C L E O P H E E { END }

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 2
• Ladrinis: 2
• Eclaris: 1
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 4
• Nérozias: 3
• Gélovigiens: 7
• Ascans: 2
• Marins de N.: 2
• Civils: 10

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Béamas Mois:Toula
[Avril/Mai en temps réel]

Membres du mois


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 C L E O P H E E { END }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar

Cléophée Trendil

MessageSujet: C L E O P H E E { END }   Sam 10 Mar - 12:35



 
Cléophée Trendil
« Je suis maitre de mon destin, je suis capitaine de mon âme »


 

 

 
IDENTITE : Cléophée Trendil
  SURNOM : Cléo / Griselda
  AGE : 250 ans | SEXE : Féminin
  PEUPLE :  Il vous suffit de jeter un coup d’œil sur ses petites oreilles en pointes pour comprendre; Sindarin
  CASTE : Ne vous fiez pas à son visage d'ange, la belle fait partit de la noble caste des Ladrinis
  METIER :  Fille d'un riche comte, Elle est destinée à devenir comtesse à son tour

 


 

  DON : Les 5 Sens développés
  SPECIALITES : Voleur d'exception / Grande agilité
  POUVOIRS :
  Bouclier = ★★★★✩✩
  Contrôle du métal = ★★✩✩✩✩
  Échange de maux  = ★★★✩✩✩

 
Un Tanto : Un dague "japonaise" dont la lame équivaut à celle du Katana mais dans un gabarit bien plus petit. Par sa taille Cléophée manie aisément cette arme.

Une paire de Shuriken : Une arme pratique pour blesser à distance, chose qu'elle sait faire avec adresse.

 
  Si vous avez du matériel important, un catalyseur, des biens précieux qui méritent d'être marqués

 


L'on connaît tous cette fameuse expression nous dictant qu'il ne faut se fier aux apparences... Cela en est même général de nos jours. Néanmoins il n'en fait toutefois pas exception pour notre jeune comtesse. En effet Cléophée, ton joli minois en aura dupé plus d'un. D'apparence, ton corps semble frêle, fragile et vulnérable. C'est simple, nous aurions peur de froisser ta peau d'un simple touché, ou de te briser telle une allumette d'une simple maladresse. Ta musculature n'est tout de même pas invisible à l’œil nu, l'on peut percevoir tes bras peu frileux, ton ventre renforcé, et tes épaules solides. Chose parfois déstabilisante pour une comtesse, trahissant peut-être ta double-vie. Tu n'es pas de celle n'ayant que la peau sur les os, et démunie de chaire. Non, tu possèdes des formes voluptueuses et agréables. Surtout, en ce qui concerne tes formes féminines, bien qu'elles ne soient pas non plus dans un surplus... Non, plutôt en harmonie avec le reste de ton corps. Un corps, dont tu prends grand soin, t'infligeant quelques exercices de maîtrise et de force pour ta vie en tant que Griselda.  

Le visage est tout de même la première chose que l'on regarde chez une personne... Normalement, sauf peut-être pour les yeux vagabonds. Cléophée, ton visage n'est que douceur et apaisement. Ta peau d'ocre et de cristal, se révèle par tes pupilles de saphir. Ainsi que tes lèvres finement pincées et rosées, un peu à la connotation de tes joues. Des joues se pourprant lorsque tes émotions surgissent. Tout cela, encadrés par une chevelure de cristal, tombant en cascade jusqu'à tes hanches.

Le plus intéressant reste tout de même ta manière de te vêtir. C'est ainsi que l'on fait la différence entre Cléophée, et Griselda. Lorsque tu te montres en tant que Comtesse, tu es belle, distinguée, vêtus des plus belles robes du royaume. Une parure de bijoux orne ton corps, et tes joues se retrouvent teintées par la poudre infligée. En tant que Griselda, cherchant à dissimuler ton identité, tu optes pour une toute autre tenue. La belle robe laisse place à un corset sombre, et un pantalon de toile près du corps. Tu ne te sépares non plus très peu voire jamais, d'une longue cape sombre ornée d'un capuchon pour y enfouir ton visage.  

 

Courageuse - Ambitieuse - Sage - Douce - Fourbe - Fidèle - Lunatique



Durant toute ton enfance, tu as toujours eu écho de la manière de te comporter, de te tenir, de soutenir ton langage, de tes façons de mouvoir tes mains, jusqu'à en venir à veiller à la bienveillance de tes vêtements. Et oui, toute ta vie, tu n'auras été qu'une simple création, modelée d'une manière telle, que tu ne pourras jamais être toi-même. Tu ne seras qu'un simple reflet, et ton esprit lui de même semblait embrumé par cette forge que l'on a construit autour de toi. Durant près de 200 ans, tu seras la Belle et Sage Cléophée. Cette femme si douce, discrète, noble et fragile. Celle qui sait bien se tenir, celle qui se tient près de son père entouré de beau monde. Présentant sa fille, comme une véritable pupille, une héritière digne de son nom pour sa richesse et son titre. Néanmoins Cléophée, malgré tout l'amour qu'il pouvait avoir pour toi, il n'en était que d’intérêt. Celui de voir sa fille, s’amouracher d'un homme haut placé pour faire rentrer ta famille dans un clan Royal. Oui, de lourds projets pesés sur tes épaules, et longtemps, tu gardas tes lèvres closes. Tu n'étais qu'une poupée de chiffon Cléophée, un simple jouet que l'on bougeait à sa propre convenance.    

Même si ton corps semblait ne pas se rebeller, ton esprit lui était en contradiction. Et quand vint le moment de voler de tes propres ailes, tu le feras de manière des plus sage... À ta manière. Longtemps, tu restas silencieuse, amadouée et sage. C'est d’apparence toujours ce que tu es. Pourtant, tu te décidas à rejoindre la Caste des Ladrinis, une caste en contraste avec ton rang. C'est là que deux facettes de ta personnalité vont naître, d'un coté, tu seras Cléophée, la belle et sage comtesse. De l'autre, tu seras Griselda, une Ladrinis se mêlant au vol et à la duperie de ton monde. Pour le moment, tu n'agis pas dans le sang, tu ne fais que les larcins, les escroqueries dont tu es devenue maître en la matière. Il faut dire, que tu es très réfléchie, ton adresse et ta fourberie te permettent d'aller au bout de tes ambitions.  

Derrière ton petit minois, tu es une femme courageuse, et déterminée. Tu ne te mets que peu de limites, quitte à trouver au bout du compte, la fin de tes agissements. Malgré ta caste, tu ne penses agir dans le mal et les ténèbres... D'ailleurs, qu'ils sont t-ils ? De l'ombre à la lumière, il n'y a qu'un pas. La fidélité, tu ne l'offres que rarement, mais lorsque tu aimes, tes amis, ta famille ou autre... ta loyauté en sera conquise. Eux seuls, feront le lien entre les deux personnes que tu es. Au bout du compte, tu vis entre ses deux personnalités... Mais tu restes la-même... Cléophée n'est jamais loin. Viendra un moment, où la vérité tombera, et tu devras faire un choix.  


 

  PRENOM : Archimède
  RACE : Hibou
  SEXE : Masculin
  POUVOIR : Vision partagée. Les Hiboux sont réputés pour être de forts chasseurs, en percevant du ciel, une petite souris dans un tas de feuille. Archimède n'en fait pas exception, et se sert de cette capacité lors de ses traques. Néanmoins, la connexion qu'il entretient avec sa maitresse lui permet de partager son regard à travers ses yeux. Durant un bref instant, il est en capacité de lui envoyé les images qu'il voit.
  DESCRIPTION : Ce don lui vient du catalyseur qu'il porte autours de son cou. D'où vient-il ? En réalité, ce n'est pas une juste acquisition... En effet, Cléophée a créé ce petit bijoux de ses propres mains, mais la matière première dont la sphère qui est à l’intérieur lui proviennent d'un de ses nombreux voles.

Image d'Archimède:
 

 
  PRENOM : Ull
  SEXE : Masculin
  DESCRIPTION : Ull est un cerf, une monture peu banale surtout de part sa race. Un cerf albinos au bois d'ébène, chassé par sa particularité. Cléophée aura sauvé cet animal lors d'une chasse à cours. La tête de se dernier pouvant revenir aisée. Sa carrure imposante, lui permet d'être une monture solide et rapide.

Image de Ull:
 

 



Cléophée, tu ne fis pas exceptions à tes frères et sœurs Sindarin en prenant vie à la cité de Canopée. Tes parents y étaient, et y sont toujours, comte et comtesse auprès de la Royauté du Palais. Une place très prisée, t'apportant alors un vif avantage dès ton premier souffle. En effet, tu ne manquas de rien, peut-être un peu de l'amour de tes parents... Ces derniers abandonnèrent ton éducation à des professeurs de renommer. Chacun t'apprit la faune et la flore de ce monde, mais aussi les politiques, hiérarchie et autres... Or, ils passèrent aussi énormément de temps à te construire, te modeler sur une base qui ne laissa pas place à ta manière de voir les choses. L'on te façonna dans un moule, t'obligeant à être ce que l'on voulait que tu sois, et non ce que tu pouvais devenir. Tu devais être une femme sage, discrète, noble, délicieuse et précieuse. Pas de place pour les jeux qui pouvaient salir, faire courir, crier... Parfois, tu restais des heures à la fenêtre de ta chambre, regardant les enfants jouer dans les rues, à ces jeux qui pour toi sont interdits. Quelles étaient alors tes occupations ? La couture, la lecture, les thés, les repas de noblesse... Barbant, n'est-ce pas ? Pourtant, tu ne rentras jamais dans la rébellion, pour tenter de t'affirmer. Tu restas sagement dans le moule que l'on t'a fait, sans chercher à le briser. Un moule, ayant pour but de te faire acquérir des projets au coeur de ta famille. Non seulement tu n'étais pas libre de penser ni d'agir, mais ton cœur était de même destiné au choix de tes géniteurs. Et oui, ta main fut promise pour un homme de noblesse, un homme de royauté que ton père c'était juré de te trouver. Les demandes, les convoitises, ho tu en avais, et bien trop. Ton père se chargeait de les accepter ou de les refuser pour toi. Encore, tes lèvres devaient rester closes. Mais si ton corps et tes mots ne pouvaient se faire entendre, ton cœur lui chavira au bon contre de leur volonté.


Longtemps, il n'osa t'approcher, de peur que sa présence ne fane ton élégance. Lui, simple soldat, toi, comtesse au sang noble... Non, l'éclat de tes yeux serait tellement ébréché par sa peau terne. Qui aurait pu croire, que dans l'ombre, dans le coin de tes yeux, une partie de ton regard se tournait vers lui. Tu l'avais bien remarqué, ses petites intentions, son souffle quand tu passés devant lui... Oui, tu l'avais remarqué, car tu y faisais attention. La jeune demoiselle n'était pas insensible à ce grand et fier Homme qu'il pouvait être. Oui, tu as laissé ton cœur s'éprendre sans limites. La tentation étant trop grande, vous vous décidèrent enfin à franchir le pas. En cachette, vous vous retrouviez pour laisser parler cet amour naissant. Bien qu'au départ timide et réservé, vos corps finissaient à leur tour par laisser parler vos émotions. Un amour que vous saviez impossible, ton père n'accepterait jamais de laisser ta main à celui, qui n'aurait rien à offrir... Rien de plus qu'un amour sincère. Un amour mit à l'épreuve par ta famille, mais aussi par les batailles dans lesquelles ton fier soldat devait s'engager. Chaque jour, tu priés pour lui... Oui, car avant tu croyais en la force des prières... Mais un jour, tu te décidas, avec force, tes lèvres laissèrent s'échapper tes pensées. Ton père t'avait trouvé un époux, un riche homme qu'il se disait être digne de toi. Hors de question néanmoins, de te destiner à un autre que celui que ton cœur avait choisi. Oui, enfin, la jeune et impassible Cléophée, laissa place à une femme désireuse de ses opinions. Tu avouas cet amour caché, bien que ton aimé n'était pas rentré de sa bataille. Un aveu rejeté, acharné, faisant rentrer ton père dans une colère noire. C'est ainsi que par force, tu te retrouvas enfermé des jours et des nuits dans ta chambre. Refusant de te laisser sortir, pour te dévergonder selon ses dires.  


Ta prison dorée sera toutefois un lieu spirituelle et de repos, certes contre ta conviction, mais au moins tu n'avais personne pour y troubler ta quiétude. Attendant, que l'être aimé revienne de son combat, dans l'espoir de vous envoler de vos chaînes. Néanmoins, il ne reviendra jamais, lui-même tombé au combat... Tu n'apprendras que plus tard, qu'il eut reçu de ton père, une lettre l'interdisant de te revoir. Par déchirement, se serait-il laissé mourir par la peine ? A ce moment, ton esprit éveilla une vive colère contre ton père, celui qui prend ta propre vie en main. Mais aussi, et étonnement, contre celui que tu as aimé. Durant tout ce temps, tu as été une demoiselle sage et honorable, l'attendant sagement, attendant que ses bras viennent te sauver. Non, il ne c'était même pas battu pour sauver votre amour... Préférant lâchement, baisser les bras. Tu aurais pu être accablé de chagrin par cette perte, mais cela ne fit que te renforcer. Oui, tu en avais assez. Assez d'être la charmante demoiselle qui se laisse mener telle une poupée de chiffon, assez d'être une femme qui ne pouvait agir sans un homme pour la délivrer... Cléophée, tu es forte, bien plus que tu ne le penses. Et il était temps pour toi de ne compter que sur ta propre personne.  


C'est à ce moment que naquis celle que tu nommeras Griselda. Tu suivis des personnes qui t'entraînèrent dans une nouvelle caste, volontairement choisie. La bas, tu seras connue sous ce prénom pour cacher ta double identité. Oui, tu voulais préserver ton identité de Cléophée pour mieux trancher dans ce qui peu faire mal. La douce et charmante demoiselle se trouvant des victimes de ses voles. Qui pourrait se méfier de la jeune femme douce et sage qu'elle puisse être, laissant parfois laisser à la confidence sur une certaine richesse et objets de convoitise. Vint alors le moment de laisse Griselda prendre la place. Lorsqu'elle est ainsi, Cléophée se sent revivre, se sent-elle qu'elle devrait vraiment être. Tu ne dépends de personne, laissant alors tomber le masque de celle que tu es dans la lumière.  


 

 




Dernière édition par Cléophée Trendil le Dim 11 Mar - 12:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le rosier blanc ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le rosier blanc ::
Duscisio Balibe
MessageSujet: Re: C L E O P H E E { END }   Sam 10 Mar - 12:52

Bienvenue par minou, très jolie demoiselle.

Bienvenue dans le monde des politiques pour causer larcins et tromperie...
Hein quoi ? Ladrinis vous dite ?... Oui c'est pareil dans le fond.

BREF.
Si tu as des questions n'hésites pas à t'adresser à au trio du staff en cas de question précise.
Nous sauront d'aider convenablement.

Dusc


Duscisio's Theme - Pistilose's Theme


Merci Othello pour le Kit

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar

Cléophée Trendil

MessageSujet: Re: C L E O P H E E { END }   Dim 11 Mar - 12:54

Merci pour l'accueil ^^

Je n'hésiterais pas si question, espérant terminer ma fiche rapidement pour vous rejoindre dans l'aventure.

EDIT : terminée !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Eros et Thanatos ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Eros et Thanatos ::
Elië Valanatëel
MessageSujet: Re: C L E O P H E E { END }   Dim 11 Mar - 22:31

Hello!

Bienvenue parmi nous.Ta fiche est très intéressante et d'autant plus que ton personnage me fait penser à plusieurs égards au mien mais ce n'est pas important.

Quelques remarques pour pouvoir finaliser ta fiche.

Attention, sans doute sous l'impulsion de l'enthousiasme, certaines phrases ont une syntaxe étrange voire incorrecte qui nuit à la compréhension. Ce serait cool de relire ta fiche pour être certains que nous comprenons correctement ce que tu as voulu exprimer.

La deuxième chose est lié au passage de la petite demoiselle toute sage à  Griselda. J'ai bien compris le traumatisme de ton personnage après des années de diktat de la part de sa famille et un chagrin d'amour, mais cela ne justifie pas l'entrée chez les Ladrinis surtout pour une habitante de Canopée (je ne dis pas qu'il n'y a pas de malfaiteurs dans cette belle cité,  la caste n'y est pas tant implantée que cela) Les Ladrinis sont une caste dans laquelle on ne rentre pas par hasard et là tu nous laisses un peu sur notre faim. Il faudrait que tu expliques le lien avec ton histoire et sa décision si décision il y a eu et comment elle y est entrée car il ne suffit pas de le vouloir pour y être acceptée...

Et comme je pinaille beaucoup, ta monture mériterait sans doute un petit paragraphe pour expliquer comment il entre dans ta vie. En effet, du temps de ta vie rangée je ne pense pas que tu aies été conviées aux chasses à cour (d'ailleurs je me demande si c'est une pratique Sindarine) et si c'est depuis la naissance de Griselda, je n'ai pas compris que ce loisir la motivait particulièrement. Par contre je n'ai rien à redire sur ce chois original de monture.

J'espère ne pas avoir été trop désagréable, sache que ce n'est pas voulu. Si tu as besoin d'une aide quelconque, n'hésite pas à faire appel à l'un d'entre nous par MP par exemple.

A très bientôt j'espère


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'Eryl ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Eryl ::
Sighild
MessageSujet: Re: C L E O P H E E { END }   Sam 7 Avr - 20:24

Bonjour!

Je me permet de repasser afin de savoir où tu en es sur ta fiche.

Merci à toi de nous tenir informer si tu rencontres le moindre soucis.


A bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: C L E O P H E E { END }   

Revenir en haut Aller en bas
 
C L E O P H E E { END }
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Les RegistresTitre :: Inscription & Présentation-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !