Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 8
• Eclaris: 2
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 6
• Nérozias: 5
• Gélovigiens: 7
• Ascans: 2
• Marins de N.: 6
• Civils: 14

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Langdum Mois:Cobel
[Janvier/Février en temps réel]

Tableau d'honneur

Thimothée
Profil
Fiche

Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: Reine d'Elusia ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Reine d'Elusia ::
Hinaya Osiris
MessageSujet: Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus   Jeu 3 Jan - 14:59

Entre passé et présentC'est une folie
De haïr
Toutes les roses
Parce qu'une épine
Vous a piqué
( Your name → Sparkle )
Lors des nuits les plus troubles, les aveugles ne sont plus ce que l'on croit.

Ce jour-là, une épaisse brume avait envahit Eridania et les nuages gris avaient caché Talum, Ignias et Maara, déversant par la même occasion une pluie torrentielle sur le pays. Et, parmi la météo capricieuse, se cachait une femme sous une lourde cape noire. Une soif de savoir l'avait poussé à partir loin des tumultes de chez elle. Consciente du danger qu'elle désirait pourtant si ardemment, il y avait quelque chose en elle qui la poussait à l'acquérir, car il y a bien longtemps qu'elle n'avait plus peur de la mort. Et, aussi stupide était-ce, elle ne savait pas ce qui pouvait être pire que cela.
De toute façon, elle savait pertinemment qu'elle aurait tout le restant de son existence pour regretter l'ignorance, aussi amer soit-il.

Ainsi, c'est pour un simple sachet de bonbon, que la reine d'Elusia était sortie de sa cité.
Elle avait longtemps étudié les vieux ouvrages que lui offrait la cité de l'eau et avait, grâce à eux, découvert trois artefacts d'une valeur inestimable. Entre ses mains, ils serait de puissantes armes. Entre ses mains, ces artefacts ne pourraient être bénéfiques qu'au Yorka, or, ils étaient bien trop puissants pour n'être utile qu'à un seul peuple, une seule race.
Car, la dame n'était pas connue pour sa bienveillance ni pour sa compassion ; elle avait toujours été prête à tout pour protéger et libérer son peuple, faisant ainsi d'elle un être redoutable et surtout, foncièrement mauvais.
Et alors, contrairement à un simple habitant d'Istheria, la dame était une reine et possédait ainsi le pouvoir d'un souverain. Mais à la différence de ces confrères et consœurs rois, elle avait été élu. De plus, le problème résidait dans sa croyance ; Hinaya ne croyait plus en rien, si ce n'est son peuple. Par ailleurs, elle éprouvait une aversion sans frontières pour tout ce qui ne partageait pas ses idées... ou simplement sa race.
La vie lui avait ôté bien des choses, mais ce qui en résulta fut pire que le monstre qu'elle essayait tant d'éviter. Ironique, en un sens.

C'est donc ainsi que ses pas la menèrent en Eridania, à la recherche de plus amples informations sur l'un de ces artefacts : les bonbons gueldebwa. Les livres qu'offrait Elusia étaient profondément précieux et rares, sans l'ombre d'un doute, mais ils semblaient tant réticents à dévoiler l'emplacement de ces objets ainsi que certains détails cruciales sur eux.
Alors, après avoir réussi à extirper certains secrets de ces ouvrages, elle savait à présent que sa documentation continuerait dans ce pays.

Ses pas étaient pressés, si bien que ses griffes martelaient le sol comme des lames se rencontrant. Elle tenait fermement entre ses mains plusieurs livres qu'elle venait tout juste de voler à un vieil home légèrement sénile. Un sourire mauvais et assez malsain s'était étiré, donnant à son visage une beauté glaciale.
Soudain, bien trop obnubilée par son butin, elle ne vit pas arriver un homme et lui rentra violemment dedans, les faisant tout deux tomber au sol. Les livres ainsi que la vieille cape volèrent en plein dans le visage de l'étranger, réveillant par la même occasion la flamme de la reine. C'était ce charbon ardent qui représentait la haine et la colère de la dame ; il s'enflamma et sa voix trancha le bruit de la pluie. Elle avait alors empoigné son arme blanche et l'avait dégainé, sans même prendre le temps d'allumer son ouïe surnaturel afin d'examiner calmement la scène, comme à son habitude.

« Bon sang, ne pouvez-vous pas regarder où vous allez ?! Ou peut-être était-ce à moi de m'écarter ?! »

Voilà bientôt trois jours et nuits qu'elle n'avait pu dormir plus d'une heure et celle-ci était profondément lasse et fatiguée. En effet, on ne peut effacer aussi facilement un passé aussi sanglant que le sien et il est évident que de nombreux chasseurs de prime sont souvent à ses trousses lorsqu'elle s'aventure un peu trop loin d'Elusia. Pour une raison qui lui échappait, ces temps-ci, ils se trouvaient bien plus nombreux qu'habituellement, ce qui lui laissait peu de temps pour respirer, elle qui avait pourtant tant de facilité à les éviter en temps normal. Peut-être était-ce simplement Eridania... Qui sait.
Ainsi, des poches s'étaient nichées sous ses yeux, rendant évident son manque de sommeil et son irritabilité. Des traces de combat étaient par ailleurs visibles sur tout son corps ainsi que ses vêtements de soie, qui eux, étaient déchirées à certains endroits et couvert d'une saleté changeant leur couleur blanche en un gris fade.

La dame se releva, non sans peine, tenant d'une main fermement son arme et de l'autre sa tête qui tournait dangereusement. Ses sens étaient comme sourds et chaque bruit lui paraissait un peu plus lointain à mesure que son torse se relevait et se rabaissait avec force. Ainsi vulnérable, elle était certainement plus féroce qu'à son habitude.
Ses ailes se déployèrent alors comme le ferait un mâle pour montrer sa puissance et avança, menaçante, vers l'homme.

« Ne touchez pas ses livres. »
©️ 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus   Jeu 3 Jan - 19:36

Je hais la pluie, certains sont juste gêné par elle, mais moi je la déteste, les deux femmes que j'ai jamais aimé étant morte toutes les deux accompagné par ce temps exécrable. Cette eau qui descend du ciel sans fin, emportant tout sur son passage me rend triste et nostalgique du temps ou j'étais encore marié.

Ma sortie par ce temps était clairement non désiré, et si j'avais pu l'éviter, je l'aurais fais. Mais le Comte de Dalma, un des nobles de la cour étair tombé gravement malade et il m'avait demandé à son chevet. Ma venue est donc indispensable, et me voilà , sous la pluie battante, trempé, et maintenant par terre, ayant heurté, d'après sa voix, une passante. Tout en me levant, je met à récupérer les différents objets étant tombé lors de notre contact. De toute évidence, c'était une mauvaise idée, car l'inconnue avait sortit une épée et s'avancais vers moi. Ses habits autrefois luxueux était déchiré et sale, son visage était celle d'une femme fatigué, et à la lumière d'un éclair, je la vis déployer de grandes ailes. Ce me transporta immédiatement de nombreuses années en arrière, Angel, mon premier amour étais également une lhurgoyf ailé. Je fus brusquement ramené à la réalité, lorsque le chef de la compagnie du Dernier Rempart, un véritable colosse haut de mètres, entièrement chauve et imberbe, la pluie coulant librement sur son visage s'interpose entre mon attaquante et moi, me faisant tomber à nouveau.
Je maudis à nouveau la pluie en prenant contact pour la deuxième fois avec le pavé glacial. Perceval, tout en m'observant du coin de l'oeil pour savoir si je suis blessé, a dégainé ses deux cimetières habituellement dans son dos et fais face.
Ne souhaitant pas créer d'incident, j'ordonne immédiatement à Perceval de s'écarter. Ce dernier ne bouge pas d'un pas, sa mission étant de me protéger à tous prix. Je dois donc me relever seul et avec difficulté, puis je m'incline devant la Yorka, et je lui dis d'une voix calme:

Je suis désolé gente dame de vous avoir heurté et touché à vos précieux livres. Je vous présente mes excuses les plus sincères. Toutefois resté au milieu de la rue, en plein orage, n'est pas l'endroit le plus indiqué pour discuter. Le temps ne semble pas vouloir se calmer et il y a une auberge proche d'ici où je pourrais faire sécher mes vêtements.
Si vous voulez bien abaisser votre arme, mon ami Perceval qui est très proteteur envers moi, fera de même. Nous pourrons nous remettre de cette rencontre. Je vous remet vos livres, qui j'espère n'ont pas été trop abimé dans la chute, ainsi que votre cape.

Je ne peux décemment par arrivé chez le Comte de Dalma, dans ces conditions, et l'auberge où je suis déjà allé, incognito est à la fois propre, agréable, et surtout dispose d'un grand feu. Mes vêtements sécherons vite et je pourrais à nouveau reprendre ma route. Toutefois, la présence d'une grande yorkas ailé est surprenante, sa stature et sa façon de parler, me font penser à certains commandants de l'armé régulière, que j'ai cotoyé pendant mes années de caserne, habitué à commander. J'en étais à mes reflexions, quand j'aperçu une silouhette tombée à un mètre à côté de moi, un couteau entre les homoplates. Une seconde personne émerge de la brume, une femme grande, mince, brune, avec ses cheveux attaché en queue de cheval, ses yeux noisette me fixant, une rangé de dague attaché à sa ceinture. Il me faut moins d'une seconde pour reconnaitre Laurence, une autre membre de la compagnie, chargé de ma protection. La soldat me signale alors que sa victime était un assassin et le retournant du pied, je vis la dague qui a quelques secondes près, aurai fini par me trancher la gorge.

Ignorant ce spectacle, malheuresement trop familier, je me retourne une dernière fois vers la non-terran:

- Je suis désolé de vous avoir impliqué là-dedans, et je ne sais pas comment ce tueur a pût me retrouver mais il est temps maintenant, de partir vers cette auberge. Venez-vous avec moi ?


Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
:: Reine d'Elusia ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Reine d'Elusia ::
Hinaya Osiris
MessageSujet: Re: Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus   Jeu 10 Jan - 23:18

Entre passé et présentC'est une folie
De haïr
Toutes les roses
Parce qu'une épine
Vous a piqué
( Your name → Sparkle )
Le silence est d'or.
Et les paroles la source des maux du monde.


De ses yeux continuellement clos, la dame serrait toujours fermement son arme blanche afin de calmer son esprit. Sa respiration se fit plus lente, son corps plus sûr de lui, et sa colère plus douce. Ses sens semblaient reprendre de leur grandeur. Et tandis qu'elle écoutait d'un calme froid ce qui se passait autour d'elle, elle fut surprise d'être tombée sur un homme suffisamment influent pour jouer au roi. Tel un vampire, elle se préparait à sucer son savoir et ainsi acquérir plus de puissance. À ses yeux, le monde était un échiquier géant, et chacun des Hommes des pièces de son jeu. Ses masques l'aidaient à manipuler ses pions, et même si cet étranger ne le savait pas, il ne serrait qu'un vulgaire objet pour elle.
Voilà maintenant des jours et des jours qu'elle n'avait pas avalé un véritable repas, ayant dépensé les dernières pièces de monnaie qu'elle avait sur elle. Alors, elle savait qu'elle aurait tout le loisir de jouer aux croqueuses de diamant afin de parvenir à ses fins : manger. Maintenant qu'elle avait récolté suffisamment d'informations sur ce qu'elle cherchait, elle n'aurait plus qu'à rebrousser chemin et retourner chez elle. Mais, elle savait qu'elle aurait besoin de reprendre des forces et alors elle choisit la facilité, bien consciente qu'une autre attaque des chasseurs de primes lui serait certainement fatale.

Son visage avait l'air fou tellement sa fatigue la rongeait, mais ses sens n'étaient plus éteints et étaient complètement éveillés. Elle entendit une lame glisser dans son fourreau avant même que l'un des molosses de l'étranger ne le comprennent, des pas pressés et une respiration folle s'avancer vers l'homme, mais elle ne broncha pas et n'esquissa pas un seul geste, bien qu'un sourire mauvais s'étirait sur son visage.
Enfin, les autres s'en étaient de toute façon chargés…
Il y avait certains vices en elle bien plus sombre que le commun des mortels, et ainsi la mort lui était, à ses yeux, chaleureuse. Mais son sourire ne signifiait pas ce côté d'elle-même, bien qu'il y ait des brides de satisfaction sur son visage. En réalité, elle souriait car elle savait qu'elle ne s'était pas trompée, qu'elle avait trouvé un homme puissant, et qu'elle devrait enfiler le visage d'une autre, jouer au jeu des masques.

Sans un mot, la dame rangea son arme blanche derrière son dos et ne prit pas la peine de répondre à l'étranger. Elle lui fit néanmoins signe de la suivre, d'un geste léger de la tête, et les griffes de ses pieds nus recommencèrent à claquer sur la pierre du sol jusqu'à arriver dans la fameuse auberge. Une certaine odeur de frais vint alors chatouiller les narines de la souveraine qui avait regagné son habituel visage neutre.
Elle se dépêcha de commander un repas chaud à une servante qui passait devant elle et s'en alla, aussi rapidement, vers une table. Mais elle ne parla toujours pas, faisant mine d'attendre son plat, bien qu'en réalité, elle examinait ces étrangers.

El alors quand vint son plat, elle s'exprima de cette habituelle voix d'un calme et d'une douceur glaçante, bien différente de celle de tout à l'heure.

« Nous vivons dans des temps bien sombres. Il serait regrettable de mourir si prématurément… alors essayez de vous débrouiller un peu seul. » Elle montra du doigt ses molosses avec une exactitude qu'une aveugle ne pourrait deviner. « Par ailleurs, vos amis devraient apprendre la politesse et analyser les situations, en autre… au risque de le regretter amèrement. »

Évidemment, la dame faisait référence à son statut privilégié, car bien que ces protecteurs fussent des lames vivantes, elle n'en doutait pas, ils n'étaient certainement pas suffisamment subtils pour assurer la protection de leur employeur.
Au moins, elle savait, avec presque certitude, que cet homme ne pouvait pas être un roi. Car quand bien même il en était un, avec des idiots pareils, il ne resterait pas longtemps en vie. Les guerres étaient si facilement déclenchables, après tout. Et le monde semblait n'attendre que cela, car il cachait en son sein les identités des gens. Hinaya en était bel et bien la preuve vivante du danger que représentait ce fait.

Sans plus de cérémonies, la dame entama réellement son plat avec la férocité d'un ogre.
©️ 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus   Sam 12 Jan - 0:33

La Yorka ne prends pas même pas la peine de me répondre, mais comme elle a glissé son arme dans son fourreau, j’en déduis qu’elle est d’accord de quitter cette rue digne d'un déluge. Avant de partir, je remercie Laurence d’un signe de tête pour m’avoir protégé et, en langage des signes spécialisés dans l’armée, que j’avais appris lors de mes trop nombreuses années de garnison, je lui indique qu’elle doit fouiller le corps et avertir le reste de la compagnie de nous rejoindre discrètement à l’auberge avec des vêtements secs.
Je suis donc la jeune femme, sous la pluie, qui tombe toujours. La non-terran possède des griffes qui frappent de manière brusque les pavés, et parfois même crissent contre la pierre, ce qui me fais des frissons dans le dos. Heureusement l’auberge n’est pas loin et c’est avec reconnaissance que je suis accueillis, à l'intérieur, par un bon feu. Perceval, comme à habitude, examine la pièce pour détecter d’éventuels dangers, mais mon invité ne l’attend pas et prends place à une table. Le mobilier qu'elle a choisie est dans une position idéale pour surveiller la porte tant en étant près de la cuisine en cas de retraite rapide. Je vois Perceval acquiescer en silence, lui-même n’aurais pas trouvé un meilleur angle de surveillance de la zone.
Je m’assieds donc à la même place que la créature ailé et je commande pour moi et Perceval, la même chose. J’enlève ensuite consciencieusement mon manteau trempé, pour le poser près de la cheminé, afin qu’il sèche un minimum. Ensuite, ce sont mes chausses qui suivent la même voie, et je me retrouve donc en chaussette, pantalon et tunique devant la non-terran qui me regarde d’un air que je pourrais qualifier de hautin. Une fois ceci fais, je m’assieds et en attendant les plats, j’en profite pour détailler mon invité de manière plus approfondis, maintenant que je suis au sec ! C’est bien une femme Yorka, elle est blonde, possède de grandes ailes et un collier autour du cou. Elle ne semble pas avoir mangé à sa faim tous les jours, mais son corps restent quand même magnifique. Petite étrangeté, depuis notre rencontre, j’ai remarqué que ces yeux étaient clos, je ne sais pas si c’est suite à un accident ou à de naissance, même si elle semble parfaitement pourvoir se mouvoir dans son environnement.
Lors qu’enfin j’allais pouvoir me détendre, les plats étant arrivés, l’inconnu annonce :
« Nous vivons dans des temps bien sombres. Il serait regrettable de mourir si prématurément… alors essayez de vous débrouiller un peu seul. Par ailleurs, vos amis devraient apprendre la politesse et analyser les situations, en autre… au risque de le regretter amèrement.
Je souris en attendant ces mots, même si Perceval n’apprécie guère l’allusion à son manque de professionnalisme. J’en profite pour prendre la parole à mon tour :
Pour Eridania, les temps sombres sont maintenant terminé, et j’espère que les épreuves ne toucheront plus les Isthériens dans leur ensemble. Pour la personne qui a essayé de me tuer, je ne sais pas pourquoi elle m’en veut, ni comment elle m’a retrouvé. J’ai d’ailleurs demandé à la jeune fille qui m’a sauvé la vie, son nom est Laurence d’ailleurs, de voir ce qu’elle apprendre sur cet assassin. Elle ne devrait pas tarder d’ailleurs.
A peine ai-je fini ma phrase que cette dernière rentre dans l’auberge, un paquet sous le bras, amenant un peu de froid de l’extérieur. Elle va droit à notre table et sans un mot, comme à son habitude, me tend un document. Je l’ouvre et hausse les sourcils d’étonnements, puis je le temps à la jeune femme. On peut voir sur le parchemin un portrait assez ressemblant de la Yorka, ainsi qu’un belle prime en dias. Je lui pose alors la question :
On dirait bien que je n’étais pas la cible de cet attentat après tout. Il a dût penser que j’étais un concurrent, mais ici vous êtes en sécurité, les chausseurs de prime de sont pas les bienvenues à Hesperia. Puis-je vous demander qui vous êtes ?


Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
:: Reine d'Elusia ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Reine d'Elusia ::
Hinaya Osiris
MessageSujet: Re: Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus   Dim 13 Jan - 20:22

Entre passé et présentC'est une folie
De haïr
Toutes les roses
Parce qu'une épine
Vous a piqué
( Your name → Sparkle )
« Vous semblez bien confiant à propos du destin de ce pays… Mais, il serait stupide de croire une seule seconde que Eridania échappera aux griffes de l'obscurité qui gagne Istheria. » Un léger dégoût dissimulé traversa son visage. « Plus vous croirez en votre suprématie, plus la chute sera douloureuse. » Elle but un verre de vin. « Enfin, ce ne sont pas mes histoires… »

Cet homme ne lui inspirait que pitié et dégoût. Dans le ton de sa voix, elle ne voyait que mépris et arrogance. Elle avait l'impression de faire face à l'enfant d'un seigneur, elle avait l'impression qu'il n'avait rien vécue. Et pourtant, il prétendait tout savoir. Quand bien même était-ce vrai, il ne devait pas se reposer sur ses connaissances pour faire de son monde une réalité. Car dans ce cas, il vivait dans une illusion.
Face à elle, il n'y avait qu'un homme qui devait apprendre et contrairement à elle, il n'avait pas suffisamment de recul pour comprendre ce fait. Ainsi, elle se contenta de l'avertir. Mais comme elle s'en doutait, il ne pouvait imaginer une seule seconde que les épreuves qu'il venait de traverser n'était que le commencement du début. Il considérait tellement sa race comme étant supérieur, il se considérait lui-même comme étant supérieur, qu'il ne voyait pas la vérité tandis qu'elle était pourtant juste devant son nez.

Son visage resta donc impassible, car après tout, ce n'étaient pas ses affaires.

La dame écouta alors chaque bruit lorsque l'homme lui parla d'une certaine Laurence. Une femme très peu bavarde certes, mais qui faisait un bruit d'éléphant sans l'ombre d'un doute… Elle semblait tenir dans sa main un bout de papier car quand elle le tendit à son maître, le froissement du document lui mit la puce à l'oreille. Cette femme semblait à présent la regarder d'une manière étrange, une manière qui trahissait sa pensée. Et alors, ce fut l'homme qui confirma ses doutes.
Alors ils avaient continué à imprimer ses avis de recherche… Ceci expliquait pourquoi les chasseurs de primes étaient si nombreux dans ce pays. Car la dame avait choisi d'effacer ses passés, principalement celui-ci. Mais, ce n'était pas seulement dans son esprit ; c'était aussi du monde. Et quoi de mieux que l'argent pour arriver à ses fins. Elle était pourtant certaine qu'elle n'aurait plus de problèmes après cela ; il faut croire que quelqu'un avait décidé de la trahir… Grave erreur.

« Ils ne sont pas les bienvenues, que vous dîtes ? Pourtant c'est précisément ici que j'en ai vu le plus. Ironique, n'est-ce pas ? » Elle rabattit ses cheveux en arrière. « Et ne soyez pas aussi aptes à les rejeter, mon bon monsieur. Vous ne pouvez même pas imaginer ce dont les gens peuvent être capables. »

Un sourire s'étira sur ses lèvres, l'espace d'une seconde, tandis qu'elle faisait référence à une personne qu'elle connaissait très bien. Une personne certainement morte à l'heure où elle parlait, d'ailleurs. Aussi cruel était-il, elle l'avait aimé comme un père. Le mentor de la deuxième vie. Sa force dépassait tout ce dont elle était autrefois, et pourtant, elle était si puissante. Ce pouvoir qu'il possédait, elle se souvient de l'avoir tant convoité. Encore aujourd'hui d'ailleurs. Il n'avait peut-être pas des idéaux révolutionnaires comme elle en avait en ce jour, mais il avait une façon de penser tout à fait remarquable. C'était l'un des plus grands tacticiens que le monde est connu, sans aucun doute. Mais il faut croire que le pouvoir, en particulier les plus mauvais, est celui qui attire le plus les convoitises. Elle était la première à rêver de son pouvoir autant physique que mentale.
C'est pourquoi avec cet objet, elle serait capable d'effacer ces rêves et d'acquérir ce dont elle désirait depuis tant d'années.

Ses longs doigts glissèrent alors sur ses paupières marquées d'une cicatrice grossière.
Elle avait vu, elle avait vécu, et elle avait été vaincue.
Elle était à présent lasse de ces chasseurs de primes qui ne saisissaient pas toute la souffrance qu'elle avait dû endurer. Elle était lasse de chacun d'entre eux qui obéissaient aveuglement à l'odeur de l'argent. Elle était lasse du monde entier qui ne méritait certainement pas de la garder en son sein.
On ne la considérait pas ; en réalité, on ne l'avait jamais fait de toute sa vie. Elle n'avait été qu'un vulgaire objet et maintenant elle n'était qu'une vulgaire prime de dias. Ainsi, lorsque la situation lui laissait le choix, elle avait toujours préféré s'occuper personnellement de ces personnages. Et Dieu seul sait à quel point elle était la meilleure tortionnaire que le monde ait connu.

« J'ai déjà payé ma dette. »

Et l'homme n'avait pas besoin d'en savoir plus sur elle.
©️ 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus   Dim 13 Jan - 22:30

Moi qui pensais avoir fini ma dépression depuis des années, je sens que si je reste un peu plus avec cette femme, je vais sombrer à nouveau. En tout cas, je l’inviterai pas à une surprise party du baron Fouquère, c'est sûr qu'elle ferais tomber l'ambiance comme le soufflet raté par son cuisinier, à l'époque, cela avait fais scandale, et le noble n'étais pas sortit de chez lui pendant deux mois entier ! Je n'ose à peine sourire à ce souvenir, car je sais que mon invité n'apprécierai pas.

Je n'ai d'ailleurs pas compris ces paroles sur le destin du pays, mais je ne m'en fais pas. Le destin n'existe pas, et on m'a déjà tout pris, il ne me reste donc rien à perdre. Mais ces paroles m'ont intrigué je lui pose donc la question:

De quel obscurité parlez-vous ? Avez-vous entendu parler de l'arrivé d'un nouveau colosse ? Si oui, c'est en effet la crainte de tous les habitants de cette ville, et je vous serais reconnaissant de m'en parler.

Puis elle me parla des chasseurs de primes qui la suivait et, elle mit le point sur un élément sensible, ils sont bien présent dans la capitale, et je ne suis pas encore arrivé à les déloger. Mais heureusement, il n'est pas trop tard pour bien faire. La Yorka, m'a indiqué qu'elle avait déjà payé sa dette, et sans doute influencé par sa ressemblance avec mon premier amour, Angel, je la crois. Je décide donc de lui venir en aide:

Vous avez raison sur le fais que des mercenaires sont présent dans Hesperia, et que pendant votre séjour dans la capitale du monde, vous avez été en danger, chose qui ne doit pas être ! Je vais donc vous aidez lors de votre visite, puis à quitter Hesperia voir Eridania si c'est votre choix.

Mes vêtements avaient enfin fini de sécher, mais mon manteau est fichu. Heureusement le paquet apporté par Laurence en contient un et en le mettant, ainsi que le reste de mes affaires, je me sens à nouveau prêt à affronter la météo. Je continu donc à parler à la jeune femme.

Vous ne m'avez pas dit qui vous étiez, Noble Dame, ni votre nom. Vos vêtements et votre allure font penser que vous avez un certain train de vie, mais le reste de votre équipement a connu des jours meilleurs. J'ai une amie, Deirdre Luberym, qui possède Le Prestige, un hôtel de luxe dans Hesperia. C'est un bâtiment sécurisé et situé en plein centre-ville, vous pourrez vous en servir comme base s'il vous reste encore des choses à réaliser en ville. De plus, vous voyez les quatre personnes, assises à cette table et rentré en même temps que Laurence ?

Je lui montre un groupe composé d'une Yorkas, de deux Terran et d'un Lhurgoyfs, assis en fond de la pièce. Ces membres ne se différencient en aucune manière des clients habituels, si ce n'est leurs dos droit et surtout une certaine lueur dans leurs regards, ce sont les yeux des personnes qui partagent un but plus grand qu'eux mêmes.

Ce seront vos gardes du corps pendant tout votre séjour ici. Lorsque vous aurez fini vos affaires dans la capitale, prévenez un des anges gardiens mis à votre disposition, et je vous raccompagnerai moi-même dans la direction de votre choix. Vous devez vous demandez pourquoi je suis aussi attentionné envers une étrangère ? Les raisons sont très simples, la première, vous avez été mis en mis en danger dans Hesperia, et cela c'est une chose qui ne doit pas exister, pour personne. La seconde est que les Ladrinis, dont les chasseurs de prime font le plus souvent parties, sont bannis d'Eridania, et je souhaite vivement leur rappeler qu'il est mauvais pour eux, de ne pas respecter un décret royal, et la dernière, sans doute la plus personnelle; mon premier amour, Angel étais une lhurgoyf ailé, originaire de Tyrhénium, la Cité-Etat, qui vous ressemblais beaucoup, mais je n'ai pas réussis à la protéger. En vous aidant, j'espère pouvoir en quelque sorte, lui rendre hommage, dans tous les cas, c'est ce qu'elle aurais voulu. Que pensez-vous de ma proposition ?


Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entre passé et avenir... Fuku Momochi ! ~
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Cebrenia, le pays des Grandes CitésTitre :: Les Ruines de TaulmarilTitre-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !