Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus - Page 2

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 5
• Eclaris: 4
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 4
• Nérozias: 5
• Gélovigiens: 4
• Ascans: 2
• Marins de N.: 7
• Civils: 18

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Langdum Mois:Cicium
[Mars/Avril en temps réel]

Tableau d'honneur


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Thimothée Mannus
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus   Jeu 7 Mar - 19:56

Hinaya m'acceuil presque chaleureusement au coin du feu, m'offrant à manger, avant de me dire une phrase qui me glace le sang, et projette en moi des visions d'horreur. Ce soir est le dernier bain que j'ai pris, ce qui signifie que pendant le reste du voyage, nous n'allons pas pouvoir nous baigner !

Mais je n'ai même pas la peine de partager cette angoisse avec la Yorka, qu'elle décide elle aussi de suivre mon exemple et d'entrer dans la pièce d'eau. Bien sûr en tant que gentleman, je regarde dans la direction opposé, même s'il me coûte beaucoup de faire cela, j'imagine parfaitement bien son corps élancer avec ses deux ailes qui lui sorte du dos, la faisant passer pour un ange, mais un peu pervers qui... J'arrête là mes pensées, avant qu'elles n'aillent trop loin, je dois réussir à me contrôler, mais je peux m'empêcher de soupirer, le voyage va être long !

Elle revient assez vite et nous voilà donc de part et d'autre du feu, moi sur une buche inconfortable et qui me gratte les fesses, elle appuyé confortablement sur son cheval. Je me jure pour ma prochaine expédition de toujours avoir mon coussin en véritable plume d'oie à proximité, il m'aurait sauver la vie en ce moment même.

La jolie jeune femme, les cheveux mouillés, m'indique qu'elle accepte de m'apprendre la loi de la jungle, puis répond à ma question sur les élusiens, en m'informant qu'ils sont proche de la nature, chose que je me doutais déjà. Mais elle me surprend en me posant une question sur mon peuple ! J'étais pourtant persuadé qu'il n'y avait que le sien qui l’intéressais. Je souris donc, ravi de cette bonne surprise, et essaye de profiter de son apparente ouverte d'esprit:

Dame Hinaya, nous allons voyager pendant un certain bout de temps ensemble, que pensez-vous de l'idée de nous tutoyer ?

Si je veux un rapprochement entre nous, à la fois d'un point de vue diplomatique et personnel, le tutoiement peux être un bon début. Je décide toutefois d'être prudent et d'attendre son autorisation avant de commencer, en l'attendant je vais répondre à sa question :

Vous me demandez ce que cache Eridania ? C'est une demande plutôt inhabituelle. Il y a tout d'abord un profond fossé entre les gens du commun et les nobles, et décidé dès la naissance. Il est impensable de changer de caste, et vous devez rester dans celle que le destin à choisis pour vous. De plus, si vous êtes une femme vous avez moins de pouvoir que les hommes, c'est vraiment une société patriarcale. Le dernier point est un racisme ordinaire encore bien présent, qui empêche certaines personnes non-terran de vivre normalement.

Je lui ai fais une longue liste de tous les défauts de mon pays, et j'en oublie surement certains. Je n'en suis pas fier, et je continu notre discussion avec un sourire désabusé:

Bref, mon pays a de très nombreux défauts qu'il faut corrigé pour que les gens y vivent enfin heureux. Un bon début a été l'interdiction de l'esclavage, mais il reste un long chemin à parcourir. C'est d'ailleurs une des raisons qui me pousse à rencontrer d'autres cultures, pour ainsi apporter ma contribution.

Je m'arrête une minute, pour souffler un peu, ayant totalement vider mon sac. Je ne pensais pas autant me confier, mais mon état de fatigue est plus grand que je le pensais. Pourtant avant de me reposer, j'ai une dernière question pour la jeune femme:

Et vous ? Pourquoi m'avez-vous choisis pour vous accompagner ?

Je lui demande en souriant, anticipant sa réponse, car je ne pense pas qu'elle est fais ce choix pour mon charisme torride.



Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Reine d'Elusia ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Hinaya Osiris
:: Reine d'Elusia ::
Hinaya Osiris
MessageSujet: Re: Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus   Sam 9 Mar - 1:57

Entre passé et présentC'est une folie
De haïr
Toutes les roses
Parce qu'une épine
Vous a piqué
( Your name → Sparkle )
« Faîtes comme bon vous semble. Je ne suis nullement attachée à ce genre de marquer de respect qui – à mon humble avis – est inutile. »

La dame fut foncièrement étonnée parles propos dénués d'artifices de l'homme. Elle fut même quelque peu amusée tandis qu'elle cherchait tant bien que mal un adjectif pour décrire sa naïveté, si ce n'était sa bêtise. Cela relevait du bon sens, à ses yeux ; ils n'étaient même pas encore alliés que voilà qu'il dévoilait sans rougir les défauts de son propre peuple. Il était alors évident pour elle que soit il se fichait totalement d'eux, soit il était en quelque sorte comme eux, ce qui expliquerait le combat qu'il prétendait mener. Mais au fond, elle pensait qu'on ne pouvait guère le blâmer. Il vivait dans une société où il était forcé d'avoir très peu de contact avec son propre peuple. Il semblait enfermer dans un monde lointain où les problèmes l'assaillirent. Bien qu'elle était aussi débordée que lui par le travail, elle avait tout de même l'impression que leur situation était totalement différente.
Bien entendu, elle fut quelque peu irritée tandis qu'il énumérait toutes les merveilles de ce pays. Il est vrai qu'elle commençait doucement à regretter ses choix, ne voulant guère associer le nom de son peuple à celui des éridaniens, pourris jusqu'à la moelle. Son visage se refroidissait alors qu'elle écoutait calmement la tirade de l'homme. Étrangement, elle ne ressentait ni le besoin de s'énerver contre lui ni celui de le comprendre. Après tout, ce n'était pas son pays. Elle n'avait que faire de ses problèmes, si ce n'est les utiliser pour son propre profit. Elle aurait détesté devoir gouverner un pays tel que le sien ; pour tout dire, elle le plaignait même. Et ce fut ce sentiment précis qui la poussa à ranger sa colère ; elle était toujours là, quelque part, mais elle semblait retrouver sa froideur habituelle. Ainsi, bien que ses paroles insinuassent quelque chose qu'elle avait peur d'avoir compris, elle préféra se jouer de lui plutôt que de lui cracher sa vérité à la gueule.

« Dois-je comprendre que vous pensez être suffisamment important pour que les autres cultures aient besoin de votre contribution ? » Elle soupira. « Ce n'est pas de cela dont il est question. Il faut savoir comprendre autrui, et non pas le forcer à assimiler une culture qui n'est pas la sienne. En choisissant de vous ouvrir au monde, il vous faut comprendre les règles fondamentales du cosmopolitisme, mon cher, car vous semblez ne pas saisir toute la philosophie de ce mot. »

Tandis qu'elle se remémorait la question de l'homme, la dame fit signe à l'homme de s’asseoir près d'elle, comprenant qu'il n'était certainement pas habitué par aussi peu de confort. Bien qu'elle ne construirait évidemment pas un abri pour monsieur le roi, elle voulait au moins qu'il profite de la chaleur et de la douceur de l'étalon noir ; voilà sa couverture pour la nuit. Quant à elle, la nature lui avait offert de gigantesques ailes qui pouvaient recouvrir son corps entier : elle n'avait pas de soucis à se faire.
D'un coup d'aile, elle éteignit alors le feu et commença à s'allonger comme si elle s'apprêtait à contempler les étoiles.

« Le hasard. Tout simplement. »

La vérité, c'était qu'elle voulait le voir à l’œuvre. Elle voulait analyser de près cet homme pour en savoir plus sur sa psychologie, car elle discernait d'étranges nuances de gris en lui. Il semblait à la fois profondément idiot mais aussi d'une intelligence rare. Elle voyait en lui une certaine envie de connaître l'autre, bien que trop maladroit à son goût. Comme s'il était assoiffé d'un savoir qu'elle ne comprenait pas. Et c'était, à ses yeux, ce qui le rendait d'autant plus dangereux. Cette naïveté en duperait beaucoup, mais elle ne voyait pas cela d'un très bon œil. Elle croyait qu'il ne pouvait pas être aussi altruiste tandis qu'il prônait certaines idées folles. Elle n'avait jamais cru en l'Homme et cela ne changerait certainement jamais. Il n'y a pas que du blanc ou que du noir, dans ce monde. Et pour l'instant, cet homme s'efforçait de ne montrer que la partie immaculée de sa personne, croyant que dévoiler quelques secrets sur son pays pourrait lui faire oublier ceci et cela.
©️ 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Thimothée Mannus
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus   Sam 9 Mar - 19:37

La bonne nouvelle c'est qu'elle accepte que l'on se tutoie, ça n'a l'air de rien comme cela mais dans la culture Eridanienne, c'est très important, seul les gens proches le font et dans une relation amoureuse, le moment où les deux futurs fiancés décident de passer cette étape est le signe de leur profond engagement.

Je suis donc content que notre relation est atteint ce point, mais je dois vite déchanter quand, lorsque je lui explique les difficultés rencontré par mon peuple, je vois son visage se fermer, ce qui m'exaspère un peu, elle souhaite connaître les différents problèmes rencontrés et, de toute évidence, ça la dérange. Mais le pire est à venir quand elle me fais la leçon sur le sens du mot "cosmopolitisme", ce qui m'énerve carrément, toutefois je réussis à rester calme à l'extérieur.

Elle me fais signe de m'approcher, et j'accepte avec reconnaissance, commençant à être frigorifié par la fraicheur de la nuit et éteint le feu avec ses ailes, me rappelant encore une fois à quelle point à ressemble à Angel mon premier amour. Ce souvenir m'en rappelle un autre, moins ancien, du jour où j'ai rencontré pour la première fois la jeune femme à côté de moi, elle m'avait alors de nombreuse fois insulté. Je décide alors de mettre certaines choses au clair et je commence tout d'abord par rallumer le feu, grâce à mon pouvoir, afin de voir ses réactions, puis je prends la parole:

Je pense que tu ne m'as pas compris, les autres cultures n'ont pas besoin d'Eridania, c'est mon royaume qui a besoin d'elles. En effet, mon pays n'est pas parfais, mais au moins, j'essaye de l'améliorer, que les personnes qui me font confiance pour les protéger, ai raison de le faire. Je suis par contre outré par ta suffisance, comment peux-tu dire que je ne connais pas le "cosmopolitisme" ? Mon pays accepte tout les peuples, je ne me souviens pas avoir vu beaucoup de non-yorka dans le tien ! Lorsque je t'ai dit que tu ressembles à une Lhurgoyff que j'ai connu, tu as carrément essayé de m'attaquer !

Je m'arrête une minute, essayant de me calmer après mes paroles. Puis je reprends d'une voix plus douce.

Je ne pense pas que tu m'as choisi par hasard, je crois plutôt que tu essayes de me mettre à l'épreuve afin de savoir si je suis un homme de confiance par mes actes. Je vais te le prouver en t'aidant à trouver ce que tu cherches, car je m'y suis engagé mais si tu veux que nous ayons une relation apaisé, il faut nous traiter en égaux, comme deux êtres pensants. Je suis prêt à le faire, et à te traiter, Hinaya comme une personne intelligente et sensible, es-tu prête à faire de même avec moi ?

Je regarde la très belle femme dans les yeux enfin, dans les paupières, les flammes que j'ai ravivé me permette de détailler chaque trait de son adorable visage. N'ayant aucune idée de ce qu'elle va bien pouvoir me répondre, je reste aux aguets et tendus, une chose est sûr, en disant ces mots, il y a un réel danger de réveiller le dragon, mais je prends le risque, le voyage va être long et il me faut comprendre ce qu'il se passe dans sa ravissante tête.


Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Reine d'Elusia ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Hinaya Osiris
:: Reine d'Elusia ::
Hinaya Osiris
MessageSujet: Re: Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus   Dim 10 Mar - 20:45

Entre passé et présentC'est une folie
De haïr
Toutes les roses
Parce qu'une épine
Vous a piqué
( Your name → Sparkle )
La dame rit franchement tandis que l'homme terminait de parler. Il avait trouvé comme une audace en lui qui, sans l'agacer totalement, l'amusait réellement. Elle pourrait presque penser qu'il souhaitait se confronter à elle tant il forçait le trait. Car à ses yeux, le cosmopolitisme, c'était plus que la juxtaposition de différentes cultures. Ainsi, elle voyait sa définition à lui comme erronée. Il avait l'air de vouloir idéaliser son pays, croyant quand énumérant ses défauts, elle le vénérerait à présent.

Il fallait le reconnaître, il y avait bien longtemps qu'elle n'avait autant ri et elle pouvait le reconnaître, cela lui faisait du bien. Il est vrai que ceci était au dépens de l'homme, mais il était plaisant de pouvoir étirer ses lèvres. C'était une bien étrange sensation.

« ThimThim a marqué un point. »

Dans un léger ton sarcastique, la dame se plaisait des réponses du roi. Elle ne croyait qu'à moitié ce qu'elle venait de dire, ce qui rendait d'autant plus amer.
Et tandis qu'il reprenait ses paroles, son sourire ne s'effaça étrangement pas. Elle y trouvait un certain plaisir – presque étrange, il est vrai – de discuter avec lui. Sa façon de penser la fascinait autant qu'elle l'irritait. Elle trouvait étonnant de constater à quel point il ne se rendait pas compte de son manque de respect. Il prétendait des choses qu'il ne comprenait. Il ne savait absolument pas pour quelle raison elle avait pu finir ainsi, à la limite du racisme. Mais c'était son côté idiot, et elle le savait parfaitement bien que sa mâchoire se serrait sans qu'elle puisse se retenir.

Elle s'allongea alors sur le côté, appuyant sa tête avec sa main et entourant l'une de ses ailes autour de son corps afin de se couvrir du froid.

« N'était-ce pas le cas naguère ? Comment me considérais-tu, dans ce cas ? » Elle rit à nouveau. « Tu sais faire preuve d'une adresse étonnante, il faut le reconnaître. »

La dame avait habilement évité la question dans un enchaînement de sarcasme. Elle avait toujours fait preuve d'une ironie mordante, aimant se moquer de ce genre de personnage. Le sarcasme était, pour elle, la capacité d'insulter les idiots sans même qu'ils ne s'en rendent compte. Même s'il est vrai qu'elle se doutait bien que l'homme comprendrait certainement ses rouages. Le sang royal coulait dans ses veines, il devait avoir ainsi reçu une éducation à la hauteur de son rang, bien qu'elle pouvait avoir quelques doutes à certains moments.
Par ailleurs, bien qu'elle eût été légèrement étonnée par son audace, elle savait qu'il le regretterait amèrement. Elle pourrait rendre ce voyage encore plus dur pour lui, si elle le voulait, car elle s'imaginait bien qu'il n'était pas un très bon chasseur. Elle se frottait déjà les mains rien que de penser à sa tête dans les jours qui allaient suivre. Il n'avait même pas idée de l'erreur monumentale qu'il venait de commettre.

« Et toi ? Pourquoi as-tu accepté ma requête ? »

Elle éteignit alors à nouveau le feu avec son aile. Car bien qu'ils eussent pu profité de sa chaleur, il ne faudrait certainement pas trop en abuser : après tout, il était proche de Taulmaril. La dame imaginait bien que l'homme n'y connaissait rien aux lois de la nature, ainsi, elle n'en tenue pas compte, trouvant ceci bien plus drôle qu'autre chose. Il semblait chercher à la provoquer comme enclin à un soudain courage. Seulement, elle trouvait sa tentative bien vaine. Il y avait là un désir de se confronter à elle, de la pousser à bout. Mais à ses yeux, cela n'avait aucune importance. Elle aurait tout le loisir de le jeter dans la gueule du loup s'il jouait trop avec le feu. Il semblait vite oublier qu'il serait perdu si elle n'était pas là, car son armée n'était plus à ses côtés. Par ailleurs, il affirmait lui-même ne pas être habitué à ce genre de voyage.
Il n'y avait rien de plus grisant que le savoir.

Soudain, un souvenir vint hanter son esprit. Un souvenir bien flou, comme un rêve lointain. Un bal où le roi était présent.
Son visage avait alors effacé toute trace de féliciter. Elle se redressa - bien qu'elle ne se releva pas - alors d'un bond et ralluma le feu en s'aidant de sa magie de l'air. Les flammes s'amplifièrent alors au même titre que sa rage. Pourtant, ce n'était pas le cas de sa voix qui se voulait d'un calme froid.
Agenouillée, elle s'approcha de l'homme, posa sa main sur son épaule et essaya de guetter le moindre faux geste de sa part.

« As-tu rêvé, il y a quelque temps, d'un bal ? » Ses ongles s’enfoncèrent dans son épaule. « Est-ce le cas ? »

Pour tout dire, ce n'était pas lui qui devrait s'en faire le plus.
La fièvre. La rage. Le sentiment d'impuissance…
©️ 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Thimothée Mannus
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus   Dim 10 Mar - 22:19

De toute évidence, je dois avoir un véritable talent comique car Hinaya se met à rire et se met même à m'appeler ThimThim, c'est la première fois que je la vois aussi détendu, elle est même souriante !

Elle s'allonge même à côté de moi, s'entourant d'une de ses magnifiques ailes et me retournant ma question, me demandant ce que je pensais d'elle, avant me complimenter; même si je ne sais pas sur quoi. Puis une nouvelle question de sa part sur pourquoi j'ai accepté de l'accompagner, je pensais pourtant avec été clair, mais la yorka semble vouloir me rendre complètement dingue.

Elle éteignit à nouveau le feu, sans me demander encore une fois mon avis. Et c'est dans le noir que je répondis à ses nombreuses questions, l'obscurité me permettant d'être sans doute plus franc que d'habitude, n'étant plus troublé par sa beauté:

Ce que je pense de vous ? Et bien, je vois une personne qui adore la confrontation, qui aime fortement son peuple mais qui pour une raison que j'ignore prends les autres espèces pour des idiots, terran compris.

C'est là un tableau un peu dur, mais c'est ce que je ressens, et après tout, elle a voulu connaitre mon avis. Pourtant je suis un peu inquiet, car connaissant les précédentes réactions de la jeune femme et ce même si elle sourit en ce moment, mon côté prudent qui m'a plus d'une fois sauvé la vie refais surface, et je met en place on pouvoir de bouclier, au minimum, juste au cas où, avant de répondre à son autre question, d'une voix plus douce:

Je vous ai accompagné car je souhaite faire une alliance entre nos peuples comme je vous l'ai dit à de nombreuses reprises et que le seul moyen pour que vous considériez ma proposition, était de vous accompagner dans ce trek à travers la jungle. Et aussi parce que vous me plaisez, vous avez un corps magnifique, une forte personnalité et deux superbes paire d'ailes avec...

Je n'ai pas le temps de finir ma phrase, car d'un coup la jeune femme se met à genoux, le feu se rallume sans que je sache comment et elle met sa main sur mon épaule, commençant à me faire mal avec ses ongles et me questionne d'une voix froide, à propos d'un rêve et d'un bal. Bien sûr que je m'en souviens, un rêve stupide ou j'étais un don Juan, séduisant des femmes à la pelle et protégeant une femme ressemblant étrangement à Hinaya, ce n'est le genre de souvenir qu'on oublie, de plus la douleur est suffisamment forte pour que mon cerveau tourne à plein régime. Je réponds donc précipitamment, passant à cause de la peur par le tutoiement:

Oui, j'ai rêvé d'un bal et de toi également. Tu étais agressé par un malotru et je te protégeai. Je te jure que je n'ai rien fais de plus !

Mon pouvoir de bouclier m'a à peine protéger et j'ai besoin d'un peu de temps avant de le renforcer, j'espère de tout cœur que ma réponse va la satisfaire, sinon, je risque de devoir utiliser mon arme ou ma magie pour me libérer et je n'ai aucune envie de combattre, surtout lorsque sans doute réveiller par mon cri, un feulement provenant probablement d'une bête sauvage retentit non loin de notre campement. Finalement ma première nuit dans cette jungle avec la personne en face de moi risque d'être inoubliable...


Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre passé et présent ♦ Ft. Thimothée Mannus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» Le reflet du passé [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Cebrenia, le pays des Grandes CitésTitre :: Les Ruines de TaulmarilTitre-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !