Du Rififi dans la prison d'Umbriel [Scénario] - Page 2

News & Infos

C'est ici que vous trouverez les dernières infos du moment, les utiles et moins utiles.

Temps actuel

Effectifs

• Eryllis: 2
• Ladrinis: 6
• Eclaris: 3
• Prêtresses: 4
• Cavaliers de S.: 4
• Nérozias: 4
• Gélovigiens: 4
• Ascans: 1
• Marins de N.: 2
• Civils: 14

Lien recherché

- Torenheim cherche des "relations" en tout genre.
_ Oscuro veut causer à des Prêtres de Kron.
_ Walter cherche de Preux chevaliers.
_ Raël veut des clients.
_ Deirdre a besoin d'employé!

Les Rumeurs

_ Il parait que des personnes hauts-placées seraient gravement malades.
_ Il parait que ça se bécotte "au bal de la Rose".
_ Il parait que des créanciers en sont après un des conseillers de Ridolbar.

Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Le Deal du moment : -34%
Tondeuse barbe Philips Bt3206/14 (10 longueurs de ...
Voir le deal
11.87 €

Partagez
 

 Du Rififi dans la prison d'Umbriel [Scénario]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
:: Ennemi Public ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Torenheim
:: Ennemi Public ::
Torenheim
MessageSujet: Re: Du Rififi dans la prison d'Umbriel [Scénario]   Du Rififi dans la prison d'Umbriel [Scénario] - Page 2 Icon_minitimeMer 20 Oct - 0:53

ft. Natreck Sativex

La débandade, le chaos...

Une délicieuse fragrance de rebellion, réhaussée d'une pointe de terreur... de quoi le mettre en appétit !
Il n'eut toutefois guère le loisir de s'étendre en contemplation... le yorka, qui ne l'avait pas lâché d'une semelle émergea de la liasse de prisonniers qui s'écoulait dans son dos. Sans s'arrêter pour autant, il suivit le courant, dépassa le prisonnier tout en l'encourageant à faire de même.
Loin de se laisser distancer, l'évadé lui emboîta aussitôt le pas et tout deux se mêlèrent au fracas de la révolte.

S'il y eut bien la quelques gardes, le service se révélait pour l'instant minimal et guerre de taille face à la furie de ceux qu'on avait privé de liberté.
La marée enhardit s'abattit de plein fouet sur la maigre digue de résistance, parvenant sans mal à ouvrir des brêches de ci de là, dont les deux compères surent mettre à profit. Sans plus de sommation la poigne ferme du corbeau se referma sur le bras osseux du gorgoroth pour mieux l'entraîner au devant de l'action : lestes et rapides ils se coulèrent sans mal au travers du tapage, évitant soigneusement, poings, coudes, pieds, surins, lames et autres armes de fortunes qui bataillaient furieusement au rythme des cries de rage et de douleur.

Une fois hors de la mêlée ils ne ralentir pas pour autant et Torenheim entrainé bon grée mal grée telle une princesse dérobée, ne pu qu'accorder qu'un bref et ultime regard a son ancienne demeure, dont la porte austère, aussi large que haute, se refermai en un grondement lourd et plaintif, non sans avoir préalablement vomi une floppée de renforts chargés de rassembler tous ces audacieux fugitifs.

L'ex-prisonnier n'avait aucune idée de l'endroit où comptait le mener son guide, l'attitude de ce dernier se révélait toutefois confiante et il n'apparu aucunement hésitant ou inquiet face au dédale que représentait l'antique citée.
Déjà s'élevaient alentours les protestations et suppliques des malheureux que l'on trainait de force dans les entrailles de la terre, tendis que résonnaient derrière le roulement massif et impérieux de la garde à leur trousse.

L'hallali leur était donné...

Sans un mot, l'évadé se laissa sagement guidé, chiffe molle à la démarche instable balottant aux arrières du corbeau. Celui-ci ne daigna relâché sa prise qu'une fois les premières bifurcations franchies, et la prison hors de vue.
Mais ce n'était là que le début, s'en suivit une folle course au coeur du labyrinthe afin d'égarer les poursuivants les plus tenaces.
Intersections, virages et traverses se succédèrent, similaires, identiques, égrenant corridors et boyaux d'innombrables possibilités, tant et si bien que le gorgoroth en perdit lui même ses maigres repères.
Lorsqu'ils furent enfin assurés de leur avoir échappé, le yorka le mena en marge des habitations, jusque dans une énième ruelle, dépourvu d'issue.
Intrigué, le mort observa longuement son compagnon qui venait de s'agenouiller, visiblement à la recherche de quelque chose. Ses gestes assurés ne tardèrent pas à débusquer sous la poussière une lourde trappe de bois vieillit. Aussitôt, l'entrée d'une cache fut dévoilée et ils s'y engouffrèrent sans plus tarder.
Les ténèbres les acceuillirent pour les envelopper instantanément une fois l'épais volet de bois rabattu, mais pas pour bien longtemps ; du néant jaillit une flamme vive et dansante qui vint illuminer de sa chaleureuse radiance le réduit froid et humide dans lequel tous deux se trouvaient maintenant terrés.

Le regard fixe et morbide du gorgoroth ne cilla point face à cette surabondance de lumière, il contempla un instant la petite flamme avant de parcourir lentement la pièce d'un air détaché.
Il s'agissait littéralement d'un trou carré qui avait été pratiqué dans la roche de taille fort modeste, sans doute initialement prévu pour stocker quelques denrées.
À même les paroies, des renfoncements grossièrement taillés arboraient de maigres effets.
Dans le silence étouffant seul résonnait la respiration encore marquée du seul être vivant... cloîtré en compagnie d'un trépassé, impassible, inaudible, qui l'observait sans mot dire, loin de présenter les même stigmates que cet être de chaleur et de sang.

L'homme oiseau fouilla brièvement parmi les ressources présentes. Il en sortit un ensemble de jute sombre, une paire de bottes fort usées ainsi qu'une petite lame qu'il tendit au prisonnier.
Celui-ci les accepta sans broncher, se défi de sa cape de fortune pour se vêtir, examina brièvement le tranchant de la lame avant de la ranger.
Ceci fait, son hôte entreprit lui même de se changer, troquant son costume de gardien de prison pour une armure de cuir sombre qui sembla tout de suite beaucoup plus adequate à sa fonction réelle.
Il prit ensuite place à même la terre devant son petit lumignon, incitant le gorgoroth à l'imité.

Le mort s'était tint jusque là dans une bien étrange position, échine courbée et cou fortement incliné de côté, tête à l'horizontale, laborieusement aligné avec le plafond ; une attitude qu'aucun vivant n'aurait pu décemment tenir aussi longtemps tant elle solicitait le corps dans ses amplitudes les plus extrêmes. Il affichait malgré tout un air serein, presque détendu, préservé qu'il était des affres de la douleur ou de tout autre inconforts.

La mécanique se mit en branle, et la carcasse s'anima, ses genoux flèchirent davantage en un couinement inquiétant avant de toucher le sol, et son cou pu de faite retrouver un alignement beaucoup plus naturel.
Il cligna des yeux face à la nourriture gracieusement offerte. Sa langue pâle et sèche passa subrepticement sur ses lèvres sombres, reliquat d'une antique habitude que trahissait une gourmandise prononcé... pas faim non... plus faim depuis longtemps, comme un état de satiété permanent.

Il déclina l'offrande d'un léger mouvement de tête, l'eau fut également gratifié du même refus.

Lorsque son vis-a-vis repris la parole Torenheim, l'observa longuement, son regard bicolore soutenant tranquillement celui du ladrinis dénommé Natreck.
Un embryon de sourire étira la commissure de ses lèvres sans toutefois les relevés suffisamment pour clairement exprimé une joie sincère.


- Enteri... murmura-t'il de sa voix éraillée.

Il resta silencieux le regard vissé sur son interlocuteur durant tout le temps qu'il usa pour exposer son plan. Lorsqu'il eut fini, le mort n'avait pas bougé d'un poil, semblable à une statue dévisageant sans voir.
Un haussement d'épaule fini cependant par l'animer peu après et un faible éclat traversa les orbes vairons sous la flamme vacillante.


- Peu m'importe où... répondit-il tranquillement

Un plissement de ses paupières laissa deviné la présence d'un sourire fraichement esquissé et la dentition mutilée luisit sinistrement.



Dernière édition par Torenheim le Dim 13 Mar - 16:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
:: Tisseur de souvenirs ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Kronos
:: Tisseur de souvenirs ::
Kronos

MessageSujet: Re: Du Rififi dans la prison d'Umbriel [Scénario]   Du Rififi dans la prison d'Umbriel [Scénario] - Page 2 Icon_minitimeLun 3 Jan - 20:21

avec TORENHEIM

Sortir le plus grand criminel du monde de prison ne sera pas de tout repos !

Du rififi dans la prison

– Je déteste ces tunnels, maugréa Natreck entre ses dents.

Cela faisait maintenant plusieurs heures qu’ils marchaient dans les sombres et humides souterrains d’Umbriel. Ils n’avaient pas croisé d’âme qui vive depuis plusieurs heures, des heures qui semblaient interminables dans ces conduits où le temps semblait figé. À la tombée de la nuit, après avoir préparé son sac de voyage et avoir changé de vêtement, le ladrini avait mené Torenheim hors de sa cachette, non sans prendre le temps de bien dissimuler sa venue. Ils s’étaient alors enfoncés plus profondément dans les tréfonds de la ville, jusqu’à ce que la lumière de celle-ci n’atteigne plus leur emplacement. Le yorka devint alors plus silencieux que jamais. Il ne marqua toutefois aucune hésitation, continuant d’un pas assuré alors que ses doigts suivaient une ligne invisible sur le mur de droite.  

À mesure où les deux hommes s’enfonçaient dans les tunnels, ceux-ci devenaient de plus en plus étroits, même si la hauteur demeurait respectable. L’oiseau, concentré sur sa tâche, faisait tout pour garder loin cette sensation d’étouffement qui l’envahissait dans ces maudits tunnels. Le noir rendait d’ailleurs la chose encore plus angoissante, même si à aucun moment le fils Sativex ne craignit de se perdre. Son esprit sillonnait mentalement les tunnels, se remémorant le chemin à suivre, le tenant éloigné de la panique. Après tout, ce choix était logique. Pendant la saison chaude, les tunnels permettaient d’éviter la chaleur, même si l’air était parfois rare. De plus, seules de rares personnes savaient se repérer ici, et ceux qui détenaient ces connaissances étaient rarement très vertueux.  

Les tunnels n’étaient toutefois pas un chemin agréable, et certainement pas sans danger. Au-delà des criminels qui trainaient par ici, l’endroit était peuplé de créatures étranges, qui n’était trouvable nul par ailleurs sur le continent. Bien sûr, un gorgoroth tel que Torenheim n’avait pas grand-chose à craindre dans ces tunnels, même s’il n’était pas à l’abri de se perdre. Frissonnant à l’idée d’années d’errances dans ce labyrinthe, Natreck se concentra sur le chemin à suivre. Le plus dur serait bientôt derrière eux. Quelques minutes plus tard, le yorka ressentit le changement de pression, et de l’air frais s’engouffra soudainement dans le tunnel. Au-dessus d’eux, à plusieurs centaines de mètres au-dessus de leur tête, une ouverture leur apportait une fenêtre sur le monde extérieur.  

Natreck s’arrêta et fouilla autour de lui. Quelques secondes passèrent, puis un craquement retentit, la grotte faisant écho. Une seconde plus tard, une torche enflammée à la main, Natreck offrit un sourire en coin au fugitif.

– Nous ne devrions pas avoir besoin de nous déplacer davantage dans le noir. Cependant, le chemin sera long. Je t’amène à Ridolbar. Ensuite, tu pourras faire ce que bon te semble. Mais j’aurais tendance à te suggérer de te faire oublier quelque temps.

Ainsi débuta un voyage qui dura presque deux semaines, deux semaines pendant lesquelles les deux criminels ne parlèrent que très peu, d’ambiance lugubre des tunnels prêtant peu à la conversation. De plus, Natreck devait demeurer concentrer. Le chemin qu’il connaissait n’était pas facile, et il n’était pas le seul à l’emprunter. Pire, s’il s’écartait du bon chemin, il craignait ne pas parvenir à sortir de là. Il dormait à même la roche, obligé de ralentir son improbable allié qui n’avait ni le besoin de manger ni celui de boire. Il était immanquablement ralenti par la vitalité du ladrini, mais Natreck ne s’en excusa pas. Il savait que sa contribution était essentielle au gorgoroth. Prudent, le corbeau évita de se surmener. Il aurait été suicidaire de s’épuiser dès le début.  

Il était difficile de garder une trace du temps qui passait. De temps de temps, le corbeau échangeait quelques mots avec Torenheim, vérifiant avec lui si son compte du temps était bon. Même si le voyage se déroulait sans encombre, le moral du yorka fut durement affecté. Même s’il contrôlait sa claustrophobie, celle-ci élimait sa patience et le rendait plus nerveux. Il avait hâte d’arriver. Heureusement, après ce qui lui semblait être une éternité, ils atteignirent une portion du tunnel étrangement bien entretenue. Tout de suite, Natreck éteignit sa torche, qui lui avait fait des cloques dans le creux des mains à force d’être tenue. Il se retourna vers Torenheim.  

– C’est ici que nos chemins se séparent, gorgoroth. Nous sommes dans les tunnels des Méprits, la partie apprivoisée des tunnels qui se trouvent sous Ridolbar.

Natreck lui tendit la main.  

– J’espère que nous aurons l’occasion de nous recroiser un jour. Te rencontrer a été un plaisir.

Lui adressant un dernier sourire, Natreck tourna les talons, s’enfonçant avec son assurance habituelle dans un couloir transversal. Pour le corbeau, chaque étape était prévue. Il avait rendez-vous. Viking et Kouna l’attendaient.   



Double-compte de Phyrra
Revenir en haut Aller en bas
:: Ennemi Public ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Torenheim
:: Ennemi Public ::
Torenheim
MessageSujet: Re: Du Rififi dans la prison d'Umbriel [Scénario]   Du Rififi dans la prison d'Umbriel [Scénario] - Page 2 Icon_minitimeLun 14 Mar - 0:09

ft. Natreck Sativex

Touts deux restèrent là, assis face à face, sans mot dire. Imperturbable, la pendulette marquait de son cliquetis régulier les secondes qui s'égrenaient avec indifférence.
Sur les parois du réduit frissonnait quelques ombres fantastiques projetées par la lueur vacillante de la bougie.
Agenouillé au sol, le gorgoroth ne bougea plus. Son regard sembla s'être perdu dans quelques contemplations intérieurs, captivé par la flamme qui oscillait avec douceur. La faible lumière ne faisait que souligner davantage son allure sépulcrale et sa nature décharnée. La peau grisâtre ne brillait ni ne frémissait, se révélait sèche presque pierreuse, quand aux prunelles dépareillés, elles ne luisaient pas d'un éclat humide, mais plutôt minerale, lisse, tel deux orbes de marbre soigneusement polies .

Lorsqu'enfin le corbeau jugea le moment opportun, ils quittèrent leur cachette de fortune pour s'enfoncer plus profondément encore dans les entrailles d'Umbriel.

Par chance ils ne croisèrent pas âme qui vive sur leur chemin.

Torenheim se laissa guidé sans broncher ni trainer. Autour d'eux, le dédale des couloirs et boyaux s'étiraient devant eux, tentaculaire, interminable.
Il était difficile de définir avec exactitude où se terminait Umbriel, où débutait les Tunnels du Mépris, le réseau de l'un se mêlant à l'autre en un enchevêtrement indistincte dépourvu de limite précises.
Plonger dans les ténèbres, le labyrinthique décor, partout et en tout point similaire n'égrenait que de vague indices quant à leur progression, les galeries se faisaient de plus en plus étroites et plus rudimentaire. Parvenu à un certain point une légère brise vint à leur rencontre, faisant ondoyer étoffes et chevelures d'un souffle encourageant. Il y avait non loin une ouverture sur l'extérieur.
Le yorka en profita pour allumer une torche préçisant au passage son intention de le mener à Ridolbar.
Pour toute réponse, l'évadé inclina la tête avant de lui emboîter le pas.

Combien de temps dura leur pépriple ? Il n'aurait su le dire avec certitude... et à défault de ciel, seul les phases de repos du corbeau lui donnait une indication du temps qui passe.
Par dix fois environ ils durent faire halte afin que son sauveur de chaire et de sang puisse se reposer. Torenheim, lui, veillait le sommeil de son guide. Imperturbable gardien à l'affût du moindre danger.
Rien cependant ne vint entacher leur progression et le voyage se déroula sans encombres.

Bientôt la roche grossièrement taillée et les passages étriqués cédèrent progressivement la place à des galeries plus larges et mieux entretenues trahissant une utilisation beaucoup plus régulière.

Natreck s'arrêta à une intersection, éteignit sa torche et se tourna vers lui afin de l'informer de la situation. Ils étaient enfin parvenu à Ridolbar, leur chemin se séparait donc ici, à lui de faire le reste.

L'homme lui tendit une main amicale en guise d'ultime salutation.

Torenheim ne réagit pas tout de suite, comme si les paroles et le geste du corbeau avaient tardés à lui parvenir.
Puis enfin dans un geste lent il enserra la main tendue de sa prise froide et osseuse.
Le corbeau parla de nouveau puis brisa l'étreinte avant de tourner les talons et de s'évanouir dans l'ombre d'une galerie adjacente, le sourire aux lèvres.

Torenheim resta là, l'air presque hébété

- Ah vraiment ?  finit-il par répondre au bout d'un temps certain

Seul l'échos lui répondit, nul doute que le ladrinis devait être déjà bien trop loin.

Lentement il se détourna pour faire face à la direction jusque là suivit. Il ne lui resterait plus qu'à débusquer une sortie.
Lentement il poursuivit son chemin, fredonnant doucement un air inconnu tout en se noyant à son tour dans les ténèbres...

~

Revenir en haut Aller en bas
:: The Boss ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Le Messager
:: The Boss ::
Le Messager
MessageSujet: Re: Du Rififi dans la prison d'Umbriel [Scénario]   Du Rififi dans la prison d'Umbriel [Scénario] - Page 2 Icon_minitimeSam 19 Mar - 18:13

Avec un peu de retard, nous sommes très heureuses de confirmer que tu es bel et bien libre! Tu vas pouvoir prendre ton envol et fomenter tes sombres desseins au vert niark . Officiellement:

Scénario Validé!

Bon retour à la liberté!



Du Rififi dans la prison d'Umbriel [Scénario] - Page 2 744275Sanstitre1
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Du Rififi dans la prison d'Umbriel [Scénario]   Du Rififi dans la prison d'Umbriel [Scénario] - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Du Rififi dans la prison d'Umbriel [Scénario]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Du Rififi dans la prison d'Umbriel [Scénario]
» Du Rififi dans la prison d'Umbriel [EN COURS]
» Je souhaite proposer un scénario
» RP avec un "fou" en prison ♪
» Dans les griffes de la glace

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Phelgra, le continent sombreTitre :: Umbriel, les souterrains profanes :: • Les Prisons des Déments-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !