Sire et damoiselle (Pv Mäje)

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 5
• Eclaris: 4
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 4
• Nérozias: 5
• Gélovigiens: 4
• Ascans: 2
• Marins de N.: 7
• Civils: 18

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Langdum Mois:Cicium
[Mars/Avril en temps réel]

Tableau d'honneur


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sire et damoiselle (Pv Mäje)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: La Lame Pourpre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Omar Tharn
:: La Lame Pourpre ::
Omar Tharn
MessageSujet: Sire et damoiselle (Pv Mäje)   Lun 25 Fév - 21:01

Omar aimait bien voyager, mais tout voyageur avait besoin pour un temps de faire une pause et de se reposer et c'est comme cela qu'il arriva à un relais dont il avait entendu parler par le passé car celui-ci avait disons sa petite réputation. Un relais nommé « le mirage » et pour lequel l'idée de s'y rendre ne déplaisait point à Omar, il pourrait après tout s'y reposer un temps avant de repartir. Et puis qui sait, il avait aussi un peu entendu parler de la propriétaire, il fallait dire en tant que banquier on lui avait déjà proposé de tester contre une jolie somme une certaine substance qui dit-on aurait le même effet que le souffle enchanté de la dame.

Ce qu'il avait refusé à l'époque en vérité, disons qu'il s'était méfié de la personne qui lui avait proposé cela pour plusieurs raisons, ça et la vie d'un banquier actif de sa riche cité état natale ne permettait pas souvent beaucoup de fantaisies du genre si on voulait sans cesse s'enrichir. Quoiqu'il en soit, il ne débarquait donc pas en milieu pleinement inconnu, même si par contre ce n'est pas parce qu'on avait entendu parler de quelqu'un de réputation qu'on connaissait vraiment cette personne, cela il le savait évidemment fort bien.

C'était donc monté sur son cheval et vêtu de son habillement de voyageur qui mélangeait armure de combat assez ornementée et vêtements de luxe qu'il arriva au relais calmement au relais, avisant les lieux du regard mais surtout se demandant à qui il devrait s'adresser ou non, quoique il en soit il trouva rapidement quelqu'un à aborder qui lui semblait plutôt lié au relais et il se dirigea donc calmement vers cette personne quelle quel soit pour demander avec politesse et sympathie.

« Salutations à vous, je suis un humble voyageur qui désirerait demander l'hospitalité ici pour un temps. Et aussi profiter de certains services offerts par les lieux. » Il y avait-il besoin d'être plus explicite ? Probablement pas.


-Avatar par "Jee Wook Choi"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dame des Sables ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Mäje
:: La Dame des Sables ::
Mäje
MessageSujet: Re: Sire et damoiselle (Pv Mäje)   Mer 27 Fév - 11:20

Avec un geste profondément las, Mäje, du haut de sa jolie taille et sur ses talons spectaculaires, commença à se masser les tempes du bout de ses doigts graciles. Neuf heure. Il n’était que neuf heure et c’était déjà la catastrophe. Dans sa barbe, elle bénit Romeus de lui avoir légué Val’Meëza déjà installé, et pas un lieu d’habitation à transformer en grand relais avec la force de son esprit. C’était un véritable calvaire. Un supplice. Une plaie. Thimothée avait été prolixe, que ce serait un lieu fréquenté, grandiose, qu’elle pourrait en faire ce qu’elle voulait… Et voilà qu’elle se retrouvait à devoir ouvrir avec l’aile gauche encore en travaux, des employés trop accoutumés au style Eridanien, lui faisant même regretté les barbares du désert qui lui servait de sécurité. Des hommes et femmes trop coincés, trop sévères… Partout des visages hautains, bien loin des nomades souriants qu’elle croisait entre les dunes. C’était bien Eridanien, ça. Lâchant son crâne, la dame se retourna brusque vers Datheba, la yorka caprine qui l’avait suivie depuis Argyrei.

Dis moi que tous les travaux sont finis et qu’il n’y a plus aucun problème…

Hmm… Tu préfères la vérité ou un mensonge, tant que ça te satisfait? La jeune femme sourit jaune, habituée de l’humour noir et des jeux de langages au désavantage des autres.

Datheba, ta franchise me tuera un jour. Soupira Mäje qui semblait dépérir de minutes en minutes. Quel est le programme?

Tu dois superviser les travaux ce matin, choisir un second chef, accueillir un groupe de notables… Ai-je préciser qu’il y avait du mobilier en attente d’Amaryl en livraison ce matin?

Cela eut raison de la sylphide qui noya sa lassitude sous une mine déconfîte. Un bon verre aurait été des bienvenus… Mais en présence de ses nouveaux clients, l’affaire était déjà compromise. La maison avait ouvert il y avait de cela deux semaines, au jour même de son inauguration prévue par le seigneur Mannus. Et la curiosité avait été bien plus forte que la rapidité des travaux, si bien que la villa n’était qu’à moitié prête pour l’arrivée des premiers visiteurs. Et à la grande surprise de l’immortelle, l’afflux avait été bien plus grand que dans ses meilleurs estimations. Et à l’inverse de Val’Meëza qui n’accueillait que des voyageurs en mouvance vers Amaryl, le Mirage semblait attirer principalement des notables hesperiens qui étaient désireux de connaître les nuits argyréennes. Bien loin des nomades, donc… Alors que les premières chambres partaient comme des petits pains, la sylphide prenait peu à peu la mesure du peuple hesperian.


Et depuis, c’était la grande cavalcade: entre ses journées au service de la couronne et celles en tant que gérante de son établissement, la dame avait la persistante sensation que son crâne allait exploser et qu’elle était à cheval entre l’imminent trépas et la désintégration pur et simple. Mais elle faisait de son mieux pour maintenir les apparences et se montrer, comme toujours, absolument resplendissante. Ce jour là n’échappait pas à la règle: elle avait commandé un ensemble de robe de couturier de la capitale, et s’était parée de l’une d’elle, une longue robe de soi carmin nouée à la taille par une ceinture de cuir, les manches longues et aérées ne pouvant qu’induire la finesse de ses bras. Fendue sur le côté, sa jupe révélaient parfois une scandaleuse jambe longue et dorée, comme sa peau rehaussé par sa crinière de geai. Une apparence irréprochable qui la détachait sensiblement de toutes les âmes autour d’elle.

Prochaine étape, vérifier les travaux de l’aile gauche. Avec une démarche de panthère, elle traversa les couloirs, saluant au passage toutes les mains tendues vers elle, l’esprit encombré de bien trop de pensées qu’elle n’arrivait plus à suivre. En réalité, ces chambres lui rapporteraient gros: un ensembles de neuf suites de luxe pour accueillir les riches clients. Dés que ce sera prêt, ce sera la ruée vers l’or. Heureusement que le fumoir était tout juste prêt, ses premiers clients pourraient aussi s’y rendre sous peu, avec un peu de chance dans la journée. Le mot n’était pas encore passer, ceci dit, et rares étaient ceux qui s’étaient présentés à elle dans ce but. Le temps à la rumeur de faire son affaire… Elle laissa échapper un sourire carnassier, sentant déjà le poids des dias dans ses poches imaginaires.
Elle arriva devant la lourde porte qui menait aux chambres, dont les motifs tribaux tranchaient singulièrement avec les murs de marbres et les moulures décoratives. C’est alors qu’elle vit du coin de l’œil un page se dandiner vers elle suivit à quelques pas d’un élégant notable, le luxe de ses vêtements et de son armure ornée ne faisant pas de doute.


Ma Dame, pardonnez-moi de vous déranger… Mais, cet homme vous demande de profiter des services de la maison…

Oh? Mäje se retourna vers le jeune homme, s’abaissant dans une élégante révérence. Et bien je vais me faire le plaisir d’en discuter avec lui.

Il semblait dans la force de l’âge, propre sur lui, une élégance bourgeoise qui dénotait d’une certaine éducation qui n’était pas sans plaire à la tenancière des lieux. Son visage avenant semblait découper au couteau, avec des angles volontaires et des lignes franches, le tout parfaitement entretenu comme les vêtements qu’il arborait, semblant choisis à l’occasion. Un élégant seigneur, avenant sur tous les points. Ceci dit, sa demande restait vaste, et bien qu’elle devina le sujet de son désir, elle ne pouvait pas le garantir. Après tout, ils proposaient également des jeux, de la compagnie charnelle… La demande des vapeurs se faisaient d’une façon assez technique pour éviter tout accident, un mot de passe discret pour éviter aux clients ignorants d’apprendre la vérité sur une part des activités de l’établissement. Féline, Mäje s’avança vers le jeune homme, et tendit vers lui une main couverte de bagues.


Monsieur, je vous souhaite la bienvenu au Mirage. Mais j’ai peur d’avoir besoin de bien cerner vos besoins pour vous répondre au mieux… Est-ce que la suite de cette conversation nécessite que nous discutions en privé? Elle lui sourit mystérieusement, mais son regard cristallin était lourd de sens. Mäje, pour vous servir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Lame Pourpre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Omar Tharn
:: La Lame Pourpre ::
Omar Tharn
MessageSujet: Re: Sire et damoiselle (Pv Mäje)   Jeu 28 Fév - 19:51

Omar fut mené sans délai à la propriétaire des lieux qui il fallait le dire, était élégante et sublime à la fois. Une véritable dame dans tout les sens du terme, espérons que la beauté de son caractère soit égale à celle de son paraître pensa t-il, même si étrangement il n'avait aucun doute à ce sujet, lui qui activa d'ailleurs discrètement son pouvoir d'empathie juste pour savoir s'il agacerait ou non prochainement par ses paroles…

Et sur ce il rendit la révérence que la dame lui fit quand celle-ci lui en fit une, ce avant d'écouter poliment et attentivement ce que cette dernière avait à lui dire et il ne manqua pas alors de dire une fois ceci fait, ce avec politesse et amabilité.

« Permettez moi d'abord de vous saluer gentes-dame, j'avouerai que ce n'est pas tous les jours que je tombe sur quelqu'un qui comme vous arrive à me faire forte impression du premier regard, pour cela je tiens à vous féliciter, ensuite... » Il ajouta alors d'un ton songeur. « Vous savez, cela fait déjà quelques années que j'ai décidé d'aller par mont et par vaux pour goûter aux délices du voyage et de l'aventure, connaître le frisson de la découverte et des péripéties plutôt que de me contenter de la vie calme et extrêmement prospère qui a toujours été mienne. » Où désirez-t-il allant en formulant cela ? Sans doute qu'il voulait sous entendre deux trois choses, même si évidemment pour ne pas être impoli il ne manqua pas d'ajouter légèrement mystérieux et amusé.

« Et je me demandais, non pardonnez moi pour ces termes, je ne doute point que votre relais et vous même savez offrir ce genre de trésors à ceux qui les cherchent, ceux de la découverte et bien d'autres encore. Et plus ou moins inattendus. La question n'est donc pas forcément ce que je désire, mais ce que vous aimeriez m'offrir ou me montrer. Et en cela vous avez toute ma confiance. » Et visiblement il ne parlait pas de choses communes ou plus ou moins vulgaire comme le désir de chair. D'ailleurs, peut-être invitait-il surtout la dame à lui faire la surprise ? Du moins c'est ce qui semblait se discerner dans ses paroles plus ou moins obscures. Et ce serait certainement cohérent avec le goût pour l'aventure ou la nouveauté qu'il devait avoir. Du moins celui qu'il prétendait avoir, d'ailleurs il ne manqua pas de glisser tout de même poliment alors que la dame devait sans doute y réfléchir. Comme pour rester poli et ne pas faire le goujat qui voulait un service quelconque sans préliminaires.

« Mais avant cela, accepteriez vous de boire un thé ou un quelconque breuvage qui vous plairait en ma compagnie ? J'avouerai ne pas être désintéressé à l'idée de faire un peu votre connaissance, même si évidemment je comprendrai si vous n'avez guère une minute à consacrer pour cela. » La politesse et la convivialité pouvaient ouvrir bien des portes après tout !


-Avatar par "Jee Wook Choi"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dame des Sables ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Mäje
:: La Dame des Sables ::
Mäje
MessageSujet: Re: Sire et damoiselle (Pv Mäje)   Mar 5 Mar - 19:59

Le jeune homme qui lui faisait face était, de toute évidence, un grand bavard, et l’immortelle fut surprise de voir un tel flot de parole couler de ses lèvres fines sous ses petites moustaches entretenues. Non que cela lui déplaise : au contraire, elle appréciait encore plus la compagnie charmante et prolifique que les dialogues stériles. Et elle se disait d’ores et déjà qu’il semblait être à tenir de longue conversation. Très loin de sa clientèle habituelle, quoiqu’en ces temps plus rien ne l’étonné, surtout la curiosité des notables de la nation pour les curiosités exotiques qu’elle avait à offrir. Lorsque le dandy la fécilita pour sa prestance, Mäje lui renvoya un sourire amusé.

Tant que cette forte impression n’est pas en ma défaveur, je vous remercie volontiers pour vos félicitations. Ses lèvres noires renvoyaient néanmoins un mystérieux trait, une coquetterie qui faisait penser à de la malice.

Alors qu’il monologuait, elle se permit de détailler le personnage un peu plus, un être haut en couleur et incroyablement cordial. Tout en lui sonnait avenant. Cela venait certainement de l’attention visible qu’il portait à son apparence : des cheveux bien taillés, une moustache entretenue, un visage coupé aux couteaux aux traits francs et sympathiques. Il semblait dans la fleur de l’âge, et Mäje aurait mis sa main à couper qu’il s’agissait d’un terran. Il semblait un peu plus grand qu’elle, ce qui n’était pas pour lui déplaire non plus. Il transpirait la prestance, et irradiait d’une certaine forme de lumière, un charisme solaire qui le rendait particulièrement bonhomme. Il ne devait pas avoir de mal à être le confident de ces mesdames, ou l’ami de trente ans de ces messieurs. On lui vendrait sans sourciller Hesperia sur un plateau. Un métier social ? Une vie simple et calme… Peut-être un commerçant, ou un notable ?

Mäje continuait de l’écouter d’une oreille, cherchant en même temps la finalité de ce long discours. Il dessinait l’ébauche d’une vie bien remplie sur deux tableaux, laissant sous-entendre l’abandon d’une carrière routinière pour une vie d’aventurier de grand chemin, et sûrement de mercenaire. Une lame à la recherche de grands frissons ? Dans ce cas elle avait bien quelques produits à lui faire découvrir, mais comme le discours tournait à la fantasmagorie et à des abysses plus discrets que les commerces de grand jour, elle préférait entendre ces demandes de vive voix, et pas au milieu d’un couloir où circulait tous les clients. Cette partie de son activité n’était certes pas le plus secret des mystères mais elle tenait tout de même à ne pas en faire une attraction : le contrôle était la clef du commerce.

Et il conclut son discours en lui laissant la charge de le surprendre. Une bien grande mission pour un homme qui demeurait somme toute un mystère. Prenant un air curieux et songeur, elle se pinça son joli bout de menton entre ses doigts graciles, imaginant tout ce qu’elle pourrait bien montrer. Et dans son monde qui pullulait d’exotisme, nombreuses étaient les merveilles qu’elle cachait : collection d’objets anciens, récits de voyages, alcools rares, mets exotiques, sublimes vapeurs… Un océan vaste, trop vaste pour une sirène qui ne savait pas dans quelle direction nager. Aussi jugea-t-elle bon d’attraper le taureau par les cornes et d’attaquer le morceau d’un autre bout.


Eh bien, j’accepte volontiers votre proposition, mais je vous avoue vouloir avant tout parler de vous. Dit-elle malicieusement. Son regard croisa celui du page à ses côtés. J’imagine que mon emploi du temps peut se passer de moi pendant une heure, et que Datheba pourrait bien assurer le service en jusqu’à mon retour.

Comme si il avait comprit l’ordre secret de sa Dame, le jeune yorka disparut discrètement de leur regard pour aller prévenir la jeune seconde, les laissant seuls au bout de ce couloir.


Parfait. Je vous invite à me suivre, Monsieur… ? Elle ne connaissait pas encore son identité, et bien qu’elle comprenne qu’il puisse la taire pour des soucis de discrétion, il ne semblait pas de ce profil.

Avec son accord, elle le mena jusqu’à un petit boudoir dérobé qui avait pour but d’accueillir les commerçants et notables pour parler affaire, ou les petits bourgeois pour accueillir leur tendre rendez-vous sans attirer l’attention. La pièce, dont les murs de couleur ivoire étaient recouverts de tapisserie argyréenne, était décorée du premier goût dans le style nomade, avec des petits fauteuils et des longues chaises longues doublées en massym, des coussins et des petites tables en bois exotiques, et des lampes à fumées de la première élégance. Rentrer dans cette pièce était comme rentrer dans un autre pays, avec son odeur d’encens et de musc. Mäje l’invita à s’assoir où il le désirait, et attendit son tour pour s’assoir sur le côté sur un divan, exposant à moitié ses longues jambes dorées.


Pour commencer : une question épineuse, et qui en dit long sur vous et vos souhaits. Que désirez-vous boire ? Elle observait finement les réactions du jeune homme, et espérait obtenir de lui quelques informations qui la guiderait pour devenir le meilleur hôte possible pour cet aventurier du nouvel âge.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Lame Pourpre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Omar Tharn
:: La Lame Pourpre ::
Omar Tharn
MessageSujet: Re: Sire et damoiselle (Pv Mäje)   Jeu 7 Mar - 17:44

Il acquiesça aux paroles de la dame que ce soit pour le fait de la suivre ou bien qu'elle désirait qu'ils parlent de lui, soit ! Sans être un sujet détesté, ce n'était pas son préféré, mais bon il savait apprécier qu'on s'intéresse à lui disons... C'est donc ainsi qu'il la suivit jusqu'à un petit boudoir où il s'installa non sans une certaine grâce bourgeoisie alors qu'il appréciait tout à fait aussi bien l'esthétique des environnements que le raffinement de la dame lui faisant face qui lui demanda assez rapidement ce qu'il désirait boire, ce à quoi il répondit aimablement.

« Du thé me conviendra parfaitement, pour le parfum je ne suis pas bien difficile tant que c'est de bonne qualité, j'aime bien qu'on me fasse la surprise dirons-nous. » Ceci dit, il ajouta ensuite après un léger silence.

« Quoiqu'il en soit je vais donc tâcher de me présenter comme je ne l'ai pas encore fais, je me prénomme Omar Tharn, membre d'une riche famille de banquiers de Tyrhénum, profession avec laquelle j'ai pris mes distances pour un temps comme vous l'aurez compris. » Mais qui expliquait bien son actuelle abondance financière visible et son raffinement. Il était indéniablement issu d'un milieu riche, il n'était pas noble certes, mais probablement plus riche que certains nobles en effet… En même temps, c'était ça aussi le principe d'une banque, avoir de l'argent, beaucoup d'argent… Ce serait donc un comble que ses propriétaires soient pauvres. Il ajouta alors.

« Et si vous voulez en savoir plus sur moi, j'ai un goût prononcé pour l'aventure, les combats d'arènes non pas à morts mais faits pour se divertir, notamment moi-même y participer, la bonne nourriture, la bonne compagnie, l'art, la musique et je suis fasciné aussi bien par les autres peuples que nations, après tout l'argent n'a pas d'odeur et l'inconnu a ce côté fascinant qui sait être séduisant. Je ne suis pas bien difficile en vérité sinon et je pense que vous saurez sans mal trouver de quoi me faire passer un bon moment, vous devez après tout avoir rencontré des cas bien plus difficiles que moi… Pour le reste, je suppose que vous le découvrirez par vous-même... » Ceci dit il demanda alors aimablement et non sans une certaine curiosité.

« Et vous ? Après tout je suis loin d'être la seule personne intéressante ici... » Un compliment non dissimulé et pas si subtile que cela qu'il lui faisait, mais bon après tout il n'allait pas cacher sa curiosité, surtout que l'un des intérêts de voyager c'était justement de faire des rencontres intéressantes, n'est-ce pas ?


-Avatar par "Jee Wook Choi"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dame des Sables ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Mäje
:: La Dame des Sables ::
Mäje
MessageSujet: Re: Sire et damoiselle (Pv Mäje)   Mar 12 Mar - 15:36

La réponse du jeune homme ne se fit pas attendre, et la dame claqua discrètement des mains. Un page ouvrit alors la porte avec discrétion et prestance, et elle lui soufflât quelque chose à l’oreille que lui seul pu entendre. Sans rien dire de plus, il disparu derrière cette même porte et les laissa aller à leur conversation.
Ainsi, le jeune homme était de Thyrénium. Mäje ponctua son intervention en attendant bien sûr qu’il finisse ses phrases pour ne pas le couper dans l’empressement.


Vous dégagiez en effet la prestance d’un notable, mais le métier de banquier ne m’étais pas venu à l’esprit. Cette place devait vous êtes enviée, pourtant, des petites gens.
La convoitise attise souvent bien des braises, et elle imaginait sans peine qu’il ait suscité quelques jalousies de ses années de service. Mais je comprends sans peine pourquoi vous avez décidé de vous éloigner de la profession qui devait être somme toute redondante et routinière, et loin de l’adrénaline que vous semblez rechercher.

Elle avait fait mouche, mais garda en toute discrétion le fruit de ses réflexions. Et à bien y réfléchir, il lui avait déjà semblé entendre ce nom qui sonnait vaguement familier chez les notables de Thyrénium. Une dynastie prometteuse qui avait permis à la moitié de la ville de s’enrichir, de bâtir, de partir à l’aventure… Alors un des fils prodigue avait décidé de se séparer pour suivre sa propre voie. Culotté et téméraire pour un bureaucrate, mais l’audace était un trait qui l’attirait, et qui en disait long sur le personnage. Ecoutant ses paroles, elle sourit tranquillement, comprenant que l’argent ne serait pas un problème : mais ceci lui apparaissait déjà clair en constatant l’élégance du galant.


Et il semblait être un homme de goût et de raffinement. La liste qu’il lui dressa avait de quoi faire pâlir les plus élégants des éclaris, et elle apprécia cela comme de la musique. Il était rare, aujourd’hui, de rencontrer quelqu’un qui avait un amour appuyé pour les belles choses, les choses de l’esprit et de l’art. De plus, il semblait être une fine lame pour participer à des combats d’arène, quoiqu’elle fut bien incapable de savoir si cela tenait plus de la réalité que de la coquetterie. Mais à en juger par ce corps qu’elle devinait adroit et élancé, cela devait être vrai.
Sans rien dire, une liste se dessina dans son esprit de ce qu’elle pouvait lui proposer, espérant que parmi ces quelques propositions il y aurait quelque chose pour lui plaire.


J’ai peur de ne pas être aussi intéressante, au contraire.
Dit-elle bien humblement en attrapant des doigts une petite boîte de bois qui renfermait quelques cigares argyréens. Avec habitude, elle tendit son contenu à l’aventurier. Immortelle parmis les immortels, Mäje, pour vous servir. Je suis l’humble gérante de cet établissement, et veille également sur Val’Meëza, le grand relais du désert. Et, somme toute, j’apprécie les mêmes choses que vous – si ce n’est que je suis moins friande à finir dans une arène. Musique, art, danse, voyage… J’apprécie également les belles choses, et je suis curieuse de nouveauté et de compagnie. Elle passa volontairement sur sa riche vie et ses quelques siècles de service pour diverses couronnes, et sur ses nombreuses péripéties autour du continent, préférant en discuter autour d’un bon verre et dans une longue discussion.

Mais vos paroles avisées m’inspire : j’ai bien quelques plaisirs à vous proposer ici. A ces mots, elle alluma son cigare d’un briquet à mèche qu’elle gardait près d’elle en toute occasion. Vous trouverez ici une collection impressionnantes de masques argyréens et d’art primitifs des tribus du désert. La nourriture que nous proposons est toujours délicieuse, et est servi accompagné de musique. Je peux également vous proposer de nombreux jeux, dont je suis particulièrement friande – poker, dame, échec… Ou mêmes plus piquants, tant que la mise est juste. Enfin, elle sourit de son audace, mais tenta le tout pour le tout. Enfin, si vous voulez, il y a également quelques… Curiosité que je prodigue et qui peuvent transporter jusqu’au plus dure des cavaliers au nirvana. Mais ce n’est pas pour les faibles de coeur, vous voilà prévenu.

Mäje ignorait encore si elle avait eut raison de lui souffler quelques mots sur les vapeurs ; ni mêmes qu’elles l’avait à moitié conduites dans ses filets. A cet instant, on ouvrit la porte et on déposa devant eux une large théière fumante, avec deux tasses de porcelaine.


Thé aux épices : cannelle, cardamome, anis, santal et menthe. Doux, sucré, et particulièrement rond, ce qui vous donnera l’impression de le sentir envelopper toute votre gorge. Servez-vous, je vous en pris.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Lame Pourpre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Omar Tharn
:: La Lame Pourpre ::
Omar Tharn
MessageSujet: Re: Sire et damoiselle (Pv Mäje)   Jeu 14 Mar - 20:34

Omar hocha la tête aux paroles de la dame qui était compréhensive de son choix de prendre la route et chercher l'aventure pour un temps. Bon, en même temps ce n'était pas bien dur à deviner supposa t-il, mais au moins devait-il faire assez bonne impression, chose qui ne lui déplaisait guère surtout en bonne compagnie comme celle-ci... Quoiqu'il en soit, ce fut non sans intérêt, attention et curiosité qu'il écouta la dame parler d-elle même. Non sans allumer et profiter de l'un des cigares qu'elle tendit au passage.

Et il se doutait bien que la vie de la dame avait été bien plus riche qu'elle ne le dit dit pour l'instant et ce pour une bonne raison. Cette dernière était une sylphide qui avait sans doute vécue déjà bien des siècles, qu'est-ce que représentait la courte durée de vie d'un terran comme lui en comparaison ? Mais bon, peut-être lui en parlerait-elle par la suite pensa t-il en n'ayant rien ressentit qui semblait être de l'agacement ou du scepticisme de la part de sa vis à vis...

Et quand elle finit de parler, il ne manqua donc pas de dire avec amusement et écartant le cigare non sans une certain prestance et non comme un malotru qui croit qu'il suffit d'avoir l'air viril en fumant pour impressionner une dame ou bien paraître. La virilité, voilà bien un concept pour lequel seuls ceux qui avaient quelque chose à se prouver à eux-mêmes avaient la moindre obsession…

« Eh bien tout cela m'intéresse et sans doute que j'aimerai bien en profiter, mais comme vous le savez j'ai une âme d'aventurier et la dernière chose dont avez parlée j'avouerai titille cette dernière. Surtout que je suppose que ce n'est probablement pas une de ces choses à laquelle on pourrait facilement penser en entendant ces paroles… Je suis donc curieux et pense pouvoir vous prouver que je saurais encaisser le choc, du moins essayer. » Il regarda son cigare l'espace d'un instant, ce dernier était déjà bien avancé mine de rien, signe que la conversation avait un peu duré, mais pas trop, puis il finit par dire d'un air amusé.

« La question sera par contre, comment puis-je vous remercier de toute votre générosité après coup ? Je suppose que les dias seraient une bonne réponse, mais peut-être trop classique à votre goût. » Quoique, il verrait bien, quoiqu'il en soit il avait donc donné son feu vert à la dame si cette dernière désirait lui montrer de quoi elle avait parlé précédemment et visiblement à son air calme et amusé on se doutait qu'il n'avait pas pensé au plaisir charnel quand elle avait parlée de cela, témoignant sans doute que ce n'était pas vraiment ce qu'il cherchait à tout va contrairement à certains...


-Avatar par "Jee Wook Choi"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dame des Sables ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Mäje
:: La Dame des Sables ::
Mäje
MessageSujet: Re: Sire et damoiselle (Pv Mäje)   Ven 15 Mar - 9:44

Avec un geste expert, elle tenait l’épais rouleau de tabac entre ses doigts d’or et déposait de temps à autres la cendre poussiéreuse dans un petit bol de fer martelé laissé là pour l’occasion. La brûlure de la fumée chaude mordait sa bouche avec délice, et laissait sur sa langue le goût amer et herbacé du tabac. Un régal qu’il était bon d’apprécier lentement, et elle constata que l’homme face à elle avait la même expertise, et ses gestes avisés en disait long sur sa maîtrise du sujet. Un fumeur élégant, dont les gestes détachés trahissait un désir de savourer plutôt que de se montrer, préférant aspirer subtilement la fumée blanche plutôt que de simplement rouler des mécaniques. Mäje était particulièrement attentive à cela, et était très sensible à ce genre de détails qui lui firent comprendre qu’il était vraiment distingué. Cela changeait de ces petits nobles qui en faisaient beaucoup pour pas grand-chose.

En même temps, elle leur servit à tous les deux une tasse remplie de thé, et déposa celle du gentilhomme face à lui sur une petite table basse. Ses paroles lui donnèrent à réfléchir quelques secondes, encore peu sûre d’elle malgré sa façade sereine et experte. Il avait le profil du parfait candidat : fier, sûr de lui, aventurier et curieux. Nul doute qu’il saurait apprécier sa créature avec le plus juste des goûts. Et pourtant elle émettait comme toujours des réserves : après tout, et malgré son sauf-conduit qui lui évitait les ennuis avec la justice, elle n’avait pas envie de voir sa réputation entachée par les dires d’un client insatisfait.
Mais il finit par la convaincre, son œil pétillant et intrigué lui renvoyant les désirs d’adrénaline que tout aventurier partageait. Avalant une gorgée de liquide chaud et enfouissant son visage sous la fumée, elle braqua ses yeux sur lui :


Votre âme d’aventurier vous fait honneur. Espérons ne pas la décevoir, quoique je suis sûre que vous serait le premier surpris… C’est vraiment une expérience unique.

Comme un grand cru, Mäje avait une confiance aveugle en ses vapeurs, et se demandait tous les jours si il ne valait pas le coup de les millésimer. Mais ce serait sûrement pousser le jeu trop loin. Elle aspira un peu plus de tabac, s’apercevant que le tube était déjà bien consumé. Le temps passait inexorablement, et jusqu’ici il n’y avait aucun indice qui lui faisait penser que son château de carte tombait en morceau : très bien.
Le Sieur Tharn souleva brusquement la question du paiement, que la sylphide n’avait pas encore eut le temps de considérer. Il était vrai que tout travail méritait salaire, hors elle estimait ne pas encore avoir rendu de service, ce qui était paradoxale pour elle qui appréciait particulièrement les pécules dorés et sonnant.


Vous vous montrez particulièrement entreprenant, Seigneur.
Dit-elle avec un amusement visible sur ses pulpeuses lèvres noires. Je vous avoue que les dias font un salaire sans équivoque, après tout c’est le nerf de la guerre. Hors je vous retourne la question : que pouvez-vous me proposer en échange de mes services ? J’imagine que vous devez être une fine lame, et il est toujours bon d’en avoir une dans ses connaissances, surtout pour une voyageuse comme votre humble servante. Mais je ne connais pas encore vos faits d’arme : en avez-vous à me conter ?

Elle tapota un peu plus sur son cigare, appréciant son odeur brûlante, boisée, et les vapeurs d’épices du thé chaud qui se propageait dans toute la pièce comme un alcool entêtant. La visibilité se réduisait à vue d’œil, tant ils étaient bercés par la vapeur.


C’est également bien dommage que vous ayez cessé vos activités banquières, car un bon financier peut être du plus bel avantage. Elle sembla réfléchir un court instant, et revint avec un aplomb profond et sûr d’elle. Je souhaite vous proposer un marché : je vais vous offrir un échantillon de ma merveille. Juste assez pour que vous sachiez si cela est de votre goût, et si vous tenez le choc d’un tel voyage. En échange, et si vous êtes conquis, vous m’en proposez le juste prix. Alors, marché conclus, Monsieur Tharn ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Lame Pourpre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Omar Tharn
:: La Lame Pourpre ::
Omar Tharn
MessageSujet: Re: Sire et damoiselle (Pv Mäje)   Mar 19 Mar - 21:03

Omar goûta un peu le thé pendant que la dame parlait tout en écoutant attentivement celle-ci et sembla plutôt l'apprécier, du moins de la façon digne dont il le but. D'ailleurs il ne manqua pas de sourire de façon amusée à la dame qui visiblement appréciait parler de l'expérience unique qu'elle pourrait lui offrir. Unique ? Il sentait que ça devait avoir un lien avec de la magie ou quelque chose du genre, après tout les sylphides étaient très compétents dans le domaine et surtout ils avaient toute leur immortalité pour développer ce talent, alors nul doute qu'elle devait avoir quelques ressources en main…

« Ah ? Donc un guerrier vous intéresserait ? Soit, ce serait une façon bien amusante de vous payer après tout de voyager à vos côtés pour vous venir en aide pour une raison ou une autre. Quant à mes faits d'armes, j'en ai quelques-uns en effet, mais j'aimerai vous faire part de ma longue expérience de combat dans les arènes de ma cité. Malgré mes occupations de banquiers ou d'héritier je n'hésitai pas à m'y rendre assez fréquemment pour y goûter au frisson du combat et affronter des fois de véritables combattants professionnels. Jamais à mort certes, mais je pense que l'expérience de la chose m'a quand même assez aguerri dans le domaine. » Il sembla pensif un instant, puis ajouta alors.

« De plus, comme vous sans doute je maîtrise un peu la magie. Je suis ainsi capable d'adopter une force digne de celle d'un taureau, de parler un court temps par la pensée et surtout de lire les émotions de mes prochains. Non pas les pensées, mais j'ignore difficilement ce qu'ils ressentent… Du moins quand j'use de ma magie. » Souligna t-il alors avec humour, ce avant de conclure avec une pointe d'entrain.

« Marché conclu quoiqu'il en soit, surtout qu'à force de m'en parler ainsi je vais finir par croire que vous allez m'offrir le soleil. » Ce avec une pointe d'humour vers la fin évidemment, même si bien entendu il savait qu'il ne serait pas déçu quoiqu'il en soit, après tout elle n'avait pas l'air du genre de dame à promettre plus qu'elle ne pouvait offrir...


-Avatar par "Jee Wook Choi"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Dame des Sables ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Mäje
:: La Dame des Sables ::
Mäje
MessageSujet: Re: Sire et damoiselle (Pv Mäje)   Mer 20 Mar - 17:30


Alors que le dandy bu doucement son thé en semblant l'apprécier, Mäje, quant à elle, en avalait de petites lampées discrètement en savourant la fin de son cigare. Plus elle l'observer, et plus elle se doutait qu'il devait être, de son côté, observateur. La situation l'amusait beaucoup, et elle le regarda s'exclamer en réponse à son offre.


Un mercenaire est toujours utile, et ce en toute situation, voyez-vous. J'ai déjà manqué plusieurs situations épineuses par manque d'hommes forts à mes côtés, et vous seriez le bienvenu pour une de mes aventures - si vous pouvez nous empêcher de tomber dans le pétrin bien sûr, ce que je ne doute pas que vous ferez. Le thé chaud rendait sa langue un peu pâteuse mais elle persévéra à parler avec son ton élégant. Et vos faits d'arène m'intéressent particulièrement, il est rare de rencontrer un combattant de Thyrénium, surtout un des meilleurs. Puis elle rajouta assez brusquement, comme pour mettre les pieds dans le plat. Avez-vous déjà tué? Si vous êtes de devenir un membre d'une de mes aventures, je dois m'assurer que vous puissiez nous protéger en toute circonstance.

Elle ne voulait pas jeter un voile sombre sur sa personne, mais elle devait bien admettre qu'il était des aventures où la mort était inévitable. Que ce soit des bandits sur les routes dangereuses ou des créatures avides qui jalonnaient le chemin… Les mauvaises rencontres étaient nombreuses, et c’était souvent dans ces instants critiques que l’on se rendait compte de la vraie valeur de ses compagnons.
Mais le jeune homme semblait poursuivre en se vendant bien : et ce avec tout un arsenal de magies dignes des plus grands combattants, et plus ou moins tourné vers le combat. Parfait, si elle désirait acquérir sa lame dans une future occasion.
Cependant, son talent d’empathie éveilla sa curiosité. C’était une magie rare et elle percevait difficilement comme il pouvait lire en les émotions. C’était tout comme sa capacité de télépathie : c’était toujours utile, surtout à distance. Mäje termina son cigare.


Vos magies vous honorent, et seront des plus utiles dans les situations périlleuses. Elle souffla une ultime fois sa fumée devant elle. Je ne peux pas prétendre à la même chose, mes dons étant bien plus… Bref, de toutes autres natures. Que pouvez-vous dire de mes émotions, Seigneur ?

Elle rit avec amusement, ses yeux brillants d’une pétillance toute enfantine et joueuse. Le jeune homme était un intriguant du premier ordre, et elle commençait à beaucoup apprécier sa compagnie. Elle espérait à présent qu’il apprécierait ces soleils qu’elle avait à lui offrir… Les choses sérieuses allaient pouvoir commencer, et elle savait exactement comment mener la danse.

Et bien, mon Seigneur, vous pouvez être fier de vous : vous faites partis des rares courageux à sauter le pas. J’espère ne pas vous décevoir… Féline une panthère, avec la souplesse d’un serpent, elle se leva et posa sa main sur sa hanche. Ce n’est pas tout à fait un soleil, mais vous pourrez prétendre pouvoir les visiter…

Sa main balaya d’un geste son épaisse chevelure noire, et elle s’approcha doucement du jeune Omar. On pourrait se méprendre sur ses intentions, et pourtant il n’y avait pas de plus belle façon de recevoir ses vapeurs, et quoique ce petit jeu l’amuse beaucoup, il n’y avait guère que l’envie de lui faire goûter sa créature qui l’animait vraiment. Se penchant sur le jeune homme en l’encadrant de ses bras dorés, abrités par ses manches carmin, elle laissa leurs yeux se rencontrer avant de se pencher un peu plus, toujours plus jusqu’à ce que leur visage soit assez proche pour qu’elle sente l’air de son souffle balayer sa peau. Ses lèvres sombres n’étaient qu’à quelques centimètres, doucement entrouverte, et sans jamais tomber dans un baiser, elle laissa s’échapper le temps d’un battement de cils une once de vapeur blanche et opaque qui pénétra silencieusement la bouche adverse avant de disparaître en lui. C’était juste assez pour une trentaine de seconde du plus intense des voyages, mais assez pour qu’il goûte aux prémices du nirvana et de l’extase. Et le temps pour elle de regagner sa place et sa tasse de thé.

Silencieuse, elle attendit qu’il revienne, curieuse de connaître son avis et de savoir ce qu’il avait bien plus voir par-delà le voile. En attendant, elle pourrait bien finir sa tasse…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: La Lame Pourpre ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Omar Tharn
:: La Lame Pourpre ::
Omar Tharn
MessageSujet: Re: Sire et damoiselle (Pv Mäje)   Ven 22 Mar - 20:04

« Si nécessaire, je suis capable d'aller jusque là, mais jamais quand c'est superflu ou si je peux l'éviter dans la mesure du raisonnable évidemment. » Répondit-il simplement avec un certain sérieux mais poliment au sujet du fait qu'il avait déjà tué. Ce sans vraiment répondre à la question directement en soit, en même temps le sujet était assez sensible en soit... Il comprenait évidemment que des fois il n'y avait pas le choix, mais évidemment il ne faisait pas partie des brutes qui aimaient le fait de tuer tout de même.

« Vous semblez de bonne humeur, une humeur un peu joueuse, du moins de ce que j'en déduis sur l'instant. » Dit-il sinon avec amusement en activant un court instant ses pouvoirs en sortant son catalyseur volontairement sans discrétion, puis il arrêta la chose et conclut simplement les paroles de la dame par un regard curieux et un simple hochement de tête. Ce juste avant que la dame ne fasse son office.

Et à vrai dire, Omar se demanda ce qu'elle faisait jusqu'au bout quand elle s'approcha de lui non sans une certaine félinité, néanmoins se disant que les apparences étaient trompeuses par intuition, il laissa faire jusqu'au bout sans réagir et en faisant confiance. Jusqu'à ce qu'il respire en partie la fumée que la dame expira...

Alors le mercenaire machinalement, du moins de corps, vînt se tenir à la table de la main gauche tout en mettant par réflexe la droite sur son front. Sans doute un réflexe plus qu'autre chose… Ce alors que pour sa part il vécut pendant une trentaine de secondes qui parurent pourtant bien plus longues pour lui, une expérience bien étrange…

De laquelle il émergea de façon assez… Troublée, du moins il se frotta les yeux avant de dire machinalement.

« Il y avait, une sorte de… Papillon qui s'élevait… Disons que c'était moi ce papillon, fait de lumière et de brume qui s’élevait donc dans une immensité emplie d'étoiles et sombre à la fois. Puis, au moment où je suis sortis du songe, le papillon a implosé dans une sorte de tempête de lumière multicolore. C'était étrange, mais agréable comme expérience. » Il secoua la tête, puis dit avec un amusement.

« Alors, votre opinion quand à ma résistance ? Quoiqu'il en soit, je suppose que votre don doit être une excellente source de revenue... » Il est vrai après tout que ça devait rapporter. D'ailleurs, il semblait encore se remettre un peu de cela donc n'était pas aussi loquace qu'il l'était normalement, mais ça pouvait se comprendre. En vrai il semblait d'ailleurs bien se porter, juste se remettre du fait que ça avait été assez ésotérique...


-Avatar par "Jee Wook Choi"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Sire et damoiselle (Pv Mäje)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sire et damoiselle (Pv Mäje)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On ne désire pas ce qu'on possède [Zelda] {-18}
» Musique médiévale
» Arrivée d'un etranger au Poney
» #_ Feu d'artifice _#
» Le régent et la damoiselle [Jena]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Eridania, le pays aux mille culturesTitre :: Hesperia, la CapitaleTitre-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !