elle lui avait sauvé la vie le regard de Vanyar sur elle n’était pas beaucoup plus amical et puis ce n’était pas son monde. Elle savait qu’elle regretterait l’archère, mais que la solitude lui allait beaucoup mieux. L’éclaireuse avait semblé comprendre et avait serré dans ses bras sa compagne de patrouille, effusions auxquelles Orchid n’était pas accoutumée. Elle sentit un peu gêné mais se sentit réconfortée par cette marque d’affection.

Elle regarda donc les Sindarins s’éloigner, assise sur un roc à l’entrée de la grotte qui avait bien failli voir son exécution. Elle attendit qu’elle ne puisse plus les distinguer avant de ramasser ses affaires et de penser à quitter le campement elle aussi.

C’est alors seulement qu’elle se demanda ce qu’elle allait faire des jours qui s’annonçaient. Elle-même était une renégate et ne pouvait songer à retourner vers les cités de Cimméria ou de ses alliés. Elle n’avait aucun contact dans l’autre camp qu’elle avait combattu de l’intérieur. Elle était seule. Elle avait pouffé intérieurement de l’ironie de la situation avant de hausser les épaules et de se mettre en route vers l’Est. Pourquoi l’Est ? Elle n’aurait su le dire. Elle y avait laissé le grand loup et comptait le retrouver et puis… Et puis rien.

Elle ramena la fourrure un peu plus haut jusque sous son nez. Au moins avait-elle eu l’impression d’avoir mené ce qu’elle s’était fixé à bien… Elle se souvint du jour  où ils étaient tombés sur cette tanière et avaient décidé de s’y installer. Leur connaissance de la nature leur permirent d’y vivre aisément, l’un veillant sur l’autre, disparaissant à l’approche de présence humaine et réintégrant leur abri une fois le possible danger passé. Cette pose lui avait permis de se reconstruire après les dernières semaines mentalement éprouvantes.

Mais ce soir quelque chose avait changé. Elle se souvint de son retour chez les humains parce qu’elle avait protégé la vie d’une inconnue. Cela avait été le prétexte, mais, solitaire dans l’âme elle avait tout de même besoin d’u semblant de société comme le loup a besoin de sa meute, elle faisait partie de ceux qui marchent debout, même s’ils ont une propension à s’entre tuer pour un oui ou un nom.

Elle essaya de faire le point sur ce qui avait changé en elle depuis ses derniers mois. Elle devait bien admettre que c’était assez confus, mais elle se sentait différente. Comme soulagée d’un poids, elle sentait une nouvelle force en elle qu’elle n’aurait pas su nommer. Le loup redressa la tête en entendant sa compagne de chasse rire. Il la regarda aussi interloqué qu’un loup puisse  être, incapable de comprendre que le visage d’un certain Sindarin désabusé avait traversé les pensées de la Zélos.

*Que dirais-tu Léogan Jézekaël en voyant ta tête de pioche dans cette situation ?*

La question se posa alors de savoir ce que ce dernier était devenu. Lui non plus ne devait pas avoir une place enviable. Traitre de deux côtés à la fois… Alors elle pensa à la duchesse écarlate. Elle avait assez de pouvoir à présent pour faire et défaire bien des destinées à commencer par le celle du Sindarin et elle imaginait que sa tête de Zélos sans valoir grand-chose, ne devait pas être en odeur de sainteté du côté du monastère ou d’Hellas. Se faire accepter par les loups semblait plus facile par les temps qui couraient que de retourner vers la civilisation ou alors vers des êtres étrangers aux tumultes de la politique. Mais en existait-il ? Il y avait bien les deux compères d’Arganath. Lupen était un militaire qui avait dû prendre plus que sa part dans cette guerre. Etait-il encore vivant d’ailleurs ? Brom Ode'Bahalmarche de son côté était un haut prêtre et un forgeron dont on devait s’arracher les talent en ces temps troublés. Il avait bien dû choisir son camp également malgré sa philosophie détachée des contingences des mortels.

Si elle voulait rejoindre la civilisation elle devrait le faire incognito. Ce qui plaidait pour sa réussite était qu’on prêtait rarement attention à une Zélos pour peu qu’elle ne cherche pas les histoires. Elle pouvait espérer qu’inactive durant tout ce temps on ait pu la croire morte et qu’elle puisse bénéficier, quelle ironie, du mépris qu’on accorde à ses congénère et qu’on n’ait pas mis sa tête à prix…
La dernière option était de cacher une Zélos parmi les Zélos. Un frisson de crainte devant l’évidence à laquelle elle n’avait jamais pensé. Retourner dans les montagnes au sud d’Umbriel ! C’était un peu se jeter dans le gueule du loup, mais elle ne voyait nulle part ailleurs où  se rendre ? Elle sentit son front se perler de sueur à l’évocation de ses années d’esclavage et d’emprisonnement. Son enfance avait été gommée de ses souvenirs et cette contrée ne signifiait que torture et souffrance. Elle se mit à songer qu’elle aurait peut-être mieux fait d’accepter la proposition de Niniel…

La nuit fut longue et sans sommeil, mais comme les cauchemars, elle laisse toujours place au jour et la lumières des deux soleils la raséréna. Elle ne savait qu’une chose c’est qu’elle allait partir. Il lui suffisait d’une direction. Elle tailla un bâtonnet et le fit tournoyer sur une pierre plate. Lorsqu’il s’arrêta, elle maudit son idée, mais elle n’allait pas se dédire à peine la décision prise !! Elle haussa les épaules pour se donner du courage et prendre de la distance avec ses démons. Après tout, elle n’était pas encore arrivée et il pouvait se passer tant de chose !

« En route pour les montagnes d’Umbriel ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fin annulée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle fenêtre de saisie de message annulée.
» Annulé!
» Konfizyon ant fe Koken e Irrégularités Pap Annulé Eleksyon Yo
» Procédure d’annulation et de dissolution
» Excursion dans les Limbes démoniaques : [Annulé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: La Communauté & ses échangesTitre :: Corbeille :: Les vieilles aventures-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !