Premier mouvement, clef de sol

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 6
• Eclaris: 8
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 5
• Nérozias: 2
• Gélovigiens: 3
• Ascans: 1
• Marins de N.: 4
• Civils: 11

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Niveria Mois:Famael
[Juillet/Août en temps réel]

Tableau d'honneur


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Premier mouvement, clef de sol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: Haut-prêtre de Sharna ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Alton Zolond
:: Haut-prêtre de Sharna ::
Alton Zolond
MessageSujet: Premier mouvement, clef de sol   Premier mouvement, clef de sol Icon_minitimeLun 11 Mar - 7:18

Le sol rocailleux rendait le trajet cahoteux.
Pourtant bien installé dans sa calèche, Alton avait du mal à se sentir parfaitement confort depuis maintenant plusieurs heures, depuis qu'ils étaient au coeur d'Argyrei, tant son transport tremblotait . Le nord-ouest de la région avait beau être la zone la moins hostile, les sentiers restaient peu entretenus, moins bien que ceux de Phelgra, permettant à peine de traverser le paysage aride et sauvage dans ce genre de véhicule. Beaucoup de gens avaient une piètre opinion de Phelgra, le royaume sombre, amer et chaotique... mais au moins les grands axes étaient régulièrement dégagés et terrassé, pas comme ici.

Protégé des rayons du soleil par sa boite, il avait tiré les rideaux de toutes parts pour empêcher au maximum la chaleur de rentrer, mais il ne s'agissait que d'un vain effort pour repousser l'inévitable, l'atmosphère se faisant de plus en plus lourde malgré tout, si bien que le prêtre continuait doucement de s'effeuiller. Tant pis pour le côté solennel, il devrait se contenter d'une tunique fine et quelconque une fois sur place.

Le Gélovigien écarta un rideau pour effectuer un large balayage à l'extérieur, à la recherche de sa maigre escorte.
Kreen devait surement profiter de la maniabilité de sa monture pour négocier les tracés les plus doux -en traversant la zone d'ombre des endroits escarpées que la calèche ne pouvait atteindre- mais il se demandait soudainement comment elle pouvait bien supporter la chaleur malgré tout.
Il la voyait un peu plus loin, au pied d'une colline, se laissant balancer par sa monture sombre, compensant instinctivement chaque pas de l'animal.

Elle oscillait d'un côté puis de l'autre, de même que son allure qui alternait entre touchante et impressionnante à travers sa régularité presque musicale. On imaginait sans peine les cavaliers de Sharna être indétrônables de leur selle, mais la voir ainsi se dandiner sur son canasson conservait une étrange aura mystique que l'imagination n'aura pas suffit à alimenter.
Après tant de temps sous le soleil, ni le cheval ni le cavalier ne semblaient particulièrement fatigués, reflétant à la fois une sorte de grâce, mais aussi de danger qu'il était difficile de vraiment concilier simultanément.

Tout comme lui, elle avait refusé d'adapter son moyen de transport au milieu lorsqu'on on leur avait proposé des montures plus propices aux contraintes du sud, dans les divers relais traversés.
Ils avaient même repoussée l'idée de prendre le bateau, pour atteindre une ville pourtant largement côtière. Elle l'avait fait surement par fierté, préférant s'en remettre à sa monture et sa seule force de conviction ; plutôt qu'à un navire douteux... et un capitaine qui le serait encore plus.
Alton, pour sa part, avait insisté pour s'y rendre en calèche que parce qu'il avait besoin de ce conforte pour traiter plusieurs affaires écrites durant le trajet.

Après avoir retiré sa bure pour ne garder d'une chemise beige et un pantalon vert, il se remit d'ailleurs à scruter les divers manuscrits avec qui il partageait sa cabine.
Ce n'est qu'à ce prix qu'il avait pu se permettre ce voyage : en traitant le plus urgent sur la route, et en envoyant les réponses par missives aux divers étapes de leur trajet de deux semaines.

Il ne vit pas le temps passer que déjà les montagnes ceinturant la ville se dessinaient à l'horizon.
Le cocher engagé pour l'occasion connaissait parfaitement l'itinéraire pour approcher le défilé qui desservait la ville. Habitué à ce genre de course il négocia sans peine le passage auprès des gardes, de sorte qu'Alton fût résolument surpris en voyant déjà les premiers bâtiments à travers ses fenêtres.
Toutes les dispositions avaient été prises avant et pendant le voyage pour qu'il puisse rentrer en ville en évitant autant les détrousseurs que les questions des autorités, mais il était presque inquiet de voir à quel point les choses s'étaient bien passées, pour l'instant.

Il abandonna son transport en fourrant plusieurs feuillets dans sa sacoche  pour pouvoir scruter avec une pointe d'émerveillement les couleurs si spécifiques des constructions de Kodolm. Cela faisait vraiment très longtemps qu'il n'était pas venu.

Mais assez vite il écarta son regard des façades pour se retourner sur le défilé par lequel il venait de rentrer, attendant que sa "disciple" le rejoigne.
Cette mission se basait en grande partie sur la discrétion, non pas qu'ils voyageaient incognitos, mais il voulait éviter au maximum les questions sur la véritable raison de leur venue.
Kreen était de loin sa meilleure option en terme de protection, il était persuadé qu'elle ne vendrait jamais la mèche, mais bon sang.. Dieu sait qu'elle ne cachait pas son dédain. Et son retard en témoignait.
Elle avait passé tout le trajet en silence, à l'extrême périphérie du périmètre de sécurité, et voilà maintenant qu'elle rentrait dans la ville après lui. En trainant ainsi, elle escomptait peut être laisser le temps à un voleur de venir l'égorger à la porte de sa calèche, comme un vulgaire bourgeois.

-On est enfin arrivés. Mes félicitations pour l'escorte.
Tu sais le plus dangereux maintenant ce sera pas d'évoluer dans la ville, c'est plutôt quand on commencera à pénétrer le sous-terrain.
Vu la concentration que ça va me demander de décrypter les notes du pilleur repenti, il faudra vraiment que tu sois vigilante pour nous deux dans les tunnels. Tu crois que tu pourras faire ça? Veiller sur moi d'aussi prêt? Parce que tant qu'on y est pas rentrés, tu peux encore abandonner, te charger du voyage c'était déjà beaucoup demander, il faudrait pas que tu flanches là dessous ... mais bon : cette clef, elle t'intéresse aussi non?
Je te promets qu'une fois que tout sera terminé, je te la laisserai.
Par la vérité de Sharna.


De la main droite, il signa l'air devant lui avec un sérieux rituel presque assez fort pour effacer l'ironie de la formule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Séide du Chaos ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Kreen
:: Séide du Chaos ::
Kreen
MessageSujet: Re: Premier mouvement, clef de sol   Premier mouvement, clef de sol Icon_minitimeSam 6 Avr - 13:38

Premier mouvement, clef de sol Banner12



Dans les terres de l’ouest, il ne fallait pas être un espion de haute-volée pour connaitre la légende du Passe-Partout, cette clef magique qui ouvrait toutes les portes. De nombreux confrères Noirs de Kreen possédaient des objets de la même nature, mais aucun n’était d’une efficacité aussi parfaite que l’artefact Argyréen dont on parlait depuis des siècles. A Phelgra, le bijou faisait rêver mais on ne croyait pas forcément en son existence, et on préférait se focaliser sur la confection même d’un outil similaire plutôt que de partir chercher l’original – en revanche, en Argyrei, le Passe-Partout semblait très réel, et les malfrats locaux auraient payé cher pour mettre la main dessus. Aux yeux de la guerrière, le mythe n’avait jamais eu que très peu d’intérêt jusqu’à ce que le Haut-Prêtre de Sharna ne lui en parle à grands renforts de sous-entendus. Il avait l’air de le convoiter – ce qui laissait supposer qu’il avait des preuves que la clef existait bel et bien – et puisqu’Alton semblait décidé à la tourmenter à tout jamais, il était probable qu’il n’ait mentionné l’instrument auprès d’elle que parce qu’il avait l’intention de la mêler à tout ça. Sur le moment, Kreen s’était contentée de soupçonner un mauvais coup mal dissimulé, mais elle avait fini par croire que son ancien supérieur tenait vraiment à conclure un marché avec elle.

Alors quand on lui apporta une missive signée de Freya Tarkir l’invitant à escorter le Gélovigien dans les environs de Kodolm, l’ex-prêtresse ne se demanda pas de quoi il s’agissait. Elle aurait trouvé un moyen de déléguer si elle n’avait pas eu quelques semaines pour ruminer les insinuations d’Alton au Faubourg de Drys ; parce qu’après avoir haussé les épaules et soupiré au visage du Haut-Prêtre, elle avait songé que s’il y avait bien un Passe-Partout, il n’y avait pas de mal à ce qu’il soit à son cou plutôt qu’entre les mains d’un criminel voisin. Or suivre celui qui semblait savoir où il se trouvait était la meilleure façon de l’obtenir. Avec une telle merveille en sa possession, plus rien ne se dresserait entre elle et la mythique Broyeuse d’Âme, une arme fantasmagorique dont l’inaccessibilité la frustrait chaque jour un peu plus, sans compter que la solde qui lui était promise en échange de son escorte était loin d’être négligeable. Irritée à l’avance par la compagnie du Haut-Prêtre mais bien décidée à trouver l’artefact, elle avait accepté.

Les sentiers rocheux, inégaux et poussiéreux d’Argyrei rendaient la vie dure à Xeron. Agile et discipliné, il faisait de son mieux pour satisfaire les besoins de sa cavalière mais Kreen sentait bien que ses naseaux étaient contrariés et ses paturons mis à mal. C’est d’ailleurs ce qu’elle utilisait comme excuse pour parfois emprunter des chemins divergents de ceux sur lesquels la voiture d’Alton progressait. En réalité, même si elle savait parfaitement ménager sa monture, la mort-vivante cherchait par tous les moyens à maintenir ses distances et s’épargner les commentaires que le Haut-Prêtre avait malgré tout tendance à lancer depuis l’ouverture de son véhicule. Les difficultés du cheval à avancer sur les voies hostiles n’étaient qu’un prétexte de plus parmi les nombreux qu’elle avançait pour éviter Alton, et elles la préoccupaient aussi peu que les bandits et les estronus.

Cela lui prit quelques jours, mais Kreen finit par exceller dans l’art de préserver le silence entre le Haut-Prêtre et elle, et elle passa ainsi à côté de conversations qu’elle n’aurait eues pour rien au monde. Cela avait bien quelque chose de jouissif, mais elle savait aussi qu’elle ne faisait que repousser l’échéance. A un moment donné, lui et elle se retrouveraient bien seuls à Kodolm, sans cocher, sans Xeron, et sans échappatoire. D’ailleurs, il était tout simplement impossible qu’Alton n’eut pas été conscient des stratagèmes de la combattante, et sa surprenante conciliation ne pouvait être que le calme avant la tempête. L’ecclésiastique finirait bien par retrouver son extravagance naturelle et Kreen ne pouvait qu’appréhender ce moment. Alors quand la ville apparut et que ses portes s’ouvrirent à la calèche qu’elle accompagnait, la guerrière ralentit et entreprit de savourer les dernières minutes de paix qu’elle aurait avant un bon bout de temps. L’espace d’un instant, elle s’entendit supplier Sharna de lui dire pourquoi Il avait fait revenir le Haut-Prêtre dans sa vie ces dernières semaines. Abandonner Xeron à l’écurie lui fit presque mal au cœur, parce qu’il n’avait beau être qu’un des nombreux chevaux qu’elle monterait dans sa carrière, il avait été une excellente barrière entre elle et les bavardages du bigot.

Résignée (et aussi prête qu’elle pouvait l’être psychologiquement), elle rejoignit Alton devant le poste de garde qu’il venait de passer avec succès grâce au professionnalisme de son chauffeur. Elle avança lentement, de sa démarche masculine et nonchalante, ne posant jamais le regard sur son employeur, même quand il s’adressa directement à elle. Elle préféra concentrer son attention sur un individu lambda pour signaler à Alton qu’elle ne l’écoutait vraiment que d’une oreille. Une fois qu’il eut fini sa tirade, elle tourna la tête vers lui et le toisa avant de lui répondre sobrement.

« – Mh mh, occupez-vous de la trouver, vous en faites pas pour vos arrières. Enfin, je ferai de mon mieux, mais on sait jamais… Puis elle haussa les épaules de manière provocante et regarda de nouveau ailleurs avant de poursuivre, ne fut-ce que pour empêcher le Haut-Prêtre de rétorquer. Vous avez une piste, je présume ? »


Premier mouvement, clef de sol Signa011

avatar by Filipe Pagliuso
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Haut-prêtre de Sharna ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Alton Zolond
:: Haut-prêtre de Sharna ::
Alton Zolond
MessageSujet: Re: Premier mouvement, clef de sol   Premier mouvement, clef de sol Icon_minitimeDim 7 Juil - 18:45

Il fourra sa sacoche sous son bras, mais peu habitué à se déplacer sans assistant : son paquetage commença rapidement à lui peser, si bien qu'il dû le réajuster plusieurs fois avant de trouver une position confortable. Il voyageait léger, prêt à acheter sur place ce-dont ils auront besoin mais dans un premier temps, il commença à avancer en direction de la plaque qu'il s'était arrangée par courrier.

-J'ai des pistes. Depuis longtemps même. Il y a une légende qui court, aujourd'hui elle parait presque grotesque, mais il y a de très très nombreuses années, avant même que je devienne simple prêtre : j'ai débarqué sur ce continent et cette légende était une très sérieuse rumeur qui a fait se déplacer beaucoup de gens.

On racontait qu'un prince marchand qui avait la main sur toute la cité avait fait construire un vaste coffre fort, sous terre, sous son palais, à même la pierre.
Il y aurait emmagasiné des trésors, des reliques et des objets magique.
Malheureusement il y a eu une guerre, un blocus, et quand les envahisseurs ont débarqué il se serait enfermé dans ce bunker avec ses trésors, en refermant derrière lui avec le passe partout.
C'est le seul objet assez puissant pour déverrouiller la lourde stèle en pierre qui scelle la salle. En faisant l'un des nombreux trésors qu'elle renferme.



Alton suivait un parchemin sorti de sa poche, pour le guider à travers la ville. Ils traversèrent l'avenue des artisans, pour se diriger vers un quartier plus calme. Il était éloigné des quais et par conséquent beaucoup plus calme que n'importe quelle autre partie de cette ville portuaire. Il s'agissait de l'endroit où étaient entreposés les marchandises de moindre importances, celles destinées à circuler dans la ville même, sans avoir à arriver ou à retourner par bateau. Du stockage longue durée, des matériaux inertes ou non périssables, destinés soit aux outils des artisans de la rue voisine, soit à l'entretient des bâtiments environnants.

Il s'agissait d'une ancienne partie de la cités construite complètement à flanc de montagne, les bâtiments en pierre rouge étaient décrépis ou friables, mais ils étaient plus massifs. Les familles qui étaient ici n'était pas les plus nobles ni les plus riches, mais elles faisaient partie des plus anciennes de la cité. Les descendants des bâtisseurs rustiques qui n'avaient jamais eu les moyens de déménager dans les rues plus récentes et mieux desservies, mais qui avaient pu garder leurs droits sur la propriété par héritage. Preuve que l'ancienneté n'engendrait pas toujours l'influence ni la légitimité, en comparaison des arrivistes richissimes qui débarquaient parfois par navire pour changer leur or étranger en privilèges locaux.

-Apparemment personne a jamais réussi à l'ouvrir, ni par le fer ni par le feu ; Magie ou technologie. On pense qu'il est mort empoisonné à l'intérieur et que rien d'autre que la clef n'a assez de puissance pour l'ouvrir de l'extérieur. Même les types les plus avides se sont résignés.

Et pourtant voilà quelques semaines, un de mes contacts a arrêté un voleur notoire, un pilleur de tombe. J'ai finalement pu le rencontrer et j'ai découvert que malgré les rumeurs : la clef n'était pas dans salle. Elle avait au contraire été amenée dans le sous terrain à l'époque de la guerre pour l'ouvrir et déloger le prince après qu'il s'y soit caché.

Malheureusement plusieurs groupe s'en sont disputés le droit, et la clef a été perdue dans une mine sous la ville. Mais elle est accessible, à portée de main si on sait où chercher. Et pour avoir pu frôler l'esprit de cette homme, je pense pouvoir retrouver l'endroit.


Tout en parlant, il s'enfonçait d'avantage dans ce quartier au silence de tombe. C'était de plus en plus proches des murs de roches naturels qui encerclent la ville, la journée était déjà bien avancée et pourtant, même au zénith, cette section de la cité ne devait pas être souvent touchée par le soleil. Il y avait peu de vie, sinon des insectes rampants, et très peu de plantes, pas même décoratives.

Alton s'arrête devant une petite remise, l'élevant à peine sur un étage, perdue entre deux immenses bâtiments de vingt mètres de haut. Il s'agissait surement d'anciens ateliers de tailleurs de pierre reconvertis en lieu de stockage.
L'un des deux semblait carrément interdit d'accès, ses entrées ayant été murées.

-On pourra s'installer ici, c'est pas très grand mais on sera au calme. Je dois encore aller poster quelques plis avant que la nuit ne tombe complètement.
Il y a deux personnes qu'on doit trouver ici : un garde Zelos du nom de Harn, c'est lui qui a la clef de la bâtisse et qui doit nous approvisionner en matériel. Il est responsable des quais globalement, mais il change souvent d'affectation, donc autant passer par ses subordonnés au poste de garde plutôt que d'espérer tomber sur lui.
Et sinon il faut que je retrouve un terran, Veleric. Il est toujours fourré dans une taverne plus à l'ouest d'ici, en longeant la montagne on peut pas la rater apparemment. C'est lui qui gère tout ce qui est combat et pari à l'ouest de la ville, et il doit nous aider à trouver un guide pour progresser dans les tunnels. Je sais où on doit aller, mais je connais pas le chemin le plus sûr pour le faire, lui si.


Alton fouille longuement dans sa sacoche, alors qu'il donne ses instructions, et en sort deux enveloppes. Il agite l'une, puis l'autre, en évoquant le nom des deux destinataires concernés.

-Franchement peu importe lequel : il faudrait que tu tu trouves au moins l'un des deux, je me chargerai de l'autre à mon retour. Comme ça on pourra se retrouver ici et avoir une chance de partir sous terre pendant la nuit. Inutile d'utiliser mon nom, ils ignorent qui je suis réellement, je les ai contacté en tant qu'ancien résident de Kodolm faisant escale. Le contenu des enveloppes leur suffira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Séide du Chaos ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Kreen
:: Séide du Chaos ::
Kreen
MessageSujet: Re: Premier mouvement, clef de sol   Premier mouvement, clef de sol Icon_minitimeMer 10 Juil - 23:00

Premier mouvement, clef de sol Banner12



Quand le Haut-Prêtre se mit en marche, Kreen roula des épaules comme pour se détendre avant de prendre sa suite. Elle l’écouta raconter toute l’histoire de l’objet, intriguée par le contenu du discours mais agacée par celui qui le donnait. Même quand elles n’étaient pas exagérées, les manières d’Alton avaient le don de l’irriter ; elles transpiraient une confiance en soi qu’elle n’aurait trouvée engageante chez personne. Elle se tint à carreaux, cependant, ne voyant cette fois aucune raison valable de le rembarrer. Après tout, elle avait accepté d’être là, et elle avait effectivement besoin des informations qu’il était en train de lui donner pour faire correctement son travail. Si seulement il avait pu les lui donner plus succinctement, cela dit… Ils traversèrent tout un quartier de la ville et la Cavalière n’émit pas un seul son.

Les alentours étaient grossiers et poussiéreux : les bâtisses troglodytes avaient l’air fonctionnel mais manquaient d’esthétisme, les voies étaient larges mais encombrées, et même malgré son état de mort-vivante, Kreen pouvait ressentir l’âpreté de l’air ambiant. Les âmes locales avaient souvent la mine sombre et le dos frêle, d’une allure typique des secteurs moins riches d’une cité comme Kodolm où on trouvait des marchands et des artisans de toutes fortunes. Si elle avait encore eu l’usage complet de ses sens, la guerrière aurait peut-être remarqué la clarté et la sécheresse qui contrastaient tant avec sa ville natale mais elle ne faisait plus vraiment attention à ces choses-là. Elle réalisait simplement que sa vue était parfois brouillée par un sable volatile, et cela invoquait le souvenir lointain de particules cendrées dans ses poumons et sur sa peau à l’époque où son cœur battait encore. Toujours sur le qui-vive, elle jetait des coups d’œil dans chaque recoin et se retournait régulièrement pour vérifier qu’ils n’étaient pas suivis. Elle ne craignait pas particulièrement les habitants de la zone qu’ils traversaient mais elle avait appris à ne jamais baisser sa garde, et d’ailleurs, elle ne faisait pas vraiment confiance à son guide non plus.

Leur périple à travers Kodolm prit fin lorsqu’Alton tomba sur un entrepôt étroit flanqué de deux hautes bâtisses. Il sembla avoir trouvé là un repaire qui satisfaisait ses exigences, et Kreen eut du mal à le croire. Elle le pensait bien plus précieux. Elle fit un tour rapide de l’endroit avant de se tourner vers le prêtre et d’attendre ses instructions, une mine désabusée sur le visage. Il mentionna les deux individus avec qui il était en contact et la somma bien sûr d’aller les quérir ; la combattante haussa d’abord les épaules, apparemment indifférente, puis elle tendit une main vers le clerc.

« – Je vous laisse vous occuper de la valtaille, je vais trouver le brigand, déclara-t-elle d’un ton qui ne laissait aucune place à la discussion. Elle espérait qu’en s’éloignant de la ville, elle passerait moins de temps en compagnie d’Alton – et elle n’avait aucunement envie d’avoir affaire aux subordonnés d’un homme dont elle ne savait rien. Elle attendit que l’ecclésiastique dépose l’enveloppe dans sa paume et se permit d’en inspecter le contenu. Elle siffla. Il a intérêt à vous conseiller le meilleur guide d’Argyrei, dites-donc…. Puis elle glissa la missive dans une poche de sa ceinture et toisa le Gélovigien avant de lui demander avec impatience : on essaye de se retrouver à une heure précise ou il me suffira de vous siffler pour savoir où vous êtes ? »


Premier mouvement, clef de sol Signa011

avatar by Filipe Pagliuso
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Premier mouvement, clef de sol   Premier mouvement, clef de sol Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Premier mouvement, clef de sol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le 13 e premier ministre sera-t-il renvoyé par les députés
» Profil d'un futur Premier ministre
» Le premier ministre Alexis est au Sommet...
» Wouyyyyyyy Le premier ministre Bellerive ''heureux'' de l'issue des élections
» suggestions au futur premier ministre...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Argyrei, le pays mauditTitre :: Les Côtes de Pharis :: • Kodolm, le repère côtiers-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !