Ymir M.Njord - Deux esprits dans un même corps.

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 5
• Eclaris: 4
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 4
• Nérozias: 5
• Gélovigiens: 4
• Ascans: 2
• Marins de N.: 7
• Civils: 18

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Langdum Mois:Cicium
[Mars/Avril en temps réel]

Tableau d'honneur


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ymir M.Njord - Deux esprits dans un même corps.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: Vagabond ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Ymir M.Njord
:: Vagabond ::
Ymir M.Njord
MessageSujet: Ymir M.Njord - Deux esprits dans un même corps.   Mer 6 Mar - 0:21



Ymir M.Njord
« Short quote »




IDENTITE : Ymir Métis Njord
SURNOM : Le corps que je possède n'a pas de surnom, moi Métis possède le surnom de "Traître aux valeurs".
AGE : 800 ans / 22 ans | SEXE : Masculin
PEUPLE : Moi Métis suis Sylphide. Mais le corps que je possède est celui d'un Terran.
CASTE : Un simple Civil, Vagabond.
METIER :  Vous voulez rire ? J'suis jongleur ! Ou plutôt si on peut me permettre prestidigitateur ! Mais mon vrai métier, en tout cas, celui que mon père m'a appris, c'est d'être Ecrivain !




DON : Immortalité // Insensibilité
SPECIALITES : Sens de l'orientation / Mémoire surdeveloppée.
POUVOIRS :
Auto-Régénération = ★★★★✩✩

Il n'y a rien de plus simple concernant ce pouvoir, concentrant son essence divine dans son corps, le Sylphide peut guérir le corps meurtri du Terran tout en refermant même les plaies particulièrement profondes. A la suite de ce pouvoir, il est prévu d'avoir la capacité de pouvoir même faire repousser ses propres membres en prenant son temps, ainsi qu'en laissant le temps aux soins de se prodiguer à travers tout le corps.

Contrôle des flammes et manipulation de la forme = ★★★✩✩✩

Ymir se bat avec des Chakrams depuis sa plus tendre enfance, comme pour lui donner un Boost, Métis peut donner à ses chakrams des ajouts de flammes qu'il peut arrêter ou même faire apparaître sur ses chakrams.

Téléportation d'objets = ★★✩✩✩✩

Même si la puissance de ce pouvoir paraît assez important, il ne l'est pas autant que possible, Ymir peut faire téléporter un objet qu'il a touché au moins une fois sur une portée de vingt mètres. Ainsi il peut faire apparaître un objet (tel son chakram) si il vient à le lancer dans sa main, ou bien même faire apparaître une pomme de son propre sac, si il l'a déjà touché. Avec ceci, Ymir s'en sert surtout pour ses petits tours de magie.


Deux chakrams : Ca paraît assez simple, certains n'appellent pas cela des chakrams mais ce sont les deux armes, ou plutôt les deux objets que Ymir possédait et dont il se servait pour avoir un peu d'intérêt, comme un artiste de cirque, il appréciait grandement pouvoir jouer avec et faire rire la foule avec, mais il sera ainsi plus à même de vous en parler. Yep ! Donc ces deux petits jouets sont à moi, mes deux meilleurs amis ! On est insépérables depuis que je suis gosse, c'est l'un des cadeaux que mon père et ma mère ont voulu me faire, j'y tiens beaucoup et disons qu'en plus d'avoir un aspect sentimental, ces deux armes peuvent énormément m'aider, même si elles n'ont pas un aspect pratique à première vue, ces armes ne sont pas très faciles à subtiliser dû aux piques qui s'y trouvent. Il m'a même fallu un certain temps pour les maîtriser, mais j'suis dorénavant bien habitué !

https://www.nautiljon.com/images/jeuxvideo_persos/00/12/axel_121.jpg


Livres et encriers : Les affaires de Métis sont assez simples, quelques petits livres aux pages vierges, ainsi que quelques encriers pour assouvir ses désirs d’écriture aux moments les plus intéressant de sa vie, si toute personne arrive à obtenir son livre, c’est ici qu’il garde caché ses informations les plus secrètes. En toute réalité, sa vie pour être bien précis, il n’aime pas en parler mais aime la coucher sur le papier, espérant pouvoir la donner à quelqu’un au moment où sa vie décidera de quitter son chemin, ou qu’il n’aura plus l’envie de vivre en ces lieux.

Pendentifs : Voici pour cette fois ci, quelque chose d’assez simple, tout deux ont un pendentif qui est assez particulier. Forgez au désir de Métis, le message est assez simple, sur l’un des morceaux, le message « Tout deux... » est écrit. Si l’on retourne le pendentif, il est écrit « A jamais. » sur l’autre partie. Métis n’a jamais voulu expliqué pourquoi cette phrase des plus mystérieuses, mais Ymir n’a pas été trop curieux à ce sujet là.

Cartes : Étonnement, le Sylphide a gardé un bon réflexe quand à ses affaires, il apprécie réellement se balader avec des cartes et a donc dans son sac, des cartes de chaque régions de ce bas monde, faisant de ce sac un sac SACREMENT lourd pour les épaules du Terran. Mais sur ces cartes sont cochées quelques lieux, comme pour se souvenir de là où il a déjà pu voir les merveilles, voulant faire découvrir à Ymir tout ce qu’il y a, à découvrir.



Un pas devant l’autre, une main sur la tête, venant frotter cette tignasse, je regardais ce miroir qui se trouvait devant nous, un léger sourire sur le visage, une petite voix me disait dans ma tête de me dépêcher pour m’habiller et qu’on avait du chemin à faire aujourd’hui, mais quel borné celui là… il avait beau m’avoir sauvé, il était toujours aussi rapide pour se réveiller. Un petit coup d’eau sur le visage et mes mains venaient tirer mes cheveux rouge en arrière alors qu’un sourire se posait sur ce visage fin, celui d’un jeune homme d’une vingtaine d’années, les traits fins du visage se montrant peu à peu. Quand l’on remonte un peu plus, on peut voir des yeux marrons-verts, une forte lueur verte s’émanant de ses yeux de par la lumière qui tombait dans cette chambre, ses yeux semblaient malgré tout très cernés, quelques traces noircies pouvant s’y voir sous ses yeux. D’un mouvement assez las, ses bras venaient de le sortir de sous sa couette, dévoilant une partie supérieure entretenue, pas au point d’être un Apollon, mais tout de même.

- Dépêches toi un peu Ymir…. Nous n’avons pas tout notre temps !

Olala ce rabat-joie. Bon, bon, me levant alors d’un pas assez leste, je laissais donc mon corps se dévoiler dans son entièreté, non raté, vous ne verrez rien plus bas, je porte un froc tout de même ! Voyons, bande de dépravés ! Un léger sourire sur le visage, on pouvait donc voir que ma taille n’excédait pas la moyenne haute, un bon mètre soixante dix huit, rien d’impressionnant, mais rien de trop petit pour soixante trois kilos. M’étirant alors, je laissais mes bras s’étirer pour attraper mes habits, venant donc enfiler mon haut, les couleurs n’étaient pas spécialement chatoyantes, pas dans le gris, mais un mélange plutôt d’argenté, ainsi que de noir, se trouvait sur mes épaules, un haut très peu en couleur, pour faire un contraste avec mon joli minois et ma tenue ! J’en riais même, dévoilant donc mes dents dans ce rire, amusé par ma propre bêtise matinale, un petit jeu que Métis trouvait peu à peu long ! Désolé mon vieux, j’accélère !

Enfilant donc mon bas, dans les mêmes teintes que le haut, je venais donc prendre mes bottes, ainsi que mon sac de voyage, un petit sac en cuir où une légère chaîne en argent avec un petit symbole s’y trouvait. Ne me demandez pas ce que c’est, il n’a jamais voulu m’en parler, comme si c’était un secret d’état, il vient squatter mon corps et me fait encore des cachotteries ! Quel petit timide il fait tout de même ! Mais quelques autres tenues s’y trouvaient et parmi elle, une tenue de scène, ou plutôt de « magicien » en quelque sorte, on pouvait même penser à elle telle une tenue de clown mais dans des tons extrêmement colorés, pour attirer l’oeil et donner envie aux gens de venir voir le spectacle !

Sortant donc de la chambre d’un pas assez rapide, je venais donc rejoindre mon cheval, ce bon vieux Rénos ! Un bon p’tit père qui n’aime pas spécialement que je le taquine, c’était donc en m’installant sur la belle bête que je venais sourire, remettant mon long manteau noir, ne mettant pas la capuche pour cette fois, un léger sourire sur le visage. Il était temps de reprendre la route et de découvrir de plus amples contrées !

- Parles pour toi Ymir… tu vas les découvrir, moi j’ai déjà tout vu.

- Allons Métis…. Ne sois pas aussi rabat-joie, on va s’amuser ensemble !


- Trêves de plaisanteries Ymir, tu me fatigues. Nous allons faire quelque chose de très simple, tour à tour, nous allons nous présenter, nous avons un peu de route à faire et cela ira très bien dans notre auto-biographie, cela te va ?

- Parfait ! Roules alors Métis !

Voilà donc, enchanté de vous rencontrer, je suis Métis, Sylphide de quelques centenaires en arrière, pourquoi suis je en ce lieu ? Ne soyez pas trop curieux, vous apprendrez à le découvrir au fur et à mesures, je suis sûr que vous serez intéressé par l’histoire que nous pourrons ainsi vous conter. Je ne me considère pas comme quelqu’un de particulièrement intéressant, j’apprécie la lecture et appréciant le calme en général, je suis ce que l’on pourrait appeler un esprit assez calme, assez posé, assez « réfléchi » dans son ensemble, j’apprécie tout ce qui demande une réflexion. A l’époque, je n’étais absolument pas comme cela, j’étais plus ce que l’on peut considérer comme une tête brulée, aucuns commentaires Ymir… mais j’ai voulu me poser à la suite d’événement que vous aurez peut être la chance de découvrir par la suite. Ma position de Sylphide ? Je me moque d’être dorénavant ce que je suis, je vis ma vie, telle que je l’ai décidé, peut être que cela ne plaît pas à mon peuple mais je me moque de cela, nous avons trop longtemps vécu en nous sentant « faussement supérieur » à notre prochain. Il est temps que cela change.

Bien sûr, je ne suis pas condensé dans ces quelques mots, si vous aimez la nature ainsi que discuter d’histoire, vous n’aurez pas une sourde oreille à mon égard. Comme vous avez peut être pu le remarquer, moi et Ymis n’avons pas le même dialecte, non pas que cela me dérange, mais nous n’avons pas la même façon de cotoyer autrui avec la même aisance, cela est peut être même la chose dont j’ai le plus de mal. Avoir un langage familier avec autrui, pouvoir discuter sans la moindre difficulté avec quelqu’un que je ne connais pas ou que je n’ai pas appris à connaître ? Ceci n’est pas chosé aisé, mais c’est en cela que nous essayons tout deux de nous « conforter », lui n’est pas un grand intellectuel à aimer passer du temps derrière les livres, moi n’aime pas les actions à longueur de temps, c’est une chose assez bizarre.

Mais l’élément le plus… perturbant dirais je ? C’est peut être le fait que je n’ai pas pris entièrement possession de son esprit, nous agissons en réalité d’un commun accord, quand une chose se doit d’être faîte de son côté, je lui laisse la possession de son corps, dans le cas où je me dois d’écrire quelconque texte, ou avoir une quelconque discussion, je reprends de mon côté la possession, mais jamais sans son accord. Ceci peut être, disons très mal vu de la part du peuple Sylphide, mais le jeune Ymir m’a montré qu’il était digne de continuer à partager ses pas sur cette terre, il m’aurait été inconcevable d’ôter la vie de quelqu’un comme lui.

- Hey ! Hey ! Métis ? C’est à moi maintenant ?

- Bien sûr, bien sûr. Prends donc place.

Et c’est l’retour d’Ymir sur le devant d’la scène ! Comme vous avez pu comprendre avec Ymir, je n’aurais pas autant de choses à dire, je suis plus la personne d’action, la personne à savoir user de ses capacités dans le social mais dans une mesure plutôt… familière ? Ouep, c’est bien ça ! En gros, je suis du genre à être beaucoup plus amusant que lui, ce n’est pas un reproche, c’est une évidence ! Quand il y a quelques choses à faire, qu’il y a de l’action dans l’air, je demande toujours à reprendre possession du corps, j’adore quand il y a quelque chose à faire, rester sans rien faire ? Discuter ? Bien sûr, je peux le faire, ça n’est pas le problème ! Mais ne me demandez pas non plus de rester à longueur de temps à vous écouter jacasser, j’apprécie l’action, rester trop longtemps immobile, c’est très difficile pour moi, comment dire que le mot qui ne me correspond pas est le mot « patience » ? Vous l’aviez deviné ? Vous êtes des p’tits futés, je l’avoue !

Bon si on considère maintenant autre chose, j’adore faire rire les gens, je préfère entendre quelqu’un rire, que l’entendre pleurer, je me démenerais toujours pour que les gens soient heureux autour de moi . Peut être parce que je suis trop insouciant, c’est vrai que vu comme ça, vous auriez peut être raison, mais le contact avec les gens, c’est vraiment mon dada, c’est pour ça que j’adore faire dans les nouvelles villes, des petits tours, de la magie, du jonglage, faire sourire et rire les gens, ça me met du baume au cœur ! Quelque chose d’autre qui me plaît ? Les grandes ballades ! J’adore faire des tours un peu partout ! En ville, en forêt, sur le bord de la mer, même si je l’ai jamais vraiment vu, j’étais tout p’tit quand j’ai vu ça… faudra y retourner un jour ! Et dernière petite chose, mais ça c’est pas un secret, j’adore les fruits et le sucré ! Je donnerais tout pour manger une glace avec quelqu’un et pouvoir rigoler avec lui, c’est trop bien de manger une glace et de rigoler ! C’est même comme ça qu’on se fait de bons potes !

- Tout a été dit de ton côté Ymir ?

- Non pas tout ! Mais il faut bien garder de la surprise, pour les gens qui nous croiseront ! ~



PRENOM : Mars
RACE : Faucon
SEXE : Masculin
POUVOIR : Aucuns
DESCRIPTION : Ce petit faucon de deux ans est un ami que j'ai obtenu après avoir soigné sa patte et pris de nombreux coup de bec, sale bête qu'il est. Tête de mule et entêté au possible, il n'aime pas qu'on lui fasse la moindre remarque. Appréciant tout autant les deux personnalités, comme si il les reconnaissait, il aime tout autant l'un que l'autre, ne se comportant pas obligatoirement de la même façon. Comme un petit jeu pour le reconnaître, Ymir tendra toujours sa main gauche pour récupérer l'animal alors que Métis tendra la main droite pour cela, l'aidant beaucoup à reconnaître l'individu. Dans l'ensemble, il est un partenaire de voyage tout à fait agréable, aimant participer aux tours d'Ymir ou venir se poser aux côtés de Métis pour la lecture.


PRENOM : Rénos
SEXE : Masculin.
DESCRIPTION : Cheval au magnifique crin noir, ce bon vieux canasson n'aime pas les marques d'affection trop affriolantes, d'un naturel finalement assez pragmatique. Du haut de ses 8 ans, le cheval aime simplement faire son travail et par la suite, se reposer pendant quelques heures, comme un Terran un peu fainéant ! Toujours à l'écoute dans les deux cas, il apprécie servir de coussin à Ymir lors de ses siestes impromptus, son corps est malgré tout marqué de quelques marques, récupérés à la suite d'une ferme qui brûla lors du passage d'Ymir, les aidant au mieux, le cadeau fit un cheval de trois ans à l'époque. Un joli cadeau qui devint bien vite un ami.



- Vraiment ? Devoir parler de moi ? Je n’aime pas du tout ça, mais pour vous, je vais le faire, cette fois ci uniquement, ne vous attendez pas à ce que je parle de mon passé aussi aisément.

En m’asseyant assez calmement à la table, un barde, un homme assez agréable à vivre venait de se poser face à moi. Il voulait apprendre mon histoire, comme « fasciné » de ce que j’avais pu faire de ma vie, comme si les gens voulaient entendre les histoires d’un homme tel que moi… finalement, est ce que l’on peut parler d’homme en parlant de moi, moi qui ne suis qu’un Sylphide ? En ces mots qui vont être disséminés, vous n’aurez aucunement les propos d’Ymir, seul moi, Métis aurait la possibilité de vous appuyer cette histoire, ce comte qui pourrait être une histoire pour enfant, un comte pour faire rêver toutes ces petites têtes blondes durant le moment où ils commencent peu à peu à tomber dans les bras de Morphée, assez amusant n’est ce pas ? Mais vous allez bien vite comprendre qu’avoir l’envie de vivre à la suite de cela ? Une simple folie d’un être encore perdu en ce bas monde, un être qui n’a jamais cherché à faire mieux que briser le mur que son peuple avait construit tout autour de lui. En vain, bien malheureusement.

Tout a commencé de cela des centaines d’années, je ne vous conterais pas tout le récit, je ne soulignerais que quelques éléments qui me semblent intéressants, ma vie n’a rien eu de palpitant avant la rencontre d’Ymir, en tout cas… non laissez tomber, vous comprendrez bien vite en écoutant ce récit. En tout cas, si je vous donne tous les éléments que vous souhaitez entendre, ne soyez pas surpris, je le vois à votre visage, non pas que je sois comme tous mes « confrères », mais je ne suis pas prompt à étaler mon histoire comme on étalerait sa confiture sur une tartine de pain. Oui vous pouvez remercier Ymir pour cette phrase, c’est lui qui viens de me la souffler à l’instant, mais soyez donc prêt, vous allez découvrir mon histoire, ou plutôt des bribes pour en déceler un personnage particulier.

C’est donc à ma naissance que les Créateurs m’ont donné un corps, surprenant de découvrir celui de la gente féminine, je ne fut pas tant dérangé, ne faisant pas la fine bouche, je faisais parti de cette « caste » si nous pouvons appelé ça ainsi, du peuple des Sylphides. Né ainsi, je fis donc preuve d’une grande écoute quand à mon apprentissage pour apprendre tout ce que j’avais à réellement écouter, tout ce qu’il y avait à faire en réalité. C’était donc bien vite que je changea de forme pour prendre cette fois ci celui d’un homme, un corps qui fut pendant quelques longues années le corps qui me permit d’en apprendre le plus, celui où je commençais à vivre réellement. Mais quelle vie est ce que cela était ? Une vie plate, une vie où finalement, les peuples n’étaient pas encore ce qu’ils étaient actuellement, j’étais plus « vaillant » dirons nous qu’à notre époque, aimant réellement découvrir ce que le monde avait à me réserver, je fut finalement étonnement déçu de tout cela, ne découvrant qu’un monde encore bien vide, un monde où les premières pierres n’avaient pas encore été installées, où les cités n’étaient encore que l’ombres d’elles mêmes.

Mais passons, passons, les années passèrent et j’avais écouté pendant bien longtemps le fait de ne pas donner nos secrets aux autres peuples, de donner d’informations aux gens qui ne faisaient pas partis de notre peuple, mais ce qui devait arriver, arriva, un sentiment qui transperce toute barrière, toute carapace, un sentiment qui se prénomme l’amour. Non pas celui qui nous permet de soulever les montagnes, une amourette avec une charmante Terran que j’avais rencontré, un simple « flirt » en quelque sorte, mais vous connaissez la fragilité ? Vous connaissez la peur de perdre quelque chose aussi précieux que la vie ? Moi je ne le connaissais pas, en tant qu’héritier de ce don perfide que notre peuple a la chance d’avoir, je ne comprenais pas les limites ténues que la vie pouvait nous apporter et la maladie me fit bien vite découvrir cela, ôtant de mes yeux, cette jeune femme. Encore aujourd’hui, je me souviens ses traits, je me souviens de la vie que j’avais vécu avec elle, riant de bon cœur, faisant l’idiot pour l’amuser, me sentant si… « Terran » si je peux me permettre le terme, comme si je me sentais parmi eux, ceci avait fait de moi un homme nouveau.

Bien sûr, pour un temps, car le temps n’épargne personne mis à part nous, n’ayant jamais aimé me lier d’amitiés avec tout ce peuple qui était le mien, je préférais découvrir le monde tel qu’il était, voulant faire parti des prémices de grandes choses, voulant faire parti des personnes qui changeraient le monde, mais cela ? Rien de tout cela n’arriva, je n’étais pas voué à faire cela, mes pouvoirs me permettaient beaucoup de choses, surtout de me rendre bien plus humain, mais bien vite, la réalité frappa de son poing et à force de voir des gens disparaître, de voir des gens mourir sous mes yeux alors que je me réincarnais encore et encore, tenant dans mes mains artificiels les mains de mes amis, des gens qui avaient partagés ma route, les voyant partir. Cela me transforma peu à peu en un être amorphe, non, n’en soyez pas surpris, ce n’est pas que j’ai eu pitié d’eux, voulant les éviter non. La tristesse naissait en moi, tel une chose qui me rongea corps et âmes, cherchant d’autres individus autre que mon peuple qui pourrait partager ma vie, pourrait partager mon chemin durant une éternité entière. Mais les rêves ne sont parfois que de futiles espoirs et rien n’arriva. Rien du tout, simplement un Sylphide brisé, retournant à son peuple pour ne pas subir cette sensation qui me brisait le cœur.

Faisant donc office de bibliothécaire, je m’étais réfugié dans ce doux plaisir qu’était les livres, lisant avec grand plaisir ces histoires inventées de toute part par des gens remplis d’espoir, un espoir de rester dans l’histoire par de simples écrits, parfois par des romans, parfois par des descriptions un peu biaisées de l’histoire. Mais ce côté si imparfait me fascinait toujours autant, me renfermant peu à peu dans une spirale assez infernale, je ne me voyais pas retourner aux côtés des gens que j’avais tant aimés, aux côtés de ces individus qui m’avaient tant fascinés par le passé, que j’avais voulu éviter pendant tant de décennies, voir même des centaines d’années. Mais la suite de l’histoire, vous vous doutez bien de ce qui devait arriver ? Un simple caprice de ma propre part, un simple caprice de vouloir devenir plus qu’un simple Sylphide, de marquer ma propre histoire dans les livres, même si cela devait être en mal, je montrerais à ce peuple que nous ne pouvons pas rester enfermé entre nous, rester ce que nos prédécesseurs voulaient que l’on soit.

Je vais donc vous conter ce qui arriva il y a de cela quinze ans, pourquoi ne pas vous avoir conter plus de mon histoire ? Rien ne peut être intéressant dans l’histoire d’un homme qui a laissé ses sentiments, ce sentiment qu’est la tristesse l’enfermer dans sa propre coquille, non nous ne voulons plus d’une telle histoire, nous voulons une histoire pleine d’espoir, nous voulons une histoire qui montrera aux gens que même des gens comme moi, peuvent devenir dissidents. Riez en, faîtes la fête en contant ce brin d’histoire à tout ceux qui serait assez idiots pour s’intéresser à l’histoire d’un Sylphide et souriez en ! Faîtes donc tout ce que vous pouvez !

Ma rencontre avec Ymir ? Fascinante si l’on apprécie les petites histoires de conte de fée, non tout cela n’a pas été aussi rose dès le début, avec un enfant de cinq ans ? Vous vous doutez bien que cela n’a pas été une aisance qui s’est faîte avec un claquement de doigts, l’enfant était tombé d’un arbre en pleine nuit, alarmé, attristé, le bras cassé, planté au niveau de la cuisse avec une branche, comment pouvez vous laisser cet enfant seul avec un peu de dignité ? Non, je ne pu me résigner à le laisser à son triste sort, mettant fin à mon enveloppe corporelle, je venais à rejoindre son esprit, bien sûr la peur fut sa première réaction mais au soin que je lui appliquais, ainsi qu’à la discussion que j’avais, l’enfant comprit bien vite que je n’étais pas son ennemi, loin de là. Lui expliquant les tenants et aboutissants de l’histoire, je l’aidais à apprendre à se débrouiller seul, pauvre orphelin qui avait été délaissé par un couple de pirates, ne voulant pas d’un simple marmot, il avait quitté l’orphelinat dans lequel il était. Je ne pouvais pas le laisser ainsi, encore aujourd’hui, si l’on vient à me demander si je regrette mon choix ? Pour l’embêter, je lui dirais avec plaisir que oui, mais ce n’est pas le cas, jamais.

Si je regrette de ne pas pouvoir retourner dans ma cité ? Sachez une chose, cela sera la dernière bribe que je vous donnerais ce soir, nous prendrons un peu de temps pour boire un thé une prochaine fois mais je me moque de les revoir. Ils n’ont pas compris mon choix ? J’expliquerais donc avec plaisir ce choix, le jour où je reverrais l’un d’entre eux, si il veut bien sûr m’écouter, ne m’étant jamais caché de ma position. Le monde n’est pas fait pour suivre impunément les règles que l’on nous donne, il est fait pour apprendre, découvrir et donner de l’espoir à quelqu’un qui n’a jamais pu connaître ce sentiment.



Dernière édition par Ymir M.Njord le Sam 9 Mar - 23:51, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
::  Infante de Kesha ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Othello Lehoia
:: Infante de Kesha ::
Othello Lehoia
MessageSujet: Re: Ymir M.Njord - Deux esprits dans un même corps.   Mer 6 Mar - 10:18

Bonjour, et bienvenu parmi nous Ymir!

Quel plaisir de retrouver un nouveau sylphide, et un parasite de surcroît. Ça promet!
Bon courage pour la rédaction de ta fiche, n'hésites pas à faire appel au staff si tu as besoin de quoique ce soit, à un parrain/marraine si tu veux t'accaparer un de nos membres pour répondre à toutes tes questions, ou à passer sur le discord pour toutes questions pressantes!

Et pour les spécialités, tu peux en choisir deux parmi toutes les spécialités accessibles aux Civils! Elles sont en blancs dans les fiches des castes, que tu trouveras tout en haut dans le répertoire.

A très vite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Vagabond ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Ymir M.Njord
:: Vagabond ::
Ymir M.Njord
MessageSujet: Re: Ymir M.Njord - Deux esprits dans un même corps.   Sam 9 Mar - 22:40

Bien le bonsoir !

J'envoie juste ce petit message pour dire que j'ai fini ma fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
::  Infante de Kesha ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Othello Lehoia
:: Infante de Kesha ::
Othello Lehoia
MessageSujet: Re: Ymir M.Njord - Deux esprits dans un même corps.   Dim 10 Mar - 9:47


Nous y revoilà jeune homme!

Et c'est avec plaisir que nous accueillons notre sylphide parasite parmi nous:

Fiche validée!


Bienvenue parmi nous!!

Tu vas pouvoir dès à présent te rendre dans la " GESTION DES AFFAIRES " afin d'ouvrir ton compte en banque, ton journal, ton inventaire et proposer ton évolution dans le comptoir à pouvoir.

Tu pourras également faire une demande de rang personnalisé JUSTE ICI.

Pour ton avatar, tu peux "réserver" une image particulière dans notre bottin ICI. (Parce que tu as le droit de changer si celui que nous avons proposé ne te convenait pas.)

Tes couleurs arrivent vite! A bientôt, et encore bienvenu!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Ymir M.Njord - Deux esprits dans un même corps.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ymir M.Njord - Deux esprits dans un même corps.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avez-vous déjà vu deux blondes dans un magasin ? Maintenant oui... [Jessica Farelly]
» Deux loups, deux Feuilles
» Fiche sur les Mages Bleus
» [RP][La Chapelle] Confessionnal de la Chapelle de l'Ost
» Mission: Les documents secrets du bourgmestre [Privé ---> Lucy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Gestion des PersonnagesTitre :: • Inscription & Présentation :: • Identités officialisées :: • Les Sylphides-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !