Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 8
• Eclaris: 2
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 6
• Nérozias: 5
• Gélovigiens: 7
• Ascans: 2
• Marins de N.: 6
• Civils: 14

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Langdum Mois:Cobel
[Janvier/Février en temps réel]

Tableau d'honneur

Thimothée
Profil
Fiche

Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: La Dévoreuse ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: La Dévoreuse ::
Samaléone
MessageSujet: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Dim 13 Jan - 12:38



 Loin au large des marais brumeux, entre l’île et le continent.

La mer était légèrement agitée, un orage courant dans ces eaux-là. Parmi le rideau que forme la pluie, certains habitants des profondeurs remontent à la surface. Monstres et créatures abyssales profitent de cet écran protecteur pour s’exposer. Ombre fugace qui émerge doucement de l’eau, aidant à alimenter les légendes et secrets qui les entourent. Les marins qui les aperçoivent ne préfèrent pas s’en approcher. Sous peine de finir broyé, noyer ou dévorer par ces sinistres représentants des profondeurs qui guette le moindre signe de vie à la surface. Bien plus riche en nourriture que les profondeurs.


Un Akriegon flâne d’ailleurs doucement à la surface. Attendant que quelque chose d’intéressant passe à sa portée… Justement ! il vient de repérer un navire. Ses sens en alerte il se laisse dériver sur la trajectoire de l’infortuné bâtiment. Plus le navire se rapproche de sa position plus les eaux se font froide, étrange. Les courants froids ne sont pas connus dans cette région.

Le bateau se rapproche un peu plus. Une étrange sensation parcourt l’Akriegon, son instinct de survie c’est mis en route et fonctionne à plein régime lui criant de s’enfoncer dans les eaux. De quoi pourrait-il bien avoir peur ? Étant la créature la plus mortelle à des kilomètres à la ronde. Le navire est toujours présent il le sent. Mais quelque chose n’est pas normal. Il nage discrètement grâce à ses tentacules à sa portée… Rien, il ne ressent rien. Pas un seul signe de vie. Aucune trace de ces petits êtres à la chair juteuse. Serait cet un de ces nombreux navires-fantômes dont l’équipage est mort laissant leur ancien navire flotté à jamais sur l’océan.

Prit d’une curiosité à la suite de l’étrange crise de son instinct de survie il décide de pousser l’exploration du navire. Il s’accroche à la coque, pourrîtes du vaisseau fantôme et envoie un tentacule fouiller le navire. Il trouve le grand poteau au milieu du navire et se hisse à la hauteur du bastingage.
Le temps se fige l’espace d’un éclair qui illumine cette scène. Une des petites créatures est tranquillement assise sur son tentacule qui entoure le mât et le regarde en riant. Elle est entourée pas plein de cadavres, mais qui tiennent debout. La dernière pensée de l’Akriegon se déchire dans un déluge de feu et son ventre qui reposait sur la coque du navire explose sous l’impact des canons à bout portant.

Samaléone : « AH AH AH encore une nuit magnifique pas vraie les gars ? »

Vocifération approbative de l’équipage.

Samaléone : « Et bien j’espère que vous en avez profité demain on calme le jeu. Je vous rappelle qu’à la suite de quelques recherches j’ai besoin de faire un tour dans la bibliothèque royale de Sa Majesté le roi d’Eridania. Et si je me souviens bien on est tous toujours morts… »

Samaléone sortit distraitement Colère de son étui et visa au hasard dans la bande de matelots en putréfaction que constitue son équipage. 2 détonations sur 3.

Samaléone : « Ah désoler Jim, je voulais juste voire si tu étais encore mort, du coup oui. Bref je vous rappelle qu’être mort parmi les vivants ce n’est pas la discrétion absolue alors demain vous faites profil bas. »

Jim : « Par où on passe capitaine ? »

Elle écrivit sur une note magique encore un échec de son arme à feu un peu spécial. Puis ferma les yeux quelques secondes pour s’abandonner au sens de Soulen.

Samaléone : « On n’est pas loin de l’embouchure de l’Oléra, on remonte le fleuve, trouve un embarcadère et j’irai faire un tour à la capitale et vous pas de grabuge. Sinon je prends le premier fauteur de trouble et l’empale 4 jours sur le mât avant de le balancer dans la cale des cadavres ».

À cette simple mention, les quelques sourires édentés ou à la mâchoire pendouillant se figèrent

Équipages : « Oui, capitaine ! »

Le lendemain, une météo plus clémente.

Vigie : « Embouchure du fleuve capitaine ! »

Samaléone : « Parfait, que tout le monde mette son manteau, retirer notre drapeau et déposer le dans ma cabine. Ceux qui sont trop amochés même sous un manteau rester caché à l’intérieur. ET VERSER MOI UNE BARRIQUE DE VIN SUR LE PONT, ça pue la mort ici » lâcha-t-elle dans un gloussement moqueur avant de se diriger vers sa cabine.

Une fois à l’intérieur elle s’écroula dans sa chaise…le continent voilà bientôt 42 ans qu’elle n’y était pas rentré. Un tourbillon de souvenir lui revint en tête. Et pas les plus agréables. Elle chassa ces pensées en se concentrant sur la mission qui l’attendait. Elle revêtit un de ses costumes d’apparat de capitaine. Un qui couvre la totalité de son corps, des gants de cuir, un flacon de parfum pour couvrir l’odeur et un magnifique tricorne avec une plume colorée artificiellement en bleu. Elle noua ce qui lui rester de cheveux et les attachas dans une coiffure discrète. Elle retourna ensuite à son bureau et feuilleta ses notes et livres ouverts. La raison de sa venue ici, sa dernière découverte. En arpentant les océans, elle avait soulevé bien des mystères et un petit tour dans la bibliothèque des Lumières s’imposait pour lever quelques voiles. Surtout pour cet objet, elle caressa du doigt un morceau de fossile posé sur son bureau. Les scientifiques sont vraiment des gens farfelus songea-t-elle.

Quelques heures plus tard

Membre d’équipage : « Capitaine on est arrivé à l’embarcadère, apparemment un navire de cette taille n’est pas monnaies courantes ici il y a plein de badauds »

Samaléone : « Et puis quel navire je te rappelle que le « Vaisseau scarifié » n’est pas le bateau le plus joli que l’on pourrait voir, seule la pourriture le maintien debout et je ne sais encore quels autres miracles. Des personnages plus intéressants que des paysans ? »

Membre d’équipage : « Hmm nan pas pour le moment »

Samaléone : « Bon, on accoste je m’occupe du reste »

Elle se leva et sortit de la cabine. Samaléone se dirigea ensuite vers le côté du navire et attendit en regardant les mains expertes des hommes sur le débarcadère joué avec les cordes et les bites d’amarrages pour stabiliser leurs navires le long du dock. Une fois la manœuvre faite elle prit une corde et se laissa glisser à terre. Devant le regard médusé du capitaine du port.

Capitaine du Port : « Ah euh… vous ne débarquez pas vos hommes ou des marchandises…madame ? »

Samaléone : « Mademoiselle, non ça ira. Et appelez-moi Samaléone».

Les yeux du capitaine s’agrandir et il ce mit à trembler en laissant échapper de ses lèvres « …la..la Dévoreuse…»

Elle regarda amusez sa réaction puis enchaina

Samaléone : « Exacte, je vois que vous savez qui je suis on va aller plus vite alors. J’ai besoin de me rendre à la bibliothèque de Lumière, simple visite scientifique. Je ne veux pas d’ennui. Mes hommes seront sages comme des tombes AH AH AH…hum pardon. En revanche je n’ai aucune fichtre idée d’où se trouve la capitale ou la bibliothèque. Vous n’avez pas quelqu’un de plus haut gradé avec plus de réflexions dans le coin ? »

L’avalanche de questions mit le capitaine en position difficile. Il essaya de rassembler ses esprits.

Capitaine du Port : « Je…euh…je ne sais pas si quelqu’un comme vous enfin quelqu’un de votre stature peut circuler librement dans le pays. Il faut que j’en parle à mes supérieurs. Même si votre sinistre réputation n’est connue que des marins. Vous me promettez de ne pas effrayer les habitants pendant ce temps ? »

Samaléone : « Vous avez ma parole, j’attendrais dans mon navire la réponse de vos supérieurs alors. Et de votre côté ne tenter rien de stupide contre nous. On a récemment fait l’acquisition d’un Akriegon si vous voyez ce que je veux dire ».

Elle tourna le dos au capitaine et remonta dans son bateau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Dim 13 Jan - 15:29

C'est l'heure du bain ! C'est un de mes moments préférés de la journée, je le prends le plus souvent après le déjeuner. Un bon bain d'eau chaude, grâce à un système de tuyauterie élaborée et une chaudière à bois au summum de la technologie eridanienne, m'attend dans ma baignoire en cuivre. En arrivant de Phelgra, un marchand m'a même offert de véritables sels de bain, et maintenant une épaisse de mousse onctueuse couvre la surface.

J'entre tout doucement, en commençant par le pied, puis la jambe et enfin tout le corps, c'est une sensation tellement agréable, je sens des picotements sur ma peau et je me détends complètement. C'est alors que le général Edward Natalis, qui est le responsable de la garnison d'Hesperia, toujours impeccable dans son armure de maille avec l'armoirie d'Hesperia entre sans frapper. Il me raconte une histoire de vaisseau fantôme et de morts qui marchent, bref, un véritable conte de fée. Je m'apprête à le chasser comme n'importe quel opportun, quand j'entends que les faits ont eu lieu au "port" du duché d'Arghanat. Cette donnée est intéressante car j'ai toujours voulu avoir un port menant à la haute mer, et si un bateau a réussis a faire la traversé, cela est peut-être une excellente opportunité !

Je sors donc à regret de mon bain et enfile mes vêtements et au-dessus mon armure. Perceval est déjà dehors à m'attendre avec les membres de la compagnie du Dernier Cercle qui regroupent le corps d'élite de l'armée d'Hesperia et qui n'est constitué que d'une cinquantaine de soldats, de tout sexe, race et origine prêts à donner leur vie pour leur souverain. Leurs armures argentées portent le sigle de l'aigle et le haut de leurs capes est couronné d'un tapis de plumes noires. Les meilleurs magiciens et manieurs d'épée à deux mains sont regroupés dans ce régiment.

Nous partons donc au triple galop, en direction de la frontière est du royaume. Le voyage, est rapide et sûr, les hors la loi ayant été vaincu à la "batailles des déserteurs" cette année, les Vastes Plaines sont libres de tout danger. Je croise d'ailleurs de nombreux convois de ravitaillement pour les ouvriers travaillant à la route du commerce entre ma capitale et la cité état de Tyrhenium.

Au bouts de quelques heures j'arrive enfin au duché. Il est peu peuplé et semble être laissé à l'abandon depuis quelques temps. Les paysans travaillent dans leurs champs et lèvent à peine la tête lors de notre passage. Grâce à mon pouvoir d'Empathie, je sais que ce n'est ni de la rage, ni de la peur, simplement de l'indifférence envers les gens qui les gouvernent. Ils semblent être indépendant et autonome, mais ils travaillent encore avec des anciens outils et je vois bien à leur mine, qu'ils ne doivent pas manger à leur faim tous les jours.

Pour le moment, je n'interviens pas, j’attends de voir leur seigneur pour lui demander quelques explications, il n'est en effet pas normal que ses terres et ses gens soient dans un tel état. J'en étais à mes réflexions lorsque j'arrive enfin en vu du port. Enfin, le "port" est un grand mot pour désigné un quai en bois, avec une remise à côté. De toute évidence cette installation sert uniquement au petit trafic fluviale avec un peu de pêche. Mais je m'attarde guère sur les bâtiments, car s'impose à ma vue, un grand bateau, il semble à la fois complètement putréfié et fragile et je ne sais pas comment il peut encore flotter. Il doit être ici depuis des dizaines d'années, et je ne vois pas d'autres navires, fantôme ou pas.

Heureusement, le capitaine du port, un petit homme, maigre comme un clou, s'avance en courant vers moi en criant:

Elle arrive, elle arrive !

Je l'arrête en levant la main et je met pieds à terre suivit de mes hommes, ce geste calme l'homme affolé, et ce dernier se détend complètement en me reconnaissant. Il m'explique ainsi sa rencontre avec une pirate. Je lui demande où est le bateau de cette femme corsaire, et il me réponds d'un ouvrant grands les yeux et en me montrant le bateau décrépit:

Il est là, mon seigneur.


Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
:: La Dévoreuse ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: La Dévoreuse ::
Samaléone
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Dim 13 Jan - 16:03

Le roi regarda de nouveau l’étrange navire. Celui comme pour souligner les dires du capitaine grinça longuement. Une voix se fit entendre juste au-dessus du roi et une silhouette glissa le long du navire.
Un arrivé théâtral, Samaléone fit un salut de son tricorne puis enchaina directement.

Samaléone : « Ah et bien voilà une tête couronnée ! Et toute sa clique de chevaliers. Je vous rassure Votre Seigneurie si j’avais de mauvaises intentions ce village ne serait plus que cendre et pourriture. Et mes hommes d’équipage sont bien sages. N’est-ce pas Capitaine » dit-elle en lançant un regard à l’homme se tenant devant le roi

Samaléone : « Bien par où commencer, je ne pense pas que vous devez me connaitre. Je suis Samaléone dite la Dévoreuse. Joli surnom offert par ces charmants marins de Noxis. J’écume les mers du monde et ses mystères ainsi que… »

Elle ne finit pas sa phrase, laissant tomber un genou à terre. Ses yeux se mirent à lancer des regards fous furieux dans toutes les directions et elle commença à marmonner des bribes de phrases.

Samaléone : « Veuillez m’excusez un instant » marmonna-t-elle avant de se retourner et d’avaler une fiole aux contenues verdâtre légèrement luisant. Puis elle se retourna l’air de rien et se releva en s’époussetant.

Samaléone : « Et donc je disais ainsi que la psychologie humaine. Je suis en quelques sortes une scientifique. Oh et je suis morte ainsi que ce noble bâtiment qu’est le Vaisseau scarifié et l’entièreté de mon équipage, mais passons ce genre de détails. J’aurais besoin de consulter quelques textes de psychologie et de médecine de votre fameuse bibliothèque des Lumières ainsi que de vérifier une curieuse légende cachée au sein de votre bibliothèque. Qui aurait un rapport avec ceci »

Elle exhiba un os noirci par le temps

Samaléone : « Est-ce possible avec votre royale permission ? Je viendrais seul. Et mes hommes peuvent ils rester ici sans crainte ? Si on avance vite et bien je serais partis d'ici deux jours et vous ne me reverrait sans doute jamais ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Dim 13 Jan - 17:17

Je lève la tête, avec un brin d'agacement, n'étant pas habitué à être apostrophé de manière aussi... cavalière. Je vois arrivé, venant de son vaisseau pourri et humide, une jeune femme, un plus petite que moi, habillé, à ce que je pense être la dernière mode chez les pirates, et qui descend à l'aide d'une corde. En la détaillant d'un peu plus près je vois de magnifiques yeux verts mais le reste de son corps parait fortement abîmé. C'est surement la suite logique de ce qu'elle annonce en m'annonçant qu'elle est morte.

Cela me rappel Ylivi et je compare les deux Gorgoroth, l'une à part son sang épais peut facilement passer pour une terran mais la créature que j'ai en face de moi, est clairement en état avancé de décomposition. Je ne sais pas si c'est dût à ses trop nombreuses années en mer ou simplement au passage du temps.

Peu importe d'ailleurs mes réflexions, celle qui se dénomme elle-même la Dévoreuse semble dangereuse, voir même un peu dérangé, c'est donc avec autant de prudence qu'un dompteur de lion fais son numéro, que je lui adresse la parole:

Dame Pirate, tout d'abord je vous souhaite la bienvenue sur mes terres. Je suis, comme vous l'avez deviné, le roi Thimothée Mannus, mais vous pouvez m'appelez Thimothée. Vous dites venir en Eridania en paix et je m'en réjouis. Pour fêter notre rencontre, je vous offre ce pot de miel, qui a déjà fais des merveilles sur le corps d'une de mes amies qui est dans la même... condition, que vous.

J'ai un peu de mal à finir ma dernière phrase, ne sachant pas comment Samaléone, va la prendre. Je lui souris donc, avant de lui offrir le récipient, remplis de la substance sirupeuse et sucré. J'espère vraiment que ce remède fonctionnera comme celà à marché sur Ylivi qui s'étant blessé à de nombreuses reprises, est complètement guéri, il reste même pas des cicatrices. Une fois ceci fais, je continu mon allocution:

C'est avec grand plaisir que je vous conduirai à la capitale, afin de mettre toutes les ressources de la plus grande bibliothèque du monde à votre disposition. Vos hommes peuvent bien sûr rester ici sans crainte, et des provisions venant directement de ma capitale, afin de pas abuser de l'hospitalité des gens de ce duché, vous seront apportés. La seule récompense pour votre service, sera de parler à Laurence, notre éclaireuse, qui sait également faire des cartes d'une remarquable précision, sur votre trajet de la mer jusqu'au duché d'Arghanat. En effet, je souhaite créer un port marchand ici, doté des infrastructures les plus modernes pour notre époque afin de faire profiter à mon peuple des richesses des autres contrées. En parlant voyage, possédez-vous une monture ? Si ce n'est pas le cas, je me déplace toujours avec des chevaux de bât et je serai ravi de vous en offrir un pour ce voyage.

Après cette longue prise de parole, je souris à nouveau, intimidé je pense par la jeune femme. C'est d'ailleurs étrange, mais depuis peu, je suis de plus en plus sensible au charme féminin, moi qui pensais ne jamais plus éprouvé de sensation de ce type depuis la mort de ma femme Mathilde. Je chasse ces pensés inopportunes de mon esprit, afin de mettre au point les différents détails du voyage qui s'annonce:

Le chemin pour aller jusqu'à Hesperia est de 5 jours à cheval et il en faudra autant pour le retour. Si on compte le temps passé là-bas pour vos recherches, nous serons de retour ici dans une quinzaine de jours. Si vous êtes d'accord, nous pouvons partir immédiatement. Je vous demanderai juste de préciser à votre équipage, qu'ils peuvent descendre du bateau et qu'ils seront considéré ici comme des invités de la couronne. Toutefois, comme des invités, ils devront s'abstenir de toutes violences envers la population et de tout vol.

Je ne souris plus en prononçant cette dernière phrase, et c'est donc en fixant ces jolies yeux verts que je lui pose ma dernière question:

Avons-nous un accord Dame Pirate ?


Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
:: La Dévoreuse ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: La Dévoreuse ::
Samaléone
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Lun 14 Jan - 13:57

Samaléone leva un sourcil intrigué enfin ce qui lui en restais…un pot de miel, elle regarda le roi et analysa rapidement les traits de son visage. Aucun signe de rire ou d’amusement il était sérieux. Elle prit donc le pot et songea un instant à le balancer dans la flotte derrière elle, mais ce serait un manque grave de diplomatie. Cette idée à peine évacuer le roi ou Thimothée apparemment reprit un son flot de paroles.

Elle écouta attentivement.

Samaléone : « Vous êtes bien gentil, pour un roi vivant, oh et appelez-moi mademoiselle »

Elle siffla ensuite à l’aide de ses mains. Une silhouette encapuchonnée atterrit derrière le capitaine.

Samaléone : « Voici Jim, mon second il ira parler à votre Laurence. Il maitrise l’art de la cartographie comme personne : banc de sable, rocher dangereux… il pourra facilement indiquer une route sûre pour monter et descendre le fleuve.  Pour ce qui est de mon équipage et des provisions, vous êtes très gentil, mais manger ne nous est pas nécessaire. En revanche si vous avez de l’alcool je ne pense pas que mon équipage dise non. On s’est disputé la dernière bouteille de rhum dans un match à mort en plein maelstrom, c’était très amusant, mais cela remonte à quelques années. »

Se retournant vers le roi elle regarda longuement les chevaux. C’est comme la course à pieds cela ne s’oublie pas…j’imagine. La passerelle du vaisseau fut enfin mise à terre. Mais personne n’en descendit.

Samaléone : « Je doute que mes hommes sortent beaucoup et viennent crapahuter dans le port. Soyez sans crainte. Nous avons donc un accord, Votre Majesté » dit-elle avec espièglerie. « J’accepte avec plaisir votre offre, je n’ai effectivement pas de monture. »

Elle se dirigea vers l’un des chevaux de bât. Le cheval sentis quelque chose d’étrange approchez et hennie de peur. Samaléone s’approcha doucement et le caressa jusqu’à ce que l’animal s’apaise. Elle monta ensuite maladroitement sur la monture. Son second lui apporta son sac de voyage.

Samaléone : « Et bien en route Votre Majesté » alors que la troupe faisait demi-tour elle se retourna et hurla « LE PREMIER QUI FAIT UNE CONNERIE JE L’ENCASTRE DANS LA PROUE ET LE PRIVE DE PILLAGE. »

Quelques heures de chevauchées plus tard

Samaléone : « Quel enfer, je n’ai pas fait de cheval depuis des années et je comprends pourquoi ça ne me manquait pas… Heureusement que je suis morte sinon je ne sentirais plus le bas de mon corps. »

Revoir le continent était une impression étrange. 38 ans de mer et voilà quelle chevauchée en compagnie d’un roi pour se rendre dans l’une des plus grandes bibliothèques du monde. Plus elle s’éloigner de la mer plus le mal qui la rongée ce faisait ressentir.  Elle du faire des haltes et tomba plusieurs fois de sa monture à la suite de crises non maitrisées. Elle cherchait des plans d’eau assez larges pour s’y imaginer les vastes étendues salées et tenter de s’apaiser. Lors des bivouacs elle n’avait pas besoin de dormir et préférer monter la garde au coin du feu en relisant ses notes et recherche. Comment et où les scientifiques de ce pays avaient pu dénicher un tel trésor des mers et le transporter jusqu’à la bibliothèque des Lumières. Elle aurait bientôt ses réponses et si le roi était suffisamment aimable un nouveau compagnon pour la cale des cadavres. Cela lui permettrait d’approfondir ses recherches dans tous les sens du terme. Elle avait aussi besoin d’étudier tous les livres du rayon psychologie. La psychologie et la physiologie étaient des phénomènes fascinants.

Plusieurs fois elle se retient de trucider un des gardes de l’escorte. Elle sentait leur regard de dégout et leurs murmures à son sujet. Si elle détester les vivants autant il ne fallait pas chercher bien loin. Les Hommes ont peur de ce qui est étrange et préfère enfermer leurs démons personnels bien au fond d’eux même. Voire même de les tuer, elle en était un exemple. Ils devaient d’ailleurs se trouvait non loin de son ancien domaine familial. Elle irait peut-être y faire un tour après la bibliothèque. Ces simples évocations de son ancienne famille la faisaient bouillir de rage intérieurement.

Les jours passés et elle étaient demeurés silencieux. Personne ne lui parlait ou très peu et cela lui convenait très bien.
Elle n’arrivait pas à savoir si le roi était un simple d’esprit gentil ou une créature bien plus puissante qu’il ne le laissait paraître. Elle avait du mal à analyser son comportement. Seule une certaine timidité vis-à-vis des femmes…même mortes. Pourtant elle avait l’âge d’être sa mère.

Elle retrouva des odeurs qu'elle avait oublié. Le fumier dans les champs. L'odeur de sueur des hommes et des chevaux. Les forêt et leurs parfums. C'était une redécouverte agréable, elle songea à en faire profiter ses hommes à son retour. Du moins les moins dérangés. Elle finit même par se réhabitué à monter à cheval.


Enfin ils arrivèrent en vue de la cité d’Hesperia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Lun 14 Jan - 20:03

Hesperia m’avait beaucoup manqué, ce n’étais pas seulement son architecture ou ses hautes tours, mais également l’ambiance qui s’en échappais, tel un cocon protecteur, ou dit de manière plus terre à terre, c’est ma maison.

La capitale a toujours eu cet effet rassurant sur moi, même quand j’étais en garnison et que je revenais à de brefs moments au palais pour mes études, le fais d’être de nouveau derrière des murs épais, savoir que cette multitude de gens ont tous un but et agissent dans le même sens est reposant pour mon esprit.
J’ai rarement eu compagnie plus silencieuse que la capitaine pirate, à part pour se plaindre les premières heures, mais c'est normal si la jeune femme n'a pas fais d'équitation pendant 38 ans. Cette dernière a passé tout le temps du voyage à admirer le paysage et à guetter la moindre étendu d'eau. Je ne peux pas l'aider car je n'ai aucune idée de ce qu'elle peut bien traverser, je reste donc à ses côtés, pour être présent si elle souhaite parler.
L'arrivé dans la plus grande ville d'Istheria, est assez remarqué, les gens se bousculent pour observer La Dévoreuse, son teint de peau, ne passant pas inaperçu, mais les armes de la pirate et surtout son regard farouche imposent une certaine distance à la population. C'est donc suivit d'une foule relativement nombreuse que nous entrons dans la Bibliothèque des Lumières. Heureusement les gardes à l’entrée empêchent les badauds d'entrée et nous nous trouvons seuls, juste accompagné de Perceval, dans l'antichambre de la maison des savoirs d'Hesperia.
Cet endroit m'a toujours paru intimidant. J'y vais depuis que je suis petit avec mes différents professeurs et je suis traumatisé par ces longues heures d'études, en silence bien sûr, avec mon précepteur au dessus de mon épaule, me corrigeant sans cesse. De plus, il y règne une odeur de poussière en permanence et je me rends compte que cet endroit aurais également besoin d'un bon coup de chiffon.
Mais je ne suis pas là pour çà. Je m'adresse donc à Samaléone en chuchotant, comme je l'ai appris durant mes jeunes années :

Mademoiselle, vous avez à disposition les savoirs de tout un peuple, les connaissances que vous voyez sont triés par type et par auteur, pouvez-vous me dire ce que vous cherchez ?

En prononçant cette phrase je lance un regard intrigué sur le sac de la Gorgortoh, où se trouve la chose mystérieuse qu'elle y a mis depuis notre départ du duché duché d'Arghanat et qui ressemble à un os noirci par le temps. Elle y avait également mis autre chose, et je profite de l'occasion pour en savoir plus :

Vous avez glissé dans votre sac, une petit fiole remplis d'un liquide vert, après en avoir bu une partie, puis-je vous demander ce qu'est ce breuvage ?


Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
:: La Bibliothécaire ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: La Bibliothécaire ::
Soizic Eyesgold
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Hier à 16:19

    Soizic était à l’étage, elle revenait de la salle des parchemins, et regardait le hall en dessous-d’elle, quand elle voyait le travail à faire, cela lui donnait légèrement le tournis. Entre reprendre les rayonnages du point de départ, vérifier l’état de tous les livres et les ranger ensuite à leur nouvelles places mais aussi faire le ménage de fond en comble, il y avait beaucoup à faire. Elle se demandait dans quoi elle s’était lancée sans pour autant évincer le sourire qui était sur ses lèvres. Soizic se sentait enfin à sa place dans ce lieu de recherche.

    La matinée avait été longue, elle avait prêté main forte à l’un des conseiller pour guider plusieurs visiteurs dans les dédales de la Bibliothèque afin qu’ils trouvent leur bonheur. A croire que ceux qui travaillaient ici ne savaient déjà pas où se trouvaient les documents à l’heure actuelle. Soizic se mit donc à réfléchir à un moyen de leur simplifier le travail. Peut-être devait-elle engager une personne par rayon afin que cette dernière en soit la gérante et que les ouvrages retrouvent leur place. Peut-être fallait-il les classer par ordre alphabétique et par thème ? Ou bien seulement par thème ? Ou seulement par ordre alphabétique ? Peut-être qu’un catalogue regroupant tous les ouvrages par section serait le plus efficace ? Voilà qui était une merveilleuse idée, elle la mettrait en œuvre au prochain jour de repos de ses collègues. Pour l’instant, elle préférait s’occuper de faire le ménage et pour cela, il n’y avait pas trente-six solutions : prendre une serpillière humidifiée et monter un seau d’eau sur les rayonnages.

    En effet, la première chose que voulait nettoyer Soizic était le haut des rayonnages, là où la poussière devait s’entasser depuis des années et des années. Elle avait demandé à l’un de ses collègues de lui remplir un seau à moitié et d’y accrocher une corde. Soizic, serpillière dans le dos, monta sur la première échelle et une fois en haut, elle grimpa sur le haut des étagères. Une fois tout en haut, son collègue pas du tout rassuré pour sa sécurité, il lui lança la corde tenant le seau, lentement, la Yorka monta le seau afin de ne pas faire tomber d’eau sur les livres. Le seau arrivé en haut, elle mouilla un peu son tissu et l’essora avant de se mettre à genoux et d’avancer lentement pour enlever les centimètres de poussière présents.

    Après plusieurs rayonnages de fait, elle entendit du bruit provenir de dehors et elle se redressa en apercevant les visiteurs à l’entrée. Là, elle resta telle une statue en hauteur et regarda ce qu’il se passait. Trois personnes se tenaient à l’entrée et tous ceux qui les ont vus se sont raidissent, elle pencha légèrement la tête en cherchant qui cela pouvait être. La Yorka ne voyait pas de qui il pouvait s’agir mais au vu de l’ambiance, il s’agissait certainement d’une personne importante. Alors après avoir terminé son rayonnage, elle redescendit le seau et demanda à son collègue de lui amener l’échelle.

    Une fois au sol, elle se dépêcha de parvenir auprès des trois personnes et c’est là qu’elle comprit que parmi les trois personnes, il y en a une qu’elle connaît : le roi d’Eridania.


    - Monsieur, Madame, Majesté… Que puis-je faire pour vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dévoreuse ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: La Dévoreuse ::
Samaléone
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Hier à 18:37

Elle n’en revenait pas ses yeux, la bibliothèque était somptueuse. Tant de savoir qui dort dans ses multiples rayonnages. Elle aller avoir du boulot. Elle se retourne vers le roi et lui souris avec délice. Il était vraiment aimable d’emmener une personne comme elle ici. Quelque chose l’apaisé dans la bibliothèque mais elle ne n’arrivait pas à mettre le doigt sur quoi.

Il s’adresse d’ailleurs à elle

Samaléone : « Ah, ça…comme vous l’avez constaté je suis souffrante et…c’est une sorte de, comment dire…calmant pour l’esprit. Si une personne vivante en buvait, ça la tuerait sur le coup, je pense. Alors, éviter d’y laisser trop trainer vos pensées ».

Elle fit un clin d’œil.

Samaléone : « Bon par quoi commencé c’est tellement excitant. Peut-être par ceci » elle sortit l’os de son sac. « Mon cher Thimotée ceci est un fragment d’os d’une créature marine éteinte depuis bien longtemps. Elle doit appartenir à une créature au moins aussi grosse qu’un Borean, mais beaucoup plus…sanguinaire. Grâce à des recherches dans des épaves et autres lieux perdus sous l’océan j’ai recoupé des informations et apparemment un de vos historiens ou chercheurs à récupérer un squelette entier et la ramener ici puis cacher quelques parts dans cette bibliothèque. Cela m’intéresse énormément pour cette raison. »

Elle se concentra sur le morceau d’os quelques instants et celui-ci se mit à vibrer. Pendant un instant il se recouvrit d’écaille et de chairs puis redevint un os.

Samaléone : « Il est parfois très utile de compter sur un coup de pouce naturel, si vous voyez ce que je veux dire. Il y a toujours plus gros que soit dans les océans, mais ce spécimen-là est assez unique pour ne pas trop me faire embêter lors de mes plongées. Les seuls indices que j’ai pour l’instant quant à l’emplacement du squelette sont la mention d’une fresque ou d’une peinture voire même d’une couverture de livre qui représenterait les abysses. Si ça vous dit quelque chose ? »

À peine elle finit sa phrase que quelqu’un se présenta. Une femme, elle était sans doute une des gardiennes du savoir des lieux, ou une femme de ménage au vu de la quantité de poussière qu’elle dégageait. Rangeant l’os de nouveau dans son sac elle se tourna vers la femme.

Samaléone : « Ah vous êtes gentille, je cherche les traités sur la psychologie. Pourriez-vous me les indiquer ? »

S’en tournant vers le roi.

Samaléone : « Je vous retrouve après Votre Majesté, j’espère avoir attisé votre curiosité »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Aujourd'hui à 22:11

Je m'incline devant la nouvelle directrice de la Bibliothèque des Lumières, habillé de manière assez classique avec une longues jupes et des bottines, la seule chose qui la démarque véritablement dans son style est le très beau collier que je pense être en or, puis je lui adresse la parole :

Je suis enchanté de faire votre connaissance, Dame Soizic Eyesgold, car vous m'avez en effet reconnu, je suis en effet le roi d'Eridania, Timothée Mannus, mais vous pouvez m'appelez Timothée. Je suis navré de vous importunez pendant votre nettoiement de printemps, d'ailleurs, si vous avez besoin d'aide, je peux mettre quelques personnes du palais à votre service pour vous donner un coup de main. Si je suis venu, c'est pour vous rencontrez et pour aider la personne qui est venu en ma compagnie, celle qui se fait appeler la Dévoreuse, la demoiselle Samaléone.
Cette dernière a fais un long voyage pour trouver des informations sur une bête mythique, dont le squelette serais conservé dans ce bâtiment. Un indice sur le localiation exacte est un dessin sur un support représentant les abysses. Je suis redevable envers cette jeune femme, qui m'a aidé à mettre en place une nouvelle route maritime, et je souhaite vivement qu'elle puisse acquérir cette objet.


Je regarde la jeune Yorka droit dans les yeux, ce qui est assez étrange pour moi, car la jeune fille est pratiquement aussi grande que ma personne et ses deux yeux de différentes couleurs me perturbent encore plus, car celui lui procure un charme indéniable, que sa cicatrice n'arrive pas à réduire. C'est donc pour ces raisons, que c'est avec une certaine difficulté que je lui adresse la parole :

Je sais que c'est vous demandez beaucoup, surtout que vous venez à peine de prendre le poste, mais j'ai vraiment que vous m'aidiez à respecter ma part du contrat, en trouvant cet artefact. Acceptez-vous de m'aider ?

En attendant la réponse de la bibliothécaire, je me retourne vers la pirate :

Je vous présente Dame Soizic Eyesgold, qui est, depuis peu, la directrice de cette noble institution. C'est une des personnes les plus intelligents de tout Eridania, ce qui n'est pas peu dire.
Concernant les traités de psychologie, si ma mémoire est bonne, ils sont dans l'allée 2B, près des traités d'histoires.
Vous m'avez en effet vivement intrigué, et j'aimerais bien savoir le fin mot de l'histoire, si ce squelette est bien présent dans cette bâtisse.


Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marie a soif de savoir [Terminée]
» Constant-Aksel Baugarel. La soif de justice! Il n' y a pas philtre revigorant plus efficace que celui ci!
» Un p'tit verre, on a soif ! Hic ! [PV Tirya]
» Les elfes immortels: qu'en est il de la faim et de la soif?
» Edhelran, Pyeron l'elfe errant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Eridania, le pays aux mille culturesTitre ::  Les Gorges de ParamisTitre :: • Le Fleuve Oléra-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !