À la croisée des chemins. - Page 2

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 5
• Eclaris: 2
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 6
• Nérozias: 3
• Gélovigiens: 7
• Ascans: 2
• Marins de N.: 3
• Civils: 13

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Riguear Mois:Gexon
[Novembre/Décembre en temps réel]

Tableau d'honneur


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 À la croisée des chemins.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
:: Le Sage Azuré ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Sage Azuré ::
Ishdir
MessageSujet: Re: À la croisée des chemins.   Lun 3 Déc - 21:03

Esha lui avait été très utile pour réparer la carriole. Le sindarin avait été bien content d’apprendre que ses lucioles n’étaient pas gourmandes en énergie. Sa tâche ne lui avait pris que quelques minutes, mais sa galanterie lui aurait fait détester de l’épuiser ainsi. Après avoir rangé toutes ses affaires, lui l’était, fatigué.

Il avançait d’un pas calme et lent avant d’atteindre le rond central ou de nombreuses personnes, dont ses compagnons, étaient rassemblés. A l’annonce de la réparation finalisée, son arrivée lui valu une vague de sympathie à son égard. On lui fit une place de choix dans le cercle, lui servit à boire et de quoi se sustenter, il pouvait enfin profiter de sa soirée. Entouré par un cercle d’inconnu, c’était pour lui une vraie mine d’or, il ne savait pas où donner de la tête. Les histoires se succédaient et les oreilles pointues du sage n’en manquaient pas une miette. Tout comme avec Esha, il rassemblait les pièces des puzzles, tentant de cerner les personnages qui l’entouraient.

Les danseuses présentes ne lui plaisaient pas autant que la terrane aux yeux d’émeraude, mais elles étaient assez ravissantes pour éveiller sa curiosité sensuelle. Il profita du paysage et joua aux yeux de l’amour avec certaines. C’est un jeu qui n’avait pas besoin d’être conclu pour être apprécié, et cela lui suffirait pour cette nuit. Il était déjà vidé … d’une certaine manière.

Alors que les assiettes commençaient à faire place aux choppes, Alduin réapparut avec un narguilé. C’était son péché minion et il ne pouvait apprécier pleinement les festivités sans cette fumée aromatisée. Les premières fournées furent riches en herbe … désinhibantes. Cela mettait tout le monde dans une ambiance plus tranquille et plus prompte aux discussions. Ishdir ne tira que très peu sur cet instrument, il n’aimait pas trop l’effet que cette substance avait sur son esprit. En tout cas, pas dans de telles circonstances. Il avait besoin de toutes ses facultés pour emmagasiné toute cette information qui le traversait. Il fut moins avare lorsque les herbes furent plus aromatiques que thérapeutiques. Il appréciait beaucoup le goût et se dit que ce n’était pas une mauvaise idée d’emmener un narguilé en voyage, finalement. Pour beaucoup de valenciens, c’était une expérience nouvelle pour eux. Ils expérimentaient à leur risque et péril, ou regardait, juste curieux.

Alors que le rond se vidait peu à peu, le lendemain allait être chargé, l’homme bleu eut l’occasion de rencontrer en personne ce Onéro. Il décrivit un peu mieux ses marchandises et lui annonça qu’il passerait les lui présenter lorsqu’ils seront à Canopée. Le chef sembla toujours intéressé, toutefois il ne voulait pas s’avancer tant qu’il n’aurait pas vu la marchandise de ses yeux. Le rendez vous était pris, mais qui sait si le sindarin aurait le temps de l’honorer. La nuit coula ainsi, discussion après discussion, rencontre après rencontre. Il était temps d’aller dormir et les derniers rescapés se mirent en route vers leurs lits de fortune. Ishdir resta un moment à méditer là sous les étoiles. Les feux du camp  maintenant éteints, il pouvait apprécier les cadeaux de Teneis dans toutes leurs splendeurs. Puis le sommeil l’appela et il rejoignit son lit pour se plonger dans ses songes.

Le lendemain, comme à son habitude, Ishdir était le dernier levé. Il avait le réveil difficile et allait rester dans cet état de mollusque encore un moment. Alors que les mirajs rangeaient la grande tente, signe que le départ était proche, le sindarin se dirigea vers sa monture. Il y vit un groupe de curieux et curieuses aux abords de la grosse bête. Dans un ton encore mal réveillé il annonça :

« N’ayez pas peur, vous pouvez la toucher. Elle ne sentira même pas vos mains. » fit il en tapotant l’animal, comme pour donner l’exemple.

Il échangea des civilités avec les personnes présentes, dont Esha faisait partie. Alors que la troupe annonçait le départ, le sage azuré fit ses aux revoirs aux personnes présentes et leur dit peut être à bientôt. Il monta sur son rhinocéros, s’installa confortablement et se laissa bercer par les mouvements de l’animal, sa nuit n’était pas encore totalement finie. Une fois arrivée à Canopée, leur route se séparerait, qui sait si elles se recroiseront un jour.






Sa parole est d'or ( #ada03b )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Nomade ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: La Nomade ::
Esha Raj
MessageSujet: Re: À la croisée des chemins.   Mar 4 Déc - 23:45

C’est non sans une certaine satisfaction qu’Esha regagna sa roulotte. Son premier reflexe une fois arrivée fut d’allumer le poêle pour réchauffer la pièce. Rôdée à l’exercice, elle mit quelques minutes seulement à tirer les premières flammes, avant d’y ajouter une bûche. Le temps que la chaleur se diffuse, la nomade resta à proximité du feu. Elle soupira d’aise, se sentant un peu plus réchauffée. Puis finalement, elle put avec nonchalance se vautrer sur sa banquette, rapidement rejointe par sa renarde qui réquisitionna ses genoux. Esha lui sourit et la flatta d’une caresse.

Elle se sentait.. vannée. Probablement dut aux écarts de température et la route. Peut-être aurait-elle du rester finalement. Doutant maintenant d’avoir le courage de bouger, ne serait-ce même que pour manger. Esha aurait pourtant bien aimé profiter de cette soirée avec les Valenciens et les marchands. Ç’aurait peut-être été l’occasion de discuter avec Ishdir aussi. Ses activités ne rendant pas sa compagnie moins agréable – en toute logique. Elle aurait été curieuse d’en apprendre plus sur le Sindarin. Voir même au sujet des Eclaris. Esha soupira, espérant que l’homme ne s’en offusque pas. Si déjà il remarquait son absence. Ce qui serait à ses yeux étonnant. Et puis, après tout.. n’avait-il pas avoué sa faiblesse vis-à-vis des danseuses – si ce n’est des belles femmes en généra ? Ishdir avait assurément de quoi être bien entouré ce soir. Nul inquiétude à avoir donc.

[…]

Soudain, quelqu’un tambourina à la porte. Esha se redressa d’un bond. Elle s’était assoupie ~ combien de temps ? On frappa de nouveau à la porte. Faute de réponse. De l’autre côté : Lhyra. Qui lui demanda si elle était réveillée. Sérieusement ? Si Esha n’était pas ce qu’elle était .. il y aurait peut-être eu une morte là. Toujours est-il que son amie l’informa que la troupe devait se préparer à partir. Mais. Quelle heure était-il ?! C’est courbaturée que la Terran se releva – chassant définitivement Geeti de ses genoux. S’est enroulée d’un châle que la nomade ouvrit ses volets. Elle fut aussitôt éblouie par lumière du matin. Énième soupir, cette fois complètement honteuse. Mais pas le temps de trainer cependant.

C’est après avoir déjeuné en quatrième vitesse qu’Esha s’occupa d’équiper et sangler Atlas. Après quoi elle rejoignit les autres au camp central. Elle découvrit alors la mine fatiguée de certains. La nuit avait été courte semble-t-il. Avouant avoir mêlée une histoire de Narguilé à tout ça. Esha soupira lourdement. Elle n’avait jamais touchée à de tels substances, mais connaissait bien évidement leurs effets. Rien d’étonnant donc à ce que nos fumeurs du Dimanche se retrouvent avec le casque. Toutefois Onero ne leur accorda aucune pitié. Ils avaient déjà perdu une journée et n’avait aucune intention de s’éterniser d’avantage.

C’est donc à son ordre que la troupe s’attela au démontage du camp. Les marchands firent de même une fois sorti de leur torpeur. Esha s’étonna de ne pas croiser Ishdir et demanda même à l’un de ses comparses si l’azuré allait bien. Inquiète à l’idée que le Sindarin ait trop présumé de ses forces, entre sa journée de voyage, l’utilisation de son pouvoir et la réparation de leur véhicule. Mais son ami avoua qu’il était plutôt dur au réveil. Ce qui rassura la nomade, qui retourna donc au travail.

Ses tâches accomplies et n’ayant rien d’autre à faire. Esha se décida à rendre visite à une prénommée ‘’Mule’’. Elle y retrouva une nouvelle Lhyra, tout aussi curieuse en présence de cet animal. Bien tentée de la toucher. La jeune femme esquissa une moue dubitative. Ce rhinocéros .. et bien restait un rhinocéros justement ! Il n’était pas prudent selon elle de trop s’en approcher en l’absence de son maître. Ne connaissant pas ses réactions. Mais sitôt qu’elle eut mentionnée le loup, Ishdir fit son apparition.

D’une voix encore ensommeillée l’azuré affirma qu’il n’y avait rien à craindre et qu’elles pouvaient la caresser. Que c’est tout juste si elle le ressentirait. Il ponctua ses dire en flattant ledit animal. Sitôt le feu vert donné, Lhyra s’empressa d’imiter le Sinsarin. Puis incita Esha se faire de même. Avec plus d’hésitation, la nomade céda toutefois à sa propre curiosité. Prudemment, elle se déséquipa d’un gant et vint l’effleurer du bout des doigts. Sans surprise, Mule ne broncha pas d’un poil. Impressionnée, un sourire franc et émerveillé naquit sur ses lèvres. Remerciant alors Ishdir de les avoir autoriser à s’approcher.

Puis le départ fut annoncé, chacun regagnant son véhicule. Le voyage ne dura guère longtemps, n’étant à l’origine plus très loin se Canopée. C’est avec fascination qu’Esha détailla l’architecture Sindarin, heureuse de la redécouvrir. Les Valenciens se séparèrent ensuite du cortège des marchands. Bien qu’Onero serait au moins amené à revoir Ishdir pour affaire, si leur emploi du temps respectif le permettait. C’est toujours solaire et aimable qu’Esha alla alors saluer l’azuré, le remerciant encore de les avoir aidés et rappelant qu’il était le bienvenu à Valencia s’il désirait un soir assister au spectacle. Lui comme ses camarades d’ailleurs. Sur ce, elle partit. Fermant ainsi cette par parenthèse, faite à la croisée des chemins.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
À la croisée des chemins.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» A la croisée des chemins
» Une croisée des chemins salvatrice [PV Mei Lee Huang / Sirina Dubarson]
» La croisée des chemins [PV Rosiel]
» Préval à la croisée des chemins; droite ou gauche?
» A la croisée des chemins || Louise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Cebrenia, le pays des Grandes CitésTitre :: Canopée, la Cité forestièreTitre-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !