Lointaines amitiés [PV Alastor]

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 5
• Eclaris: 2
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 6
• Nérozias: 3
• Gélovigiens: 7
• Ascans: 2
• Marins de N.: 3
• Civils: 13

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Riguear Mois:Gexon
[Novembre/Décembre en temps réel]

Tableau d'honneur


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lointaines amitiés [PV Alastor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: Médecin Androgyne ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Médecin Androgyne ::
Calixte Telenna
MessageSujet: Lointaines amitiés [PV Alastor]   Dim 25 Déc - 21:18

Le silence était caractéristique de leur relation, voir peut-être même de leur peuple. Les sylphides, malgré leurs nombreux défauts, savaient apprécier le calme avec mesure et aimer chaque crépitement du bois, chaque souffle du vent, chaque pépiement d'oiseaux. De la même manière, les deux amis s'écoutaient et se parlaient ainsi : chaque sourire, chaque regard, chaque geste. Mais tout cela était aussi leur fardeau car leur mémoire était aussi grande que leur âge. Il devait, tout en appréciant, savoir mettre de la distance avec les choses éphémères ou même les émotions. A trop les aimer, le déchirement était d'autant plus grand quand tout venait à s'arrêter.

Calixte était pourtant une sylphide prompte à aimer, à s'abandonner à l'émerveillement comme si son existence était promise à être courte, tout comme les Terrans. Mais elle avouait tout aussi bien que c'était une des raisons pour lesquels elle leur vouait une certaine forme de fascination. Le fil de leur vie était si brève et pourtant, beaucoup d'entre eux n'en avait pas conscience. Ce n'était que lorsqu'il approchait de la fin qu'il s'apercevait que tout fut trop rapide. Bien évidemment, ce n'était pas le genre de sujet de conversation qu'elle aurait avec son camarade dont elle connaissait aisément l'aversion.

Ce fut donc au grès de leur conversation que leurs pas les menèrent bien rapidement devant l'entrée du Castel Astria, quartier qui mettait en marge les dirigeants de la société sylphide ainsi que leurs gardiens du reste de la communauté. Ce n'était pas quelque chose qu'appréciait la jeune femme, mais elle se pliait étonnamment aux règles. La question était à savoir pour combien de temps? Son esprit était bien trop sauvage pour rester derrière des barreaux dorés, et si elle acceptait à se soumettre ainsi, il était aisé de penser que, peut-être, d'autres desseins se cachaient là, dans un recoin de son esprit.
Elle fit alors comme Alastor et présenta son laisser-passer poliment, saluant avec élégance le brave gardien dont tout sourire était absent de son visage. Oh! Elle ne s'attendait pas à être reconnue, bien que, lorsqu'elle lui passa devant, un petit regard jeté en arrière lui fut tout de même adressé. Serait-elle donc... surveillée? Cela ne serait pas étonnant. Elle le comprendrait dans tous les cas et n'en attendait pas moins par ailleurs.

" Bien. Nous arrivons bientôt. J'espère que tu ne tiendras pas rigueur de l'état de mes appartements. Je t'avoue que mon invitation était spontanée et je n'ai guère trop rangé. "

Lorsque les deux compagnons arrivèrent devant l'immense porte blanche de chez Calixte et que cette dernière ouvrit en grand, une délicate odeur de fleur s'échappa, tout à fait identique au parfum de la jeune femme. On distingua également un petit tintement clair qui n'était autre que l'oiseau de la jeune femme, le gracile petit Tulli. La sylphide avait laissé sa porte-fenêtre grande ouverte afin de laisser son familier aller-et-venir comme bon lui semblait, mais aussi afin de laisser toute la lumière du ciel pénétrer dans la pièce. La lune brillait si fort qu'il était presque inutile d'allumer le moindre éclairage.... même si elle le fit par habitude.

" Prend place mon ami. Je vais nous chercher des verres et la fameuse bouteille. "

A ces mots, elle dégagea un siège de la pile d'ouvrages qui étaient empilés sur ce dernier. La plupart ne concernait que des études médicales diverses et de nombreuses feuilles de papiers dépassaient de certains. Des notes visiblement. Elle lui fit signe alors de s'assoir.

" Tu peux ainsi constater que je ne t'avais pas menti. Je passe mon temps à étudier. "

Sur la table, c'était plus des livres de lois et de stratégies politiques qui trônaient, prouvant ainsi qu'elle prenait son rôle de conseillère sérieusement. Néanmoins, elle trouvait cela.... barbant. Elle se forçait car elle savait que si elle voulait affronter ses confrères, elle devait fortifier son bagage afin d'être considérée plus sérieusement sur ses opinions. Il fallait jouer avec leur règle et elle ferait en sorte de les battre.

" Comme je sais que tu es un homme très occupé, sache que je ne te retiendrais pas une éternité. Tu as toujours été un homme de règle et de devoir. Il ne me viendrait pas à l'idée de te changer. "

A ces paroles, elle lui adressa un large sourire qui laissait planer le doute sur la véracité de ces propos. Faisait-elle preuve d'ironie? En tout cas, elle disparut quelques minutes, maugréant de temps à autre car elle ne trouvait pas ce quelle souhaitait. Ce fut un "Ha" de victoire et un tintement de cristal qui prouva qu'elle avait mis la main sur les biens convoitaient. Elle posa donc sur la table deux élégants verres à pied, de manufacture sylphide bien évidemment, et les remplit généreusement.

" Cela fait une éternité que je n'ai pas eu le loisir de trinquer avec une telle liqueur... ni même un ami. Espérerons que mes détracteurs ne l'auront pas empoisonnés? "

Des propos qu'elle prononça avec cynisme, mais son sourire prouva qu'elle n'était pas inquiète. Si elle devait tomber, ce ne serait certainement pas de cette manière. Les femmes comme elle, on aimait à les briser de bien d'autres façons et c'était peut-être ce qui l'effrayait le plus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Lame de Lune ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Lame de Lune ::
Alastor
MessageSujet: Re: Lointaines amitiés [PV Alastor]   Ven 13 Jan - 7:12

C’est alors que le duo franchit les portes séparant les quartiers résidentiel au Castel Astria une fois les formalités et procédure complété. Si le légionnaire semblait posséder aucun problème avec cela, sa compagne du moment tant qu’à elle semblait nullement apprécier le tout. La séparation, être l’oiseau en cage, tout cela ne fut jamais pour sa chère Calixte et Alastor en était bien conscient. Ils pouvaient être si proche, physiquement et spirituellement tout en étant monde appart, tel que soleil et lune. Ils étaient bien différents, mais se complétaient l’un l’autre. Séparés durant de nombreuses années, les voilà à nouveau réunis.
Poursuivant leur route après cette courte interruption, notre stoïque personnage n’ajouta rien qui aurait pu enrichir leur conversation, demeurant silencieux suivant sa brève échange avec le gardien. La tendance à demeurer silencieux, un trait typiquement Sylphide. Le silence lui permettait d’apprécier le calme, le moment. L’écho de leur pas résonnant dans la nuit, le crépitement lointain des petites créatures nocturnes. L’accompagnant, il eut presque eut le réflexe de prendre la route vers ses propres quartiers, mais fut rapidement remis sur le droit chemin par son amie. Tournant à droite et non à gauche, comme il en avait l’habitude, en peu de temps les voilà qu’ils approchaient les l’humble demeure de la rouquine.
-Bien. Nous arrivons bientôt. J'espère que tu ne tiendras pas rigueur de l'état de mes appartements. Je t'avoue que mon invitation était spontanée et je n'ai guère trop rangé, lui dit-elle. Alors qu’ils s’approchaient peu à peu.
Était-elle véritablement soucieuse de l’état de ses appartements ou était-ce possible qu’elle tentait tout simplement de rompre le silence qui s’était à nouveau installé entre les vieux amis? Détournant momentanément son regard vers Calixte avant de le reposer vers leur destination, le légionnaire offrit réplique aux sujets des inquiétudes de son amie.
-Nul besoin de te faire du soucis pour cela, je ne doute nullement que le tout fut mouvementé depuis ton arrivé… il s’agit après tout de ton premier jour depuis ton retour…
La voix d’Alastor était calme et posé, certes un peu froid, mais en soit surement rassurante aux oreilles de Calixte. Il ne s’exprimait certainement pas ici avec toute la tendresse et la chaleur que la plupart des mortels ont tendance à offrir dans ce genre de situation, lorsqu’ils tentent de faire en sorte qu’une personne se sente mieux. Non, cela n’est pas tout à fait son genre, mais pour elle… il sait faire un effort.
Maintenant sur le seuil des appartements de la conseillère, il attendit qu’elle ouvre sa porte, puis fit son entré en silence, refermant la porte derrière eux. Lançant un regard circulaire sur les lieux, il comprit un peu pourquoi cette dernière lui avait demandé de ne point tenir rigueur de l’état. Des piles d’ouvre à gauche, à droite, il dû faire attention où il marchait afin d’éviter de renverser quoi que ce soit. Se faufilant dans la pièce, il prit ensuite place suivant l’invitation.
Posant son regard sur les nombreux ouvrages, il prit alors entre ses mains quelques documents appartenant à Calixte, fouillant un peu afin d’en apprendre un peu plus à propos de ce qui semblait occuper une si grande partie de son temps.

- Tu peux ainsi constater que je ne t'avais pas menti. Je passe mon temps à étudier
- Ça se voit très bien… je suppose que tout cela est bien fascinant et te tiendra occupée durant de nombreuses nuit…

Déposant le manuscrit qu’il avait entre ses mains, il avait bien remarqué le nombre d’ouvre au contenu politique. Si le fait qu’elle avait accepté cette position était un peu surprenant, sa détermination à exécuter sa nouvelle fonction avec prouesse ne l’était pas. Elle commenta ensuite sur le fait qu’il était lui aussi un homme très occupé, un homme possédant une grande dévotion à son devoir. Se moquait-elle de lui ?
- Il ne me viendrait pas à l'idée de te changer. "
Le sourire et le ton emprunté par cette dernière laissa un doute dans l’esprit d’Alastor sur la sincérité de ses propos. Toutefois, il n’ajouta rien à cela… car offrir réplique aurait fait qu’embarquer dans son jeu. Observant celle-ci alors qu’elle lui vida un verre, rempli un peu trop généreusement, il prit un moment avant de répondre au nouveau propos de celle-ci.

- Cela fait une éternité que je n'ai pas eu le loisir de trinquer avec une telle liqueur... ni même un ami. Espérerons que mes détracteurs ne l'auront pas empoisonnés

-Un sourire et pourtant un ton cynique… cela est Calixte… dit-il en prenant la coupe entre.

Remuant le liquide dans la coupe afin d’activé son arôme, il ajouta à ses derniers mots :

-La dernière fois que j’ai bu, ce fut quelques jours avant ton voyage…

Cela faisait si longtemps… est-ce pour cela qu’elle souhaitait boire un verre avec lui ? En souvenir du bon vieux temps ? Ou bien était-ce parce qu’une partie d’elle se sentait seule en cette cité? Elle était pourtant entourée des siens… mais pour un oiseau telle que Calixte, il est difficile de comprendre tout ce qui peut se passer dans sa tête.



Ceci est un DC, afin de plus facilement communiquer avec moi via MP, dirigez vous vers mon compte principal Marduk Nargaroth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Médecin Androgyne ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Médecin Androgyne ::
Calixte Telenna
MessageSujet: Re: Lointaines amitiés [PV Alastor]   Ven 15 Déc - 0:17

La jeune femme s'assit en face de son compagnon, les jambes négligemment croisées, jouant avec la liqueur de son verre. Alors qu'elle venait de déclarer quelques mots sous le ton de l'ironie, son éternel sourire s'étira sur son visage opaline. Elle demeurerait visiblement toujours la même, et si elle avait dû changé, la métamorphose aurait dû avoir lieu il y a bien longtemps. Maintenant, les dés étaient jetés. Elle leva alors son verre pour trinquer et but une légère gorgée mais lorsqu' Alastor évoqua leur dernière coupe, une nuage triste passa devant son regard. Elle posa alors sa boisson et soupira, avant de porter ses yeux dorés vers son ami.

" C'était il y a si longtemps, n'est-ce pas? Et pourtant, nous voilà comme si le temps ne s'était pas écoulé. Finalement, nous retrouver ici à nouveau le rappelle que tu m'as manqué.... même si tu n'as jamais été l'ami le plus loquace. "

Calixte laissa échapper un petit éclat de rire, mais son regard trahissait que cette petite légèreté n'était là que pour dissimuler sa mélancolie. Puis elle reprit simplement une gorgée de sa liqueur avant d'y laisser son regard s'y perdre.

" Tu sais.... j'aurais pu aisément continuer à vivre à Hesperia. Je m'y plaisais beaucoup. Mais j'avais comme une mauvaise sensation qui me disait que je devais partir... ou plutôt rentrer. Mais je n'aurais jamais imaginé que l'on m'offre une place au grand conseil. Pas après tout ce qu'il s'était passé.... mais je suppose que mes confrères m'imaginent plus facile à contrôler dans ses murs. "

La doctoresse était une femme lucide, malgré sa vision optimiste des choses et sa désinvolture naturelle, elle avait conscience qu'elle n'était pas une sylphide véritablement appréciée. Après tout, elle faisait partie de ses rares personnes qui s'écartaient de tout ce qu'on leur enseignait... et pourtant, elle demeurait attachée à sa culture.

" Mais ne parlons pas de moi. Je n'ai pas grand chose à te raconter qui pourrait vraiment t'intéresser. Mes histoires ne sont faites que de terrans. Parle moi de la conseillère que tu sers? Je ne la connais que de vue je dois dire. Est-elle une personne intéressante? Je suppose que oui, mais je suis intriguée que tu es fait le choix de la servir. "

La sylphide aux cheveux rougeoyants se laissa à nouveau gagner par sa curiosité légendaire. Bien évidemment, elle ne cherchait pas spécialement à connaître tous les détails mais cette relation l'intriguait. Alastor vouait sa loyauté à son peuple et à sa protection, mais l'était-il aussi à cette femme? Et si les idées de Calixte étaient en contradiction avec cette dernière, que deviendrait-il de leur rapport? L'idée même de perdre une des seules personnes qu'elle aimait véritablement parmi les siens la chagrinait... pourtant elle savait que cela pourrait très bien les séparer. Cela était déjà arrivé une fois et ce fut douloureux, une seconde fois serait une torture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Lame de Lune ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Lame de Lune ::
Alastor
MessageSujet: Re: Lointaines amitiés [PV Alastor]   Sam 23 Déc - 5:58

Se retrouvant perdus dans les souvenir de jours lointain, le légionnaire pouvait presque revivre le passé. Les voilà, discutant dans la nuit autour d’un verre, comme il l’avait fait il y a de nombreuses lunes, et cela à quelques rare reprises. Alastor ne fut jamais du genre à s’abandonner facilement à l’ivresse et l’alcool, réservant cela que pour quelques occasions exceptionnelles tout en demeurant plus près de la sobriété que de l’ébriété.

Retrouvant le silence, il porta une attention particulière à chaque parole de Calixte. En ce monde, elle était l’être qui le comprenait le mieux, celle avec qui il était le plus ouvert. Certes, à observer leur interaction depuis leur réunion il serait difficile de le déduire, pourtant cela était vrai. Il savait qu’il y avait de nombreuses pensées qui hantait l’esprit de son amie, et que les paroles de celle-ci n’en révélaient que très peu. Il la connaissait, elle n’avait pas changé, du moins pas tant que ça. Plus il l’observait, plus il l’écoutait, plus il la retrouvait, l’oiseau libre. Sa voix, son rire, il réalisait de plus en plus à quel point elle lui avait manqué. Certes, il ne sut compter les jours depuis son départ, ayant perdu le fil depuis bien longtemps. Le temps et la distance avec le jour où elle quitta su rendre le tout plus… normal… mais cela ne fut pas plus facile.



Alors qu’il approchait la coupe à ses lèvres pour la première fois, il pouvait sentir les discrètes arômes de la liqueur. Puis ses lèvres et son palais firent connaissance avec la saveur de celle-ci, il pouvait savourer le tout en plusieurs étapes. Il ne s’agissait ici que d’une petite gorgée, mais cela était suffisant afin d’apprécier l’expérience, car après tout il ressentait nullement le besoin de boire le tout tel un vulgaire barbare.


Il écoutait son amie, son âme sœur, lui dire qu’elle aurait pu facilement demeurer à Hesperia, et il n’en doutait pas. Elle aurait pu y demeurer… et aller encore bien plus loin, car rien ne peut l’arrêter lorsqu’elle décide d’avancer. Lorsqu’elle fit mention de son doute concernant sa place à son retour, notre sombre protagoniste leva son regard vers elle et répliqua doucement :

-Tu auras toujours ta place…

Et cela même si le conseil pensait autrement. Bien entendu notre Sylphide savait que le conseil reconnaissait la place et l’importance de Calixte au cœur de leur peuple… ce qu’il souhaitait dire par cela c’est qu’elle aura toujours une place avec lui. Elle est la seule personne qui rend le devoir difficile… c’est pour cela que lorsqu’elle fit mention de dame Ari’El, Alastor pris un moment avant de répondre.

Comment exprimer clairement sa relation avec la conseillère ? Elle était bonne, c’était tout n’est-ce pas ? Cependant il connaissait que trop bien son amie, cela n’allait pas suffire à satisfaire la curiosité de cette dernière. Il devait donc bien choisir ses mots, s’il souhaitait éviter une chaine de question. Tenant sa coupe devant lui, c’est en utilisant son ton calme et froid habituellement qu’il répliqua.

-Tes histoires sont toujours apprécié Calixte… en ce qui concerne dame Ari’El… je suppose qu’elle est intéressante à sa façon… nous nous incrustons que très rarement dans la vie de l’un l’autre, mais elle semble parfois posséder certains points de vue qui, je dois l’avouer, me rappelle les tiens… elle semble posséder une certaine fascination avec les mortels… je ne possède aucun doute que tu y trouveras chez dame Ari’El un compère.

Il fit une pose, remuant la liqueur un peu dans la coupe une fois de plus, puis poursuivis sous le même ton.

-Tant qu’au choix de la servir, avec le rang de légionnaire vient les obligations… je suis au service du conseil… et c’est le conseil qui m’a assigné dame Ari’El…

Certes, c’est surement les similarités entre les deux dames qui avaient fait en sorte que le conseille avait choisi de jumeler la dame et le légionnaire. Bien entendu il évita d’entrer dans de trop nombreux détails, sachant qu’à chaque phrase l’esprit de Calixte allait être en train de créer de nombreuses questions. Ainsi, il évitait un peu de mentionner qu’il aurait eut probablement le choix de re-structurer avec ses confrères légionnaire qui est au service de qui en cas d’incompatibilité absolue, mais aussi difficile que les choses pouvaient être à l’occasion avec dame Ari’El… Alastor avait su y trouver un certain équilibre… surement dû à ses années de pratiques en compagnie de Calixte.




Ceci est un DC, afin de plus facilement communiquer avec moi via MP, dirigez vous vers mon compte principal Marduk Nargaroth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Médecin Androgyne ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Médecin Androgyne ::
Calixte Telenna
MessageSujet: Re: Lointaines amitiés [PV Alastor]   Dim 24 Déc - 21:06

La sylphide jouait toujours avec sa liqueur, écoutant avec attention le moindre mot de son ami. Tous deux se complétaient. Il était une moitié de l'un et de l'autre. Elle était le chaud, il était le froid. Là où elle était légère, lui pouvait se montrer dur. Il la rappelait à la raison, elle à la déraison. Comme à son habitude, Alastor trouvait les mots pour la rassurer et pour lui rappeler qu'elle n'était pas seule.

" Tu crois? Pourtant pourquoi ai-je l'impression de ne pas l'être totalement? A cette place? Notre civilisation a ce culte du secret qui m'insupporte. Pourquoi ne peux-t-on pas simplement dire les choses? "

Calixte lui sourit de toutes ses dents blanches, avec un brin de malice, malgré une certaine tristesse dans son regard.

" Un peu comme toi Alastor. Tu as toujours été honnête avec moi. Que l'on soit d'accord ou non, tu m'as toujours dit les choses les plus directement possible même si parfois, je préfèrerais que tu sois un peu plus bavard. En attendant, je parle pour nous deux, non? "

La jeune femme prononça ses mots sur le ton de la légèreté. Toutefois, elle se montra rapidement plus attentive lorsque son congénère s'étala un peu plus sur la conseillère qu'il protégeait. Alors, elle avait des idées proches des siennes? Voilà qui était plus qu'intéressant si elle était capable de trouver une alliée au sein même du conseil. Il fallait dire que son ouverture d'esprit n'était pas bien vue, et si il existait ne serait-ce qu'un sylphide capable de voir les choses comme elle... c'était une providence.

" Si tu apprécies cette femme, je suis sure que je l'apprécierais aussi. Il est rare de t'entendre dire que tu trouves quelqu'un d'intéressant. Je ferais en sorte de la rencontrer sous peu. "

Sur ces mots, Calixte prit son verre et le vida d'une traite, non pas sans faire une petite grimace. Une large esquisse sur son pale visage, et elle repoussa vivement sa chaise en arrière. Elle semblait plus déterminée que jamais. Mais en cet instant, alors que le rouge lui montait aux joues, elle se leva pour se tenir près de la fenêtre ouverte. Là, elle respirait une bonne bouffée d'air frais et la lune lui offrit le meilleur éclairage du monde. Son regard étincelait et ses cheveux semblaient plus flamboyants encore, comme si la liqueur avait rallumé une flamme éteinte.

" Alastor. Je suis ici pour faire changer les choses. Je ne sais pas encore comment, ni par où commencer mais... je compte bien m'accrocher comme une mauvaise herbe. J'ai fui autrefois parce que j'étais déçue. Je ne reculerais pas. Mais toi? Je sais que mes choix et mes batailles te décevront...et nous opposerons. Toutefois... je ne souhaite pas te perdre. Tu m'es précieux Alastor. "

Elle posa son regard sur son ami avec une tendresse infinie. Comment avait-elle réussi à ne pas rentrer avant?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Lame de Lune ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Lame de Lune ::
Alastor
MessageSujet: Re: Lointaines amitiés [PV Alastor]   Jeu 4 Jan - 2:51

Ils étaient assis, comme durant le bon vieux temps. Assis à tranquillement discuter de tout ce qui pouvait passer à travers l’esprit de Calixte et tout à ce qu’Alastor souhaitait répondre. Le légionnaire n’avait jamais été du genre à parler en premier, préférant nettement le silence. Toutefois, avec Calixte il lui arrivait de parler un peu, un peu plus qu’à son habitude. Certes les autres membres de la cité avaient en partie eut l’occasion d’échanger quelques paroles avec ce dernier, surtout dame Ari’El depuis son assignation, mais très peu pouvait prétendre avoir eut une réelle discussion avec ce dernier. La rouquine se trouvant devant notre sombre protagoniste était la seule capable d’un tel miracle, et autant il pouvait renier le tout, parler avec Calixte lui faisait du bien.

Pourtant, il fut un temps où il trouvait facilement les mots, ou du moins un temps où les mots trouvaient facilement le chemin jusqu’à ses lèvres, mais ceci date d’une ère lointaine. Les choses ont changé depuis, Calixte le savait et semblait respecter le tout. Toutefois, est-ce que les choses avaient suffisamment changé pour Calixte ? Cela Alastor en doutait un peu, ou du moins il savait par le ton pris par son amie qu’elle en doutait. Elle avait de la difficulté à trouver sa place, même avec les années, son cœur semblait vouloir battre sur un autre rythme.

Notre sombre protagoniste sirotait doucement la liqueur, écoutant celle-ci s’exprimer librement en toute confidence. Les deux êtres savaient que tout ce qui allait être dit entre ces murs n’allaient pas sortir. Dans le cas présent, comme toujours, c’était principalement ce qui frôlaient les lèvres de Calixte ne quitterait par les oreilles d’Alastor. Bien entendu, il savait que tout ce qu’il lui dirait, bien que ce soit toujours si peu, resterait avec elle. Alors qu’elle commenta sur leur tendance à avoir une conversation d’un seul côté, Alastor répliqua doucement.

-Pourtant, il n’y a qu’avec toi que je suis bavard Ghrian...

Avec si peu de mots, cela devait être un peu difficile à croire. Toutefois, aux yeux du légionnaire ce n’est pas le nombre de mots qui importait le plus, mais le poids de chacun et d’où ils provenaient. Généralement il parlait en utilisant son esprit, sa tête, mais avec Calixte le tout provenait habituellement un peu plus du cœur. Mais les mots du cœur n’avaient pas toujours leur place dans leur conversation non plus, surtout lorsque le sujet devait dame Ari’El. Il avait partagé très peu son opinion de la conseillère, sauf avec la dame en question et cela était toujours un peu plus sur un point professionnel.

Toutefois, la discussion suivit le vent des idées de Calixte, les buts qu’elle c’était fixé avec son retour. Il devait avouer ne pas être bien surpris par le tout, ni même par le fait qu’elle but d’un seul coup la liqueur.

-Je n’ai aucun doute que certaines de tes décisions iront à l’opposition de mon opinion… nous avons longtemps été à l’opposé… Il fit une pause avant de se lever de son siège, puis il poursuivit sur le même ton sobre. Que tu ne mène aucune bataille m’aurait étonné… voir probablement un peu déçus, car cela signifierait que la Calixte que j’ai connu n’existe plus.

Il s’approcha d’elle, observant les traits de son visage sous la lumière rayonnante de la nuit, puis poursuivis… étant une fois de plus bavard.

-Je te l’ai déjà dit… nos vieilles âmes ne peuvent pas se perdre, elles sont liées depuis avant même notre naissance…

Les deux âmes avaient toujours été comme les deux cotés d’une même pièce, autant ils étaient différents, autant ils étaient pareils. Tout deux étaient têtus à leur façon, bien qu’ils étaient aussi différents que la lune et le soleil, ils ne pouvaient nullement nié le fait qu’ils appartenaient tout les deux au même ciel.
Ghrian quoi?:
 





Ceci est un DC, afin de plus facilement communiquer avec moi via MP, dirigez vous vers mon compte principal Marduk Nargaroth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Médecin Androgyne ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Médecin Androgyne ::
Calixte Telenna
MessageSujet: Re: Lointaines amitiés [PV Alastor]   Mar 13 Fév - 18:11

Alastor lui avouait qu'il n'était bavard qu'avec elle, et pour une raison qui l'étonna sans doute elle-même, cela la rendait heureuse. L'homme si droit qu'il était acceptait de se laisser un peu aller à la confidence lorsqu'elle se tenait à ses côtés. Cette exception à toutes les règles d'un sylphide de sa trempe ne faisait que le rendre plus précieux, tout comme les moments qu'ils échangeaient. Cela accordait aussi bien plus de valeur à toutes leurs conversations, et la voix d'Alastor résonnait ainsi en son cœur avec une chaleur qui ne transparaissait pas lorsque l'on posait son regard sur lui.

Calixte conserva son éternel sourire, et le suivit de regard quand ce dernier s'avança vers elle. Elle buvait alors ses paroles avec attention car elle le savait avare de mots, mais pas cette nuit. Elle en profitait car elle savait qu'elle ne pourrait jouir de sa présence autant qu'elle le voudrait. Leurs obligations respectives allaient sans doute les séparer pour une durée qu'elle ne pourrait déterminer. Même si ce temps n'était l'équivalent que de quelques secondes pour leur existence éthérée, maintenant qu'ils s'étaient retrouvés, cela lui semblerait bien plus pénible. Tel était le poids à porter lorsque l'on se rendait compte de la valeur de ce que l'on avait perdu.

" Ghrian... cela faisait si longtemps que personne ne m'avait appelé ainsi... tel un vieux songe qui se rappelle à soit. N'est-ce pas Gealaich? "

Calixte porta son regard vers son ami et persista dans son sourire. Ce fut alors qu'elle se permit de se blottir contre lui, posant sa tête sur sa poitrine, portant ses yeux vers la nuit qui les éclairait. Les sylphides avaient beau avoir des corps artificiels, mais on ressentait tout de même l'énergie de l'âme qui l'habitait.

" Je suis heureuse de tes paroles. Elles me rassurent... comme tu as toujours su le faire. Tu as toujours eu ce pouvoir sur moi... de me transmettre ta force tranquille. Je me rend compte o combien cela m'avait manqué. "

La jeune conseillère laissa s'échapper un soupir un peu las car elle savait que cet instant de paix serait bref, trop bref. Il lui fallait en apprécier chaque moment autant qu'elle le pouvait. Ce fut non pas sans nostalgie qu'elle laissa encore ses pensées vagabondaient, profitant de la présence d'Alastor.

" Les cieux étoilés ont toujours été nos témoins les plus privilégiés. Ils nous ont toujours éclairés avec douceur et conservaient le secret sur nos échanges. Je me rappelle qu'à plusieurs reprises, j'avais eu le désir que la nuit n'avance pas, qu'elle nous laissait, nous ses enfants éternels, profiter encore un peu de l'instant. "

La sylphide leva la tête, quittant alors le torse reposant de son compagnon. Son doux regard se plongea dans celui d'Alastor.

" Je vis cet instant en ayant ce désir Gealaich. La vie éphémère des terrans m'a appris à profiter plus intensément de chaque seconde... même si je sais que nos vieilles âmes sont liées, malgré nos longues vies, nous n'avons pas assez profité de l'un de l'autre à mon goût. Mais je suis sans doute trop passionnée, n'est-ce pas? Comme avec tout ce qui m'importe. Cela finira sans doute par me perdre. "

Un sourire plus timide et un peu morne s'afficha sur le visage opalescent de la jeune femme.

" Voilà que je m'égare encore. Et quelle égoïste je fais à te retenir. Je te parle de mon vague à l'âme alors que tu as sans doute tes propres préoccupations. "



Gealaich?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Lame de Lune ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Lame de Lune ::
Alastor
MessageSujet: Re: Lointaines amitiés [PV Alastor]   Mar 6 Mar - 4:34

La lune avait déjà passée depuis un bon moment son zénith, clairement visible à partir des quartiers de la noble Calixte. Pourtant, malgré cette heure avancée, malgré le fait qu’il serait habituellement en train de se reposer dans sa propre demeure, le légionnaire avait choisi de prolonger les retrouvailles avec sa plus importante amie. Durant un bref moment il était possible de croire que ce ténébreux personnage s’abandonnait aux émotions, cet être qui avait l’habitude d’être si stoïque. Certes aux yeux des simples mortels Alastor pouvait sembler toujours aussi froid, toujours aussi distant qu’à son habitude, mais il fallait aussi ici comprendre que ce dernier ne possédait nulle affection pour les mortels. La même chose ne pouvait point être dite concernant sa relation avec Calixte.

Il avait fait ses aveux, s’étant dit que bavard avec cette dernière et cela était absolument vrai. Dame Ari’El serait surement surprise de voir à quel point son fidèle garde du corps pouvait être causant en compagnie de Calixte. Toutefois il ne fallait point ici oublier que tout cela était en confidence. Cette démonstration privée d’affection n’avait rien à voir avec la timidité du noble Sylphide. Si cet être pouvait sembler être réservé ce n’était aucunement dû au fait qu’il était timide, mais plutôt dû à sa façon d’être. Il était Sylphide, et cela de l’une des plus ancienne et haute branche de la société. Certes aux yeux d’un étranger à la cité il n’était rien de plus qu’un soldat avec un titre, mais au sein de la société Sylphide être membre de la légion blanche était d’une certaine façon tout aussi importante qu’être membre du conseil. Il se devait d’être respectueux envers la tradition et d’être un modèle d’éthique Sylphide.

Pourtant, ce soir il brisait presque le moule. Certes, en comparaison à Calixte, qui elle avait toujours su être plus vive que le feu, Alastor était de glace. Pourtant alors qu’ils se tenaient tout les deux, seuls sous les rayons de la lune, seuls dans les quartiers privés de Calixte, les deux êtres partageaient un grand moment d’intimité. Ils s’ouvraient à l’un et à l’autre, et ici pas en tant que conseillères et légionnaire, mais plutôt en tant qu’âmes compatibles.

Il avait utilisé un vieux nom qu’il aurait cru jamais être en mesure de prononcer à nouveau, ou du moins dans un tel contexte. Et puis, il entendu un nom secret que seule elle avait le droit de prononcer, Gealaich. Calixte était la seule personne utilisant un sobriquet avec le légionnaire, et elle était la seule avec qui il en utilisait un. Avec tout autre personne il utilisait leur nom, ou leur titre social, mais pour elle il avait fait l’exception. Cela datait de loin… Bien loin

L’écoutant parler, murmurer les douces paroles, Alastor retourna à son silence habituel. Cependant, le silence ne signifiait aucunement la fin de la communication, puisqu’avec elle celui-ci n’avait pas nécessairement besoin de mots afin de s’exprimer… bien qu’elle appréciât toujours lorsqu’il osait prendre la parole. Elle ne se gênait point pour lui faire savoir! Toutefois, Alastor préférait peser ses mots au lieu d’en dire trop à en perdre leur sens.

Alors qu’elle se blottissait contre lui, peu habitué à une telle forme d’affection il ne sut point comment réagir. Le centre logique de son esprit avait un peu de difficulté à savoir comment procéder dans une telle situation, qui pourtant n’était pas si étrangère. Une telle situation était tout simplement ancienne… et exceptionnelle. Un tel geste démontrait à quel point ils étaient différents. Elle un emblème de beauté et de grâce, telle la douce caresse du premier jour de la douce. Lui le symbole de la rigueur et discipline, froid telle un jour de Firion. Bien que lorsqu’il posât son regard sur Calixte, et que celui-ci c’étendait au-delà de l’enveloppe charnelle, derrière le regard et au plus profond de son âme, il pouvait voir sans aucune difficulté cette même essence rayonnante à l’extérieur. Peut-être s’agissait-il du moment… des nombreuses années à part… ou de la liqueur, mais il pouvait le voir alors que leur regard se croisaient. Il se laissa cependant tirer hors du moment par les dernières paroles de celle-ci.

-Chan eil a 'ghealach a' nochdadh cho làidir ris a 'ghrèin*. Sans ta passion tu ne serais pas celle que tu es… Il est possible d’autant perdre en suivant la passion que la logique, qui a raison n’est qu’une question de point de vue…

Voilà qu’il répétait des anciennes paroles, mais cette fois-ci les rôles était inversés. Alors qu’il aurait pu suivre la passion il y a de cela bien longtemps, il avait suivi la logique et était demeuré au cœur de la cité, cette même phrase avait été dite il y a de cela longtemps… ces mêmes phrases avaient su caresser les lèvres de Calixte. Elle qui semblait être si sûr au sujet de la passion semblait mettre tout cela en doute… tout comme il avait déjà mis la logique en doute. Était-ce possible que passion et logique étaient complémentaire?

-Carson a bhiodh eagal aig a 'ghrian? **

Traductions:
 



Ceci est un DC, afin de plus facilement communiquer avec moi via MP, dirigez vous vers mon compte principal Marduk Nargaroth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Lointaines amitiés [PV Alastor]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lointaines amitiés [PV Alastor]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» L'amitié d'Herbert Pagani.
» ce merveilleux mot Amitié
» Amitié animale
» Sam et Frodo ou une amitié malsaine ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Cebrenia, le pays des Grandes CitésTitre :: Cimmerium, la Cité célesteTitre :: • Castel Astria-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !