Elyndara Sinmnari

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 7
• Eclaris: 6
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 5
• Nérozias: 6
• Gélovigiens: 5
• Ascans: 2
• Marins de N.: 7
• Civils: 21

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Langdum Mois:Cladil
[Mai/Juin en temps réel]

Tableau d'honneur


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Elyndara Sinmnari

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: L'apprenti ::
Elyndara Sinmnari
:: L'apprenti ::
Elyndara Sinmnari
MessageSujet: Elyndara Sinmnari   Elyndara Sinmnari Icon_minitimeLun 6 Mai - 4:15



Elyndara Sinmnari
«Je suis mon propre artisan, et ma propre matière.»




IDENTITE : Elyndara Sinmnari
SURNOM : L’apprenti.
AGE : 40 ans | SEXE : Indeterminé, voir physique. Mais plutôt féminin d’apparence.
PEUPLE :   Sylphide
CASTE : Eclari
METIER :  Luthier, forgeron, et chercheur en théorie musicale.




DON : Immortalité
SPECIALITES : Architecte, Esprit agile
POUVOIRS :
1er pouvoir = Harmoniques vocales ★★★★✩✩
Ce pouvoir consiste à utiliser sa voix dans certains tons très précis, grâce à la magie, afin de donner à ses paroles une force qui fera que les autres ne pourront l'ignorer. Cela agit comme un fort pouvoir de suggestion: la cible aura plus tendance à croire les paroles comme véridiques, importantes, et aura parfois tendance à obéir. Néanmoins, ce n'est pas un contrôle mental, et on ne pourra pas obliger quelqu'un à faire quelque chose qu'il ne ferait jamais en temps normal.

Ce pouvoir demande beaucoup de magie, et ne peut être utilisé souvent, pas plus de quelques fois par jour. Néanmoins, il ne demande pas vraiment plus de temps que la parole associée à la magie, et est donc assez rapide à être lancé.

La cible doit néanmoins être bien disposée et à l'écoute pour être pleinement réceptive. De plus, les sentiments violents peuvent facilement briser le pouvoir, la cible n'étant pas ignorantes de son propre environnement au moment où la magie agit.
Enfin, et ça va de soi, mais les sourds ne sont pas vulnérables à cette magie. Néanmoins, certains animaux peuvent y être réceptifs, pour des pensées vraiment simples néanmoins.


2nd pouvoir = Analyse sonore ★★★✩✩✩
Ce pouvoir fonctionne comme le pouvoir d'empathie, mais en utilisant un autre canal: celui des sons. En effet, en étudiant précisément les fréquences de la voix employées par la cible, on peut deviner son état d'esprit. A son niveau, il peut deviner si la cible est en colère, a peur, est serein, ou est triste. Néanmoins, ça ne marche que si la personne parle, bien évidemment.
Néanmoins, l'avantage de ce pouvoir par rapport à celui d'empathie est qu'il permet de détecter plus facilement les mensonges des gens. Un bon escroc sera toujours indétectable, mais pour les gens du commun, Elyndara est capable de deviner la plupart du temps la présence de mensonges, d'hésitations et de non-dits. Néanmoins, il nécessite concentration, et il n'est pas possible de l'utiliser en permanence sur une conversation, non seulement à cause de l'épuisement magique que ça provoquerait, mais aussi dû à l'affluence d'une incroyable quantité de données à analyser.

3ème pouvoir = Attaque mentale ★★✩✩✩✩
Ce pouvoir est bien plus facile à expliquer que les deux précédents, car bien plus viscéral. Il consiste à entrer en phase avec l'esprit de la cible et à lui transmettre un sentiment désagréable, un mélange de douleur et de détresse émotionnelle. Cruellement, cette magie fonctionne mieux sur les personnes les plus sensibles et les plus empathiques, pouvant faire passer toute joie de vivre pendant la durée du pouvoir. La cible doit être proche et en vue du lanceur.
Ce pouvoir a néanmoins une action plutôt courte, de l'ordre de quelques minutes après l'induction du sentiment. De plus, il ne peut être utilisé trop souvent, car fatiguant vraiment le lanceur. Néanmoins, son utilisation permet de faire baisser les défenses de la cible, la rendant plus sensibles à son premier pouvoir (harmoniques vocales). Il est à noter qu'encore une fois, une cible animée par des sentiments forts (particulièrement la colère) sera insensible à cette magie, et que celle-ci fonctionne également bien mieux si le lanceur est également dans un état de détresse émotionnelle. Sans ça, il est peu probable que la magie touche sa cible, du moins à son niveau de maîtrise.
Enfin, si les effets du pouvoir durent peu longtemps, une fréquente exposition à ce genre de magie peut conduire à des effets à long terme, comme une mélancolie prononcée voir une dépression.


Une arbalète, très modifiée. Elle paraîtra inutilement compliquée pour qui n’est pas lui, avec ses divers mécanismes permettant de changer la trajectoire du carreau, sa lampe à huile permettant de projeter de la lumière devant, sa fonction pliante. Mais de toute façon, Elyndara n’a jamais prévu de s’en servir, ça l’amusait juste de la concevoir. Tous les 2 ans en moyenne, il rajoute un accessoire dont l’utilité restera à prouver.


Sa lyra, instrument de prédilection, son arbalète, et surtout ses plans de divers instruments qu’il a conçu, qu’il conserve dans une grande malle avec des vêtements des quatre coins du continent. Et une bague, auquel il tient énormément.



Pour bien comprendre ce que représente le corps d’Elyndara, il vous faudra lire son histoire, puisque celui-ci est son deuxième corps adulte. Néanmoins, pour vous le décrire sommairement, son corps ressemble à s’y méprendre pour le non averti à celui d’un sindarin : son corps est grand, élancé, presque maigre, à la peau couleur « œuf battu en neige » (sic). Il possède de longs cheveux d’un blond éclatants, très longs d’ailleurs, puisqu’ils font deux mètres de longs, qu’il coiffe de façon toujours très rocambolesque.
En dessous, des oreilles pointues bien évidemment, qui entourent des traits très fins et doux, joviaux, avec une pilosité faciale nulle et des sourcil très fins, entretenus à la perfection. Des lèvres peut-être un peu trop rouge pour être naturelle sur ce corps, des dents blanches parfaites, de petits yeux qui dégagent un orange flamboyant, bordés de cils de longue taille. Le tout bien évidemment mis en valeur par du maquillage. L’accent a été mis sur le fait de rendre naturel un corps artificiel, mais en gommant tous les défauts… ce qui gâche totalement l’intention originale, bien sûr. Sa voix, par contre, est étrange, puisque toujours polyphonique, une tonalité plutôt grave et une tonalité plutôt aiguë, 2 octaves au-dessus.

Étrangement, avec un corps si bien entretenu, ses tenues le sont généralement moins. D’ailleurs, quand il n’a pas à sortir de chez lui, il préfère même ne pas s’habiller, n’en voyant pas l’utilité. Mais généralement, s’il doit se montrer, ce sera un chaos absolu de couleurs et d’habits divers, provenant de tout le continent en termes de style, selon son envie du moment. L’avis des autres sur ses vêtements l’intéresse peu.

Enfin, il n’est ni homme ni femme, il n’est simplement pas. Son premier corps était celui d’un homme, mais l’utilité de la partie différenciant homme et femme lui a toujours échappé, il s’en est donc dispensé d’une pour son second. Si quelqu’un osait y poser les yeux, il n’y verrait que peau lisse et parfaite, sans aucune trace des organes qui devraient normalement s’y trouver d’une manière ou d’une autre. Il a néanmoins un semblant de poitrine, puisqu’il a copié son corps sur celui d’une femme, mais ses seins ne l’ont visiblement pas marqué, les siens ne l’étant donc pas non plus.  


Définir comment réfléchit Elyndara est un poil complexe, essentiellement parce qu’il réfléchit tout le temps. Très curieux de nature, et très peu concentré également, ses pensées voltigent d’un bout à l’autre du spectre du possible, pensant à tout et à n’importe quoi à la fois, remarquant des détails inutiles avant de les commenter avant de les oublier. Le flux du temps est comme un torrent et son cerveau est un moulin à eau tournant donc à plein régime. Et ces pensées peuvent paraître incompréhensibles pour le reste des (im)mortels.
Elyndara est donc quelqu’un qui a du mal à s’inscrire dans la société, quelle qu’elle soit, que ce soit avec les autres Sylphide ou les autres peuples. Incapable de se concentrer sur une conversation à elle toute seule, il a toujours eu du mal avec les normes sociales, trouvant celles-ci inutilement compliquées et pompeuses.

De plus, comme beaucoup de Sylphides, il a une très haute opinion de lui-même, mais contrairement aux autres, il a plus de mal à le cacher, quand il en a l’envie. Au fur et à mesure de sa vie, il est devenu très acerbe, et donc pas forcément agréable à vivre. Dans l’ensemble, il s’agit donc de quelqu’un de solitaire, mais pas par envie, juste parce qu’il ne s’intègre pas, et ne le cherche pas spécialement. Souvent sujet aux moqueries pour être encore apprenti à son âge, après 20 ans chez les Eclaris, il n’a pas sa langue dans sa poche et n’hésite pas à dire ce qu’il pense, comme quelqu’un qui se serait trop retenu toute sa vie.
Quant à la vision qu’il a du monde, elle est clairement égocentrée : « Ce monde est un théâtre dont je suis le seul personnage principal », comme il dit. Le reste n’est qu’un décor avec lequel interagir. Le bien, le mal, sont des concepts qui n’ont donc pas trop de sens ; il n’y a que ce qui lui est bénéfique, neutre ou délétère.
Ce qui ne fait pas de lui quelqu’un de méchant, loin de là. Mais souvent, ses choix seront plus dictés par ce qui est le plus intéressant, plutôt que par des principes ou de la logique. Il est plutôt gentil en vérité, si on recherche son amitié, mais il faut réussir à déchiffrer tout ce qu’il dit et ne pas se vexer trop vite.

A part lui-même, et ses inventions, il n’a pas trop d’intérêt pour les choses matérielles. Il ne se bat pour aucune cause, ne soutient aucun parti, n’a pas trop d’intérêt pour la philosophie et encore moins pour la religion. La seule bonne chose là-dedans, c’est qu’il ne part avec aucun a priori avec les gens qu’il rencontre, sauf pour les autres Sylphides, qu’il aura tendance à éviter par réflexe.
Enfin, si on gratte assez la surface, on trouve un être hanté non pas par les regrets, mais par un regret. C’est la seule pensée constante dans sa tête, certes une petite voix au milieu d’une cohue, mais une voix qui est en permanence là.



PRENOM : Il ne lui a jamais donné de prénom. Ou parfois, « la glouglouteuse ».
RACE : Une grosse huitre bleue, très jolie. La plus jolie huître que vous verrez.
SEXE : Cela dépend des saisons. Une tendance au masculin en ce moment, visiblement.
POUVOIR :  Pouvoir se fermer et s’ouvrir, et demeurer inviolable tant que sa magie est active. Elle n'active sa magie qu'en cas de danger, bien entendu.  

DESCRIPTION : Elyndara avait besoin d’un animal qui ne nécessite pas trop d’entretien, peu envahissant, plutôt silencieux, et pratique à transporter. Au début, il avait voulu adopter un caillou, par humour. Mais c’est lors de son voyage dans le sud du continent qu’il découvrit ce spécimen unique, qui trônait au milieu de son banc d’huîtres, et portait au lieu d’une perle en son creux une minuscule pierre de sphène d’une couleur blanche étincelante.
Il la préleva alors, et étrangement, s’en pris d’affection, se sentant toujours plus calme près d’elle. Il remarqua bien vite qu’elle pouvait survivre à des séjours prolongés hors de l’eau, ce qui lui était pratique, lui qui était toujours en mouvement à l’époque. Bien sûr, rapporter ce spécimen unique aux Eclaris aurait pu lui permettre de dépasser enfin son stade d’apprenti, mais il ne put jamais se résoudre à disséquer cette créature. Qui ne serait sûrement pas laissé faire : sa coquille est incroyablement résistante, et il est impossible de l’ouvrir par la force. Mais étrangement, bien qu’aucune communication ni physique ni télépathique ne se soit jamais effectué entre eux, le crustacé s’ouvre à la demande de Elyndara pour y stocker ses objets de valeur. C’est ici qu’il a naturellement caché la bague de la seule femme qu’il n’ait jamais aimé, s’assurant qu’il ne se le ferait jamais voler ainsi.
Il parle à son huître, et s’imagine qu’elle le comprend, puisqu’une relation d’amitié visiblement réciproque s’est produite. De toute façon, en bon égocentré, il aime bien parler tout seul.



La vie d’Elyndara commence, comme tous les gens de son peuple, dans le temple des Créateurs. Il a toujours beaucoup aimé les Créateurs, il s’imaginait devenir l’un d’entre eux. Il se l’imagine toujours un peu, de temps en temps, avant que son esprit ne parte encore sur un autre projet. C’est en les voyant faire des corps artificiels qu’est né son premier amour, la mécanique. La logique des choses qui se croisent, pivote, coulissent entre elles dans un ballet parfaitement régulé, était pour lui une chose d’ordre divine. Aussi, quand vint le moment de se séparer de son foyer original, il choisit un corps plutôt fonctionnel : relativement humanoïde, plutôt masculin (il se sentait masculin), mais avec de grandes mains contenant chacune 7 doigts avec des articulations bien plus flexibles, pour le travail de précision. Par contre, le reste de son physique était assez basique, puisqu’il n’avait jamais compris l’intérêt de l’apparence par rapport à la fonctionnalité
Il s’attela à la mécanique durant tout son jeune âge, étudiant avec acharnement, grâce à ses facultés de réflexion plutôt grandes. Malheureusement, déjà à l’époque, ses difficultés de concentration étaient présentes, et il délaissait généralement ses projets en plein milieu de leur avancement pour en commencer d’autres. Il n’aimait pas vraiment traîner avec les autres de son espèce, et devint donc quelqu’un d’assez peu sociable, qui se sentait plus à l’aise dans son atelier qu’avec les autres.
En vérité, il ne se sentait pas à la sa place à Cimmerium, parmi ses congénères. Eux qui parlaient beaucoup et gâchaient leur temps, alors qu’ils étaient la perfection du vivant, capable de tout mais ne faisant jamais rien. Tout sur l’apparence, rien sur les actions.

Aussi, curieux à propos du monde (et probablement parce qu’il avait besoin de procrastiner son projet en cours), il partit à travers le monde jusqu’à Amaryl, pour voir l’Université Luminéa. Et ce fut-là, à 18 ans environ, qu’il fit la rencontre la plus importante de sa vie : Helaï.
Helaï était une belle femme, Sindarin, à la peau couleur œuf battu en neige, aux longs cheveux blonds et aux yeux flamboyants. Dans ses traits se cachait aux yeux d’Elyndara toute la beauté que pouvait receler la vie. Et lui qui n’avait jamais rien compris aux apparences fut stupéfait par celle de la jeune femme.
Et comble de tout, elle était d’une intelligence hors-norme. Eclaris émérite, faisant parti du Conseil malgré un âge relativement peu avancé (soit 218, 13 mois et 2 jours le jour précis de leur rencontre –oui, il s’en souvient), elle était une experte en médecine et alchimie, et revenait de plusieurs années de formations à Canopée pour apprendre la musique, maniant la harpe avec dextérité, tandis que sa voix était comme du cristal qui vous traversait les régions les plus intimes de votre esprit.
Il l’avait rencontré, non pas directement à l’Académie, mais à une beuverie où les autres étudiants l’avait emmené plus ou moins de force pour tenter de l’intégrer. Et depuis ce jour, il n’en rata aucune, dans l’espoir de la revoir, ce qui finit par arriver. Ils eurent de longues discussions passionnées sur des sujets divers, et il finit par en tomber amoureux.

C’est pour elle qu’il intégra le rang des Eclaris, devenant apprenti. Il choisit alors de joindre l’utile à l’agréable : concevoir des instruments de musique, ce qui lui permettait de s’amuser en mécanique tout en étant « obligé » de prendre des leçons avec l’élue de son cœur, seule professeure de musique présente sur Amaryl parmi les Eclaris. Il maîtrisa très vite les bases de la plupart des théories musicales, apprenant à manier la lyra, inventant des morceaux de musiques, et commençant sa thèse sur la théorie des harmoniques vocales innées : d’après son expériences, certaines harmoniques seraient plus à même d’interagir avec l’esprit des gens, et quand celles-ci sont prononcées en utilisant la magie, cet effet se transformerait en impératif, rendant tout ordre difficile à désobéir, toute déclaration comme véridique, tout argument comme percutant. C’est ainsi qu’il développa son premier talent, lui qui n’avait jamais été sociable, devenait capable de convaincre facilement les gens peu attentifs grâce à la technique des harmoniques vocales.
Parallèlement à ça, il comprit vite que le chant et la voix en général n’était pas une transcription de l’esprit, mais son extension : ainsi, en se concentrant sur les vibrations produites par un individu lorsqu’il parle, il est facile de déceler son état d’esprit, ses émotions, et ses potentiels mensonges, comme un genre d’empathie analytique. Aidé par sa tendance à l’analyse perpétuelle, il réussit également à maîtriser cette technique.

C’est presque une dizaine d’années plus tard, alors qu’il avait presque fini sa thèse, qu’il se décida enfin à déclarer son amour à la femme qu’il aimait. Confessant ses sentiments, il n’eut pas l’accueil escompté, puisqu’à sa déclaration elle ne répondit qu’un sourire gêné, avant de refuser, comme quoi si elle l’appréciait vraiment, elle n’avait pas pour autant les mêmes sentiments. C’est à cet instant qu’usant de son pouvoir, concentrant sa magie dans sa voix, il utilisa les harmoniques vocales pour la contraindre à l’embrasser, avant qu’elle ne s’arrache à son contrôle et qu’elle ne s’enfuit de la pièce.

Le verdict ne se fit pas attendre : dès le lendemain, le conseil Eclari lui déclara qu’en raison de comportement inapproprié envers un autre membre, ainsi que d’une preuve de possible mésusages de la théorie des harmoniques vocaux, sa thèse était annulée et il qu’il devait brûler ses travaux, soi-disant trop dangereux. De plus, il devrait faire sa thèse loin, très loin, et ne revenir que dans 10 ans : sa thèse serait sur la biodiversité des organismes marins sur les littoraux de tout le continent. Il avait le choix entre accepter, ou bien refuser et être exclus à jamais des Eclaris.
Il était toujours fou amoureux d’Helaï, aussi il était hors de question de refuser. Le soir même, près de la charrette qui devait l’emmener au port le plus proche, Helaï vint le voir une dernière fois, lui expliquant que c’est elle qui avait décidé cette sanction. Elle reconnaissait son intelligence et ne voulait pas l’exclure, mais espérait sincèrement que ce voyage lui permettrait de murir et de comprendre ce qu’il avait fait de mal. Puisque ni l’un ni l’autre n’était censé mourir vite, 10 ans seraient juste une pause, une parenthèse, et que tout irait mieux quand il reviendrait. Ils pourraient se revoir, en espérant qu’il ait fait le deuil de son amour pendant cette période. Et elle ajouta qu’elle était désolée que ça finisse ainsi, lui confiant une de ses bagues, comme preuve de sa non-rancune, et qu’elle comptait effectivement le revoir.

Les 10 ans suivants furent très longs pour Elyndara : en effet, les organismes marins, il n’en avait cure. Aussi, il passa les 10 années suivantes à vaguement gribouiller les espèces qu’il voyait, tentant mollement de les classifier et les décrire, mais la plupart de son temps, il le passa à terre, à découvrir de nouvelles cultures. Les gens paraissaient fades comparés à celle qu’il avait quitté, mais il se surprit à apprécier leur compagnie, lui qu’il n’avait jamais réellement sociabiliser avec quelqu’un. Il apprit des nouvelles coutumes, découvrant de nouveaux vêtements, qu’il entreposa dans une immense malle, qu’il comptait offrir en cadeau à sa belle à son retour. Il s’améliora également en musique, devenant musicien dans les auberges, usant de sa voix et de sa magie pour captiver les foules.

Néanmoins, ces années noires à ressasser sa tristesse, son désespoir, et sa colère pour cette décision d’exil lui permit de développer son dernier pouvoir : infliger de la douleur, tout simplement, par un simple contact mental. Une bonne façon de se défouler.

Et bien sûr, il trouva son huître, dans laquelle il rangea la bague que lui avait donné son aimée. Ce fut la seule chose de bien qu’il rapporta de son voyage, car 10 ans plus tard, à son retour, sa thèse n’était clairement pas assez complète pour être validée : son manque d’interêt en la matière lui avait clairement fait défaut, et c’était en fin de compte 10 ans de gâchés. Mais peu lui importait : son retour signifiait aussi retrouver la personne qui l’obsédait, le hantait presque : Helaï.
Mais elle n’était plus là. Elle avait démissionné de sa charge au conseil, et était parti pour « un projet personnel », d’après ses derniers mots. Depuis 3 ans, même sa correspondance s’était arrêtée. Aucune indication sur où elle aurait pu être…  Et puis, à peine 2 semaines après son retour, une mauvaise nouvelle arriva, portée par un corbeau aux ailes noires d’encre. D’après la lettre qu’il portait, elle aurait succombé en mettant au monde son premier enfant.
Ce fut son mari qui ramena son corps chez les Eclaris, selon ses dernières volontés. Des bougies furent allumées, une cérémonie eut lieu, où  Elyndara fut convié mais ne vint étrangement pas.

« Nous nous reverrons », avait-elle dit en souriant, ses yeux ressemblant à un chaleureux foyer. Il s’en souvenait comme si c’était hier. Elle ne mentait pas, elle l’avait probablement voulu, mais n’avait pas pu. Il aurait dû insister, se dit-il, il aurait dû la convaincre de venir avec lui. Ils auraient vécu des siècles ensemble, ils auraient été heureux…  
Et maintenant qu’elle était morte, c’était comme si les deux soleils s’était éteints dans le ciel. La mélodie de ce monde s’était tue, et le génie avait disparu. Ne restait que le fade, l’insipide, le grossier et le laid.
« Nous nous reverrons ». Peut-être pas tant que ça, en fait. II fallait quelqu’un pour garder la beauté de ce monde. Aussi, quand il revint chez les Créateurs, il savait quelle apparence il voulait prendre. Celle d’une jeune femme aux oreilles pointues, qui serait plus parfaite que n’importe quel autre corps de Sylphide, car il avait été sculpté initialement dans la chair.

Malheureusement, les souvenirs ne sont jamais très fidèles, et la tendance à idéaliser la femme qu’il aimait fit qu’il n’en devint que sa caricature, sans jamais s’en rendre compte. Il fit modifier également sa gorge pour pouvoir garder sa voix d’avant et en même temps une appropriée à son nouveau corps.
Depuis, il cherche à finir à partir de ses notes le dernier travail d’Hélaï en théorie musicale, pour enfin devenir membre des Eclaris. Car c’est ce qu’elle aurait voulu, probablement… En vérité, il n’en sait trop rien. Mais il n’a pas besoin de savoir pour être convaincu.



Dernière édition par Elyndara Sinmnari le Lun 6 Mai - 15:28, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
::  Infante de Kesha ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Othello Lehoia
:: Infante de Kesha ::
Othello Lehoia
MessageSujet: Re: Elyndara Sinmnari   Elyndara Sinmnari Icon_minitimeLun 6 Mai - 11:03

Bonjour, et bienvenu parmi nous!

Et voilà un jeune sylphide plus qu'intéressant et torturé! Le pauvre en a gros, visiblement :). J'ai hâte de suivre son évolution!

Dans le fond, tout est bon, mais il y a cependant quelques petites choses à revoir! Rien de bien méchant, ne t'inquiète pas.

Tout d'abord, peux-tu nous en dire un peu plus sur tes pouvoirs? Tu les explique dans ton histoire, mais peut-on en savoir plus (comment ils fonctionnent, leur durée, coût, etc...)? Tu vas pouvoir les détailler pleinement par la suite, mais ainsi nous saurons tout!

Ensuite:

Elyndara a écrit:

Il possède de longs cheveux d’un blond éclatants, très longs d’ailleurs, puisqu’ils font plusieurs mètres de longs, qu’il coiffe en tresse de façon toujours très rocambolesque.

En voilà une toison magnifique, mais qui me paraît néanmoins peu probable. Elle risque d'être très handicapante pour ton personnage (même en chignon, ça doit peser très lourd). Une chevelure plus mesurée me semble plus agréable (Othello a elle-même de long cheveux, mais qui ne dépassent pas les genoux ^^). Ceci dit c'est possible, et la décision finale t'appartient!

Elyndara a écrit:

Survivre sur terre, principalement. Mais surtout, pouvoir se fermer et s’ouvrir, et demeurer inviolable.

J'applaudis le choix de l'animal, ahah! Le soucis va ici résider dans son pouvoir. Il va te falloir choisis l'un ou l'autre de ces pouvoirs, et garder et garder à l'esprit que son pouvoir, comme les tiens, ne sont pas éternels. Ils sont limités dans le temps et par les limites physiques de l'animal (jusqu'à épuisement). Et à l'inverse de ton sylphide, elle aura besoin d'une pierre de sphène pour l'utiliser :).

Et sur le reste, tout me semble bon! Une fois tout cela modifié et avec un joli avatar, tu seras fin prêt pour faire tes premiers pas ici! N'hésites pas si tu as la moindre question, ou si tu as besoin d'aide :). Bonne fin de rédaction!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: L'apprenti ::
Elyndara Sinmnari
:: L'apprenti ::
Elyndara Sinmnari
MessageSujet: Re: Elyndara Sinmnari   Elyndara Sinmnari Icon_minitimeLun 6 Mai - 15:26

Bonjour, et merci pour le retour! (Quelle rapidité! J'applaudis.)

Dans l'ordre:
-Une description des pouvoirs a été faite! Juste sous les pouvoirs en question.

- Pour les cheveux, effectivement, ce n'est pas très pratique. Mais Elyndara ne réfléchit pas toujours de manière très pratique, il est assez instinctif (un comble pour un chercheur, d'ailleurs). Néanmoins, je n'avais pas pensé au poids, et la taille a donc été un peu réduite, à seulement deux mètres (soit à peu près sa propre taille). Ce qui reste stupide, mais je n'ai à aucun moment dit qu'il n'était pas stupide.
La preuve étant que le corps qu'il a copié n'avait absolument pas les cheveux aussi longs, mais ses souvenirs sont plutôt flous...

-Pour l'huître, après avoir tenté de trouver une réponse sur Internet (vous saviez qu'il existait un site nommé huitre.com? ), il semblerait que ce soit naturel que les huître puissent survivre hors de l'eau, mais seraient alors fermées pour garder leur eau. Bien sûr, elles ne survivent que temporairement, mais une journée est largement possible.
Aussi, sa survie sur terre a été enlevée, puisqu'elle est naturelle, et que notre syldiphe la conserve la plupart du temps dans un aquarium.
Enfin, c'était mentionné, mais l'huître possède une petite pierre de sphène, à la place d'une perle. Ce n'est pas non plus un catalyseur très puissant, mais on ne lui demande pas de faire de la magie très puissante, donc ça va.

Note: si quelqu'un s'y connaît mieux en huître que moi, je le laisserai me corriger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
::  Infante de Kesha ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Othello Lehoia
:: Infante de Kesha ::
Othello Lehoia
MessageSujet: Re: Elyndara Sinmnari   Elyndara Sinmnari Icon_minitimeLun 6 Mai - 16:23

Merci beaucoup pour ta compréhension, et tous les changements me semblent bons. Tes pouvoirs sont justes (nous te faisons confiance pour éviter toutes dérives ;) ). Et bon, je ne suis pas experte en huître non plus mais ça me paraît juste!

Et comme tu as maintenant une jolie bouille, il ne sert à rien de faire durer le suspens:

Fiche validée!


Tu vas pouvoir dès à présent te rendre dans la " GESTION DES AFFAIRES " afin d'ouvrir ton compte en banque, ton journal, ton inventaire et proposer ton évolution dans le comptoir à pouvoir.

Tu pourras également faire une demande de rang personnalisé JUSTE ICI.

Pour ton avatar, tu peux "réserver" une image particulière dans notre bottin ICI.

Tu peux dés maintenant entrer dans la danse, je fonce mettre tes couleurs de ce pas. N'hésites pas si il y a quoique ce soit à contacter le staff, et en te souhaitant une belle aventure parmi nous, à bientôt peut-être!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Elyndara Sinmnari   Elyndara Sinmnari Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Elyndara Sinmnari
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Gestion des PersonnagesTitre :: • Inscription & Présentation :: • Identités officialisées :: • Les Sylphides-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !