Akina Hyunseg

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 7
• Eclaris: 6
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 5
• Nérozias: 6
• Gélovigiens: 5
• Ascans: 2
• Marins de N.: 7
• Civils: 21

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Langdum Mois:Cladil
[Mai/Juin en temps réel]

Tableau d'honneur

Allaatkasik
Profil
Fiche

Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Akina Hyunseg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Akina Hyunseg   Akina Hyunseg Icon_minitimeLun 11 Avr - 21:23


PRESENTATION
AKINA HYUNSEG



    NOM : Hyunseg
    PRÉNOM : Akina
    SURNOMS : Kin/Kini (par ses parents), Machine/Chose/Bonne à rien... (par ses maîtres)

    SEXE : Féminin
    AGE : 18 ans
    PEUPLE : Yorka

    CASTE : Landrini
    MÉTIER : Voleuse (éventuellement mendiante)

    ARME PRINCIPALE : un poignard, qui fut l'arme utilisée contre ses bourreaux, il est maintenant pour Akina un moyen de se défendre si elle en avait besoin, et un outil pour la vie de tous les jours
    AUTRES POSSESSIONS : rien de valeur, pas de catalyseur
    Akina Hyunseg 110412012657179063


    Akina Hyunseg 11041201393925905
    DON :
    Transformation en son essence animale : grand corbeau
    Pour vous donnez une idée, Akina sous cette forme a une taille de 67 cm, une envergure de 118 cm et un poids de 1,4 kg.

    POUVOIRS : dans l'ordre où elle les a découverts :
    o Invisibilité : elle parvient à se rendre invisible pour plusieurs dizaines de minutes, si elle est nue et sous sa forme humaine bien entendu
    o Régénération : les coups qu'elle reçoit se soignent rapidement, un peu moins pour les blessures de certains types de magie, elle n'est en aucun cas immortelle et son corps ne saurait reconstituer un membre ou un organe vital totalement détruit
    o Contrôle de l'électricité : elle découvre peu à peu ce pouvoir qui inflige une décharge au contact d'une cible, à terme elle pense pouvoir en contrôler l'intensité et la tension
    SPÉCIALITÉS :
    o Voleuse d'exception : elle lie habilement ses transformations et son pouvoir d'invisibilité pour s'emparer de chaque bien qu'elle désir, même si ceux-ci n'ont que peu de valeur
    o Grande agilité : grimper sur un toit ? se faufiler dans les égouts ? franchir d'un bond un ruisseau ou esquiver un danger imminent ? voila tout ce dont, à force de pratique, Akina est largement capable


    PHYSIQUE :

    Akina se voit comme une personne plutôt petite, atteignant tant bien que mal les 1,55m. Sa peau, tannée par sa vie d’esclave, dore chaque facilement au soleil, puis retrouve un ton plus clair quand l’astre se fait moins rayonnant. Sous sa peau, pas une once de graisse superflue, Akina est maigre et légère. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir une musculature solide, travaillée par des années de dur labeur.

    Ses longs cheveux, aussi noirs que le plumage qu’elle revêt en oiseau, tombent en dessous de ses épaules, en de longues mèches raides et plutôt bien disciplinées. Seule sa frange est coupée plus court, dansant au-dessus de ses grands yeux noirs d’ébène. Son petit nez est bien ciselée et ses lèvres fines s’étirent parfois en un sourire doux et chaleureux.

    Sur sa joue gauche, partant de la commissure de son œil, un tatouage se courbe en deux arcs qui courent l’un sur sa pommette, l’autre jusqu’à mi-chemin entre son point de départ et la jointure de ses lèvres. Cette marque sombre était là dès la naissance de la yorka et a grandit avec elle. Si la couleur de ses yeux et de ses cheveux donnent un indice sur sa nature animale, il n’y a que ce dessin étrange qui la différencie des autres races humanoïdes.

    Akina porte des vêtements en lin, en toile, en coton… tout ce qu’elle peut dérober pour s’habiller. Peut-être un peu coquette, elle préfère une belle étoffe et des couleurs originales. Mais elle sait se contenter de peu. Par ailleurs, elle fait toujours en sorte de pouvoir se vêtir et se dévêtir facilement, choisissant alors des habits amples et évitant de porter plusieurs couches de tissu.


    PERSONNALITÉ :

    La personnalité de Akina se forge en grande partie quand elle est esclave des mercenaires. Elle a vu défiler sous ses yeux, pendant des années, les champs d’exécution, les scènes de torture, les massacres et les pillages. Elle a vu la chair découpée, tranchée à vif, dégoulinante de sang et de boue. C’est probablement ce qui l’a rendue totalement impassible devant la mort et la violence.

    Repoussant sa haine pendant des années, l’enterrant au plus profond de son être, elle l’affame et la rend plus menaçante. Et puis il y a son coup d’éclat. Pour la première fois de sa vie, elle se bat. Et au lieu de la culpabiliser comme elle s’y attend, cette explosion violente, rayonnant de foudre et de sang, l’emplie de fierté : elle vient de gagner sa liberté.

    Aujourd’hui, il n’y a rien qu’elle n'aime plus au monde que déployer ses ailes du haut d’un sommet et se jeter dans le vide. Cette sensation l’enivre : elle ressent chaque parcelle de son être, glissant sur l’onde, vibrant sous le vent. Volant au-dessus du monde, elle observe en spectatrice déguisée la ville dans laquelle elle a vécu autrefois : Tyrhénium.

    Car c’est ici qu’elle a vécu avec son père les plus beaux moments de sa vie. Ici qu'elle a tiré les leçons de ce yorka qu'elle admire. Elle a fait le deuil de cet être pour lequel seul elle vivait, mais elle est très nostalgique de cette époque. Surement parce qu’elle considère qu’à présent sa vie est destinée à la misère et à la solitude. Et qu’elle n’éprouvera plus jamais un sentiment de bonheur. Elle n’a que peu d’estime pour elle-même depuis qu’elle a vécu avec les Zelos et le seul sentiment d’amour qu’elle connait est celui qu’elle ressent pour ses parents défunts. Bien qu’elle ne se rappelle que vaguement sa mère, elle la connait, l’aime et la respecte grâce à ce qu’en a raconté son père.

    Depuis sa libération, elle ne côtoie que peu de monde et ne donne jamais son nom. Elle passe aussi beaucoup de temps dans le corps de l’oiseau. Souvent, elle s’interroge sur le pourquoi de ce don et se surprends à imaginer une intelligence au-dessus d’elle qui lui en aurait fait cadeau. Elle n’y croit pas vraiment mais s’est déjà surprise, après un long vol par exemple, à remercier cette entité supérieure.

    Parfois, perdue dans ses pensées, elle se demande pourquoi « on » l’aurait placée dans ce monde. Elle se sent inutile et même parasite, comme elle ne rend d’aucune façon à la société ce qu’elle lui prend. Cependant, pas au point de la faire culpabiliser. Car quand elle voit de son regardl aviaire ce que certain font de leurs pouvoirs et de leurs vies, elle pense sincèrement qu’ils méritent la mort. Alors qu’elle n’a tué que ses bourreaux, qui méritent amplement leur sort à ses yeux.

    Quand elle assiste à des scènes violentes, jamais elle ne s’interpose. D’abord parce qu’elle se sent très faible face aux créatures qu’elle peut croiser. Et ensuite parce qu’elle ne veut pas se faire juge ou arbitre des affaires des autres. Elle se contente alors d’observer, aussi qu’impassible qu’elle l’était devant les massacres de Zelos.



    HISTOIRE :


    Genèse

    Une silhouette fine et élancée glissait un soir de pleine lune dans les ruelles sombres de Hesperia. Recouverte d’une longue cape à capuche noire, il était impossible de distinguer les traits de la créature. Mais son pas assuré, d’un calme parfait, et la droiture avec laquelle elle se tenait diffusaient alentours un froid, marquant la distance avec les pauvres gens de la rue.

    Il en fut un pourtant qui ne s’effraya point. Plutôt que de craindre l’inconnue, il se fit curieux et vint à elle. Surprise de tant d’audace de la part d’un mendiant, elle le fut encore plus d’apprendre qu’ils étaient de la même race : les Yorkas. Lui se nomme Noïm Hyunseg et est lié à l’essence du rat. Elle ne donna pas son nom de suite, seulement l’espèce de son essence animale : la panthère. Ils parlèrent un moment, ce qui mit du baume au cœur de la yorka. Elle finit cependant par s’en aller, ayant du « travail ».

    Quelques jours plus tard, la yorka recroisa le mendiant. Il la reconnu et alla tout naturellement vers elle. Elle consentit cette fois à lui donner son nom : Erena Lerseft. Ils se revirent plusieurs fois et elle se confia pour la première fois de sa vie. Elle menait une existence d’assassin, tuant pour de l’argent ou des causes justes. Elle ne répandait pas le mal contrairement à certains lardinis, mais pas non plus le bien. Elle vivait au-dessus des lois, grâce à ses grandes capacités et ses pouvoirs qu’elle maîtrisait à la perfection. Noïm, simple voleur et mendiant, ne se sentait nullement inférieur. Il apporta à Erena la paix intérieur et lui fit découvrir l’amour.

    Ils finirent par vivre ensemble et ouvrirent un magasin de tissu pour se faire une couverture. Erena continuait à exécuter certains contrats et leur permettait ainsi de vivre dans le confort. Ils eurent une petite fille, qu’ils appelèrent Akina. Très jeune elle savait se transformer en animal et prenait l’apparence d’un grand corbeau noir. Ils vécurent heureux, tous les trois pendant près de trois ans.



    Enfance : leçons de vie

    Il arriva ensuite un incident tragique. Bien que Erena soit bien moins active en tant qu’assassine depuis qu’elle était avec Noïm, sa réputation était établie dans les milieux cachés du pays. Après de nombreuses investigations, le fils d’une de ses victimes passées la retrouva. Maître en illusions, il l’atteint via ses rêves et la guida dans un piège mortel. Noïm utilisa ses sens pour retrouver sa femme qui ne rentrait pas à la maison. Il découvrit avec horreur son corps gisant dans une flaque de sang. Il comprit ce qu’il s’était passé, car Erena craignait depuis longtemps que cela arrive.

    Se retrouvant seul avec Akina, le cœur brisé, la rage au ventre, faible et impuissant, Noïm ne trouva la force de vivre que pour sa fille. Il voulut quitter la ville pour s’éloigner à tout prix du lieu du massacre. Il avait l’espoir qu’en s’installant à Tyrhénium, il pourrait repartir de zéro, trouver un travail respectable et offrir à Akina une vie à l’avenir lumineux.

    Seulement Noïm n’avait guère de talents qu’un employeur pouvait rechercher. Il s’essaya à plusieurs métiers, sans résultats, il finissait toujours pas se faire renvoyer. Alors il volait, car pour cela il était plus que doué. Naturellement, Akina apprit de lui ce savoir. C’est aussi à cette époque qu’elle découvrit et entraîna son pouvoir d’invisibilité. Elle devint une voleuse efficace, jouant sur sa forme animale et sa forme humaine rendue invisible pour se glisser jusqu’aux trésors qu’elle et son père convoitaient.

    Ils vivaient chichement, dormant bien souvent dans la rue, mais ils étaient heureux. Car ils s’entendaient à merveille et étaient très complices. Noïm tenait à ce que sa fille ait des valeurs et il ne lui mentait pas sur le mal qu’ils pouvaient faire en volant d’autres personnes. Il lui enseignait certes la science du vol mais tenait aussi de long discours sur les règles qu’ils devaient respecter.

    - La première de ces règles est que tu ne dois pas tuer gratuitement. Oter la vie, si ce n’est pas pour te défendre, est interdit. Cela ne te mènerait que vers l’obscurité et multiplierait le nombre de tes ennemis.
    - Mais maman elle…
    - Ta mère avait choisit sa voie, bien avant que l’on ne se rencontre. Elle avait accepté de mourir d’une main vengeresse… La seconde règle, quand tu vis de larcins, est de ne jamais se faire prendre. Tu dois toujours prendre toutes les précautions nécessaires pour ça.
    - Comme rester invisible ou en oiseau.
    - Aussi, tu ne dois voler que ce dont tu as besoin pour vivre, et jamais aux plus pauvres. Car tu ne dois pas faire tourner le cercle de la misère. Quel intérêt de vivre si d’autres meurent de faim ? Tu penses pouvoir respecter tout cela ?
    - Je pense oui… non j’en suis sure !
    - Bien. Alors maintenant écoute attentivement, car tout ce que je vais t’apprendre te servira à vivre dans ces règles. Tu dois apprendre à les respecter.

    Akina sentait que cela ne serait pas facile, mais elle avait de la volonté. Et un profond respect pour son père qui était son seul modèle. Elle cherchait sans cesse son approbation et ses encouragements. Lui était tellement fier de sa fille. Elle était tout ce qui lui restait de sa femme et à dix ans à peine elle était déjà aussi habile et maligne que lui. Son seul regret était de ne pas pouvoir lui offrir une meilleure vie.



    Adolescence : soumission et captivité

    Lors d’un hiver particulièrement froid, alors que Akina avait douze ans, ils montèrent ensemble un plan de vol d’un groupe de guerriers qui résidait en ville, dans une taverne chic. Leur cible était trois Zelos à la bourse pleine, cliquetant lorsqu’ils marchaient. Ils réussirent à se saisir d’une bourse largement remplie sans se faire repérer.

    Cependant, l’une des Zelos connaissait une magie qui lui permit de vite les retrouver. Elle débarqua avec ses compagnons dans l’abri de bric et de broc des Hyunseg. Noïm souffla à sa fille de fuir. Tous deux prirent leur apparence animale et le rat glissa entre les jambes de la Zelo. Celle-ci, d’un mouvement rapide, planta son épée dans le petit rongeur, avec un sourire des plus mauvais sur les lèvres. Les deux autres fixaient le corbeau qui semblait pétrifié. Ils finirent par éclater de rire quand ils comprirent que la fillette était paralysée d’effroi.

    - Allez, reprends ta forme va ! On va pas te buter, on touche pas aux gamins !
    Alors Akina reprit forme humaine, cachant de ses mains ses parties intimes. Les Zelos l’examinèrent du regard.
    - T’es sur qu’on touche pas aux gamins ? parce que là, j’me f’rais bien une joie de toucher…
    - Ça suffit Zahir ! Elle est trop jeune de toute façon.
    - Alors qu’est-ce qu’on en fait ? On la laisse partir ?
    - Hum… Non. Elle pourrait servir. Ou es ta mère ?
    - … morte.
    - Arf, pas de rançon pour not’ gueule alors.
    - Non, mais ya mieux à faire. J’ai toujours pensé qu’on devrait avoir un larbin. Pour faire la bouffe et des choses comme ça.
    - Genre porter un peu de matos ou rapiécer nos fringues ?
    - Voila… Qu’en penses-tu jeune Yorka ? On ne t’ôte pas la vie, mais dorénavant, celle-ci nous appartient.
    - Toujours pleine de bonnes idées Djenna.
    - Ouais, un larbin qui fera le sal boulot à ma place !

    C’est ainsi que Akina devint l’esclave du petit groupe de mercenaires. Ce dernier était composé de Zahir, un peu bête et brutal, de Trensin, plus intelligent mais totalement soumis à la volonté de Djenna, seule femelle et chef du petit groupe. La Yorka les suivit dans tous leurs déplacements, sur Eridania et Phelgra. Car les Zelos avaient des rapports privilégiés avec certains cavaliers de Sharna. D’un commanditaire à un autre, de victimes en victimes, elle effectuait toutes leurs taches ingrates, était chargée de porter une grande partie du matériel de voyage, faisait la cuisine et la lessive.

    Les Zelos avaient vite comprit qu’une Yorka ne serait pas évidente à garder captive. Elle était en permanence enchaînée, lestée d’un lourd boulet en fonte. Le collier de métal auquel était reliée la chaîne était ensorcelé et lui empêchait toute transformation. Parfois cependant, les Zelos l’autorisaient, ou plutôt la forçaient, à se transformer. Ils plaçaient alors l’oiseau dans une petite cage et les vêtements de Akina dans leur sac. Il leur était alors facile de la transporter partout sans qu’elle ne soit remarquée des populations rencontrées.

    Elle n’avait plus personne au monde et obéir bêtement était la manière la plus simple pour elle de survivre. Servir les Zelos lui garantissait une certaine sécurité et de la nourriture chaque jour. Bien souvent ils la battaient et c’est à cette période de sa vie qu’elle découvrit sa capacité à se régénérer rapidement. Cela avait malheureusement tendance à énerver ses maîtres, et particulièrement les mâles, qui redoublaient de violence dans leurs coups et insultes.



    Passage à l’âge adulte : briser ses chaînes

    Cette vie dura ce qui sembla une éternité pour Akina. Plus le temps passait et moins elle supportait sa condition. Mais sa faiblesse face à ses maîtres la maintenait silencieuse et passive devant leurs tortures. Cela changea un soir où le premier orage de l’année éclatait au-dessus d’Eridania. Le petit groupe de mercenaire se trouvait dans les vastes plaines, en route pour la capitale.

    L’orage battait son plein, la foudre rayait le ciel nuageux de ses éclats lumineux et la pluie tombait en lourdes gouttes poussées par un vent du nord. Djenna et Trensin étaient partis à la recherche de quelque proie à faire rôtir. Le mauvais temps ne leur faisait pas peur. Ils avaient laissé Zahir seul en charge de la surveillance de la jeune yorka, à l’intérieur d’une cabane abandonnée qu’ils squattaient pour la nuit. Ce jour là, Akina était en corbeau, enfermée dans une petite cage posée au sol.

    - Font chier les aut'. A m'laisser là tout seul à glander... surveiller la pouilleuse… Il regarda l’oiseau de sa mine renfrognée. Au moins s't’étais pas pleine de plumes j'pourrais m’amuser... Allez, j'peux bien m'faire ce p’tit plaisir, non ?

    Il barricada l’entrée de la cabane en riant doucement et ouvrit la porte de la petite cage. L'oiseau sauta sur le rebord, pliant ses serres sur le métal. Elle s’attendait à ce qu’il la batte une fois de plus, ou la force à faire des trucs stupides qui ne feraient rire que lui. Il lui ordonna de reprendre sa forme humaine. Elle exécuta l’ordre et se retrouva nue, lui tournant le dos pour préserver son intimité. Elle ne vit alors pas la lueur malsaine qui étincela dans le regard du zelo. Il laissa un rire mauvais glisser entre ses dents et s’approcha doucement.

    Tentative de viol(HOT):
     

    Un éclair frappa le toit juste au-dessus d’eux et à ce moment précis, la peau de Akina se fit aussi foudroyante que l’orage. Zahir, alors plaqué tout contre elle, fut frappé par un courant qui le secoua violement. Ejecté par la magie électrique, il convulsait à quelques mètres de la jeune yorka. Celle-ci, mue par un instinct de survie, libéra toute la colère et la haine qu’elle avait contenues pendant des années. Elle se saisit du poignard sur la ceinture du zelo et alla le planter droit dans sa poitrine.

    Détails du meurtre (VIOLENT):
     

    Forte de ce nouveau pouvoir qui resplendissait de puissance au milieu du tonerre, Akina pensa que le jour était venu pour elle de se libérer de ses maîtres. Elle sortit sous l’orage et attendit que Djenna et Trensin reviennent de leur chasse. Nue sous la pluie, la lame posée à ses pieds, elle sentait pour la première fois de sa vie son cœur tambouriner d’excitation et d'impatience dans sa poitrine.

    Quand elle entendit les zelos approcher, elle se rendit invisible. Ils atteignirent la porte de la cabane, dans leurs vêtements trempés. Akina se glissa dans leur dos et appliqua ses mains sur leurs épaules humides, libérant toute la colère qui grondait en elle. Les zelos subirent alors le même sort que leur compagnon décédé et furent taillés en pièces.


    Une nouvelle vie commence...

    Libérée de ses bourreaux, Akina choisit de retourner à Tyrhénium, seule ville qu’elle connaissait vraiment. La marche jusqu’à la ville frontière dura quelques jours, pendant lesquels elle avançait seule sur la route verdoyante d'un début de saison douce. Elle rendit grâce au Sindarin qui, la croisant, partagea son repas avec elle et lui redonna ainsi assez de forces pour atteindre son objectif.

    A son arrivée, elle se changea en oiseau et vola jusqu’au plus haut clocher d’un temple surplombant la ville. De là, elle observa le décor pendant longtemps, puis se laissa tomber doucement, déployant et redressant ses ailes avec bonheur. Une fois que ces dernières furent complètement ouvertes, le corbeau plana au-dessus de la ville, savourant pleinement sa liberté et son « foyer » retrouvé.

    Dorénavant, Akina vivait tant bien que mal dans la ville agitée, foulée par tant de peuplades qui allaient et venaient, changeant leurs richesses en or ou inversement. La yorka se satisfaisait des miettes, dérobant une pièce par-ci, une miche de pain pas là, et se contentant bien souvent de plonger son bec habile dans les ordures à la recherche de quelques restes encore mangeables.



Dernière édition par Akina Hyunseg le Mer 13 Avr - 14:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Re: Akina Hyunseg   Akina Hyunseg Icon_minitimeMer 13 Avr - 13:53

Après moult éditions et corrections, je suis fière de vous présenter ma fiche, enfin terminée :)
Ce message ne sert que pour le up, vous pouvez le supprimer pour faire plus propre.
Revenir en haut Aller en bas
:: L'Eryl ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Sighild
:: L'Eryl ::
Sighild
MessageSujet: Re: Akina Hyunseg   Akina Hyunseg Icon_minitimeMer 13 Avr - 18:09

Bienvenue sur Istheria de façon officielle!!! ^^

Tout est en ordre et me semble très bien! Je n'ai pas de remarques à faire! Texte soignée comme il faut, histoire tristounette sur certain point! XD En tout cas, le personnage est intéressant!!


Fiche validée

Il te faudra faire une demande de rang dans la zone évènementielle, puis aussi ouvrir ton compte au coffre-fort, et éventuellement créer ta boîte postale!!!!


J'espère que tu t'amuseras bien chez nous!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Akina Hyunseg   Akina Hyunseg Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Akina Hyunseg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Akina Hyunseg
» Akina Hideaki - Terminée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Gestion des PersonnagesTitre :: • Inscription & Présentation :: • Cimetière-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !