[SOLO] Sand and snowflakes...

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 5
• Eclaris: 4
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 4
• Nérozias: 5
• Gélovigiens: 4
• Ascans: 2
• Marins de N.: 7
• Civils: 18

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Langdum Mois:Cicium
[Mars/Avril en temps réel]

Tableau d'honneur


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [SOLO] Sand and snowflakes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: La Dame des Sables ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Mäje
:: La Dame des Sables ::
Mäje
MessageSujet: [SOLO] Sand and snowflakes...   Mar 27 Nov - 19:54

…Je… Äje… MÄJE !!!!

La sylphide ouvrit très péniblement un œil, roulant dans ses draps de soie avec la volupté d’une gazelle crevée de la gale, avec la sale impression que son corps synthétique était arrêté par la rouille. Quoi ? Quel heure était-il. Hein ? Un coup d’œil vers l’horloge – un bien bel ouvrage, d’ailleurs – lui indiquait qu’il était bien plus tôt pour qu’elle ouvre ses yeux de biche.


Sérieusement, cinq heures ? Pia si je t’attrappe… Marmonna-t-elle dans sa barbe, alors qu’une sensation plus que désagréable s’emparait d’elle. Une vague de frisson, de fourmillement désagréable remontait le long de sa jambe. Elle avait une peau déjà difficile à atteindre, mais pour qu’elle ait la chair de poule, il en fallait. Et la porte de ses appartements qui s’ouvrit dans un grand fracas lui confirma qu’il se passait quelque chose de pas très normal.

La jeune danseuse terrane était emmitouflée dans une épaisse couverture, cachant sûrement ses habits de nuit. Derrière elle, deux pages frigorifiés et Hephasteus sous une fourrure regardait la Dame comme si elle était nue, en quête d’explication sur la nature terrible de la température extérieur. Et intérieur… En se frottant les yeux, la centenaire sortie de ses draps, prenant réellement conscience de la froideur qui reignait dans son domaine.


Qu’est-ce que c’est… Bordel.

Oui, nous sommes au courant… Pia se serrait dans les bras comme une enfant. Ca nous a réveillé, et les clients commencent à se poser des questions.

On aurait bien fait sans toi, mais…

Ma lumière vous guide comme un phare dans la nuit noire. La sylphide tira sa main et enfila une robe de chambre bien trop légère pour le temps. Réveillez tout le monde, qu’on allume tous les feux et torches possibles. Et qu’on sorte les couvertures et les fourrures des placards. Et sortez les liqueurs Cimmeriennes, on va en avoir besoin.

En quelques minutes, tout le relais et son personnel étaient réveillés, et tout le monde courrait dans tous les sens pour apporter aux quelques clients de quoi se réchauffer. On alluma la cheminée centrale, et on prépara à chacun thé chaud, liqueurs tièdes et brioches sorties du four à pain, de quoi se chauffer l’estomac faut du reste. Les danseuses et autre personnel de compagnie furent prier de se couvrir décemment, et vers les neuf heures, Mäje s’accorda enfin quelques minutes de paix, recouvertes d’un épais manteau de fourrure et de cuissardes de cuir. L’œil perdu sur les dattiers lointains et les palmiers qui sillonnaient ses terres, elle sentit à peine la venue de ses deux ailiers à ses côtés, tout aussi ensevelis qu’elle sous des couches de vêtements.

Qu’est-ce que c’est que ce foutoir… Se lamenta la terrane, se serrant familièrement à la sylphide qui passa une main habituée autour de sa hanche. Je n’ai jamais vu ça…

Et moi donc. Répondit la sylphide, préoccupée. Si les températures baissent toujours, j’ai bien peur qu’il ne faille couvrir en urgence les cultures. Il faudra aussi qu’on aille protéger les arbres, au risque de voir les récoltes fruitières nous claquer dans les mains cette année.

Décidément, ça sentait le roussie, et la sylphide était loin d’être émerveillée par la situation. Elle avait vu assez de neige à Cimmeria, et assez d’années pour comprendre qu’un phénomène comme celui là ne semblait pas naturel. Pendant une poignée de secondes, elle se remémora les discours que tout le monde tenait sur une fameuse convergence astrale, et songea à l’étrangeté de la coïncidence… Espérons que ça ne soit que ça. Se pinçant son joli bout de menton, elle regarda Hephasteus du coin de l’œil.
Comment vont nos clients ?

Bien pour le moment, mais notre stock de fourrures commence à devenir critique. Si les températures baissent encore… Mais qu’est-ce que… ?

Les trois héros s’arrêtèrent brusquement de parler, captivés par les nuages noirs d’où tombèrent par centaine des flocons blancs et argentés. Une journée bien trop étrange s’annonçait dans le désert…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: The Boss ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Le Messager
:: The Boss ::
Le Messager
MessageSujet: Re: [SOLO] Sand and snowflakes...   Mar 4 Déc - 19:00

Vous êtes dans le relais de Val'Meëza lorsque les beaux sables chauds d'Argyrei sont transformés par de la neige blanche. De la buée s'incruste sur les fenêtres, et bientôt, le froid ne sera plus bloqué par les fins murs du relais. Tous les signes semble montrer qu'une violente tempête de neige se profile à l'horizon.
Enfin, une chose est sûre : personne n'est heureux de cet étrange et inattendu changement climatique.

Soudain, un homme se présente à Val'Meëza, dévoré par le froid jusqu'à la moelle. Une brûlure due au vent a mordu la couche d'huile qui recouvre sa peau qui est à présent inhabituellement d'une couleur blanchâtre, laissant des rougeurs ci et là et un assèchement excessif notamment sur ses lèvres. Par ailleurs, les extrémités de son corps ont pris une teinte bleutée qui laisse deviner qu'il ne sent plus ses parties. Le pauvre homme est tellement gelé qu'il ne parvient même pas à aligner deux mots tandis que ses dents claquent avec férocité entre elles.

« Froid… Aidez… Nouvelle… Convergence… »

Le fin tissu de soie qui recouvre sa chair ne peut plus tenir son corps et l'homme s'effondre au seuil de la porte qui mène au relais. Il continue néanmoins à trembler, laissant imaginer que ce dernier s'accroche encore fermement à la vie. Pourtant, ses yeux commencent peu à peu à perdre de leur couleur bleutée pour ne laisser entrevoir que la blancheur de ses orbes.

★★★★★

LES REGLES :

  • Vous avez une semaine pour poster votre réponse au messager.
  • Vous devez poster votre message à la suite de celui-ci.
  • A la suite de votre message, le messager vous contactera pour vous donner la marche à suivre.
  • Bon jeu !






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dame des Sables ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Mäje
:: La Dame des Sables ::
Mäje
MessageSujet: Re: [SOLO] Sand and snowflakes...   Jeu 6 Déc - 18:48

Le groupe avait bougé dans la grande salle où on s’enchaînait à mettre du feu dans la grosse cheminée qui réchauffait le domaine. Oh, il ne fallait pas se méprendre : ce n’était pas parce qu’ils étaient en plein désert qu’il n’y avait pas de poêles. Au contraire, certaines nuits étaient rudes et il y avait souvent besoin de se réchauffer. Mais rien de semblable à la malédiction qui les frappait. Mäje était une véritable cheffe d’orchestre, à onduler au milieu de la foule comme un serpent – ou plutôt un cobra- pour dire aux bonnes personnes d’aller apporter une couverture ou deux, ou d’aller réchauffer une marmite de thé.

Passé les premières heures et la surprise du réveil, tout le monde s’était finalement habitué à assumer la fraîcheur, personne n’osant tenter les astres pour s’aventurer hors de l’oasis et dans le blizzard. Les flocons avaient finit par devenir dense et violent, une vraie tempête Qu’à cela ne tienne, la sylphide allait s’assurer de la prospérité de son domaine, quoiqu’il en coûte.
Tout le monde s’était rassemblé dans la grande salle. On avait sorti les jeux, les cartes, les théières et les brioches chaudes, et le personnel avait été condamné à s’habillé de la plus chaude des façons, mêmes le personnel de joie qui devait cacher ses jolies courbes aux clients qui prennaient leur mal en patience. Cela obligeait l’immortelle à prendre son mal en patience, rongeant son frein dans ses habits de laine et de velours. Rien d’élégant, rien de beau : mais il fallait l’avouer, c’était plutôt confortable… Et au moins c’était noir.

Elle contenait sa frustration quand on vint lui annoncer que quelqu’un s’était présenté au relais. Pas surprenant, étant donné que c’était l’enfer sur terre. Un nomade à la recherche d’un abri, certainement. Elle en croisait de temps en temps. Prenant cette opportunité pour une façon d’arrêter de se poser des questions sur le phénomène, elle s’en alla jusqu’à l’entrée pour être écoeuré par la vue qui s’offrait à elle.
Un bougre dévoré par le froid – et la peste bubonique à première vue, ou autre maladie sale et purulente – était à moitié allongé par terre, des marques de brûlures sur tout le corps, du sable dans les plaies et la joue à moitié dévoré par le froid. Il était bleu à peu près partout, sauf sur son torse. Elle aurait pu croire à un masochiste un peu illuminé mais ses blessures étaient trop sérieuses pour être ignorées.


Que quelqu’un l’emmène près de la cheminée, qu’on me prépare de l’eau chaude et qu’on me prévienne un guérisseur, il faut sauver cet homme. Explosa-t-elle brusquement, se refusant de toucher le malheureux à moitié crevé mais pas assez sans cœur pour le laisser mourir ici. Brusquement, avant qu’on ne l’emmène, il marmonna une poignée de mots qui ne faisaient pas sens et qui n’avaient apparemment aucun ordre. Mäje le regarda un peu, incrédule, avant de le laisser filer vers la première source de chaleur possible.

‘Nt, encore cette foutue convergence… J’ai comme l’impression qu’on essaye de me dire quelque chose. Se dit-elle, avant de suivre à son tour le malheureux. Il fallait le maintenir en vie : et heureusement, elle avait toute une équipe derrière elle. Plus qu’à jouer le chef d’orchestre, de la meilleure façon possible…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: The Boss ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Le Messager
:: The Boss ::
Le Messager
MessageSujet: Re: [SOLO] Sand and snowflakes...   Mer 12 Déc - 18:56

Vous vous pressez pour aider cet homme au seuil de la mort, vous empressant d'aller le réchauffer près du feu et de lui apporter des couvertures afin de lui éviter le pire. Mais, il n'y a rien à faire : cet homme va mourir. Le froid a rongé chaque partie de son corps, si bien que vous pouvez voir qu'il n'a plus l'un de ses oreilles. Un effet secondaire d'un froid aussi brûlant. Pire encore, il paraît le savoir pertinemment. Et pourtant, vous pouvez sentir que l'homme mène un combat avec lui-même, s'efforçant de vous dire quelque chose, quelque chose qui paraît vraisemblablement d'une importance capitale.

Alors, l'homme semble décider de passer outre sa condition physique et vous attrape le bras avec une force que vous n'aurez pu soupçonner ; il paraissait expirer son dernier souffle.
Une longue fumée surnaturelle s'échappe alors de son corps, comme s'il essayait de se réchauffer, en dernier recours, avec l'un de ses pouvoirs. Malgré tout, il reste encore très faible mais sa langue arrive néanmoins à se dénouer, même si ses lèvres continuent à trembler frénétiquement. Il lâche quelques mots, avec plus ou moins d'intensité, plantant ses yeux froids dans les vôtres.

« Vous ne vous rendez pas compte… C'est la fin du monde… La fin du monde, je vous dis ! » Il secoua votre bras. « Istheria fait rage, elle veut nous tuer. »

Son visage semble exprimer la pire des souffrances tandis qu'il essaie, sans succès, de verser les dernières larmes de son corps asséché. Sa main vous lâche le bras, vous laissant comme une certaine marque de brûlure, et ce dernier s'effondre sur le sol, inerte. Son cœur s'est arrêté de battre, laissant ses yeux d'un bleu marquant, ouverts. Ils expriment encore toute la peur que le pauvre homme ressentait, quelques secondes auparavant.

À présent que vous vous trouvez aussi proche de lui, vous pouvez voir qu'il tient fermement entre l'une de ses mains crispées, un morceau de la gazette : La voix du Messager, le seul journal existant sur Istheria. Vous pouvez entrevoir un article parlant de la Convergence ; ces phénomènes seraient, d'après eux, mondiaux. De Cimmeria avec ces journées sans fin à Phelgra avec ces orages monstrueux, ils dévasteraient chaque pays avec leur climat étrange ou sombre et inhabituel.
Libre à vous de lui arracher son journal pour en découvrir plus sur les événements précis de la fameuse et attendue Convergence.

★★★★★

LES REGLES :


  • Vous devez poster votre message à la suite de celui-ci.
  • Votre message fera office de conclusion à ce chapitre de l'histoire: le messager n'interviendra plus à votre aventure... Jusqu'à la prochaine fois.
  • Vous êtes libre de développer comme vous le souhaitez, et autant que vous le souhaitez.
  • Bon jeu !





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dame des Sables ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Mäje
:: La Dame des Sables ::
Mäje
MessageSujet: Re: [SOLO] Sand and snowflakes...   Jeu 13 Déc - 19:59

La dame était terriblement frustrée, et rongeait son frein avec un sang-froid de façade. Alors que toute son équipe s’affairait autour du semi-mort pour lui rallonger péniblement l’existence, elle se demandait ce qu’elle avait bien fait au destin pour l’emm… Embêter de la sorte. Certainement une belle crasse, parce que pour qu’il neige dans un désert en pleine saison chaude, et qu’on lui apporte, en plus, un macchabée, elle avait dû être sacrément vilaine.
On remettait inlassablement des buches dans l’âtre, et Hephasteus avait l’air d’en perdre son latin alors qu’il mobilisait toutes ses connaissances en médecine pour sauver le bougre. Pia, elle, courait partout en faisant de son mieux pour mobiliser le plus les employés à chercher de l’eau chaude, des braises, des bouillottes et des onguents pour faire quelque chose. En face d’eux, Mäje, particulièrement sombre, avait déjà perdue espoir.

Alors que tous se creusait la tête pour sauver l’inconnu, elle, au contraire, se demander comment elle pourrait soulager ses derniers instants. Il semblait souffrir de martyr, et pourtant il se battait comme un lion dans une arène. Il s’accrochait tant à ses derniers instants.. Elle admirait beaucoup cette ténacité. Alors qu’ils couraient partout, que le yorka fennec donnait l’impression de s’arracher les cheveux sur ses livres, la sylphide finit par prendre les devants et souleva la tête du voyageur pour verser dans sa goutte un fond de verre de liqueur, avant de poser sa tête sur un coussin ; elle posa à contre cœur sa main sur son front froid, et patienta, certaine qu’il partirait vite.

C’est quand elle vit qu’il sortait de la fumée bizarre de tous ses orifices qu’elle paniqua un peu, perdant sa superbe. Serait-elle brusquement investie d’un pouvoir divin ? Ses propres vapeurs perdraient-elles les pédales ?! Lâchant brusquement sa victime, ses employés se retournant vers elle avec de grands yeux interloqués, elle leva les mains au plafond en signe de bonne foi.


Alors, ça peut paraître étrange, mais je vous assure, à tous, que je suis innocente dans cette histoire.


Mais il semblait que ce soit le mort lui-même qui diffuse cette fumée. Intriguée, la sylphide tomba des nues et observa de but en blanc l’individu qui semblait trépasser. Et pourtant… Pourtant il se battait. Le moment de son dernier souffle était venu, quand brusquement il attrapa l’avant-bras de la dame et serra du peu de force qu’il avait encore. Ses derniers mots furent à son attention direct, mais Mäje était plus inquiète du contact physique que de son discours sans queue ni tête. Prêtant plus d’attention à l’un qu’à l’autres, son premier réflexes fut de dévisager cette main à moitié sans peau qui serrer sa peau d’albâtre, puis de regarder le malheureux sans pouvoir contenir sa frustration sur son visage. La fin du monde ? Istheria fait rage ? Un discours décousu qui sonnait complètement fou.

Quand la main tomba à plat comme le bougre dont les yeux restaient béants, ouverts et sans vie, il régna pendant plusieurs secondes un silence de mort, à tous les sens du terme. Personne n’avait compris ce qu’il venait de se passer, ni les employés, ni les clients. Tous se regardaient avec effroi, et incompréhension. C’est encore une fois la dame qui brisa le silence.


Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ?!!! Et pour toute réponse, elle brandissait sa main sur laquelle gisait la marque noircie de la main du mort.

Hephasteus posa une main bien vivante sur son épaule, et elle lui montra avec une grande théâtralité son avant-bras souillé par une trace horrible.
Et tu crois que ça va partir ? Hein ? Non !... Qu’on m’apporte de l’eau !

Mäje, il avait quelque chose dans sa main.

De l’eau ! Ah ? Oh…
Elle baissa les yeux et arracha péniblement un exemplaire de la gazette isthérienne qui était publié sur le continent. Mais dans leur coin de désert, ils n’en voyaient pas souvent. Elle le parcouru des yeux, découvrant rapidement un article qui parlait des nombreux désordres qui secouaient les autres pays. Elle attrapa son menton, songeuse, oubliant bien vite ses déboirs. Hm… ce merdier touche tous les pays, apparemment. Gardez tout le monde au frais. Avec ces histoires, j’ai peur que de nouvelles embrouilles nous attendent vite.

Elle ignorait tout de l’identité du mort qu’ils avaient sur les bras, et se promis de demander à Hephasteus de faire des recherches. Ils lui offriraient une tombe décente, sous la neige et sous le sable .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [SOLO] Sand and snowflakes...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[SOLO] Sand and snowflakes...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» présentation Bob Solo [Validée]
» Arrivé a Jadielle...Mouillé...(Solo) [TERMINÉ]
» La bourse ou la vie (Solo Rang B)
» La liberté ne meurt jamais [RP solo]
» Le 1er juillet... George Sand... ET TICHOU

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Argyrei, le pays mauditTitre :: • Les Alentours - SPECIAL EVENT-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !