L'Appel

News & Infos

C'est ici que vous trouverez les dernières infos du moment, les utiles et moins utiles.

Temps actuel

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 9
• Eclaris: 5
• Prêtresses: 5
• Cavaliers de S.: 5
• Nérozias: 6
• Gélovigiens: 3
• Ascans: 0
• Marins de N.: 4
• Civils: 15

Lien recherché

- Torenheim cherche des "relations" en tout genre.
_ Kreen veut causer à des Prêtres de Kron.
_ Walter cherche de Preux chevaliers.
_ Raël veut des clients.
_ Deirdre a besoin d'employé!

Les Rumeurs

_ Il parait que des personnes hauts-placées seraient gravement malades.
_ Il parait que ça se bécotte "au bal de la Rose".
_ Il parait que des créanciers en sont après un des conseillers de Ridolbar.

Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez
 

 L'Appel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: L'Appel    L'Appel  Icon_minitimeJeu 11 Juin - 16:35


Les témoins
Le hasard a voulu qu'ils soient rassemblés
Shash bizaʼazis Hólóní Yorka | 16 ans  

Apprenti prêtre de Fen

    Shash est arrivé au sein du temple de Fen pour poursuivre son apprentissage après deux années passées à étudier dans l'enceinte du Haut-Monastère. Il a grandi au temple de Gréis, éduqué par les religieux, ce qui fait de lui un fervent croyant. L'adolescent officie à Noathis depuis le début d'Enkilil et assiste les prêtres et prêtresses du lieu sacré avec assiduité. Il a lui-même choisi cette destination car le dieu des arts et de la faune est celui dont il se sent le plus proche.



Uranometria Terran | 32 ans  

Prêtresse de Ténéis

    Uranometria est une jeune femme intelligente, originaire de Cimmeria où elle suivit des études poussées de médecine au sein de la faculté Néria. Elle quitta sa contrée natale pour rejoindre Luminéa, l'académie des sciences et y poursuivre son cursus. On la prédestinait à un brillant avenir en tant que médecin et chirurgien. Elle surprit ses professeurs en s'engageant dans l'ordre des Gélovigiens à la suite d'une vision onirique. C'est à cause d'un rêve prophétique, lui indiquant que Fen choisirait un nouveau représentant, que la jeune femme se trouve à Noathis. Curieuse de savoir si sa prédiction se réaliserait, elle a décidé de venir aider au sein du lieu saint. En cette période de troubles, ses connaissances médicales rassurent les religieux.



Seelie Wilg Sindarin | 247 ans  

Prêtresse de Delil

    Seelie est présente dans le lieu saint depuis que le Haut-Prêtre de Delil a envoyé des messagers à travers Istheria. La demoiselle aux oreilles pointues entretient généralement la flore qui pousse autour et à l'intérieur de l'enceinte sacré. En ces temps de fièvre, ses talents d'herboriste ont peu à peu fait d'elle un élément indispensable pour aider les quelques malades cherchant refuge auprès des Gélovigiens. Elle travaille principalement en collaboration avec la prêtresse de Ténéis pour assurer les soins. La religieuse ignore toutefois tout de la raison qui a poussé Uranometria à s'aventurer dans les terres sauvages.



Brüno Van Taft Gorgoroth | 451 ans  

Prêtre de Kron

    Prêtre de Fen à l'origine, Brüno s'est reconverti après son assassinat et sa nouvelle forme d'existence, il y a plusieurs siècles. Il s'occupe, encore aujourd'hui, d'élever les oiseaux messagers du Haut-Monastère. L'ancien terran voyage de temple en temple pour y former les apprentis chargés des soins des volatiles des lieux sacrés. Il est venu enseigner à Shash la meilleure manière de faire éclore les œufs de la volière. Le borgne est souvent accompagné par une nuée de corbeaux.



L'Appel

An 1306 de l'ère obscure
Entre la fin du mois de Mésoa et le début du mois de Mirios

200516120300947718.pngMühnin partait en direction du Haut-Monastère lorsqu'un vrombissement avait commencé à se faire entendre. Il ne put identifier la source de ce bruit, mais celui-ci se montrait de plus en plus sifflant et assourdissant. Au bout de plusieurs heures, le pèlerin eut l'impression que quelque chose l'appelait en direction du temple de Fen. Il avait rebroussé chemin, se dirigeant vers Noathis à son rythme. En route il croisa un cheval nivérien, un véritable colosse au caractère farouche. L'équidé à la robe blanche chargea le démon, qui écarta les bras et resta immobile jusqu'au dernier moment. Il désira s'exprimer, mais n'entendit pas ses propres paroles qui se perdaient dans la cacophonie. Il fut bien incapable d'ordonner convenablement ses propos. L'animal avait-il senti que le monstre ne lui voulait aucun mal ? Il s'était soudainement arrêté, faisant face au voyageur, le fixant d'un regard profond.

Le lhurgoyf se contenta de poursuivre son chemin, contournant précautionneusement l'herbivore pour ne pas recevoir un coup de sabot, ou subir une ruade. L'ermite n'imaginait absolument pas que le nivérien commencerait à le suivre. Il n'en comprenait pas la raison et s'attendait à le voir foncer sur lui à vive allure. Malgré la confiance que le pèlerin éprouvait envers les animaux, il savait qu'il valait mieux éviter de tourner le dos à une créature qui se montrait menaçante. Tourmenté par le bruit incessant qui lui donnait l'impression que son crâne vibrait, il marchait à reculons. Son pied buta contre une pierre et le croyant chuta contre le sol. La bête immaculée trotta dans sa direction, inquiétant un peu plus le démon qui crut un moment perdre le contrôle de lui-même.

L'équidé posa ses naseaux sur l'ermite, le reniflant avec curiosité sans faire preuve d'agressivité. Mühnin laissa au nivérien le temps qu'il lui fallait pour inspecter l'objet de son intérêt puis se releva doucement, sans faire de geste brusque. Il faillit s'épousseter, mais se ravisa en jugeant que l'animal verrait peut-être ses mouvements comme une agression. La jeune jument était gestante, elle avait probablement perdu sa harde, se retrouvant seule à errer aux abords de l'Oléra. Était-ce pour cette raison qu'elle avançait inlassablement derrière le voyageur ? Cherchait-elle une quelconque protection aux côtés du monstre ? Harassé par l'incessant fracas dans son crâne et incapable de réfléchir convenablement, il laissait le mammifère suivre ses pas. Elle demeura à proximité de lui lorsque le crépuscule pointa à l'horizon et que le démon se coucha dans un état de prostration au beau milieu du gazon frais et humide, espérant y trouver le sommeil.

La nuit fut de courte durée et peu reposante. Lorsqu'il ouvrit les yeux, la jument broutait paisiblement l'herbe grasse à quelques mètres de là, jetant parfois des regards intrigués en direction du musicien. Le démon reprit la route, avant que les soleils commencent à briller. La clarté avant l'aube lui permettait de voir où il mettait les pieds. Il était toujours assourdi par ce vrombissement suraigu qui lui agressait les tympans, ne lui laissant aucun répit. Une douleur lancinante meurtrissait ses oreilles, se réverbérant en écho à l'intérieur de son crâne. Il avait beau tenter de boucher ses canaux auditifs avec les mains, rien n'y faisait. Il lui était impossible de chasser dans ces conditions, incapable d'entendre les bruits indiquant la présence de gibier ou d'une proie qu'il poursuivait. L'intérêt insistant et incompréhensible que lui portait l'équidé l'empêchait de piéger son environnement. Le croyant se contenta des graminées, fruits et racines qu'il trouvait sur son chemin pour combler son appétit.

La jument permettait parfois au monstre de la chevaucher malgré la vie qui grandissait en elle et l'absence d'un harnachement. Il put ainsi voyager un peu plus vite. Mühnin se passait bien de ce genre d'outils et du confort qu'ils apportaient. Le comportement de l'animal lui fit toutefois penser qu'il n'était en rien sauvage, comme il l'avait supposé. Le pèlerin craignait de s'être accaparé une bête appartenant à quelqu'un. Il était déjà bien trop tard pour faire demi-tour, car le lhurgoyf et sa monture atteindraient bientôt les frontières d'Arghanat et le monstre n'avait pas la force ni l'envie de faire marche arrière. Il se promit toute de même de ramener l'équidé là où il l'avait rencontré lorsqu'il le pourrait.

Il fallut un peu plus de deux semaines de voyage avant que le croyant et sa monture atteignent le lieu sacré, un temps durant lequel l'ermite souffrit de migraines et ne put rien entendre d'autre que des sons stridents et insupportables. Les jours passèrent et plus il s'approchait du temple de Fen plus la cacophonie se changeait en véritable symphonie. La douleur s'estompait progressivement. Il avait l'impression d'écouter l'écho de la voix du monde, un chant profond, puissant. La complainte ressemblait à celle d'un animal qu'il n'avait jamais entendu auparavant, une mélodie sauvage et brute, sans harmonie.


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'Appel    L'Appel  Icon_minitimeDim 14 Juin - 2:00


L'Appel
Avec quelques temoins

Guidé par le chant, Mühnin descendit de sa monture à l'entrée du lieu sacré. Il embrassa le front de la jument et posa son crâne contre le sien l'espace de quelques secondes. Ce remerciement lui sembla toutefois loin d'être suffisant pour cette courageuse compagne de voyage qui avait veillé sur lui durant de nombreuses nuits. Elle avait été comme une mère se tenant au chevet de son enfant et il ne pourrait oublier cette étrange bienveillance qu'elle lui portait. Le monstre se purifia le corps s'aidant du liquide présent dans une grande vasque de pierre, près de la porte du sanctuaire. Il se lava ainsi les mains et le visage avec de l'eau de pluie avant d'avancer vers la destination que lui imposait la musique. Lorsqu'il pénétra dans l'enceinte du temple, ses os semblèrent vibrer sous l'influence de cet écho que le démon était le seul à entendre. Son corps entier frémissait en écoutant cette chanson étrangère et mystique.

Ses pas le guidèrent avec élégance, comme s'il dansait malgré lui, jusqu'à l'autel. Ses yeux se fermèrent quelques secondes et il s'agenouilla. Une voix prit l'ascendant sur les notes mélodieuses. Elle était au moins aussi belle, si ce n'est plus, que la symphonie sauvage qui résonnait dans ses oreilles. Il ne pouvait en comprendre le sens, car il ne l'avait jamais entendu auparavant, mais elle était emplie de solitude et de tristesse. Cette fois-ci le chant ne venait pas directement de ses tympans, mais semblait se multiplier en écho sur les parois de pierre du lieu saint. Le monstre devait en trouver la source, il ne pouvait résister à cette incompréhensible complainte. Toutes les fibres de son être lui ordonnaient de se lever, de se laisser guider par l'aria. Il commença à courir, attirant inexorablement l'attention des religieux et des croyants venus se recueillir. L'agitation d'un seul homme mettait en berne la pieuse sérénité qui régnait habituellement ici.

Mühnin errait dans le lieu sacré à la recherche de la source de ce qu'il ressentait comme un appel. Il ignorait alors que des prêtres le poursuivaient. Ils l'imaginaient dément et lui intimaient de se calmer. L'ermite demeurait sourd à leurs demandes, il n'entendait que cet écho incessant. En constatant que les religieux s'agitaient à sa suite, la première réaction du monstre fut de les interroger.


« Vous l'entendez vous aussi ? »

Le voyageur était incapable d'entendre ses propres mots. Les regards interloqués des gélovigiens lui laissaient supposer que ce n'était pas le cas. Il se détourna rapidement des serviteurs de Fen pour reprendre ses recherches. Certains parmi eux avaient reconnu un adepte qui venait fréquemment prier le dieu de la faune et des arts au sein de son temple. L'ermite arriva devant une pièce dans laquelle il n'avait jamais pénétré. Il savait pourtant que cet endroit était la salle de l'épreuve. C'était aussi de là que provenait le chant. Le lhurgoyf n'avait pas immédiatement remarqué l'adolescent yorka à la peau sombre qui se tenait devant la porte, portant une cassolette fumante entre ses mains. Le jeune garçon s'exprimait, mais le pèlerin n'entendait pas ses paroles. Jugeant ses vêtements souillés indignes de l'enceinte sacrée, le démon se dévêtit sans aucune pudeur sous les yeux de l'apprenti et celui d'une terrane qu'il n'avait pas remarquée. Lorsqu'il fut totalement nu, le religieux lui fit inhaler la fumée avant d'actionner le mécanisme qui ouvrait la porte.

Sans attendre d'instruction, Mühnin s'engouffra dans ce long couloir à peine éclairé par quelques lueurs vacillantes. Son corps se trouva à demi immergé dans l'eau, ultime rite de purification. Il plongea la tête sous la surface aqueuse et en ressortit pour continuer d'avancer. Plus il marchait, plus le corridor s'élargissait. Il s'aventurait progressivement dans les ténèbres. L'obscurité ne lui permettait pas de voir où il allait. Il sut pourtant qu'il arrivait à destination lorsque la complainte s'arrêta subitement. Il n'entendait plus rien. Le monstre s'installa en tailleur sur le sol, privé de deux de ses sens. Il se mit à chanter, cherchant à imiter l'appel sans pour autant pouvoir reproduire cette aria. Le voyageur ignorait toutefois ce détail et continua inlassablement de psalmodier.



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'Appel    L'Appel  Icon_minitimeMer 17 Juin - 20:30


L'Appel
Avec quelques temoins

L'ermite perdait progressivement toute notion de temps. Le monde aurait pu s'écrouler autour de lui sans que cela vienne perturber la transe dans laquelle il était entré. Son esprit, vidé de tout sauf de l'aria, lui semblait vagabonder dans un néant infini. Le monstre avait l'impression que son corps flottait dans le vide. Petit à petit, des lueurs colorées parcouraient les ténèbres au-dessus de lui semblables à des aurores boréales comme il avait pu en voir dans les territoires du nord. Les étoiles et les astres se dessinèrent dans ce qu'il imaginait être la voûte céleste. Bientôt, le cycle perpétuel du jour et de la nuit défila sous ses yeux à un rythme qu'un mortel comme lui ne pouvait suivre. Dans leurs courses, les lunes et les soleils ne ressemblaient qu'à des boules dorées et argentées se succédant inlassablement.

Un océan de verdure naissait sous lui, d'innombrables plantes connues et inconnues prenaient forme, fleurissaient et mouraient. Il pouvait voir les bourgeons pousser, dépérir et continuer sans cesse au fil des saisons. La vie défilait devant ses yeux sans qu'il ne puisse tout admirer. Tout lui semblait éphémère et pourtant si beau. Bientôt, de gigantesques créatures vinrent parcourir cette nature illusoire et changeante. Mühnin n'avait même jamais vu ni entendu parler d'elles. Étaient-elles éteintes ? Il n'eut pas véritablement l'occasion de se poser la question, car le temps poursuivait sa course effrénée et d’innombrables espèces voyaient le jour. Le monstre décida de s'approcher, constatant que les animaux qui foulaient la terre ressemblaient en tous points à ceux qu'il connaissait et qu'il avait pu observer durant son existence.

L'ermite flottait au-dessus du sol, volant aussi librement qu'un oiseau. Le démon remarqua qu'il n'était plus sourd en entendant les bruits de la nature qui s'épanouissait. Les sons du monde autour de lui ressemblaient à la plus douce des mélodies, une musique emplie de vie et d'innombrables notes qu'aucun humain ne pouvait imiter. Le chant mélancolique qui l'avait guidée dans le temple se détachait distinctement du reste des sons environnants et pourtant elle se fondait subtilement en eux comme une partie de ce tout. Des larmes roulèrent le long des joues du monstre. D'autres voix lointaines et mélodieuses se démarquèrent par leurs puissances, mais elles semblaient totalement éclipsées par l'aria. Mühnin se sentit de nouveau appelé par cette beauté et cette tristesse.

À l'extérieur de la salle de l'épreuve, le petit yorka qui répondait au nom de Shash s'interrogeait. C'était la première fois, depuis qu'il officiait au temple, qu'un candidat s'était présenté. Il ignorait s'il avait bien fait de le laisser entrer dans cette pièce si particulière. L'apprenti paraissait anxieux. La femme à la peau sombre qui attendait là, une prêtresse de Ténéis, s'approcha de lui avec un sourire bienveillant. Elle posa une main sur l'épaule du jeune Gélovigien et le fixa droit dans les yeux.


« Il est inutile de vous inquiéter. Vous avez bien fait. Il deviendra le prochain haut-prêtre de Fen. »

Uranometria s'exprimait avec assurance, même si sa vision lui avait laissé entrevoir un homme plus vieux que celui qu'elle avait pu observer. Son interlocuteur ne parut pas particulièrement rassuré, mais elle regagna tranquillement sa place contre le mur. Shash prit la parole, manifestant ouvertement ses doutes.

« Depuis la disparition du seigneur Tekum Seh, Fen n'a élu aucun mortel pour le représenter. Selon les prêtres, nombreux sont ceux qui ont échoué. »

Son interlocutrice sembla pensive, cherchant vraisemblablement à se rappeler quelque chose. Elle ne lui répondit pas immédiatement.

« Le temps passe probablement différemment pour les dieux. Il me semble même avoir lu dans nos archives qu'il arrive que les divinités n'élisent aucun représentant pendant une longue période. »

Elle ne pouvait dire avec certitude combien de fois cela s'était produit et s'abstint donc de donner plus de détails à ce sujet. L'adolescent décida d'interroger la religieuse à la peau sombre.

« Et pourquoi lui et pas un autre ? »

La jeune femme parut lasse. Elle s'exprima machinalement. La prêtresse de Ténéis n'appréciait guère les questions dont elle ne connaissait pas les réponses.

« Qui peut prétendre expliquer les volontés divines ? Pas moi. Vous feriez mieux d'aller chercher d'autres témoins. Il faut qu'ils soient présents lorsque les pierres s'illumineront. »

L'apprenti prenait déjà le chemin en direction de la salle principale lorsque la terrane s'exprima de nouveau. Il s'interrompit pour écouter ses conseils.

« Pensez aussi à prendre de quoi installer confortablement ceux qui accepteront cette tâche, veillez à ce qu'un prêtre nous apporte des vivres. Cela peut durer plusieurs jours. »

Bien qu'elle n'officie pas au sein du temple de Fen, elle se montrait particulièrement directive. Uranometria voyait bien que le jeune Gélovigien était encore inexpérimenté pour ce genre de tâches. C'était la première fois qu'elle assistait à l'élection d'un nouveau représentant divin, mais la religieuse avait étudié le sujet avant d'entreprendre le voyage depuis la cité maudite. L'espace d'un instant, elle crut voir les pierres scintiller faiblement, mais les lueurs disparurent après un battement de cils.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'Appel    L'Appel  Icon_minitimeLun 22 Juin - 16:15


L'Appel
Avec quelques temoins

Le petit yorka commença par rejoindre la volière, pour y trouver l'homme qui lui apprenait à s'occuper des oiseaux messagers du temple. Au départ, l'apprenti avait jugé le borgne un peu effrayant. Avec son teint pâle aux nuances violacées, ses traits tirés, ses cheveux filasse et blancs, il ressemblait à un fantôme. Son attitude taciturne et froide, presque dédaigneuse, le rendait presque inabordable. En réalité, même si le gorgoroth ne lui faisait plus peur, il l'impressionnait toujours autant. L'annonce de Shash ne provoqua aucune réaction chez Brüno, qui se contenta de vaquer à ses occupations du moment. Celle-ci consistait à inspecter minutieusement les œufs pour voir s'ils étaient viables ou non. Son œil averti ne se trompait jamais. L'adolescent voulut attendre une réponse du vieillard, mais celui-ci l'invita simplement à partir d'un geste de la main, sans même le regarder ou lui parler.

Il arpentait lentement le dédale de couloirs, faits de pierres brutes et sans fioritures, jusqu'aux quartiers où logeaient les visiteurs et les invités du lieu sacré. Le jeune prêtre s'aventurait ensuite vers la chambre de l'herboriste sindarine, une prêtresse de Delil dont le nom lui échappait encore. La religieuse se trouvait habituellement affairée au chevet des quelques malades présents dans le temple ou à préparer un calmant pour lutter contre la fièvre. Il frappa à la porte, ignorant qu'il tirait la prêtresse d'un sommeil bien mérité. Elle avait sursauté, bondissant de son lit pour s'empresser de se vêtir.


«Qu'y a-t-il? Un problème avec les malades ? »

Elle paraissait inquiète. Pour cette raison, l'adolescent lui répondit aussitôt.

« Rien de tel, madame. Uranometria prétend que Fen va choisir un nouveau représentant. »

Doutant toujours qu'un homme qui n'était même pas prêtre puisse être élu, Shash décida de ne pas inviter plus de spectateurs. Il préférait ne pas impliquer les serviteurs du dieu de la faune et des arts, estimant qu'il serait jugé fautif si cet homme échouait. Le yorka à la peau sombre n'aurait peut-être pas dû le laisser entrer ? Il s'en souciait bien trop tard. La décision reposait à présent entre les mains de Fen. Il arpentait de nouveau le long couloir, prenant la direction de la buanderie, où il pourrait trouver de quoi installer confortablement les témoins. Jugeant inutile de déranger les religieux qui officiaient, il choisissait aussi de se charger de la boisson et de la nourriture, comme suggéré par la prêtresse de Ténéis.

À l'intérieur de la salle de l'épreuve, Mühnin voyageait inlassablement à travers des paysages connus et inconnus de cet univers onirique. Toujours à la recherche de la voix qui l'appelait sans parvenir à en identifier et localiser la source. Le chant venait de toutes les directions à la fois. Le temps s'écoulait différemment là où il se trouvait. Les siècles semblaient défiler sous ses prunelles ambrées qui se teintaient de jaune ou de rouges en fonction de la position des soleils au-dessus de lui. Le démon survolait un territoire qui ressemblait en de nombreux points aux chutes nébuleuses, mais plus impressionnantes et plus étendues. Ces cascades titanesques, bien plus grandes que n'importe quelle cataracte istherienne, d'où l'eau s'écoulait normalement demeuraient le seul territoire immuable au beau milieu de la course effrénée du temps.

C'est en parcourant cet espace à pied que le voyageur comprit qu'il était immense, plus encore que toutes les terres explorées d'Istheria. Le lieu était saturé d'humidité et le démon marchait dans l'eau. L'essence divine s'y trouvait en abondance et se mêlait à la brume opaque, lui donnant un aspect luisant. Chaque gouttelette, si infime soit-elle, brillait d'un éclat aux teintes changeantes. De nombreux arbres cyclopéens se dressaient devant lui. L'aria lui parut alors plus claire. Il n'en comprenait toujours pas les paroles, mais le monstre savait d'où elle venait. Il suivit longuement la voix, comme le faisaient toutes les créatures autour de lui. Elles avançaient toutes dans la même direction, répondant en écho à cet appel. Le croyant en fit autant, faisant entendre son chant mélodieux et usant subtilement de sa magie pour y ajouter quelques instruments.

Une étrange silhouette s'élevait par-delà la brume. Une entité colossale, lointaine et inconnue se dressait au-dessus de la forêt. Elle se trouvait là où la faune et l'ermite se dirigeaient, mais ne semblait pas être à l'origine du chant. Il fallut un long moment avant que le démon ne puisse atteindre la clairière où se situait l'étrange entité. Mühnin ne pouvait décrire avec exactitude à quoi ressemblait véritablement le titan, car le brouillard masquait les détails de son apparence. Il distinguait néanmoins une silhouette humanoïde dont la tête était couronnée de bois semblables à ceux d'un cerf. L'être gigantesque était penché et observait quelque chose que le lhurgoyf ne pouvait encore apercevoir.



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'Appel    L'Appel  Icon_minitimeMar 23 Juin - 19:00


L'Appel
Avec quelques temoins

Plus il marchait dans sa direction, plus il était impressionné par le titan au loin. Une créature aussi gigantesque ne pouvait exister. Sa taille dépassait toute logique. De nombreux animaux s'arrêtèrent subitement d'avancer, tandis que le lhurgoyf poursuivait sa lente marche. L'eau lui arrivait au nombril et il dut bientôt nager pour espérer atteindre le porteur de cette voix. De temps à autre, Mühnin perdait pied et se retrouvait totalement immergé. Il manquait parfois de se noyer, mais regagnait toujours la surface, jusqu'à apercevoir un îlot dans le brouillard. C'était ici que se trouvait la source du chant, l'entité gigantesque quant à elle demeurait encore plus loin. L'ermite atteignit finalement sa destination. Son corps le faisait atrocement souffrir. Ses muscles et ses articulations n'étaient plus que douleur. Sa détermination ne vacillait pas pour autant. Il continuait de psalmodier tout en avançant sur le sable et les pierres.

L'aria faiblissait et le voyageur pressa le pas, usant de ses dernières forces pour courir. Il atteignit une clairière circulaire où reposait un rocher. À son sommet, une bête qu'il distinguait à peine lâchait un ultime râle et s'évaporait en se mêlant à l'essence divine et au brouillard. Le silence revint et le vent lui-même avait cessé de souffler. Tout autour de lui paraissait morne et triste. Les soleils disparurent derrière d'épais nuages gris et la pluie commença à tomber, mais même les bruits de l'eau qui s'écoulait des cieux n'atteignaient pas les oreilles du démon. Le titan lui continuait à observer de ses deux yeux luisants. Incapable de vivre au beau milieu de ce silence pesant, le monstre imita cette aria qui l'avait tant fasciné. Petit à petit, il s'aidait de sa magie et donnait naissance à une magnifique symphonie au sein de laquelle se mêlaient les bruits de la nature et ceux des instruments inventés par les mortels. Plusieurs animaux vinrent bientôt le rejoindre, eux aussi s'étaient finalement jetés à l'eau en vain.

La main de l'entité colossale fendit alors les cieux en direction du cortège composé du lhurgoyf et d'innombrables spécimens de la faune istherienne. Son énorme doigt poilu et griffu se posa sur la tête de Mühnin. En cet instant, le pèlerin eut l'impression d'avoir tout le poids du monde sur ses épaules. Il entendit une voix, encore plus belle et fascinante que celle de la mélodie qui l'avait guidé jusqu'ici. Des paroles incompréhensibles qui prenaient pourtant un sens dans l'esprit de l'ermite. Tout autour de lui commença à tourbillonner puis un éclat lumineux, aveuglant, le fit sursauter avant que les ténèbres ne regagnent la salle de l'épreuve. Les yeux du croyant se rouvraient lentement, s'habituant progressivement aux lueurs produites par les pierres de sphène. Celles-ci dessinaient sur les murs le chemin à suivre pour rejoindre la sortie de la pièce. Le monstre mit un moment avant de se relever et encore plus à marcher, chancelant vers sa destination.

À l'extérieur, les témoins attendaient depuis deux jours. Parfois les roches luisaient d'un faible éclat, mais il disparaissait rapidement jusqu'au moment où Fen trancha. Depuis, elles n'avaient cessé de briller, confirmant ainsi la prédiction d'Uranometria. Tous sauf elles semblaient surpris, en particulier Shash qui ressentait malgré tout une joie certaine. Le jeune yorka avait fait préparer des vêtements propres à l'intention du visiteur, jugeant que ceux abandonnés quelques jours plus tôt étaient en trop piteux état pour être lavés et rendus à leur propriétaire. Le prêtre de Kron, qui répondait au nom de Brüno, montrait des signes d'impatience, tapotant du pied ou soufflant assez fort pour qu'on l'entende bien qu'il n'ait pas besoin de respirer. Seelie et Uranometria discutaient des dernières nouvelles concernant les malades, partageant leurs théories. Ils durent attendre quelques heures de plus avant que l'élu du dieu de la faune et des arts quitte enfin de la salle de l'épreuve.

Lorsque la porte s'ouvrit, le haut-prêtre de Fen se glissa vers la sortie. Il n'affichait aucune fierté, mais paraissait exténué. Shash se précipita vers lui, le couvrant d'une cape viride pour masquer sa nudité. Mühnin ne s'était jamais véritablement soucié de la pudeur, mais il préférait néanmoins éviter de se balader nu devant des étrangers. Ses yeux aux teintes ambrées se posaient sur les témoins, tandis que ceux-ci le dévisageaient eux aussi. Il ne reconnaissait que l'un d'entre eux, le vieillard. Brüno souriait, ce qui surprit le jeune yorka. Le gorgoroth prit la parole, fixant toujours le nouvel élu.


« Mes paroles s’avéraient justes finalement. »

Le borgne n'attendit aucune réponse et prit la direction de la volière, jugeant que sa tâche en tant que témoin était accomplie. Si son attitude suscita l'incompréhension des autres, le lhurgoyf quant à lui sut exactement de quoi l'ancien prêtre de Fen parlait. Il évoquait une lointaine conversation datant d'une époque où Brüno était encore un fringant jeune gélovigien et passionné des volatiles. La prêtresse de Ténéis fut la suivante à prendre la parole, s'adressant à l'ermite à son tour.

« Vous devriez vous reposer. Nous savons à quel point cela peut se révéler éprouvant. »

Seelie tendit une fiole au pèlerin.

« Buvez cela, elle vous permettra de récupérer vos forces plus rapidement. »

Mühnin prit machinalement le flacon et en but immédiatement le contenu. Il faudrait plusieurs heures à la mixture rubescente pour faire son effet, mais elle lui serait sûrement d'un grand secours. Il n'eut guère le temps de remercier les religieuses pour leur bienveillance. Les deux jeunes femmes quittèrent la pièce ensemble, elles retournaient auprès des malades. Le haut-prêtre et l'apprenti se retrouvaient tous les deux.

« Puis-je vous conduire à vos appartements, monseigneur ? »

L'ermite mit un peu de temps à comprendre que l'adolescent s'adressait à lui. On ne l'avait encore jamais appelé ainsi et il n'imaginait pas que cela arriverait un jour. Il ne put s'empêcher de sourire.

« Ce ne sera pas nécessaire. »

Le lhurgoyf s'exprimait sur un ton mélodieux, mais avec un certain mépris.

« Pardon ?! »

Le nouvel élu paraissait exténué et il semblait impensable qu'il refuse de se reposer. Devant l'incompréhension du jeune yorka à la peau sombre, le démon se justifia.

« Je m'appelle Mühnin. Les titres et les futilités ne m'intéressent pas. Contente toi de me nommer ainsi et inutile de me vouvoyer. »

Revenir en haut Aller en bas
:: The Boss ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Le Messager
:: The Boss ::
Le Messager
MessageSujet: Re: L'Appel    L'Appel  Icon_minitimeLun 6 Juil - 15:29

En Mirios, en 1306 de l'ère obscure, le vagabond Mühnin a été reconnu comme Haut-Prêtre de Fen devant témoin. Il est aujourd'hui officiellement membre de la caste gélovigienne et représente le dieu des Arts et de la Faune.



L'Appel  744275Sanstitre1
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Re: L'Appel    L'Appel  Icon_minitimeMar 14 Juil - 14:51


L'Appel
Avec quelques temoins

L'adolescent avait escorté le nouvel élu chancelant jusqu'à la chambre qui était désormais la sienne. Il l'avait aussitôt quitté pour se presser vers ses pairs, espérant ainsi qu'il pourrait au moins annoncer la nouvelle à quelques-uns d'entre eux. L'ermite sombrait dans le sommeil, le titan et l'aria hantèrent ses rêves, ne s'éveillant que lorsque Shash lui apportait de quoi manger. Comme à son habitude lorsqu'il était dans l'incapacité de chasser par ses propres moyens, il se contentait de fruits et de légumes. Le jeune yorka semblait l'avoir compris au fil des jours et ne ramenait plus de viande au lhurgoyf. Le premier témoin qui rendit visite à Mühnin fut l'ancien prêtre de Fen, Brüno, qu'il avait rencontré pour la première fois dans la forêt de sphène des siècles auparavant. Au fil du temps et des discussions au sein temple de Fen, ils s'étaient liés d'amitié. Le gorgoroth frappait à la grande porte de bois et pénétrait dans la pièce sans attendre de réponse.

Le démon était installé sur son lit, feuilletant un recueil de poèmes laissé par son prédécesseur. L'ermite ne semblait pas particulièrement à l'aise entouré par ces murs qui l'empêchaient de communier avec la nature. Il avait beau se trouver au sein d'une enceinte sacrée, il ne se sentait pas à sa place dans cette prison dorée. Mühnin devrait toutefois s'y habituer, car il était l'élu d'une divinité. Cette place pourtant prestigieuse ne provoquait aucune joie dans le cœur du lhurgoyf. Il aurait au moins dû ressentir un peu de fierté, mais ce n'était pas le cas. Contrairement à de nombreux religieux, il n'avait pas voué sa vie entière à un dieu dans l'attente d'un signe ou d'une approbation de sa part.


« Mes mots sonnent toujours comme une malédiction, lointaine et incertaine, à présent ? »

La voix caverneuse de Brüno paraissait presque moqueuse. Ces paroles ramenaient le démon plusieurs siècles en arrière, lorsque le prêtre de Kron était encore fringant et bien vivant. À cette époque, l'homme avait prophétisé ce moment. Il avait juré que Fen n'était ni aveugle ni sourd et qu'il saurait reconnaître en son ami lhurgoyf un digne représentant pour la faune d'Istheria. Mühnin ne put s'empêcher de sourire, dévoilant ses dents.

« Toujours, évidemment ! Mais plus si lointaine et encore moins incertaine. »

Le démon désignait l'ensemble de la chambre en agitant doucement les bras. Cet événement qu'il avait encore du mal à expliquer faisait de lui le représentant d'une divinité. Cette bénédiction semblait cependant impliquer de nombreuses responsabilités pour lesquelles le monstre n'avait jamais été préparé. Il porterait toutefois ce fardeau avec dignité et sans se plaindre, jugeant qu'il s'agissait là d'une chance inespérée. Cette nouvelle position au sein des gélovigiens lui permettrait certainement de mener à terme certains de ses projets plus facilement. En tant que haut-prêtre de Fen, il pourrait protéger et guérir Noathis grâce à l'influence de la caste. Le borgne le tira de ses pensées, posant la main sur l'épaule de l'ermite tout en s'adressant à lui.

« C'est même plutôt concret à présent. »

Le vieillard éclata de rire. Brüno n'était clairement pas venu parler du bon vieux temps. Le borgne quitta la chambre en affichant un air joyeux et satisfait, ce qui était assez rare pour une être jugé austère par une grande partie des membres de sa propre caste. Il avait rendu visite à son ami pour se pavaner et lui prouver à quel point il savait se montrer clairvoyant. Mühnin finit même par penser que si le gorgoroth avait survécu à son assassinat, c'était seulement pour pouvoir lui dire un jour qu'il avait eu raison. Le monstre ignorait toutefois qu'avant sa visite, son ami s'inquiétait particulièrement pour lui. Le prêtre de Kron connaissait assez bien le lhurgoyf pour savoir que celui-ci risquait de disparaître dans la forêt pour ne reparaître que des mois ou des années plus tard, l'air de rien. Il espérait bien que cela n'arriverait pas et tenait à s'en assurer. Pour cette raison, il avait placé quelques oiseaux en vigie autour des appartements du nouveau représentant du dieu de la faune et des arts avant de venir le féliciter à sa manière.

La sagesse et l'expérience du gorgoroth le poussèrent aussi à demander aux volontaires parmi les témoins de rendre visite à son ami de longue date. Il n'avait pas hésité à leur dépeindre un portrait surréaliste de l'ermite, affirmant qu'il pouvait se volatiliser à tout moment au beau milieu des buissons et des arbres comme le ferait un fantôme.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'Appel    L'Appel  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Appel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Machete [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Noathis, le pays sauvageTitre :: La Vallée d'Hillem :: • Le Temple de Fen-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !