[Terminer] Deux âmes en une

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 3
• Eclaris: 1
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 5
• Nérozias: 3
• Gélovigiens: 6
• Ascans: 2
• Marins de N.: 2
• Civils: 10

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Riguear Mois:Gexon
[Novembre/Décembre en temps réel]

Tableau d'honneur


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Terminer] Deux âmes en une

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe
MessageSujet: [Terminer] Deux âmes en une   Mer 25 Oct - 14:25

Plusieurs heures d'aventure dans des tunnels méprisants, un artefact pour la gante dame, la perte soudaine du troisième homme et une affaire en suspend.
Le jeune homme fatigué suggéra de retourner à l'auberge afin de quitter le lieu mal famé dans lequel ils étaient encore présents et afin de se reposer et digérer les nouvelles qui attristaient autant qu'elles stressaient.
Dans toute sa lucidité, Duscisio avait révélé un visage que sa compagne de voyage n'avait encore jamais constaté. Une personne qui, curieux de tout, chercha à trouver une réponse tout soudainement. Ça n'a aucunement été totalement à son avantage, car la coïncidence de ses mots avaient de quoi suscité des soupçons au fait qu'elle avait également découvert quelques choses de particulier chez l'herboriste. Un secret qui fut en partie découvert dans le tunnel des mépris quand le rosier blanc prit la vie de deux bandits d'une étrange manière.
Elië étant une femme intelligente, elle ne pouvait croire que quelque chose d'aussi fin que les blessures des cadavres pouvaient être lié à une lame d'une quelconque taille.
Trop fin pour être une rapière, trop épais pour être une épingle. Ne possédant ni l'un ni l'autre les mots utilisés sur les roses étaient prononcés d'un hasard ou d'une façon précise qu'il ne saurait dire s'il était dans le vrai.
Une autre question se posait maintenant alors qu'il se dirigeait vers auberge : quelle confiance pouvait-on lui accordée ? Il ne savait d'elle que son métier et avait porté les questions fâcheuses qui l'obligeaient à se mettre en garde discrètement vis-à-vis de l'herboriste.

Il avait passé un mois entier avec elle pour aller d'Hesperia à Rudolbar, ville n'étant que pour lui une escale à son voyage premier dont il avait fait mention. Ce voyage qui allait l'obliger à la laisser dans cette ville pour qu'elle retourne seule chez elle. Allait-elle réussir ? Allait-elle se débrouiller ? Ne doutant aucunement sur ces facultés à user de ses moyens pour arriver à ses fins, Duscisio ne semblait pas trop préoccuper par ce point-là.
À vrai dire, il ne sait pas comment elle allait surtout prendre le fait que c'est la dernière fois qu'ils se voyaient. La première étant qu'il y avait de grande chose que la fin du voyage allez, lui allait être fatale.
Cette pensée ne l'avait pas quitté depuis sa discussion avec Othello avant qu'il ne la quitte après lui avait fait par de ses craintes. Mais étant résolu à faire ce voyage qui se jouait comme une partie de carte, il devait continuer.
C'était quitte ou double. La fin de sa vie ou un futur extraordinaire.

Privé de guide, ils mirent une bonne heure à quitter cet endroit et rejoindre la même auberge qu'en début de journée. Quel que soit l'heure, le temps était au repos. Peu importe sa nature ou l'heure qu'il était, une fois la porte de l'établissement ouverte le rosier blanc fut le premier a parlé après avoir retiré sa capuche :

Une chambre pour moi et...

Attendant quelques instants qu'Elië fasse demande d'une chambre, le jeune homme sorti une bourse pour payer le propriétaire de la somme nécessaire avant de recevoir les clés et montrer à l'étage d'un pas lent jusqu'à la porte de la dite chambre qui par un heureux hasard se trouvait être la même que la première nuit. Qui sait si la courtisane avait la chambre voisine. Dans un premier temps, il ouvrit la porte pour redécouvrir la pièce dans laquelle il entra, posa son sac proche du lit avant de s'affaler dessus comme un phoque. S'étant séparé de lui avant d'entrer dans l'établissement, il se rendit compte que son oiseau tapait le bec contre la fenêtre pour pouvoir entrer.
Dans un léger grognement, il se releva péniblement pour se diriger vers elle et ouvrir pour son familier qui vint se poser directement sur un meuble.
Il se mit à réfléchir encore une fois en prenant une place assise sur le matelas, tomba sur le dos, les bras en croix sainte et observa le plafond de bois.

Quelle confiance je peux lui accorder, fit-il à son oiseau qui ne répondit que par un croassement.

Sachant pertinemment que celui-ci ne pouvait répondre sur les sujets complexe, il n'espérait pas avoir d'interaction sur ce point-là. Sachant aussi que sa réponse serait négative à cause de son comportement quand elle approche. Qu'est-ce qui provoquait cette attitude ? Et puis il y avait aussi ses yeux qui lui avaient semblés changer de couleur. Aurait-il rêver ? N'était-il pas bien réveiller ? Il n'en savait rien. Le fait qu'elle réponde par le fait de sa couleur émeraude naturelle ne pouvait échapper aux hommes.

Je me demande si savoir tout cela aujourd'hui me serait utile... Après tout, il y a de grande chose que j'y laisse la vie à la fin de ce voyage... commença-t-il en regardant l'alliance dont la jumelle se trouvait au doigt de l'ondine à des centaines de kilomètres de là. Elle sera la première au courant... Je te prie de me pardonner, mais je n'ai que peu d'espoir.


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit



Dernière édition par Duscisio Balibe le Mar 13 Fév - 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Eros et Thanatos ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Eros et Thanatos ::
Elië Valanatëel
MessageSujet: Re: [Terminer] Deux âmes en une   Jeu 26 Oct - 23:35

Contrairement à son habitude, elle avait gardé le silence depuis la fin de la conversation dans laquelle les deux survivants avaient évoqué leurs hypothétiques secrets. La perte du baroudeur devait l’avoir marquée plus qu’elle ne l’aurait supposé quelques heures auparavant. De même, elle avait un instant ressassé ce que pouvait bien lui vouloir le jeune albinos pour insister autant sur un mystère qui ne le concernait après tout en aucune manière. Quelle sorte d’importance pouvait bien avoir pour l’apothicaire la couleur de ses yeux et son affinité pour les animaux? Mais les choses en étant resté à un stade acceptable pour les deux partis qui auraient peut-être d’autres occasions de se pencher sur les mystère de l’autre. De son côté, malgré sa curiosité, elle était bien disposée à ne pas poursuivre ses investigations sur l’herboriste si de son côté celui-ci se contentait de ce qu’il savait d’elle.

La notion de confiance était totalement absente de ses pensées. Pour plusieurs raisons. D’une part, elle n’avait rien demandé à son compagnon. C’est lui qui s’était proposé à l’accompagner. Elle n’avait attendu de lui qu’une certaine loyauté, de cette loyauté qui permet de ne pas se retourner à chaque instant de peur qu’une dague vienne se planter en ses omoplates.Et surtout, il n’était pas qestion pour elle de dévoiler une once du mystère qu’il lui avait semblé entrevoir. De toute façon, de quel mystère parlait-on? Elle était Sindarine et avait les yeux verts et rien d’autre n'était plus vrai. Quiconque exprimait des doutes là-dessus s’exposait à passer de vie à trépas dans un avenir plus proche que lointain, même si elle faisait parfois stratégiquement le choix de différer l’exécution de la sentence. Elle ne pensait pas non plus s’attacher dans l’immédiat aux pas de l’albinos aussi, qu’il lui révèle son secret ou non ne la préoccupait en aucune manière. S’il lui prenait de lui en parler, elle ne savait même pas comment elle réagirait. La réponse la plus probable étant qu’elle continuerait son petit bonhomme de chemin comme si de rien. Elle ne se sentit pas l’âme d’une maîtresse chanteur ni d’une délatrice. Ce serait ni plus ni moins qu’une information de plus qu’elle mettrait avec celles qui peuvent ou pas lui permettre de survivre.

En tout cas, Duscision Balibe n’était pas un simple herboriste. La manière dont il avait réussi à mettre hors d’état de nuire les deux spadassins dans les tunnels ne pouvait révéler que deux choses. Soit il n’était pas ce qu’il prétendait être, mais ses compétences en matière de concoctions n’étaient plus à prouver, soit il maniait armes auxquelles son état ne le prédisposait pas à utiliser, soit encore un mystère plus opaque l’entourait. En d’autres temps elle aurait bien mené sa petite enquête, mais son désir de ne pas voir l’albinos en faire autant de son côté, lui imposa une retenue prudente. Elle avait éliminé une des options. Accoutumée à observer ses adversaires, elle pensait être capable de deviner la possession de petites lame, d’aiguilles dissimulées dans coutures et les jointures. Dans la cas présent, elle ne soupçonnait rien de tel chez son compagnon. Elle n’avait pas non plus envie de se concentrer sur ces pensées car elle se sentait capable de faire fi de sa résolution de ne pas chercher la solution à ce mystère.

Mais ce qui lui occupa très vite l’esprit est de façon intense, fut bien la possession de l'artefact pour lequel elle s’étit engagée dans cette aventure. Elle commençait petit à petit à réaliser qu’elle avait réussi et était entrée en sa possession et avait de plus en plus de mal à contenir sa joie et son excitation. Il lui tardait de pouvoir faire l’expérience de son pouvoir et d’explorer toutes ses capacités. On comprend donc bien que ce nouveaux désir finisse de la convaincre de ne pas se poser plus de questions que nécessaire à l’encontre de l’albinos. Le silence qu’elle garda sur le trajet qui les ramena à l’auberge lui permit de ne rien laisser paraître.

Pour être honnête ce n’était pas de gaité de coeur qu’elle s’était rendue aux arguments de son compagnon, mais elle ne se voyait pas prendre la tangente comme pour donner raison à Duscisio Balibe de ses soupçons. En essayant de voir le bon côté des choses, elle se dit que passer une nuit à l’abri avant de reprendre la route et de pouvoir s’éloigner de cette ville si mal famée était une option somme toute raisonnable.

Au comptoir de l’auberge, elle n’eut besoin que d’un signe de tête pour faire comprendre au tenancier qu’elle désirait la même chose que son compagnon et monta derrière ce dernier avant de s’enfermer dans sa propre chambre, située de l’autre côté du couloir par rapport à celle de l’herboriste. Son premier devoir fut de s’assurer de ne pas être espionnée et que rien ne pouvait encourager autrui à s’intéresser à elle et à ses activités. Volets fermés et rideau tirés, elle posa son sac sur la petite table qui tenait lieu de coiffeuse sous un chiche miroir. Elle en ressortit le bracelet qu’elle admira quelques instant avant de le déposer à côté du sac et de se dévêtir. Si elle avait bien compris les pouvoirs du bijou, il était capable de la vêtir de pied en cap dans la mesure du raisonnable. Ce dernier intimant l’ordre à sa propriétaire d’éviter les pièces d’armure qui avaient pour effet de réduire la surface couverte. Elle avait hâte de vérifier différents points en particulier la limite de la réalité ou de l’illusion dans le fonctionnement de l’objet.

Il ne lui fallut que quelques instant pour se débarrasser de ses vêtements et que le miroir ne reflète ses courbes que son imagination et sa fréquentation du regard des autres avaient rendues parfaites. Elle passa le bracelet à son poignet gauche, se demandant comment elle allait en activer les pouvoirs. Elle décida de commencer par quelque chose de facile et les choses se passèrent à l’avenant. Il lui suffit d’imaginer une longue tunique blanche pour qu’une étrange onde d’étoffe parte du bijou et recouvre son corps en s’y ajustant en même temps que la pièce vêtement prenait le style qu’elle souhaitait. Devant ce premier succès, elle sourit triomphante devant la glace et décida de tenter quelque chose de plus compliqué. La toile de coton confortable ne soi se mua doucement en un voile de soie qui tomba sur ses reliefs jusqu’à ses pieds tandis qu’une fine ceinture dorée ceignait sa taille fine. Les choses se compliquèrent lorsqu’elle se mit en tête de mélanger les matières. Sans doute sa concentration et ses connaissances en matière de couture n’étaient pas aussi approfondies qu’elle ne le pensait. Elle saisit alors son pourpoint pour l’observer et commander en même temps à l'artefact de délimiter les zones de matières et les coutures. Petit à petit, les choses devinrent plus faciles et plus rapides. Certes, elle aurait encore besoin de pratiquer, mais elle ne désespérait pas d’atteindre les talents d’une couturière de cour.

Satisfaite, mais un peu lasse, elle se laissa choir sur le lit de la chambre et pensa aux horizons de coquetterie et de tromperie qui s’ouvraient devant elle. Elle n’avait jamais assez en bourse pour s’offrir les tenues dont elle rêvait et ce bracelet était une aubaine. D’un autre côté imaginer une assassin pouvant changer à volonté d’apparence physique en même temps que de tenue pouvait faire frémir toutes ses cibles potentielles.

Dans un nouvel élan elle eut envie de faire une démonstration à l’herboriste et se redressa d’un bond. Puis se ravisant elle libéra l’objet de ses fonctions et renfila sa tenue d’aventurière. Elle ouvrit doucement la porte de sa chambre pour se rendre compte de ce qui se passait dans le couloir et remarqua la porte ouverte de l’autre côté.

Le silence régnait à l’exception d’un bruit de conversation ou plutôt de monologue. Elle traversa l’espace qui la séparait du mur du couloir opposé et tendit l’oreille. Elle était d’une indiscrétion impardonnable mais elle assumait parfaitement ce défaut. En même temps, lorsqu’on a quelque chose à cacher on ne laisse pas sa porte ouverte.

“Après tout, il y a de grande chose que j'y laisse la vie à la fin de ce voyage... Elle sera la première au courant... Je te prie de me pardonner, mais je n'ai que peu d'espoir.”

Ce n’était pas bien gai et il était apparemment écrit que les hommes qui l’approchaient étaient amenés à périr. Elle sourit devant le ridicule de cette superstition, mais se dit qu’elle ne devait sans doute pas rester bêtement plantée dans le couloir… Elle retourna à sa chambre pour en fermer la porte de manière à ce que l’herboriste l’entende puis traversa jusqu’à la porte ouverte du dépressif et frappa tout en le découvrant allongé sur son lit son corbeau à son chevet comme elle aurait dû s’en douter. Evidemment ce dernier se raidit dès son premier coup sur le bois de l’huis…

Heureusement, elle avait depuis ses derniers jours à s’habituer à cet oiseau et réussi à faire preuve d’un peu d’humour.

“Bonjour, monsieur du Corbeau! Que vous me semblez beau! Sans mentir, si votre ramage se rapporte à votre plumage vous êtes les phénix des hôtes de cette cité.”

Puis elle se tourna, souriante, vers l’albinos pour poursuivre.

“Vous avez l’air aussi fatigué que moi. Si on se faisait monter une petite collation? Je suis sûre qu’il peut porter ce message non?”

Elle avait accompagné la dernière phrase d’un regard vers le volatile qui semblait avoir de nombreuses compétences de communication si elle en croyait les rapports qu’il entretenait avec son maître.

“A moins que vous ne préfériez descendre…”


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe
MessageSujet: Re: [Terminer] Deux âmes en une   Mer 8 Nov - 16:34

Alors que ses défuntes paroles avaient pris fin depuis quelques instants seulement dans un silence mortuaire, une porte finie par claquer. Levant légèrement la tête pour constater qu'il n'avait pas fermé correctement la porte, il se demanda alors si son oiseau avait été le seul à l'avoir entendu. Enfin... maintenant cela importe peu, il allait peut-être s'en rendre compte.
Le temps d'y penser, la demoiselle entra en saluant son familier en premier. Sa comparaison était amusante. On rapporte souvent le corbeau comme un oiseau de mort dont son croassement fauche n'importe qui l'entendrait, le corbeau noir plus particulièrement celui qui rôde dans les cimetières. L'image de l'oiseau sur un arbre dépourvu de vie lui servant de perchoir, l'oiseau le regarde puis croasse avant de voler prestement vers lui.
Et le corbeau blanc ? Ce serait le contraire ? Tuanio le sauvegarderai alors de tout ceci ?
Alors qu'elle venait de proposer de descendre, Duscisio se mit à ricaner intérieurement durant une dizaine de secondes.

Ahahah... Désolé, quelque chose m'amuse dans vos paroles.

S'il riait, intérieurement il était en réel détresse, mais personne ne pouvait entendre ses appels à l'aide. Il devait se débrouiller seul. Pourquoi leur compagnon était-il décédé ? Pourquoi devait-il être le prochain ?
S'il se rend au temple de Kron c'était pour en avoir la réponse.
L'oiseau lui, même si une certaine animosité envers la dame était présente à cause de son instinct forcé, il s'en trouva flatté. Déployant les ailes d'un grand V et levant le bec comme un coq fier, il croassa avant de reprendre une position passive en attendant que son ami réponde à la deuxième partie.


Fatigué... Oui. Affamé, pas vraiment. Tuanio, tu peux faire ça pour nous ?

L'oiseau tendit la patte, comme s'il était habitué à porter un message. Ayant totalement oublié que ses mots étaient limités à la compréhension d'un ordre simple, il dut se lever de son lit encore une fois pour y chercher un petit bout de papier pour écrire le message au tenancier comportant la commande, pour lui une cruche d'eau pour elle, il lui demanda avant d'en écrire le contenu en tout petit.
Sortant une pièce qui fut saisi par le bec du volatil, il suivit l'ordre simple de voir l'aubergiste pour donner le message et la pièce avant de s'envoler à travers les couloirs.
De quand date cette habitude ? Tuanio aimant par-dessus tout et comme tout volatil, voler d'un point à un autre, Duscisio lui apprit tant bien que mal la portée d'un message. C'était difficile de lui faire comprendre au début, mais après quelques mois ça commençait à prendre forme. À vrai dire, il ne sait pas s'il réussira cette fois encore. Prenant place sur le pied du lit après avoir fermé la porte, il regarda la courtisane :


Qu'est-ce qui vous amène ? L'artefact fonctionne ?

Si ce n'est le fait qu'elle soit présente exactement pour lui montrer l'objet en question et son fonctionnement, cela l'intéressait. Tout ce qui touchait à la magie l'intéressait. C'est peut-être pour ça qu'il en connaît un gros rayon sur le sujet.


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Eros et Thanatos ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Eros et Thanatos ::
Elië Valanatëel
MessageSujet: Re: [Terminer] Deux âmes en une   Sam 25 Nov - 13:04

Intérieurement, elle sourit à la pensée qu’elle n’avait rien perdu de sa discrétion ni de ses talents de comédiennes et ce malgré ce maudit volatile qui lui laissait toujours craindre d’être percée à jour. Mais heureusement parlant ou pas ce n’était qu’un oiseau n’est-ce pas ? Et son hostilité n’était pas plus grande que les autres bestioles qu’elle avait pu croire lors de sa courte vie. Elle se souvenait que même les moutons réputés pour être des plus placides et guère clairvoyant manifestaient un sérieux syndrome anti-Elië.

Ce qu’elle dont n’arrivait pas à être certaine était la façon dont l’albinos la considérait. Elle se doutait bien qu’après une aventure comme celle qui les avait réunis, il ne devait plus tout à fait la classer dans la catégorie des ingénues, quoiqu’elle n’eût pas eu à beaucoup se mouiller sans mauvais jeu de mot eu égard à la fin de leur quête. Pour tout dire, hormis une petite escalade c’était les deux mâles qui avaient fait le plus gros du travail. Cependant leur conversation à la sortie des souterrains montrait que quelque chose avait changé dans le regard que l’herboriste posait sur elle et elle se demandait bien jusqu’à quel point.

Si elle avait réussi à l’amuser, ce ne pouvait être qu’une bonne nouvelle. On oublie souvent de se méfier ou de soupçonner les gens qui amusent. Ceci dit, l’apothicaire n’avait aucune raison de se méfier d’elle. Aucun contrat ne pesait que sa tête et il avait toujours été loyal et serviable. Elle n’avait donc aucune raison de lui vouloir quelque mal que ce fût.

*Evidemment s’il venait à poursuivre dans ses désirs d’en savoir trop sur nous, ce serait différent mon amour….
_ Je me demande si son sang est blanc et aussi délicieux que les autres…
_ Toujours ta gourmandise ma jolie ! A n’en pas douter son gang est aussi rouge que le meilleur des crus. *


Cette dernière pensée lui fit réaliser que malgré la présence du corbeau détestable, elle se sentait d’humeur légère malgré tout ce qui pouvait la contrarier. La fatigue ? La fatigue était largement compensée par la satisfaction du succès de la quête menée à bien. La mine usée de son compagnon survivant aurait pu aussi ternir sa satisfaction mais il n’en n’était rien. Elle n’était pas bien certaine qu’il désire se confier sur la cause de son état et elle n’était pas su genre à forcer à la confidence. S’il voulait garder le secret comme elle l’avait dit un peu plus tôt, c’est qu’il avait ses raisons et son égoïsme s’en accommodait parfaitement.  

La perte du baroudeur ? Oui bien sûr la perte du baroudeur. Elle n’arrivait pas à ressentir autant de tristesse qu’elle ne l’aurait pensé. Leur brève rencontre dans le Nord, lors de l’épisode du colosse l’avait bien plus marquée, mais plus par vanité que par sollicitude, elle devait bien l’avouer. Avoir jeté son dévolu sur celui qui avait réussi à hanter son imaginaire et quelques phantasmes aussi avant de le retrouver à l’état de loque avait quelque chose d’humiliant qui lui avait tiré une larme. Aujourd’hui son décès lui paraissait… Bien évidemment elle lui était reconnaissant de son sacrifice, mais elle ne pouvait chasser de son esprit qu’il en avait décidé ainsi depuis bien plus tôt que leurs retrouvailles dans cette cité mal famée. Elle repensait à la scène sous sa fenêtre… C’était bien sûr commode pour sa conscience, mais elle ne parvenait toujours à la même conclusion. Il avait choisi d’en finir là et quand il avait décidé et se dire qu’il l’avait fait pour elle ne pouvait que flatter son égo de séductrice.

En résumé, elle sentait d’humeur badine même si l’apothicaire l’avait contrariée quelques heures plus tôt et qu’elle ne parvenait pas à totalement à faire abstraction du danger potentiel qu’il représentait. Elle le regarda se lever péniblement pour lester son oiseau d’un message qui allait leur épargner de descendre dans la salle commune, enfin, si le tenancier acceptait de leur faire monter quelques victuailles. La lassitude de l’albinos pouvait très bien résulter de leur aventure, après tout, il avait été agressé par des malandrins. Cependant un doute sur ce point subsistait dans son esprit même si l’état de santé de l’herboriste ne faisait pas partie de ses préoccupations à partir du moment où il n’en parlait pas.

Ni ces soupçons ni la présence du volatile ne réussirent donc à effacer le sourire qui illuminait son visage d’ange flamboyant. Lorsque le corbeau prit son envol, elle pénétra dans le chambre pour lui laisser le passage et le regarda s’éloigner du coin de l’œil. Il ne devait pas retenir de sa part plus d’attention qu’il n’en méritait. Après tout, les humains la méritaient bien plus ! A la question de l’albinos, elle se contenta de répondre par une étincelle de malice et de satisfaction assez éloquente pour se passer de mot. Si elle pouvait garder un peu de mystère autour de ses pouvoirs ce serait toujours ça de gagné et en l’absence de question plus précise du malade ou du dépressif _ elle ne parvenait pas à se faire une idée très précise sur ce qui motivait la petite mine du maître herboriste _ elle garderait le silence là-dessus.

Elle s’adossa au mur près de la porte, les mains derrière les reins, la tête légèrement inclinée sur son épaule gauche. Toujours souriante malgré les questionnements qui occupaient son esprits, elle considéra son compagnon durant une seconde avant de laisser libre court à sa curiosité.

« Maintenant que vous voilà débarrassé de vos engagements auprès de moi, je suppose que vous allez entreprendre la suite de votre voyage dont vous m’aviez touché quelques mots ? Etes vous certains d’être en état de le faire immédiatement ? Je ne veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais vous ne paraissez au mieux… »

*Non non, ce n’est pas de la sollicitude, juste de la curiosité.
_ Bien sur ma beauté. Qu’est-ce que cela pouvait-il être d’autre ? *


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe
MessageSujet: Re: [Terminer] Deux âmes en une   Lun 4 Déc - 16:10

Dès cet instant, l'impression de jouer double-je était palpable. De son côté, Duscisio avait la certitude qu'elle cachait une nature qu'il ne connaissait pas de la courtisane. De son côté, cette dernière doutait également de la sienne donc l'indice était celle laisser par les deux cadavres tués de manière inconnue. Les marques de piqûres à de multiples endroits, plus petits qu'un estoc et trop grand pour être une aiguille.
Les ronces qu'il cachait dans son propre corps était la seule arme qu'elle ne connaissait pas à ce moment précis. Que fallait-il faire si elle le découvrait ?
La manière la plus facile de se faire était de regarder différents points de sa peau dont dépassait un petit bourgeon de rose plus gros que les autres, mais assez facile à cacher. Les extremités par exemple étaient serrées par une manche ficelée, les plus faciles à découvrir quand il doit lever les bras pour différentes activités.
Il est plus difficile de cacher un secret matériel qu'un secret oral, psychologique ou physiologique.

Concernant tout ceci, il met tout cela de côté afin qu'ils oublient le fait de creuser davantage. Le savoir maintenant ne lui serait d'aucune utilité.
Son objectif principal était ce voyage, s'égarer de son but en court de route n'est guère une bonne idée. Il devait se concentrer sur le temple de Kron, la destination finale. Il était fort possible que ce soit sa dernière discussion amicale tel qu'il le ressentait depuis des semaines.
Peu importe ce qu'il se passe dans les prochaines heures, il devait y aller quitte à devoir abandonner la jeune femme.
Abandonner.
Si ce mot l'embêtait un peu, il était certain que les deux aventuriers allaient se séparer à partir de maintenant. Lui qui l'avait accompagné jusque là, il se demandait comment elle allait faire pour retourner à Hesperia. Non sans nul doute qu'elle sache se débrouiller, mais il était assez inquiet.
Alors qu'il pensait exactement à cette santé dont il laissait paraître, la dame embrasée commença à parler de la suite du voyage... et de son état.

Merci de votre sollicitude. Mais vous n'avez pas à m'en faire pour moi. Répondit-il. Je compte bien partir demain dans la journée. C'est donc notre dernière conversation avant ça. D'ici là, après notre restauration je prendrais du repos pour affronter le désert en allant au sud.

S'arrêtant au détail de la longue route qui l'attendait et à ce voyage qu'il avait fait uniquement pour accompagner la demoiselle, il chercha dans son sac la carte du continent pour conclure à une chose : c'était le plus long détour qu'il avait dû faire uniquement pour retarder l'échéance. S'il cherchait uniquement à profiter du temps qui lui restait à être en bonne compagnie, une dernière aventure et la dernière aide qu'il pouvait laisser à une personne dans le besoin.

Alors qu'il allait ouvrir la bouche pour continuer leur conversation, quelqu'un frappa à la porte. Déjà debout, l'herboriste s'y hâta. Dès que la porte fut ouverte le corbeau entra à vive allure pour se poser d'un croassement pressé derrière Duscisio avant de se poser sur son épaule et la pièce dans son bec. Ce n'était pas encore au point.
La personne qui était derrière l'oiseau était celle responsable de la livraison. Le plat et l'eau demandés dans les bras. Prenant le tout pour poser sur la table la plus proche il ressorti de son sac une bourse pour l'alléger de quelques pièces afin de la payer.
À nouveau seuls une fois la porte fermée, il put reprendre la conversation alors qu'il se servait déjà d'un verre d'eau.

Et donc cet artefact ? Qu'en est-il ?


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Eros et Thanatos ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Eros et Thanatos ::
Elië Valanatëel
MessageSujet: Re: [Terminer] Deux âmes en une   Jeu 7 Déc - 0:15

La rouquine malgré sa curiosité n’avait pas comme objectif de percer en tout cas dans l’immédiat les secret de l’albinos et tenait trop à ce qu’il respecte les siens pour se montrer trop inquisitrice. Le statu-quo en vigueur lui convenait assez bien. Elle avait juste bien noté que son compagnon était certainement bien plus dangereux qu’on aurait pu l’imaginer venant d’un herboriste occupé au bien être physique de ses patients.

De son côté, elle même avait ses propres moyens de prendre soin de ses clients, moyens qui satrisfaisait ses apétits sensuels qui ne lui inspiraient aucune honte.

En dernier lieu, elle avait entrouvert une porte en direction de l’apothicaire et ne se souciait pas de savoir s’il allait en profiter et lui demander un quelconque service. elle n’était pas assez altruiste pour insister à imposer ses services comme avait pu le faire  Duscisio Balibe avant de la suivre dans une aventure aussi hasardeuse que peu gratifiante pour lui. Se rapprocher d’un but ultérieur avait paru à la belle une raison bien tenue car il aurait tout aussi bien pu perdre la vie dans cette histoire qui ne le concernait que peu et ne jamais arriver au but ultime de son voyage. Elle qui était du genre à ne pas perdre ses objectifs de vue avait eu du mal à saisir la logique de sa démarche. Mais elle lui convenait et ce la ne regardait que son compagnon.

Elle fit défiler mentalement la carte du monde pour essayer de se représenter la direction qu’allait emprunter le voyageur qui semblait désirer entreprendre seul son périple vers les Sud. Si elle ne se trompait pas ses pas allaient le conduire à Kodolm, cité à la réputation exotique à l’abri des montagne de la mer et du désert. Et bien soit. S’il voulait prendre la mer, _ car pour quelle autre raison voudrait-il rallier cette cité?_ c’était son problème. De son côté, elle caressait un rêve de bateau depuis qu’elle avait fréquenté les rivages du sud au cours de ses recherches, mais elle n’avait pour le moment pas les moyens de le faire devenir réalité. Il lui faudrait encore patienter. Elle se contenta de hocher la tête pour signifier qu’elle se faisait une idée suffisamment précise de ce qu’il lui avait confié. Elle s’approcha alors de la carte que l’albionos venait d’extirper de son sac ppur constater qu’elle faisait fausse route si on pouvait s’exprimer ainsi. Le temple de Kron? Pour quelqu’un attaché à préserver la vie voilà qui était étonnant.
Elle ne put retenir une question.

“Qu’est-ce qui peut bien vous attirer en ce lieu? Je sais bien que la mort fait partie à sa manière de la vie, mais je ne vous imaginais pas avoir  des projets en relation avec Kron….”

Mais l’arrivé de son volatile “préféré” et du repas allait sans doute détourner ls voyageur de la réponse qu’il aurait pu lui fournir. Elle s’écarta vivement du sillage de l’albinos pressé de régler la course et reprit sa place à côté de l’encadrement de la porte tandis que le plateau était déposé sur la table. Elle le regarda se servir et eut un sourire amusé devant son entêtement bien légitime à en savoir plus sur l’objet de leur quête. Elle prit un air détaché et espiègle tout en s’approchant du plateau suer lequel elle se servit de quoi sustenter une faim naissante. Elle mordit avec gourmandise dans une fine tranche de viande séchée sans doute une spécialité de la maison.

“L'artefact? Un objet propre à assouvir la coquetterie de votre servante.”

Elle pourrait presque lui faire une démonstration, mais outre le fait que cela lui répugnait un peu de dévoiler les pouvoirs de l’objets, celui-ci ne pouvait être activé devant témoin. Dans ce cas, elle apparaîtrait dans le plus simple appareil au yeux de ce dernier. Ce n’était pas que cela la gênait en quelque façon, mais cela n’avait aucun intérêt surtout si l’herboriste se montrait aussi prude que lors d’une certaine rencontre dont elle avait gardé le souvenir. Elle évacua donc assez vite cette question en poursuivant.

“Et vous même, vous devez bien posséder de quoi survivre en ce monde et sur ses routes. Quel objet peut bien vous protéger des embûches de la route lors de vos voyages?”

Elle piqua du bout des doigts quelque grains de la treille afin d’accompagner de saveurs sucrées les bouchées protéinées dont elle se délectait et les fit éclater avec gourmandise contre son palais.

“En tout cas je vous souhaite toute la réussite possible dans votre entreprise quelle qu’elle soit.”

Elle s’interrompit et fixa soudainement le visage blême de son compagnon comme frappée par une évidence.

“Mais j’y pense, que devient alors votre boutique et vos plantation durant tout ce temps? Ce doit être un beau gâchis lorsque vous rentrez…”

Elle n’était pas spécialement inquiète pour les affaires et les plante de de l’apothicaire, mais elle se demandait bien comment il s’y prenait ppour gérer cette difficulté. Avait-il assez confiance en quelqu’un qui viendrait s’occuper de ses serres?

*Bien sûr qu’iul a confiance mon amour. Il fait confiance par nature. Nous en savons quelque chose…*

Cependant, l’herboristerie des lumières regorgeait suffisamment d’essences rares pour se faire du souci lorsqu’on les abandonnait… De son côté, elle ne laissait que ses précieuses oeuvres d’art qui ne risquaient pas de flétrir durant son absence et qui l’attendaient patiemment aussi longtemps qu’il le fallait, la plupart couvertes d’un drap afin des les protéger de la poussière ou même de la lumière instante des astres du jour...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe
MessageSujet: Re: [Terminer] Deux âmes en une   Ven 22 Déc - 13:00

La curiosité se faisant autant sentir que lui sur le fait qu'il consulte en ce moment la carte pour connaître son prochain itinéraire. Le détour représenté sur la carte était assez important. S'il n'avait pas promis d'accompagner la belle, le temps de voyage aurait été plus court d'un ou deux mois tout au plus. Pourquoi un tel détour dans ce cas ? Si l'objet que chercher la jeune femme n'était pas le principal sujet de conversation, rien ne le retiendrait ici. L'artefact. Celui-ci l'intéressait uniquement pour deux choses. Le posséder étant un fait à laisser de côté, savoir ce qu'il était un point qui suscite suffisamment d'intérêt à ses yeux pour lui poser quelques questions.
Pour sa destination, il ne répondit guère. Le fait qu'on toque à la porte les avaient interrompus en plus du repas qui commençait à peine. S'il avait dû obligatoirement répondre cela aurait été « une affaire à régler », « des réponses » ou bien les deux. L'un comme l'autre se trouvait être la meilleure réponse à cette question.
Sans compter qu'il ne savait guère comment Gwiden allait répondre à ses propres questions dont il en aimerait trouver la réponse, ses cauchemars et visions. Les réponses lui permettraient alors de continuer à vivre si tout du moins le prêtre de Kron allait le laisser partir en vie.

Le sujet se retourna alors sur l'artefact. Son intérêt très important se portait surtout sur sa fonctionnalité. Autre le fait qu'il soit un herboriste et un magicien de bon niveau, la curiosité sur tout ce qui se trouvait être magique portait une grande curiosité pour le petit bonhomme.
Assouvir la coquetterie de votre servante disait-elle. Si ses nombreuses lectures avaient été fructueuses – et après une intense réflexion dans un long silence – il devait s'agir de cet artefact-là.
Duscisio esquissa un sourire comme s'il voulait bel et bien montrer qu'il avait compris. Si c'était le cas, il ne pouvait voir l'objet en action pour une très bonne raison qui la mettrait à nue dans le sens propre du terme. Et au vu de leur première rencontre qui avait donné l'image d'un jeune homme très prude qui rougissait à la vue d'une femme sans aucun tissu, elle n'aurait pas l'idée de provoquer à nouveau cette situation qui pourtant l'amusait beaucoup rien que d'y penser.
Il ne saurait expliquer pourquoi il avait agi ainsi. La vision de l'inconnu d'autant qu'elle l'avait provoqué volontairement. L'amusement ou le fait d'assouvir d'une certaine envie, il ne saurait le dire.
Que se passerait-il si cette situation recommençait à nouveau ? Serait-il attiré ? Serait-il éloigné ?
Le corps d'une femme ne serait le repoussé longtemps, car après tout il était un jeune homme dont l'expérience dans ce domaine-ci était encore qu'à ses débuts. Toucher, embrasser, se mettre à nue devant une femme lui serait aujourd'hui difficile. D'autant que se mettre à nue, révélerait son plus grand secret qu'il voulait justement caché aujourd'hui.

Les questions suivantes se portaient maintenant sur le fait de savoir comment Duscisio lui-même possédait de quoi survivre sur les routes. À ceci, il ressortit la cape qu'il avait enlevé au préalable afin d'être à l'aise. Sa couleur bleue particulière ornée d'une tête d'oiseau sur son dos. Il s'en séparait jamais lors de ses voyages pour son utilité très intéressante.

Avec cet artefact. Elle n'a rien de spécialement magique comparer au vôtre. Mais c'est amplement suffisant. J'y ajoute mon expérience et ma magie et je peux dire avec modestie que ma défense est quasi-parfaite.

Son style de combat était en effet basé sur la défense. Si la jeune femme était observatrice, il ne l'avait jamais réellement vu attaquer dans sa forme la plus brute. Se garder en vie était plus important.
Il se garda en tête de ses divers combats où il dut sortir tout ce qu'il avait pour pouvoir sauver sa vie et éventuellement celle des autres. Le plus ressent connu étant celui contre le colosse à Hesperia où il faut le premier à découvrir le point faible de ce dernier en perçant un bouclier que personne n'arrivait à percer à l'origine.
En parlant d'Hesperia, voilà que le sujet passait à son herboristerie. Préférant ne rien préciser du tout, il resta tout de même dans la vérité en lui répondant tout simplement :

L'une de mes connaissances s'en occupe pendant mon absence.

La plupart de ses possessions sont aussi gardées sous forme de graine. À cause d'un nombre important d'espèce rare, c'était préférable de limiter les dégâts. Sans compter qu'il utilisait une pouvoir sur les plantes ce qui lui facilite encore davantage le travail. Ses connaissances lui permettent alors de rattraper son absence tout en prenant soin de ses protégées.

Et vous ? Vos clients ne vous manquent pas trop ?

Il esquissa un nouveau sourire presque moqueur. Il se pourrait même que certaines personnes soit les acheteurs de nos deux compères par le biais d'une certaine potion qu'il fabriquait et qui augmentait « l'appétit du bas-ventre ». Cela ne l'étonnerait guère. Dès qu'il en vendit son premier flacon, de plus en plus de curieux fréquentaient sa boutique pour savoir si la rumeur était vraie.


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Eros et Thanatos ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Eros et Thanatos ::
Elië Valanatëel
MessageSujet: Re: [Terminer] Deux âmes en une   Mer 3 Jan - 16:47

La conversation tournait en rond et la belle se rendait bien compte que l’albinos ne souhaitait pas plus en dire qu’elle. Le repas promettait d’être assez silencieux ou un échange de dupe. Cela n’intéressait en rien la Syliméa qui avait déjà à supporter ce genre d’échanges dans certaines de ses missions pour inspirer confiance ou soutirer des informations à l’entourage de ses futures victimes ou même à ses victimes et en l’occurrence, elle était bien loin de souhaiter du mal à l’herboriste qui l’avait aidé de bon cœur ou encore à se sentir en mission. Elle ne souhaitait pas non plus manquer de respect à l’apothicaire et allait donc sans doute ne plus aborder que des sujets convenus jusqu’à ce que le temps soit venu de prendre congé.

En effet de son côté elle avait suffisamment abusé de la disponibilité de son compagnon d’aventure de celui-ci ne semblait pas avoir besoin de rien d’autre venant d’une fille de mauvaise vie, si tant est qu’il pense encore qu’elle n’est que cela. A part son petit exploit acrobatique pour sortir des souterrains elle n’avait rien révélé de ses autres compétences et lui-même en développait bien d’autres sans rapport avec l’herboristerie ? Elle se satisfaisait donc assez volontiers de l’absence de réponse claire de Ducisio Balibe sur ses projets à venir et son prochain voyage.

De son côté elle aimait assez entretenir un certain mystère autour de sa personne, raison pour laquelle elle n’avait pas voulu répondre de manière claire aux questions portant sur le bracelet. Il était fort peu probable qu’il sache réellement de quel artefact il ne s’agissait, ni même de quel pouvoir il disposait. Si elle ne croyait les difficultés qu’elle avait eu, à rassembler les quelques informations qui lui avaient permis de le retrouver et de mettre la main dessus. D’autant qu’elle avait parié gros sur le fait qu’il ne s’agissait pas d’une légende mais bien d’un authentique artéfact. De son côté l’herboriste n’insista pas malgré un sourire entendu et elle fut bien aise de changer de sujet de conversation. S’il voulait arborer ce genre d’expression, il pourrait bien par contre se laisser prendre à son propre jeu car la belle n’était jamais contre faire admirer sa plastique et sentir le regard gourmand des hommes le long de ses courbes et même laisser le reste de leur anatomie entreprenante manifester de plus près leur attirance. Mais l’albinos aurait bien changé depuis leur dernière rencontre s’il se laissait aller à des avances charnelles. La rouquine se mordit la lèvre d’une gourmandise que l’abstinence d’un trop long voyage avait attisée. Elle eut un sourire d’autodérision se moquant de ses appétits qu’elle pouvait bien encore différer tout de même !

La chose fut facilitée par la présentation de la cape de l’apothicaire qui fit briller les yeux de la belle. C’était donc cela le secret de la protection de son compagnon ?! Au moins, il pouvait se vanter d’avoir un objet des plus utiles et fonctionnel. Comme il la lui présentait, elle caressa du bout des doigts le tissu qui ne révélait pourtant aucune propriété exceptionnelle de solidité. Elle eut un regard admiratif en direction de l’apothicaire.

Evidemment, il ne pouvait en être autrement, elle se demanda aussitôt comment venir à bout de cette défense. Plusieurs de pistes naquirent dans son esprit mais elle abandonna sa réflexion pour écouter la suite des réponses de l’albinos qui semblait vouloir dans les dernières minutes livrer certains aspects de sa vie.

« Ce doit être une personne experte et particulièrement digne de confiance pour que vous puissiez vous absenter si longtemps sans arrière-pensée… »


Elle haussa les sourcils de surprise à la question qu’il lui retourna. Elle eut envie de rire.

« J’espère que c’est moi qui leur manque ! Dans ma partie on ne laisse pas ses affaires à quelqu’un d’autre sous peine de se voir très vite remplacée. »

Au fond d’elle, elle était assez confiante en son pouvoir sur les hommes, mais le fond de ses propos étaient parfaitement exacts. Des filles au physique avantageux désireuses ou même forcée d’embrasser la carrière de courtisane il s’en trouvait à la pelle le meilleur moyen de ne pas perdre la fidélité de ses clients et elle avait plus d’un tour dans son sac pour y parvenir. Dans le cas contraire, elle savait être bonne joueuse et acceptait soit de reconquérir les sensualités qui lui avaient échappé soit de porter ses charmes vers d’autres horizon c’est-à-dire de nouveaux désirs masculins. Toujours souriante, elle battit des cils en direction de Ducisio tandis que sa voix se faisait velours.

« J’essaie donc de me rendre indispensable »

Elle piqua de quoi satisfaire d’autres appétits et grignota sans hâte une mignonne pièce de viande.

« Mais une belle personne vous avait laissé dans l’attente si ma mémoire est bonne… »

Ce n’était pas vraiment une question, mais plutôt une invitation à se confier sur un sujet qu’ils avaient déjà abordé à l’occasion de leur première rencontre. Cette personne n’était pas une vile courtisane elle le savait même si elle en ignorait l’identité. Elle se demandait si le tourment qui torturait l’herboriste avait trouvé enfin un dénouement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe
MessageSujet: Re: [Terminer] Deux âmes en une   Jeu 4 Jan - 15:13

Chacun des deux cachaient leur mystère en faisant tourner la conversation à sens unique. Ne rien révéler, tel était leur but à chacun alors qu'il était lui-même à l'origine de cette poussée à la vérité. Il avait abandonné par raison personnelle que lui aussi devait garder un secret bien grand maintenant.
Finalement, c'était mieux ainsi.
Constater que son artefact ne donnait rien de bien particulier. Malgré qu'elle touche le tissu, malgré qu'elle regarde cette cape-bouclier. Rien ne semblait indiquer qu'elle pouvait protéger d'une agression extérieure, pourtant, les lames glissent dessus. Duscisio ne saurait expliquer comment, mais le matériaux pourrait être un genre de mythril déguisé, d'où sa résistance et sa légèreté.

Le sujet de conversation vient à changer sur l'herboristerie inoccupée. Une personne digne de confiance. Oui c'était ça. Même plus que ça. Rien qu'à penser à cette personne, Duscisio vint instinctivement à manipuler sa main droite, plus exactement la bague qu'il portait à son annulaire. Tournant l'objet autour de son doigt, le bleu brillant de la pierre indiquait secrètement que la porteuse de sa jumelle était en bonne santé et en bonne situation. Autre artefact magique qui allait aussi indiquer à sa jumelle, les malheurs qui allaient approcher de porteur dans les semaines à venir.
S'en fut à venir tout à coup à la clientèle de la belle émeraude, sa réponse ne le surprenait pas, bien au contraire il en vint à sourire de plus belle.

Je comprends tout à fait. Il m'a été aussi difficile de me rendre indispensable à mes débuts. J'avais déjà la renommé de la boutique en elle-même, mais son changement brutal de propriétaire laissait certains habitués à se méfier de moi par mon manque d'expérience injustifiée dans le métier.

Il s'arrêta un instant pour reprendre un verre d'eau par sa soif toujours insatiable.
Il rangea par la même occasion la cape bleue dans son sac et regardait son familier qui s'était étonnement endormi.

Au vu que j'ai été formé toute ma jeunesse, je n'ai eue aucun mal à reprendre la boutique. Cela fait bien cinq années maintenant que j'en suis le propriétaire.
J'ignore pour vous depuis combien de temps vous exercez, mais une femme de votre apparence ne laisse pas indifférant. Autre votre physique, la couleur de votre chevelure ne doit pas passer inaperçu vis-à-vis de vos clients. Ils doivent attendre votre retour...


Il fut coupé par justement cette attente d'une belle personne. Oui, elle avait vu juste. Encore une fois il se mit à tripoter sa bague, sans nul doute, que c'était la même personne de confiance dont ils avaient cités plus tôt dans leur échange. Il ferma les yeux en continuant de toucher le bijou à son doigt tout en effaçant son sourire. Non pas qu'il était triste, mais qu'il attendait aussi de pouvoir l'attendre à son tour.

Je la considère comme une sœur aujourd'hui. Pour l'instant c'est mieux comme ça. Être seul – même si je ne le suis pas totalement. Fit-il en regardant son corbeau quelques instants. J'y suis habitué maintenant.

Il n'avait pas l'air d'y penser réellement. Si la solitude le pesait il le cachait par contre bien mal. Mais il avait raison sur un point, il n'était jamais vraiment seul. Son oiseau l'accompagnait, la demoiselle également même si c'est pour un court instant.


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit



Dernière édition par Duscisio Balibe le Dim 14 Jan - 16:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Eros et Thanatos ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Eros et Thanatos ::
Elië Valanatëel
MessageSujet: Re: [Terminer] Deux âmes en une   Dim 14 Jan - 13:24

La belle voyait à grand pas s’approcher l’heure de prendre congé de son hôte. Le repas touchait à sa fin et la lassitude dont faisait preuve l’herboriste ne laissait pas de doute à une personne bien éduquée qu’il était temps de songer à se retirer. Elle prit quelques gorgées du vin qui était servi sur le plateau de l’auberge. Sans être d’un grand cru, il n’en était pas moins agréable et se tamponna les lèvres avant de reposer la serviette dont elle s’était servie.

Elle considéra une nouvelle fois le mystérieux apothicaire en se demandant s’il avait d’autres secrets.

*La curiosité revient toujours, même lorsqu’on s’est promis de ne pas ‘intéresser, ma toute belle !
_ Ce n’est pas de le curiosité c’est de l’intérêt !*


Cependant, pour sa plus grande satisfaction, elle se rendait compte que petit à petit, l’albinos se livrait. Bien sûr il ne lâchait pas de noms, mais elle parvenait petit à petit à préciser le portrait qu’elle se faisait de lui. Restait encore à savoir comment un simple herboriste pouvait être entré en possession d’objets tels que cette cape, car certes, elle pouvait toujours être très utile pour se protéger lors des voyages mais il devait également avoir les moyens de s’offrir la protection de gardes du corps et préférer investir sa fortune ou sa bonne fortune dans des objets plus en rapport avec sa spécialité. De la même façon, elle se demandait bien pourquoi il avait joué ce rôle de garde du corps pour elle. Elle avait beau avoir confiance sur les effets qu’elle produisait sur les hommes, elle n’était pas assez naïve et vaniteuse pour croire qu’il avait fait cela pour ses beaux yeux, et ce même si c’était sensé n’être qu’une étape dans un voyage plus lointain. Il aurait tout aussi bien pu y perdre la vie et ne jamais atteindre le but de son périple…

* Les gens sont, ma foi, bien mystérieux, mon amour !
_ C’est cela qui le rend intéressant ma jolie ! *


De petits geste aussi pouvaient être bien plus révélateurs que de longs discours.

*Mais qu’avons-nous là ma chérie ? Un cadeau ? Un gage ? Un gage de quoi ? D’amitié ? D’amour ?
_ Avec notre noble compagnon, nous pouvons nous attendre à tout !*


Un regard brulant de curiosité voyagea du bijou au visage lactescent de Duscisio. Quelque chose lui disait que la personne qui s’occupait de sa boutique et qui occupait une tendre place dans son cœur était la même. Elle ne pouvait juger de rien et poser la question aurait sans doute été malvenu, mais ce soupçon prenait naissance dans son esprit. Soupçon bien innocent car la rouquine n’en avait cure, pour le moment en tout cas. Dans sa partie, il était toujours utile d’en savoir le plus possible sur une possible victime, mais l’herboriste n’était la cible d’aucune rancune de la part de la Ladrini ni d’aucun contrat qu’elle eût pu vouloir honorer. D’ailleurs, l’albinos pouvait-il s’attirer les foudres de qui que ce fût ? Elle en doutait à moins qu’un concurrent en veuille à son commerce ? Du rififi chez les herboristes ? Cette idée amusa une seconde la Syliméa. D’autant que si on en croyait les dire de ce dernier, ses compétences n’étaient pas facilement remplaçables. Quand-au manque d’expérience, tout deux naviguaient sur des domaines bien différents. Elle ne doutait pas que le savoir de l’herboriste devait lui avoir demandé beaucoup de temps et d’investissement alors qu’elle n’avait eu qu’à profiter de sa propre nature libertine pour asseoir une expérience et une renommée suffisante à son commerce. Ses clients pouvaient bien l’oublier, elle se faisait forte de les reconquérir ou même de les remplacer d’autant qu’ils n’étaient là que pour rendre crédible sa couverture et d’autre part aussi pour assouvir, elle le reconnaissait volontiers, ses propres appétits. Elle sourit reconnaissante au flatteur que se proposait de devenir l’albinos.

« Vous êtes trop aimable… »

Elle aurait pu ajouter que de son côté, il n’avait pas manifesté beaucoup d’élan à son égard, mais elle avait déjà joué à ce jeu avec lui et la présence dans son esprit de la mystérieuse personne reliée à la bague et au cœur de l’herboriste, pouvait à elle seule expliquer sa retenue.
Elle regarda à nouveau le manège digital de l’apothicaire sur la bague. Ses hypothèses semblaient se confirmer mais elle ne dit mot se contentant d’écouter ses explications sur sa solitude plus ou moins consentie. Elle-même n’ayant pas vécu de passion depuis qu’elle avait quitté Canopée ne pouvait pas trop se poser en juge de sa situation. Certes Aedh Wintersun avait compté dans ses pensées, mais leur éloignement ainsi que la soif de liberté de la Syliméa n’avaient pas permis à leurs éventuels sentiments de se développer. Ceci dit son ton de voix laissait à penser qu’il n’était pas si convaincu que cela par ses propres paroles.

Elle jeta un coup d’œil au volatile à qui elle sut gré de s’être endormi et de l’avoir oubliée. Elle regarda l’herboriste qui semblait être encore perdu dans ses pensées et de dit que définitivement c’était le bon moment pour rejoindre sa chambre. Elle se leva doucement en remerciant l’hospitalité du maître apothicaire.

« Ce repas fut des plus agréables et je vous en remercie. Je vais vous laisser vous reposer et prendre moi-même quelques repos avant de prendre le chemin d’Hespéria demain. »

Elle se dirigea vers la porte de la chambre avant de se retourner.

« Si je ne vous revois pas demain, sachez que je vous souhaite de réaliser vos projets dans tous les domaines… »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe
MessageSujet: Re: [Terminer] Deux âmes en une   Mer 31 Jan - 18:07

La fin du repas annonçait leur séparation. Bien que le voyage fut long et pénible, il en gardera de bon souvenir comme le fait d'avoir pu avoir quelqu'un avec qui voyager et avoir une petite aventure intéressante. Le long détour n'avait pas été par contre très fructueux.
Quel dommage qu'il se soit vu sur une aventure comme celle-ci. Une si belle femme sait faire tomber les hommes, il en était certain, mais malheureusement il n'était pas de ses hommes là, à sauter sur l'occasion qui se présentait à eux pour conclure une affaire florissante.
Il n'a pu avoir de réponses sur le comportement anormal de son familier et rien sur ses yeux qui lui semblaient changer de couleurs par moment. Il avait peut-être mal vu. Il laissa tomber l'idée d'en savoir plus.
Néanmoins, elle avait vu juste sur un point : ils ne se verront pas demain.

La laissant quitter la chambre dans un silence presque sinistre, il en vint après la porte fermée derrière elle pour se retourner à son tour debout devant un lit qui allait lui servir pour se reposer un minimum.
Restant muet, il baissa la tête le regard à nouveau désespéré et les mains se tenant les bras opposés de doigts crochu comme si une souffrance le prenait soudainement. Ce n'était pas la rose blanche qui le faisait souffrir, mais la vision futur qui lui faisait penser une seule chose : c'était un adieu.

Il espérait tellement se tromper, il espérait tellement revoir les personnes si intéressantes qu'il avait pu rencontrer jusqu'à présent. Peu importe ce qu'il se passera dans quelques jours, au temple de la mort. C'est un destin qu'il devra accepter malgré tout. Ses pensées allaient surtout vers la jeune femme qui prenait soin de sa boutique. Elle qui en avait les clés, elle qui en avait hérité malgré elle.
S'il devait se battre, ça serait pour la revoir elle, et uniquement elle. Il se souvint alors qu'il avait dit qu'il la considérait comme une sœur, mais savoir si c'était un mensonge ou une vérité était encore floue.
Il prit place sur le matelas et essaya de se vider l'esprit de toutes pensées négatives afin de s'allonger de s'endormir très lentement en tournoyant la bague qu'il avait au doigt. Sa jumelle, prenant une teinte bleue marine pour remplacer le bleu lumineux habituel, la sienne restant tel qu'elle était.
La jeune femme se portait bien, c'était une pensée suffisante pour qu'il trouve le sommeil.

La nuit fut plutôt courte.
À nouveau, le même cauchemars lui gâcha le sommeil. Sa vision étroite de son interprétation allait voir son véritable jour prochainement. Afin d'en finir ou d'avancer, il se leva mollement pour s'habiller de sa tenue de voyage.
Sortant la cape-bouclier qu'il mit sur les épaules, il la cacha par une seconde cape tout à fait banale dont il se couvrit de la capuche sur la tête avant de mettre le sac sur son épaule. Il réveilla Tuanio pour le nourrir d'un petit morceau de viande qu'il posa dans le creux de sa main. L'oiseau se posa sur son poignet en arrachant un bout avec son bec et sa patte. Regardant à la fenêtre de la pièce, la première constatation était qu'il ne faisait pas encore tout à fait jour. L'obscurité de la ville y était peut-être pour quelques choses, mais c'était l'heure de partir.

Passant la porte sans attendre que le corbeau blanc ait fini de manger ni de se restaurer il regarda derrière lui après quelques pas pour voir si l'une des portes n'était pas ouverte, voir si la jeune demoiselle n'était pas réveillée également.
Puis quelques secondes plus tard il emboîta le pas pour descendre pour quitter la taverne, puis la ville.


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Terminer] Deux âmes en une   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminer] Deux âmes en une
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Deux humoristes virés du poste
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: La Communauté & ses échangesTitre :: • Corbeille :: • Les vieilles aventures-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !