[Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus - Page 2

News & Infos

C'est ici que vous trouverez les dernières infos du moment, les utiles et moins utiles.

Temps actuel

Effectifs

• Eryllis: 2
• Ladrinis: 6
• Eclaris: 3
• Prêtresses: 4
• Cavaliers de S.: 4
• Nérozias: 4
• Gélovigiens: 4
• Ascans: 1
• Marins de N.: 2
• Civils: 14

Lien recherché

- Torenheim cherche des "relations" en tout genre.
_ Oscuro veut causer à des Prêtres de Kron.
_ Walter cherche de Preux chevaliers.
_ Raël veut des clients.
_ Deirdre a besoin d'employé!

Les Rumeurs

_ Il parait que des personnes hauts-placées seraient gravement malades.
_ Il parait que ça se bécotte "au bal de la Rose".
_ Il parait que des créanciers en sont après un des conseillers de Ridolbar.

Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Le Deal du moment : -43%
Logitech MX Keys Plus – Clavier sans fil ...
Voir le deal
79.99 €

Partagez
 

 [Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
:: Grou - Scorpion râleur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Raël
:: Grou - Scorpion râleur ::
Raël
MessageSujet: Re: [Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus   [Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus - Page 2 Icon_minitimeJeu 13 Mai - 21:03




Le temple semblait être une bonne idée de prime abord. De toute façon il faudrait certainement s’y rendre, alors, autant le faire maintenant. Raël n’avait pas de préférence, néanmoins s’ils examinaient le temple maintenant, ils pourraient ensuite aller se reposer et investiguer la ville, bien plus grande, dès le lendemain, ce qui serait, finalement, plus pratique. Lokram était une ville inhospitalière et un peu morne, la nature avait repris le dessus et cela ne dérangeait pas vraiment le yorka. Il préférait Lokram aux capitales bondées comme Hesperia ou Tyrhenium.

Passer les étendues de lave s’avérait un peu compliqué. Surtout pour ses pieds en réalité. Les sols proches de la lave étaient plus chauds que le sable du désert auquel il était habitué. Enfin le scorpion ne se plaignaient pas, les chemins étaient praticables, il suffisait juste de les trouver. Après quelques essais, ils y parvinrent. Raël connaissait l’emplacement approximatif du temple mais ne s’y était jamais rendu. Il n’éprouvait aucune appréhension quelconque, bien trop cartésien pour cela.

Lorsqu’il vit le corbeau s’arrêter Raël haussa un sourcil et le regarda avant de s’arrêter à l’appel de son nom. Il pouvait voir une sorte de lueur. Il avait l’air inquiet, ou quelque émotion y ressemblant. Il semblait essayer de visualiser quelque chose, et après un petit moment il lui annonça qu’ils étaient suivis. Cela ne l’inquiéta pas d’avantage. Raël n’était pas du genre inquiet, et si on se mettait en travers de leur route ils sauraient répliquer.

« S’ils cherchent la même chose que nous, nous finirons simplement par les croiser. Inutile d’aller les chercher, ils viendront déjà. »

Oui Raël venait en effet de faire une phrase. Même deux. Exploit. Ensuite, oui, il n’était en effet pas une brute épaisse contrairement à ce que son apparence laissait penser et ne cherchait pas les ennuis sans raison. Il avait suffisamment confiance en ses capacités pour savoir qu’il s’en sortirait.

~~~


Après quelques fausses routes, les deux furent enfin arrivés au temple de Kron. Il avait l’air autant impressionnant que vide. Enfin, il n’était pas plus impressionnant qu’un château. Raël fut certainement le premier à y mettre un pied, attentif aux pièges qui pouvaient se trouver. Il faisait meilleur à l’intérieur, la température était plus fraiche, aidée par les grosses pierres qui en faisait l’édifice. Ses sens pouvaient facilement détecter des flèches lancées, même silencieuses alors il avançait calmement. L’endroit était peu éclairé et sa vue n’était pas très adaptées aux recherches à effectuer. Il louperait facilement des arabesques aux murs, même éclairés.



Revenir en haut Aller en bas
:: Tisseur de souvenirs ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Kronos
:: Tisseur de souvenirs ::
Kronos

MessageSujet: Re: [Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus   [Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus - Page 2 Icon_minitimeMar 13 Juil - 13:11

avec RAËL

Mois de Tymbé

Une quête personnelle, un long et dangereux voyage et un compagnon de route, rien de mieux pour forger des souvenirs incroyables.

[Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus

Le Temple de Kron était tel que Natreck s’en souvenait : sombre et lugubre. De l’extérieur, il ne ressemblait plus à grand-chose, la suie du volcan ayant presque entièrement recouvert le temple. Il regarda la grande porte devant laquelle ils s’étaient arrêtés, sans savoir s’il devait cogner. De l’extérieur, l’endroit semblait abandonné, mais le corbeau savait parfaitement que les prêtres du dieu de la mort étaient discrets. Après un moment d’hésitation, il jeta un regard de connivence à Raël et celui-ci poussa les grandes portes. Celles-ci laissèrent place à un grand couloir, faiblement éclairé par quelques rares torches accrochées aux murs. Moins sur ses gardes que le scorpion, qui n’était jamais venu au temple, le corbeau observait avec attention les gravures sur les murs. Écrit dans un langage probablement ancien que Natreck ne connaissait pas, certaines images semblaient montrer qu’il s’agissait de l’histoire de Kron. Loin d’être très réjouissantes, elles montraient la mort sous toutes ces formes, faisant frissonner le corbeau. De cette femme simplement allongée dans son lit à ces dizaines de corps décharnés qui semblaient souffrir le martyre, les gravures montraient les ravages de Kron sous toutes ses formes.

Un bruit de pas décidé provenant de l’extrémité du couloir arracha Natreck à sa contemplation. Rares étaient les visiteurs au temple de Kron, ainsi l’un des rares prêtres de l’endroit vint rapidement les accueillir, attiré par le son de la porte. Revêtu d’une longue toge sombre, l’homme d'une soixantaine d'année s’inclina devant les deux yorkas.  

– Bienvenue dans la demeure du dieu de la mort ! Entrez, entrez, chers enfants ! Il fait plus frais à l’intérieur. Laissez votre cheval à l’extérieur, nous nous en occuperons plus tard.

L’homme mena le duo à l’intérieur du Temple, et ils débouchèrent bientôt dans ce qui semblait être une salle de réception. Mieux éclairés que les sombres couloirs qu’ils venaient de quitter, sans pour autant être une pièce lumineuse, elle était sobrement meublée. Une grande table en bois massif trônait au centre de la pièce, et quelques personnes, visiblement des prêtres au vu de la toge qu’ils portaient tous, mangeaient silencieusement.

– Le diner n’est pas très faste, mais vous êtes les bienvenues à notre table, jeunes gens. Si vous le voulez bien, nous discuterons un peu plus tard, peu importe la raison de votre venue.

Visiblement peu enclin à changer sa routine pour ses invités, le prêtre laissa aux yorkas le soin de se trouver une place, s’assoyant lui-même à la table et se mettant à manger sans plus attendre. Légèrement mal à l’aise, l’ambiance lourde du temple y contribuant, le corbeau prit place malgré tout. Imitant les prêtres, il se mit à manger du bout des lèvres. La nourriture n’était pas très fraiche et le pain plutôt noirci, mais ce repas fut malgré tout le bienvenu. Aucun mot ne fut prononcé de tout le repas. À mesure que les prêtres terminaient de manger, ils sortaient sans attendre de la pièce, sans échanger de regard avec les autres. Ayant terminé de manger, Natreck se retint de se tortiller sur sa chaise. Il était plutôt mal à l’aise. Celui qui les avait accueillis fut le dernier à terminer, et contrairement aux autres, il demeura à sa place.  

– Vous n’êtes pas en pèlerinages religieux, jeunes gens.

Natreck échangea un regard avec le scorpion.  

– Nous aurions aimé consulter votre bibliothèque.

*****

Il n’avait pas été très difficile de convaincre le prêtre de leur donner accès aux documents provenant de Lokram. Dans la bibliothèque, les yorkas s’évertuaient à tenter de trouver des informations intéressantes. Déjà, une carte de la ville, du temps de sa grandeur, était étalée sur la sombre table autour de laquelle ils étaient assis. Silencieux, les deux hommes fouillaient les documents. Raël n’ayant pas une très bonne vue, deux chandeliers sur pied l’entouraient, lui permettant d’avoir suffisamment de lumière pour déchiffrer les textes. Cependant, la plupart de ceux-ci étaient écrits dans un isthar ancien, parfois difficile à déchiffrer, et malgré leurs deux paires d’yeux, ils progressaient lentement.

La découverte de cette carte, coincée entre de gros volumes, avait été la seule découverte pertinente qu’ils avaient faite jusqu’à maintenant. Alors que Raël était plongé dans une chronique littéraire qui racontait l’histoire de la ville, de son côté, Natreck épluchait une pile de vieux journaux défraichis. Il manquait plusieurs numéros, laissant parfois des mois s’écouler entre deux publications. D’autres n’avaient plus de mentions de dates, celles-ci ayant été effacées par le temps, les flammes ou la suie. Les prêtres de Kron avaient effectué un merveilleux travail de conservation. Le prêtre chargé de la bibliothèque les couvrait d’ailleurs d’un regard mauvais, visiblement inquiet de laisser ces fragiles documents entre leurs mains.  

Détaillant l’écriture partiellement effacée d’une ancienne chronique, le corbeau tentait de donner un sens à ce qu’ils disaient. Heureux de partager ce moment avec Raël, ils discutaient à voix basse de leurs découvertes et des théories qu’elles faisaient naître dans leur esprit. Ils n’avaient pas beaucoup avancé, mais Natreck semblait avoir mis le doigt sur quelque chose.  

– Regarde, dit-il en tendant le journal à Raël. Un certain monsieur Grogel a fait une annonce, il se dit capable de prédire les capacités magiques des enfants.

Continuant de fouiller dans les journaux, le corbeau finit par tomber sur une chronique extrêmement intéressante. Interpelant son ami, Natreck lut à voix haute ce qu’il avait découvert.

- « La famille Grogel, depuis des générations, gère une entreprise aussi étrange qu’insolite. En effet, une capacité étrange, qui semble se transmettre de génération en génération, leur permettre de connaître à l’avance les dons magiques des enfants, avant même que ceux-ci ne découvrent leurs pouvoirs. » Natreck leva les yeux du parchemin. Je crois que nous avons une piste, murmura-t-il avec un sourire en coin, avant de continuer sa lecture. « Si vous êtes curieux, rendez-vous à la boutique Grogel, dans l’ouest de la ville. En plus des prédictions, vous y trouverez de nombreux objets susceptibles de faciliter la vie des jeunes découvrant leurs pouvoirs ».

Une adresse était inscrite. Se penchant vers la carte, le corbeau survola le papier de son doigt tendu jusqu’à trouver l’adresse en question. Il eut un sourire satisfait.  

– Regarde, je crois que j’ai trouvé ! murmura le corbeau. Le quartier ouest a été le plus épargné par la lave, peut-être aurons-nous de la chance. Nous devrions y être en une petite heure, peut-être moins.

Une lueur triomphante s’alluma dans le regard du corbeau. Enfin une piste probante ! Rapidement, ils rangèrent les documents consultés, puis remercièrent les prêtres de leur hospitalité. Une fébrilité nouvelle s’était emparée du corbeau. Ils touchaient au but !



Double-compte de Phyrra
Revenir en haut Aller en bas
:: Grou - Scorpion râleur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Raël
:: Grou - Scorpion râleur ::
Raël
MessageSujet: Re: [Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus   [Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus - Page 2 Icon_minitimeDim 8 Aoû - 14:43




Raël se demandait si le temple était toujours habité. Dans tous les cas, qu’il le soit ou non, il ne s’attendait absolument pas à être reçu par, visiblement, l’un des prêtres. Physiquement âgé, il leur souhaita la bienvenue avant de les inviter à entrer. Cela ne dérangeait pas Raël d’être pris pour quelqu’un d’autre et de se faire inviter à l’œil même si savait tout à fait payer pour ces services. Il restait tout de même méfiant, après tout il était dans le temple de la mort. C’était peut-être un préjugé de penser que la mort était vicieuse, mais les êtres humains pouvaient l’être. Il ne fut par dérangé par les gravures sur les murs, déjà, il ne les voyait pas bien. Il était plus embêté par le monde présent dans la salle dans laquelle ils venaient d’entrer.

Après un temps de réflexion Raël s’assit en bout de table, plus pratique avec son métasome. Raël s’était dit qu’autant de monde prêtait à la discussion et qu’il n’allait pas apprécier cela, pourtant l’ambiance lui convenait tout à fait et l’invitait presque à manger. Ses papilles ne sentaient rien d’empoisonné, et dans tous les cas il pourrait faire usage de ses pouvoirs si besoin.

Après le repas terminé le prêtre ne leur posa pas de question mais posa bel et bien une affirmation. Comme quoi il le savait déjà. La légère culpabilité que pouvait avoir Raël de se faire passer pour quelqu’un d’autre était envolée. Il comptait sur Natreck pour parler, il était bien plus doué que lui, et sans démentir les propos du prêtre, demanda simplement l’accès à la bibliothèque qui leur fut accordé sans plus de cérémonie.

Les taches furent ensuite partagées équitablement et Raël pouvait tenter de lire éclairer par la lumière. Il avait l’habitude alors les mots se dessinaient quand même plus ou moins facilement devant ses yeux. Il mettait simplement un peu plus de temps. Ce n’était pas sa tasse de thé. Il ne savait pas déchiffrer le langage de la majorité des livres, ce qui ne l’aidait pas. Malgré le regard du prêtre et sa taille imposante Raël restait tout à fait méticuleux. Cela ne lui appartenait pas il ne pouvait l’abîmer même s’il n’avait pas grande notion de la propriété.

Heureusement, ils venaient de trouver une carte. On pouvait la lire même sans les mots en se basant sur la géographie déjà présente, surtout que tous les deux connaissaient bien les lieux. La poste de Grogel lui paraissait correcte, ou tout du moins, encourageante, le scorpion suivit le corbeau jusqu’à l’Ouest de la ville. Les ruines d’une ancienne ville. Quoi que, certains villages qu’il avait vu étaient en pire état que celui-ci. Les deux yorkas étaient toujours suivis de loin.

Il était plus difficile de trouver l’endroit exact de la maison avec tout ces débarras mais au moins ils avaient une rue approximative. Raël marchait doucement, et ses pieds sondaient le sol à la recherche de cavité et de secrets bien gardés.

« C’est creux en dessous. »




Revenir en haut Aller en bas
:: Tisseur de souvenirs ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Kronos
:: Tisseur de souvenirs ::
Kronos

MessageSujet: Re: [Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus   [Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus - Page 2 Icon_minitimeDim 5 Sep - 15:17

avec RAËL

Mois de Tymbé

Une quête personnelle, un long et dangereux voyage et un compagnon de route, rien de mieux pour forger des souvenirs incroyables.

[Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus

Ils touchaient au but. Cette intuition, probablement de nature animale, vibrait dans les veines du yorka. Il regarda autour de lui, observant les habitations qui les entouraient, remarquablement préservées au vu du temps qui était passé depuis l’éruption de Neicic. D’après la carte, ils n’étaient plus très loin, mais il était difficile de vraiment s’y fier. Les façades des bâtiments n’avaient rien à voir avec ce qu’elles avaient dû être auparavant et la route, en très mauvais état, était pleine de débris divers. Ils cherchaient donc des indices autrement, exploitant leurs sens de leur mieux. C’est Raël qui finit par sentir quelque chose sous ses pieds. Hypersensible aux vibrations qui l’entouraient, celui-ci avait perçu l’existence d’un sous-sol. Revenant vers le scorpion, Natreck constata que celui-ci avait raison. Il regarda autour de lui et remarqua un bâtiment qui aurait pu être une boutique. Des étagères vides étaient visibles au travers de ce qui avait dû être une vitrine. Était-ce celle qu’ils cherchaient ? La boutique avait perdu son ou ses étages supérieurs et n’avait plus de toit. Cependant, les murs du premier étage, par un miracle quelconque, tenaient encore.  

- Je crois que nous y sommes ! dit-il avec une pointe d’excitation dans la voix.

Natreck pénétra dans la boutique avec prudence. Celle-ci n’avait plus de porte, et Natreck put voir la poignée sur le sol, près de vieux bouts de bois calcinés. Il observa prudemment autour de lui. Il remarqua alors un cadre derrière lequel descendant un escalier sombre. Trouvant une vieille torche, il y mit le feu à l’aide de son silex, puis le corbeau échangea un regard avec le scorpion et descendit, même s’il craignait un peu que le bâtiment s’effondre après tant d’années sans avoir été dérangé par l’activité des isthériens. Cependant, le bâtiment semblait tenir bon. Natreck plongea dans les ténèbres. Atteignant le bas des escaliers, il vit, tout au fond, comme donnant sur la route, une porte massive soutenant le mur qui semblait sur le point de s’effondrer. Hochant la tête, Natreck évalua la situation. Il serait sans aucun doute plus facile de traverser le mur que la porte, car les années les avaient incroyablement érodés. Il observa attentivement autour de lui, déterminant le meilleur endroit pour détruire le mur sans que la maison s’effondre sous son propre poids.  

Avec l’aide de Raël, ils finirent par dégager un trou suffisamment grand pour que ce dernier puisse passer en se penchant. La pièce dans laquelle ils atterrirent était petite, ne contenant presque rien. En fait, les cintres en métal et les boutons précieux qui jonchaient le sol montraient que l’endroit avait dû servir de garde-robe pour des vêtements de grande valeur. Le tissu qui avait subsisté depuis toutes ces années était toutefois en très mauvais état, et Natreck ne s’en occupa pas. Non, ce qui l’intéressait, c’était ce coffre, juste là. Se penchant, le yorka l’observa avec attention. Massif, il était verrouillé par trois gros cadenas de fer et semblait lourd, pas trop cependant pour être porté. Demandant de l’aide à Raël, ils entreprirent de sortir le coffre de là, ne voulant pas risquer que le bâtiment s’effondre sur eux. Lentement, aidés par la force titanesque de Raël, ils parvinrent à remonter le coffre jusqu’à l’étage supérieur.  

Rapidement, Natreck remarqua que si les cadenas qui gardaient le coffre fermé étaient encore suffisamment solides pour leur compliquer la tâche, ce n’était pas le cas des gonds, bien visible et surtout, très rouillé, qui se trouvait à l’arrière du coffre. Sortant sa dague, Natreck bidouilla un moment avec l’une des pentures, qui finit par céder sous son insistance. Il s’attaqua ensuite à la deuxième, puis fit finalement, après de longues minutes, sauter le dernier rempart. Un peu nerveux, le corbeau prit quelques secondes pour réfléchir. Il ignorait pourquoi il avait la ferme conviction que ce qu’il était venu chercher se trouvait là. Cela vibrait en lui, comme si le gantelet l’appelait. Pourtant, une part de lui l’obligeait à être prudent. D’une part, il se trompait peut-être, et s’il ne doutait pas qu’il découvrirait quelque chose d’intéressant, il se pouvait que ce ne soit pas ce qu’il cherchait. D’autre part, le coffre pouvait être piégé... et si des pierres d’exas protégeaient ce coffre, ils risquaient beaucoup en l’ouvrant.  

Ainsi, c’est du bout de son poignard que Natreck souleva le couvercle du coffre, par l’arrière, avec une grande prudence. Heureusement, aucune détonation ne retentit. Peut-être le propriétaire du coffre avait-il plutôt piégé la porte qu’ils avaient évitée, au sous-sol ? Plus confiant, Natreck bascula le couvercle par l’arrière et, plein d’émotion, il contempla le contenu du coffre. Là, devant ses yeux, se tenait un gantelet unique en cuir noir, qui était destiné à une main gauche. Contrairement aux tissus qu’ils avaient pu voir depuis leur arrivée à Lokram, le cuir du gant était comme neuf. Il était recouvert de plaques de métal finement sculpté. Il s’agissait d’un travail incroyable, un objet d’une grande beauté, qui reposait sur une étoffe rouge qui, elle, n’avait plus grand-chose de prestigieux. Autour de gantelet, une dizaine de pierres de sphène brillait doucement, un véritable trésor, au vu de leur rareté. Ainsi, même Raël pourrait retirer des bénéfices de leur voyage au bout du monde...

Le gantelet. Natreck l’avait entre les mains, enfin. Il l’enfila cérémonieusement, puis posa son regard sur Raël à ses côtés. Tout de suite, les informations lui parvinrent : résistances aux poisons, brume incapacitante, liquide empoisonné. Le corbeau avait l’impression de venir de mettre son ami à nu, même s’il ne s’agissait que de ses pouvoirs. Levant son bras devant ses yeux, il fut envahi par un sentiment de fierté. Ils avaient réussi ! Sentant Raël s’approcher de lui, Natreck lui jeta un œil, tout sourire. Agissant sur l’impulsion du moment et sans réfléchir, il fit trois pas et avant que le scorpion ne puisse réagir, Natreck l’embrassa, posant ses lèvres sur celles du scorpion, qui lui faisaient envie depuis tant de temps. Puis, embarrassé, Natreck recula d’un pas, sa peau pâle passant à l’écarlate alors qu’il détournait le regard. Le corbeau n’avait jamais embrassé personne, et il avait soudain une peur bleue que ses sentiments qu’il découvrait à peine ne soient pas partagés. Raël, quant à lui, s’était figé.  

– Je…

Il s’était pourtant juré que ses sentiments n’entraveraient pas leur quête ! La honte l’envahit et il s’empourpra davantage, mal à l’aise. Il prit quelques secondes pour reprendre contenance, respirant doucement pour juguler les sentiments qui aurait autrement fait trembler sa voix. Gêné, il adressa un sourire en coin à son ami.  

– Je t’en dois une, dit-il pour changer de sujet.  

Il hésita un instant. Raël le regardait sans sembler troublé de ce qui venait d’arriver, aussi imperturbable qu’à son habitude. Natreck, quant à lui, pataugeait sans vraiment savoir quoi faire. Que pensait le scorpion de tout ça ? Que ressentait-il, de son côté ? Est-ce que son souffle s’était accéléré lorsqu’il l’avait embrassé ? Était-il mal à l’aise face aux sentiments que le corbeau avait exprimés sans réfléchir ? Il s’était promis de ne pas le mettre au pied du mur, voulant éviter qu’un malaise se crée entre eux. Après ce qu’il venait de tenter, cela lui semblait toutefois idiot. N’y tenant plus, il choisit de parler.

– Tu me plais.

Sa gorge s’était serrée face à l’appréhension, même s’il n’attendait pas de réponse de la part du scorpion, ce dernier n’était pas du genre à répondre lorsqu’on ne lui posait pas directement une question. Il lui sourit quand même, son cœur battant à tout rompre. Il avait l’impression de se briser par l’intérieur alors qu’il se dévoilait, grugé par la peur du rejet.

– Je ne sais pas ce que j’espère, tu vois, murmura le corbeau en baissant les yeux. Je ne voulais pas laisser… laisser ça influencer notre quête, mais il semble que ce ne soit pas si simple…

Il eut un rire sans joie. Ce qu’il aurait donné pour que Raël soit plus expressif, au moins pour ce moment précis ! Toutefois, Natreck ne se faisait pas d’illusions, ne croyant pas que l’autre yorka puisse partager ses sentiments. Il ferma les yeux un instant, tentant de juguler la douleur qui montait en lui. Il eut un rictus. Ainsi, la douleur de l’amour n’était pas moins vraie que les blessures physiques…



Double-compte de Phyrra
Revenir en haut Aller en bas
:: Grou - Scorpion râleur ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Raël
:: Grou - Scorpion râleur ::
Raël
MessageSujet: Re: [Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus   [Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus - Page 2 Icon_minitimeDim 26 Sep - 21:04



Avec Natreck, le scorpion se dirigea dans une boutique où ce dernier trouvait de quoi descendre, un escalier qui visiblement n’avait pas servit depuis longtemps. De sa grande carrure, Raël faisait attention pour ne pas faire des trous. Ses yeux, ou plutôt, ses sens, lui permettaient de ne pas vraiment avoir besoin de lumière. Pour se repérer, mais pas pour voir les choses présentes. Après avoir passé un endroit plutôt dangereux, ils mirent la main sur une grande malle visiblement importante. Il aida Natreck à la remonter correctement, laissant ce dernier l’ouvrir. Les deux étaient plutôt méfiants, sait-on jamais quel maléfice pouvait-on trouver à l’intérieur ? D’ailleurs, qu’est-ce qui lui garantissait que le gant se trouvait bien dans le coffre ? Rien que le visage de Natreck.

Quand il l’ouvrit, même sans une vision des plus précises, Raël pouvait comprendre à quel point le gant était d’une qualité supérieure, le temps ne l’avait en aucun cas usé contrairement à la malle qui le contenait. Natreck l’enfila. Selon sa réaction, il avait l’air de fonctionner correctement. Raël s’attendait à toutes les réactions possibles, sauf peut-être à celle-ci. Soudainement le yorka l’embrassa. Le bleuté eut un mouvement de recul et grogna aussi. Forcément. Il n’était pas le seul à l’avoir jamais embrassé personne – qui en doutait ?-. Il aurait bien aimé avoir une explication sur ce geste qu’il ne comprenait de toute façon pas vraiment.

Natreck avait l’air tout à fait gêné alors que Raël était surtout dérangé par cette intrusion dans son espace vital, même venant de Natreck. Il finit par lui avouer qu’il lui plaisait. Sauf que Raël n’avait absolument aucun sentiment amoureux pour Natreck, ni même appréciation physique. En fait il ne savait pas ce dont il s’agissait, et même s’il en avait eu, il ne l’aurait jamais compris. Après, il ne lui avait pas posé de question, il lui avait juste donné un fait. Un fait étrange – comment pouvait-il plaire ?- mais un fait. Le scorpion venait tout à fait de lui mettre un râteau sans forcément le savoir. Il savait juste que la présence de Natreck ne le dérangeait pas, mais au-delà de ça, il était incapable de mettre des mots sur une amitié. Il savait aussi qu’il pouvait plutôt avoir confiance en lui, qu’il ne l’attaquerait pas. Des choses factuelles mais très importantes pour Raël. Il n’ajouta rien de plus, comme d’habitude.

Une fois le corbeau remis, ils purent se remettre en route. Leur mésaventure ensemble était terminée et Raël aspirait maintenant à retrouver un calme. Ils se séparèrent une fois arrivés à la frontière d’Argyrei, le scorpion souhaitait se rendre dans les forêts. Il ne savait pas encore qu’il ne le rencontrerait plus jamais.


Revenir en haut Aller en bas
:: The Boss ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Le Messager
:: The Boss ::
Le Messager
MessageSujet: Re: [Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus   [Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus - Page 2 Icon_minitimeMer 29 Sep - 19:49

Quête Validée!



[Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus - Page 2 744275Sanstitre1
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus   [Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[Quête] Le gantelet gauche d'Hephaestus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Gantelet gauche d'Hephaestus [OBTENU]
» La quête du Gantelet droit d'Hephaestus
» Gantelet droit d'Hephaestus [LIBRE]
» Remplacement de ma quête !
» Quête sur El Bahari

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Argyrei, le pays mauditTitre :: Lokram, les ruines incandescentes-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !