The Blue Devil

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 8
• Eclaris: 2
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 6
• Nérozias: 5
• Gélovigiens: 7
• Ascans: 2
• Marins de N.: 6
• Civils: 14

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Langdum Mois:Cobel
[Janvier/Février en temps réel]

Tableau d'honneur

Thimothée
Profil
Fiche

Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 The Blue Devil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: La Dame des Sables ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: La Dame des Sables ::
Mäje
MessageSujet: The Blue Devil   Ven 28 Déc - 22:06

Hephasteus, Pia, et Mäje, dans un silence très pieux – trop pieux- étaient penchés d’une façon très solennelle au-dessus d’une vulgaire caisse en bois. Si celle-ci semblait rongée par les années et couverte d’une salle couche de poussière, les trois compères étaient subjugués. Trop subjugués pour un récipient ancien… Comme si son contenu ne pouvait être que des joyaux bruts. Et pourtant, la vérité était ailleurs.

C’est une sacrée cargaison…


Tu l’as dit Hepha… Notre sylphide a dû passer mille ans pour en venir à bout ! Lui répondit joyeusement la terranne, à moitié amusée par la situation, et à moitié attirée par ce que pourrait leur rapporter ce mystérieux contenu.

Je vous le fais pas dire… J’ai manqué l’apoplexie plusieurs fois… Il y en a assez pour livrer tout Eridania, et les marchés noirs de Phelgra. De quoi faire parler de nous sur la moitié du continent, donc…


Pas sûr que ce soit pour les bonnes raisons.
Le Yorka croisa les bras avec perplexité. Ce à quoi la sylphide répondit en balançant les hanches et avec un sourire franc.

Allez, va, fais pas la tête ! Tout est bon pour les affaires, même un peu d’aide… Quelque soit son origine. Ils ont payés en avance. Avec ça, je promets qu’on va agrandir la bibliothèque. Et puis, il faut payer les nouveaux meubles, aussi… Et le nouveau personnel… Arf…


Mäje commença à se masser les tempes avec une profonde lassitude. Il y avait beaucoup de changement qui grouillait en ces temps troubles, et elle ne s’était pas encore remise de la neige, ni même de la nouvelle de son passage à la capitale. Alors qu’on installait dans toute la grande salle ses nouvelles tapisseries du plus beau goût, la créature sentit le poids de toutes ces nouveautés peser lourd sur ses épaules, et cela lui fit la même sensation que de la moutarde qui lui montait au nez. C’était douloureux, ça donnait envie de tousser, et il n’y avait pas une once de plaisir dedans. Et pourtant, seul les idiots diraient qu’il n’y avait jamais besoin de changement pour rendre une vie heureuse. Mais la sienne menait un court tranquille. Et puis, la stabilité avait du bon et de la sécurité.

Ah ! Tant de tortures. Elle finit par lâcher un profond soupire et jeta d’une main las un voile sur la caisse, cachant au yeux du monde son contenu : deux fois une centaine de petites fioles de verre fumé où tourbillonnaient par tornades dociles de petites quantité de brume blanche. Sa fierté, sa création, mais aussi un fruit plus que lucratif pour son commerce auprès des âmes un peu faible. Pia sautilla comme à son habitude, profitant déjà du fruit de ces efforts. La terrane était d’un naturel espiègle et charmeur, mais avant tout arriviste : la fortune de sa patronne était aussi la sienne, et elle savait pour quoi se réjouir. Le yorka, au contraire, était plus sage et plus droit par rapport à ce commerce. Mais pour le bien du domaine, il savait tout de même fermer les yeux, et garder la tête froide pour contrôler chaque départ de stock, et chaque alerte lié à un quelconque membre des forces de l’ordre un peu trop curieux.


Tu passes par ton livreur habituel ? S’enquit-il.

Non, un nouveau… J’entends son nom de plus en plus à travers le désert, et on ne parle plus que de lui dans ma grande salle. Alors autant le mettre à l’épreuve. Dit-elle, assez fière d’avoir su mettre la main sur une perle rare. On l’appelle le Djinn.

Le yorka fennec haussa les épaules. Ca ne te ressemble pas… Tu es sûr qu’on peut lui faire confiance ?

On n’est jamais sûr de rien, mon cher.
Dit-elle en haussant les épaules. Mais ses tarifs sont corrects pour ce travail-là. Mais je ne suis pas sûr que ce soit dans ses habitudes, ceci dit…

Dans une longue robe noire tout en soi et voilage, la créature très finement taillée était étrangement moins bavarde qu’à son habitude. Quoique sa superbe ne soit nullement affectée par ce maigre changement d’humeur. Conquérante, habile, féline, elle se retourna brusquement et indiqua du doigt une direction à trois pages qui attendaient les bras croisés. On lui avait dit le plus grand bien de l’individu, alors autant voir si il était capable d’apporter la marchandise d’un point A à un point B. Pour un djinn, ce devait être parfaitement faisable, non ? La première chose à savoir était si il était déjà arrivé… La sylphide au splendide visage pinça ses lèvres noires. Elle n’appréciait guère le retard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Sage Azuré ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Sage Azuré ::
Ishdir
MessageSujet: Re: The Blue Devil   Sam 29 Déc - 12:19

Le sindarin azuré naviguait sur la mer de sable en direction de sa nouvelle destination, Val’Meëza. Un rapide coup d’oeil sur son cadran solaire lui permit de se rendre compte qu’il allait être un peu en retard, mais rien de bien alarmant. Sa massive monture avait été feignante au réveil, et le groupe était bien obligé de suivre les envies de cette masse de muscles. Il ne voyageait pas seul, comme à son habitude. Il avait accepté au sein de sa caravane divers marchands et simples voyageurs contre un petit pécule. Ils allaient après tout bénéficier de la protection de ses Mirajs, une garde qu’il avait lui même équipée. La colonne de voyageurs allait bientôt atteindre le grand relais. Ce n’était pas seulement une escale agréable mais également un lieu de rencontre avec un possible employeur.

Ishidr avait été approché grâce à ses contacts dans le milieu. Il semblait que quelqu’un au sein de Val’Meëza ait besoin d’un transporteur pour une livraison … discrète. Pour cette première rencontre le Djinn avait troqué sa tenue peu raffinée pour une veste de meilleur facture. Faite d’une toile grise de bonne qualité, elle avait surtout était brodé d’une façon très élégante. Autour de son col, une broderie d’or, de sang et de vert descendait en triangle. Sa tunique atteignait le haut de ses genoux, lui servant ainsi de robe et une fine ceinture de cuir rouge ornait ses hanches. Aux extrémités de cette jupe et de ses manches courtes d’autres décorations venaient ajouter une touche de couleur à ce tissu terne.

Une fois arrivé à destination, il prit le temps de donner des consignes aux autres membres de sa caravane, afin qu’à son retour ils puissent repartir si le besoin s’en faisait sentir. Il fit signe à sa plus fidèle garde de le suivre. Il s’engagea discrètement dans les bâtiments et enroula sa tête d’un turban carmin qui venait cacher l'entièreté de son visage. Seuls ses yeux d’or était épargné de cette mascarade. Il suivit donc les consignes qu’on lui avait confiées, et s'engouffra jusqu’à une salle précise où il glissa à un servant, qui attendait là, que le Djinn était arrivé. Il jeta un oeil à son garde du corps, il espérait que sa présence ne poserait pas trop de soucis, mais elle était pour lui un gage de sûreté. Surtout quand on négocie avec des bandits en tous genres.

Celle ci s'appelait Aralys et avait la particularité d’être muette. Un don qu’il avait appris à apprécier. Il y avait évidemment d’autres façon de communiquer bien sûr, surtout qu’elle était télépathe, mais sa nature discrète et réservée lui donnait toutes les qualités pour garder des secrets. C’était donc elle qui s’occupait de sa sécurité lorsqu’il revêtait son masque de Djinn. Et pour ce faire elle était lourdement armée. Comme les autres Mirajs, sa tenue bleu nuit simpliste recouvraient l’ensemble de son corps. Une capuche venait dissimuler ses cheveux d’ébène et un voile pendait sur son visage ne laissant que ses yeux à admirer. Ceux ci étaient marqués de noir, lui donnant une aura plus meurtrière ou au moins plus menaçante. Son équipement était fait de métal obsidien, connu pour sa noirceur abyssale et son poids imposant. Elle avait un plastron simple, deux jambières et deux brassards. Sa lance était son arme principale mais elle avait également deux dagues attachées dans son dos pour pallier à toute éventualité.

Leur attente ne fut pas longue et on vint rapidement les trouver pour la suite des négociations.






Sa parole est d'or ( #ada03b )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dame des Sables ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: La Dame des Sables ::
Mäje
MessageSujet: Re: The Blue Devil   Mar 8 Jan - 13:14

Les aiguilles tournaient, les minutes passaient, et la sylphide qui avait trouvé le repos sur son boudoir de velours patientait calmement. Elle devait admettre que sous son calme de façade, elle n’était qu’à moitié rassurée. Bien qu’elle se savait responsable d’avoir elle-même voulu changer son livreur, elle assumait à moitié ce choix périlleux, et aveugle. Et l’attente avait de quoi aggraver ses symptômes… Mais elle se rassurait tant bien que mal en se disant qu’elle pouvait tout aussi bien le congédier, cela ne ferait que retarder la livraison. Et en même temps, avec la somme en jeu, c’était assez critique…
C’est un employé qui mit fin à son supplice en la prévenant que leur invité était enfin arrivé, et qu’il l’attendait dans une chambre disponible. Ravalant ses doutes et laissant exploser sa fierté, elle prit ses jambes d’abord et s’élança dans ses couloirs, suivie de près par son employé. Au moins, elle saura se faire présentable pour son invité, les premières apparences étant des plus importantes. Bombant le torse, relevant la tête, sortant la poitrine, elle s’approchait de la fameuse porte, et avança sa plus chaleureuse voix.


Cher Djinn, soyez le bienvenu dans mon… De toute son envergure, elle ouvrit les portes devant elle et… Troqua sa splendeur pour de la surprise en découvrant non pas le jeune homme, mais d’abord une femme lourdement armée. … Etablissement.

C’est dans un second temps qu’elle remarqua l’individu masculin qui se reposait derrière elle, assis sur un confortable fauteuil disposé là. Celui-ci était tout enturbanné, si recouvert que l’on ne voyait que deux yeux perçants d’or. Un regard bien étonnant d’ailleurs, qu’elle n’avait jamais pu voir autre part. Une subtilité de sa création ? Un polymorphe ? Tout était possible, après tout elle n’en savait pas encore grand-chose jusqu’ici. Mais le fait d’arriver avec une guerrière protégée des pieds à la tête était déjà tout à fait incongru, et elle le fit remarquer en balançant ses hanches pour refermer la porte derrière elle.


Et bien… C’est une façon de se présenter devant une dame ; Vous n’auriez pas dû vous donner la peine, personne ne va attenter à votre vie, ici. Nous sommes un établissement respectable.

Piquée à vif, la dame réprima une soudaine montée de chaleur pour essayer de détailler un peu plus ses interlocuteurs. Il ne lui faisait pas de doute que le Djinn devait être l’homme, et pourtant le doute persisté. Ni lui ni elle n’en montrait beaucoup. Tantôt l’un en apparat, tantôt l’autre en armure… Et pas dans l’ordre que l’on pourrait imaginer. Mais cependant, dans ce genre de situation, mieux faut se fier à la richesse apparente, et dans ce cas, il s’agissait de l’homme qui sentait le plus les dias frais. Elle planta donc ses yeux gris dans les siens, remarquant au passage sa couleur de peau plus qu’atypique.


Bienvenu, néanmoins, dans mon relais. J’espère que vous avez fait bon voyage, et que nous n’avez pas eut trop de mal à trouver. Après tout, dans le désert , ce n’était pas les panneaux et les indications qui couraient les rues. Enfin, qui couraient les dunes. Mais il y avait bien quelques nomades pour donner des directions. Levant la main, son employé s’approcha doucement du petit groupe. Quelques choses pour vous désaltérer ? Eau, thé, liqueur ?

Il y avait de quoi faire, et elle préférait lancer les hostilités sur de bonnes bases. Toute la carte lui était ouverte, et cela comprenait certaines des meilleures bouteilles du monde. Une fois le choix fait, elle attrapa une tige à fumer, et plaça au bout une cigarette qu’elle alluma de son briquet à mèche préféré. Le jeu pouvait commencer.

Cher Djinn, et… Chère Madame, vous vous doutez bien que je ne vous ai pas fait venir pour admirer les dunes, alors laissez moi ôter les doutes qui peuvent encore planer sur la nature de ma demande. Il y a ici une caisse à envoyer avec les plus grandes précautions à Phelgra et Eridania. Dit-elle très simplement. J’ai entendu grand bien de vous et de vos capacités, pour des domaines bien plus élaborés que le transport de marchandise. Mais je me doute qu’après tout ça, il y a bien de la place pour un nouvel objet au sein de votre caravane, Monsieur… ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Le Sage Azuré ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Sage Azuré ::
Ishdir
MessageSujet: Re: The Blue Devil   Ven 11 Jan - 19:15

Le sage azuré attendait patiemment sur un fauteuil fort confortable disposé dans la chambre. Son garde du corps était soucieuse du détail et s’était placée près de la porte pour intervenir face à tout nouvel arrivant. Et d’ailleurs ce ne prit guère quelques minutes avant qu’apparaisse une élégante femme à la chevelure abyssale. Aralys s’était immédiatement interposé se plaçant comme un bouclier face à la nouvelle menace potentielle.

« Et bien… C’est une façon de se présenter devant une dame ; Vous n’auriez pas dû vous donner la peine, personne ne va attenter à votre vie, ici. Nous sommes un établissement respectable. »

Ishdir prit un peu plus le temps d’admirer ce qui semblait être son futur employeur. Un visage gracieux, une carrure délicate et un corps harmonieux enroulé dans une fine robe noire. L’éclari avait un certain faible pour les belles femmes, et il apprécia la bonne surprise de rencontrer ici un tel joyau. Mais aux vues de ce premier échange, la dame semblait avoir du caractère. C’était peut être plus sage de garder ses distances avec un tel spécimen.

Un claquement de doigt indiqua à Aralys qu’elle pouvait laisser s’approcher leur hôte. Il se leva et effectua une simple révérence en guise de salutation.


« Ravie de vous rencontrer, Madame. Veuillez pardonner la présence de mon garde du corps. Ce n’est pas que je n’ai pas envie de vous croire, très chère, mais je travaille depuis assez longtemps dans ce …. milieu pour ne plus prendre ce genre de risque. Ce n’est qu’une simple sécurité.»

Au fil des années, il avait appris de ses erreurs. Erreurs qui lui avaient parfois coûté très cher et avaient bien souvent mis sa vie en danger. Sa protectrice était une sécurité qui lui semblait dorénavant indispensable, bien que cela puisse rendre inconfortables certains de ses associés.

« Bienvenu, néanmoins, dans mon relais. J’espère que vous avez fait bon voyage, et que nous n’avez pas eut trop de mal à trouver..Quelques choses pour vous désaltérer ? Eau, thé, liqueur ? »

« J’ai fait bon voyage, je vous en remercie. Puisque vous le proposez, je suis curieux d’essayer ce que vous avez de plus ... exotique. Que serait le voyage sans la découverte de saveurs inexplorées ? »

Ne voyant pas son interlocutrice se diriger vers les fauteuils, l’érudit plaça les mains dans son dos et redressa son torse. Il se préparait pour une discussion debout qui allait possiblement traîner en longueur. Les préliminaires effectués, il était temps, semblait-il, d’attaquer le vif du sujet.


« Cher Djinn, et… Chère Madame, vous vous doutez bien que je ne vous ai pas fait venir pour admirer les dunes, alors laissez moi ôter les doutes qui peuvent encore planer sur la nature de ma demande. Il y a ici une caisse à envoyer avec les plus grandes précautions à Phelgra et Eridania. J’ai entendu grand bien de vous et de vos capacités, pour des domaines bien plus élaborés que le transport de marchandise. Mais je me doute qu’après tout ça, il y a bien de la place pour un nouvel objet au sein de votre caravane, Monsieur… ? »

En entendant une allusion qui lui était destinée, Aralys se mit en retrait pour bien faire comprendre qu’elle ne participerait pas à la conversation. Elle était juste là en cas de pépin. En tout cas, la tâche correspondait à ce que son contact lui avait annoncé. Il ne fallait plus qu’ils se mettent d’accord sur les détails.


« Djinn ira très bien.»

Ce n’est pas comme s’il était très difficile de trouver son vrai nom, mais le sindarin était prudent. Ca ne coutait pas grand chose de masquer ses traces un minimum.


« Le transport de marchandises fait effectivement partie de mes compétences. Je peux vous assurer un voyage sans encombre et loin des regards indiscrets. Et il y a toujours de la place pour des marchandises, si elles se montrent profitables … Vous imaginez bien que ce genre de services ont un prix plus élevé que le transport traditionnel. Le prix est négociable et dépend de votre bénéfice, mais en général je prends dix pourcents. Avec un minimum de cinq cents Dias. Cela vous semble t-il convenable ? »






Sa parole est d'or ( #ada03b )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The Blue Devil   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Blue Devil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» San Jose Sharks && Columbus Blue Jackets (2)
» Mod Blue and Grey
» Lost in blue
» Makes me wonder if the sky's still blue to paradise... (Terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Argyrei, le pays mauditTitre :: Les colonnes d'EbreusTitre :: • Val'Meëza, le Grand Relais-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !