Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 5
• Eclaris: 4
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 4
• Nérozias: 5
• Gélovigiens: 4
• Ascans: 2
• Marins de N.: 7
• Civils: 18

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Langdum Mois:Cicium
[Mars/Avril en temps réel]

Tableau d'honneur


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
:: La Dévoreuse ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Samaléone
:: La Dévoreuse ::
Samaléone
MessageSujet: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Dim 13 Jan - 12:38



 Loin au large des marais brumeux, entre l’île et le continent.

La mer était légèrement agitée, un orage courant dans ces eaux-là. Parmi le rideau que forme la pluie, certains habitants des profondeurs remontent à la surface. Monstres et créatures abyssales profitent de cet écran protecteur pour s’exposer. Ombre fugace qui émerge doucement de l’eau, aidant à alimenter les légendes et secrets qui les entourent. Les marins qui les aperçoivent ne préfèrent pas s’en approcher. Sous peine de finir broyé, noyer ou dévorer par ces sinistres représentants des profondeurs qui guette le moindre signe de vie à la surface. Bien plus riche en nourriture que les profondeurs.


Un Akriegon flâne d’ailleurs doucement à la surface. Attendant que quelque chose d’intéressant passe à sa portée… Justement ! il vient de repérer un navire. Ses sens en alerte il se laisse dériver sur la trajectoire de l’infortuné bâtiment. Plus le navire se rapproche de sa position plus les eaux se font froide, étrange. Les courants froids ne sont pas connus dans cette région.

Le bateau se rapproche un peu plus. Une étrange sensation parcourt l’Akriegon, son instinct de survie c’est mis en route et fonctionne à plein régime lui criant de s’enfoncer dans les eaux. De quoi pourrait-il bien avoir peur ? Étant la créature la plus mortelle à des kilomètres à la ronde. Le navire est toujours présent il le sent. Mais quelque chose n’est pas normal. Il nage discrètement grâce à ses tentacules à sa portée… Rien, il ne ressent rien. Pas un seul signe de vie. Aucune trace de ces petits êtres à la chair juteuse. Serait cet un de ces nombreux navires-fantômes dont l’équipage est mort laissant leur ancien navire flotté à jamais sur l’océan.

Prit d’une curiosité à la suite de l’étrange crise de son instinct de survie il décide de pousser l’exploration du navire. Il s’accroche à la coque, pourrîtes du vaisseau fantôme et envoie un tentacule fouiller le navire. Il trouve le grand poteau au milieu du navire et se hisse à la hauteur du bastingage.
Le temps se fige l’espace d’un éclair qui illumine cette scène. Une des petites créatures est tranquillement assise sur son tentacule qui entoure le mât et le regarde en riant. Elle est entourée pas plein de cadavres, mais qui tiennent debout. La dernière pensée de l’Akriegon se déchire dans un déluge de feu et son ventre qui reposait sur la coque du navire explose sous l’impact des canons à bout portant.

Samaléone : « AH AH AH encore une nuit magnifique pas vraie les gars ? »

Vocifération approbative de l’équipage.

Samaléone : « Et bien j’espère que vous en avez profité demain on calme le jeu. Je vous rappelle qu’à la suite de quelques recherches j’ai besoin de faire un tour dans la bibliothèque royale de Sa Majesté le roi d’Eridania. Et si je me souviens bien on est tous toujours morts… »

Samaléone sortit distraitement Colère de son étui et visa au hasard dans la bande de matelots en putréfaction que constitue son équipage. 2 détonations sur 3.

Samaléone : « Ah désoler Jim, je voulais juste voire si tu étais encore mort, du coup oui. Bref je vous rappelle qu’être mort parmi les vivants ce n’est pas la discrétion absolue alors demain vous faites profil bas. »

Jim : « Par où on passe capitaine ? »

Elle écrivit sur une note magique encore un échec de son arme à feu un peu spécial. Puis ferma les yeux quelques secondes pour s’abandonner au sens de Soulen.

Samaléone : « On n’est pas loin de l’embouchure de l’Oléra, on remonte le fleuve, trouve un embarcadère et j’irai faire un tour à la capitale et vous pas de grabuge. Sinon je prends le premier fauteur de trouble et l’empale 4 jours sur le mât avant de le balancer dans la cale des cadavres ».

À cette simple mention, les quelques sourires édentés ou à la mâchoire pendouillant se figèrent

Équipages : « Oui, capitaine ! »

Le lendemain, une météo plus clémente.

Vigie : « Embouchure du fleuve capitaine ! »

Samaléone : « Parfait, que tout le monde mette son manteau, retirer notre drapeau et déposer le dans ma cabine. Ceux qui sont trop amochés même sous un manteau rester caché à l’intérieur. ET VERSER MOI UNE BARRIQUE DE VIN SUR LE PONT, ça pue la mort ici » lâcha-t-elle dans un gloussement moqueur avant de se diriger vers sa cabine.

Une fois à l’intérieur elle s’écroula dans sa chaise…le continent voilà bientôt 42 ans qu’elle n’y était pas rentré. Un tourbillon de souvenir lui revint en tête. Et pas les plus agréables. Elle chassa ces pensées en se concentrant sur la mission qui l’attendait. Elle revêtit un de ses costumes d’apparat de capitaine. Un qui couvre la totalité de son corps, des gants de cuir, un flacon de parfum pour couvrir l’odeur et un magnifique tricorne avec une plume colorée artificiellement en bleu. Elle noua ce qui lui rester de cheveux et les attachas dans une coiffure discrète. Elle retourna ensuite à son bureau et feuilleta ses notes et livres ouverts. La raison de sa venue ici, sa dernière découverte. En arpentant les océans, elle avait soulevé bien des mystères et un petit tour dans la bibliothèque des Lumières s’imposait pour lever quelques voiles. Surtout pour cet objet, elle caressa du doigt un morceau de fossile posé sur son bureau. Les scientifiques sont vraiment des gens farfelus songea-t-elle.

Quelques heures plus tard

Membre d’équipage : « Capitaine on est arrivé à l’embarcadère, apparemment un navire de cette taille n’est pas monnaies courantes ici il y a plein de badauds »

Samaléone : « Et puis quel navire je te rappelle que le « Vaisseau scarifié » n’est pas le bateau le plus joli que l’on pourrait voir, seule la pourriture le maintien debout et je ne sais encore quels autres miracles. Des personnages plus intéressants que des paysans ? »

Membre d’équipage : « Hmm nan pas pour le moment »

Samaléone : « Bon, on accoste je m’occupe du reste »

Elle se leva et sortit de la cabine. Samaléone se dirigea ensuite vers le côté du navire et attendit en regardant les mains expertes des hommes sur le débarcadère joué avec les cordes et les bites d’amarrages pour stabiliser leurs navires le long du dock. Une fois la manœuvre faite elle prit une corde et se laissa glisser à terre. Devant le regard médusé du capitaine du port.

Capitaine du Port : « Ah euh… vous ne débarquez pas vos hommes ou des marchandises…madame ? »

Samaléone : « Mademoiselle, non ça ira. Et appelez-moi Samaléone».

Les yeux du capitaine s’agrandir et il ce mit à trembler en laissant échapper de ses lèvres « …la..la Dévoreuse…»

Elle regarda amusez sa réaction puis enchaina

Samaléone : « Exacte, je vois que vous savez qui je suis on va aller plus vite alors. J’ai besoin de me rendre à la bibliothèque de Lumière, simple visite scientifique. Je ne veux pas d’ennui. Mes hommes seront sages comme des tombes AH AH AH…hum pardon. En revanche je n’ai aucune fichtre idée d’où se trouve la capitale ou la bibliothèque. Vous n’avez pas quelqu’un de plus haut gradé avec plus de réflexions dans le coin ? »

L’avalanche de questions mit le capitaine en position difficile. Il essaya de rassembler ses esprits.

Capitaine du Port : « Je…euh…je ne sais pas si quelqu’un comme vous enfin quelqu’un de votre stature peut circuler librement dans le pays. Il faut que j’en parle à mes supérieurs. Même si votre sinistre réputation n’est connue que des marins. Vous me promettez de ne pas effrayer les habitants pendant ce temps ? »

Samaléone : « Vous avez ma parole, j’attendrais dans mon navire la réponse de vos supérieurs alors. Et de votre côté ne tenter rien de stupide contre nous. On a récemment fait l’acquisition d’un Akriegon si vous voyez ce que je veux dire ».

Elle tourna le dos au capitaine et remonta dans son bateau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Thimothée Mannus
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Dim 13 Jan - 15:29

C'est l'heure du bain ! C'est un de mes moments préférés de la journée, je le prends le plus souvent après le déjeuner. Un bon bain d'eau chaude, grâce à un système de tuyauterie élaborée et une chaudière à bois au summum de la technologie eridanienne, m'attend dans ma baignoire en cuivre. En arrivant de Phelgra, un marchand m'a même offert de véritables sels de bain, et maintenant une épaisse de mousse onctueuse couvre la surface.

J'entre tout doucement, en commençant par le pied, puis la jambe et enfin tout le corps, c'est une sensation tellement agréable, je sens des picotements sur ma peau et je me détends complètement. C'est alors que le général Edward Natalis, qui est le responsable de la garnison d'Hesperia, toujours impeccable dans son armure de maille avec l'armoirie d'Hesperia entre sans frapper. Il me raconte une histoire de vaisseau fantôme et de morts qui marchent, bref, un véritable conte de fée. Je m'apprête à le chasser comme n'importe quel opportun, quand j'entends que les faits ont eu lieu au "port" du duché d'Arghanat. Cette donnée est intéressante car j'ai toujours voulu avoir un port menant à la haute mer, et si un bateau a réussis a faire la traversé, cela est peut-être une excellente opportunité !

Je sors donc à regret de mon bain et enfile mes vêtements et au-dessus mon armure. Perceval est déjà dehors à m'attendre avec les membres de la compagnie du Dernier Cercle qui regroupent le corps d'élite de l'armée d'Hesperia et qui n'est constitué que d'une cinquantaine de soldats, de tout sexe, race et origine prêts à donner leur vie pour leur souverain. Leurs armures argentées portent le sigle de l'aigle et le haut de leurs capes est couronné d'un tapis de plumes noires. Les meilleurs magiciens et manieurs d'épée à deux mains sont regroupés dans ce régiment.

Nous partons donc au triple galop, en direction de la frontière est du royaume. Le voyage, est rapide et sûr, les hors la loi ayant été vaincu à la "batailles des déserteurs" cette année, les Vastes Plaines sont libres de tout danger. Je croise d'ailleurs de nombreux convois de ravitaillement pour les ouvriers travaillant à la route du commerce entre ma capitale et la cité état de Tyrhenium.

Au bouts de quelques heures j'arrive enfin au duché. Il est peu peuplé et semble être laissé à l'abandon depuis quelques temps. Les paysans travaillent dans leurs champs et lèvent à peine la tête lors de notre passage. Grâce à mon pouvoir d'Empathie, je sais que ce n'est ni de la rage, ni de la peur, simplement de l'indifférence envers les gens qui les gouvernent. Ils semblent être indépendant et autonome, mais ils travaillent encore avec des anciens outils et je vois bien à leur mine, qu'ils ne doivent pas manger à leur faim tous les jours.

Pour le moment, je n'interviens pas, j’attends de voir leur seigneur pour lui demander quelques explications, il n'est en effet pas normal que ses terres et ses gens soient dans un tel état. J'en étais à mes réflexions lorsque j'arrive enfin en vu du port. Enfin, le "port" est un grand mot pour désigné un quai en bois, avec une remise à côté. De toute évidence cette installation sert uniquement au petit trafic fluviale avec un peu de pêche. Mais je m'attarde guère sur les bâtiments, car s'impose à ma vue, un grand bateau, il semble à la fois complètement putréfié et fragile et je ne sais pas comment il peut encore flotter. Il doit être ici depuis des dizaines d'années, et je ne vois pas d'autres navires, fantôme ou pas.

Heureusement, le capitaine du port, un petit homme, maigre comme un clou, s'avance en courant vers moi en criant:

Elle arrive, elle arrive !

Je l'arrête en levant la main et je met pieds à terre suivit de mes hommes, ce geste calme l'homme affolé, et ce dernier se détend complètement en me reconnaissant. Il m'explique ainsi sa rencontre avec une pirate. Je lui demande où est le bateau de cette femme corsaire, et il me réponds d'un ouvrant grands les yeux et en me montrant le bateau décrépit:

Il est là, mon seigneur.


Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dévoreuse ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Samaléone
:: La Dévoreuse ::
Samaléone
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Dim 13 Jan - 16:03

Le roi regarda de nouveau l’étrange navire. Celui comme pour souligner les dires du capitaine grinça longuement. Une voix se fit entendre juste au-dessus du roi et une silhouette glissa le long du navire.
Un arrivé théâtral, Samaléone fit un salut de son tricorne puis enchaina directement.

Samaléone : « Ah et bien voilà une tête couronnée ! Et toute sa clique de chevaliers. Je vous rassure Votre Seigneurie si j’avais de mauvaises intentions ce village ne serait plus que cendre et pourriture. Et mes hommes d’équipage sont bien sages. N’est-ce pas Capitaine » dit-elle en lançant un regard à l’homme se tenant devant le roi

Samaléone : « Bien par où commencer, je ne pense pas que vous devez me connaitre. Je suis Samaléone dite la Dévoreuse. Joli surnom offert par ces charmants marins de Noxis. J’écume les mers du monde et ses mystères ainsi que… »

Elle ne finit pas sa phrase, laissant tomber un genou à terre. Ses yeux se mirent à lancer des regards fous furieux dans toutes les directions et elle commença à marmonner des bribes de phrases.

Samaléone : « Veuillez m’excusez un instant » marmonna-t-elle avant de se retourner et d’avaler une fiole aux contenues verdâtre légèrement luisant. Puis elle se retourna l’air de rien et se releva en s’époussetant.

Samaléone : « Et donc je disais ainsi que la psychologie humaine. Je suis en quelques sortes une scientifique. Oh et je suis morte ainsi que ce noble bâtiment qu’est le Vaisseau scarifié et l’entièreté de mon équipage, mais passons ce genre de détails. J’aurais besoin de consulter quelques textes de psychologie et de médecine de votre fameuse bibliothèque des Lumières ainsi que de vérifier une curieuse légende cachée au sein de votre bibliothèque. Qui aurait un rapport avec ceci »

Elle exhiba un os noirci par le temps

Samaléone : « Est-ce possible avec votre royale permission ? Je viendrais seul. Et mes hommes peuvent ils rester ici sans crainte ? Si on avance vite et bien je serais partis d'ici deux jours et vous ne me reverrait sans doute jamais ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Thimothée Mannus
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Dim 13 Jan - 17:17

Je lève la tête, avec un brin d'agacement, n'étant pas habitué à être apostrophé de manière aussi... cavalière. Je vois arrivé, venant de son vaisseau pourri et humide, une jeune femme, un plus petite que moi, habillé, à ce que je pense être la dernière mode chez les pirates, et qui descend à l'aide d'une corde. En la détaillant d'un peu plus près je vois de magnifiques yeux verts mais le reste de son corps parait fortement abîmé. C'est surement la suite logique de ce qu'elle annonce en m'annonçant qu'elle est morte.

Cela me rappel Ylivi et je compare les deux Gorgoroth, l'une à part son sang épais peut facilement passer pour une terran mais la créature que j'ai en face de moi, est clairement en état avancé de décomposition. Je ne sais pas si c'est dût à ses trop nombreuses années en mer ou simplement au passage du temps.

Peu importe d'ailleurs mes réflexions, celle qui se dénomme elle-même la Dévoreuse semble dangereuse, voir même un peu dérangé, c'est donc avec autant de prudence qu'un dompteur de lion fais son numéro, que je lui adresse la parole:

Dame Pirate, tout d'abord je vous souhaite la bienvenue sur mes terres. Je suis, comme vous l'avez deviné, le roi Thimothée Mannus, mais vous pouvez m'appelez Thimothée. Vous dites venir en Eridania en paix et je m'en réjouis. Pour fêter notre rencontre, je vous offre ce pot de miel, qui a déjà fais des merveilles sur le corps d'une de mes amies qui est dans la même... condition, que vous.

J'ai un peu de mal à finir ma dernière phrase, ne sachant pas comment Samaléone, va la prendre. Je lui souris donc, avant de lui offrir le récipient, remplis de la substance sirupeuse et sucré. J'espère vraiment que ce remède fonctionnera comme celà à marché sur Ylivi qui s'étant blessé à de nombreuses reprises, est complètement guéri, il reste même pas des cicatrices. Une fois ceci fais, je continu mon allocution:

C'est avec grand plaisir que je vous conduirai à la capitale, afin de mettre toutes les ressources de la plus grande bibliothèque du monde à votre disposition. Vos hommes peuvent bien sûr rester ici sans crainte, et des provisions venant directement de ma capitale, afin de pas abuser de l'hospitalité des gens de ce duché, vous seront apportés. La seule récompense pour votre service, sera de parler à Laurence, notre éclaireuse, qui sait également faire des cartes d'une remarquable précision, sur votre trajet de la mer jusqu'au duché d'Arghanat. En effet, je souhaite créer un port marchand ici, doté des infrastructures les plus modernes pour notre époque afin de faire profiter à mon peuple des richesses des autres contrées. En parlant voyage, possédez-vous une monture ? Si ce n'est pas le cas, je me déplace toujours avec des chevaux de bât et je serai ravi de vous en offrir un pour ce voyage.

Après cette longue prise de parole, je souris à nouveau, intimidé je pense par la jeune femme. C'est d'ailleurs étrange, mais depuis peu, je suis de plus en plus sensible au charme féminin, moi qui pensais ne jamais plus éprouvé de sensation de ce type depuis la mort de ma femme Mathilde. Je chasse ces pensés inopportunes de mon esprit, afin de mettre au point les différents détails du voyage qui s'annonce:

Le chemin pour aller jusqu'à Hesperia est de 5 jours à cheval et il en faudra autant pour le retour. Si on compte le temps passé là-bas pour vos recherches, nous serons de retour ici dans une quinzaine de jours. Si vous êtes d'accord, nous pouvons partir immédiatement. Je vous demanderai juste de préciser à votre équipage, qu'ils peuvent descendre du bateau et qu'ils seront considéré ici comme des invités de la couronne. Toutefois, comme des invités, ils devront s'abstenir de toutes violences envers la population et de tout vol.

Je ne souris plus en prononçant cette dernière phrase, et c'est donc en fixant ces jolies yeux verts que je lui pose ma dernière question:

Avons-nous un accord Dame Pirate ?


Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dévoreuse ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Samaléone
:: La Dévoreuse ::
Samaléone
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Lun 14 Jan - 13:57

Samaléone leva un sourcil intrigué enfin ce qui lui en restais…un pot de miel, elle regarda le roi et analysa rapidement les traits de son visage. Aucun signe de rire ou d’amusement il était sérieux. Elle prit donc le pot et songea un instant à le balancer dans la flotte derrière elle, mais ce serait un manque grave de diplomatie. Cette idée à peine évacuer le roi ou Thimothée apparemment reprit un son flot de paroles.

Elle écouta attentivement.

Samaléone : « Vous êtes bien gentil, pour un roi vivant, oh et appelez-moi mademoiselle »

Elle siffla ensuite à l’aide de ses mains. Une silhouette encapuchonnée atterrit derrière le capitaine.

Samaléone : « Voici Jim, mon second il ira parler à votre Laurence. Il maitrise l’art de la cartographie comme personne : banc de sable, rocher dangereux… il pourra facilement indiquer une route sûre pour monter et descendre le fleuve.  Pour ce qui est de mon équipage et des provisions, vous êtes très gentil, mais manger ne nous est pas nécessaire. En revanche si vous avez de l’alcool je ne pense pas que mon équipage dise non. On s’est disputé la dernière bouteille de rhum dans un match à mort en plein maelstrom, c’était très amusant, mais cela remonte à quelques années. »

Se retournant vers le roi elle regarda longuement les chevaux. C’est comme la course à pieds cela ne s’oublie pas…j’imagine. La passerelle du vaisseau fut enfin mise à terre. Mais personne n’en descendit.

Samaléone : « Je doute que mes hommes sortent beaucoup et viennent crapahuter dans le port. Soyez sans crainte. Nous avons donc un accord, Votre Majesté » dit-elle avec espièglerie. « J’accepte avec plaisir votre offre, je n’ai effectivement pas de monture. »

Elle se dirigea vers l’un des chevaux de bât. Le cheval sentis quelque chose d’étrange approchez et hennie de peur. Samaléone s’approcha doucement et le caressa jusqu’à ce que l’animal s’apaise. Elle monta ensuite maladroitement sur la monture. Son second lui apporta son sac de voyage.

Samaléone : « Et bien en route Votre Majesté » alors que la troupe faisait demi-tour elle se retourna et hurla « LE PREMIER QUI FAIT UNE CONNERIE JE L’ENCASTRE DANS LA PROUE ET LE PRIVE DE PILLAGE. »

Quelques heures de chevauchées plus tard

Samaléone : « Quel enfer, je n’ai pas fait de cheval depuis des années et je comprends pourquoi ça ne me manquait pas… Heureusement que je suis morte sinon je ne sentirais plus le bas de mon corps. »

Revoir le continent était une impression étrange. 38 ans de mer et voilà quelle chevauchée en compagnie d’un roi pour se rendre dans l’une des plus grandes bibliothèques du monde. Plus elle s’éloigner de la mer plus le mal qui la rongée ce faisait ressentir.  Elle du faire des haltes et tomba plusieurs fois de sa monture à la suite de crises non maitrisées. Elle cherchait des plans d’eau assez larges pour s’y imaginer les vastes étendues salées et tenter de s’apaiser. Lors des bivouacs elle n’avait pas besoin de dormir et préférer monter la garde au coin du feu en relisant ses notes et recherche. Comment et où les scientifiques de ce pays avaient pu dénicher un tel trésor des mers et le transporter jusqu’à la bibliothèque des Lumières. Elle aurait bientôt ses réponses et si le roi était suffisamment aimable un nouveau compagnon pour la cale des cadavres. Cela lui permettrait d’approfondir ses recherches dans tous les sens du terme. Elle avait aussi besoin d’étudier tous les livres du rayon psychologie. La psychologie et la physiologie étaient des phénomènes fascinants.

Plusieurs fois elle se retient de trucider un des gardes de l’escorte. Elle sentait leur regard de dégout et leurs murmures à son sujet. Si elle détester les vivants autant il ne fallait pas chercher bien loin. Les Hommes ont peur de ce qui est étrange et préfère enfermer leurs démons personnels bien au fond d’eux même. Voire même de les tuer, elle en était un exemple. Ils devaient d’ailleurs se trouvait non loin de son ancien domaine familial. Elle irait peut-être y faire un tour après la bibliothèque. Ces simples évocations de son ancienne famille la faisaient bouillir de rage intérieurement.

Les jours passés et elle étaient demeurés silencieux. Personne ne lui parlait ou très peu et cela lui convenait très bien.
Elle n’arrivait pas à savoir si le roi était un simple d’esprit gentil ou une créature bien plus puissante qu’il ne le laissait paraître. Elle avait du mal à analyser son comportement. Seule une certaine timidité vis-à-vis des femmes…même mortes. Pourtant elle avait l’âge d’être sa mère.

Elle retrouva des odeurs qu'elle avait oublié. Le fumier dans les champs. L'odeur de sueur des hommes et des chevaux. Les forêt et leurs parfums. C'était une redécouverte agréable, elle songea à en faire profiter ses hommes à son retour. Du moins les moins dérangés. Elle finit même par se réhabitué à monter à cheval.


Enfin ils arrivèrent en vue de la cité d’Hesperia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Thimothée Mannus
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Lun 14 Jan - 20:03

Hesperia m’avait beaucoup manqué, ce n’étais pas seulement son architecture ou ses hautes tours, mais également l’ambiance qui s’en échappais, tel un cocon protecteur, ou dit de manière plus terre à terre, c’est ma maison.

La capitale a toujours eu cet effet rassurant sur moi, même quand j’étais en garnison et que je revenais à de brefs moments au palais pour mes études, le fais d’être de nouveau derrière des murs épais, savoir que cette multitude de gens ont tous un but et agissent dans le même sens est reposant pour mon esprit.
J’ai rarement eu compagnie plus silencieuse que la capitaine pirate, à part pour se plaindre les premières heures, mais c'est normal si la jeune femme n'a pas fais d'équitation pendant 38 ans. Cette dernière a passé tout le temps du voyage à admirer le paysage et à guetter la moindre étendu d'eau. Je ne peux pas l'aider car je n'ai aucune idée de ce qu'elle peut bien traverser, je reste donc à ses côtés, pour être présent si elle souhaite parler.
L'arrivé dans la plus grande ville d'Istheria, est assez remarqué, les gens se bousculent pour observer La Dévoreuse, son teint de peau, ne passant pas inaperçu, mais les armes de la pirate et surtout son regard farouche imposent une certaine distance à la population. C'est donc suivit d'une foule relativement nombreuse que nous entrons dans la Bibliothèque des Lumières. Heureusement les gardes à l’entrée empêchent les badauds d'entrée et nous nous trouvons seuls, juste accompagné de Perceval, dans l'antichambre de la maison des savoirs d'Hesperia.
Cet endroit m'a toujours paru intimidant. J'y vais depuis que je suis petit avec mes différents professeurs et je suis traumatisé par ces longues heures d'études, en silence bien sûr, avec mon précepteur au dessus de mon épaule, me corrigeant sans cesse. De plus, il y règne une odeur de poussière en permanence et je me rends compte que cet endroit aurais également besoin d'un bon coup de chiffon.
Mais je ne suis pas là pour çà. Je m'adresse donc à Samaléone en chuchotant, comme je l'ai appris durant mes jeunes années :

Mademoiselle, vous avez à disposition les savoirs de tout un peuple, les connaissances que vous voyez sont triés par type et par auteur, pouvez-vous me dire ce que vous cherchez ?

En prononçant cette phrase je lance un regard intrigué sur le sac de la Gorgortoh, où se trouve la chose mystérieuse qu'elle y a mis depuis notre départ du duché duché d'Arghanat et qui ressemble à un os noirci par le temps. Elle y avait également mis autre chose, et je profite de l'occasion pour en savoir plus :

Vous avez glissé dans votre sac, une petit fiole remplis d'un liquide vert, après en avoir bu une partie, puis-je vous demander ce qu'est ce breuvage ?


Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Bibliothécaire ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Soizic Eyesgold
:: La Bibliothécaire ::
Soizic Eyesgold
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Mer 16 Jan - 16:19

    Soizic était à l’étage, elle revenait de la salle des parchemins, et regardait le hall en dessous-d’elle, quand elle voyait le travail à faire, cela lui donnait légèrement le tournis. Entre reprendre les rayonnages du point de départ, vérifier l’état de tous les livres et les ranger ensuite à leur nouvelles places mais aussi faire le ménage de fond en comble, il y avait beaucoup à faire. Elle se demandait dans quoi elle s’était lancée sans pour autant évincer le sourire qui était sur ses lèvres. Soizic se sentait enfin à sa place dans ce lieu de recherche.

    La matinée avait été longue, elle avait prêté main forte à l’un des conseiller pour guider plusieurs visiteurs dans les dédales de la Bibliothèque afin qu’ils trouvent leur bonheur. A croire que ceux qui travaillaient ici ne savaient déjà pas où se trouvaient les documents à l’heure actuelle. Soizic se mit donc à réfléchir à un moyen de leur simplifier le travail. Peut-être devait-elle engager une personne par rayon afin que cette dernière en soit la gérante et que les ouvrages retrouvent leur place. Peut-être fallait-il les classer par ordre alphabétique et par thème ? Ou bien seulement par thème ? Ou seulement par ordre alphabétique ? Peut-être qu’un catalogue regroupant tous les ouvrages par section serait le plus efficace ? Voilà qui était une merveilleuse idée, elle la mettrait en œuvre au prochain jour de repos de ses collègues. Pour l’instant, elle préférait s’occuper de faire le ménage et pour cela, il n’y avait pas trente-six solutions : prendre une serpillière humidifiée et monter un seau d’eau sur les rayonnages.

    En effet, la première chose que voulait nettoyer Soizic était le haut des rayonnages, là où la poussière devait s’entasser depuis des années et des années. Elle avait demandé à l’un de ses collègues de lui remplir un seau à moitié et d’y accrocher une corde. Soizic, serpillière dans le dos, monta sur la première échelle et une fois en haut, elle grimpa sur le haut des étagères. Une fois tout en haut, son collègue pas du tout rassuré pour sa sécurité, il lui lança la corde tenant le seau, lentement, la Yorka monta le seau afin de ne pas faire tomber d’eau sur les livres. Le seau arrivé en haut, elle mouilla un peu son tissu et l’essora avant de se mettre à genoux et d’avancer lentement pour enlever les centimètres de poussière présents.

    Après plusieurs rayonnages de fait, elle entendit du bruit provenir de dehors et elle se redressa en apercevant les visiteurs à l’entrée. Là, elle resta telle une statue en hauteur et regarda ce qu’il se passait. Trois personnes se tenaient à l’entrée et tous ceux qui les ont vus se sont raidissent, elle pencha légèrement la tête en cherchant qui cela pouvait être. La Yorka ne voyait pas de qui il pouvait s’agir mais au vu de l’ambiance, il s’agissait certainement d’une personne importante. Alors après avoir terminé son rayonnage, elle redescendit le seau et demanda à son collègue de lui amener l’échelle.

    Une fois au sol, elle se dépêcha de parvenir auprès des trois personnes et c’est là qu’elle comprit que parmi les trois personnes, il y en a une qu’elle connaît : le roi d’Eridania.


    - Monsieur, Madame, Majesté… Que puis-je faire pour vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dévoreuse ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Samaléone
:: La Dévoreuse ::
Samaléone
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Mer 16 Jan - 18:37

Elle n’en revenait pas ses yeux, la bibliothèque était somptueuse. Tant de savoir qui dort dans ses multiples rayonnages. Elle aller avoir du boulot. Elle se retourne vers le roi et lui souris avec délice. Il était vraiment aimable d’emmener une personne comme elle ici. Quelque chose l’apaisé dans la bibliothèque mais elle ne n’arrivait pas à mettre le doigt sur quoi.

Il s’adresse d’ailleurs à elle

Samaléone : « Ah, ça…comme vous l’avez constaté je suis souffrante et…c’est une sorte de, comment dire…calmant pour l’esprit. Si une personne vivante en buvait, ça la tuerait sur le coup, je pense. Alors, éviter d’y laisser trop trainer vos pensées ».

Elle fit un clin d’œil.

Samaléone : « Bon par quoi commencé c’est tellement excitant. Peut-être par ceci » elle sortit l’os de son sac. « Mon cher Thimotée ceci est un fragment d’os d’une créature marine éteinte depuis bien longtemps. Elle doit appartenir à une créature au moins aussi grosse qu’un Borean, mais beaucoup plus…sanguinaire. Grâce à des recherches dans des épaves et autres lieux perdus sous l’océan j’ai recoupé des informations et apparemment un de vos historiens ou chercheurs à récupérer un squelette entier et la ramener ici puis cacher quelques parts dans cette bibliothèque. Cela m’intéresse énormément pour cette raison. »

Elle se concentra sur le morceau d’os quelques instants et celui-ci se mit à vibrer. Pendant un instant il se recouvrit d’écaille et de chairs puis redevint un os.

Samaléone : « Il est parfois très utile de compter sur un coup de pouce naturel, si vous voyez ce que je veux dire. Il y a toujours plus gros que soit dans les océans, mais ce spécimen-là est assez unique pour ne pas trop me faire embêter lors de mes plongées. Les seuls indices que j’ai pour l’instant quant à l’emplacement du squelette sont la mention d’une fresque ou d’une peinture voire même d’une couverture de livre qui représenterait les abysses. Si ça vous dit quelque chose ? »

À peine elle finit sa phrase que quelqu’un se présenta. Une femme, elle était sans doute une des gardiennes du savoir des lieux, ou une femme de ménage au vu de la quantité de poussière qu’elle dégageait. Rangeant l’os de nouveau dans son sac elle se tourna vers la femme.

Samaléone : « Ah vous êtes gentille, je cherche les traités sur la psychologie. Pourriez-vous me les indiquer ? »

S’en tournant vers le roi.

Samaléone : « Je vous retrouve après Votre Majesté, j’espère avoir attisé votre curiosité »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Thimothée Mannus
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Jeu 17 Jan - 22:11

Je m'incline devant la nouvelle directrice de la Bibliothèque des Lumières, habillé de manière assez classique avec une longues jupes et des bottines, la seule chose qui la démarque véritablement dans son style est le très beau collier que je pense être en or, puis je lui adresse la parole :

Je suis enchanté de faire votre connaissance, Dame Soizic Eyesgold, car vous m'avez en effet reconnu, je suis en effet le roi d'Eridania, Timothée Mannus, mais vous pouvez m'appelez Timothée. Je suis navré de vous importunez pendant votre nettoiement de printemps, d'ailleurs, si vous avez besoin d'aide, je peux mettre quelques personnes du palais à votre service pour vous donner un coup de main. Si je suis venu, c'est pour vous rencontrez et pour aider la personne qui est venu en ma compagnie, celle qui se fait appeler la Dévoreuse, la demoiselle Samaléone.
Cette dernière a fais un long voyage pour trouver des informations sur une bête mythique, dont le squelette serais conservé dans ce bâtiment. Un indice sur le localiation exacte est un dessin sur un support représentant les abysses. Je suis redevable envers cette jeune femme, qui m'a aidé à mettre en place une nouvelle route maritime, et je souhaite vivement qu'elle puisse acquérir cette objet.


Je regarde la jeune Yorka droit dans les yeux, ce qui est assez étrange pour moi, car la jeune fille est pratiquement aussi grande que ma personne et ses deux yeux de différentes couleurs me perturbent encore plus, car celui lui procure un charme indéniable, que sa cicatrice n'arrive pas à réduire. C'est donc pour ces raisons, que c'est avec une certaine difficulté que je lui adresse la parole :

Je sais que c'est vous demandez beaucoup, surtout que vous venez à peine de prendre le poste, mais j'ai vraiment que vous m'aidiez à respecter ma part du contrat, en trouvant cet artefact. Acceptez-vous de m'aider ?

En attendant la réponse de la bibliothécaire, je me retourne vers la pirate :

Je vous présente Dame Soizic Eyesgold, qui est, depuis peu, la directrice de cette noble institution. C'est une des personnes les plus intelligents de tout Eridania, ce qui n'est pas peu dire.
Concernant les traités de psychologie, si ma mémoire est bonne, ils sont dans l'allée 2B, près des traités d'histoires.
Vous m'avez en effet vivement intrigué, et j'aimerais bien savoir le fin mot de l'histoire, si ce squelette est bien présent dans cette bâtisse.


Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Bibliothécaire ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Soizic Eyesgold
:: La Bibliothécaire ::
Soizic Eyesgold
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Ven 18 Jan - 16:35

    Soizic se tenait droite comme un i, ses oreilles à l’affût et sa queue se balançant de droite à gauche paisiblement. Elle regardait calmement les deux personnes, la femme qui avait parlé semblait peu encline à dévoiler la véritable raison de sa venue, c’était sans compter sur le Roi d’Eridania qui lui indiqua ce qu’elle désirait savoir.

    La jeune Yorka avait l’intention de se présenter au palais afin de présenter une requête au Roi mais puisqu’il lui proposait si gentiment ce qu’elle souhaitait avant même d’avoir eu à le faire, un sourire s’étala sur son visage et sa queue voyagea de droite à gauche un peu plus rapidement. Soizic se racla la gorge quand il lui parla d’acquérir avant de rire sous cape à l’entente des traités de psychologies. Si seulement il savait...


    - Premièrement, j’accepte avec plaisir votre proposition d’aide Monsieur Mannus. Deuxièmement, j’accepte avec joie de vous aider à trouver ce squelette que vous désirez voir par contre, et c’est là que je m’excuse madame, mais rien ne sort de cet endroit. Les livres peuvent être empruntés à condition de s’inscrire à la Bibliothèque et de payer une modique somme afin d’avoir le droit de les sortir mais si il s’agit d’un squelette ou d’un ouvrage ancien, alors dans ce cas, il ne quittera pas l’établissement. Et Monsieur Mannus, si les livres étaient rangés à leur place, ce ne serait pas le bazar pour remettre la main dessus. Actuellement, les livres de psychologie sont rangés un peu partout dans les rayons. Elle se tourna vers la femme et continua. Si vous pouviez me préciser votre recherche en psychologie, je pourrais plus facilement vous apporter les livres voulus. Si vous voulez bien me suivre dans mon bureau…

    Soizic se retourna et marcha d’un pas léger vers les escaliers lorsqu’un enfant se cogna à ses jambes, alors qu’elle allait l’aider à se relever tout en lui demandant s’il ne s’était pas fait mal, l’expression de peur qu’il arborait en la voyant lui fit plus de mal que ce qu’elle ne montra sur son visage, ses oreilles s’étaient par contre baissées. Elle chassa ce pincement de son cœur et reprit sa route vers l’étage. Une fois en haut, elle les fit entrer dans une pièce chaleureuse : un canapé et deux fauteuils se trouvaient autour d’une table basse en bois, en face se touvait son bureau sur lequel de nombreux documents étaient à vérifier. Deux meubles remplis de livres se trouvaient contre les murs de la salle sur tout leur long. Une baie vitrée derrière le bureau laissait entrer la lumière dans la pièce.

    - Je vous en prie, installez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dévoreuse ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Samaléone
:: La Dévoreuse ::
Samaléone
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Mer 23 Jan - 16:33

Incroyable, elle n’avait pas remarqué encore. Mais la femme devant elle était mi-femme mi-chat. Sa queue se balançait doucement derrière elle. Elle était si mignonne. En revanche la suite de ses propos ne plus pas vraiment à Samaléone. De quel droit une simple bibliothécaire pouvait contredire le roi. Ne savait-elle pas qui elle était ? Non, les chats n’aiment pas l’eau alors les vastes étendues de l’Océan ne doivent pas lui être familières. Peut-être une démonstration s’imposait ?

Elle réfléchissait à ce qu’elle allait faire. Mettre le feu à la bibliothèque ? Ravager la cité ? Lui arracher les poils un par un ?

Non, soyons plus diplomatiques. Cela faisait deux fois qu’elle se reprenait ainsi. Ce n’était pas dans ses habitudes.

Samaléone : « De quoi avait vous besoin jeune fille pour vous faire changer d’avis ? De l’or ? Une personne qui vous voudrait voir disparaitre ? Sinon je peux me montrer plus persuasif » dit-elle en lui caressant doucement la joue de ses doigts glacée avec un sourire sadique. Colère était dans son étui prêt à l’emploi en cas de nécessité. Tiens pourquoi pas ?

Samaléone dégaina son étrange arme et tira en l’air. Ah tiens aucune détonation…Hmm cela arrive de temps en temps. Tempi pour l’effet dramatique. Elle nota sur une note magique le nouvel échec et rangea son arme.

Samaléone : « Où en étions-nous ? Ah oui, jeune fille. Je suis Samaléone la Dévoreuse et si vous ne me connaissait pas je vous invite à aller faire un tour dans le rayon légende et horreur de la mer je pense occupais une petite partie de vos chères étagères. J’ai tué tous ceux qui se mettaient en travers de ma route. Démembré certain et torturé d’autre. Je dévore les êtres vivants comme la connaissance et nul n’arrête un esprit assoiffé de savoir. Surtout si cet esprit-là est instable. Vous devriez le savoir. Alors pour l’instant on n’a pas trouvé ce fameux squelette, mais je vous laisse réfléchir, le temps que l’on mette la main dessus, à vos propos. Pour répondre à votre dernière question, il me faudrait l’exemplaire de « L’homme et l’esprit » de Georege Delkeur et les 2 volumes de Répertoire des maladies mentales de Alfred Von Carstein. Oh et tant que j’y suis avait vous un exemplaire sur l’étude des colosses de Gaeaf et d’El Bahari ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Thimothée Mannus
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Mer 23 Jan - 20:35

C'est la première fois que je suis aussi stupéfait depuis bien longtemps. Je savais que les pirates étaient assez "brut de décoffrage", mais là, ça surpasse largement leurs réputations.
La gorgoroth a commencé par soudoyer la propriétaire de la plus importante bibliothèque au monde, puis lui a proposé de tuer quelqu'un pour lui rende service et pour finir lui a fais du rentre dedans avec des allusions sexuelles ! Et si comme tout cela ne suffisais pas, elle sort son énorme pistolet et appuie sur la gâchette ! Heureusement que ce dernier n'a pas fonctionné sinon, je n'aurai pas pût continuer à l'aider. Déjà qu'il a fallu que j'ordonne à mes hommes de rester en dehors de la pièce, alors qu'ils étaient prêt à mettre fin à la menace que représente cette jeune femme à qui il manque manifestement les notions essentiels de savoir vivre en société. Mais encore une fois, je me rappelle d'où vient "La Dévoreuse" et la direction qu'à pris sa vie, après sa mort, c'est donc d'une voix maitrisé que je m'adresse à cette dernière:

Mademoiselle, vous ne pouvez pas menacer qui que ce soit dans Eridania, ce pays étant sous mon autorité, vous risquez la prison. Je comprend bien que ce squelette est important pour vous, et comme je vous l'ai dit, je suis prêt à vous aider, mais tant que vous resterez dans mon pays, vous devrez respecter mon autorité.

Je m'arrête une minute, afin de voir si mon discours porte et de trouver une formule qui sera plus à même de toucher son cœur de pirate. Je la trouve enfin, et en souriant avec une voix beaucoup plus calme, je conclut mon petit discours:

C'est un peu comme si vous étiez invité sur un navire dont je serais le capitaine. Durant toute la durée de votre séjour sur son bateau, vous accepterez ces règles n'est-ce pas ?

Plutôt content de mon analogie, je me tourne vers la bibliothécaire:

Dame Eyesgold, je suis navré que vous ayez dût assister à cette démonstration de force de la part de Mademoiselle Samaléone, cela ne se reproduira plus. Je vous prie d'accepter mes excuses pour le comportement de mon invité. Nous ne savons pas l'état du squelette que nous cherchons, il est peut-être en très mauvais état ou pire, réduit à l'état de poussière, et dans ce dernier cas, il est inutile que la bibliothèque le garde. Je vous propose donc de le chercher d'abord, puis une fois que nous l'avons trouver, de prendre collectivement une décision, après tout, si nous savons qu'il est ici, c'est grâce aux précieuses indications de  Mademoiselle Samaléone, elle mérite une récompense.

J'espère avoir été convaincant dans mes propos, car au milieu de ces deux jeunes femmes, je me sens démunis et je commence à avoir un peu peur, entre la personne qui n'est pas seule dans sa tête et une femme chat qui semble avoir des principes inflexibles, je ne sens pas très bien la fin de cette affaire.

Je souris donc à nouveau au deux femmes, et afin de détendre un peu l'ambiance, je pose la question suivante à la Yorka:

Dame Eyesgold, vous avez là un bureau tout à fais charmant, que vous avez sût rendre très chaleureux.  Si vous êtes d'accord, je peut envoyer un de mes hommes chercher une boisson à la taverne juste à côté. Pour ma part, je prendrai bien un thé d'Argyrei, et vous ?

Je me retourne ensuite vers la jeune pirate:

Si vous voulez, je peux vous faire apporter un grog avec du miel ?

Je croise discrètement les doigts, pour que mon offre rencontre du succès. Je n'ai aucune envie de voir la situation s'envenimer encore plus et d'être obliger d'appeler mes hommes à la rescousse. Si je n'arrive pas à gérer deux femmes, je risque d'être la risée des soldats de la compagnie du Dernier Cercle, pendant des semaines...


Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Bibliothécaire ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Soizic Eyesgold
:: La Bibliothécaire ::
Soizic Eyesgold
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Mer 23 Jan - 21:20

    Soizic se tient debout dans la pièce près de la porte, la femme qui lui fait face veut la faire changer d’avis. Elle n’a aucune idée de cela peut être mais l’autre non plus ne sait pas à qui elle a affaire sinon elle ne chercherait pas à négocier de cette manière bien qu’elle ait touché un point crucial : l’argent. Soizic avait cruellement besoin d’argent pour tous les travaux qu’elle voulait accomplir mais pour l’instant comme le fit remarquer le Roi, rien ne disait que le squelette était réellement en bon état. Si tout n’était que poussière, elle ne pourrait que lui donner gracieusement bien que ce soit à contre cœur. Quand la femme la toucha, tout le corps de Soizic se raidit et sa queue battait rageusement de chaque côté de son corps et ses yeux lui lançaient des éclairs. De quel droit se permettait-elle de la toucher ainsi ? Personne ne la touchait sans son consentement… Personne ! Si elle voulait se mettre la bibliothécaire à dos, elle y arrivait parfaitement.

    Soizic ne bougea pas d’un pouce quand elle sortit son arme pour tirer. Elle ne bougea pas non plus quand elle lui révéla son nom, elle savait qui elle était, pas besoin de recherche, elle connaissait déjà les faits et cela ne lui plaisait pas. Néanmoins, elle ne changerait pas son fusil d’épaule aussi facilement, l’autre folle allait devoir s’y faire. Alors qu’elle allait parler le Roi reprit la parole pour calmer le jeu. Pensait-il réellement pouvoir y parvenir avec la Dévoreuse ? Était-il à ce point idiot ? Un pirate vole sans se soucier des autres mais la Yorka refusait de céder au chantage. Quand elle put enfin parler, elle leur répondit.


    - Vous pouvez envoyer vos hommes chercher votre thé, personnellement je n’ai pas soif. Je ne vous empêche pas néanmoins tous les deux de vous restaurer. Pour en revenir aux livres que vous désirer madame, si vous souhaiter les faire sortir d’ici, vous devrez vous acquitter comme tout le monde de la modique somme de quarante dias, cela vous permettra d’emprunter autant de livre que vous le désirerez sur une année entière, bien évidemment, il faudra nous les rapporter : un livre peut-être sorti pendant deux mois.

    Soizic lui fit un sourire mauvais tout en continuant de la fixer du regard mauvaisement.

    - Tous les livres que vous avez demandés vous seront remis dans une trentaine de minutes, le temps qu’ils soient rassemblés bien évidemment mais nous les avons tous. Je tiens néanmoins à vous préciser quelque chose : je connais presque chaque livre contenu dans cet endroit, je n’ai donc pas besoin d’aller au rayon des légendes pour savoir de quoi vous êtes capable. Vous avez beau être cruelle ou sans coeur pour certain, votre curiosité se rapproche de la mienne. Nous nous ressemblons plus que ce que vous pouvez penser. Si jamais, votre squelette est en très bon état, si vous désirer faire un don à la Bibliothèque des Lumières, je pourrais peut-être revoir ma position quant au fait de vous céder cet objet.

    Soizic lui souriait tout en la fusillant du regard. Si elle pensait qu’elle allait se démonter et lui obéir, elle pouvait courir. Bien évidemment, elle allait dans son sens mais elle avait une idée dans la tête et ne la laisserait pas faire comme elle l’entendait. Elle passa à son bureau et écrivit les noms des livres et leur localisation. Elle les passa à l’une de ses collègues et retourna dans la pièce sans se laisser impressionner.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dévoreuse ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Samaléone
:: La Dévoreuse ::
Samaléone
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Jeu 24 Jan - 12:47

Décidément les gens avaient fort caractère sur terre. Elle aurait préféré que les négociations se passent en mer. Là n’importe qui d’un peu sensé aurait flanché devant les horreurs qui habitent le « Vaisseau Scarifié ». La mer lui manquait terriblement. Et faire une crise ici, compliquerai encore plus les choses voir pire si elle tuait quelqu’un dans un de ses accès de démence.

Samaléone : « Vous êtes adorable Thimothée, bien de capitaine à capitaine je veux bien me calmer. Et j’accepte volontiers votre offre, je prendrais une bouteille de vin si cela ne vous dérange pas »

Le roi qui semblait un peu perdu dans cet échange électrique en savait bien peu sur la capitainerie et les us et coutume des pirates. La négociation se déroule en général après un combat et l’un des deux parties est souvent trop décédée pour argumenter. Mais au temps, le laisser dans sa jolie métaphore.

Quant à ce chat.

Elle avait vu grâce à son don de psychologie un changement fugace de trait lors de la mention d’argent. C’était donc là son angle d’attaque. En fin de compte les gens ne jurent que par l’argent. Elle n’aimait guère les richesses. Responsable de sa mort affreuse. Elle lui cédera bien volontiers une part du stupide butin qu’ils s’amusaient, elle et son équipage, à garder de temps en temps.

Samaléone : « Je vois que vous êtes inflexible mon chaton, j’aime ça. Je pense avoir compris que vous auriez besoin d’un peu d’argent ? Cela doit être une lourde tâche de s’occuper d’une bibliothèque aussi vaste. Qui recèle encore bien des secrets. Je suis prête en échange de vos bons services à vous céder 2000 dias maintenant puis de devenir Mécène de la bibliothèque en vous envoyant un soutien financier et culturel pendant une période de 5 ans puis si cela se passe bien pourquoi ne pas renouveler mon mécénat ? Quand dites-vous ? Oh et pour ce qui est des livres je ne vais pas partir, je vais rester travailler ici puis nous nous occuperons de ce fameux squelette si cela m’est bien sûr permit par Votre Majesté ? Il me faudra une journée entière pour mes recherches. »

Soudainement et sournoisement elle sentit sa folie s’emparait de son corps. Toutes ces concessions et sa patience arrivaient à bout. Elle se mit à trembler légèrement. Elle devait se calmer, ne pas céder. Nul ne sait ce qui se passera si elle laisse sa folie parler pour elle. Vite ! une de ses bouteilles de calmant. Elle en attrapa une et la vida d’un trait. Cela atténua un peu son tremblement, mais elle sentait en elle la vague gigantesque de la folie grandir. Elle avait tellement besoin de la mer elle n’allait pas tenir encore longtemps.

Il fallait que les choses avancent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Thimothée Mannus
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Jeu 24 Jan - 21:53

Je soupire un peu pour relâcher la pression, la tension est un peu retombé dans la pièce. J'en profite pour envoyer un de mes hommes faire la commission au bar le plus proche en ajoutant quelques précisions et il part en courant. Je peux à nouveau me concentrer sur les deux femmes près de moi, je ne sais si l'offre de Samaleone est assez généreuse, je dois donc également participer pour qu'elle soit accepté. Il reste maintenant à trouver le squelette, je commence à réfléchir à l'énigme de la pirate; l’emplacement du squelette se trouve dans la mention d’une fresque ou d’une peinture voire même d’une couverture de livre qui représenterait les abysses, mais par où commencé ? J'en étais à mes réflexions quand les boissons arrivèrent, je commence donc à servir un grand ver de vin à la pirate, en laissant la bouteille près d'elle, puis je me prends mon thé.

Sur mon ordre, le vétéran a également ramené quelques gâteaux, et j'en profite pour en proposer à Soizic :

Dame Eyesgold, je sais que vous ne vouliez pas de boisson, j'ai donc pensé à vous commander quelques douceurs sucrés. D'ailleurs si l'offre de demoiselle  Samaleone n'est pas suffisante, je suis prêt à la compléter avec mes modestes économies.

Je souris, et je présente le plan d'action que j'ai mûrement réfléchis :

Pendant que cette dernière lira, j'examinerais toutes les fresques et peintures de la bibliothèque, voir si l'une d'elle représente de près, ou de loin, l'idée que nous cherchons, cela m'occupera. En effet, je n'ai pas envie de remuer de sombres souvenirs de mon enfance en passant trop de temps dans les rayons, à la recherche d'un livre que je risque de ne jamais trouver. J'ai sans doute été un peu traumatisé par mes tuteurs.

Mon sourire s’évanouit, quand je pense aux mots durs de mon père, à chaque fois que je n'avais pas les félicitation de mes professeurs, jusqu'à ce qu'il m'envoie à huit ans dans une caserne loin d'Hesperia. J'avais beaucoup pleuré à l'époque et la bibliothèque était devenu pour moi, le symbole même de mon échec et de mon bannissement. J'arrive péniblement à me reprendre et pour ne pas faire voir mon trouble aux deux femmes, je préfère quitter la pièce, et après les avoir salué, je commence ma recherche dans cette bibliothèque, qui est pour moi, remplis de souvenirs.


Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Bibliothécaire ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Soizic Eyesgold
:: La Bibliothécaire ::
Soizic Eyesgold
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Ven 25 Jan - 12:02

    Soizic, une fois revenue dans la salle, s’assoit sur la chaise de son bureau, plongeant sa tête dans divers papiers, relevant les yeux pour regarder le plan actuel de la bibliothèque, il ne lui servirait à rien au final. Tandis qu’elle attendait que les livres ne parviennent au bureau par l’intermédiaire de sa collègue, la Dévoreuse lui fit une offre alléchante : deux mille dias immédiatement et ensuite recevoir des dons réguliers de sa part pendant cinq ans en étant Mécène. Pour ce qui était du dernier point, Soizic n’était pas du tout enchantée, elle lui serait de ce fait redevable de maintenir la Bibliothèque à flot et elle n’aimait pas cette idée.

    Elle vit du coin de l’oeil la Dévoreuse avaler un flacon alors qu’elle allait lui dire sa façon de voir les choses, elle soupira pour garder son sang-froid. Une crise diplomatique ne serait pas bien vue, elle devait mettre de l’eau dans son vin et pour cela, elle resta assise sans faire le moindre mouvement. Soizic entendit des bruits de pas se rapprocher de la pièce et avant qu’ils ne s’arrêtent, elle leur fournissait l’autorisation pour entrer, les hommes du Roi et sa collègue arrivèrent en même temps. Elle se leva pour récupérer le chariot sur lequel étaient posés les divers livres demandés et les amena à Samaléone. Le Roi essayant de calmer la situation, se rangea du côté de la capitaine. Soizic grinça des dents avant de dire tout en fusillant du regard le seul homme de la pièce.


    - J’ai accepté de vous aider dans votre recherche, je ne reviendrais pas sur ma promesse. Pour ce qui est du prix, nous en reparlerons calmement quand nous aurons trouvé ce que vous désirez.

    La jeune Yorka écouta l’homme expliquer la situation avant de se lever et de sortir, laissant les deux femmes seules. Soizic regarda le plan une nouvelle fois, pourquoi avait-il été conservé ? Elle n’y avait pas encore touché, elle n’en avait pas eu le temps. Tout en s’approchant pour décrocher le cadre dans lequel se trouvait le papier, elle souhaita une bonne lecture à sa camarade d’un jour. Elle prit grand soin de poser le cadre sur son bureau pour l’ouvrir et en extraire le morceau de papyrus, elle effleura le papier en réfléchissant aux divers livres qui traitaient des abysses : ils y en avaient beaucoup dans la Bibliothèque des Lumières sans compter ceux se trouvant dans la partie des livres anciens.

    Une minute, on parlait d’un squelette caché quelque part dans la bibliothèque depuis des lustres, si un indice avait fini par être caché il ne pouvait être que dans la salle des ouvrages anciens. Sans dire un mot, Soizic sortit de son bureau pour accéder à la pièce qui lui était attenante. Elle ouvrit la porte avec sa clé et la referma derrière elle. Elle ferma les yeux et s’appuya contre la petite table de travail. Dans cette pièce aussi, il allait falloir faire du ménage et du rangement, parce que là, c’était un capharnaüm dans nom qui se présentait devant elle. La jeune femme soupira en regardant les vitraux bleus de la salle avant de commencer ses recherches par un côté de la salle ; prenant parchemin par parchemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dévoreuse ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Samaléone
:: La Dévoreuse ::
Samaléone
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Dim 27 Jan - 17:19

Samaléone finit le verre cul sec et prit directement la bouteille.

Samaléone « Bon j’ai à faire » elle partit s’asseoir sur un bureau en sirotant la bouteille et elle commença ses recherches. Pendant une journée entière comme elle n’avait pas besoin de dormir elle étudiait les livres qu’elle avait choisis. Faisant apparaitre de temps à autre une note magique pour écrire ou vérifier quelque chose. Elle était dans sa bulle et nul ne pouvait la déranger.

Une journée passa

Elle releva enfin la tête de ses bouquins. Bon et maintenant ? Elle se leva tranquillement. Il était encore très tôt et il n’y avait peu de personnes présentes dans la bibliothèque. Elle pouvait alors fureter un peu avant que l’adorable chaton ne vienne dans ses pattes. Elle arpenta les rayonnages et marcha un peu pour détendre ses muscles de mort. Elle tenta de trouver le centre parfait du bâtiment. Là se souciant peu des personnes qui pourraient passer à cette heure matinale elle prit dans son sac une bouteille remplie de sable et de sel et en versa dans un bol chantant. Elle ferma les yeux et se mit à faire tourner le bâton pour déclencher les sons de l’objet.

L’air se remplit d’une brise marine. Le son se propageait doucement dans l’espace. Un murmure de vague se fit doucement entendre. Elle utilisa son Sens de Soulen pour localiser le squelette. Son esprit se propagea à travers le bâtiment à une vitesse phénoménale. De loin elle sentait la puissance de la mer par le fleuve Oléra.

Elle « nagea » spirituellement dans toutes les pièces. Fouillant chaque recoin. Son corps était toujours sur place. Tant que personne la perturber il était possible d’utiliser le sens de Soulen à très haut niveau. Comme elle était en train de le faire. Elle arriva dans une salle où se trouvait le chaton. Elle était en train de trier des montagnes de parchemin. La salle avait un fort teint bleuté. De grands vitraux bleus lui donné presque l’air d’être sous la mer. Une atmosphère que Samaléone appréciait particulièrement. S’il devait y avoir un indice sans doute était-il dans cette pièce. Elle arrêta sa méditation là et partit en direction de la salle.
Quand elle franchit le seuil de la salle, elle sentit une pulsation. Cela venait d'un des murs. Il y avait quelque chose avec cet endroit.

Samaléone : « Chaton, je pense que cette pièce pourrait contenir un indice dans notre quête du squelette. Il y a-t-il une pièce à côté ? J’ai remis les livres à leurs places au passage. Ce fut très enrichissant. Et dois je faire venir le roi avant de continuer notre petit jeu d’archéologue ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Thimothée Mannus
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Dim 27 Jan - 18:49

J'avais trouvé hier un indice intéressant hier mais la bibliothèque allant fermer et ne voulant pas froisser la propriétaire de la bibliothèque en restant après les heures d'ouverture, je n'ai pas pût approfondir mon intuition. C'est donc le jour suivant que je reviens à la bibliothèque, le cœur plein d'espoir et avec deux cadeaux pour les deux jeunes femmes qui doivent déjà être présente.

J'arrive dans la pièce qui avait retenu mon attention, qui contient énormément de parchemin et j’entends la discussion entre la pirate et la bibliothécaire. Le mot "chaton" étant de toute évidence en trop et craignant qu'une dispute éclate, je prends la parole:

Mesdames, je suis déjà là et je vous souhaite la bonne journée avec ce temps magnifique. Je n'ai pas m'empêcher d'écouter votre conversation, et Damoiselle Sameleone, comme je vous l'ai déjà dit, vous ne pouvez pas appeler les gens par des surnoms affectueux, sans leur accord. Je vous rappel que vous êtes mon invité, je suis donc responsable de vos actes et paroles et je risque d'être exclus par la maitresse des lieux à vie, si votre comportement n'est pas correct, ce qui est clairement le cas ici.

Je me tourne ensuite vers la Yorka en m'inclinant:
Dame Eyesgold, veuillez une nouvelle fois accepté mes excuses.

Puis je change de sujet en souriant:
J'ai trouvé dans la bibliothèque du palais cet ouvrage du grand Largo Winch sur la finance qui m'a été offert par un sage Eclaris en visite à la capitale, mais cet ouvrage est trop ardu pour moi. Je souhaite en faire don à votre établissement, cela me ferait plaisir que vous acceptiez mon don.

Une fois mon cadeau fait, je me rapproche de la jeune Gorgoroth:
Tout d'abord, je vous ai ramenez une bouteille de vin de Cimmeria, pris dans ma cave personnelle, j'espère que sa texture marine vous plaira. Concernant le lieu, je pense que vous avez raison, j'ai trouvé une gravure sur un mur, qui m'a immédiatement fais penser à une fosse.

Je vais au fond de la pièce et leur montre en effet, une très jolie gravure de deux mètres sur deux et qui représente une dépression dans un sol marin, qui plonge tout au fond de la mer. Le dessin est très soigné et de multiples détail tel que des animaux marins et des plantes aquatiques sont présentes. Je caresse un moment la pierre, admirant cette oeuvre d'art avant de reprendre à l'attention des personnes qui sont dans cette pièce:

Nous avons là un très belle ouvrage, peut-être un des plus beaux de la bibliothèque, et je ne voudrais surtout pas l'abimer en appuyant dessus ou ou en le poussant comme une brute.

Je me retourne vers la jeune femme avec des attribut de chat:
Madame, avez-vous une idée pour entrer dans la pièce secrète détecté par Damoiselle Sameleone ?

J'espère vraiment que nous trouverons là, la clé de l'énigme, c'est la première fois que je joue le rôle d'un détective et ce changement de rôle n'est pas pour me déplaire.


Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Bibliothécaire ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Soizic Eyesgold
:: La Bibliothécaire ::
Soizic Eyesgold
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Dim 27 Jan - 21:59

    Soizic se trouvait dans la salle des parchemins, elle y avait passé la journée. Lorsque la nuit était tombée, elle n’avait pas fermée la porte, n’était pas descendue voir si tout le monde était parti et puis la Dévoreuse avait dit qu’elle resterait là le temps qu’il faudrait alors elle était restée dans cette salle. Vers minuit, elle s’était endormie sur une chaise et s’était réveillée très tôt le lendemain. Elle avait reprit la lecture de parchemin les uns après les autres. L’un d’eux avait attiré son attention et c’est justement celui-là qu’elle étudiait avec minutie lorsque Samaléone et le Roi d’Eridania était entré.

    La pirate l’avait surnommé chaton, en tant normal, elle aurait répliqué mais pas aujourd’hui, en fait, elle n’avait que peu prêté attention aux paroles de la femme et il en valait pareil pour le Roi. Lorsqu’il lui déclara avoir ramené un ouvrage pour la Bibliothèque, elle avait seulement fait « hum hum » tout en lui montrant la table pour qu’il le pose. Elle lisait un parchemin sur les pièces secrètes et leur ouvertures. Elle n’écoutait pas un traître mot de ce que l’on pouvait lui dire. Lorsqu’elle eut achevé sa lecture, elle releva la tête vers les vitraux. En baissant les yeux, elle se rendit compte que Thimotée la regardait.


    - Veuillez m’excuser mais ce parchemin était très instructif. Voyons voir ces dessins de plus près…

    Soizic s’avança et laissa ses yeux parcourir la pierre, il ne semblait rien y avoir d’étrange et pourtant, elle aurait jurer que quelque chose se trouvait de l’autre côté du mur. Elle n’allait pas détruire un mur par pur plaisir, il y avait un mécanisme d’ouverture et elle le trouverait, foi d’Eclaris. La Yorka secoua la tête et se recula jusqu’à la porte pour avoir une vue d’ensemble. Son regard fut de nouveau attiré par les vitraux, quelque chose clochait dans les vitraux, ils ne semblaient pas symétrique. Elle fixa plusieurs minutes chaque partie jusqu’à trouver ce qui la perturbait : une petite plante se trouvait sur le vitrail de gauche et cette plante, elle était sûre de l’avoir vu quelque part.

    - Attendez deux secondes. J’ai déjà vu ce symbole cette nuit.

    Soizic fouilla parmi les parchemins déjà entassés et retrouva l’ouvrage qu’elle cherchait, il s’agissait d’une plante qui se trouvait sur un ancien blason que possédait une famille de riche marin il y a plusieurs siècles. Cela ne pouvait pas être une coïncidence.

    - Voilà, c’est là. « La fleur halophile était l’emblème d’une famille composée de marins tous connus pour des découvertes. Cette fleur figurait sur leur blason familial malheureusement, suite à un incident en mer, la famille disparut au grand complet sans que ne survive un seul membre. » Sur le vitrail, cette plante est dessinée et il y a de grandes chances pour qu’on la retrouve sur la partie murale. Cela ne peut pas être une coïncidence, ce sont forcément des marins qui ont ramené l’animal ou son squelette il y a des siècles et pour je ne sais quelle raison, son accès a été scellé. Je suis prête à croire que les anciens propriétaires n’ont pas entièrement scellé l’accès mais ont fait en sorte que seuls eux puissent y pénétrer. Ils ont du laisser ces indices et certains parchemins pour les générations futures mais au fil du temps, la Bibliothèque a changé de propriétaire et le secret de la porte n’a pas été transmis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dévoreuse ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Samaléone
:: La Dévoreuse ::
Samaléone
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Sam 2 Fév - 16:54

À la suite de ces informations, Samaléone s’approcha du vitrail et l’étudia avec attention. Elle grimpa habilement sur le rebord de la fenêtre où il était encastré. Et lécha le vitrail.

Samaléone : « Du verre de sel ! Incroyable. Je ne pensais pas en trouver aussi loin dans les terres. Effectivement ceci doit être la clef pour ouvrir le portail. Et je pense avoir une idée de comment l’ouvrir. »

Elle chercha dans son sac est sorti diverses fioles avant de trouver celle qu’elle cherchait. Et en renversa la contenue sous la plante dans les rainures de la pierre où reposer le vitrail. Une longue seconde passa. Puits une suite de clic et de déclic fit trembler la pièce. Le mur qui leur barrait le passage s’affaissa doucement pour dévoiler un début de volet de marche en colimaçon. Samaléone sortit de sons sac 3 torches les allumas et prit la tête du cortège.

[Commencer la musique au début]


Elle se tenait debout sur la première marche. Un vent marin lui caressa le visage. Ce qu’elle cherchait se trouver dans l’obscurité devant elle. Elle commença à descendre doucement suivit de ses deux compagnons. Les murs de l’escalier étaient couverts de peinture et de fresque intacte. Des scènes sublimes se dressaient devant eux. Les enveloppant lors de leurs descentes comme dans un tourbillon. Samaléone se figea et demanda qu’on éteigne les torches. Quand la chose fut faite. Elle trafiqua quelque chose dans le noir et d’un coup les murs s’illuminèrent. C’était une lumière diffuse, douce et bleutée. On avait l’impression que les murs suintaient de l’eau scintillante. On avait la sensation d’être sous l’eau.

Samaléone : « Incroyable, les murs on était peint avec un mélange de peinture et de Crystal des abysses. C’est une sorte de pierre précieuse trouvable dans les profondeurs qui émet ce genre de lumière. C’est magnifique » elle caressa le mur du bout des doigts et recommença sa descente.

Ils descendaient ces marches depuis 20 minutes déjà. Samaléone avec son sens de Soulen comprit qu’ils étaient arrivés au niveau de la mer, voire en dessous. L’escalier se termina enfin. Devant eux s’étendait une énorme pièce. Comme de l’eau qui se répand sur le sol, les murs autour d’eux s’illuminèrent. La pièce était rectangulaire. Le plafond était haut il s’alluma doucement à son tour. Un long canal s’étendait sur la gauche de la pièce. Samaléone s’approcha trempa un doigt dans l’eau noire et le lécha. Salé aussi ! Soit c’était une source de sel souterraine soit ce canal était relié à la mer. Elle n’arrivait pas à en voir le fond. Le conduit d’eau était au moins large de 6m. De quoi faire passer une petite embarcation. Il s’étendait sur la longueur de la pièce et disparaissait dans un tunnel obscur vers une destination inconnue.

Le reste de la pièce ressemblait à un centre de recherche pour alchimiste ou magicien. Des bureaux et des étagères un peu partout. Il y avait des trésors de recherche qui dormait ici, il faudrait plusieurs jours pour tout étudier ou recenser. Des semblants de pièce étaient dessinés dans l’immense salle grâce à des panneaux de bois modulable. C’est en traversant l’un deux que Samaléone tomba sur ce qu’elle cherchait.

Un bac rempli de sable blanc était posé sur le sol. Au-dessus grâce à des ficelles et une armature de bois le squelette l’attendait. Sublime, figeait dans le temps. La pièce était tellement grande que les personnes qui l’avaient fait reposer là avaient pris le luxe de l’étendre entièrement sans lui faire adopter une posture pliée. Elle marcha à coté, 1m…5m….14m…..30m. La créature faisait 30 mètres de long.  

La créature ressemblait à un serpent de mer, mais avec 4 puissantes pattes. Elle semblait bâtie comme un animal terrestre. Mais la forme de sa queue montrait bien une prédisposition pour le milieu aquatique. Des os longs et massifs dessiner majestueusement le contour de l’animal. Sa tête triangulaire, ses longues rangées de dents. Elle était la définition même du dragon des mers.

Samaléone ayant fait le tour était de nouveau devant elle. Ses compagnons légèrement en arrière elle décida d’assurer quelque chose avant de les appeler. Elle sortit de son sac une fiole de peinture noire et la renversa sur le crâne du squelette. Elle traça des cercles et d’étranges symboles sur l’avant du crâne avant d’appuyais son front contre ce dernier. Elle ne savait pas si sa magie serait suffisante. Elle ne pouvait pas échouer devant un spécimen pareil. Au même moment Mannus et la bibliothécaire arrivèrent dans l’espace où elle était. Ils virent Samaléone le front contre le crâne du fossile murmurant des choses.

Les grains de sable s’envolèrent doucement. Et les recouvrirent tous les deux. On ne distinguait pas ce qu’il se passait. Soudain un rugissement se fit entendre, il fit vibrer l’air et les os. Si puissant, comme si un mur d’air s’abattait soudainement dans la pièce.

Le sable retomba. Samaléone était assise le souffle court.

Samaléone : « J’espère que vous êtes d’accord avec notre affaire Soizic, lui il l’est »

Elle s’évanouit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Thimothée Mannus
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Sam 2 Fév - 19:36

Cette bibliothèque est vraiment pleine de surprise et je suis ravi de voir cet endroit qui me rappelais de si mauvais souvenir, se transformer en un immense terrain d'énigme, et cette porte dérobé en est une particulièrement intéressante. Je suis d'ailleurs assez impressionner par les connaissances de la pirate sur tout ce qui concerne la mer et la facilité avec laquelle elle a réussis à ouvrir le passage est assez époustouflante.

Je suis donc la Gorgoroth dans l'escalier avec une des torches qu'elle a sortit de son sac, et j'ai droit à une nouvelle surprise avec cette fluorescence des murs et ce canal d'eau de mer en plein dans la capitale. C'est une véritable révolution dans l'architecture de la cité, et l'exploration va sûrement prendre beaucoup de temps, mais d'un intérêt stratégique, cette rivière a une énorme valeur. Et je ne suis pas au bout de mon étonnement avec une salle gigantesque où se trouve un squelette de près de 30m de long, ressemblant à un reptile mais d'une taille complètement disproportionné.

Je vois Samaleone qui fais un petit rituel, encore une capacité dont je ne l'aurais pas cru capable. Je la laisse faire car, après tout, nous sommes arrivé dans les souterrains grâce à elle et à la fin de son rituel, après avoir énoncé une phrase bien mystérieuse, elle s’évanouit. Heureusement, j'étais proche d'elle à ce moment, et je la rattrape avant qu'elle puisse se faire mal en touchant terre. Je la porte dans mes bras avant de tourner vers la bibliothécaire :

Dame Soizic, vous avez de nombreux secrets cachés dans votre bâtiment, tellement que ça en est impressionnant. Avec votre accord, je vais remonter avec celle qui sa fait appeler la Dévoreuse, mais qui semble pour le moment bien mal en point. Bien entendu, tout ce qui se trouve ici vous appartient, mais je vous demanderai une chose, de garder l'existence de ce canal secret, cette voie d'accès au cœur d'Hesperia doit être sécurisé, afin d'éviter toute invasion par cette endroit. De plus, pendant que m'occupe de Damoiselle Sameleone, je vous demande de rester dans cette salle, je sais que je ne peux pas vous donner d'ordre, mais je m'en voudrais toute ma vie, s'il vous arrivais quelque chose.

Je remonte donc avec la jeune femme dans mes bras, et je suis accueillis par les membres du Dernier Cercle, mes gardes du corps royaux qui s'inquiètent immédiatement me voyant arrivé avec une personne inconsciente dans mes bras. Je les rassure, et je leur demande de préparer une couche pour y allonger la demoiselle. Ce fut très vite fais, et je dépose doucement mon fardeau, je demande également à Robert qui est le soigneur et également l'ainé du groupe de rester près d'elle. Bien qu'il ai une solide expérience dans les premiers soins, il est démuni face à une gorgoroth, car il ne voit même pas si elle respire, toutefois, il s'est déjà occupé d'une autre représentante de cette race, Ylivi et je sais qu'il fera de son mieux.

Une fois que je me suis assuré que la jeune femme est bien traité, je décide, accompagné de plusieurs soldats cette fois-ci, de redescendre à nouveau dans les sous sols. C'est donc accompagné du peloton Vaillance, comprenant Perceval Gallick qui a absolument voulu m'accompagner. Ils sont aussi impressionné que moi en voyant l'escalier, puis la créature dans cette pièce monumentale, mais je les enjoint à rester concentré sur les dangers potentiels et ils se ressaisissent très vite, comme les véritables professionnels qu'ils sont.

Je rejoins donc la Yorka et je lui dit ces quelques mots, en murmurant presque, tellement la solennité des lieux m'intimide :

Dame Soizic, si vous voulez explorer, je vous propose de le faire en compagnie de ces hommes qui sont des soldats d'élite. Je ne sais pas si je serais d'une grande aide, mais je me tiens également à votre disposition pour vous aider dans cette tâche. Acceptez-vous ma présence ?


Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Bibliothécaire ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Soizic Eyesgold
:: La Bibliothécaire ::
Soizic Eyesgold
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Lun 4 Fév - 12:13

    Soizic regarde de loin le mur jusqu’à voir la femme monter sur le rebord de la fenêtre pour lécher le vitrail… C’était dangereux bien que c’était là la solution. Après avoir fait couler un liquide, la bâtisse se secoua un peu avant que le mur ne s’effondre laissant apparaître un escalier en colimaçon. L’air frais que pouvait sentir la bibliothécaire ne la rassurait pas tellement. C’était un air chargé de sel. On lui passa une torche qu’elle alluma avant de commencer la descente jusqu’à ce qu’on lui demande d’éteindre sa lampe. Qu’est-ce qu’elle avait dans la tête ? Les murs s’illuminèrent autour d’eux d’une lumière bleu pâle, Soizic ne se sentait pas à son aise, elle avait l’impression d’être sous l’eau et de se noyer, la Dévoreuse semblait ravie de voir tant de choses, Soizic priait intérieurement pour arriver en bas. Au bout d’une demi-heure, ils arrivèrent dans une vaste pièce où l’odeur d’eau salée était encore plus forte. Soizic réprima un haut-le-cœur et se concentra sur ce qui l’entourait. Cette lumière bleutée était partout autour d’eux, ses oreilles étaient baissées et sa queue battait rapidement contre ses jambes. Elle resta en retrait, pendant que les deux autres avançaient comme émerveillés par l’endroit.

    L’odeur aurait été moins forte et il n’y aurait pas tout ce bleu, Soizic aussi se serait réjoui de voir tout cela, mais là, tout de suite, elle voulait remonter. Et pourtant les documents dans la pièce et toute la partie recherche éveillaient sa curiosité, mais elle n’était pas aussi forte que son envie de vomir. Les panneaux de bois dans toute la salle semblaient être positionnés pour cacher quelque chose.

    Elle vit du coin de l’œil Samaléone traficoter quelque chose avec le squelette, elle avança doucement vers elle se demandant ce qu’elle pouvait faire contre le crâne de la créature. Ce qui suivit la laissa sans voix, les grains de sables s’envolèrent et s’enroulèrent autour d’eux et puis un puissant rugissement avant que le sable ne retombe tout comme Samaléone, assise au sol qui lui parlait avant de s’évanouir. Le Roi la rattrapa avant de la prendre dans ses bras et de se retourner vers elle pour lui parler. Elle n’écoutait pas réellement, elle fit un signe de tête en sa direction et l’entendant monter les escaliers, elle se laissa tomber au sol sur ses genoux.

    Les mots de la Dévoreuse lui reviennent en mémoire « J’espère que vous êtes d’accord avec notre affaire Soizic, lui il l’est », elle regarda le squelette devant elle et se demande comment ils vont faire pour le faire sortir de la pièce. Elle tente de respirer mais ce n’est pas gagné, l’odeur de sel lui agresse le sens de l’odorat. En entendant des bruits de pas, elle se redresse et se dirige assez titubante vers une table près de sa position, elle s’y appuie et la voix du Roi lui parvient, il est près d’elle et lui parle d’exploration. En d’autres circonstances, elle en aurait bien rit mais là, elle n’en est pas capable. Sa queue ne bat plus, elle est raide, ses oreilles sont aplaties sur son crâne, la tête lui tourne. C’est d’une voix hachée qu’elle lui répond :


    - Ce serait avec plaisir… que j’explorerais cet endroit… avec qui… vous voulez… Mais pas… maintenant… Je vais… remonter… si… vous… n’y… voyez pas… d’inconvénient…

    Soizic le regarde la respiration rapide, se raccrochant au torse du Roi en se retournant vers la sortie pour éviter de tomber.

    - Désolée.

    Elle se recule de quelques pas et prend la direction des escaliers. Sa vision commence à se troubler quand elle parvient à la seconde marche. Elle s’appuie contre le mur pour tenter de reprendre ses esprits. Quand elle sent une main sur son épaule, elle rouvre les yeux et se redresse, elle presse le pas pour remonter au plus vite. La remontée lui prend quand même vingt minutes. L’odeur des parchemins la soulage immédiatement et elle reprend un peu des couleurs. Néanmoins, ses jambes ne la porte plus et elle s’effondre au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dévoreuse ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Samaléone
:: La Dévoreuse ::
Samaléone
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Mer 6 Fév - 22:58

Samaléone émerge doucement de son malaise, avant même d’ouvrir les yeux elle plaque la pointe de sa dague sur la personne au-dessus d’elle.

Robert : « Hum, excusez-moi, pourriez-vous retirer votre arme de ma gorge ? »

Samaléone : « Simple réflexe » elle se releva brusquement en rangeant son arme.

Samaléone : « Sublime, il était sublime. Cependant quelle quantité phénoménale de magie il m’a demandée…il faudra que je m’entraîne encore un peu plus. J’y retourne ! »

Elle sauta de la couche où elle était et repartit en direction de la salle secrète. Des soldats avaient déjà fermé un périmètre autour. Le roi avait sans doute vite compris l’intérêt stratégique de la zone. Si un canal souterrain menait droit à la capitale cela impliquer pas mal de choses au niveau de la défense de ce pays.

En arrivant en haut des escaliers elle eut juste le temps d’entendre quelqu’un arrivé pour voir s’effondrer la femme chat sous ses yeux. Que s’est-il passé ? Elle se dirige vers la jeune femme. Aucune blessure n’est visible ni aucun écoulement de sang. La femme tremble de tous ses membres. Les oreilles aplaties sur le crâne. Elle est tellement adorable songe Samaléone qui affectionne les chats. Elle la prend dans ses bras et la conduit à sa couche où elle était quelques instants plutôt. Le médecin du roi est encore là.

Samaléone : « Je vous ramène le chaton, je l’ai trouvé à bout de force et quasi inconscient au sommet des marches de l’escalier, moi j’y retourne »

Son fardeau déposé dans le lit elle retourne vite à la fameuse salle. Les soldats d’élite, semble-t-il, sont déjà en train de fouiller et sécuriser le périmètre. Quelques érudits sont même déjà en train d’étudier le document un peu partout dans la salle. Où est donc le roi ? Ah, le voilà

Samaléone : « Eh bien majesté quelle découverte. Je ne m’attendais pas à un spécimen aussi beau et aussi…massif. Je pense pouvoir assez rapidement découvrir où débouche ce canal il suffirait que je l’étudie quelques instants, mais logiquement…» Elle sortit une carte et traça à l’encre rouge plusieurs destinations possibles du canal



«…Il doit déboucher forcément sur une de ces zones. J’aimerais vous demander si c’est possible de démonter le squelette et de l’envoyer à mon navire. De mon côté je prendrais une barque et je descendrais le canal. Je suis habitué à naviguer seul. Il me faudra juste un bon stock de torche et de quoi vous écrire une lettre quand je serais arrivé de l’autre côté. Pour vous informer d’où mène ce passage. J’aimerais partis tous de suite. Ce qui signifie que je vous remercie pour votre aide et votre hospitalité. Dites au chaton que je lui enverrai le premier versement à la fin du mois. Le temps de…récupérer la somme à ceux qui n’en ont pas besoin. Vous avez un sens de l’accueil formidable. Je m’en souviendrais à l’avenir. Cela vous convient-il ?»


Dernière édition par Samaléone le Ven 8 Fév - 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Roi d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Thimothée Mannus
:: Roi d'Eridania ::
Thimothée Mannus
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Jeu 7 Fév - 17:53

Je suis surpris en voyant arrivé la jeune Gorgoroth, que j'avais ramassé inconscient, peu de temps avant. Elle arrive en plus avec une forme extraordinaire, comme si elle avait dormis d'un profond sommeil, ce qui, je sais via Ylivi, une autre membre de son espèce, est impossible, les morts revenant à la vie, n'ont pas besoin de repos.

Heureusement, je commence à être habitué à ses excentricités et c'est donc avec attention et bienveillance que je regarde son plan, et après réflexions, je pense qu'elle a sans doute raison:

Demoiselle Samaleone, vous avez une intelligence rare, je suis persuadé que votre théorie est juste, et je suis prêt à parier un dias que ce fleuve conduit au duché d'Arghanat, là ou se trouve déjà votre navire, les autres chemins sont beaucoup trop long ou alors traverse des rivière profonde ce qui est impossible car l'eau ici a gardé son côté iodé.

Je vous confierai donc une barque et autant de torche qu'il vous faudra, et bien sûr quelques bouteilles de vin que vous avez choisis. Je peux dès maintenant vous donnez le nécessaire d'écriture et je vais même faire mieux.


Je griffonne quelques lignes sur un parchemin, avant d'y apposer mon sceau et de lui tendre:

Comme je ne sais pas où vu allez débarquer, alors ce laissé-passez vous permettra de vous déplacer partout en Eridania, sans être inquiété. Vous pourrez même réquisitionner un cheval si besoin, puisque c'est précisé que vous êtes en mission pour ma personne. Je vais profiter de ce temps pour, avec l'accord de Dame Soizic, mais je suis d'arriver à la convaincre, vous envoyez le plus rapidement possible le squelette.

Mais votre départ est un peu précipité, je voulais fêter notre découverte avec vous et dame Eyesgold en vous invitant à dîner au Palais. Est-ce que vous êtes sûr de ne pas pouvoir rester au moins jusqu'à ce soir. Je vous laisse réfléchir, mais cela me ferais plaisir de diner en si bonnes compagnies.

Je vous laisse réfléchir, dans une heure environ, vous aurez le matériel que vous avez demandé, nous avons la chance qu'Herperia est traversé par un fleuve et que nous avons déjà des embarcations de disponibles ! Si d'ici là vous avez changé d'avis, n'hésitez pas à me le faire savoir.


Je laisse donc la non-terran en bas et remonte l'escalier, cette découverte m'aura au moins musclé les cuisses ! J'arrive donc au niveau de la Bibliothèque, mais je ne vois point la propriétaire des lieux. Renseignement pris, je comprend que cette dernière c'est évanouis et que c'est La Dévoreuse qui l'a gentiment apporté à notre soigneur.

Je me précipite donc dans le bureau de Soizic Eyesgold pour prendre de ses nouvelles. Je suis vite rassuré par Robert, qui près d'elle semble veiller sur son sommeil. Je lui fais signe d'aller chercher un repas pour quand sa patiente se réveillera et je prend sa place.

Une des couvertures ayant légèrement glissé, je lui remet en place et lui sert un verre d'eau, pour quand elle se réveillera. Puis je sélectionne un livre qui me parait intéressant, avant de m'assoir près de sa couche, attendant que la belle à la bibliothèque dormant quitte le pays des songes.




Thimothée Mannus
Roi d'Eridania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Bibliothécaire ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Soizic Eyesgold
:: La Bibliothécaire ::
Soizic Eyesgold
MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   Ven 8 Fév - 9:31

    La mer, toujours et encore la mer. Elle avait l’impression de se noyer, elle avait la sensation de couler au fond de l’océan sans personne pour la repêcher, elle se sentait mal mais elle ne devait pas le montrer. Elle se laissa aller une fois revenue dans la salle des parchemins, là, elle se sentait chez elle. Elle était seule ici, elle l’avait toujours été et avait toujours tout fait toute seule alors qu’elle n’avait pas été sa surprise quand elle s’était réveillée sur un matelas dans son bureau alors qu’elle n’avait pas eu le temps d’y parvenir… Soizic était un peu perdue, elle s’était relevée suite à un cauchemar, encore une fois. Surprise de nouveau quand elle vit le Roi d’Eridania lui tendre un verre d’eau.

    Après la surprise passée, elle se leva et alla s’asseoir à son bureau. Elle ne devait pas montrer de faille, ils avaient déjà un moyen de pression sur elle s’ils le désiraient, pas la peine d’en rajouter une couche. Installée, elle commença à rédiger un parchemin permettant aux équipes du Roi d’entrer dans la Bibliothèque à leur guise. Elle s’enquit de la Dévoreuse mais se doutait qu’elle devait être de retour dans la pièce secrète puis elle posa la question qui lui taraudait l’esprit : qu’allaient-ils faire du tunnel ? Le Roi lui répondit qu’ils allaient voir où ils menaient et qu’ensuite, ils fermeraient l’accès de la Bibliothèque. Soizic ne put s’empêcher de soupirer, voilà qui était une bonne chose, elle pourrait s’occuper de cet endroit, elle pourrait y investir un laboratoire de recherche mais d’abord, il lui faudrait s’occuper de cette odeur de sel marin. Elle finit d’écrire le parchemin et le tendit au Roi en se plaçant devant lui.


    - Voici un laisser passer pour vos équipes afin qu’ils puissent prendre tout ce qui les intéresse dans le sous-sol ainsi que l’accord pour déplacer le squelette. Je suis désolée mais je ne serais pas capable de redescendre pour m’en occuper moi-même. Puis-je vous en laisser la charge ?

    Cela ne lui plaisait pas. Elle lui serait redevable et sincèrement, elle n’aimait pas être redevable envers qui que ce soit mais elle était capable de reconnaître qu’en l’état actuel des choses, il ne lui était pas possible d’assurer pleinement la mission qui lui avait été confié. Elle acceptait volontiers de faire sortir le squelette du sous-sol mais elle n’avait pas la force de redescendre et de s’en occuper elle-même. Elle préférait laisser ce travail à quelqu’un qui ne s’évanouirait pas au bout de quelques temps de travail. Il n’y avait qu’elle qui semblait aussi touchée par cette odeur. Peut-être parce que depuis le temps, beaucoup de sel s’était accumulé et puis l’odeur s’était sans doute incrusté dans les meubles et les feuilles. La pièce était fermée, l’humidité avait prit beaucoup de place dans la salle. Il lui faudrait créer une porte d’ailleurs. De plus en plus de travaux traversaient son esprit, elle n’en voyait pas la fin. Dans tous les cas, cette pièce ne serait pas rendue publique. Peut-être en ferait-elle sa chambre également quand elle aurait réglé tous les autres problèmes de la bâtisse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soif de connaissance [Samaléone/Mannus]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Marie a soif de savoir [Terminée]
» Edhelran, Pyeron l'elfe errant
» Your guardian angel {pv Thomas of Norfolk}
» Une petite soif [LIBRE]
» Gahara a soif de sang!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Eridania, le pays aux mille culturesTitre ::  Les Gorges de ParamisTitre :: • Le Fleuve Oléra-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !