Top 10 des missions qui tournent mal [MISSION]

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 3
• Eclaris: 1
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 5
• Nérozias: 3
• Gélovigiens: 6
• Ascans: 2
• Marins de N.: 2
• Civils: 10

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Riguear Mois:Gexon
[Novembre/Décembre en temps réel]

Tableau d'honneur


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Top 10 des missions qui tournent mal [MISSION]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: Soeur Cadette ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Soeur Cadette ::
Smaragd
MessageSujet: Top 10 des missions qui tournent mal [MISSION]   Sam 3 Nov - 20:38

Perchée sur la branche colossale d’un arbre trapu, la jeune Zélos mordait les peaux mortes de sa lèvre supérieure et les mâchouillait distraitement. Elle avait les yeux dans le vague et l’esprit sur les flots, à errer librement dans l’azur de la mer. Smaragd avait vu l’océan quelques fois dans sa vie, et bien qu’elle aurait réfléchi à deux fois avant de mettre un pied sur un bateau, elle rêvait souvent à l’immensité bleue et aux créatures qu’elle pouvait bien abriter. Le goût du sang sur ses papilles l’extirpa de ses songes, et elle poussa un grognement en essuyant sa bouche avant de se redresser contre le tronc tortueux qu’elle avait choisi comme dossier. Elle se pencha en avant et empoigna sa cheville en la ramenant davantage vers elle tandis qu’elle laissait son autre jambe s’affaisser et balloter de l’autre côté de la branche. Puis elle renifla et poussa un gros soupir.

Elle n’avait pas particulièrement envie de « se mettre en danger » ou de « provoquer qui-que-ce-soit » mais les instructions qu’on lui avait données limitaient tout de même grandement son champ des possibles. Cela faisait plusieurs heures qu’elle jouait les sentinelles, à tendre l’oreille aux moindres bruits sur le chemin qui passait trois-cent pieds plus bas, et elle commençait à s’ennuyer sévèrement. On lui avait pratiquement interdit d’essayer d’apercevoir les suspects – elle devait se contenter d’ouvrir ses esgourdes et de rapporter tout ce qui pouvait bien ressembler à trois voix masculines distinctes. Après tant de temps passé à ne rien faire, elle aurait été ravie d’entendre un écureuil couiner.

De même, on lui avait demandé de ne pas emmener Glouton avec elle, parce qu’il risquait fortement de compromettre sa discrétion. Son espèce était loin d’être étrangère à la faune locale mais il attaquait à peu près tout ce qui avait l’air plus ou moins vivant, et cela risquait de mettre en péril la mission qu’on lui avait confiée. Smaragd avait acquiescé vaguement mais n’avait pas fait énormément d’efforts pour faire comprendre à son compagnon qu’il ne devait surtout pas la suivre… D’autant que même en y mettant toute la bonne volonté du monde, elle n’aurait eu que peu de chances de convaincre la bestiole d’obéir à un de ses ordres. C’est qu’il avait tendance à faire plutôt tout ce qu’il voulait. Aussi ne fut-elle pas surprise – quoi que fortement contrariée – d’apercevoir une touffe de poils cuivrés se faufiler entre les fougères, tout prêt de sa tourelle de garde improvisée.

« – Glouton ? pesta-t-elle de son accent gauche. Puis elle enchaîna en zinonien. Sale bête ! Reviens ici tout de suite, sac à puces !

Elle passa une jambe par-dessus la branche, s’agrippa au tronc, et se précipita au sol. Elle dut se laisser tomber de six pieds et atterrit adroitement mais lourdement sur un tas de feuilles mortes, dans un boucan qui la fit serrer les dents.

– Sale bête ! L’animal avait disparu après un glapissement menaçant. Smaragd entendit les herbes bruisser dans la direction opposée au sentier qu’elle était censée surveiller. Sale bête ! J’avais dit non ! Ramène-toi ! chuchota-t-elle agressivement. Puis elle se mit à sa suite, tentant de se déplacer aussi furtivement que rapidement. »

Elle entendait la bestiole accélérer devant elle. Voyant qu’elle s’enfonçait toujours plus dans la forêt et ne pouvait plus rien entendre de ce qui pouvait bien se passer sur le chemin menant à la carrière abandonnée, elle interrompit sa chasse et grommela longuement avant de faire demi-tour. Elle espérait simplement que son ami ne reviendrait pas rôder auprès d’elle, pour une fois.

Trois bons quarts d’heure s’écoulèrent. Smaragd avait grimpé à un autre arbre et s’était mise à défaire et refaire ses tresses en enchaînant les rictus absurdes pour s’occuper.

« – Si y’a bien un truc donc je suis sûre, c’est que je me souviendrai pas longtemps de ma première mission en solo… avait-elle murmuré. Elle s’était ensuite mise à tapoter des rythmes sur ses cuisses et à les accompagner de sons divers et variés, du claquement de langue au sifflement sourd. Puis elle avait entreprit de tailler une tête d’ours dans l’écorce entre ses jambes avec sa dague. Ouais ça ressemble vachement plus à un lapin… »

Elle était en train d’essayer d’élargir les dents de son œuvre quand un glapissement aigu la fit sursauter. Elle se redressa comme une bête sauvage et se figea pour mieux écouter. Des grognements feints s’ensuivirent, puis des bruissements d’herbe erratiques.

« – Glouton ? susurra-t-elle avec inquiétude. Très certainement. Cette petite teigne n’avait peur de rien et il était très probable qu’elle eut été soit l’auteur, soit la raison de ce cri déchirant. En temps normal, Smaragd aurait attendu d’en entendre plus pour déterminer s’il fallait qu’elle intervienne ou si son compagnon pouvait se débrouiller seul – ce qui était le cas neuf fois sur dix, soit dit en passant – mais à ce moment précis, elle se devait de mettre fin à tout évènement bruyant qui pouvait attirer l’attention ou l’empêcher d’entendre ce qu’elle cherchait à entendre. Encore une fois, elle se précipita pour descendre et trotta dans la direction du couinement, qui par ailleurs eut tôt fait de se répéter. Elle appela son familier encore quelques fois en chuchotant et finit par apercevoir, de l’autre côté d’un espace broussailleux mais moins boisé, une masse poilue et une ombre claire sous un buisson agité. Sur quoi t’es tombé encore, saleté ? grogna l’Eryllis à cran. »

Elle s’approcha sans grandes précautions, prête à user de ses talents d’intimidation ou même de son sifflet si nécessaire. La chose avec laquelle Glouton semblait batailler avait l’air plus grosse que lui, certes, mais pas assez pour faire peur à Smaragd… Ou à un glouton, d’ailleurs.


avatar by Tsvetka


Dernière édition par Smaragd le Lun 5 Nov - 3:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Mi-Homme Mi-Monstre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Mi-Homme Mi-Monstre ::
Aleya
MessageSujet: Re: Top 10 des missions qui tournent mal [MISSION]   Lun 5 Nov - 0:57

Il fallut courir. Courir longtemps et courir encore. Courir sans mesurer l'effort. Fuir ces terres que domine la mort. Se frayer un chemin au travers des épées enterrées par le temps qui menaçaient de lui entailler la plante des pieds. Ne pas s'arrêter plus d'une heure pour ne dormir jamais que d'une oreille. Le repos devint un luxe périlleux, une denrée aussi rare que la nourriture.

Ni homme ni bête ne foule la terre des morts. Rien n'y pousse ni n'y demeure. Il lui fallut se nourrir des rares rongeurs qui venaient eux-mêmes se nourrir d'insectes nécrophages. Se nourrir de ces insectes aussi, si les rongeurs étaient trop rapides. Ils le devinrent, trop rapides, trop difficiles à attraper pour une enfant qui avait perdu son guide et dont les forces s'amenuisaient comme peau de chagrin.

Il fallut survivre. Comme toujours. Survivre malgré tout.

Puis il y eut la forêt. Si proche et si lointaine à la fois. Il lui fallut deux jours pour rejoindre l'orée des bois là ou une journée aurait suffit autrefois, lorsque son ventre avait encore quelques réserves. Ses côtes déjà saillantes étaient devenues si visibles qu'elles auraient tôt fait de transpercer le peu de peau qui tenait encore à les recouvrir.

La forêt était cependant bienveillante et un réel garde manger vivant pour qui sait regarder. Le petit monstre avait la chance d'être l'un de ces chanceux. Elle trouva rapidement des herbes, des insectes, des larves, tout ce qui pouvait receler quelques protéines et vitamines. Elle eut tôt fait de remplir ce qui restait de son rachitique système digestif.

Elle passa deux jours à rendre tout ce qu'elle avait manger. Son corps était incapable de supporter la charge alimentaire qu'elle essayait de lui imposer. Elle n'arrivait plus à manger correctement. Elle avait toujours faim. Pire, à force de s'acharner à nourrir un corps récalcitrant, elle se rendit malade.

Le petit monstre rouge n'était plus si vermillon. L'enfant ne comprenait pas pourquoi son corps refusait tout ce qu'elle mangeait. Jamais avant cette traversée de la Grande Désolation elle n'avait eu à jeûné si rudement. Elle n'avait aucune idée de ce qui lui arrivait. Elle parvint donc à la conclusion qu'elle devait manger quelque chose de plus nourrissant que des racines et des mulots.

Quelques écureuils lui tournaient bien autour, du haut des branches sur lesquelles ils se perchaient. Aleya avait beau savoir grimper, elle se savait aussi trop faible pour parvenir à chasser ce genre d'animal. Ainsi elle se retrouva à pister le lapin.

Le premier lui échappa après plusieurs heures de traque, averti par les cris de berbis cachés dans un buisson dans lequel Aleya tenta elle aussi, de se cacher. Le second était déjà mort. Il s'agissait de la prise d'un autre prédateur. Sans doute l'un des plus dangereux de cette planète et il ne se déplaçait pas seul.

Trois hommes traversaient la forêt de Sphène, ils avaient un lourd chargement comprenant un tas de choses qu'Aleya ne s'attarda pas à observer. Son attention était toute attribuée au lapin qui se balançait au bout d'un cordon tressé. C'était un hasard total si la petite Lhurgoyf avait croisé leur chemin et en temps normal, elle se serait rapidement éloignée. Sauf qu'ils avaient un lapin..

C'était imprudent. C'était même dangereux. L'enfant hésitait entre continuer à la suivre ou vite partir. Mais plus elle hésitait, plus longtemps elle continuait à les suivre. Jusqu'à ce que, finalement, ils fassent une pause, deux d'entre eux allèrent un peu plus loin pour se soulager, le dernier gardait leurs paquetages. C'était une occasion.. peut-être la seule. Devait-elle vraiment s'y risquer ?

L'homme se leva, alla chercher quelque chose dans un des sacs. Le monstre débarqua à ce moment précis. Alors qu'il était penché, ses mains plongés dans le sac, l'homme entendit les buissons s'ouvrirent derrière lui. Il fit un bond sur le côté, un couteau tiré au clair dès qu'il eut reprit équilibre. Son regard ne capta qu'un éclair rougeâtre qui retournait dans les buissons desquels il était sortit.

Le coeur battant à tout rompre, Aleya se sauvait à toutes jambes. Courir, à nouveau. La nuque brisée d'un lapin entre ses petites dents pointues. Il avait encore le cordon tressé autour du cou et une pointe de flèche brisée dans le flanc.

L'enfant était à bout de souffle et de force lorsqu'elle s'arrêta enfin. Dans une petite clairière, elle posa son butin et entreprit rapidement de lui arracher la fourrure à l'aide de ses mains griffues et de sa dentition tranchante. Elle n'avait même pas pu encore goûter à la chaire encore tiède, le sang ruisselant pourtant sur son menton, lorsqu'une créature approcha à grande vitesse.

Elle couru, encore une fois... Si peu de temps. Son corps ne voulait plus lui obéir. Elle s'effondra, tenta de se trainer à la force des bras sur quelques mètres, le lapin toujours dans la gueule. Elle ne pouvait pas abandonner sa prise.. Elle ne pouvait simplement pas. La chose qui la poursuivait la rattrapa rapidement.

Décidée à ne pas abandonner son repas et incapable de fuir davantage. Aleya décida de se défendre. Chose qu'elle avait rarement fait dans sa courte vie. La fuite était souvent la meilleure des alternatives. Elle improvisa donc avec ce qu'elle avait déjà pu observer chez d'autres espèces. Se tenant sur ses quatre membres, elle redressa le postérieur, arrondissant le dos pour se montrer plus imposante. Elle n'avait certes pas de pelage pour compléter sa tentative d'intimidation mais elle avait des cornes plutôt grandes à présent et un cri aigu pour tout avertissement.

Lorsque le glouton arriva, Aleya était prête. Aussi imposante qu'elle pouvait être, pour un petit monstre rouge. Elle donna de la voix, entre le cri, de grognement et de couinement, cela stoppa l'animal en face d'elle mais ne sembla pas le décourager. Grattant le sol de ses griffes noires, Aleya répéta son avertissement.

En réalité, le glouton devait être plus surpris qu'intimider. Il faut lui concéder qu'il est assez rare de contester sa prise à une créature humanoïde se tenant à quatre patte à la peau aussi rouge que le sang qui coule le long de son cou. Même pour un glouton, la scène devait être assez perturbante. Assez pour s'autoriser un moment de doute. Moment pendant lequel une autre créature humanoïde fit son apparition.

La grande forme arriva sur ses deux pattes inférieures, fièrement dressée de toute sa hauteur juste derrière le glouton qui, si il jeta un regard en arrière, ne sembla en rien perturber par l'arrivée de cet autre prédateur. Voilà qui sonnait le glas de notre petit monstre. Le glouton était déjà le plus gros opposant auquel elle avait jamais eut à faire face alors.. lui plus la grande femme..

Aleya couina une dernière fois et lâcha son lapin avant de déguerpir. Elle réussit à courir sur trois mètres avant que ses muscles tétanisés ne la fasse tomber face contre terre. Tout son corps hurlait à présent, ce n'était plus seulement ses jambes ou son ventre, un hurlement montait aussi de l'intérieur de son crâne. Elle n'y voyait plus très clair, des points noirs envahissaient sa vision et son ouïe ne captait plus tous les sons environnants. A moitié aveugle et paniquée, elle se réfugia derrière le tronc d'un arbre, tentant de s'ensevelir rapidement sous les feuilles mortes alors qu'elle n'était plus capable d'entendre ses poursuivants.

Elle allait finir dévorer par un glouton. Elle en était aussi persuadée que terrifiée. Sa tête lui semblait si lourde et tout, même le sol sous elle, semblait vouloir se dérober. Les yeux grands ouverts et pourtant incapable de voir net, elle guettait avec la plus grande des frayeurs, ce qui viendrait l'arracher à ce monde.


Dernière édition par Aleya le Lun 5 Nov - 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
:: Soeur Cadette ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Soeur Cadette ::
Smaragd
MessageSujet: Re: Top 10 des missions qui tournent mal [MISSION]   Lun 5 Nov - 6:07

Les deux créatures finirent par se séparer violemment et l’animal que Glouton venait de vaincre s’enfuit entre les hautes herbes avant de s’effondrer à peine plus loin. Smaragd put voir la chose rouler dans les feuilles tombées au pied d’un arbre et se terrer faiblement sous ce nid végétal, recroquevillant ses maigres membres vermeils sous son corps frêle. La jeune Zélos avait vu son lot de bêtes sauvages, elle connaissait la faune de Noathis bien mieux que ses conjugaisons en isther, et avec tout ça, elle n’avait jamais rien vu qui ressemblait de prêt ou de loin à la bestiole majoritairement imberbe et curieusement pigmentée qui venait de s’enfouir sous un tas de feuilles. Ainsi, elle s’empressa de porter la main au sifflet qui pendant à son cou, prête à mettre cette curiosité en fuite s’il le fallait. Pour le moment, cela dit, ça ne bougeait pas beaucoup en dehors de tremblotements visiblement terrifiés. La créature commençait à prendre des allures inoffensives.

« Dis-donc, t’as fait fort ! Je sais pas du tout ce que c’est, ce machin-là ! lança-t-elle à l’adresse de Glouton – sans pour autant quitter le machin-là des yeux. »

De son côté, le compagnon de Smaragd entamait son repas. L’Eryllis choisit d’observer la chose écarlate, ce pour quoi elle dut faire quelques pas afin de contourner le tronc derrière lequel elle s’était cachée. Il lui fut aisé de constater qu’elle était pétrifiée et tout à fait maigrichonne. De plus en plus intriguée par l’aspect si nouveau de ce qu’elle avait sous les yeux, la Zélos finit par s’accroupir pour mieux inspecter sa découverte. Sous la végétation morte que la bête avait choisie comme refuge, l’on pouvait apercevoir des jambes grêles et de petites mains griffues, ainsi qu’une longue chevelure pâle, unique touche virginale sur le corps entièrement pourpre. La jeune amazone en conclut qu’il s’agissait d’un très jeune humanoïde – de sexe encore indéterminé – et de par la présence de longues cornes et de ce qui ressemblait plus à des serres qu’à des menottes d’enfant, elle supposa qu’elle faisait face à un Yorka. Embarrassée mais quelque peu attendrie par l’âge de l’inconnu, elle bredouilla quelques mots en isther.

« Eeuuuh… T’as air faible. Et petit. Je vais pas faire mal. De faire mal. Te faire de mal ! »

Smaragd roula des yeux et laissa un juron zinonien lui échapper. Tout sonnait de la même façon dans cette sale langue, c’était à croire qu’ils le faisaient exprès. A son grand dam, le blasphème guttural ne sembla pas plaire au gosse qui se mit à frissonner de plus belle. L’amazone eut un rictus navré et pencha la tête sur le côté dans l’espoir d’avoir l’air plus sympathique. C’est à ce moment qu’elle remarqua le sang autour de la bouche de l’enfant, ainsi qu’un peu partout sur le reste de sa maigre carcasse. Suspicieuse, elle se tourna vers Glouton et remarqua enfin que sa proie était déjà presque toute dépecée.

« Mais ! Tu lui as chouré son repas ! souffla-t-elle en essayant de ne pas trop grogner. Elle se leva et s’approcha du voleur qui se mit à cracher. Smaragd attrapa les restes du lapin et tira dessus un grand coup pour l’arracher aux redoutables crocs de son ami. Avant qu’il ne bondisse sur elle et la mette en pièces, elle l’intimida d’une interpellation puissante – la teigne couina et feula sans bouger. T’es assez gros comme ça, en plus ! »

Elle se tourna de nouveau vers le jeune truc cornu et lui tendit le cadavre sanguinolent de ce que lui et Glouton s’étaient disputé.

« À toi. »

C’est alors qu’elle aperçut la pointe d’une flèche dans la chair à vif de l’herbivore. L’Eryllis fronça les sourcils et, d’un geste rapide mais délicat afin que l’enfant ne croie pas à un piège, elle l’extirpa des muscles du défunt lapin. Le bras toujours tendu, elle observa l’argent avant de jeter un coup d’œil à l’équipement inexistant du monstre rouge.

« Où t’as eu ça, toi ?.. murmura-t-elle dans sa langue maternelle. »


avatar by Tsvetka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Mi-Homme Mi-Monstre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Mi-Homme Mi-Monstre ::
Aleya
MessageSujet: Re: Top 10 des missions qui tournent mal [MISSION]   Lun 5 Nov - 17:50

Sa vue brouillée par l'anémie engourdit son corps et ses sens, l'enfant perçoit difficilement l'humanoïde qui s'approche. C'est davantage son odorat qui lui indiquera la proximité de la créature. Elle sentait l'écorce et le cuir, son odeur était loin d'être aussi forte que celle du glouton mais elle prouvait qu'elle était elle aussi, une créature de la forêt.

Un mouvement, l'ombre qui s'agitait devant les prunelles de l'enfant s'accroupit. Elle fera peut de temps après, d'étranges bruits qui éveillèrent superficiellement un étrange sentiment de déjà-vu, suivi de ce qui ressemblait à un grognement menaçant. Aleya agite nerveusement les mains devant elle, griffant l'air sans parvenir à rien d'autre. La créature se redresse cependant et s'éloigne. Aurait-elle réussi à la chasser ? Le petit monstre ne voyait guère comment mais, elle devait prendre ses jambes à son cou pendant que la grande chose était occupée.

Impossible. La moindre contraction de ses muscles était immédiatement suivi par une douleur vive et des spasmes incontrôlés. Elle ne pouvait plus courir. C'était là un arrêt de mort pour toute créature sauvage.Du sang goutte sur son genou, l'odeur de la chaire fraiche envahit ses narines alors que la moitié d'un lapin déchiqueté se balance devant sa tête. Les griffes noires s'enfoncent dans le pelage éparse, mène la viande crue jusqu'aux dents aiguisées qui ne feront qu'une bouchée d'un bien trop gros morceau de muscle. Elle ne prend pas le temps de mâcher, la viande descend d'un bloque dans sa gorge pour remplir un estomac qui ne saurait traiter une si grosse quantité de nourriture.

Aussi vite qu'elle avait avalé un morceau de son repas, l'enfant le régurgite. De la bile accompagne la viande sanguinolente qui se retrouve par terre. Incapable de se nourrir, incapable de courir, épuisée et paniquée, le petit monstre se recroqueville sur lui-même. Des crampes creuses des plis douloureux dans ses muscles mais, elle n'émet que de faibles glapissements apeurés.

Des sons gutturaux s'échappent de la grande créature face à elle, plus bas qu'auparavant. Cela ressemblerait presque aux grognements d'apaisement d'une ourse. Aleya se souvenait en avoir rencontré, à vrai dire, évité serait plus exact. Le renard et elle n'avaient pas intérêt à se montrer près de la tanière d'une famille ours. Ils avaient donc passé leur chemin, discrètement, cependant, l'enfant se souvenait les avoir observer, entre les arbres et avoir entendu les bruits qu'ils produisaient. Elle avait enregistrer ces informations comme tant d'autres au cours de ses voyages.

Cela dit, la créature en face d'elle, si elle avait peut-être bien la carrure d'un ours qui se tiendrait sur ses pattes arrières, elle n'en avait pas vraiment ni la fourrure, ni l'odeur. Les bruits bas et graves qu'elle produisait avaient un effet apaisant sur Aleya qui, dans sa détresse, cherchait tout ce qui pourrait se montrer bienveillant. L'enfant se calma un peu. Elle commençait à reprendre ses esprits en réalisant que si la créature avait voulu la manger, ou simplement la tuer, elle l'aurait déjà fait.

Elle n'avait encore jamais rencontré de créature de la forêt qui jouaient avec leur nourriture par plaisir de la voir souffrir. Le sadisme n'existait pas dans son monde. Puis, la pas-ourse lui avait redonné son lapin.

La fillette renifle, elle essaie de mieux percevoir. Elle n'est cependant pas aussi douée que feu son ami renard. Elle secoue la tête, un peu de sang allant voler dans sa tignasse blanche. Elle se frotte les yeux du dos des mains, cligne des paupières. Les points noirs engendrés par la panique et l'anémie s'écartent peu à peu pour enfin laisser Aleya poser ses grands yeux verts sur le visage de la créature.

La surprise s'imprime sur son visage. Voilà bien la première fois qu'elle voyait une ourse avec si peu de poils et un humanoïde avec de si grandes dents. Difficile de dire si c'était là une bonne ou une mauvaise nouvelle.. Après ce bref instant de surprise et d'observation, l'enfant se met à grogner bas à son tour. Visiblement, elle tâchait d'imiter les sons produit par Smaragd, avec plus ou moins de talent. Elle essayait de communiquer, tout en jetant des regards inquiets dans la direction du glouton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
:: Soeur Cadette ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Soeur Cadette ::
Smaragd
MessageSujet: Re: Top 10 des missions qui tournent mal [MISSION]   Jeu 8 Nov - 0:04

La pointe de la flèche était d’un métal terne mais sacrément régulier et taillé de manière savante. Il ne s’agissait pas là d’un projectile bricolé mais bien d’un trait à la facture décente. Les yeux rivés sur le mince triangle argenté au creux de sa paume, Smaragd sentit l’enfant se saisir du lapin – mais elle ne leva pas le regard sur lui afin de ne pas le perturber. Quand la juvénile créature se mit à régurgiter bruyamment, en revanche, la Zélos eut un mouvement de recul et faillit basculer en arrière. Elle fixa la petite chose pourpre un instant, désormais capable d’apercevoir son visage.

L’Eryllis put ainsi constater qu’il s’agissait d’une fillette et qu’elle avait effectivement de grandes cornes sur le front. Elle était presque encore plus maigre que ce que Smaragd avait cru voir : la Zélos aurait pratiquement pu fermer le poing autour de son cou. Ses grands yeux verts et son petit nez mutin juraient puérilement avec la sécheresse de ses joues et la puissance de ses griffes – un tableau en clair-obscur qui n’illustrait que trop assurément un abandon entier et une solitude trop jeune. L’amazone fut frappée de compassion. Cette petite n’avait probablement pas eu d’enfance.

La bestiole rougeâtre sembla émettre de légers sons mais rien que ne s’apparentait à un langage. On aurait plutôt dit que les tremblements et les convulsions qui s’emparaient de son corps étaient extériorisés en glapissements sourds. Smaragd se sentit un peu moins coupable de l’avoir longtemps prise pour un animal, et elle se fendit d’un sourire sympathique. Les faibles grognements du menu monstre étaient attendrissants et ils ressemblaient plus aux premiers miaulements d’un chaton qu’aux rugissements précoces d’un jeune ours… Du moins, à ses oreilles. Ainsi, l’Eryllis trouva que la chose à cornes perdait beaucoup en menaçant. Les bruits que cette dernière produisait se firent un peu plus assurés et la Zélos eut presque l’impression qu’ils lui étaient directement adressés. Elle rit en expirant par le nez.

« – Faudrait que cuises ce truc, avant de le manger, expliqua-t-elle doucement en imitant soigneusement une intonation maternelle. Mais moi je peux pas faire de feu pour le moment. »

Elle ne regardait pas toujours la fillette dans les yeux de crainte de l’intimider. Elle espérait que son ton suffirait à l’apaiser. Un aboiement jaloux lui rappela la présence de Glouton qui feulait toujours dans son coin. Smaragd se tourna immédiatement vers lui et pointa un doigt accusateur vers son museau.

« – Toi, on t’a pas sonné ! Va chasser ailleurs ! Elle accompagna son ordre d’un geste vif de la main et en mordant l’air pour faire claquer ses dents. La teigne couina pour marquer une dernière fois son mécontentement avant de disparaitre entre les hautes herbes. L’Eryllis se tourna de nouveau vers l’orpheline et tenta encore une fois de parler l’isther, toujours de la manière la plus rassurante possible. Tu as un nom ? Tu me comprends ? Elle porta une main à sa poitrine et articula : moi, c’est Smaragd. Sma-ragd. Elle n’était pas persuadée que la petite ait été exposée à une quelconque langue avant de devenir ce qu’elle était, mais il fallait bien essayer. »


avatar by Tsvetka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Mi-Homme Mi-Monstre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Mi-Homme Mi-Monstre ::
Aleya
MessageSujet: Re: Top 10 des missions qui tournent mal [MISSION]   Jeu 8 Nov - 22:23

D'un revers du dos de la main, elle essuie sa bouche et son menton du sang qui y coule tout en fixant la créature face à elle. Elle n'était comme aucun des humanoïdes qu'elle avait pu observer jusque là. Sa peau avait la couleur de la forêt, ses cheveux celle de l'écorce des arbres et des lignes de ciel striaient son visage. Elle produisit à nouveau cette étrange son, trop long pour être un grognement, à la mélodie trop inégale pour être semblable à quoi que connaisse la fillette.

Ce n'était pas tout à fait exact. Elle avait déjà entendu cela. Elle ne saurait dire quand, ni où mais, plus elle était confronté à cette créature à a ses sons, plus une étrange sensation la gagnait. Un souvenir diffus, réminiscence d'un passé devenu si lointains en si peu de temps.

La non-ourse grogne après le glouton qui finit par déguerpir. Sa façon de s'adresser à l'animal était bien plus brutale, Aleya pouvait s'en rendre compte. Elle claqua des dents, la gamine enfonça un peu sa tête entre ses épaules. Mieux valait ne pas énerver la non-ourse. Puis à nouveau, elle émet la mélodie des mots. Le petit monstre prête l'oreille, il écoute avec attention, absorbé par le mouvement des lèvres de la créature.

Elle répéta deux fois les mêmes sons en portant une main sur sa poitrine. Les yeux de l'enfant s'écarquillèrent soudain. Elle connaissait cette gestuelle. Elle comprenait sa signification ! De vieux automatismes lui revinrent presque naturellement alors qu'elle tendait une petite main rouge pour la poser sur la peau verte. Avec beaucoup d'application, elle répéta :

- Ma.. marrra.. Sss.. Smaa-rrrr-aagr.... grrr.. grr..

Il lui était difficile de prononcer les "s" et le "gd" ne voulait tout simplement pas sortir. Mais plus elle essayait, plus l'étrange émotion qu'elle avait ressenti la première fois que la créature avait produit ses sons se faisait présente. Elle envahissait sa tête de la lumière d'une révélation qui aurait toujours été là. Elle savait que la créature venait de se présenter, elle savait que ce son précis était son nom..

Elle avait déjà fait ce jeu avant. Elle avait déjà retenu des noms.. Elle avait déjà répondu.

Soudain elle se tait, ramène sa main vers elle et la pose contre sa propre poitrine. Elle sait comment fonctionne ce jeu. Elle sait que maintenant c'est à elle de dire son nom.. Ne l'avait-elle pas fait des centaines de fois ? Dans une autre vie qu'elle avait ensevelit profondément dans son coeur.

Ses lèvres s'ouvrent mais, nul mot ne saurait les franchir. Son nom.. lui échappait. Comment s'appellait-elle ? Que répondait-elle ? Elle ne se souvenait pas. Pourtant, elle répondait.. Elle répondait avant.. Quand ? Renard ne lui avait jamais apprit ça.. Non, évidemment, ce n'était pas Renard..

Incapable de répondre, incapable de se souvenir alors qu'elle peut sentir ce pan de mémoire lui glisser entre les doigts.. Une nouvelle émotion l'envahit. Un raz-de-marée d'incompréhension et de détresse scellée, qui vient s'échouer au bord de ses yeux. De l'eau coule sur ses joues alors qu'à nouveau, sa vision se brouille. Nul sanglot, nul gémissement, juste des larmes intarissables.

Elle essuie ses joues d'un revers de main.. Ce geste aussi, ce n'était pas celui d'un animal de la foret. Elle le sait. Elle en a conscience à présent. Si ce n'était pas le geste d'un animal.. alors, de quoi cela lui venait.. Plus les questions s'amoncèlent, moins les réponses arrivent à se faire un chemin à travers ce chaos existentiel.

Puis tout à coup les larmes cessent, aussi brutalement qu'elles étaient arrivées. Aleya se fige. Quelque chose lui revient. Une réponse. Une réponse qu'elle a répété un nombre incalculable de fois. Des mots qui avaient une importance capitale lorsqu'elle les avait dit, encore et encore. Il fallait que tout le monde sache. Pas le temps de s'interroger sur qui était ce "tout le monde", car, là, maintenant, il fallait que la créature en face d'elle, sache elle aussi.

La gamine pose fièrement la main sur sa poitrine, relève le menton et s'exclame :

- Awoirr ssinqr ane !

Une étrange grimace se glisse sur le visage de l'enfant pourtant si fière d'elle.. comme si elle se rendait compte que quelque chose clochait. Evidemment, il manquait quelque chose ! La fillette se redresse à nouveau, comme montée sur ressort.

- Awoir Ssinq an ET DEMIS !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Top 10 des missions qui tournent mal [MISSION]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Top 10 des missions qui tournent mal [MISSION]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Heavy Rain [mission]
» [ROSA] Une mission secrète dans la démo
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Noathis, le pays sauvageTitre :: La Forêt de SphèneTitre-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !