Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 7
• Eclaris: 6
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 5
• Nérozias: 6
• Gélovigiens: 5
• Ascans: 2
• Marins de N.: 7
• Civils: 21

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Langdum Mois:Cladil
[Mai/Juin en temps réel]

Tableau d'honneur

Allaatkasik
Profil
Fiche

Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Deirdre Luberym
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym
MessageSujet: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeMer 20 Fév - 22:43

Troisième étage. Son salon privé. Deirdre était dans les appartements de son hôtel, debout, un verre de vin à la main, devant un feu de cheminée, le regard rivé sur un tableau qui prônait juste au-dessus. Cela représentait la cité sous un ciel aussi étoilé que ce soir là. Tout était un jeu d'ombres et de lumières, aussi froid que chaleureux. Il était presque difficile de discerner la volonté de son auteur, si ce n'était de montrer simplement la brute vérité, sa dualité. Vous auriez facilement compris qu'elle était elle-même la peintre de ce paysage. Si elle se tenait là, seule, c'était uniquement parce qu'elle attendait de la compagnie.

En effet, bien plutôt dans la journée, la jeune femme avait fait en sorte de faire parvenir une invitation à un dénommé Serre Mordstreicht. Elle avait rencontré le gorgoroth quelques jours plus tôt dans son musée, où il avait été question de racheter une authentique armure de l'ordre d'Oris. Ce dernier lui avait fait bonne impression et semblait avoir de nombreuses histoires à raconter - sans compter qu'il pouvait encore posséder des choses à marchander. Il aurait été dommage de ne pas entretenir ce lien qui pourrait leur rapporter à tous les deux. Des dias contre des petits trésors. Un bon marché, non?

Ce fut dans cet honorable objectif que la demoiselle avait invité ce dernier dans l'hôtel où elle logeait pour un dîner "d'affaire", et elle souhaitait faire bonne impression. Un de ces domestiques s'était chargé de le retrouver et de lui faire part de son invitation, en lui remettant un petit carton où se trouvait l'adresse mais aussi qui pourrait lui permettre de passer sans encombre.

Toujours devant le foyer, elle vida son verre avant de le poser sur une petite table basse - il y avait deux grands fauteuils en velours rouges devant la cheminée, la table entre les deux sièges.  Ce fut à cet instant que l'on toqua à la porte. Là, un domestique lui annonça l'arrivée de son invité.

" Ha!! Monsieur Mordstreicht! Je suis ravie que vous ayez accepté mon invitation. J'espère que vous allez bien depuis notre première rencontre? "

Deirdre sourit et désigna rapidement le siège près de la cheminée.

" Un verre? "



Dernière édition par Deirdre Luberym le Dim 9 Juin - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'écorcheur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Serre Mordstreicht
:: L'écorcheur ::
Serre Mordstreicht
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeJeu 21 Fév - 14:57

J'étais passé il y a quelques heures devant l’hôtel, histoire de voir la gueule du truc. Au début, je songeais à me ramener sapé comme d'habitude puis j'ai vu la gueule du bâtiment, je suis retourné chez moi, j'ai pris un bain et j'ai enfilé mes plus belles frusques.
Après, tout est à mettre en relief ; mes plus belles frusques c'est un truc qui serait vraiment limite pour... par exemple squatter la cour de sa majesté Mannus, parce que ça reste une tenue élégante mais avec une certaine praticité inhérente à ma condition de chevalier.
Je me regarde dans le miroir du vestibule ; la chemise rouge sombre, le pantalon noir, le bracelet de cuir à mon poignet pour mettre en valeur ma peau très blanche et ajouter un petit détail qui vient perfectionner le tableau. J'ai une grimace ; je suis élégant, mais j'ai l'impression d'être un duelliste de la cour du roi plus qu'un chevalier en maraude.
Bah, je suis propre, je sens bon (merci le savon) et j'ai toujours une épée à la ceinture. Techniquement je suis déjà plus baisable que les neufs dixièmes du royaume, on va pas râler parce qu'il me manque le dernier accessoire à la mode comme la fausse verrue sur le pif ou la boucle d'oreille rouge qui pend au lobe d'oreille comme une couille.

-Messire, dame Luberym vous attend au troisième étage dans son salon privée. Je reprends une allure plus formelle. Puis suit le domestique.

Vous savez, je pourrai faire un commentaire dégueux sur par exemple, le fait que tout soit trop propre et que je me demande quel donjon de l'horreur pourrait abriter certaines pièces. Ou alors lancer une blague salace sur les tons beiges des murs. Mais je vais juste énoncer une vérité sur Lube ; elle a un bon cardio vu les trois étages à escalader. Quand j'en vois qui sont déjà en sueur au bout de deux étages, je ne peux qu'être satisfait de ma condition physique exemplaire.
Pas une goutte de sueur, pas un signe de fatigue.
On m'annonce. On m'invite à prendre un verre après les présentations d'usage ; baise main, salutations, petit commentaire appréciatif sur les lieux, les mondanités classiques. Puis vient la question de la boisson.

-Avec joie. Elle me sert une bouteille toute sympathique que j'identifie comme une vendange tardive au goût sucré du spiritueux.

Le genre de truc qui se boit comme de l'eau. Je m'installe dans le siège à côté du foyer, même mort je peux encore sentir la douce chaleur de la cheminée.

-Une bouteille d'ouverte il y a trois jours, une autre aujourd'hui, vous devez avoir une très belle cave pour me faire tant d'honneur. Les vendanges tardive c'est du luxe, et ça se consomme sans modération.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Deirdre Luberym
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeVen 22 Fév - 1:27

La jeune femme prit place au même instant que son convive et se remplit un nouveau verre avant de le regarder en souriant.

" Sachez mon cher que je suis capable de me montrer généreuse envers les personnes qui me font bonne impression et j'aime à partager de bonnes choses avec ces dites personnes. "

Deirdre leva son verre avant d'en prendre une gorgée, avant de tourner à nouveau son attention vers Serre.

" Je suppose que vous vous demandez pourquoi je vous ai fait venir? Ne tournons pas autour du pot car je n'aime pas perdre mon temps et je me refuse de vous perdre le vôtre. "

La gorgoroth s'avança légèrement de son siège afin de poser sa coupe sur la table basse et se pencha en direction du Yorka, posant ses coudes sur genoux. On pouvait voir les flammes danser dans ses prunelles ambrées qui donnait presque l'impression que ce regard avait quelque chose de vivant.

" Lorsque nous nous sommes rencontrés, vous m'avez dit que vous aurez peut-être d'autres reliques qui pourraient m'intéresser. Je suis intéressée. "

Un large sourire malicieux se profila sur ses traits pâles avant qu'elle ne s'enfonça une nouvelle fois dans son fauteuil. Si la jeune femme n'était plus à même de voler ce qu'elle désirait comme autrefois - faute d'une main moins habile et plus métallique - elle avait néanmoins réussi à conserver un réseau afin de revendre reliques et autres bibelots à qui voudrait bien payer - sous couvert de quelques escroqueries, il fallait bien se faire une marge, non?

" Est-ce que cela vous dirait, de temps à autre, de me ramener des petits choses? Comme dans le genre de votre armure? Cela pourrait vous permettre d'arrondir vos fins de mois et moi de pouvoir compter sur des personnes capables de me rapporter des objets susceptibles de faire mes affaires. Bien évidemment, je vous paierais comme pour l'amure à moins que vous désiriez autre chose? Je suis ouverte aux négociations. "

Deirdre se saisit de la bouteille et remplit le verre de Serre, ainsi que le sien.

" Qu'en dites-vous? "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'écorcheur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Serre Mordstreicht
:: L'écorcheur ::
Serre Mordstreicht
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeVen 22 Fév - 17:34

Elle me sort les frivolités habituelles des réunions d'affaires, qu'on ne souhaite pas me faire perdre mon temps, qu'il y a une offre, bref, le petit cérémoniel universel à tout ceux qui sont des gens de la bonne société. La bonne, pas la haute ; on trouve des cons même dans la haute, surtout dans la haute puisque dans la basse quelques claques suffisent à les mettre au pas. Je me retiens de vider mon verre d'une traite, mimant l'amateur de vin éclairé et le gentilhomme de bonnes mœurs alors que je crève d'envie de me mettre cher avec la bouteille. C'est que les cuites au vin, même si elles font mal le lendemain, elles sont les meilleures sur l'instant, surtout en bonne compagnie. Tellement plus distingué que de dire qu'on s'est torché avec le mélange d'eau, de rhum et de citron que les marins boivent pour éviter le scorbut.

-Ça me convient parfaitement.

En même temps, j'ai beau être un gorgoroth, je suis surtout un chevalier et un bretteur chevronné. Je ne vais pas faire le malin à discuter les prix avec une antiquaire et chasseuse de trésors d'élite quand j'arrive à peine à évaluer le prix d'une casserole. Je ne vais pas apprendre à Deidre son métier.

-Toutefois, j'aimerais savoir si je ne pouvais pas troquer le paiement contre... Une partie de votre savoir. Il y a autre chose que j'aimerais savoir mais bon... Hem, si elle est télépathe et que je le pense trop fort ça va jaser. Cela va faire longtemps que je n'ai pas eu l'occasion de parler des derniers siècles avec des esprits éclairés en la matière. Je lui donnerai bien son âge mais bon, je vais pas le faire pour deux raisons ; elle fait jeune et on ne demande pas son âge à une dame. Double excuse pour ne pas poser la question qui fâche chez les morts-vivants. Je me demandais si vous aviez du temps pour ressasser les souvenirs.

En fabriquer aussi, ça serait cool.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Deirdre Luberym
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeVen 22 Fév - 18:39

Lorsque Serre accepta sa proposition, le sourire de la gorgoroth s'étira. C'était une formidable bonne nouvelle, d'autant plus qu'elle était habitée par un étrange bon pressentiment face à ce yorka. Peut-être était-ce parce que lui aussi était passé de l'autre côté du fleuve comme on disait. Ou tout simplement parce qu'il avait l'air d'être un homme de parole. Voilà bien quelque chose qui la changerait.

Mais voilà, comme elle pouvait s'y attendre lorsqu'on laissait une ouverture dans des négociations, la perche tendue était souvent prise pour tenter de gratter quelque chose. Cependant, Deirdre arqua un sourcil d'étonnement quand le cavalier lui exposa sa demande... avant de sourire à nouveau.

" Mon cher Serre... si vous me permettez de vous appeler par votre prénom, vous êtes un homme surprenant. Je n'aurais pas imaginer que vous seriez de ceux qui aiment converser mais sachez que c'est avec plaisir. "

La jeune femme prit son verre et but une nouvelle petite gorgée.

" Je dois avouer que je n'ai pas beaucoup l'occasion de parler non plus... enfin... d'autres choses que mes affaires j'entends. Cela pourrait un peu me changer l'esprit. "

La propriétaire des lieux se releva avec nonchalance de son siège, avant de faire un signe à son invité qu'il n'était pas obligé d'en faire autant, même par politesse. Elle se dirigea vers la porte et tira sur une cordelette qui fit tinter une cloche. En moins de cinq minutes, quelqu'un vint toquer et Deirdre donna des instructions dans l’entrebâillement de la porte avant de revenir vers Serre.

" J'espère que vous avez faim? Mes domestiques vont nous monter le repas d'ici une vingtaine de minutes. En attendant, nous pouvons discuter de choses plus légères. "

La gorgoroth se laissa tomber sur son fauteuil.

" Alors dites-moi.... que voulez-vous savoir? "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'écorcheur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Serre Mordstreicht
:: L'écorcheur ::
Serre Mordstreicht
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeVen 22 Fév - 21:24

Qu'est-ce que je veux savoir ?
Des choses sur elle, histoire de m'assurer que ce soit une bonne associée, mais aussi des anecdotes d'il y a fort longtemps, quand les choses étaient plus simples et peut-être plus manichéennes. A une époque où il suffisait de se battre pour vivre et que la situation ne semblait pas aussi ridiculement complexe qu'elle ne l'était aujourd'hui. Des complots partout, des machinations des dieux, des intrigues dans les bas fonds de la cité, à moins que ce ne soit moi qui ait ouvert les yeux sur tout les enjeux qui se tramaient à travers le monde?

-Je suis honoré de savoir que je suis invité à dîner, tout mes remerciements. Plus que de la politesse, je suis touché de voir qu'on peut encore être invité à manger chez quelqu'un à cette époque. Je sais que ça va sembler enfantin et carrément gamin de poser cette question mais... Vous étiez chasseuse de trésor à une époque? A explorer des ruines et à déjouer les pièges laissés par les anciens propriétaires de toutes les reliques que vous avez trouvé? Je dois admettre avoir plutôt côtoyé les dépositaires et gardiens des trésors que ceux qui étaient sur leurs traces. Je me permets d'ajouter sur un ton plus curieux, un brin naïf. Vous y croyez vous, aux rumeurs de fontaine de jouvence quelque part sur le continent?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Deirdre Luberym
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeSam 23 Fév - 1:00

Alors qu'elle proposa à Serre de lancer les hostilités en matière de questions, la jeune femme reprit place dans son fauteuil afin d'être plus à l'aise, tout en remplissant à nouveau son verre qu'elle vida d'un trait. Il fallait se mettre raisonnablement en condition. Lorsque ce dernier lui demanda si elle était chercheuse de trésor avec une part un peu ingénue, Deirdre étira un sourire amusé. Elle trouvait cela adorable d'être vue de cette manière. Mais après tout, il n'avait pas trop. La seule différence était qu'elle gardait les trésors pour elle plutôt que de les remettre à la communauté.

" J'aurais beaucoup aimé avoir ce titre, mais j'ai bien peur de devoir vous avouer que j'étais une femme moins honorable que cela. Bien que j'ai tenté de l'être. "

Deirdre croisa les jambes et prit un air un peu pensif. Quelques souvenirs refaisaient surface, de ceux qu'elle pouvait encore juger comme bons, ceux qui lui rappelaient que d'être vivant était exaltant.

" J'ai d'abord été modestement une portraitiste, avant de me rendre compte que je ne pourrais jamais vivre de mes peintures. J'ai choisi une voie moins légale en voulant m'accaparer des objets que je ne pourrais pas avoir. Ou plutôt, déposséder des gens à qui cela ne manquerait pas. Les choses qui étaient des trésors pour moi étaient des breloques pour eux. Parfois même je les remplacer par des contrefaçons que je fabriquais moi-même. C'était plutôt amusant. "

Un large sourire apparut sur le visage de la gorgoroth.

" Cela me demandait beaucoup d'imagination et de culot. J'ai pu mettre la main sur des choses tellement variées : des bijoux, des échanges de tableaux, des coffres...  Mais la vie en a décidé autrement. "

A cet instant, la jeune femme agita sa main de métal tout en faisant tournoyer le vin de son verre. Sans l'instrument de son travail, difficile de pouvoir faire les choses avec dextérité.

" Mmmm... la fontaine de jouvence... "

Ce fut à nouveau une expression pleine de réflexion qui s'afficha sur le visage de la commerçante.

" Pour être honnête, j'ai des doutes mais... j'ai entendu parlé qu'il y avait en vente sur le marché noir une potion capable de vous faire redevenir jeune comme un adolescent. Peut-être que les rumeurs sont nées de là? Enfin... nous, nous ne sommes pas tellement concernés par ce problème. A moins que vous en ayez besoin pour quelqu'un de votre connaissance? "

Ne sachant pas si sa question était trop personnelle et si elle méritait une réponse, Deirdre, afin d'éviter le moindre blanc dans la conversation, enchaina aussitôt par des interrogations.

" Et vous Serre? Vous étiez donc un chevalier? Cela veut dire que vous auriez pu me mettre aux arrêts si nous nous étions croisés dans nos anciennes vies! Haha! "

Deirdre se mit à rire avec légèreté. Peut-être que les verres de vins commençaient à faire leur office...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'écorcheur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Serre Mordstreicht
:: L'écorcheur ::
Serre Mordstreicht
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeDim 24 Fév - 22:45

-Vous inquiétez pas Deirdre, si je tout ce que j'étais censé rapporter au seigneur finissait dans les poches de mon suzerain, je n'aurais pas un fief aussi conséquent.

Puis elle montre sa main mécanique, suscitant en moi une vague de dégoût qui se transmet à mon visage. J'ai en horreur les injustices, voir une femme mutilée est la pire chose qu'il m'est donné à quelques exceptions près, peut-être qu'elle l'a mérité, peut-être que non, dans le doute je pars du principe qu'aucun mal ne devrait être fait à une femme. A celle-la en particulier ; les gens bien éduqués deviennent rares, alors, si on pouvait éviter de les abîmer ça serait sympa. En particulier les anges, surtout les anges.

"Une potion capable de vous faire redevenir jeune comme un adolescent. Peut-être que les rumeurs sont nées de là? Enfin... nous, nous ne sommes pas tellement concernés par ce problème. A moins que vous en ayez besoin pour quelqu'un de votre connaissance? "

Cynthia, d'ici quinze ou vingt ans là oui, ça sera utile pour elle, mais je m'égare. Je m'égare beaucoup même, surtout en présence d'une si belle dame.
Comme si elle lisait dans mes pensées, elle vient gentiment me rappeler à l'ordre en me parlant de chevalerie et du fait qu'à une époque donnée, j'avais dû être un sympathique paladin naïf et pétri de bonnes intentions. Ce qui est assez proche de la réalité de l'époque ou j'étais un membre de l'ordre d'Oris.

-A une époque, oui. Aujourd'hui j'ai appris que la justice des hommes n'est pas nécessairement la meilleure, surtout quand il s'agit de certaines personnes. Je récompense toujours mes frasques, elle a changé de métier. Aujourd'hui ce serait déplacé que de vouloir vous mettre aux arrêts, mais il est vrai que je suis toujours chevalier à ce jour. Même sans seigneur à servir. Il était temps d'ailleurs, l'indépendance est une chose magnifique. Mon ancienne vie ne me manque pas pour être franc, je ne sais pas ce que vous en pensez de votre côté. La liberté de pouvoir choisir qui l'on fréquente, qui est digne d'amitié, d'amour, loin des intrigues politiques. Comment trouvez-vous votre après vie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Deirdre Luberym
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeLun 25 Fév - 0:08

Lorsque Deirdre agita sa main, la grimace de son compagnon ne lui échappa pas. Elle ne sut si le dégoût provenant de l'image même de cette main métallique ou bien ce que cela pouvait dissimuler. Il y avait bien longtemps que cela ne lui faisait plus rien - où qu'elle le dissimulait derrière des sourires carnassiers. Il fallait dire que cela remontait à plusieurs siècles... et que sur le fond, elle ne se souvenait pas de comment cela était arrivée puisqu'elle avait repris connaissance après son amputation.

Les questions s'enchainèrent, les verres aussi... jusqu'à la question où il y aurait tant de chose à dire, tant de chose à avouer, tant de chose à refouler.

" Mon ancienne vie ne me manque pas pour être franc, je ne sais pas ce que vous en pensez de votre côté. La liberté de pouvoir choisir qui l'on fréquente, qui est digne d'amitié, d'amour, loin des intrigues politiques. Comment trouvez-vous votre après vie? "

Les étincelles dans les yeux de la jeune femme vacillèrent... ou peut-être n'était-ce que les flammes de l'âtre? En tout cas, son sourire s'affina pour dessiner une expression un peu plus amère. En soit, la question ne la gênait pas mais cela lui rappelait tout le chemin parcourut pour en arriver là où elle se trouvait.

" Mmmm... Vous savez Serre, je possédais déjà toutes ces libertés de mon vivant. J'ai toujours été une femme très libre. Pas de famille. Pas d'attache. Aucune règle à suivre si ce n'est celles que je m'imposais. C'est toujours le cas aujourd'hui. "

Ce fut à cet instant qu'ils furent coupés dans leur conversation. On toqua à la porte et plusieurs domestiques entrèrent, apportant leurs repas sous cloche. Là, ils disposèrent le tout sur la table à manger présente en moins de temps qu'il n'en fallut pour le dire. Ils posèrent ce qui devait être l'entrée en premier lieu, avec serviettes et couverts. Le reste des plats furent poser sur un coin de table. Pour la boisson, le vin qui les accompagnait déjà ferait l'affaire. Il partirent tous en silence en laissant la maîtresse de maison en compagnie de son incité.

" Ha! Notre dîner. "

Deirdre se leva nonchalamment et présenta la chaise à Serre afin qu'il la rejoindre. Une fois assise, elle reprit néanmoins leur conversation.

" Bon appétit. Mais pour en revenir à votre question, je dois dire que je ne suis toujours pas satisfaite de ma vie. Je suis une femme difficile à combler. "

Le sourire de la gorgoroth s'étira alors qu'elle entama sa première bouchée.

" Je me suis beaucoup battue de mon vivant pour devenir quelqu'un... j'ai dû tout reprendre à zéro après ma mort, et je dirais même que cela a été plus difficile encore. Même si je jouis de tout ceci aujourd'hui, cela ne fait pas mon bonheur... bien que cela a tout de même de bon côté. "

Elle reprit son verre.

" Et vous? Votre liberté vous a permis de trouver des personnes dignes de votre amitié et de vos sentiments? Si tel est le cas, donnez moi votre recette parce que dans mon cas, cela a causé ma perte. Donnez moi une breloque, je serais capable de vous donner son juste prix. Mais donnez moi un homme, il y a de forte chance que j'y laisse quelques plumes. "

Alors qu'elle prit une nouvelle bouchée de son plat, elle regarda de ses yeux dorés son camarade avec intérêt.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'écorcheur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Serre Mordstreicht
:: L'écorcheur ::
Serre Mordstreicht
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeLun 25 Fév - 20:10

Amertume, nostalgie? Je ne sais trop comment interpréter ses paroles alors que le repas est annoncé, tout servi sous cloche et en même temps. J'imaginais presque un service royal avec les différents plats qui viennent après les autres mais je ne vais pas râler. C'est de la nourriture gratuite après tout, aussi gueux cela puisse-t-il paraître, je suis quand même un fils de paysan à la base. Tu parles d'une ascension sociale fulgurante ; de cul terreux à chevalier prenant le dîner chez une chasseuse de trésors. Manquerait plus qu'un petit poste chez... Chez le roi tiens, tant qu'on y est à voir les choses en grand.

-Miam. Elle me lance qu'elle n'est pas toujours satisfaite de sa vie.

Toujours?
Des gens sont parfois incertains de la qualité de vie qu'ils ont, d'autres au contraire se contentent de peu. Pour ma part et ayant connu ce que c'était de se partager une couverture avec un camarade (et pas un joli, un gros barbu qui puait la mort à cause des combats), un endroit ou dormir qui protège du vent et de la pluie me convient déjà pas mal. Le lit, le repas au réveil et la demoiselle c'est en option. Surtout la demoiselle, la demoiselle elle va réveiller en pleine nuit comme quoi je ronfle, que c'est un lit une place puis quand je lui dirai de fermer sa gueule parce que j'ai besoin d'être en forme pour déglinguer des pirates le lendemain, elle s'en ira en me traitant de goujat.
Finalement la demoiselle c'est même pas une option mais une difficulté dont je me passerai sans commenter.

-L'argent ne fait pas le bonheur, mais le bonheur ne remplit pas l'assiette. Comme dirait un ménestrel du désert.

Bien sûr, on nous dira qu'en tant que Gorgoroth il n'y a plus guère intérêt à se plaindre, que nous n'avons plus besoin de manger, boire, dormir, que nous n'avons qu'à nous préoccuper de notre tête pour rester en vie. Mais, à quoi ça sert de vivre si on a plus de plaisirs? Evidemment je tire une certaine gratification de mes actions, de mes sacrifices, de mes réussites, mais parfois se poser avec un verre de vin devant l'âtre reste un bon divertissement. Une façon de s'évader.
Quant à ce que j'ai pu trouver grâce à ma liberté.
Ma sœur?

-C'est à ma mort que j'ai eu la chance de reconnaître ma sœur, de la comprendre. Mais, serais-je en train de distinguer une pointe d'intérêt dans les yeux de Deirdre? J'attaque l'entrée et constate qu'on ne s'est pas fichu de nous. Pour trouver la valeur des gens il faut les tester et les voir dans les situations les plus extrêmes ou les propositions les plus absurdes, on apprend beaucoup des gens en discernant leurs limites. Un moyen très simple de connaître la nature quelqu'un est de le voir ivre. Je... J'allais lui suggérer de nous resservir puisque nous avons tout les deux finis nos verres, mais la bouteille est vide. Meh, la première tragédie de la soirée tiens. Plus de bibine. On découvre la cave à vin après le repas ou alors fait-on preuve de raison?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Deirdre Luberym
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeLun 25 Fév - 22:48

Deirdre fut satisfaite de voir son camarade apprécier le repas. Il fallait dire que les saveurs perdaient de leur intérêt une fois mort, on ne les appréciait plus autant. Non pas que l'on ne le désirait pas, mais le corps n'y voyait plus aucun intérêt. Tout ce qui était agréable perdait de son charme : le goût d'une fraise, le parfum d'une rose, la caresse d'un homme, le son d'une bonne mélodie... Toutes ses choses n'étaient plus ressenties avec l'intensité du vivant. Il fallait jouer à d'autres jeux pour cela, même si les souvenirs parfois demeuraient dans chaque fibre de vos muscles. Pendant quelques secondes, on se rappelait des bonnes choses. Pure illusion. Agréable cependant.

Naturellement, la gorgoroth renvoya les mêmes questions à son acolyte, curieusement de connaître ses propres positions sur le sujet.

" C'est à ma mort que j'ai eu la chance de reconnaître ma sœur, de la comprendre. "

Oh? Sa sœur? Parlait-il de la jeune femme expiranti? Quelle ironie. Se comprendre une fois que la mort vous avez fauché.

" Mieux vaut tard que jamais. Personnellement, la mort ne m'a apporté comme unique révélation que le fait que je choisissais mal les personnes à qui accorder ma confiance. "

Tout en finissant son entrée, Deirdre eut un petit sourire ironique, et continua à écouter avec attention son compagnon défunt.

" Pour trouver la valeur des gens il faut les tester et les voir dans les situations les plus extrêmes ou les propositions les plus absurdes, on apprend beaucoup des gens en discernant leurs limites. Un moyen très simple de connaître la nature quelqu'un est de le voir ivre. Je... "

La jeune femme se rendit compte qu'il n'y avait plus de vin au même instant que Serre.

"  On découvre la cave à vin après le repas ou alors fait-on preuve de raison? "

Une expression malicieuse se dessina sur les traits pâles de la commerçante.

" Ho! ho! Vous découvriez bien rapidement Serre que je ne suis pas une femme raisonnable. "

Deirdre recula délicatement de son siège avant de se diriger vers ce qui semblait être une modeste bibliothèque. D'un regard, elle paraissait chercher un livre en laissant parcourir sa main valide sur les reliures jusqu'à ce qu'elle se stoppa et appuya sur ce dernier. Un tout petit clic se fit entendre : une niche secrète. Il fallait dire que la jeune femme s'amusait à dissimuler des petits choses un peu partout, au cas où. Dans cette cachette là, il y avait tout simplement une bouteille de liqueur cimmérienne, dans une bouteille en verre élégante comme on pouvait en imaginer dans les bars des aristocrates.

" Je pense que cela pourra nous contenter. Cela nous réchauffera le palais. "

La gorgoroth revint à table, tout en prenant l'initiative d'apporter elle-même le plat principal qui avait été mis de côté à Serre. Quant à la bouteille, elle la posa à disposition pour pimenter leur conversation.

" Où en étions-nous? Ha oui! Vous me parliez d’enivrer une personne pour le connaître? Si seulement cela avait pu suffire dans mon cas. "

La jeune femme continua son repas.

" Voyez-vous, la personne qui m'a conduite au trépas, était mon partenaire de toujours. Nous faisions les quatre cents coups comme on dit, et dans nos manigances, nous nous devions d'avoir une parfaite confiance en l'un comme à l'autre. On avait choisi de nous ranger pour mener une vie plus.... simple nous dirons. Je connaissais mille facettes à cet homme, mais visiblement pas la plus vile et elle n'était pas trahie par la boisson. Cela m'aurait épargné bien des tourments. "

Ce fut à cet instant que Deirdre agita la main comme pour balayer le sujet de sa tête.

" Cette histoire n'est pas très intéressante. Par contre la vôtre me surprend. Il est rare de rencontrer un gorgoroth qui ne possède pas de ressentiment face à sa mort. A vous écouter, cela vous a plutôt libéré, je me trompe? "

Le sourire revint sur le visage de Deirdre aussi vite qu'elle ne remplit son verre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'écorcheur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Serre Mordstreicht
:: L'écorcheur ::
Serre Mordstreicht
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeMar 26 Fév - 22:19

De la liqueur.
C'est bien une femme.
Quoi?
La liqueur c'est de l'alcool et beaucoup de sucre pour dissimuler le fait qu'on s'esquinte, pourquoi avoir besoin de sucre quand on peut directement taper dans la vodka et autre spiritueux bien agressifs? Je ne dis rien toutefois, ça ne dénote pas avec le ton de la soirée c'est l'essentiel.

-Parfait, ça s'accordera bien avec la suite du repas.

En vrai, à partir d'un certains taux d'alcool dans le sang tout s'accorde avec tout, les crêpes arrosées à la tequila, le bourbon sur l'entrecôte, le grand marnier sur la salade. Tout ça n'a plus aucune importance à partir du moment où on est suffisamment éméché pour ne plus réaliser tout ce qui se passe.
Puis Deidre vient me parler de son grand amour, le type bien, jusqu'à ce qu'il la trahisse évidemment. Les gens se confient rarement sur les histoires heureuses, pourtant alors qu'elle se ressert un verre de liqueur, c'est ce qu'elle m'incite à faire, à parler de ma mort, de ce que ça m'a apporté.

-Quand j'étais jeune, j'étais mercenaire, comme mon père, comme mon grand père, comme mes ancêtres. C'était une existence très dure, mais j'étais heureux, puis un jour j'ai défié en duel et vaincu le bon type, l'écuyer d'élite d'un chevalier de l'ordre d'Oris. J'ai pris sa place et suis devenu chevalier peu après, pourtant... Ce n'était pas vraiment ce que j'appréciais, devoir baisser les yeux à cause du sous nombre, ne faire régner la justice que chez les pauvres, ne s'attaquer qu'aux petits criminels isolés. Je suis mort en emportant avec moi autant de Ladrinis que je pouvais à Themisto, puis ensuite à ma résurrection... Pour faire simple, disons que ma sœur et moi nous étions réconciliés et que j'étais devenu un cavalier de Sharna. Je prends une gorgée de liqueur. Navré pour ce qui vous est arrivée. Mais oui, vous avez raison, ma mort a été une libération pour moi en un sens. Je peux me concentrer sur mes idéaux, mes actes, je ne suis plus asservi par des besoins terrestres. Je lui rends son sourire. Mais quelque part, toutes ces petites choses humaines me manquent ; devoir se préoccuper de son avenir, se plaindre de ne pas avoir le temps, le partager avec une femme. Cela me semble aussi lointain que proche.

A trop s'accrocher à ses souvenirs, ne finit-on pas par les ériger en tant que monument glorieux d'une vie passée?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Deirdre Luberym
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeMer 27 Fév - 23:00

La gorgoroth écouta avec beaucoup d'attention Serre, tout en mettant mentalement la rétrospective de sa propre vie en comparaison avec la sienne. Il fallait dire qu'ils n'avaient rien en commun, cela en était presque amusant, une sorte de jeu des sept différences. Si le yorka pouvait retracer sa généalogie, cela était impossible pour Deirdre. Il n'y avait aucun acte de naissance. Sa mère, visiblement morte en la mettant au monde seule dans l'anonymat le plus complet. Son père? Une énigme. Son nom? Il apparaissait sur une vieille lettre retrouvée dans les ruines de sa maison, là où elle fut trouvée. Il y avait peu de chance que cela soit le sien. Quant à son prénom, l'ironie voulait qu'il signifia "douleur". Elle était un fantôme... si on omettait de toute façon qu'elle eut vécu des siècles en arrière.

" Vous avez mener une vie bien remplie et une mort qui visiblement le sera tout autant. "

La jeune femme sourit à nouveau, tout en buvant une gorgée nouvelle de son verre. Elle en était à combien déjà?

" Ne soyez pas navrée pour moi. Je le serais bien plus envers ceux qui ont été responsable de mon sort quand je les aurais trouvé. "

La parenthèse fut aussitôt refermée qu'elle enchaina avec philosophie sur les remarques de son convive, notamment sur tout ce qui lui manquait de sa vie de vivant. Là aussi, les deux jeunes gens se différenciaient. Les frustrations de Deirdre était plutôt d'ordre biologique que sur la portée même de la signification d'être "vivant". L'avenir et tout ce qui s'y rattachait....

" Je ne vous imaginais pas si prompt à ce genre de mélancolie. De plus, qui vous empêche de profiter de ces choses aujourd'hui encore? Certes, il y aurait des différences mais tout est faisable. Des portes se referment, d'autres s'ouvrent comme on dit.   "

La jeune femme se trouva à la moitié de son plat quand elle se permit de continuer ses propos.

" Des personnes ont décidé pour moi que tout s'arrêterait brutalement. Mais Kron ou qu'importe la magie qui se cache derrière m'a permis de revenir dans ce monde. Nous avons là une deuxième chance bien rare. Une chance de nous construire un nouvel avenir sans avoir à se préoccuper de ne pas en posséder le temps. Mieux, vous pouvez le partager avec qui bon vous semble. "

A cet instant, la jeune femme désigna le yorka.

" Regardez-vous aujourd'hui. Vous avez choisi une nouvelle voie qui vous a amené à étudier de nouveaux objectifs et à faire des rencontres par centaines je suppose. Votre avenir, vous l'avez en main. "

Deirdre leva son verre comme pour un toast et sourit à son camarade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'écorcheur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Serre Mordstreicht
:: L'écorcheur ::
Serre Mordstreicht
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeJeu 28 Fév - 22:33

" Ne soyez pas navrée pour moi. Je le serais bien plus envers ceux qui ont été responsable de mon sort quand je les aurais trouvé. "

Vous me croyez, si je vous dis que j'ai une légère once de dégoût envers elle? Non pas que ça soit sale ou même déplacé de sa part, non, pas du dégoût à vrai dire, plutôt un début d'obsession morbide. Les femmes forte c'est cool, mais c'est dangereux, c'est très dangereux ; suffit qu'elles s'énervent et on se trouve avec une machette dans le ventre sans avoir eu le temps d'enfiler un pantalon au saut du lit.
Pas que ça me dérange, je suis un gorgoroth je peux survivre à ça et enchaîner derrière, plutôt qu'entendre une femme me crier dans les oreilles m'insupporte. Surtout quand ce n'est pas dans un lit. Spécialement quand je ne suis pas à l'origine directe de ses vocalisent mais plutôt une victime. Les assiettes qui volent, très peu pour moi, la vaisselle brisée c'est en option.

-Quitte à passer pour un gros rustre, je ne peux plus vraiment profiter de la chaleur d'une femme. Pas sans aligner les dias. Faire l'amour à une femme c'est bien, mais j'aimerais que celles avec qui je partage un lit ne râle pas en me sortant "C'est cinquante dias pour passer toute la nuit avec moi mon chou". Quand elles ont la politesse de ne pas me refuser à l'entrer du lupanar.

Mais baste, Deidre propose un toast, portons un toast.

-A nos nouvelles vies. Je porte un regard un peu rêveurs sur les appartements de Deirdre. Vous, vous l'avez déjà prise en main à ce que je vois. Je ne peux que vous félicitez pour votre sens de l'entreprise en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Deirdre Luberym
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeJeu 28 Fév - 23:43

Deirdre leva un sourcil quand son camarade lui expliqua la rudesse de sa vie sentimentale. Ainsi, il faisait partie de ces hommes qui devaient acheter la compagnie d'une femme? Cela l'étonnait car rien chez lui ne paraissait si déplaisant pour que quelqu'un de commun ne puisse s'y intéresser.

" Quitte à passer pour un gros rustre, je ne peux plus vraiment profiter de la chaleur d'une femme. Pas sans aligner les dias. Faire l'amour à une femme c'est bien, mais j'aimerais que celles avec qui je partage un lit ne râle pas en me sortant "C'est cinquante dias pour passer toute la nuit avec moi mon chou". Quand elles ont la politesse de ne pas me refuser à l'entrer du lupanar. "

Certes, cet homme était très grand. Un gabarit pareil devait peut-être impressionner ses dames? Il avait de bonnes manières. Ils se tenaient convenablement et ne se conduisaient pas comme un rustre. Peut-être que le problème venait de son visage reptilien? Son regard?

" Vous m'étonnez mon cher. Je n'aurais jamais pensé que vous aviez quelques difficultés de ce côté là. Vous semblez convenable sous tout rapport. Les femmes d'aujourd'hui sont-elles peut-être trop superficielles ou exigeante? Je suis certaine que si vous leur raconter vos histoires de chevalier, elles cèderaient. Les femmes hespérannes surtout. Elles se donnent des grands airs mais en vérité, croyez-moi, elles sont plus légères que les autres. "

La gorgoroth se mit à rire. Il fallait dire que le milieu aristocratique était gangréné par les faux-semblants. Il y avait un nombre incalculable d'individus capable de tenir des discours réactionnaires tout en organisant à la nuit tombée des soirées dont on pouvait aisément rougir. Et puis, maintenant qu'elle venait de monter un hôtel, elle voyait du monde passer et à leur bras, ce n'était pas toujours le partenaire officiel.

" Vous, vous l'avez déjà prise en main à ce que je vois. Je ne peux que vous félicitez pour votre sens de l'entreprise en tout cas. "

Le sourire de la jeune femme s'étira.

" Mmm... disons que je possède l’œil pour reconnaître ce qui a du potentiel ou de la valeur. Mais je n'ai pas d'autres mérites que celui de mon acharnement. Je suis une femme obstinée et je ne suis pas de nature à lâcher les choses. Je suis comme une mauvaise herbe. Vous pouvez essayer de m'arracher autant de fois que vous le voulez, je reviendrais toujours. "

Elle enchaina sur un autre verre, avant de proposer le dessert puisqu'ils avaient fini le plat principal.

" Le dessert? "

Deirdre se leva et débarrassa naturellement la table. Rapidement, elle ramena le dessert et reprit sa place.

" Revenons-en à votre problèmes de femme... Je n'arrive pas à croire que vous n'arriviez pas à séduire sans passer par une putain. Je suis certaine que vous vous moquez de moi. "

Ce genre d'histoire était toujours bien plus intéressante que l'étude d'un marché économique non?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'écorcheur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Serre Mordstreicht
:: L'écorcheur ::
Serre Mordstreicht
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeSam 2 Mar - 23:49

Trop superficielles ou exigeantes?
Mon côté machiste et rancunier dirait bien qu'elles l'ont toujours été, mais la vérité est qu'une femme doit se protéger. Quand on est un gorgoroth, mi homme mi lézard et par dessus le marché un cavalier de Sharna, il y a de quoi s'inquiéter. Il faut dire que j'ai le chic pour cumuler les fonctions et les attributs dangereux ; plus que le mauvais garçon de service, je partage cette case avec celle du psychotique en puissance. La faute à un séjour un peu trop long au sein de la plus démoniaque des cavaleries et des années à refouler mes mauvais instincts quand j'étais un chevalier d'Oris. J'ai un sourire en y songeant ; je suis passé d'un extrême à l'autre, même si dans tout les cas les choses n'ont pas changé. Je suis toujours en quête de justice et j'ai une épée pour aider les autres dans leur quête de respect et de silence.
Les violences pédagogiques à l'arme blanche sont les meilleures.

-De la mauvaise herbe? C'est un peu péjoratif pour qualifier une dame de votre qualité, j'aurais plutôt dit que lorsqu'on vous chasse par la grande porte, vous revenez par la fenêtre. Mais oui, passons au dessert.

J'adore le sucre. C'est sans doutes l'une des choses qui n'a pas changé depuis ma mort ; le goût d'un bon pot de miel ou d'une tarte. Le sucre c'est du bon goût sous forme solide.

-On me dit toujours ça. Parce que je suis un chevalier, que j'ai du pouvoir, bien bâti et que j'ai pas froid aux yeux, mais il n'empêche que je reste moche pour le commun des mortels. Faut dire, à l'exception de ma sœur, j'en connais peu qui savent rouler un patin à un croco. Mais bon, vous savez ce qu'on dit ; les mauvais garçons c'est bien, les cavaliers de Sharna c'est trop sombres.

En même temps, il y a une différence entre vouloir un mec dur et un maniaque qui passe son temps à chercher les emmerdes. Etant donné que je suis plus souvent dans la seconde catégorie que la première, je souffre de la réputation de ma faction plus que je n'en profite. Du moins en amour. En bataille, ça se discute.

-Je ne me moque pas de vous, mais sentez-vous libre de me faire mentir. Sourire de chevalier, pensées pas très chevaleresques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Deirdre Luberym
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeDim 3 Mar - 19:17

" De la mauvaise herbe? C'est un peu péjoratif pour qualifier une dame de votre qualité, j'aurais plutôt dit que lorsqu'on vous chasse par la grande porte, vous revenez par la fenêtre. Mais oui, passons au dessert. "

Dame de qualité? Ce compliment la fit sourire mais ne vous y fiez pas trop. Elle appréciait la flatterie mais elle n'y était pas aussi sensible que le laissait les apparences. Néanmoins, elle était comme n'importe quelle femme qui aimait qu'on la complimenta un peu. C'était chose rare dans son cas. Généralement, on la gratifiait plutôt sur son esprit d'entreprise, sa réussite, ce genre de chose. Jamais véritablement pour elle-même. Pour cause, elle ne rentrait guère dans les critères de beauté classique. Même elle estimait que son charme ne résidait pas là, mais bel et bien dans le culot de sa personnalité.

" Vous êtes un charmeur, monsieur Serre. Mais je noterais que vous m'avez bien cerné. Je suis d'une grande ténacité et si je désire quelque chose, je me donnerais les moyens de l'obtenir. "

La jeune femme eut un grand sourire, servit les desserts et reprit rapidement son verre qu'elle remplit à nouveau, tout en prenant soin d'en proposer à son camarade de boisson.

" Mais bon, vous savez ce qu'on dit ; les mauvais garçons c'est bien, les cavaliers de Sharna c'est trop sombres. "

Face à cette remarque, Deirdre haussa négligemment les épaules. Elle n'avait rien contre les cavaliers et n'avait gère eut l'occasion de les croiser. Il fallait dire que la jeune femme ne se mêlait ni à l'armée, ni à la politique. Ces choses là ne l'avaient jamais trop intéressé et en conséquence, elle n'avait jamais pris le temps de se faire une opinion.

" Que dire des femmes! J'ai bien peur que dans notre cas, c'est généralement le contraire qui se produit. Les saintes avec leur air inaccessible séduisent toujours plus que les fortes têtes. Quant aux hommes, j'ai toujours préféré la compagnie d'individus ayant du caractère, qu'importe d'où il vient. Je serais trop mal placée pour me montrer exigeante. "

" Je ne me moque pas de vous, mais sentez-vous libre de me faire mentir. "

Deirdre se mit à rire.

" Quand je disais que vous êtes un charmeur! Je ne m'étais pas trompée! Mais je ne suis pas femme à céder au premier rendez-vous! Hahaha! C'est comme en affaire, je me donne toujours le temps de la réflexion. Bien que ce soir, il faut dire que la boisson ne m'aidera guère à prendre la moindre décision avisée. Hahaha! "

La gorgoroth prit une bouchée de son dessert avant de demander à Serre si le repas lui convenait jusque là, avant d'avoir une subite illumination.

" Ho! Cela me fait penser que je vous ai fait préparer une chambre à cet étage. Vous êtes mon invité. Une fois le repas fini, je pourrais vous faire un peu visiter si vous souhaitez ou bien vous reposer directement dans votre chambre. Ou nous pouvons librement discuter jusqu'à ce que vous vous lassiez de ma compagnie. Vous avez le choix des options. "

Puisqu'ils seraient sans doute amener à travailler ensemble à l'avenir, autant entretenir de bon rapport.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'écorcheur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Serre Mordstreicht
:: L'écorcheur ::
Serre Mordstreicht
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeMer 6 Mar - 19:21

Mais je ne suis pas femme à céder au premier rendez-vous! Hahaha! C'est comme en affaire, je me donne toujours le temps de la réflexion. Bien que ce soir, il faut dire que la boisson ne m'aidera guère à prendre la moindre décision avisée. Hahaha!
Aie Aie Aie mon frèèèère, t'as tiré le gros lot la. En plus c'est le deuxième rendez vous vu que vous vous êtes déjà rencontré avec Haber dans son musée. Faut vraiment que j'arrête d'écouter ma conscience.

Surtout si c'est pour me dire des choses stupides comme ça. Je vais devrais plutôt écouter ma mauvaise conscience, celle qui parle avec une grosse voix et qui m'incite à faire des bêtises. Je continue de manger mon flanc en l'écoutant et en réfléchissant en parallèle.

Baise là! Magnifique.

Vraiment, le seul moment ou je m'interroge sérieux sur la suite de mon action, faut que VOUS, les mecs, vous me fassiez faux bon en m'enfumant l'esprit avec des conneries. Bravo on reconnaît la fameuse solidarité masculine, pourquoi est-ce que j'ai une conscience de merde? Pourquoi je pourrais pas avoir un bon ailier pour m'aider dans ce genre de situation.
Qu'est-ce que ça ma sœur dirait? Hein Hire, tu serais bavarde?

Depuis quand t'as besoin de coucher avec une autre femme que moi? Bon dieu de merde! Haber peut-être?
Rêve pas espèce de lézard, si elle veut t'enfiler c'est parce que t'auras finis en une paire de godasse. Prévisible.

Par Sharna pourquoi est-ce que tu sur tout les gens que je connais, à chaque fois que je m'imagine leur demander conseils, ils sont obligés de souligner l'objectif ou la continuité souhaitée des événements au lieu de me dire comment l'atteindre? Suis-je en train de devenir con?

N'oublies pas Serre, si tu perds ce duel tu le gagnes pas! Ou alors c'est juste que je le suis de naissance et que je commence à peine à m'en rendre compte, vu cette citation de Hire, je pourrais même dire que c'est de famille d'avoir de la boue dans la cervelle. Pour gagner, défonce le.

Suffit!
On va improviser.

-Le dessert est parfait. C'est du sucre, on peut pas rater du sucre. Si on rate une recette avec du sucre qu'est qu'il n'y en avait pas assez de base. Oui pourquoi pas visiter. Je ne risque pas de me lasser de votre compagnie de sitôt, les gens comme nous avons nombres d'anecdotes à raconter après tout.

Je finis mon verre de vin et achève mon dessert.
Non, j'ai pas gobé mon flanc comme un rustre. Je l'ai mangé à la cuillère comme un chevalier respectable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Deirdre Luberym
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeVen 8 Mar - 0:12

" -Le dessert est parfait.... Oui pourquoi pas visiter. Je ne risque pas de me lasser de votre compagnie de sitôt, les gens comme nous avons nombres d'anecdotes à raconter après tout. "

Le sourire de la jeune femme s'élargit. Il fallait dire que lorsque la compagnie était bonne, autant faire durer le plaisir, non?

" Formidable dans ce cas. Cela signifie que la nuit est à nous! Haha! "

Sur ces paroles, Deirdre finit ces dernières bouchées avant de prendre un ultime verre et ranger la bouteille dans sa cachette habituelle. Quant à la vaisselle, elle laissa tout sur place. L'un de ses employés viendrait débarrasser pendant son absence.

" Bien, cher ami, si vous voulez bien me suivre? Voyons un peu ce que je peux vous montrer. "

Prenant les devants, elle guida alors l'ancien yorka dans le grand couloir de son étage privé et commença ses explications.

" J'ai racheté cet hôtel il y a peu et l'ait fait restaurer afin de le rendre plus présentable. Le rez-de chaussée est essentiellement constitué de nos cuisines, notre buffet et restaurant pour nos clients, mais aussi un accès à la cour intérieure où nous y avons aménagé un jardin. Le première étage est uniquement constitué de chambres, le deuxième d'appartements privatifs de plus haute gamme. Et l'étage dans lequel nous nous trouvons me sert à mon usage purement personnel. "

Alors que les deux gorgoroths marchaient dans les couloirs, la jeune femme finit par s'arrêter devant une grande porte.

" Notre salle à manger. Nous aurions pu dîner ici mais je me suis dit qu'il serait plus agréable de faire les choses de manière plus intimiste qu'avec les grands couverts. "

Ils continuèrent leur chemin. Une autre porte.

" Mon bureau. Mais il n'y a rien de bien intéressant. Si ce n'est qu'il est mieux rangé que celui du musée. "

Deirdre lui fit un sourire et un clin d’œil. Continuant la visite, elle lui présenta un autre couloir où elle lui expliqua qu'il n'y avait que les chambres des employés, quasiment identiques à celle que pouvait bénéficier ces propres clients.

" Mmmm.... au fond de ce couloir se trouve ma propre chambre. Et par ici.... nous avons les quelques chambres que je réserve pour mes invités. "

Là, elle s'arrêta devant l'une d'entre elles qui devait être à deux chambrés de la sienne.

" Voici votre chambre. J'espère qu'elle vous conviendra. "

Il y avait un grand lit à baldaquin, des commodes en bois précieux, un psyché élégant, des tapis, une table sur laquelle une corbeille de fruits se tenait, une salle d'eau pour se rafraîchir. Le grand luxe en somme. La jeune femme ne laissait rien au hasard pour le confort de ses invités. Sa propre chambre ressemblait à cela, si ce n'était qu'elle était légèrement plus grande.

" Mais la pièce que j'affectionne le plus n'en demeure pas moins celle où je dispose de quelques objets de collection. Principalement des tableaux. "

Deirdre le guida une nouvelle fois et le mena dans cette fameuse pièce. Et elle n'avait pas menti : les murs étaient recouvert de tableaux divers et variés. Il y avait des paysages de tout Ishtéria, allant de la cité d'Hespéria elle-même à des représentations de Taulmaril, il y avait aussi de simples natures mortes, quelques rares portraits...

" Il y a des lieux que vous devez reconnaître je suppose. "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'écorcheur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Serre Mordstreicht
:: L'écorcheur ::
Serre Mordstreicht
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeMar 12 Mar - 21:34

-Je reconnais Palatine. Une Palatine d'il y a un siècle.

Trente deux villages brûlés, autant d'églises, les populations massacrées, des morts à foison. L'illustration de ce que peut être une guerre totale ; pourquoi? Parce qu'en prévision d'affrontements à venir face au duc de Palatine, son adversaire voulait briser sa région et le moral de ses troupes. Alors il a tout brûlé, sachant pertinemment que c'était la logistique qui pêchait du côté des armées adverses. Ils ont incendié les champs, réduits en cendre les moulins, murés les fours à pains et salés les terres. Pendant une génération il n'y a plus eu âme qui vive tant le carnage fût effrayant.
Quelque part je me sens soulagé d'avoir été absent durant cette campagne, d'avoir abandonné mon existence de mercenaire pour devenir un cavalier de Sharna. C'est peut-être quelque chose qu'ils auraient fait, mais au moins, je n'ai pas été associé à un cannibale à cause de cette période, contrairement à d'anciens collègues.

-Je voulais y emménager fut un temps, mais c'était à une époque ou elle resplendissait. Je pointe du doigt une cathédrale qu'on voit dans le paysage. Je l'ai cherchée un long moment quand j'y suis allé, puis on m'a informé qu'ils s'étaient servis de ses pierres comme munitions pour les trébuchets du Duché de Hauterive. Sur le tableau, de l'herbe verte à perte de vues, une rivière et des forêts majestueuses, avec au centre une ville.

Puis ensuite tout cela est devenu cendre.

-Je reconnais aussi la mise au bûcher de Naneje après que la fameuse bergère ait prétendu avoir une vision de Sharna. La pauvre.

Si elle savait combien croient hallucinés ou sont persuadés d'avoir des révélations de la part du Dieu de la guerre.
Je me tourne vers Deidre.

-J'imagine que vous aussi, vous devez être familière avec certains des événements qui sont dépeints dans cette pièce n'est-ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Deirdre Luberym
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeVen 15 Mar - 23:37

A chaque fois que son invité décrivait ou parlait d'un tableau, les yeux de la jeune femme se rivaient sur ces derniers. Les mots de Serre lui permettaient d'animer les scènes dans son esprit, lui qui avait pu voir, croiser ou vivre les évènements peints. C'était formidable d'avoir en sa compagnie un contemporain de ces époques et permettaient de donner plus de valeur et d'authenticité à ce qu'elle possédait.

" J'imagine que vous aussi, vous devez être familière avec certains des événements qui sont dépeints dans cette pièce n'est-ce pas? "

Deirdre eut un petit sourire malicieux.

" Haaaaaa! Je ne vous cacherais pas qu'il y a de la vérité derrière ce que vous dites camarade! "

Dans un premier temps, la jeune femme se posta devant une immense fresque que Serre lui-même devait peut-être reconnaître. Une cité qui était devenue une légende pour les contemporains car si peu de ceux qui l'avaient connu vivaient encore.

" Taulmaril. J'y ai vécu un temps et je dois dire que c'était une cité où là vie y était assez excitante. Mais je suis partie avant que les tensions n'explosent. Heureusement pour moi. Mais cela m'amuse d'imaginer que peut-être, nous aurions pu nous croiser! De notre vivant en plus! "

Elle se stoppa devant un autre paysage, plus sombre mais que l'on pouvait facilement reconnaître pourvu que l'on y soit rendu.

" J'ai connu Lokram avant qu'elle ne soit détruite. C'était une ville un peu étrange. Les gens étaient.... trop heureux pour moi et jetaient cérémoniellement des biens précieux dans le cœur du volcan. Quel gâchis! "

La gorgoroth fronça ses sourcils comme si cela était un mauvais souvenir. Il fallait dire qu'il y avait un nombre incalculable de choses de valeurs qui avaient été envoyé dans les tréfonds du volcan et cette seule évocation la désolait bien plus que ces terres recouvertes de lave.

" Mmmm... je me souviens... d'une fête de village qui ressemblait à ce tableau. "

Il y avait une peinture représentant une fête champêtre, joyeuse et vivante, des enfants faisaient une ronde, un couple dans un coin qui murmurait des secrets à l'oreille, des musiciens...

" Par contre, je ne me souviens pas du tout du nom... si ce n'était que je m'étais bien amusée et sans aucun doute, je devais y avoir beaucoup trop bu. "

La jeune femme se tourna vers le cavalier de Sharna avec son sourire habituel.

" En tant qu'ancien chevalier, vous avez dû participer à de nombreuses fêtes de ce genre, non? Peut-être pour le seigneur que vous avez servi? Et par pure curiosité, avez-vous vécu à Elusia ou pas le moins du monde? C'est un peu cliché comme question mais je me le demandais. "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'écorcheur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Serre Mordstreicht
:: L'écorcheur ::
Serre Mordstreicht
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeDim 17 Mar - 20:46

Deidre prend à son tour la parole pour raconter divers événements, les villes qu'elle mentionne ne me sont pas étrangères mais sans vouloir être vexant ou sale, je crois que nous n'avions à l'époque (et encore aujourd'hui) pas les mêmes centres d'intérêt. Pendant qu'elle devait se gausser avec des gens de la bonne société, j'étais la à l'extérieur des murs de la ville à me bourrer la gueule avec des camarades de garnisons et d'autres mortes paient avant de me battre dans la boue avec les bouseux du coin. Une vie sale, mais une vie amusante et palpitante pour le moins.

-J'ai un peu traîné à Elusia. C'était pas ma tasse de thé.

Non pas que je n'aime pas mes congénères ou autre, plutôt que c'était déjà déserté à l'époque et la plupart des habitants étaient des gens simples qui appréciaient la tranquillité d'une cité fantôme. Je ne voulais pas vivre la, trop mort, trop ennuyeux, les gens pas assez belliqueux ou générateur d'agitation pour satisfaire mon train de vie débauché et violent. J'aurais été un éléphant dans le magasin de porcelaine et ce n'est pas ce que je souhaitais.

-Disons que je fais partie de ces gens à qui la vie commode ne convient pas, alors ce n'était pas l'endroit rêvé pour moi. Quant à ces fêtes... Oui et non.

J'étais plus fan de me taper une bourgeoise ou une quatrième fille de noble dans mes quartiers privés, à l'écart des regards et dans la tranquillité toute relative que celle que peut procurer un titre de chevalerie et le grade de commandant. Plutôt que de me farcir la princesse dans les draps de soie du château ; les festivités n'ont jamais été que des formalités pour moi, on danse, on trinque, on reçoit un fief de la part du seigneur et hop terminé!
Non, en réalité, ce que j'appréciais le plus dans tout ça c'était le buffet. Sans blagues.
La gueuse que tu croises lorsque tu demandes le gite, tu peux te la faire dans son propre lit avec un peu de charme. Mais t'auras beau être le mec le plus intelligent de tout le continent, tu pourras pas la bouffer.
La pitance, c'est le truc le plus important chez un mercenaire parce que c'est ce qui vient à manquer le plus. Alors quand j'étais chez les Mordhau, je m'en mettais un paquet dans le ventre.

-Je dansais avec Erika, quand j'étais au service de mon seigneur. Merde je vais passer pour un veuf si je dis ça. C'était sa fille. Bravo Serre, tu viens de passer du statut de veuf esseulé à celui de pédophile. J'étais son tuteur pour les arts de la guerre, à l'époque où elle ne savait pas encore ce que c'est la guerre. Quand j'ai percé en deux le genou du chevalier qui voulait la prendre en otage pour tirer de moi une rançon.

Il s'est mis à beugler comme un animal qu'on éventre, pourtant ça ne m'a pas empêché de lui écraser la gueule avec une grosse pierre après l'avoir roué à la hallebarde.
C'est une sensation assez étrange que d'aller contre son instinct pour obéir à sa logique ; il était par terre, en train de pleurer et de pisser le sang par tout les trous que j'avais fait dans son armure à force de le perforer à la pique. Je n'avais plus envie de le tuer à ce moment-la, sous le regard médusé de ma protégée.
Mais je l'ai quand même achevé. C'était un chevalier comme les autres après tout ; le genre à prendre l'adversaire ou sa famille en otage et si on ne paie pas la rançon, ils se font ouvrir la panse.

-Je n'ai plus de seigneur à servir. C'est dit sur le ton de l'amertume.

Les Mordhau n'étaient pas riches, mais ils avaient des valeurs. La liberté c'est beau, mais ça ne rime pas forcément avec le bonheur.

-Et vous alors? Elusia est-elle une cité qui a su piquer votre curiosité?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Deirdre Luberym
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeSam 23 Mar - 0:37

Deirdre était capable de se montrer bien bavarde quand elle le désirait. Dans son métier, c'était un défaut nécessaire, surtout pour noyer le poisson avec les gens qu'elle désirait plumer. Toutefois, ce n'était pas le cas avec son congénère, elle n'avait aucune arrière-pensée de cette nature. Serre l'intriguait véritablement et elle semblait apprécier son franc-parler, tout comme ces histoires.

" J'ai un peu traîné à Elusia... Disons que je fais partie de ces gens à qui la vie commode ne convient pas, alors ce n'était pas l'endroit rêvé pour moi. Quant à ces fêtes... "

Voyant la mine de son camarade, elle semblait facilement comprendre qu'il ne devait pas y participer en plein jour ou en profiter de la même façon que la jeune femme.

" Je dansais avec Erika, quand j'étais au service de mon seigneur. C'était sa fille. J'étais son tuteur pour les arts de la guerre, à l'époque où elle ne savait pas encore ce que c'est la guerre. "

" Oh? Je ne vous imaginais pas chevaleresque à ce point. Un danseur et un tuteur? Je suis certaine que j'aurais adoré pouvoir assister à l'un de vos cours. Quoi de mieux que pour de tels enseignements un maître en la matière? Je suis certaine que cela aurait pu me servir d'avoir un tel apprentissage dans mes jeunes années. Mais mon professeur était plus porté sur les arts et les lettres. "

La jeune femme haussa les épaules presque avec déception à cette évocation. Findorel, qui fut le sindarin qui l'avait élevé et offert une instruction qu'elle n'aurait jamais pu espéré, était dans ses souvenirs un érudit. Il ne lui avait jamais enseigné le maniement des armes. Elle ne devait ses connaissances qu'à sa propre pratique, raison pour laquelle elle maniait mieux sa langue que sa lame.

" Je n'ai plus de seigneur à servir. "

Serre paraissait un peu amer en prononçant ses mots, et cela surprit un peu Deirdre.

" Cela vous manque-t-il ? Je vous aurais pensé être un homme qui préfère être le maître de lui-même. Vous êtes de plus en plus surprenant Serre. "

Le sourire de la gorgoroth s'étira. Si elle n'avait aucun scrupule et que cela lui manquait véritablement, la jeune femme n'aurait pas hésité à lui demander de la choisir comme nouveau seigneur. Les hommes loyaux se faisaient rares l'ancien Yorka semblait être un individu de parole.

" Et vous alors? Elusia est-elle une cité qui a su piquer votre curiosité? "

Deirdre se mit à rire.

" Tout est sujet à piquer ma curiosité! Hahaha! Mais je n'ai jamais eu d'occasion qui m'ont conduite là bas, ce qui est fort dommage. Je n'ai pu visiter que Taulmaril, Eridania, Hellas, Lokram, Amaryl et Tyrhénium. Ce qui en soit est déjà beaucoup. Je ne me suis que peu attardée à Phelgra ou bien une cité comme Canopée par exemple. Les vents ne m'ont jamais mené là bas. "

Pieu mensonge. Elle avait bien des raisons qui auraient pu l'amener à se rendre à Canopée, notamment pour tenter de retrouver la trace de "Findorel", mais elle ne l'avait jamais fait, comme si elle avait peur d'être déçue de ce qu'elle y trouverait.

" En tout cas, j'ai toujours entendu dire qu'il faisait bon vivre à la cité de l'eau. Je suis certaine que je pourrais y trouver de l'inspiration pour quelques tableaux... mais je ne suis pas certaine d'être faite pour une vie paisible. "

Encore une fois, l'esquisse sur le visage de la commerçante s'étira, l'alcool précédemment bu y aidant sans doute.

" Etiez-vous bon danseur? Et surtout, l'êtes-vous toujours? "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'écorcheur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Serre Mordstreicht
:: L'écorcheur ::
Serre Mordstreicht
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeSam 23 Mar - 23:03

-Je suis un homme d'armes, j'ai beau être instruit et avoir l'expérience de deux siècles de vie je me dois d'être honnête avec moi-même : je suis un homme d'épée et non un homme de paix. Si je suis un homme fort, je n'en reste pas moins un destructeur et non pas un constructeur. Parfois cela me manque car l'on peut plus facilement se détacher d'un seigneur que l'on ne peut abandonner ses hommes ; le premier est une démission, le second une trahison.

C'est ça, le vieux fait tragique qui accable les soldats et les mercenaires ; une fois de retour à une vie paisible, s'adapter est beaucoup plus dur qu'on ne peut le croire. Tout simplement car le rythme n'est pas le même, les obligations différentes et les gens ne comprennent pas. On passe de la gratification sanglante de sauver un camarade sur le champ de bataille au très lent plaisir de cultiver des patates toute l'année pour nourrir sa famille.
Honnêtement, je comprends la peur panique que certains ont de la vie normale. Je crois que moi aussi, j'aurais peur de retourner à une vie civile totalement normale, loin des intrigues des cavaliers, des combats, du sang et de la rage de survivre.

-Un jour libre comme l'air, un jour au service d'un suzerain, cela semble être un juste équilibre.

Mais tout cela n'a plus d'importance aujourd'hui, je suis ce que je suis et surtout, je vis comme je l'entends.

-Moi bon danseur? Que Sharna me balance une poignée de sel dans les yeux et une poivrière dans le cul si je mens, je ne m'y attendais pas à celle la. J'ai été suffisamment bon pour attirer l'attention d'un seigneur et faire oublier ma condition de gorgoroth. Mes pieds commencent à bouger instinctivement, un pas, puis deux, puis trois.

La danse, certains diront que c'est une discipline de tapette.
Ils auront raison en un sens. Parce que c'est une discipline pratiquée par les dames et les mignons de la cours, ceux qui se maquillent et savent seulement agiter une rapière pour vous transpercer avant de vous avoir mis un coup de gant pour vous forcer à dégainer face à un homosexuel.
Mais c'est aussi et surtout une discipline qui force à la discipline, la rigueur et la précision. La danse, c'est un art qui nécessite d'être synchro avec l'autre et d'avoir le rythme.

-On ne donne pas une épée à un homme qui ne sait pas danser après tout. Merci Confucio pour cette phrase.

Il n'a jamais été question d'être un bon danseur pour être un bon escrimeur, mais les deux ont bien des qualités requises en commun ; avoir confiance de son adversaire pour rattraper une gaffe qu'il aurait commise ou au contraire s'engouffrer dedans, savoir ajuster le tempo pour créer des effets ou au contraire déstabiliser et j'en passe.
Un pas après l'autre, je tends la main à Deirdre.

-Une caracole pour commencer? C'est une danse toute simple, pour les bals nobles.

N'importe quel gueux songerait que c'est forcément complexe si c'est à la cours, mais non. La caracole c'est une danse toute simple pour les petites maisons seigneuriales pour que les jeunes fassent connaissance, c'est fait pour des ados maladroits et des gens qui dansent rarement. Parce que devant le roi la danse est une façon de faire des rencontres toute en fluidité et en discrétion, il y a plus technique mais... Peut-on vraiment attendre des qualités de danseurs de la part de gens qui se poignardent entre eux, s'empoisonnent, complotent et ourdissent des conjurations? Les gens qui ont le temps de danser entre deux cabales sont rares, et en général ils dansent avec une dague dissimulée dans la manche.

-Quelque chose de simple, en trois temps. Pour bien débuter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Bandit manchot ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Deirdre Luberym
:: Bandit manchot ::
Deirdre Luberym
MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitimeDim 31 Mar - 3:01

Le discours du yorka sur la vision de son statut d'autrefois et de sa connaissance de ses propres limites fascinait la jeune femme. Il ne rougissait pas de ces qualités ou de ces défauts. Il les prenait simplement avec une lucidité qui manquait à bien des hommes, ce qui devait faire de lui l'être le plus honnête envers sa propre personne.

" Un jour libre comme l'air, un jour au service d'un suzerain, cela semble être un juste équilibre. "

Un sourire s'étira sur le visage pâle de la jeune femme.

" Vous avez certainement raison, votre choix semble bien plus raisonnable que les miens. Je n'ai malheureusement jamais été capable d'obéir à des ordres. J'aurais été une très mauvaise chevalière. "

Deirdre n'était au service que de sa propre personne et l'esclave de sa propre revanche. On pourrait aisément lui reprocher son égoïsme mais elle l'assumait sans honte. Pourquoi devrait-elle se soucier des uns et des autres alors que l'on aurait pu la laisser pourrir épingler à un mur? La jeune femme avait la rancune tenace et mauvaise, raison de bien nombreux faits de son comportement. Mais pas ce soir.

Avec curiosité, la gorgoroth chercha à mieux connaître encore son invité et tenta de lui soudoyer des réponses par ses questions, mais rien de mieux qu'une démonstration?

" Une caracole pour commencer? "

Surprise, mais de manière totalement agréable, Deirdre se saisit de la main du géant reptilien avec enthousiasme. Il fallait dire qu'en réalité, la jeune femme ne profitait jamais réellement des soirées mondaines auxquelles elles participaient, soit parce qu'elle en était l'investigatrice et passait son temps à veiller à tout ce qui se passe bien, soit parce qu'elle cherchait à créer des liens avec des personnes importantes ou plutôt qui pourrait lui être utile. A cela, il fallait également compter qu'elle ne se présentait plus en belle robe de dame de la cour et qu'aucun homme n'avait le courage d'inviter une femme qui n'était pas apprêtée comme le désirait les conventions sociales.

" Quelque chose de simple, en trois temps. Pour bien débuter. "

Rien de mieux pour se dérouiller un peu les jambes.

" J'espère que vous me pardonnerez mes maladresses. Il y a bien longtemps que l'on ne m'avez plus invité à danser alors que j'ai toujours aimé cela. "

Un aveu comme un autre mais qu'elle attacha à défendre du mieux qu'elle pu. Studieuse élève qu'elle fut, elle suivait avec attention les pas de son partenaire et se laissait totalement guider par lui. Légère et peu grande, il était aisé pour le gorgoroth de la soulever ou de la faire tourner sans effort. Mais ne vous fiez pas à cette impression de fragilité puisqu'elle n'en demeurait pas moins une résistance gorgoroth.

En tout cas, Deirdre prenait un plaisir réel à danser à nouveau même si d'un point de vue extérieur, ces deux là devaient paraître si peu assorti et si drôle à la fois.

" Haha! Il n'y a pas de doute Serre, vous êtes un bon cavalier! "

Notons qu'il y avait là une double référence : le danseur et le monteur de chevaux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]   Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Une coupe, une histoire [PV Serre Mordstreicht]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Le forumhaiti face à l'histoire d'Haiti de 1986 à 2006
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» La vie est une longue histoire dont nous sommes l'auteur [Lagon]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Eridania, le pays aux mille culturesTitre :: Hesperia, la CapitaleTitre :: • Le Centre Ville :: • L'hôtel "Le Prestige"-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !