[Quête: arc de Lésée] In the claws of the golden eagle

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 2
• Ladrinis: 2
• Eclaris: 1
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 4
• Nérozias: 3
• Gélovigiens: 7
• Ascans: 2
• Marins de N.: 2
• Civils: 10

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Béamas Mois:Toula
[Avril/Mai en temps réel]

Membres du mois


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Quête: arc de Lésée] In the claws of the golden eagle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: La Dame des Sables ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: La Dame des Sables ::
Mäje
MessageSujet: [Quête: arc de Lésée] In the claws of the golden eagle   Ven 22 Juin - 14:29

Avec une boule au ventre et un nœud à l’estomac, Mäje faisait tourner le vin dans le fond de son verre. Un feu crépité dans l’âtre non loin, et la sylphide le regardait pensivement sans trop le voir, l’esprit absorbé par des priorités bien autres et bien plus importantes que trois bûches qui brûlent. C’était la saison où les nuits du désert étaient presque froides et où Val’Meëza ne perdaient pas à gagner un peu de chaleur. Les clients se faisaient rares également, aussi la gérante pouvait en profiter pour vaquer à d’autres occupations (temporairement du moins). Mais pour l’instant, elle était assise sur un boudoir, les yeux perdus, dans une robe de velours noir fendue qui mettait en valeurs ses longues jambes pâles.
Baya grogna dans son groin, et la sylphide gratta en retour son imposant crâne porcin. La phacochère ouvrit un œil renfrogné, et le referma presque aussitôt. La brune semblait particulièrement soucieuse... Dans l’embrasement de la porte, une ombre finit bientôt pas se dessinait, surmonté de deux larges oreilles canines : son bras-droit Hephasteus.


Tu as l’air tracassée...
Et encore... C’est un petit mot. Dit la sorcière en secouant pensivement la main.
Ton enquête avance ? Hephasteus était subtil mais clairvoyant. Il voyait bien quand son mentor avait les pensées ailleurs : elle adoptait une mine grave et ses yeux anthracite devenaient particulièrement fixes.
Oui... Et c’est bien ce qui m’inquiète. Une frayeur comique avait envahie sa voix et brusquement elle se retourna vers le yorka canin. L’arc de Lésée est à Cimmerium... Chez les miens.

Hephasteus en resta sans voix, bloqué dans l’encadrement de la porte. Il savait pertinemment que c’était le seul point faible de sa dame, et aussi sa seule hantise. Retourner chez les sylphides avaient été sa seule réelle phobie depuis qu’il la connaissait. Ils n’en parlaient rarement, et à chaque fois qu’il essayait de lui suggérer l’information elle déviait tout de suite pour revenir en terrain connu. Mäje, de son côté, faisait tout pour rester mystérieuse et élégante, et cachait son embarras derrière un air stoïque et faussement absorbé. En réalité, elle était terrifiée, et faisait le tour du problème, encore et encore, pour trouver une solution à son énigme. Personne n’osa trop parler, concertant de la gravité de la situation. C’est la brusque venue de Pia qui ranima un peu la flamme : la danseuse arrivait tout juste, un peu essoufflée, et la brune comprenait qu’il y avait vraisemblement eut un problème quelque part.


Les cuisiniers me disent qu’il n’y a plus de b... Oh, je dérange. Dit-elle un peu dépassée. Un problème ?

Mäje doit aller à Cimmerium. C’est Hephasteus qui prit le pas de répondre, se doutant que sa dame ne le ferait pas d’elle-même.
Aïe... Je comprends. C’est obligatoire ?
Si je veux mettre la main sur ce fichu arc, oui. Et je VEUX mettre la main sur cet arc. Je le cherche depuis trop longtemps.

Le silence s’installa de nouveau entre eux, et Pia se laissa couler sur un des canapés proche, oubliant déjà la misère des cuisiniers pour porter assistance à sa maîtresse. Chacun eut l’air absorbé et concentré sur ce difficile exercice de pensées, quand brusquement le yorka brisa le silence :

Tu veux que je vienne avec toi ? En ma vertu d’eclaris je...
Et qui gardera le relais ? Non, j’ai besoin de vous deux ici, en mon absence... Avoua Mäje au dépourvu. Mais la joueuse avait plus d’un tour dans son sac et au moins un coup d’avance. Le problème était qu’elle savait son plan bancale, car il ne reposait que sur un seul et unique joker... Qui n’accepterait peut-être pas de jouer les adjuvantes. Pour tout vous dire, j’ai déjà... Pensé à quelqu’un.

Ses deux acolytes tendirent soudain les oreilles, conscients que le doute dans sa voix n’annonçait peut-être rien de bon.
Il y a depuis peu un nom qui brûle parmi les yorkas d’Elusia. Un nom qui prend tous les jours un peu plus d’ampleurs, et qui est synonyme de révolution. Dans l’état actuel, je ne peux me permettre de venir avec un autre noble, ce serait trop flagrant... Arriver avec une grande tête de ce monde serait comme venir avec un mot signé de ma part et dévoilant tout mon plan : c’est trop visible. Mais avec elle... Venir avec une figure montante, c’est lui faire prendre de l’importance, et c’est également une façon de mettre les sylphides au courant. Ce serait légitime... Mais tout dépend d’elle, maintenant.

Elle ?
On l’appelle l’aigle d’or. C’est tout ce que je sais, ça et qu’elle est en bonne voie pour bientôt prendre Elusia dans ses serres. J’ai besoin d’elle comme ticket d’entrée...
Et tu as quelque chose à lui apporter en échange ?

Mäje cilla : ça, elle le gardait pour plus tard... Dans un silence religieux, Pia et Hephasteus approuvèrent en fermant les yeux, et en abandonnant Mäje à ses projets. Ils savaient que quand elle en arrivait à autant de précision, c’était que l’affaire était déjà jouée.
Le lendemain, la sylphide rédigea la plus respectueuse des missive, en énonçant simplement à la future souveraine qu’elle apprécierait son aide, en préférant jouer franc-jeu, sans artifice et en toute honnêteté. Comment elle avait besoin de sa présence pour entre chez les sylphides, et comment elle demander son support en toute humilité. Mais en retour, la yorka aurait l’embarras du choix... Carnet d’adresse, trésor et même support, la sylphide n’était pas maigre en richesses et en surprises. Il ne manquait plus qu’une première rencontre... Et elle laisserait à sa reine le choix de se présenter, ou non, devant ses yeux.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar

Hinaya Osiris

MessageSujet: Re: [Quête: arc de Lésée] In the claws of the golden eagle   Ven 29 Juin - 22:55

In the claws of the golden eagleQu'importe que le vent hurle
La montagne ne ploie jamais devant lui.
( Everybody Know → Sigrid )
Les temps ont changé.
Il est aujourd'hui difficile de discerner le vrai du faux tandis que le monde semble s'effondrer sous les pieds de ceux qui l'arpentent.
À travers tout ce chaos né les ambitieux, ceux qui changent la réalité et qui ne fleurissent que dans les ténèbres.

Hinaya sait que son statut n'apportera pas la paix. Après tout, elle ne la recherche pas.
On n'obtient jamais rien avec de jolies paroles.
Peut-être que sa guerre approche, ou peut-être pas. Mais pour l'instant, elle sait qu'elle doit se faire des alliés de poids. Et ce n'est qu'avec le chaos qu'elle trouvera les nouveaux-nés qui auront ce statut.

Son nom commence à faire écho à travers le monde. Rien de concret, certes. Elle y veille. Pour l'instant, elle se contente d'observer. Son peuple n'est pas encore uni, elle le sait. Mais pire encore, ils sont toujours traités comme des esclaves. Alors, elle attend.

Ses puissantes ailes fouettèrent l'air tandis qu'elle posait pieds au sol. Près d'elle, une respiration discrète et calme s'élevait.
Voilà quelques jours qu'elle avait reçu une lettre mystérieuse et arriviste, et qui faisait écho à elle-même. Elle y avait vu un moyen d'obtenir ce qu'elle recherchait : des ambitieux. Et cette personne en était bourrée.
De plus, en contrepartie, elle avait quelques idées en tête. Car ce qu'elle comptait assouvir était plus long que prévu et elle avait besoin de se savoir soutenu. Alors disons que cette rencontre serait un test qui lui permettrait de savoir si elle devrait voyager seule ou non.

– Comme convenu, me voilà.

La dame baissa légèrement sa tête en signe de respect, créant ainsi un nouveau masque plein d'artifices. En tant que reine, elle changeait de visage selon les personnes qu'elle croisait, car elle n'avait pas le droit de se montrer faible. En tant que Hinaya, on pouvait affirmer qu'elle était elle-même, même si on ressentait une certaine distance inviolable. Sauf pour sa race, évidemment.
Seulement, cette personne n'avait ni sa confiance, ni son respect, ni quoi que ce soit d'autres. Car le contraire n'était pas vrai ou prouvé.
Enfin, mise à part un intérêt purement stratégique. Évidemment.

Elle joignit alors ses mains entre elles tandis qu'elle repliait ses ailes et tendit son oreille pour connaître les faits et gestes de cet étranger.
La vérité était plus dure qu'elle ne l'espérait. Son nom n'est entendu que dans les bars d'ivrogne, de fausses rumeurs y circulent. Et bien entendu, elle sait que plus on l'entend, plus des ennemis apparaissent. Alors son côté paranoïaque n'est pas complètement inutile.
Trois mots avaient suffi : dans trois jours. Elle avait répondu à sa lettre comme lui avait conseillé son messager yorka. La neutralité était importante, pour l'instant.

Il est vrai qu'elle était très curieuse de connaître le pourquoi du comment.
©️ 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dame des Sables ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: La Dame des Sables ::
Mäje
MessageSujet: Re: [Quête: arc de Lésée] In the claws of the golden eagle   Jeu 5 Juil - 18:45

Avec les années, Mäje avait appris à reconnaître les puissants au premier coup d’œil. A côtoyer les grands, on en remarque les points communs. Et tous, sans distinction, avaient dans le regard cette même lueur brûlante et crépitante de force et d’ambition. C’était ce foudroyant éclair que la sylphide appréciait tant, et finissait pas la convaincre de rester quelques temps jusqu’à se lasser. Et, alors que l’étrange aquilin se posait non loin d’elle dans un bruissement intense, elle fut prise de court : face à elle, il n’y avait aucune lueur, aucun éclair. Seulement des yeux clos.
La sylphide dû se rendre à l’évidence : elle était sacrément surprise. Mais elle chassa cette état avant qu’il ne soit perceptible par quiconque. Certes, c’était étrange de voir la créature arriver avec ses yeux clos, et le fait qu’elle ne parvienne pas à la comprendre du premier regard empêchait cruellement la sylphide de la toiser. Néanmoins, ça jouait également avec son caractère, et alluma une curiosité brûlante pour l’étrange oiseau.

Il fallait dire que la jeune femme avait une allure originale. Son origine animal ne faisait aucun doute : recouvertes de majestueuses plumes, surplombée de deux ailes couleurs azur, elle en jetait pas mal, et la sylphide en fut impressionnée. De plus, son apparence n’avait rien du pompeux des autres dirigeants, se couvrant des pieds à la tête d’or pour prétendre à la richesse, ou pour transmettre un faux raffinement. Elle ne semblait pas s’encombrer de cette hypocrisie, et avait plutôt une apparence simple. Des cheveux en bataille et bouclés, blond comme les blés, et des vêtements simples de soi, plutôt discrets pour une cheffe, et en montrant plus que l’étiquette ne le laissait voir. Habituée depuis longtemps à travailler avec les hybrides, elle devait admettre que le mélange était très beau dans le cas de l’aigle d’or, et pour elle qui était une grande amoureuse des belles choses, elle fut charmée par la vue atypique. Mais cela ne suffisait pas pour la déstabiliser : les enjeux étaient trop importants.

Mäje ne s’était pas laissée aller pour l’occasion elle non plus, et avait passé une robe noire de velours, dévoilant ses épaules ocres bronzés par les soleils désertiques. Au bout de sa main, sa longue tige à fumer surmontée d’une cigarette continuait de fumer doucement. En plus de cela, quelques bijoux sobres mais élégants trahissaient son sens du raffinement. Mais avec ces yeux fermés, elle n’espérait plus charmer personne... Ou faire preuve de plus d’élégance. Quel gâchis !


Bonjour... Ma Dame. Osa-t-elle finalement, certaine qu’oser un plus haut patronyme serait mal reçu. Je suis honorée de faire votre connaissance et d’avoir le plaisir de vous rencontrer... Elle sourit pour elle-même et poursuivit d’un ton mystérieux qui trahissait une connaissance bien plus approfondie du sujet qu’elle ne le laissait paraître. Et j’imagine faire partie de quelques rares élus...

La sylphide ondulait dans cette conversation avec une certaine aisance, mais elle en comprenait bien les enjeux : cette rencontre n’avait rien à voir avec tout ce qu’elle avait connu auparavant. Elle qui avait été aux côtés de rois, de souverains, de seigneurs de tous camps, jamais il ne lui avait été donné de converser avec une créature si mystérieuse... Et si illisible. Même en se forçant, la diplomate ne parvenait pas à prévoir ses gestes, ses pensées, et ses réactions, et cela la laissait confuse... Et étrangement excitée. De la nouveauté avec quelques centaines d’années, c’était particulièrement agréable, surtout pour la sylphide qui pouvait parfois trouver le temps long.
Aux aguets, elle étudia silencieusement sa réaction. Naturellement, il ne convenait pas de s’enfoncer plus longtemps dans ce jeu d’étude. Après tout, ce n’était pas pour cela qu’elle était là, et si elle l’avait faite venir d’Elusia, ce n’était sûrement pas pour qu’elle manque de la convaincre avec ses manies. Mäje devait se rendre à l’évidence : pour une fois, elle n’était pas en position de pouvoir. Cette idée la terrifiait... Mais elle devait faire avec.

Poliment, elle éteignit du bout des doigts sa cigarette au bout de sa longue tige noire, et vint la jeter un peu plus loin. Une intense odeur de tabac sec et chaud émanait de la souveraine à venir, aussi elle imagina que ses mauvaises habitudes ne risquaient pas de trop la déranger. Mais elle n’était pas en position de prendre le moindre risque. Elle imaginait bien ne pas recevoir de prénom ou même de noms : là encore, elle n’était pas en position de demander. Il lui fallait d’abord présenter pattes blanches, et elle verrait ensuite comment réagirait l’aigle.


Je vous remercie tout d’abord d’avoir fait la route depuis Elusia. J’espère qu’elle fut bonne et que notre entretient n’a pas abrogé quelques projets de premier ordre. Mäje ne quittait pas des yeux l’intrigante, observant du coin de l’œil autant ses réactions que les reflets sur sa peau dorée. Je ne vais pas vous faire patienter inutilement : ni vous ni moi n’êtes là pour un long discours... Et j’imagine que nous n’avons pas non plus une extrême patience.

Levant un bras, elle fit un signe discret à un de ses employés qui revint rapidement avec deux carafes fumantes remplis de deux des meilleurs thés. Sur ce même plateau d’argent, des tasses d’argents et de bois d’un très bel ouvrage attendaient patiemment de recevoir le précieux liquide. Au moins, elle souhaitait que son hôte se sente à l’aise, le plus confortable possible pour pouvoir discuter. Chassant l’air sec du désert d’un coup de main, elle poursuivit, préférant aller droit au but plutôt que de s’éterniser en fausses manières.

Même dans les sables du désert, les rumeurs circulent vite... C’est ainsi que j’ai eu vent de votre histoire, et de votre fulgurante ascension au sein de la cité de l’eau. Bien que les mots soient encore vagues et bègues, je ne doute pas qu’ils prennent bientôt un sens plus grandiose et politique. C’est pour cela que je préfère attraper les chevaux au galop plutôt que de les regarder passer.
Croisant à son tour les mains dans une curieuse mimique, elle maudissait de ne plus avoir sa cigarette pour la garder occupée. On m’appelle Mäje, et je suis à la fois la gardienne de ce lieu, à la fois un splendide spécimen Sylphide... Hors, je ne suis pas en bon terme avec mes pairs : trop fermés d’esprit. Trop élitistes. Trop... Supérieurs. Mais il y a un objet que je convoite à Cimmérium, et je ne peux plus m’y présenter simplement armé de mon ravageur sourire.

Joignant le geste à la parole, ses lèvres noires s’étirèrent avec un charme félin, bien qu’elle fut consciente de ne pas être vu – à son grand dam, certes ! Prenant une petite pause, Mäje fit le bilan : elle venait de poser sur la table une partie de ses cartes, en gardant volontiers dans sa main pour la suite de la discussion. Comme son rôle dans l’échiquier politique, par exemple, espérant pouvoir le proposer en échange de la bonne grâce de la régente qui aurait sûrement besoin de conseils dans sa poursuite de la prospérité. Se décollant de son dossier, elle finit par mettre la yorka devant la situation nue.

La vérité est simple : j’ai besoin de vous pour m’aider dans cette entreprise. Et en échange, je suis prête à vous fournir ce que vous voulez parmi ce qui est en ma mesure. Autrement dit, presque la lune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar

Hinaya Osiris

MessageSujet: Re: [Quête: arc de Lésée] In the claws of the golden eagle   Mar 10 Juil - 22:23

In the claws of the golden eagleQu'importe que le vent hurle
La montagne ne ploie jamais devant lui.
( Everybody Know → Sigrid )
Dans un calme troublant, la dame écouta attentivement l'étrangère l’assommer d'artifices vulgaires. Amusée par la situation, un petit sourire était né sur ses lèvres tandis que sa mâchoire se serrait à vue d’œil.

Son statut de reine signifiait beaucoup, que ce soit pour elle que pour les autres. Mais rester dans l'ombre était important à ses yeux, car elle pouvait éviter les moqueries telle quel.
Elle était reine seulement pour son peuple. Pour les autres, elle n'était personne. Alors il est vrai qu'elle n'assumait pas encore ce statut auprès des autres races. Être traitée différemment avait le don de l'énerver. Car tandis que sa race était soumise par des incapables, il y avait des hypocrites qui pensaient juste de la mettre sur un piédestal, comme si elle était plus importante que ses confrères.

Son sourire était baigné dans l'insolence ; elle sentait qu'elle ne disait pas exactement la vérité. Mais elle portait encore son masque, alors elle ne devait pas faire de faux pas. Les gens ont tendance à parler, amplifier les choses. Ce n'était pas le moment de se faire remarquer bêtement.
En surface, elle ne laissait rien paraître, mais il y avait des signes qui laissaient entendre qu'elle était sur ses gardes. Notamment le fait qu'elle fit semblant de ne pas voir la tasse de thé que lui tendait un serviteur.

Et puis, elle sentait que cette femme serait amenée à faire de grandes choses. Notamment grâce son habilité à jongler avec les mots.
Alors elle inclina légèrement sa tête.

– Je vous remercie pour votre honnêteté. Et je serais honorée de vous aider dans votre quête de… ? Que cherchez-vous au juste ?


La dame avait besoin d'elle autant que cette étrangère. Et elle savait aussi bien jongler avec les mots qu'elle.

Voilà quelque temps que la reine cherchait une âme pour l'aider. Jamais elle ne serait assez folle pour mettre en danger son peuple, alors elle avait omis de leur dire ceci ; elle était certaine que certains d'entre eux voudraient l'accompagner.

Il y avait une arme qui l'attirait plus que tout.
Une arme qui saurait faire la différence.
Et sacrifiait une âme d'une autre race ne lui faisait pas peur.
Comme si les remords n'existaient pas chez elle.
Après tout ce qu'elle avait vécu, les regrets l'effraient bien plus qu'il n'y paraissait.

La dame laissa un silence planer tandis qu'elle laissait ses sens amplifier et scanner chaque mouvement et odeur.
Son sourire ne s'était pas effacé, prenant à chaque minute passait une forme presque effrayante.

– Et mise à part ce que vous m'offrez… qu'est-ce que cette rencontre avec votre race m'apportera ? Gratuitement.


Plus qu'une question, la reine s'efforçait de se donner une image presque stupide devant tout la dangerosité de la demande de l'étrangère.
Après tout, c'était peut-être un piège. Elle ne pouvait pas prouver la véracité de ses propos. Elle ne pouvait pas être certaine d'être en face d'une Sylphide. Elle ne pouvait pas être certaine de ne pas la connaître. Peut-être qu'elle voulait se venger d'elle, d'une façon ou d'une autre.  
©️ 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dame des Sables ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: La Dame des Sables ::
Mäje
MessageSujet: Re: [Quête: arc de Lésée] In the claws of the golden eagle   Jeu 12 Juil - 15:03

De ce qu’elle pouvait voir, la sylphide reconnue que son hôte avait tout d’une énigme. Néanmoins, une chose était certaine : elle se trompait peut-être d’approche. En voyant les traits stoïques et las de l’oiseau, c’était à se demander si elle ne l’énervait pas avec ses manières, avec un sourire particulièrement faux figé sur ses lèvres. Haussant ses épaules basanées, Mäje reconnut volontiers qu’il valait mieux assouplir le ton, puisqu’elle n’avait vraisemblablement pas envie de s’embêter avec des futilités, fut-ce-t-elles de langages ou autres. Après tout, elle n’en livrait pas assez pour pouvoir laissait le plaisir à la nomade de s’amuser à la comprendre.

A vrai dire, sans trop pouvoir dire si cela était volontaire ou non, elle faisait tout pour renvoyer une image froide et insolente, quelque chose d’arrogant qui l’amusait plus que cela ne l’impressionnait. Elle avait maté des chats plus farouches, bien qu’elle se doutait que l’aigle d’or fut un cas bien différent. Pour elle qui avait quelques années de vie de plus, s’encombrer des attitudes et des émotions devenaient parfois pénibles, aussi la tenancière ne choisissait d’accorder son attention qu’à ce qui avait réellement de valeurs. Aussi, bien qu’il fut charmant, elle ne prit pas personnellement le sourire hautain qu’on lui tendait. Un jeu était un jeu, après tout.

Il n’y a pas de quoi, c’est bien normal. Après tout, à quoi bon vouloir cacher ce genre de choses ? Elle avala une grande gorgée de thé avec un silence impressionnant, puis reposa la tasse face à elle dans un bruit étouffé de métal. Elle n’hésita pas non plus à poursuivre. Je convoite la création d’un armurier terran qui a habité à Cimmerium. Il aurait créé avec l’aide des miens un objet splendide et j’admets vouloir mettre la main dessus. Et elle ajouta, désamorçant ainsi toutes futures questions. C’est pour ma collection personnelle.

Cela ne lui servait à rien de trop en dire, aussi elle n’en dit que le minimum. Le reste viendrait en son temps : elle savait que l’arc était passé de mains en mains pendant des années, et le retrouver serait sûrement bien plus qu’une partie de plaisir. Et quand bien même elles seraient acceptées dans la cité, il faudrait encore retrouver les traces de l’objet dans Cimmerium... Ce n’était vraiment pas gagné. Mais elle était au moins rassurée de savoir que la yorka était volontaire pour l’accompagner dans cette entreprise. En même temps, elle ne pouvait s’empêcher de la voir accepter si facilement. Cela prouvait qu’elle avait une idée derrière cette jolie tête sauvage, et Mäje était toute ouïe de l’entendre. On n’accepte rien d’amblé sans attendre quelque chose en retour, surtout quand la chose n’était pas d’ors et déjà discuté... La sylphide en déduit sans trop de difficulté qu’elle n’était effectivement pas la seule a avoir quelque chose à demander. Ceci dit, il lui apparaissait évident que l’hybride en dirait plus en temps et en heure, et qu’il lui appartenait de lui laisser le temps nécessaire pour qu’elle puisse lui en parler.

Alors que le silence s’installait entre elles, la sylphide vint boire de nouveau un peu de son thé, et surveillait du coin de l’œil le visage de la yorka : son énigmatique sourire devenait de plus en plus large et déformé... S’en était presque terrifiant. Elle dû l’admettre : à cet instant, la sylphide hésita, et se demanda si elle avait bien fait d’appeler la nouvelle régente à l’aide... Les rumeurs qui circulaient sur son passé n’avaient rien de rassurant après tout. Mais ravalant sa salive et sa fierté, Mäje eut vite fait de se remonter et de mettre ses doutes en sourdine. Elle n’était pas en position de marchander, et qui plus est, elle se savait libre et c’était tout ce qui comptait.
De plus, bien que cela n’avait rien de rassurant, elle ne pouvait s’empêcher d’apprécier le caractère un semblant atypique de la jeune femme, remarquant que sa force résiderait sûrement dans son impulsivité... Bien qu’elle soit potentiellement instable, il y avait quelque chose en elle qui forçait l’admiration. Qui qu’elle soit et quoiqu’elle désire faire à l’avenir, cette créature étrange promettait d’être le fruit d’évènements particulièrement intéressants. Restaient à savoir où la sylphide se situerai sur cette échiquier.

Faisant fi d’une certaine hypocrisie qui semblait irritait elle et son hôte, elle finit par récupérer sa cigarette et taire à moitié cette bonne manière. Après tout, si elle allait passer du temps avec elle, ça ne servait à rien de maintenir faussement certaines apparences, autant être elle-même... Enfin, en partie. Rattrapant la tige entre ses lèvres, elle aspira profondément la fumée qui vint couleur dans sa gorge comme une liqueur capricieuse. C’est alors que l’oiseau décida de briser le silence, et l’immortelle ne pu s’empêcher de lâcher un rictus irrité à l’écouter parler de ces coincés dans les nuages comme si ils étaient encore en bon terme. Néanmoins, elle nota qu’elle n’était pas intéressée par de l’argent, ce qui ne la surprit guère.


Expirant sa fumée sur la table basse en la couvrant d’une brume opaque, elle poursuivit, continuant de parler avec un certain flegme, habituée à avoir ces conversations politiques depuis de nombreuses années.

Vous n’êtes pas sans savoir que de tous les peuples, les sylphides sont autant les plus détachés, autant les plus impliqués. Du haut de Cimmérium, ils font tous, décident tous, et ce sont eux... Nous qui choisissons quoi faire en cas de conflit, qui aider, et qui assister pour créer le pouvoir. De nouveau elle aspira sur le tube incandescent et continua, la fumée sortant allègrement de ses lèvres noires. Nous recevons à la naissance une éducation vaste et rigoureuse, sommes instruits à l’art, à la médecine, à la belligérance, à la stratégie et à la diplomatie. En rencontrant mon peuple, je ne vous propose pas de vous faire un nom. Cela viendra avec le temps, je n’en doute pas. Elle souffla un instant, pris une gorgée de thé.  Par contre, cela va vous permettre d’exister. D’avoir du crédit. Pas seulement aux yeux des vôtres, mais aux yeux de tous.

Elle avait conscience du statut de moteur que sont les sylphides : bien qu’à l’abri dans une tour d’argent, ils sont ceux qui veillent et qui consignent. Avec une certaine douleur, elle revisita quelques souvenirs du temps où elle résidait à grande force d’obligation dans ce palais doré. Absorbée, Mäje continua tout de même, repensant à quelques histoires qu’on lui avait conté sur la citée.

Rares furent les yorkas à se présenter à la cité comme hommes libres. Et encore plus rares furent-ils à pouvoir prétendre à être des guides, des rois. Vous présentez devant nous, c’est donner un corps et un visage à votre peuple. Leur donner une liberté, en quelques sortes. Être la voix du changement...

Car c’était de cela qu’il était question, non ? Une révolution était en marche, un peuple allait se lever, et se libérer des chaînes qui les retenaient depuis des centaines d’années. Au loin, la sylphide chercha des yeux les oreilles canines d’Hephasteus, qui les observait de loin. Avait-il conscience de se changement ? Lui était libre de naissance... Combien n’avait pas cette chance ? Las, elle fuma une dernière fois sa cigarette qui vint s’éteindre entre ses doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar

Hinaya Osiris

MessageSujet: Re: [Quête: arc de Lésée] In the claws of the golden eagle   Ven 13 Juil - 20:25

In the claws of the golden eagleQu'importe que le vent hurle
La montagne ne ploie jamais devant lui.
( Everybody Know → Sigrid )
Le monde s'attendait à ce qu'elle se repose sur le savoir et la grandeur des autres afin qu'elle puisse libérer son peuple.
Seulement, c'était exactement de ça dont il était question. De la libération de sa seule raison de vivre. Et ce n'était pas en s'inclinant devant les responsables de leur peine qu'elle parviendrait à ses fins.

Une rage sans nom s'alluma alors en elle. Une rage souvent présente.
Mais ce n'était pas encore le moment de laisser sa haine s'échapper.
Et tandis que les mots continuaient à fuser, le feu commença à diminuer.

La manière de l'étrangère d'exprimer sa vision des choses avait eu le don de calmer ses nerfs.
Son erreur, aussi. Elle ne se considérait pas comme un membre à part entière de sa race.
De même, elle présentait les Yorkas d'une façon presque prestigieuse. Ce serait un mensonge de dire que certains mots ne l'avaient pas irrité, n'avait pas été maladroit. Car après tout, on ne pouvait tout simplement pas parler de son peuple sans toucher un point sensible, avec elle.

Foulée les terres ayant autrefois accueilli ses confrères esclaves, la tête haute et les mains libres, avaient le don de la rendre folle.
Tandis qu'on l'accueillerait les bras ouverts et le sourire béant, certains de ses frères ou de ses sœurs seraient torturaient, obligeaient à accomplir des tâches plus ingrates les unes que les autres à cause de ses mêmes hôtes.
L'hypocrisie des Hommes était accablante.
Mais cette femme n'était peut-être pas tout le monde. Peut-être pas eux, du moins. Elle avait pressenti quelque chose en elle. Et ça, faisait toute la différence.
Alors même si ses lèvres lui démangeaient, la dame restait muette.

Aussitôt que les dernières paroles furent terminées, sa respiration revint à la normale, ses mains se décrispèrent et son sourire s'effaça.
Plus de mensonges.
Un masque différent.
Et elle s'assied enfin sur la chaise.

La dame n'était pas venue parler politique, mais on ne lui demande pas de ne pas défendre son peuple.
Ce n'était même plus la reine qui parlait.
C'était bien plus.
C'était l'Aigle d'Or.

– Non…

Elle secoua la tête.
C'est vrai, après tout, elle ne pouvait pas comprendre, car elle n'était ni la bourrelle ni l'esclave. Il ne connaissait pas ce sentiment d'injuste ; cette folie que les siens ressentaient tandis qu'il acceptait leur destin.
Rien de tout cela.
Elle ne savait rien.
Et pourtant, la dame continuait à s'acharner devant cette cause perdue d'avance ; très peu de personnes arrivaient à comprendre son opinion.
Mais elle ne s'arrêtait pas, car elle ne cesserait jamais de se révolter contre toute la folie des Hommes.

Son peuple ne se libérera pas seul, c'est vrai.
C'est pour cette raison qu'elle est ici.
Les Sylphides ne sont rien d'autres qu'un pion sur son échiquier. Ils ne seront jamais leur libérateur.
Jamais.

– Ce ne sont pas vos confrères qui libéreront mon peuple de ses chaînes. Le temps efface beaucoup de choses, mais certains souvenirs restent à jamais gravés dans nos mémoires. Et je peux vous assurer que quelles que soient vos démarches, vous ne pourrez jamais réparer les erreurs de vos aïeuls. Ils coulent dans vos veines comme dans les miennes.

C'est le Yin et le Yang.
Il y avait des erreurs qu'on ne répare pas. Et ça, Hinaya le savait plus que quiconque.
Comme tout le monde, elle avait de lourds secrets qu'elle ne dévoilerait jamais.
Hinaya avait été l'esclave, puis le bourreau. Hinaya comprenait mieux que n'importe qui leur différente opinion, car elle avait été dans les deux camps. Mais à la seule différence d'eux, elle avait choisi le bon.

Et pour toutes ses erreurs, elle n'était pas une héroïne, et elle ne le serait jamais.
Mais ça lui convenait.
Elle n'en avait pas l'étoffe.
Les Yorkas n'en avaient pas besoin, de toute façon. C'était dans le bon qu'on retrouvait le mauvais, et dans le mauvais qu'on retrouvait le bon. Aussi étrange que cela puisse paraître, Hinaya avait plus de mauvais que de bon en elle. Et c'était peut-être de ça qu'avait besoin son peuple.

Enfin, son sourire s'effaça.

– VOUS avez créé le passé. NOUS allons créer le futur. Si vous voulez nous apporter quoique ce soit, commencez par accepter vos erreurs. Acceptez que les grands Sylphides ne soient pas parfaits. Acceptez que vous ne le serez jamais. Et arrêtez cette hypocrisie. Je n'attendrai jamais l’approbation de votre peuple pour devenir quelqu'un. Si votre passé est couvert d'éloge, ce ne sera pas avec notre présent et votre futur que vous connaîtrez la gloire à laquelle vous aspirez tant.


Car dans leur immensité savoir, ils avaient oublié que c'était la Nature elle-même qui façonnait les plus belles œuvres. Et que rien ne changerait ce fait. Pas même ce grand savoir qu'ils gardaient jalousement. Alors certains de leurs rêves resteront à jamais irréalisables.
Ils étaient les créatures à plaindre le plus, car ils ne connaissaient pas la liberté. Mäje en était la preuve vivante. Et elle avait choisi le bon côté afin de goûter au plus précieux des biens.

Et quand bien même il pourrait créer ce fameux pouvoir, Hinaya ne l'accepterait jamais. Pas de ses bourreaux. Un peuple aussi prétentieux ne méritait pas de goûter à un destin pareil.
Ô ! Bien sûr que la dame haïssait les autres races à un point inimaginable, mais grâce à la belle, il semblerait que certains soient au-dessus des autres.

– Comme je le pensais, votre peuple n'a rien d'autres à offrir que leur arrogance. Mais je ne suis pas venue parler politique. Alors quel est votre plan ? Savez-vous au moins où se trouve l'objet de vos convoitises ? »

Autant finir ce boulot rapidement afin qu'elle puisse arriver à ses fins facilement.
La dame alluma une braise tandis qu'en même temps, sa rage reprenait de la vivacité.
©️ 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Quête: arc de Lésée] In the claws of the golden eagle   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Quête: arc de Lésée] In the claws of the golden eagle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SGU Aliens [SPOILERS]
» Egeha party.
» Mon Games Day...
» [TUTO] Faire des socles
» [WCH] Golden Book

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Cebrenia, le pays des Grandes CitésTitre :: Cimmerium, la Cité célesteTitre-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !