Retrouvailles Nocturnes

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 8
• Eclaris: 2
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 6
• Nérozias: 5
• Gélovigiens: 7
• Ascans: 2
• Marins de N.: 6
• Civils: 14

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Langdum Mois:Cobel
[Janvier/Février en temps réel]

Tableau d'honneur

Thimothée
Profil
Fiche

Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retrouvailles Nocturnes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: Le Renard Sanglant ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Le Renard Sanglant ::
Ylivi
MessageSujet: Retrouvailles Nocturnes   Dim 30 Déc - 12:12

«  Romard doit savoir… Demande-lui »

Un sourire fleurit sur mes lèvres. En voilà une délicieuse idée, Ô divin Kron. Revoir mon ex-futur mari devient tout de suite quelque chose d’attrayant pour moi. Après tout, nous étions censé nous aimé jusqu’à ce que Kron nous sépare. C’est chose faite, donc je n’ai qu’à aller lui dire qu’il est libéré de ses obligations et en profiter pour lui demander s’il sait quelque chose sur ceux qui m’ont lâchement assassiné quelques jours avant notre mariage. Douce nuit en perspective…

Malgré ma mémoire parfois défaillante, mon corps retrouve facilement sa demeure, comme si j’étais déjà prête à y habiter. Je me souviens vaguement y avoir mis les pieds une fois, je crois qu’il me faisait visiter. En tout cas c’est une belle bâtisse, grande, décorée et probablement entretenue par une armée de serviteurs dévoués. Reste à savoir s’ils sont plus dévoués à leur maître ou à leur propre vie. La réponse est pourtant si évidente quand on est déjà mort…

La tombée de la nuit est sans doute mon moment préféré de la journée. Il annonce l’excitation du début de la traque et souvent c’est là que les gens sont les plus vulnérables. Ironique quand on sait qu’ils sont plus méfiants à ce moment-là, mais justement, ils sont plus méfiants, angoissent pour tout ou rien et sursautent au moindre bruit et donc finissent forcément par manquer l’essentiel : Moi !  Exactement comme cette servante qui venait travailler. La pauvre, elle a tellement eu peur qu’elle a failli s’évanouir sous le choc. Il faut dire que ce n’est pas tous les jours que ma Griffe de Sang vous caresse doucement la gorge alors que vous traversez une ruelle que vous empruntez pourtant quotidiennement. Et la voilà qui supplie pour sa vie, pleurant qu’elle n’est qu’une servante. C’est toujours un peu pénible ce genre de moment, autant la calmer tout de suite.

- Ecoute, je veux entrer chez ton maître ce soir, je dois lui parler. Lorsqu’il dormira, ouvre la troisième fenêtre sur le mur Ouest du rez-de-chaussée pour que je puisse entrer. Bien sûr, si tu préviens quelqu’un ou que tu ne l’ouvres pas…

Je laisse son imagination faire le reste du travail. Elle blêmit la pauvre ! Et elle opine frénétiquement comme si sa vie en dépendait, ce qui est le cas il faut dire. Je lui demande également de m’indiquer là où il dort et elle obéit, brave fille. Je la relâche donc et repars tranquillement, lui laissant la voie libre. J’attends ensuite patiemment pendant près de deux heures, jouant avec mes dagues ou baillant d’ennui. La fenêtre s’ouvre enfin et je vois la servante fuir la pièce à toute vitesse. Sage décision. Je me glisse silencieusement à l’intérieur. Phase une réussie, reste à trouver la chambre du maître. La servante m’a dit premier étage, au fond du couloir. Je sors en silence de la pièce et traverse un couloir sombre dont les murs sont ornés de tableaux. Leurs yeux semblent me suivre tout le long, c’est assez ennuyant comme sensation, j’ai envie d’y mettre le feu, mais je ne dois pas, d’abord Romard, l’amusement ensuite. Et puis mettre le feu à un bâtiment n’a jamais été mon truc, je suis bien plus subtile que ça !

J’emprunte un magnifique escalier de marbre blanc. J’aime les maisons des riches, leurs escaliers ne sont pas faits d’un bois qui grince affreusement et les gonds des portes sont toujours impeccablement huilés, ce qui facilite grandement mon travail. Les types paient des gardes alors qu’une simple porte qui grince pourrait me faire déguerpir, risible. D’ailleurs pas le moindre garde ici… il ne doit pas s’attendre à une visite nocturne. Et puis j’étais sa fiancée, donc j’ai parfaitement le droit de lui rendre visite en pleine nuit. J’ai hâte de voir sa tête…

J’arrive au premier étage et là encore, personne, parfait ! C’est presque trop facile… Comme quoi les gens tiennent plus à leur vie qu’on ne pourrait le croire, c’est merveilleux. J’arrive face à la porte de la chambre après avoir traversé un couloir similaire à celui du rez-de-chaussée, les tableaux en moins, remplacés par de grandes fenêtres qui laissent filtrer la lumière de la lune. J’ouvre délicatement la porte qui ne résiste pas et entre silencieusement. Je repère un corps endormi dans un large lit, très large lit. Il doit se sentir seul là-dedans… allons lui tenir compagnie. Je retire mon masque et l’attache derrière mon crâne, retire mon foulard et m’approche d’un pas dansant. Arrivée face à lui, j’examine son visage endormi. Il est toujours aussi beau que dans mes souvenirs, peut-être même plus… dommage que ce soit un abruti imbue de lui-même, sinon j’aurai accepté ce mariage avec plus d’enthousiasme… enfin, quand on voit comment ça a fini. Je me craque les doigts, fais quelques étirement, sors mon arme et lui colle une magnifique gifle qui le réveille en sursaut. Je le vois ouvrir la bouche mais ma faucille se glisse sous sa gorge tandis que de ma main libre je glisse un doigt sur ma bouche pour lui faire signe de se taire. Il obéit mais la crainte et la surprise ne quittent pas ses magnifiques prunelles vertes. Je le rassure d’un sourire et retire mon arme de sa gorge.

- Bonjour mon cher, rassurez-vous je ne suis pas venu vous tuer, mais vous parler, aussi si vous pouviez m’éviter de vous trancher des doigts en répondant gentiment cela serait bénéfique pour nous deux. De plus, nous n’avons pas eu l’occasion de passer notre nuit de noce ensemble, il serait dommage que je ne profite pas de l’occasion pas vrai ?

Je m’installe donc sur le lit après avoir ôté mes bottes et regarde son air médusé avec amusement. Il a l’air perdu le pauvre… ce qui est compréhensible, il m’a vu mourir et il m’a probablement enterré également, je ne peux pas lui en vouloir.

- Mais… comment ? Vous… Vous êtes vivante ?

- Et oui ! Une intervention de Kron. Oh et je serai vous je vérifierai les tombes de vos ancêtres, ce sont des pilleurs qui m’ont aidé à sortir. Je n’ai jamais vu quelqu’un courir aussi vite.

Je lâchai un petit rire qui lui donna l’impression d’avoir été frappé par la foudre. Allait-il s’en remettre ? Là était la question. Mais je n’étais pas là pour ça.

- Plus sérieusement Romard, j’ai besoin de vous, je dois connaître les noms de ceux qui m’ont assassiné. Je suis sûre que vous avez votre idée sur la question pas vrai ? J’en ai déjà éliminé quatre, il en reste quelques-uns mais je ne connais ni leur nombre, ni leur nom, donc ej viens vous voir.

- Vous êtes vraiment morte alors ?

Je le regardai d’un air entendu et il hocha la tête, à la fois triste et déçu. Le pauvre homme devait regretter de ne pas avoir pu honorer ma féminité… Quand je pense que cela me terrifiait, ma mort m’avait totalement détaché de ce genre de chose… le besoin lui par contre… Pendant que je lorgne sur les pectoraux plus qu’attirant de Romard, celui-ci prend un air pensif avant de se diriger vers le bureau situé sur le mur de gauche. Il prend une plume et une feuille et note quelque chose avant de me le tendre. Un nom et un lieu.

- C’est le seul nom dont je sois sûr, Oswald Catarin. Il a toujours désapprouvé notre union et ne c’est pas caché de son implication. Il a récemment financé les rebelles et cela n’a pas beaucoup plu au Roi, et il a dû fuir pour les rejoindre. Il doit encore être là-bas. Vous comptez tous les tuer ?

Je hausse les épaules pour ne pas lui dire oui ou non. Cela ne le regarde pas, je ne lui dois rien. Mais ce fut lui qui me surprit au final.

- Laissez-moi vous aider à châtier ceux qui nous ont séparés de manière aussi violente. Et quand cela sera fait…

Je l’interromps immédiatement, ne voulant pas vraiment entendre la suite qu’il allait sans doute regretter après de toute façon.

- Je n’ai pas besoin de votre aide. Contentez-vous de me fournir des noms, je m’occuperai de leur faire payer. Kron m’en soit témoin, je les tuerai tous.

Etrangement, il acquiesce et s’installe de nouveau sur le lit. Nous nous regardons quelques instants puis je me lève et remet mes bottes et mon masque sans rien ajouter. Je lui fais un signe de tête puis quitte sa chambre. Il a l’air secoué mais je m’en contrefiche. Le revoir a ravivé quelque chose que je n’aurai pas cru possible et je préfère m’éloigner. Je n’aimais pas cet homme de mon vivant, mais je le désirais et ce désir semble être toujours présent. A croire que la mort ne retire rien des envies que l’on a lorsque l’on est vivant. Ou alors Kron me teste.

Je reprends le chemin de la sortie en chassant ces idées parasites de mon esprit. Seul compte ma liste. Je dois trouver cet Oswald et le tuer, point. Je m’occuperai de Romard plus tard. EN sortant par la fenêtre qui était restée ouverte, je relis la feuille que mon cher ex-futur mari m’a donnée. Un camp rebelle dans les Vastes Plaines. C’est un peu vague tout de même…  Il va falloir s’armer de patience et probablement interroger quelques rebelles pour avoir sa localisation. Un sourire fleurit sur mon visage masqué. Que la traque commence et si Kron le veut, un autre de mes assassins le rejoindra bientôt.

A Suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Retrouvailles Nocturnes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 03. Retrouvailles nocturnes [pv]
» Des retrouvailles tragiques...
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]
» Les Retrouvailles ... [Pv WoOd]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Eridania, le pays aux mille culturesTitre :: Hesperia, la CapitaleTitre-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !