Aria Belleford [Done]

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 8
• Eclaris: 2
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 6
• Nérozias: 5
• Gélovigiens: 7
• Ascans: 2
• Marins de N.: 6
• Civils: 14

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Langdum Mois:Cobel
[Janvier/Février en temps réel]

Tableau d'honneur

Thimothée
Profil
Fiche

Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aria Belleford [Done]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar

Aria Belleford

MessageSujet: Aria Belleford [Done]   Lun 10 Déc - 23:13



Aria Belleford
« Un grand dirigeant commande par l'exemple et non par la force. »




IDENTITE : Aria Belleford
SURNOM : La lapine de jade
AGE : 23 ans
SEXE : Féminin
PEUPLE :  Yorka
CASTE : Nérozias
METIER :  Soldate




DON

Transformation en essence animale : La Hase
Une fois transformée, elle n’est plus qu’une petite hase à la fourrure blanche. Rien de bien dangereux. Sa fourrure n’a pas totalement perdu l’éclat verdoyant de sa chevelure humaine, on peut distinguer des reflets verts aux extrémités de ses poils. De plus ses yeux d’améthyste la rendent reconnaissable, pour ceux qui la connaissent dans son autre forme.

Elle hait terriblement cette forme, car c’est une forme très fragile et frêle. Elle n’a donc jamais appris à la contrôler. Elle peut avoir certaines crises et se transformer à son insu, bien souvent suite à un cauchemar mouvementé. Sa transformation peut durer quelques heures ou quelques jours …

SPECIALITES

Art de la guerre ( polyvalence dans le combat, capacité accrue dans le combat rapproché)
Résistance de fer ( capacité à résister à la douleur, dépassement de soi )

POUVOIRS

Bunny hop ★★★★★✩
Elle est capable de concentrer son énergie dans ses jambes afin de réaliser de puissants bonds. Elle peut réaliser ces bonds sur n’importe quel type de surface, même l’air ambiant.

Vélocité ★★★✩✩✩
Elle est capable d'augmenter la vélocité d'un élément, comme elle même ou son arme. La vélocité gagnée est proportionnelle à la vélocité actuelle de l’objet. Un objet lourd, étant plus difficile à mettre en mouvement, gagnera donc moins de vitesse qu’un objet léger. Sa magie se dissipe quand l’objet s’éloigne de plus de dix mètres.

Combination ★✩✩✩✩✩
Elle a la magie de pouvoir combiner deux objets. Cela veut dire qu’un objet aura alors soit une forme, soit l’autre. Il faut d’abord combiner ces deux objets, cet acte prend énormément d’énergie et la vide complètement. Ensuite, par une simple infusion de sa magie sur l’objet en question, celui ci transitionne entre ses formes. Avec plus de pratique, elle pourra fusionner plusieurs formes en un seul objet( une forme par étoile ), ayant ainsi plus de flexibilité avec celui ci. Les deux objets doivent avoir un volume plus ou moins proche, elle ne peut combiner une tasse avec une épée à deux mains. Si l’objet s’éloigne trop de sa maîtresse alors il se séparera de nouveau.



Guan dao : Elle utilise une hallebarde particulière qu’on appelle guan dao. Elle ressemble à une lance mais une grande lame, légèrement courbée, remplace la pique à son extrémité. La lame mesure moins d’un tier de sa longueur totale, qui s’élève à un mètre quatre vingt cinq. La partie tranchante de la lame est métallique et réfléchissante alors que son intérieur est noir et opaque. On peut d’ailleurs y voir la gravure d’un ensemble d’animaux différents, qui symbolisent pour elle Elusia. La tige, elle, est décorée par une peinture de jade, avec une texture qui ressemble à du marbre. Un foulard carmin est accroché à la jonction de la tige et de la lame.



Couperet géant: la deuxième forme de son arme, est une sorte de fendoir géant. C’est une épée à deux mains, assez grande. La lame mesure un peu plus d’un mètre vingt et est maintenue par une garde, finement décorée et dorée, qui se courbe sur l’extrémité. La lame n’est pas particulièrement épaisse, mais sa forme lui donne un poids non négligeable. Elle est rectangulaire et n’a qu’un côté de coupant. Son intérêt est qu’elle utilise pleinement les grands mouvements et la gravité pour gagner en puissance. Cependant des mouvements plus petits et horizontaux auront beaucoup moins de puissance qu’une lame traditionnelle.



Une armure fait de plaque de métal d'une grande qualité, elle n’est pas la plus résistante mais lui permet de rester libre de ses mouvements et de se permettre des acrobaties.


- Plusieurs catalyseurs au niveau de ses chevilles.
- Un collier en argent sans pendentif. Il est décoré avec une alternance de tubes en argent tout du long.
- Une bague dorée muni du symbole des nérozias. Elle l’a accroché à son collier.
- Une fiole d’acide inactif qui le devient en la mélangeant avec de l’eau. Utile pour faire fondre des chaînes de métal.





Aria est une jeune femme de vingt trois ans, au teint clair et à la peau délicate. Elle a une silhouette féminine et harmonieuse mais qui n’est pas vraiment mise en valeur. Sa démarche et son attitude sont trop spartiate. Un simple regard vers ses sourcils froncés et son visage fermé, révèle la dureté qui l’anime. Elle mesure un mètre soixante dix sept, sans compter ses oreilles. Celles ci sont la matérialisation de son essence animale, la hase. Elles sont grandes, assez rigides et sont posées sur sa crinière de jade. Elles sont touffues, douces comme de la fourrure et se camoufle parmi ses cheveux car ils sont de la même couleur. Sa chevelure est longue et atteint le milieu de son dos. Sur le devant de son crâne, ses cheveux ont été coupé plus court mais assez long pour recouvrir une partie de son visage. Elle ne les attache jamais, les laissant aux mains du vent. Sa crinière ondule superbement lorsqu'elle combat, créant ainsi un tableau très dynamique.

Son visage arbore une expression très dur, tous ses muscles crispés. Sans parler d'expression de colère omniprésente, c'est plus une concentration et une discipline que ses traits expriment. Ses deux perles d'améthyste placées au milieu de son visage transpirent la confiance et une volonté de fer. Ses yeux peuvent transpercer les esprits les plus faibles et de nombreuses personnes ont du mal à soutenir son regard. Toutefois des cernes omniprésentes sont les traces de ses nuits agitées, ce qui assombrit son visage. Sa bouche est pulpeuse, charmante et d'un rose très pâle. Elle a le tic de régulièrement humidifier ses lèvres, ce qui lui donne aspect plus brillant. L'absence d'oreille sur les abords de son crâne peut paraître vraiment bizarre aux yeux des gens. C'est l'une des raisons qui l'ont poussé à garder les cheveux longs pour camoufler cette particularité. Son nez, sans être trop proéminent, lui donne une silhouette plus singulière et s'harmonise très bien avec le reste de son visage.

Son corps nue pourrait charmer bien des hommes, si ceux ci apprécient les corps d'athlètes. Il a été sculpté au fil des âges comme on forge une arme en martelant le métal. Sa peau douce recouvre des muscles très solides mais également très souples. Elle s'est entrainé dans l'optique d'acquérir une puissance mêlant force et rapidité. Elle n'est donc pas une masse de muscles et pourrait ressembler à n'importe quelle femme. Cela dit la musculature de ses épaules et de ses trapèzes lui donne une carrure que peu d'entre elles peuvent arborer. Elle est ravie que son buste ne soit pas assez proéminent pour la gêner dans ses mouvements. Et, bien qu'existant, il fait pâle figure face aux courbes généreuses de ses jambes puissantes. C'est d'ailleurs sur le côté extérieur de sa jambe gauche qu'elle s'est fait tatouer une rose noire, signe d'appartenance à la caste des nérozias.

Sa tenue de tous les jours est en réalité son armure. Elle l'arbore en permanence et peu importe la situation. Elle est composée de plusieurs pièces séparées, lui laissant ainsi une grande liberté de mouvement. Ses bras sont recouverts d'un métal gris clair étincelant. Sa protection s’étend jusqu'au sommet de ses épaules. Une autre pièce d'armure protège son buste en épousant la fine enveloppe de la lapine. Le reste de son armure protège ses jambes en laissant une ouverture autour de son articulation. En dessous de son armure elle porte des vêtements la protégeant du frottement contre le métal. Ils sont rouges foncés, presque bruns et se révèlent à divers endroits. Sa robe est très courte qui s'arrête en dessous des fesses et monte au dessus de son buste, laissant le haut de son dos à découvert. De plus une jupe carmine, plus épaisse, est attachée à sa taille et recouvre une partie de ses jambes en laissant toutefois une ouverture sur la gauche. Lorsqu'elle ne combat pas, elle arbore également un manteau de fourrure assez fin et recouvert d'un tissu rouge sur le dos. L'intérieur lui est coloré d'un vert proche de sa crinière de jade. Le col du manteau est également plus fournie en fourrure. Cet aparas est posé sur ses épaules et attaché sur le devant par une simple ficelle qu'elle peut facilement dénuder. Cet accoutrement lui donne une aura encore plus imposante et une prestance très noble. Sa grande arme repose dans son dos et est toujours en forme de couperet, plus facile à transporter.

Les rares moments où elle n'arbore pas sa peau de métal, soit lorsqu'elle dort ou réalise ses entraînements matinaux, elle porte une tenue bien plus légère. Une simple robe d'un bleu très sombre, et assez ample, vient cacher son buste et une petite partie de ses jambes pour laisser ses épaules et son dos apparent. On peut également admirer à ses chevilles un fin arceau de métal auquel pendent plusieurs cristaux taillés en losange. Ils sont tous, ou plutôt ont été, des catalyseurs de couleurs violettes. Seul un ou deux reste encore actif. Ses catalyseurs ne quittent jamais Aria, ils sont juste recouverts lorsqu'elle porte son armure.




Aria est une guerrière aguerrie qui s'est forgé un caractère d'acier au fil des ans. Elle est courageuse, brave et arbore une grande assurance. Les compliments et l'approbation de son mentor lui ont donné confiance en ses capacités et en est très fier. Elle ne plie devant rien pour réussir ses objectifs et est très borné une fois une idée en tête. Son commandement est très vindicatif, elle ne met pas les formes et a un ton très autoritaire. Elle ne demande pas, elle ordonne. Un trait qui la rend froide et distante aux yeux de son entourage. On dit qu'il existe deux types de bon meneur. Il y a ceux qui sont capables d'avoir une vue d'ensemble et de tirer le meilleur de chacun de ses hommes. Et il y a ceux qui symbolisent un modèle pour leur troupe. La lapine de jade fait partie de la deuxième catégorie. Les autres l'admirent, elle représente un idéal pour beaucoup. Belle, puissante, vive, et d'un sérieux de marbre. Elle est une capitaine respectée, même si pas forcément appréciée.

En dehors du règne de la guerre, elle n'est que peu éduquée. Même l’art de la guerre très théorique ne l’intéresse pas, elle n’est pas une grande stratège. C'est une femme d'action qui se base sur son instinct pour prendre ses décisions. Et cela se résout bien souvent par un affrontement frontal. La négociation n'est pas non plus son fort. Les mots n'ont pour elle pas de pouvoir, seuls les actes en ont. En fait, son domaine de compétence se résout à détruire ou à protéger. Elle laisse le reste autre. Elle prend souvent conseil auprès de son second, qui lui est plus fin tacticien. Pour ses missions, elle suit la volonté de ses supérieurs. N'ayant jamais eu à prendre de décision par elle même, elle n'a jamais douté de ses actions. Elle a toutefois le désir de bien faire et de protéger les siens. Elle a un vrai altruisme qui la pousse à faire le bien. Elle est attentionnée, et même si elle n'est pas douce, elle peut faire preuve de petite attention auprès de son entourage, de manière un peu maladroite voire brusque par moments.

Ses plaisirs sont très limités, elle passe le plus clair de son temps à s'entraîner ou à travailler. Elle offre ses services principalement pour les nérozias mais dernièrement elle a une nouvelle fonction au sein d’Elusia. Elle apprécie cela dit les arts comme la danse, la musique ou la peinture. Mais toujours en tant que spectatrice. Elle est également une fine gourmet qui apprécie les bons repas. Sa nature ne la pousse pas à manger de la viande, mais l'apprécie dans son assiette de temps à autre. Ses péchés mignons restant les laitues bien fraîches et les carottes. D'ailleurs elle a toujours une poignée de bâtonnet orange sur elle, pour ses petits encas. Elle les grignote comme certains fument leurs cigarettes, plus par habitude et pour le plaisir du geste que pour combler sa faim. Dans cette cité où la copulation est un art décomplexé, il serait censé qu'elle le pratique régulièrement, comme la plupart des siens. Mais il n'en est rien, aucun homme ou femme n'as jamais réussi à percer le mur qu’elle a érigé autour d’elle. Cela peut être dû au traumatisme de sa famille ou bien du fait qu'elle ait beaucoup de mal à ressentir des émotions fortes. Mais c'est aussi parce que son esprit est submergé par ce désir de devenir puissante, rien d'autre ne compte à ses yeux. Et ce n'est pas que les hommes ne l'attirent pas, elle peut trouver un garçon très mignon et le reluquer des pieds à la tête avec insistance. Mais rien ne la poussera à vouloir créer quelque chose de plus entre eux.

On dit qu'il faut comprendre ce qu'y met en colère quelqu'un pour vraiment connaitre cette personne. Pourtant vous ne la verrez jamais haussez le ton. En effet, elle fait tout pour garder ses émotions sous contrôle et ne rien révéler. Elle arbore un masque impassible pour dissimuler la douleur depuis si longtemps, qu'il est devenu permanent. Et cela la rendue distante avec toutes les autres émotions. Lorsqu'elle réalise ses activités de loisirs vous ne verrez qu'un visage un peu plus détendu mais jamais souriant. Seule sa meilleure amie arrive à lui décrocher un rire authentique. Sa colère, elle, lui fera grincer des dents mais vous ne vous apercevrez peut être même pas. D'ailleurs pour revenir sur sa colère c'est en fait très simple, tout allusion à ce qu'elle considère être sa faiblesse peut passablement l'irriter. Même les critiques constructives vont l'énerver. Son courroux ne sera pas dirigé vers la personne qui les pointes, mais contre elle même. Un élément historique lui a insufflé une peur très grande et un sentiment d'impuissance. Elle ne veut jamais se retrouver dans une pareille situation de nouveau. Et ce qu'elle considère comme la plus grande de ses faiblesses, c'est son essence naturelle. La hase est tout sauf un animal fort, c'est un gentil herbivore qui ne sait que se cacher au fond d'un trou pour trembler de peur. Et c'est bien cette nature qu'elle rejette de tout son être. Elle hait ses oreilles qui lui rappelle sans cesse sa nature profonde. Elle déteste également le surnom qu'on lui a attribué. Mais elle ne veut pas l'avouer aux autres, ça serait montrer une faille dans ses défenses durement érigées.



DESCRIPTION : Elle utilise uniquement des montures qu'on lui fournit et en change régulièrement dans des relais pour des voyages plus rapides.




La lapine était une enfant …


Aria jouait tranquillement dans sa chambre quand des bruits attirèrent son attention. Maman et papa se disputaient de plus en plus dernièrement et ça l'inquiétait. Du haut de ses cinq ans fraîchement acquis, elle se dirigea timidement vers le salon, d’où provenaient les éclats de voix. Elle glissa sa petite tête par l’encablure de la porte pour observer la situation depuis une bonne distance. Son coeur battait à pleine vitesse car elle sentait dans l’air que l’ambiance était différente. Maman avait une trace rouge sur la lèvre et regardait Papa avec des yeux apeurés. Sa mère était d’une très grande beauté, et elle lui avait légué ses charmes et sa chevelure si particulière. Cependant sa splendeur n’était pas passée inaperçue auprès des autres hommes d’Elusia, et bien des fois elle accepta leur avance au dépens de son mari. Celui ci, leva la main une nouvelle fois sur sa femme. Il en avait eu assez de voir sa fierté bafouée et avait choisi le châtiment que la coupable méritait. Il continua de la frapper, encore et encore. Il restait désespérément silencieux alors que la renarde lui suppliait d'arrêter, que la violence n’était pas la solution. Ces préceptes, le loup les connaissait, les avait appliqué jusqu’à aujourd’hui. Comme tout autre elusiens. Et pourtant … Ses instincts de prédateur peut être, sa rage sourde, sans doute … Mais il allait l’abattre comme on abattait une volaille avant de passer à table. Il l’attrapa par les cheveux et finit le travaille en projetant son crâne contre le coin de la table, jusqu’à ce que les cris cessent.

Aria était là, dans son nid d’observations, totalement impuissante et spectatrice d’un acte qu’elle ne saurait décrire mais qui pourtant l'effrayait jusqu’au plus profond de son être. Depuis la première gifle jusqu’aux derniers soubresauts de sa mère, elle n’avait pas réussi à détourner le regard ou bien même à bouger un muscle. Aucun son, aucun mouvement, aucune larme, aucune respiration … C’est comme si elle voulait totalement disparaître pour se protéger. La peur intense l’avait stupéfiées et figées sur place, seule l’urine qui se déversait à ses pieds était la preuve qu’elle était encore vivante. Son père repérant enfin sa présence, se retourna vers elle et plongea ses yeux d’améthyste dans leurs reflets. Il s’approcha d’un pas lent et le regard dur. Ces perles violettes la transpercèrent. Elle faillit s’évanouir sur place, tellement elle était terrifiée d’être la suivante. A l’approche de la main pleine de sang, elle réagit enfin un tant soit peu, et ferma les yeux attendant l’impact. Seul une caresse vint épouser sa chevelure. « Ne deviens pas comme ta mère. » Ce furent les dernières paroles qu’il avait prononcées avant de disparaître pour toujours.

Ce jours là, elle perdit ses deux parents, sa mère tuée par la main de son père maintenant porté disparu. Cet événement marqua Aria pour le reste de sa vie et troubla son sommeil. Même au jour d’aujourd’hui, elle lui arrive de mouiller son lit à cause d’un cauchemar trop intense. Ce genre d’incident lui arrive environ une fois par an, et c’est toujours une humiliation troublante pour la femme qui approche maintenant les vingt quatre ans. C’est également cet événement qui va pleinement façonner la dame aux cheveux de jade.

Les élusiens étaient totalement sous le choc à la découverte de l’atrocité. Les actes d’une telle violence n’arrivaient jamais ici, les rares personnes montrant de tel signe d'agressivité étaient soit correctement accompagnées, soit tout simplement banni pour les cas désespérés. Le coupable avait déjà mis les voiles, car il savait bien ce qu'il l'attendait si il recroisait un jour un éluséen. Le deuil fut national, et tout le monde se demandait : qui allait s’occuper de l’enfant. C’est son oncle qui se porta garant pour cette tâche. Il était soigneur et n’avait pas d’enfant. Il avait tout ce qu’il fallait pour subvenir à ses besoins. Personne ne s’y opposa et Aria fut mise sous la garde du guérisseur. Amtal Belleford était son nom. Il était âgé de trente cinq ans et avait perdu sa femme bien des années avant. Il n’avait jamais voulu se remarier. Sa nièce était l’enfant qu’il n’aura jamais eu. Il s’en occupa du mieux qu’il put, mais la tendresse n’était pas son fort. Il était très strict et discipliné. Il aimait bien que les choses soient à leur place. Cependant il n’eut pas de problème avec Aria, celle ci était totalement traumatisée. Elle ne parlait plus que par des gestes de la tête, évitait le regard de son oncle et restait enfermée dans son coin. Elle ne jouait plus, mangeait peu et avait peur de tout le monde. Son oncle était désespéré il essaya de nombreuses méthodes pour la consoler et la réhabiliter mais rien n’y faisait. Les cauchemars virulents s’ajoutaient à la sauce, pour rendre fou son oncle qui était frustré, énervé et surtout impuissant face à la détresse de sa nièce. Il prit conseil auprès de ses amis, des sages et tout autres personnes un tant soit peu compétentes. Aucun ne parvint à obtenir de résultat, jusqu’à l’arrivée d’une jeune femme.

Un jour, une de ses patientes aperçue la petite fille apeurée qui détala à son regard. Elle voulut en apprendre plus et Amtal lui confia sa détresse. Elle se proposa pour essayer de l’aider, elle pensait comprendre ce qu’elle ressentait. Amtal la laissa seule avec elle, espérant que cette intimité puisse l’aider dans sa tâche. Cette femme, ou plutôt cette fille de seize ans, s'appelait Iris. Simplement Iris. On pouvait sentir qu’elle ne venait pas d’ici, sa vie avait dû être difficile et mouvementée. Ses iris de reptiles dorés dégageaient une force de volonté et une assurance rare pour son âge. Elle se dirigea vers la petite lapine, qui s’était figé dans le jardin près d’un arbre. Elle regardait avec peur l’approche de l’étrangère. Iris s’agenouilla près d’Aria et entama la conversation. « Bonjour … Aria c’est ça ? ... On m’a raconté ce qu’il t’était arrivé et j’en suis désolé ... On m’a dit aussi que tu avais peur et c’est bien normal.  Mais sais tu d’où te vient cette peur ? » Aria hocha timidement la tête, après un petit temps de réflexion. « … Elle vient de ton impuissance. Si quelqu’un te veut du mal, tu ne peux pas te défendre. Et c’est ca qui est terrifiant, être à la merci des autres. Mais ne t’inquiète pas, il y a une solution. Il suffit de devenir plus forte. Assez forte pour que plus personne ne puisse te faire du mal.» Puis Iris lui tendit un bâton et lui conseilla de taper contre l’arbre tous les jours, si elle voulait devenir plus forte. Elle se leva et laissa la lapine seule avec ses pensées.

Elle était encore jeune mais comprenait qu’on venait de lui indiquer une porte de sortie. Et puis c’était très simple, s'il suffisait de frapper ce pauvre arbre pour faire fuir ses cauchemars, alors elle s’exécuterait. Et tous les jours dorénavant, au lieu de rester cloitré dans sa chambre, elle agitait son bâton. Iris revint une semaine plus tard, afin de voir si la graine qu’elle avait semée avait germée. Elle fut satisfaite de voir la petite s’entrainer avec son arme de fortune. La gamine avait décidé d’agir, et c'était un bon début. Mais il restait encore du travail. Iris s’affaira à l'entraîner durement tous les jours, sous les yeux encore suspicieux d’Amtal. Et pourtant après un mois, il dut reconnaître la réussite de cette méthode. Aria reprit de l'appétit, recommença à produire des sons et paraissait tout simplement plus vivante. Iris devint la grande soeur d’Aria, son modèle, son mentor mais surtout une instructrice de fer.

… Puis devint une jeune fille ...


Elle lui apprit à ne pas succomber à la douleur, à serrer les dents et à contrôler ses émotions. La yorka reptilienne lui enseigna l’art d’éradiquer toute faiblesse, la guerre ne pardonnait pas. Au fil des ans Aria devint plus aguerrie, plus confiante, plus forte. Elle apprit tout un tas de tactique de combat et s’entraina avec un nombre impressionnant d’arme différente. Elle reçut un véritable entraînement militaire. Son mentor disparaissait des fois pendant des mois, elle avait à faire autre part. C’était les plus grands moments de solitude de la lapine, elle dut apprendre à s'entraîner toute seule, face à un mannequin de bois.

A ses dix ans, les combats devinrent plus équitables car Aria développa son premier pouvoir. Elle pouvait faire des bons puissants avec facilité. L’une des règles primordiales en combat, est que celui qui maîtrise la distance, maîtrise le rythme et donc a un avantage. Avec sa capacité, Aria pouvait prendre de la distance quand elle était en mauvaise passe ou bien charger son ennemi au moment le plus opportun. Elle apprit un peu plus tard qu’elle pouvait même réaliser ces bons quand elle était en l’air et ainsi fondre sur son opposant en utilisant la gravité à son avantage. Cela rendait certes ses coups plus puissants mais également prédictibles, Iris n’avait aucun mal à les éviter malgré sa vitesse. De plus, les atterrissages étaient parfois très approximatifs, la lapine se blessa elle même à de nombreuses reprises. Amtal se montrait très utile dans ces moments là. Sa capacité de soigneur était très puissante. Il pouvait également recharger d’énergie les guerrières quand elles étaient trop épuisées. Cela leur permit de réaliser des entraînements très intenses et de les pousser dans leurs retranchements.

Le corps d’Aria se transforma peu à peu et à l'âge de quinze ans elle avait un corps puissant et agile. Ses os avaient gagné une résistance d’acier, qui lui permettait d’encaisser plus facilement ses atterrissages difficiles. Dorénavant c’était elle qui avait le dessus dans les combats. La dame à la crinière ténébreuse était spécialisée dans les combats à courtes distances avec ses épées courtes. Alors qu’Aria favorisait des armes longues, comme les lances, et des mouvements amples et puissants. Les combats étaient donc en faveur de la fille de jade. Mais pour dire la vérité, sa grande soeur était plutôt experte dans les actes plus discrets. Ses proies ne remarquaient même pas la lame sous leurs gorges. Iris comprenait qu’elle n’avait plus rien à apprendre à Aria, elle avait atteint un domaine qui était hors de ses compétences. Malgré ces années d'entraînement et sa montée en puissance fulgurante, Aria n’était pas rassasiée. Elle ne voulait plus jamais se sentir impuissante, alors elle continuerait à viser le sommet. Ses nuits étaient plus calme mais toujours hanté, la peur profondément ancrée. Elle construisait juste un mur autour pour la protéger. Et plus haut était le mur, mieux c’était.

La femme aux Iris dorés lui demanda ce qu'elle voulait faire à l’avenir. Elusia n’avait que faire d’une guerrière, ici il n’y avait aucune force de l’ordre. Sa présence était inutile. La question était simple, auprès de qui ou de quelle cause voulait elle mettre à profit sa force nouvellement acquise ? Aria ne savait guère répondre à cette question. Elle s’était entraîné pour devenir plus forte, elle s’était entraîné afin de se protéger. Mais … après réflexion, peut être qu’elle pouvait étendre cette protection à d’autres ? Elle voulait agir pour une bonne cause, comme la protection d’Elusia. Iris lui proposa alors de l’accompagner dans un voyage, elle avait quelqu’un à lui présenter. Ce fut la première fois qu’elle sortait de son royaume et cela la rendait anxieuse. Etait elle assez puissante pour se protéger du monde extérieur ? Elle en doutait encore, malgré les éloges qu’elle décrochait auprès de son professeur. Elles se rendirent dans un pays où le sol vous brûle les pieds et où le soleil dore votre peau comme on cuit une viande sur un feu. Cachées sous un grand manteau à capuche, elles firent preuve d’une discrétion qui intrigua la lapine. Une fois arrivée à destination, Iris toqua suivant un certain rythme précis. La porte s’ouvrit prudemment avant de les laisser entrer. Un homme était assis au bout d’une table et entouré de ce qui semblait être ses gardes. La dame aux cheveux de jais incita sa protégée à s'asseoir face à lui. Quant à elle, elle se plaça debout à côté de la table.

« C’est donc elle, ta petite soeur qui t’accapare tellement de temps ? »
« C’est elle, Monsieur, et je n’ai plus rien à lui apprendre.»
«Bien ... Dis moi jeune fille, Iris m’a dit que tu t'étais beaucoup entrainé, mais …  dans quel but ?»
« Je … Je souhaite juste me protéger.»
« Je comprends, un objectif louable. Tout le monde né faible, mais certaines personnes ont la force de volonté ainsi que l’opportunité de devenir meilleur, de devenir indépendant ... Ce n’est pas le cas de tout le monde, j’en ai bien peur. Beaucoup de faibles restent impuissants face aux forts, et ceux ci en profitent pleinement. Les gouvernements, l’armée, les gardes, les religieux … Ils prennent un malin plaisir d’assouvir les peuples pour leurs propres intérêts. Et nous, nous sommes la voix qui gronde, nous sommes la rage des opprimés ... et son poing armé. Nous défendons les faibles qui en sont incapables par eux même. C’est ça notre combat. C’est là notre lutte. Et nous avons besoin de personne comme toi.»
« … Et vous …  êtes qui ou quoi exactement ?»
« Nous sommes les Nérozias, jeune fille, le bras armé de la justice.»

Ce petit discours plongea Aria dans le silence, réfléchissant aux implications que cela pouvait entraîner. Mais un rapide coup d’oeil vers son mentor lui rappela qu’Iris en faisait partie. Si il y avait bien une personne en qui elle avait une confiance aveugle, c’était cette yorka là. Elle accepta donc de suivre la voie des nérozias. La femme aux cheveux abyssaux fut l’agent qui s’occupa de son initiation, lui expliquant les différentes règles et organisation au sein de la caste. De nombreuses informations lui étaient encore dissimulées, mais elle comprenait un peu mieux la structure. Deux mois après son entretien, plusieurs hommes arrivèrent de façon sporadique à la planque où Aria suivait son initiation. Une fois l’équipe totalement réunit, elle fut informée qu’elle allait participer à sa première mission, un moyen de gagner la confiance de sa nouvelle famille.


… Puis une jeune femme ...



Elle intégrit ce qu’on appelait la lutte armée. C’était là des groupes d’intervention, formé de guerriers chevronnés, pour des assauts musclés. Lorsque la ruse ou l’assassinat ne pouvait s’occuper d’une mission, c’était eux le dernier recours. Leur cible était souvent des places fortes bien gardées, des caravanes hautement surveillées, des relais d’esclaves et autres point stratégique. Pour cette première mission, c’était une caravane d’un riche marchand, qui profitait encore de l’héritage de l'esclavage dans la région. Elle suivit les instructions de son capitaine à la lettre et combattu brillamment durant cette première mission. Elle tua son premier homme ce jour là. Cela lui rappela de douloureux souvenirs mais elle réussit à passer outre et à rester concentrer sur sa tache. Elle fut donc acceptée en tant qu’initiée et gagna sa rose noir. Grâce au soutien d’Iris, il suffit à Aria six mois et plusieurs missions à son actif, afin de rejoindre Koldom et recevoir sa chevalière d’or.

Dorénavant elle ne s'entraînait plus seul, mais avec d’autres membres de la lutte armée, à Koldom. Elle était encore jeune, et les nérozias lui accordèrent beaucoup de temps pour parfaire sa formation. Elle s’exerca avec des adversaires très différents, ce qui fut une expérience nouvelle pour elle. Elle se heurta à ses défauts et ses faiblesses en combat, ce qui la frustra considérablement. A cause de son style de combat qui avait besoin d’espace, elle apprit à ses dépens que les endroits exigus étaient de vrai piège mortel pour elle. Elle appris aussi qu’il y avait plusieurs types de magie différentes et qu’elle était totalement impuissante face à certaines. Les pouvoirs d’illusion ou d’esprit en particulier. Elle avait d'excellent réflexe et s’appuyait beaucoup sur ses sens et son instinct, alors elle succombait facilement aux hallucinations. Et les magies de l’esprit pouvaient appuyer sur sa faille la plus béante, la peur, la peur qu’elle essayait inlassablement d’enfouir au plus profond d’elle. D’ailleurs un nouvel incident exacerba cette peur en lui donnant un nouvel aspect.

Alors qu’elle s'entraînait durement et avec grande intensité, elle tomba en combat contre une jeune recrue un peu frêle. Aria ne savait pas y aller doucement, au contraire, elle essayait toujours de dépasser ses limites. Ses récentes défaites l’avaient frustré et s'améliorer était tout ce qui emplissait son esprit. Et il répondit à cet appel. Pendant ce combat, sa magie de vélocité se révéla à un moment inattendu. Une charge trop violente et incontrolée vint heurter le crâne du pauvre homme qui mourut peu après d’un choc crânien. Elle venait de tuer un innocent. Un accident. C’est ce que tout le monde s’accordait à dire. Mais Aria ne pouvait se le pardonner. Sa quête de force avait coûté la vie d’un homme. Elle comprit que ce n’était la force qu’elle désirait tant, c’était le contrôle. Avoir le contrôle de la situation, quelle qu’elle soit. Et pour cela il fallait la force de s’imposer et la maîtrise de se modérer. De nouveau cauchemar vinrent compléter les anciens rendant ses nuits encore plus tumultueuses. Elle aurait apprécié d’avoir Iris à ses côtés, mais maintenant l’agent travaillait à temps plein. Elles ne se voyaient presque plus, seules quelques lettres leur permettaient de rester en contact.

En plus de son entraînement elle continuait ses missions. La plupart du temps c’était des attaques de convois, une libération d’esclaves ou de prisonniers. Elle ne s’aventurait jamais très loin de Koldom, ses actions l’emmenaient surtout en Phelgra, Argyrei et rarement en Cerbrenia. Elle rentrait régulièrement à Elusia, c’était sa patrie après tout. Les Nérozias décidèrent donc de rentabiliser ces allers retours et lui confia la charge d’escorter des cargaisons, messager ou autres éléments importants. Elle fut coutumière de prendre la mer et d’escorter ces structures de bois flottant au gré du vent. Au fil des ans, elle gagna le respect de ses pairs et monta en grade. Elle devint capitaine d’une force d’intervention. Les éléments la composant changeait régulièrement, mais ils y avait deux, trois habitués, dont son second. Leurs opérations était assez profitables et elle put gagner assez d’argent pour s’offrir des équipements de pointe. Elle fit forger son armure et ses deux armes chez les meilleurs forgerons sindarins. Leur métal n’était pas le plus résistant, mais le plus léger. Et ils avaient un sens de l’esthétique que la jeune femme appréciait.


… Et enfin soldate



Sa vie continua ainsi jusqu’à ses vingt ans.

Un jour, lorsqu’elle était à Elusia, son oncle lui apprit qu’une nouvelle yorka faisait parler d’elle : Hinaya Osiris. Elle avait des idéaux plus militaristes et tentait de les répandre parmi les éluséens. D’après la rumeur, elle rassemblait des personnes prêtes à se battre pour défendre la cité. Aria, curieuse, se joignit donc à ce groupe. Elle avait toujours eu dans l’idée de défendre sa patrie, mais jusqu’à présent celle ci n’en avait jamais évoqué le besoin. Elle fut accueillie à bras ouverts, toute nouvelle recrue était bonne à prendre, elles se faisaient si rares. Lors des premiers rassemblements, elle put y découvrir que les membres n’étaient pour la plupart pas des guerriers. Bûcheron, forgeron, chasseur, bâtisseur … formaient les plus aptes du groupe, les autres étaient des citoyens ordinaires qui auraient besoin de longue session d'entraînement. Leurs équipements étaient également assez rustiques et rudimentaires. Ils ressemblaient pour l’instant plus à une milice qu’à une réelle armée. Certains arboraient tout de même des armures de très bonnes factures. Sans doute des guerriers ayant vécu dans d’autres contrées ou tout simplement assez fortuné. L'habileté et l’expérience de la lapine de jade lui créèrent une renommée au sein du groupe. Elle refusa cela dit tout poste à responsabilités, une grande partie de son temps était toujours allouée aux Nérozias et à leur cause. C’est parmi ce groupe qu’elle rencontra celle qui allait devenir sa meilleure amie, Chelsie. Elle comblera le vide qu’Iris avait laissé et lui permit de s’ouvrir un peu.

Elle a maintenant vingt trois ans et navigue toujours entre ses deux responsabilités. La milice s’est bien amélioré, et une nouvelle reine fait loi à Elusia. La cité de l’eau semble en proie à de grands changements. Quelle place la guerrière aux cheveux de jade prendra telle dans ce monde de plus en plus chaotique ?






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
:: L'Eryl ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Eryl ::
Sighild
MessageSujet: Re: Aria Belleford [Done]   Mer 12 Déc - 19:07

Bienvenue (ou rebienvenue)!

Quelle lapine toute choupite!!!
Je l'adore déjà! Des airs mignonnets mais une véritable guerrière!

Tout me semble convenable dans ta fiche, je n'ai rien à rajouter.^^

Fiche validée!


Tu vas pouvoir librement gambader à Istheria!



Tu vas pouvoir aussi dès à présent te rendre dans la " GESTION DES AFFAIRES " afin d'ouvrir ton compte en banque, ton journal et ton inventaire.

Tu pourras également faire une demande de rang personnalisé JUSTE ICI.

Pour ton avatar, tu peux "réserver" une image particulière dans notre bottin ICI.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Aria Belleford [Done]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» aria origine
» [terminé] Aria et Ezra: ils passent aux choses sérieuses !
» [terminé] Ezra et Aria: Choc émotionnel.
» Arrivée au bal
» Pretty Little Liars [Drame]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Gestion des PersonnagesTitre :: • Inscription & Présentation :: • Identités officialisées :: • Les Yorkas-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !