Paradox



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Paradox

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe

MessageSujet: Paradox   Mer 15 Juin - 14:07


La première partie du voyage prend fin. Cette longue période de deux mois de marche, la moitié qu'il fit accompagner d'une jeune femme dont les mystères ne regardaient qu'elle. C'est la même chose pour l'albinos, qui n'était pas dupe.
Il ne sait ce qu'il lui prit lors de leur séparation. Pourait-elle le voir comme un ennemi qui connaît son secret si mal gardé et découvert par l'expérience de l'albinos et l'attitude de son familier envers lui.
Elle était tombée sur le mauvais numéro. Malgré ça, Duscisio n'avait en rien révéler cette information à qui que ce soit et sa manière de le dire laissait un peu de doutes sur ceux qui n'auraient éventuellement pas compris les manigances de son herboriste préféré.

Depuis le tunnel des mépris où il s'est séparé de la syliméa après qu'elle est récupérée son artefact, deux semaines s'étaient écoulées. De ça marche rapide se fit en silence dans les terres désolées d'Argyrei, une secrète transformation continuait peu à peu cacher dans son propre corps qui lui donna réflexion sur son avenir propre devenu incertain.
La vue de la pigmentation de son œil droit vers le jaune fut son premier signal. Comment pouvait en être t'il autrement ? Il avait souhaité cette osmose parfaite.

Le voilà faisant son retour au temple de Kron.
Jamais il n'oubliera ce qu'il s'est passé et ce qu'il s'est dit, il y a plus de deux années maintenant. Depuis ce jour il n'est plus le même, tellement de choses se sont produits. Le regard fixé droit devant lui, la marche sûre, la volonté autant dans ses pas que dans sa détermination pour le mener au bout de ce voyage. Toujours cet avertissement en tête de la part d'un prêtre à son égard.

Si vous vous abaissiez à revenir ici, vous aurez face à vous des prêtres plus féroce que les apparences ne le suggèrent.

Le temps pour cet homme de se rendre compte que Duscisio allait se présenter à lui, l'herboriste sera prêt à en découdre. Ce paysage verdâtre inspirant autant la mort que le temple lui-même n'était qu'à quelques mètres. Aucune arme n'était sorti, pourtant l'attention à son environnement était à son maximum. La pistilose elle-même était prête à pousser une quantité formidable de rameau et de ronces pour défendre son hôte, sentant la pression dans ses veines bouillonnante. Arrivant au bout de l'allée suspendue menant à l'entrée du temple, il l'appela, lui.

Gwiden !

Ne pouvant oublier son nom, il hurla pour qu'il se présente à lui, face à face. Afin de savoir s'il allait réellement envoyer ses prêtres qui devaient l'affronter.
Le croassement de son corbeau annonçait une mort prochaine, bien que la couleur blanche de son plumage n'avait en rien lien avec un destin funeste.
Sa main gauche sur le fourreau, il déposa son sac sur le bord de la route avant de revenir au milieu de la route. La main droite se balançant doucement vers le manche de son épée pour la présenter à ses assaillants.
Il le devait, il le doit, il le fera pour prouver qu'il était un homme de parole.
Alors il dégainera son épée et déploiera sa magie afin de répondre à un souhait de tranquillité qui lui permettra ainsi de laisser tomber les armes pour les remplacer par des mots.
Tel est la raison de sa venue.


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: The Boss ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: The Boss ::
Le Messager

MessageSujet: Re: Paradox   Dim 21 Aoû - 20:44

Lorsque l'on est un gorgoroth, il existe un avantage que l'on oublie aisément : le temps n'a plus d'emprise sur vous. Vous ne vieillissez plus, vous ne tombez jamais malade, et surtout, vous ne pouvez pas mourir facilement. Le sablier du temps s'écoule donc sans que vous ne vous en rendiez véritablement compte. Cependant, de ce train-train quotidien, la mémoire peut vous jouer des tours. Les choses se font de manière tellement machinale que l'on se demande si la tâche eut été faite hier ou à l'instant. Tout se mélange dans votre esprit. Était-ce le cas de Barthov Gwiden?

Son esprit était particulièrement insondable et difficile à lire. Ces pensées s'entremêlaient dans une logique torturée et de sentiments contradictoires. Si une personne télépathe tentait d'y trouver la moindre information, il avait plus de chance de devenir fou lui-même avant de mettre la main sur un secret potentiel. Pourtant, des éclairs de lucidité frappait le prêtre de temps à autre, et principalement lorsque cela touchait à sa fonction. En réalité, cela semblait lui plaire de passer pour un dément, mais il avait au fur et à mesure des années, peut-être un peu trop joué à ce jeu pour être capable de retrouver la limite de sa raison. En attendant, beaucoup avait trop souvent sous-estimé Gwiden...

Ce jour là, sa mémoire ne lui fit pas défaut. Il reconnut clairement la voix qui l'appelait, ce ton arrogant et provocateur de l'impie. Oh oui! Il se rappelait de ce jeune homme et des mots qui lui avaient promis. Il y avait combien de temps? Cela, il ne s'en rappelait pas mais il n'en avait cure. De ce nom crié, un petit échos naquit dans l'entrée du temple. Il en trembla même d'excitation quand cela lui parvint aux oreilles - car il se trouvait, comme la providence était bien faite, dans le hall. Sa journée s'était annoncée tellement monotone et ennuyeuse que cette venue non désirée le réjouissait honteusement. Il ferait pénitence plus tard auprès de Kron.

Il arriva donc impérieusement devant l'entrée, droit, avec son sourire carnassier. Son allure n'avait pas changé : la même chevelure violine, ce même regard mesquin, son teint pâle comme la mort, une tunique simple et noire de prêtre portant le symbole de son dieu.

"Oh! Mais que vois-je? Ne serait-ce pas Monsieur l'hérétique lui-même? Le profanateur de temple sacré? Je ne vois pas votre amie. Quel dommage. Je suppose qu'elle n'est pas encore prête à rejoindre nos rangs? Il faudra lui rappeler qu'elle doit à Kron dix année de son temps... ou de celui de son premier né. Car je ne l'ai pas oublié. "

Toujours souriant, ce dernier continua les provocations du haut des escaliers du temple.

"Il nous a fallu des mois, voir même presque une année entière pour restaurer les dégâts que vous avez causé. Nous en avons aussi profité pour arranger par-ci par là, mais ces travaux furent épuisants. Par contre, nous avons eu une recrudescence impressionnante de pratiquants depuis votre dernière visite. "

A l'instant où il finit ces mots, une rangée d'hommes et de femmes vêtues d'une robe de bure portant le signe de Kron s'avança. Tous avaient revêtu leur capuchon de telles façons à ce que l'on ne distinguait pas leur regard. A leur ceinture, il prônait une arme différente et ils étaient six. Trois de chaque côté de Gwiden.

"Je vous présente les paladins de Kron. Ils sont tous dévoués au temple et ont pour mission de le protéger du moindre affront. Celui avec l'épée nous doit cinq année de service et un habitué des arènes de Tyrhénium; celui avec l'arc un ancien soldat; celle avec la lance... je ne m'en souviens plus mais elle me doit encore trois années de service. Bientôt la fin ma chère! Oh! Celui au marteau est un ancien prisonnier d'Umbriel, et il doit sa vie entière à Kron. Mmmm... celle avec le fouet nous doit environ treize année de service, mais elle vient tout juste de commencer. Montrez-vous digne de la bénédiction de Kron ma chère! Quant aux derniers, il préfère se battre à main nue. Et lui, c'est un ancien prêtre qui fait pénitence. "

Une fois qu'il présenta tout le monde, Gwiden s'apprêta à abandonner tout le monde ici, mais il rajouta un tout petit mot avant de disparaître dans la sombre atmosphère du temple.

"Ah oui! Au cas où vous ne l'auriez pas compris, toutes ces personnes sont des pactisants, comme votre amie. Ils accomplissent ici leur tâche alors sachez que si vous veniez les tuer alors qu'ils ne sont pas arrivés au bout de leur contrat avec moi... vous les damnés tous. Mais je suppose que cela ne vous pose aucun problème de conscience, non? "




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe

MessageSujet: Re: Paradox   Lun 9 Oct - 14:23

La manière provocatrice qu'avait Gwiden pour présenter l'albinos, laissait ce dernier totalement de marbre.
Hérétique, profanateur, peu importe ce qu'il s'est passé ni comment il est appelé ici. Ce n'est pas la raison de son déplacement.
Parler d'Othello par contre lui décrocha un sourire rageur, les dents et le cœur serrés. Fermant les yeux quelque instant se marmonnant qu'il n'avait pas le droit de parler d'elle ainsi. Sa main gauche empoignait le manche de son épée plus fortement tout en la laissant dans son fourreau, la main droite ne pouvait empoigner le vide pour satisfaire sa rage. Il n'avait pas oublié non plus. Comment pouvait-il en être autrement ?
Mais, il n'était accompagné que de son corbeau blanc perché un peu plus loin. Ne pouvant rester silencieux malgré tout, l'albinos répliqua :

M'en voyez désolé, cher prêtre de Kron. La raison de ma venue n'est que personnelle.

Depuis qu'il avait quitté le temple cette fois là, il fut maudit par des cauchemars sans nom qui le torturait chaque jour jusqu'à qu'il y trouve une signification. L'esprit torturé, l'âme rongée, le corps endolories.
Il ne sait pas si c'est l'œuvre de Kron, mais tout en avait les traits pour l'herboriste et cela n'avait rien à voir avec la Pistilose qui s'était stabilisé il y a quelques mois maintenant.
Durant des mois, le temple avait eu affaire à des réparations, pendant des mois Duscisio dû affronter des visions que lui a donné ce temple...
Mais c'était une autre personne depuis ce jour, il avait grandement changé et ne portait aucun préjudice à ce qu'il le punisse, car l'herboriste l'avait mérité. Tel que Gwiden lui précisait, les dégâts causés dans le temple était de son fait. Autre le temps pour réparer ceux-ci prirent énormément de temps.
Le jeune homme ferma les yeux, joignant ses mains devant lui tel une prière il semblait vouloir se faire pardonner.

M'en voyez désolé encore une fois. J'assume entièrement la responsabilité, car j'étais naïf et ignorant. Faible et stupide. Impi et irrespectueux.

Son regard se leva alors vers Gwiden. Ses yeux, marqué par l'un d'eux d'un très faible jaune, demandait le pardon de ses affronts tout en montrant qu'il n'était pas la même personne que leur première rencontre. Quelque chose animais ses yeux comme faisant danser les flammes au fond de ses derniers.
Gwiden pouvait alors se demander s'il s'agissait bien de la même personne, mais alors qu'il ne tardait pas à présenter les prêtre qui l'accompagnait avant qu'il ne les présente.

Chacun des six pressentait ou non leur arme de prédilection, sans montrer leur visage. Même s'il s'agissait probablement de ses prochains adversaires, le rosier blanc ne semblait présenter d'importance à ses six-là que la menace potentielle à sa vie. Allait-il vraiment l'attaquer ? Apparemment oui. Gwiden précisa que ses pactisant et que leur ôter la vie les damnera tous.
À ses mots, le jeune homme empoigna son épée et la planta dans le sol, la garde au courbe tribale formant comme une sainte croix. Ce n'était pas le symbole même qu'il voulait montrer, mais son épée uniquement. Il devait porter un regard dessus avant de l'entendre.

Je ne suis pas ici pour affronter ni mettre à mort qui que ce soit. Mais si je viens à y être obligé je dégainerai mes épées pour défendre ma vie.

Il s'arrêta un instant, espérant avoir attiré son attention par ce geste et ses mots. Il fallait qu'il reste.

Gwiden. J'ai une question à vous poser : Quels sont les préceptes de Kron ?
Est-il là pour mettre à mort ou préfèretait-il s'en privé ? Aujourd'hui, pour sauver sa vie on doit la plupart du temps prendre celle de son agresseur. J'ai toujours préféré éviter d'en arriver là depuis ce jour. Certaines raisons m'ont poussé bien sûr à donner le coup de grâce. Pour ma propre vie.
Ne sachant si Kron serait ravis ou mécontent d'accueillir une personne auprès de lui. Ne sachant si... Non. En fait je suis toujours aussi ignorant de lui.


Il détourna le regard et grimaça d'un regret innommable, avant de se raviver vers le prêtre en quête de réponse.

Gwiden je vous en conjure ! Vous êtes l'un de ses représentants. Je veux comprendre ! Restez dans l'ignorance est insupportable. Je suis gardé par des visions dont je ne saurai interpréter seul. Je suis donc venu à vous. Vous avez peut-être les réponses que je cherche.
Torturé depuis des mois, voir des années. Je me suis trouvé une voie, mais un voile noire m'empêche d'avancer.


Un voile noir. C'est précisément ce qui l'entoura inconsciemment à ses mots prononcés. Une masse importante d'une poussière noire entoura alors l'albinos sous la forme d'un nuage en perpétuel mouvement. Chaques grains se déplaçaient comme une nuée de moucheron comme si la peste le rongeait. Le nuage grossissait petit à petit.


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Paradox   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paradox
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Paradoxe du Cygne d'Argent
» DC : FLASHPOINT
» Les jeux Paradox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Argyrei, le pays mauditTitre :: Lokram, les ruines incandescentesTitre :: Le Temple de Kron-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA, LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !