Des déserteurs dans le désert

News & Infos

C'est ici que vous trouverez les dernières infos du moment, les utiles et moins utiles.

Temps actuel

Effectifs

• Eryllis: 2
• Ladrinis: 6
• Eclaris: 3
• Prêtresses: 4
• Cavaliers de S.: 4
• Nérozias: 4
• Gélovigiens: 4
• Ascans: 1
• Marins de N.: 2
• Civils: 14

Lien recherché

- Torenheim cherche des "relations" en tout genre.
_ Oscuro veut causer à des Prêtres de Kron.
_ Walter cherche de Preux chevaliers.
_ Raël veut des clients.
_ Deirdre a besoin d'employé!

Les Rumeurs

_ Il parait que des personnes hauts-placées seraient gravement malades.
_ Il parait que ça se bécotte "au bal de la Rose".
_ Il parait que des créanciers en sont après un des conseillers de Ridolbar.

Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Le deal à ne pas rater :
Smartphone Xiaomi POCO M4 5G – 6.43″ -FHD 4Go – 64Go
127.92 €
Voir le deal

Partagez
 

 Des déserteurs dans le désert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeMar 22 Juin - 1:20

Darius marchait avec difficulté. Il jeta un œil désespéré au fond de sa gourde presque vide. Transpirant abondamment sous ses épaisses couches de vêtements, il se maudissait de ne pas avoir accepter cette cape en « masisime » que vendaient ces étranges nomades du désert. A présent, la dernière caravane était bien loin, et Darius était assoiffé, fatigué, cuit par ces terribles soleils dont la force semble se démultiplier en ce pays maudit. Le jeune mercenaire s’arrêta un instant pour inspirer un grand bol d’air. Mais il ne reçu que des traînées de sable sec et aride, avec en prime une mouche. A moins que ce ne soit un scarabée. Darius maugréa vainement. Cela ne le mènerait à rien de continuer à grommeler sur place, si ce n’est à finir de le déshydrater. Alors il se remit en marche à travers les gigantesques colonnes d’Ebreus.

Parti de Tyrhénium depuis de nombreux jours à la recherche de ces déserteurs dont la prime l’avait alléché, Darius s’était finalement retrouvé – faute de trouvaille en Eridania – à devoir aller plus loin qu’il ne l’avait jamais été, dans ce désert chaud, brûlant et dépeuplé qu’était Argyrei. A mesure qu’il traînait ses pieds dans le sable, il essayait désespéramment de se convaincre du bien-fondé de ce voyage. Après tout, Argyrei est effectivement très peu peuplé et difficile de cheminement, c’est donc le repaire idéal de personnes cherchant à fuir la justice ! Enfin, sûrement…
Seul réconfort de ce pénible calvaire, ces fascinantes structures qui sillonnait le désert, spectacle admirable dans un lieu aussi inhospitalier. Darius se demandait comment de telles colonnes ont pu arriver ici, et il se plaisait à imaginer de grands combats épiques qui auraient pu amener à une telle déformation du paysage.

Après avoir escalader une grande dune sur son passage, Darius tomba à l’arrivée sur un grand camp où se reposent, mangent, rient, chantent, jouent une trentaine de personnes. Enfin ! Ce n’était ni un mirage, ni un rêve, il allait enfin pouvoir lui aussi se reposer et manger ! Les individus portaient tous une armure sombre bordée d’écarlate, et étaient armés. Seraient-ce les fameux « croques » du désert dont les caravaniers lui parlaient tant ? Un grand homme gaillard qui semblait être leur chef sorti de la foule et le salua d’une voix mielleuse qui n’allait pas du tout avec son timbre rugueux :

-Eh bien ! en voilà une surprise ! Bienvenue dans notre humble campement voyageur, assis toi donc et viens partager avec nous notre repas !

Darius connaissait du peu qu’il ait vu la grande hospitalité des argyréens, alors il accepta immédiatement l’invitation et s’assit aussi confortablement qu’il le put sur un des rochers placés devant le grand feu de camp. Il prit à deux mains le bol de soupe qu’on lui tendit et il commença à boire ce breuvage, qui n’était pas aussi bon que ce à quoi les habitants du désert l’avait habitué, mais qui dans sa situation lui suffisait largement.
Les « croques » était certes décris comme de grands défenseurs d’Argyrei, cela n’en restait pas moins des mercenaires, et Darius se garda bien de parler de la raison de sa venue, de peur de se faire voler la prime. Cependant, cela ne servait apparemment à rien au vu de la multiplication autour de lui de regards sombres qui le dévisageaient de plus en plus. Une énorme goutte de sueur perla sur le front de Darius au fur et à mesure qu’il comprenait la situation dans laquelle il était, puis atterri dans sa bouche béante, libérant son goût salé, parfaitement adapté à la situation. Tout en continuant à sourire et à jouer l’innocence devant des convives qui n'étaient visiblement pas dupes, il chercha aveuglement de sa main droite le fourreau de son épée, quand, se posa sur sa nuque, froide et délicate, la dague du chef de cette bande de déserteurs.
Revenir en haut Aller en bas
:: La Rouge ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Alyse Lupercal
:: La Rouge ::
Alyse Lupercal
MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeMar 22 Juin - 20:16

Le sable s’étendait à perte de vue, dunes et tourbillons accompagnaient la Cavalière et sa monture depuis maintenant plusieurs jours, il lui semblait tourner en rond mais, pour avoir déjà fait le voyage une fois elle savait bien que ce n’était qu’une impression. Haru Raz’Vack, le chef d’une tribu nomade des environs lui avait certifié que les colonnes d’Erebus étaient dans cette direction. Le vent soufflait du sable dans sa direction, et la forçait à garder une main devant son visage pour s’en protéger, la chaleur était suffocante et elle ne pourrait s’en doute pas la supporter aussi bien sans la cape que le nomade lui avait offerte. La grande hospitalité des gens de ce pays était déconcertante. Contre une simple promesse, ces gens lui avaient offert de l’eau, un repas et une cape pour la traversée. Elle devait simplement éliminer une troupe de brigands qui pillait les caravanes et menaçait les nomades des lieux. La requête avait quelque peu surpris la cavalière qui pensait la milice du pays efficace, mais alors que les nomades lui expliquaient leurs problèmes elle avait fini par comprendre. Peu de caravanes passaient par là. Alors il n’y avait pas ou peu de patrouille. C’est ainsi qu’Alyse avait fini par accepter leur demande. Ca et la forteresse qu’elle avait vu en passant devant les Colonnes il y a, maintenant, plusieurs semaines. L’édifice semblait abandonné à son premier passage et elle voulait s’en assurer. Si des bandits trainaient dans les environs, il y avait de grandes chances qu’ils aient trouvé refuge dans ce bastion en ruine.

Maintenant dans les Colonnes d’Erebus, Alyse admirait avec plus d’attention que lors de son premier passage, les imposantes structures naturelles de pierre, donnant leurs nom au lieu. Laissant Manfred se diriger entre ces mastodonte de pierre, la Rouge, qui ne portait plus son armure depuis quelque temps maintenant, immobilisa sa monture lorsque un rire perça le silence. Elle leva la tête, tel un animal et resta quelques instants à écouter le vent hurler entre les pierres, puis elle reprit sa route au pas. Elle pensa un instant que la chaleur commençait à lui faire tourner la tête, mais un nouveau rire lui certifia que non. Cette fois le son était clair, et elle put vaguement localiser sa source malgré l’échos. Elle mit pied à terre au pied d’une dune et commença à l'escalader. Elle se coucha dans le sable avant d’atteindre le sommet. Elle cherchait des bandits et ne comptait pas se montrer seule, à découvert devant une potentiel bande d’homme armée. Et il semblerait qu’elle ait eu raison, car elle tomba sur une trentaine de soudards en train de se reposer dans ce qui semblait être un campement. Les hommes portaient une armure noir et pourpre, elle ressemblait a celle que portait les Crocs du Désert, la milice du pays, mais quelque chose clochait. Que pouvaient-ils faire ici ? La Cavalière resta quelque instant à observer les hommes, allongés dans le sable, lorsqu’elle finit par comprendre. Ce n’était pas les crocs. Ils y ressemblaient mais ces hommes étaient des étrangers en ces terres et ils se cachaient, profitant du manque de patrouille pour piller.

Elle avait trouvé ses hommes, mais comment les affronter ? A trente contre une, elle avait peu de chance de gagner, et encore moins de survivre. Attendre la nuit et les prendre par surprise ? Attendre que le groupe se disperse et les chasser par groupuscule ? Pesant le pour et le contre, Alyse ne remarqua pas tout de suite l’arrivée d’un jeune homme de l’autre côté du camp. Jeune homme que les bandits, eux, avaient vu. Elle resta perplexe devant la crédulité du jeune garçon de se joindre à un groupe comme le leur et se retint de justesse de s’écraser le visage dans le sable de dépis lorsqu’elle remarqua la situation dans lequel il s’était mis. Il y avait tout de même un point positif dans cette histoire. Le garçon semblait armé et il pourrait lui fournir un allié lors du combat. Mais Il faisait toujours beaucoup trop chaud pour qu’elle revête son armure, et elle n’avait maintenant plus le temps d’attendre la nuit si elle voulait profiter de cet épée en plus. Alyse soupira et alors qu’elle allait faire demi-tour, laisser le jeune homme à son destin, une idée lui vint.

Retournant auprès de sa monture, Alyse retira la cape offerte, et entrepris de se dévêtir, ne gardant que son pantalon. Elle envoya Manfred un peu plus loin et entreprit de se transformer. Les colonnes de pierres lui offraient des appuis parfaits et une superbe surface à exploiter lors d’un combat. Le problème était toujours l'otage. quelle serait sa réaction ? Elle n’en avait aucune idée et elle ne s’en souciait plus, elle était plus occupée à garder le contrôle de ses pensées et de ses gestes. Après quelques secondes de luttes internes, Alyse commença à escalader la colonne la plus proche, s’aidant de ses griffes pour marcher sur le mur. Elle fit rapidement le tour et alors qu’elle commençait à être en vue du camp, les premier cris de paniques se firent entendre. Elle plongea sur les bandits, en écrasa deux sous ses pattes et transperça la jambe d’un troisième de sa queu. Elle se retourna rapidement, fit face au jeune homme et lui cracha presque au visage, d’une voix inhumaine ; “ Défend toi ! ”, avant de pousser un hurlement qui fit reculer les hommes d’armes encore plus. Les hommes d’armes couraient chercher leur armes, car maintenant ils le savaient, le monstre ne les laisserait pas partir. Lhurgoyf. Ils l’avaient tous compris. Les simples monstres ne parlent pas. Le chef du groupe esquissa un mouvement de retraite et Alyse sauta, elle passa au-dessus de lui, lui assena un coup de queu qui l’envoya voler plus loin, et remonta sur sa colonne. Elle en fit le tour et sauta sur une autre, prenant les hommes d’arme à revers, elle retomba de nouveau au centre des soldats et en écrasa un de plus, ils se mirent en cercle autour d’elle et le combat commença enfin à proprement parler.
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeVen 25 Juin - 19:47

Ce qu’il y a de bien avec le froid, c’est qu’il réveille les sens et le corps. D’autant plus quand ce froid provient d’une lame prête à tout moment à trancher votre nuque. Darius pouvait désormais réfléchir à la délicate situation dans laquelle il s’était fourré. Enfin, autant que l’on peut réfléchir lorsque sa nuque est sur le point d’être tranchée. Il commença par observer ces différents malandrins. Étaient-ils de Cimmeria ? Sûrement pas. Darius avait déjà vu de nombreux marchands cymmériens passer par Tyrhénium, et ces gens possèdent une peau d’une pâleur digne de ces morts-vivants des contes destinés à faire peur aux enfants. Ces voyous, eux, n’était clairement pas aussi livide, ils étaient même plutôt basanés. Darius envisagea la thèse des simples bandits du désert quand il aperçut, grossièrement cousu sur le surcot d’un des truands qui s’était approché pour mieux le gausser, la tête d’un cheval rouge sur fond noir. Il se souvenait encore, lorsqu’il vit pour la première fois ce symbole sur l’avis de recherche à Tyrhénium, l’étrange sentiment de malaise qui le parcourut. C’étaient donc bel et bien les déserteurs qu’il recherchait depuis des jours. Cependant, ce n’était clairement pas des cavaliers de Sharna, ils n’en avaient clairement pas la prestance et Darius ne ressentait aucun sentiment particulier, si ce n’est la peur provoquée par la lame toujours aussi tranquillement installée sur son cou. C’était sûrement de simple citoyens phelgrans qui ont dû pour une raison ou une autre s’engager dans la guerre, et qui se sont enfuis face à la terreur de celle-ci. Darius sentait une grand panique dans le rang des déserteurs. Tout en continuant à tenir son arme, le chef de la bande discutait avec ses camarades sur le sort qu’ils devaient lui réserver, et ce qu’ils devaient faire ensuite. Ils avaient bien compris les intentions du mercenaire, et même si ils n’en avaient pas forcément envie – et encore, vu les regards que lui portaient certains -, ils ne pouvaient tout simplement pas le laisser partir. Darius, quant à lui, ne chercha pas à éprouver une quelconque compassion pour ces gens, leur désorganisation et leur amateurisme ne signifiait pas une absence de dangerosité et de malveillance, et il avait bien l’intention d’accomplir son contrat. Quand il aura trouvé un moyen de se sortir de ce pétrin.

L’agitation globale continuait à augmenter, la pression additionnée à la chaleur ambiante rendait l’atmosphère étouffante, tant pour Darius que pour les déserteurs, qui étaient de plus en plus nerveux. Des cris commencèrent même à surgir, de plus en plus nombreux et de plus en plus horrifiés. Tous se tournaient désormais vers quelque chose que Darius ne pouvait voir, étant incapable de tourner la tête. Qu’est ce qui pouvait autant terrifier la bande ? Le chef lâcha prise et s’éloigna de Darius, le laissant enfin libre de ses mouvements. Il en profita immédiatement pour rechercher l’objet de l’attention générale. Ce ne fut pas très difficile. Se tenant majestueusement au sommet d’une des colonnes, l’immense créature de mêmes couleurs que l’armure des phelgrans observait le camp, s’apprêtant manifestement à lancer une attaque d’un instant à l’autre. Darius comprenait dorénavant la terreur éprouvée par les autres hommes, même si il était de son côté plus impressionné qu’apeuré, le grand reptile dont chaque parcelle de corps semblait pourvue de pointes recelait effectivement une certaine élégance intérieure. D’autant plus que le monstre l’épargnait d’une mort certaine. Soudain, celui-ci s’élança de sa hauteur vers les déserteurs, en tuant trois rien qu’à l’atterrissage. Il se tourna vers Darius, lui jeta un regard intense avant d’ouvrir la bouche et de dire d’une voix gutturale la plus étrange que le jeune homme n’ait jamais entendu :  “ Défend toi ! ”.
Nul besoin de le dire deux fois, il dégaina et trancha la personne la plus proche de lui. Un autre déserteur plutôt chétif s’approcha, dague en main, prêt à combattre. Darius positionna simplement son épée en estoc et chercha à l’enfoncer dans sa poitrine. Il glissa et coinça sa lame dans l’omoplate droite de l’adversaire. Tandis qu’il cherchait à retirer l’épée de l’épaule de son pauvre opposant qui hurlait le martyr, Darius sentit derrière lui une présence. Il se retourna et vit un énorme zélo tenant une toute aussi énorme étoile du matin qu’il balança d’un revers vers lui. N’ayant pas l’intention d’abandonner son arme, Darius esquiva en plongeant en avant, entraînant dans sa chute son adversaire, désormais dans les pâmes, ou bien décédé. A genou sur le cadavre, il réussit finalement à extirper l’épée tandis que le zélo retenta sa chance en soulevant sa masse vers le haut de son crâne pour la laisser retomber violemment. Trop lentement, puisque Darius s’était déjà retourné, tranchant son ventre d’un geste vif. De nouveau en possession de tous ses moyens, il put se concentrer sur la bataille. Devant lui se trouvaient deux archers dont l’un d’eux s’apprêtait à décocher une flèche vers lui. Il agrippa le gros zélo agonisant et s’en servit comme bouclier. Il courut ensuite vers l’archer et désolidarisa la tête de ses épaules avant même qu’il puisse recharger. Son voisin, terrifié, sortit timidement un petit couteau qu’il brandit sans grand espoir. Darius s’empara du carquois de l’étêté, prit une flèche et la planta en plein dans le thorax du second archer. Il s’arrêta un instant pour admirer sa performance – planter à main nue une flèche dans un corps humain n’est pas une tâche des plus aisées – puis observa le combat du coté de l’iguane monstrueux qui était devenu par la force des choses son allié. Celui-ci avait déjà terrassé le chef de la bande et sautait de colonnes en colonnes avant de repartir au front, sans oublier d’écraser quelqu’un au passage. Tous les déserteurs s’étaient attroupés armes en mains autour de la bête, laissant Darius seul autour de ses cadavres. Le mercenaire en profita pour se poser les questions qui trottaient dans sa tête depuis le début du combat. Qu’est ce donc que cette chose ? Un lhurgoyf ? Et pourquoi est-il venu l’aider ? Darius ne comprenait pas vraiment la situation dans laquelle il était, mais il était sûr d’une chose, ce n’était pas prêt d’en finir.
Revenir en haut Aller en bas
:: La Rouge ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Alyse Lupercal
:: La Rouge ::
Alyse Lupercal
MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeDim 27 Juin - 0:05

Alyse regardait les hommes former un cercle autour d’elle, pensant qu’attaquer de plusieurs directions les aiderait. Les idiots. Alors qu’une homme approchait dans son dos, une lance à la main, la queux du monstre lui transperça le torse, se retourna d’un geste vif, Alyse expédia le corps sur ses opposants. La Lhurgoyf se jeta en avant, lacérant deux bandits au passage. Elle ne faisait pas attention si elle les tuait ou non, un homme blessé était souvent une nuisance pour ses camarades. La créature se déplaçait rapidement et évitait sans mal les projectiles magiques ou non de ses adversaires et les combattants au corps à corps semblaient trop intimidés par les les pics hérissés sur le corps du monstre ainsi que de ses griffes pour lancer de véritable assaut. Parfaitement consciente que le moral de ce genre de groupe ne tenait souvent qu’à un fils, Alyse laissa plusieurs flèches l’atteindre. Elle laissa un rugissement de colère lui échapper, laissant croire que les projectils l’avaient blessés. Pure comédie que tout cela, mais le mouvement de recul et son hurlement donna un peu de courage aux guerriers qui se lançèrent à l’assaut. Esquivant sans mal le coup donné par un Zélos, Alyse pris de vitesse un Yorkas armée d’une lance et lui ouvrit le ventre d’un coup de patte rapide. Plusieurs attaques finirent par la toucher, mais aucune n’était suffisamment lourde pour la blesser et certaines d’entre elles n'avaient même pas entaillé la carapace que formaient les écailles sur son dos. Alors qu’une nouvelle attaque du Zélos annonçait un nouvel assaut, Alyse se jeta en avant, saisit le biped vert dans sa gueule et lui arracha une partie du corps d’un mouvement sec de la tête.

Profitant d’un mouvement de recul général pour observer la situation, Alyse remarqua enfin qu’il n’y avait plus de sorts ni de flèche qui la prenaient pour cible. Cherchant du regard les responsables de ces attaques, elle ne les trouva pas et remarqua à la place le jeune homme. Il semblait toujours en vie et Alyse comprit rapidement que les combattants à distance s’étaient tournés vers lui après qu’il se soit débarrassé de ses premiers adversaires. Appréciant la diversion et l'efficacité du jeune homme, Alyse reporta son attention sur les derniers survivants.Elle en avait tué cinq lors de son assaut initiale, et la petite escarmouche qu’elle venait de livrer avec le gros de la force s’était soldé par la mort de cinq autres. Bien qu’elle ignorait le nombre exact de combattant déjà éliminé par son allié du moment, Alyse estimait qu’il restait encore une dizaine d’hommes. Se retournant pour faire à nouveau face à ses adversaires, Alyse poussa un cri de douleur. Cette fois, il était bien réel. Un Terran plus courageux que les autres venait d’enfoncer son épée dans la queux du monstre. Elle répliqua en frappant avec mais l'homme esquiva le coup et retourna se ranger avec ses camarades. La Cavalière sentait la colère monter en elle et la submerger. Il ne faudrait pas qu’elle reste encore trop longtemps dans son corps, de peur de se voir perdre le contrôle. Bondissant rageusement vers les derniers survivants, elle en faucha un dans son saut et retomba lourdement sur ses pattes. Elle fit volte face, avec une vitesse surprenante pour sa masse et poussa un hurlement monstrueux.

Les soldats prirent peur et partirent en déroute, se dirigeant rapidement vers des chevaux attachés un peu plus loins. Alyse les regarda faire, et commença doucement à se transformer. Son corps rapetissait et les écailles se résorbaient dans ce qui était une peau noir, reprenant couleur et texture humaine. En état de faiblesse totale, la Rouge espérait que son allié comprendrait ce qu’il se passait et essaierait de la protéger contre une éventuelle attaque des fuyards. Car, ils ne leurs faudraient qu’un coup d’oeil pour remarque la femme, qui commençait a apparaitre derrière le monstre. Alyse ne fut finalement pas attaquée, grâce à son allié ou au manque d’attention des bandits, elle ne le savait pas encore.
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeMer 30 Juin - 2:45

Darius mit un terme à ces pensées futiles : les questions viendront après la bataille. Il sourit. Avec un allié pareil, elle était gagnée d'avance et bientôt finie, il suffisait de patienter. Alors il s'assit simplement sur le sable chaud, l'épée pointée vers le sol, puis se contenta de profiter du spectacle... plutôt ennuyeux en réalité. Depuis un moment déjà, les belligérants se contentaient de se regarder dans le blanc des yeux, tout en restant à une distance respectable et sans chercher visiblement à se combattre. Les uns sûrement par peur, et l'autre... par envie de faire durer le plaisir, peut-être ? Dans tous les cas, le combat s'éternisait tandis que les statues qui composaient cette scène refusaient d'interrompre l'immobilité de celle-ci. Darius songea même à foncer dans le tas pour les  réveiller de cette stase combative, quand il vit bien haut dans le ciel de nombreux traits presque indistinguables filer au loin avant de retomber vers le monstre. Il avait déjà vu de nombreuses flèches tirées depuis le début de l'échauffourée, mais celles-ci étaient différentes, celles-ci allaient droit au but. Comme il s'y attendait, les flèches percèrent de part et d'autre le grand iguane qui poussa un cri dément avant de faire un mouvement de recul, comme s'il pouvait s'écrouler à tout moment.
"Bon sang !"  s'écria Darius, bien que d'autres mots moins honorables fusaient dans sa tête.

Ces blessures changeaient complètement la donne du combat. Le reptile géant qui semblait jusque là absolument invincible défaillait visiblement et ne pourra peut-être pas triompher de ces déserteurs à lui tout seul. Darius ne pouvait pas rester impassible face à cette déconvenue. Il tenta de se lever d'un bond, avant de s'arrêter de douleur à la moitié de son action. Un entaille, petite mais douloureuse, marquait son ventre. Il n'avait absolument aucune idée de comment cette blessure était arrivée là. Il s'en passe des choses dans la furie de la bataille... Le mercenaire serra les dents. Il n'était toujours pas temps de réfléchir à ce genre de bagatelles. Prenant appui sur sa lame, il se releva finalement avec difficulté, puis chercha du regard les tireurs qui donnaient tant de fil à retordre au monstre. Ces lâches, au nombre de trois, se tenaient bien à l'écart, en retrait du combat. Ils étaient apparemment fortement enorgueillis de cette apparente réussite, et continuaient de faire déferler leurs divers projectiles avec fougue. Cependant, ils avaient bien vu le terrible sort qui a été réservé à leurs deux pauvres semblables et, voyant Darius approcher, deux archers terrans prirent immédiatement la poudre d'escampette. Le troisième, un yorka qui lançait depuis un moment sans se fatiguer de nombreux sorts, n'avait pas l'intention de s'enfuir, et s'approcha même de Darius et lui fit signe qu'il était prêt a se battre. Celui-ci, impressionné par le courage étonnant de ce brigand, honora cette proposition de duel, et s'élança vers son adversaire. Ce fut beaucoup plus difficile qu'avec les autres déserteurs. Le yorka était nettement plus compétent qu'eux, et cela se voyait. Il savait parfaitement utiliser un style de combat mixte alternant entre sa dague de la main gauche et ses sorts de la main droite. Néanmoins, après une lutte acharnée, Darius parvint finalement à trancher cette main droite. Le yorka, désemparé, grinça des dents, laissant apparaître des canines aiguisées, signe de sa nature féline. Alors qu'il semblait calme et presque serein jusque là, il s'emporta brusquement et balança violemment sa dague vers Darius. L'épéiste n'eut pas de mal à défaire ce duelliste qui avait finalement succombé au même désespoir que ses autres confrères. Après l'avoir délicatement posé sur le sol, puis lentement retiré son épée de son corps, Darius chercha du regard les deux fuyards qui avaient disparus de son champs de vision. Ils étaient partis seuls, à pied, sans équipement ni fournitures dans le terrible désert d'Argyrei. C'est en soi une fin pire que sa lame. Darius laissa ces condamnés à leur sort et s'en retourna vers le centre du camp.

Le monstre avait complètement disparu, et les déserteurs survivants aussi d'ailleurs. Ils étaient tous près de leurs chevaux, s’attelant rapidement à leur fuite. Parmi tous les cadavres dus au monstre, un en particulier attira l’œil de Darius. Sans aucune trace de blessures ni même de saletés, le corps d'une femme nue comme un ver s'étendait sur le sol. Tout en s'approchant, Darius comprit, s'empourpra et détourna la tête, faisant mine de vérifier qu'aucun déserteur un peu trop téméraire n'avait l'intention de s'approcher. Ne produisant que de légers gémissements sourds, elle semblait inconsciente, alors Darius s'autorisa un petit, léger, tout à fait innocent regard... C'était donc effectivement un lhurgoyf, enfin, une lhurgoyf. La jolie jeune femme qui s'étendait devant lui dénotait complètement avec l'immense reptile d'il y a quelques instants, et Darius se demandait sincèrement comment un être aussi frêle d'apparence - même si d'une musculature tout à fait honorable - a pu faire preuve d'une telle force et d'une telle monstruosité. Cela a du énormément l'épuiser car elle n'avait pas l'air d'être en état de faire quoi que ce soit. À cette perspective, Darius soupira en vu du dilemme qui s'approchait. D'un côté il ne pouvait pas se permettre de laisser celle qui l'a sauvé en plein milieu du désert dans un si mauvais état, de l'autre, si il ne partait pas maintenant il risquait de perdre la trace des déserteurs qui s'étaient déjà élancés sur leurs chevaux dans les Colonnes... Il réfléchit à une solution, quand soudain sa balafre le foudroya et le ramena à la réalité. À pied et blessé, il n'irait pas plus loin que les deux autres peureux de tout à l'heure. Il ne pouvait que s’asseoir, se couvrir la blessure avec un bandage présent sur l'un des déserteurs et attendre. Il n'aura qu'à continuer la traque plus tard, avec un peu de retard certes, mais ce sera plus simple, car il avait dorénavant un compagnon pour cette mission. Darius sourit à cette idée.


Dernière édition par Darius Aellaml le Ven 2 Juil - 16:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
:: La Rouge ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Alyse Lupercal
:: La Rouge ::
Alyse Lupercal
MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeMer 30 Juin - 18:33

La reprise de sa forme humaine avait tout de même été plus complexe que prévu. Allongée sur le sol, Alyse était parfaitement consciente de son environnement, mais elle ne décolérait pas et ne souhaitait pas particulièrement se transformer une nouvelle fois, pour attaquer le jeune homme qu’elle avait tenté de sauver un peu plus tôt. Elle resta au sol, à marmonner quelque chose contre sa propre espèce avant d’entendre une plainte un peu plus loin au-dessus d’elle. Relevant lentement la tête, la Lhurgoyf remarqua le terran assis en train de se penser le ventre. Soupirant, elle se redressa et resta quelque instant à regarder autour d’elle. Portant ses doigts à sa bouche, Alyse siffla et au loin un hénissement lui répondit. N’attendant pas le retour de son cheval, la Cavalière avança jusqu’à un cadavre proche et lui retira bottes en pantalon. Elle enfila le vêtement du mort, et regarda la piste des fuyards. “ Tu as désinfecté avant de bander ? “ Alyse se retournait et allait à la rencontre du jeune homme lorsque Manfred la rejoignit au trot. La Rouge se stoppa dans sa marche et attrapa sa chemise qui dépassait de la sacoche de son cheval et chercha quelque chose plus en profondeur. Elle en ressortit une petite boîte en fer qu’elle lança au blessé. “ C’est pas miraculeux mais ça évitera que sa désinfecte et aide à cicatriser. Lave ta blessure avec de l’eau, ils doivent en avoir quelque part dans leurs tentes. “

Délaissant son nouveau camarade, Alyse saisit l’épée attachée à sa selle et passa le baudrier comme ceinture qu’elle ajusta, pour ne pas perdre son pantalon. Elle récupéra également la cape offerte par les nomades, qu’elle passa sur ses épaules et leva sa capuche sa cachant enfin du soleil. Buvant une gorgée d’eau, Alyse avançait vers l’une des tentes des bandits, et semblait chercher quelque chose. Quelque chose qu’elle finit par trouver. Ces idiots avaient en effet des réserves d’eau. Aucun d’entre eux ne portait sa gourde, ils les avaient laissés avec leurs affaires. Au moins, la soif ne serait plus un problème pour un certain temps. Ramassant les deux précipitants, le cavalière fit signe à son cheval d'approcher et rangea l’eau nouvellement acquise dans sa sacoche de voyage. Elle s’assura également que le sac, contenant son armure, était toujours bien accroché et fermé, puis elle resta quelques instants à regarder le vide, songeuse. Deux déserteurs étaient partis dans le désert. Ils pouvaient être considérés comme morts. Mais il y en avait encore douze en cavales. Le nombre n’était pas un problème, mais il faudrait suivre leur piste et réussir à les éliminer en une fois, et ceci avant la tombée de la nuit. Les Colonnes d’Erebus étaient un lieu dangereux où de nombreux monstres chassaient. Et bien que les affronter de jour ne lui posait aucun souci, subir une attaque furtive de ces monstres se révélerait beaucoup plus désagréable. D’autant qu’elle n’était pas dur que son cheval survive à cet hypothétique affrontement, et il était hors de question de traverser la reste d’Argyrei à pied.

Reprenant contact à la réalité, Alyse se tourna vers les cadavres pour les examiner d’un peu plus près. Correctement équipés pour des bandits, ces hommes savaient se battre. Ils avaient été capables de rapidement se préparer au combat malgré le monstre et la perte de leur chef. Ils avaient été formés à ça, sommairement ce qui expliquait leur retraite rapide, mais c’était beaucoup pour de simples bandits. Regardant de plus près la tenue des malandrins, Alyse remarqua le blason des Cavaliers sur plusieurs tuniques et pièces d’armure de cuir. Mais ces hommes n’étaient pas des Cavaliers. Pas à proprement parler en tout cas. Surement des miliciens, conscrits lors de la guerre de Cimméria ayant déserté. Ils devaient avoir eu trop peur de mettre leurs familles en danger et ont fui vers le désert d’Argyrei. Sifflant de mépris à l’encontre des morts, la Cavalière de Sharna se retourna vers le garçon espérant que, maintenant qu’il s’était correctement bandé, il se présente et lui explique la raison de sa présence. Et surtout pourquoi il avait foncé tête baissé dans le camp de ses ennemies...
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeDim 4 Juil - 17:26

Darius se réveilla brusquement. Un boîte métallique venait de frapper sa tête. Depuis quand s’était-il endormi ? Il n’avait même pas pris la peine de se coucher, s’endormant assis et recroquevillé sur place, les mains sur sa blessure, dont la douleur s’était atténuée, mais était toujours présente. Il grogna un coup, puis scruta le contenu de l’objet qui venait de lui être lancé, sans vraiment chercher d’où il venait. De quoi désinfecter l’entaille. Malheureusement il l’avait déjà enveloppé dans du tissu, et il n’avait pas tellement envie d’enlever ce bandage de fortune. Il soupira, dépité. Il n’avait pas non plus envie de mourir quelques heures plus tard d’une bête infection. Alors il serra les dents, et enleva délicatement le tissu. Il ne put s’empêcher de relâcher un léger râle en voyant la balafre, ce n’était pas très beau à voir. La blessure n’avait cependant pas beaucoup changée, c’était une bonne nouvelle, il n’avait pas dormi longtemps et avait encore le temps de pourchasser les déserteurs avec la jeune fille… qui s’était volatilisée. Il n’y avait au centre du camp que des cadavres de bandits, dont l’un deux avait été dépouillé de tous ses vêtements. Elle était donc partie de son coté sans même le saluer… Darius soupira de déception, il aurait vraiment voulu continuer le voyage avec elle… Tant pis. Il appliqua rapidement sur sa blessure le contenu de la boîte puis chercha un autre moyen de reprendre sa quête. Il aperçut un cheval non loin de là chargé de différents matériels, sûrement laissé là par les déserteurs dans la précipitation de leur fuite. Darius n’avait jamais monté, faute d’envie et de besoin, mais si il voulait les rattraper seul, il allait devoir prendre un peu sur lui et s’essayer à l’équitation. Il s’approcha délicatement et caressa le cheval. Il semblait calme, comme s’il attendait patiemment quelque chose. Le sentant docile, Darius passa à l’action, mais à peine tenta-t-il de grimper sur son dos que l’équidé cabra, le faisant violemment tomber sur le sable.
Darius se releva difficilement, se tenant douloureusement le ventre, et retourna dans sa place précédente, abandonnant cette stupide idée d’équitation. Il faudra encore trouver une autre solution. Mais Darius n’était pas en état d’y aller à pied, à moins de vouloir finir comme les deux autres abrutis de tout à l’heure. En effet, sa gourde était vide, sa réserve de nourriture inexistante et surtout, son épée s’était légèrement endommagée lors de ce combat. Il lorgna avec dégoût l’amas de métal rouillé qui lui servait d’arme. Lors d’un précédent contrat, il avait fortement abîmé sa lame favorite, Gloyss, et avait dû la laisser à un forgeron de Tyrhénium, devant en attendant se contenter des restes de ce dernier, un invendu, à juste titre.

Darius songea finalement à se lever pour aller fouiller les tentes environnantes ainsi que leur contenu, quand il aperçu soudainement à la périphérie de sa vision une silhouette sortir de l’une d’elles chargée de deux récipients, avant de s’approcher du cheval récalcitrant pour lui rajouter cette nouvelle charge. Il pensa d’abord à un déserteur qui s’était caché dans une tente pour attendre la fin des combats avant de s’enfuir, quand il remarqua la chevelure laiteuse familière de cette jeune femme. Son étrange alliée n’était donc pas partie ! Elle s’était habillée, il pouvait donc dorénavant la regarder sans grande gêne. C’était bien elle qui avait dévalisé l’autre déserteur de ses vêtements. Bien que tailladé de toute part sur sa poitrine, le symbole écarlate de Sharna était toujours visible, et lui allait étrangement bien… Darius détourna les yeux, finalement gêné. Celle-ci ne lui offrit à première vue pas d’attention, vérifiant le chargement de sa bête avant de s’approcher des cadavres, qui commençaient à se déshydrater. Un détail lui attira apparemment l’œil, car elle examina patiemment ceux-ci. Elle porta ensuite un regard sur sa poitrine avant de reporter son regard sur les déserteurs. Ce détail n’était clairement pas plaisant pour elle, car elle siffla fortement, grognant presque d’une manière terrifiante. La grimace qu’elle portait éclipsait son doux visage, et là, Darius comprit le fond monstrueux de cet être.
Finalement, la lhurgoyf s’approcha du jeune mercenaire. Fort heureusement, elle avait perdu toute aura meurtrière, mais Darius était certain que cela était éphémère. Il se leva brusquement, bomba le torse, adroita sa posture et s’épousseta vainement le sable accroché à son armure, déterminé à se montrer sous son meilleur jour dans l’espoir d’amadouer la bête et de la garder calme, puis, il lui dit ces mots :
« Bien le bonjour gente dame, je ne saurais comment vous remercier de votre précieuse aide lors de cette funeste rencontre, si ce n’est en vous invitant humblement à me rejoindre dans la traque que je fais de ces horribles malandrins... » Darius hésita. Faut-il parler de la raison de cette traque ? Cela paraissait évident, et il préférait pour l’instant jouer franc jeu plutôt que de se retrouver dans un malentendu qui impliquerait sa chair et les dents d’un énorme monstre. Alors il continua. « ...bien évidemment, je partagerait volontiers la prime accordée à cette issue ! »
Revenir en haut Aller en bas
:: La Rouge ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Alyse Lupercal
:: La Rouge ::
Alyse Lupercal
MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeLun 5 Juil - 16:04

Alyse regardait le jeune homme bomber le torse et se refaire une beauté avant de prendre la parole. Essayant de rester sérieuse pendant qu’il s'exprimait, la cavalière ne put cependant pas résister lorsque le Terran finit de lui faire son offre et explosa de rire. Un rire franc et amusé. Alyse n’avait pas l’habitude de rire ainsi, aussi continua elle jusqu’à doucement se calmer et garda un sourire sur le visage. Ce garçon était amusant. “Tu es sûr que c’est moi qui t’accompagnerai ? Enfin, tu as de la chance, nous avons la même cible. Et je ne peux pas laisser des déserteurs Phelgrans en vie. “ A l’évocation des déserteurs son sourire disparut et elle jeta un œil aux cadavres autour d’elle à la recherche du chef. Il lui semblait l’avoir laissé quelque part à côté du feu, éteint depuis le début de l’affrontement. “ Ton épée est dans un sale état, tu ne fera pas long feu avec un acier pareil, prend l’épée à gauche de ma selle tu la gardera tant qu’ils seront toujours vivants. Tu n’es pas non plus équipé pour traverser le désert. Qu’est ce qui t’a poussé à venir sans te préparer correctement ? “

Alors qu’elle parlait au jeune mercenaire, la Cavalière se dirigeait vers le chef des hors la loi. Il lui semblait qu’elle ne l'avait pas tué mais simplement frappé de sa queue. L’homme gisait sur le sol et un léger tremblement le trahit alors que la Rouge approchait. Ce lâche faisait le mort en attendant que la voie soit libre. Pathétique. Alyse approchait de lui et alors qu’elle dégainait l’arme que lui avait offert un forgeron du temple de Bor, le mort essayait de se lever. Alyse le plaqua au sol d’un coup de pied dans le torse et posa la pointe de son arme sur sa gorge. “ Les nomades te saluent. Ils voulaient que je t’apporte à eux vivant qu’ils te jugent, mais ils ont compris qu’escorter un prisonnier dans le désert pour un cavalier seul était compliqué, alors ils prendront plutôt ta tête. “ La Cavalière ne se préoccupait pas des suppliques de l'homme, elle ne lui laissa pas non plus le temps de prononcer des derniers mots qu’elle leva sa lame pour l'abattre sur le coup du déserteur. Prenant sa tête par la main, Alyse s’en retourna vers sa monture et enveloppa son trophée dans une toile de jute et la rangea dans la sacoche de sa selle. “ Il va falloir qu’on se dépêche si on veut ratrapper les fuyards. Tu sais monter à cheval ? “
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeMer 7 Juil - 19:13

Elle rit. D’un rire cinglant, pas méchant, mais tout de même blessant. Le sourire de Darius s’effaça, même si il garda sa posture droite. Même si son comportement n’avait pas eu l’effet escompté, au moins, il avait atteint son objectif : le monstre avait rangé ses dents.

« Tu es sûr que c’est moi qui t’accompagnerai ? », dit-elle d’un ton sarcastique. « Enfin, tu as de la chance, nous avons la même cible. Et je ne peux pas laisser des déserteurs Phelgrans en vie. »

« Pour qui elle se prend, la garce ? J’la tranche quand je veux, si j’veux moi ! », explosa intérieurement Darius.

Il garda cependant ses prétentions pour lui. Déjà parce qu’il savait qu’elles étaient fausses, et qu’en cas de combat avec cette chose il risquait très probablement d’y laisser la peau, mais aussi parce qu’il n’avait pas le choix. Cette étrange femme était probablement sa seule chance de réussir son contrat, il devait donc prendre sur lui et collaborer gentiment avec elle.

« Ton épée est dans un sale état, tu ne fera pas long feu avec un acier pareil, prend l’épée à gauche de ma selle tu la gardera tant qu’ils seront toujours vivants. Tu n’es pas non plus équipé pour traverser le désert. Qu’est ce qui t’a poussé à venir sans te préparer correctement ? »

La vision de cette lhurgoyf beaucoup plus grande que lui, même sous sa forme humaine, lui faisant tous ces reproches véridiques déstabilisa Darius et lui fit presque perdre l’équilibre, détruisant tous les efforts de présentation qu’il avait fait. Il n’aurait effectivement pas dû se contenter du dernier déchet produit par un forgeron douteux pour aller se promener dans un désert aussi dangereux, même si cela était plus économique. Et il n’aurait pas non plus dû faire passer sa fierté au-dessus de sa propre sécurité en refusant la cape des nomades, malgré les avertissements de ceux-ci. L’insolation provoquée par les soleils pouvait altérer l’esprit, et par exemple, mener sans que l’on s’en rende compte droit dans un camp de bandits…
Honteux, Darius se retourna sans répondre, il n’avait pas envie de se ridiculiser plus que cela. Il s’approcha du cheval et comme elle le lui conseilla, il s’empara de l’épée sur la selle, avec précaution et délicatesse cependant, le pauvre blessé se rappelait encore de l’incident d’il y a quelques minutes.

Au bout d’un moment, le monstre revint, la tête du chef des déserteurs dans la main. Darius fronça les sourcils à cette vue. « Nous avons un objectif commun, et je ne peux pas laisser des déserteurs phelgrans en vie. » Ce n’était pas pour ses beaux yeux qu’elle l’avait secouru, mais bien pour ses propres objectifs, ça il l’avait bien compris. Mais pourquoi le fait que ce soit des phelgrans lui importait tant ?

« Il va falloir qu’on se dépêche si on veut rattraper les fuyards. Tu sais monter à cheval ?.», l'interrompit dans ses réflexions la lhurgoyf.

« Évidemment ! », mentit Darius.

Il n’avait plus qu’à espérer que le cheval sera plus conciliant en la présence de sa maîtresse, même si sa plus grande espérance restait dans la réussite de la traque.
Revenir en haut Aller en bas
:: La Rouge ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Alyse Lupercal
:: La Rouge ::
Alyse Lupercal
MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeLun 19 Juil - 0:47

Le jeune mercenaire se décomposait au fur et à mesure que la Lhurgoyf parlait, mais elle ne s’en était pas inquiétée. Pour survivre, il lui faudrait plus que des conseils sympathiques et une tape dans le dos. Ce jeune homme semblait prometteur. Son combat contre les bandits parlait pour lui. Peu de monde pouvait se vanter de s’être sorti de la situation dans laquelle il se trouvait et ne déplorer qu’une entaille à l’abdomen. Il serait dommage et stupide qu’une garçon comme lui meurt bêtement un jour, car aujourd’hui, elle ne lui avait pas reproché son manque de préparation et son manque de suite dans les idées. Elle le regardait alors qu’il lui mentait sur sa capacité à monter à cheval. Elle l’avait entendu quelques instants plus tôt tenter de monter sur Manfred et comment il l’avait expulsée.

Passant le pied à l'étrier et se hissant sur son cheval, Alyse baissa le regard sur le jeune homme et rigola une nouvelle fois devant sa tête dépitée à l’idée de monter sur ce cheval. Elle pointa du doigt les montures des bandits qui ne s'étaient pas enfuie dans la débâcle précédente. “ Tu auras sûrement plus de chance avec ceux-là qu'avec lui. Surtout qu’il ne peut pas porter plus de poids qu’en ce moment. Ils sont habitués aux déserts et aux fortes chaleurs. Ce sont de belles bêtes, l’un d’eux te portera. “ Alors qu’elle parlait la Cavalière de Sharna avait repris son sérieux plus habituel et avait commencé à trotter dans la direction de fugitifs. Elle attendit que son jeune compagnon remonte à son niveau et lui désigna la piste encore visible. Elle s’enfonçait encore plus profondément dans les Colonnes d’Erebus, vers le Nord-Ouest. “ Pourquoi avoir pris un contrat qui te mène dans le désert alors que tu es Eridanien ? “ Alyse était curieuse, et en même temps, elle pouvait déterminer plus facilement à qui elle avait à faire. Ce garçon n’était définitivement pas originaire du désert, son teint était trop clair et sa préparation trop médiocre. Cimméria était définitivement trop loin, pour qu’un mercenaire si jeune se tente à l'aventure. pas pour un contrat qui semblait si simple que de tuer des déserteurs. Et la Nation des citées libre n’était pas connue pour sa population de Terran. Il ne restait plus que Eridania et la Cité libre. Ce qui revenait plus ou moins au même. Il ne pouvait définitivement pas venir de Phelgra. Trop de manières, et surtout beaucoup trop candide.
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeMar 20 Juil - 21:00

Ce fut un échec. Bien qu’il semblait moins belliqueux grâce à la présence de sa maîtresse, le cheval rechignait toujours à laisser monter Darius. Enfin, non pas que ce dernier ait essayé, mais il était tout de même persuadé qu’il allait encore se faire éjecter à la seconde où il posera le pied sur l’étrier. La lhurgoyf, déjà bien installée sur sa monture, se moqua une nouvelle fois du pauvre jeune homme statique et effrayé à l’idée de monter, avant de lui conseiller de choisir un autre cheval parmi ceux laissés dans leur fuite par les déserteurs. Darius courba sa nuque et obéir silencieusement. Ce n’était pas leurs meilleures bêtes, mais elles étaient tout de même bien farouches.
Darius saisit la bride du plus petit et du plus docile cheval qu’il put trouver, puis monta dessus. C’était beaucoup plus facile comme ça. Il rejoignit ensuite son compagnon qui cherchait visiblement des pistes à travers le sable.

«Pourquoi avoir pris un contrat qui te mène dans le désert alors que tu es Eridanien ?», l’interloqua la jeune femme.

Sans même prendre en compte la remarque sur ses origines, Darius réfléchit à la réponse qu’il allait donner. C’était une bonne question. Que faisait-il ici, loin de chez lui ? Pourquoi a-t-il dû venir jusqu’ici ? Si le gouvernement d’Hesperia a émit cet avis de recherches, c’est bien que la situation était préoccupante non ? Alors bon dieux pourquoi donc n’avait-il rien trouvé de Tyrhénium à Argyrei ?  Pourquoi a-t-il dû faire un contrat aussi contraignant, pour une récompense misérable au vu de l’effort ? Récompense qu’il va d’ailleurs devoir partager avec un monstre sanguinaire dont les objectifs sont tout du moins obscurs. La malchance. C’est la malchance qui l’a amené ici, il en était sûr. Darius commençait à fatiguer d’avoir le destin constamment détourné de lui.

«Comme tu peux le voir je suis un mercenaire, mon travail me prédestine à voyager dans de lointaines contrées.»


C’était faux, il n’était jamais allé au-delà de la frontière tyhrénian, mais il n’avait pas l’intention de se faire plus de mal que nécessaire en l’avouant à haute voix.
De toute façon, il était sûr de n’y être pour rien. Il avait parfaitement suivi les « règles de la traque » dans cet obscur livre que lui avait vendu ce yorka dans une taverne miteuse de Tyrhénium… Encore faut-il que ce livre n'ait pas été une escroquerie !

«Foutus Yorka, tous des vauriens arnaqueurs, pas un pour en rattraper l’autre !», s’écria Darius, avant de vivement porter sa main à sa bouche.

La lhurgoyf ne semblait pas l’avoir entendu. Tant mieux, il ne voudrait pas l’offenser. Enfin, les lhurgoyfs et les yorkas sont-ils apparentés ? Darius se posait la question. Après tout, ce sont tous deux des humains qui se transforment en bête, c’est à peu près pareil, non ? Le plus simple était de demander à l’intéressée. Darius tira la bride vers la fille, puis lui déclama, d’un air naturel cette fois, le « pompeux » n’ayant pas fonctionné :

«Excuse-moi, heu… madame… je voulais savoir...» Non, ce n’était définitivement pas une bonne idée de demander ça. «ah… euh… on a pas vraiment eu le temps se parler mais maintenant que c’est plus calme tu pourrais me dire… hum… qui es-tu ?»
Revenir en haut Aller en bas
:: La Rouge ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Alyse Lupercal
:: La Rouge ::
Alyse Lupercal
MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeVen 30 Juil - 15:21

Alyse leva un sourcil lorsque le jeune Terran haussa le ton en pestant contre les Yorkas. Qu’est ce que cette race d’homme animaux avait bien pu faire a un aussi jeune homme pour qu’ils les amalgament de la sorte ? Aucune idée, et à vrai dire elle s’en moquait pas mal. Sentant l'interrogation chez le mercenaire, la Cavalière tourna la tête vers lui pour le voir se diriger dans sa direction. Il commença à parler et à son hésitation, ALyse devinait facilement qu’il avait changé d’idée. L’intonation initiale du jeune homme n’allait pas avec sa question plus que banale. Il hésitait et semblait même chercher ses mots, alors que plus tôt chacune de ses phrases était claire et prononcée avec assurance, même si cette dernière s’était faite quelque peu agressé par la Lhurgoyf. Laissant trainer un blanc alors qu’Alyse regardait son vis à vis, elle finit par lui répondre, “ Alyse Lupercal. Je suis venu chasser des bandits dans la région après avoir croisé des nomades qui me disaient être souvent attaqué dans la région. Et comme j’allais à Phelgra et que c’était sur ma route je me suis dit que je pouvais peut être les aider. “

Alyse reporta son attention sur la piste devant elle. Elle espérait que le mercenaire se présenterait de lui-même. “ Il va falloir qu’on se mette en marche, l’endroit est dangereux la nuit, et je voudrais qu’on en finisse le plus vite possible. “ Alors que d’un mouvement de genou, la cavalière mettait sa monture en marche elle s’assura rapidement que l’épée de cristale qu’elle avait récemment récupérée était bien cachée dans ses affaires. Elle n’avait aucun problème a la brandir et a l’utiliser, mais elle ne savait pas ce que le jeune homme savait à propos des artefactes magiques et si elle pouvait éviter que tout le continent sache que cette arme avait été retrouvée par elle, ça l’arrangerait. La rouge en profita également pour s’assurer que son camarade tenait bien sur sa selle, elle ne voulait pas se retrouver cinq cent mètres plus loins et se rendre compte qu’il ne la suivait plus...
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeJeu 5 Aoû - 12:46

«Alyse Lupercal… oui oui, aucun problème c’est noté… chasser des bandits pour les nomades ? D’une certaine manière c’est un peu une collègue ha ha… oui…. aller à Phelgra… parfaitement… Que- quoi ? Non !»

Darius s’extirpa de sa somnolence et son visage se crispa, il tira brusquement sur la lanière et failli se faire éjecter par un cheval tout aussi surpris que lui, avant de difficilement réussir à se remettre en place. Les événements récents l’avaient rudement fatigué et il mit du temps à percuter ce que cette «Alyse» lui avait dit, ils s’étaient même déjà mis en route apparemment.

«Pourquoi aller à Phelgra ? Qui voudrait aller dans ce repère à vauriens, malfrats, et autres malandrins, si ce n’est un autre criminel ?»

Darius suait à grosses gouttes. Il recula sa monture de sorte que la Lhurgoyf ne s’aperçoive pas de sa panique, avant de s’administrer un soufflet, de sorte cette fois à se remettre les idées en place.

«Réfléchit Darius, réfléchit ! Elle t’a bien sauvé non ? Et puis, elle aide les nomades, les nomades sont gentils, donc elle est gentille ! C’est clair. Évidant. Concis. Mathématique ! Quoi que ça veuille dire.»

Darius entra dans une euphorie, au total contraire de sa précédente attitude. Il s'avança même, fier et confiant à l'idée de s'associer avec une personne dotée d'un sens de l'honneur et du devoir aussi affûté !

Quelques minutes – et quelques gorgées d’eau - plus tard, son délire s’apaisait, même si Darius ne se sentait toujours pas très bien. Jetant un regard aux bandages qui l’étreignaient, il se remit à s’inquiéter. Et si la blessure s’était infectée ? Dans un environnement pareil, c’était la mort assurée. Le pauvre mercenaire ne pouvait qu’espérer que l’onguent que lui a confié son «honorable» compagnon soit efficace. Pour penser à autre choses, il se mit à observer les alentours. Les immenses colonnes s’élevaient toujours avec la même magnificence et la même grandeur qu’auparavant. Il n’avait pas vraiment l’impression d’avoir changé de place, et pourtant leur chevauchée durait déjà depuis un moment. Seule la figure confiante de la lhurgoyf ouvrant la marche lui permettait d’être assuré qu’ils allaient au bon endroit. Alors il continuait à la suivre sans plus réfléchir, ayant de toute façon déjà du mal à tenir sur selle pour essayer quoi que ce soit d’autre.
Revenir en haut Aller en bas
:: La Rouge ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Alyse Lupercal
:: La Rouge ::
Alyse Lupercal
MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeLun 27 Sep - 16:08

Cela faisait maintenant quelque temps que les deux cavaliers parcouraient en silence les Colonnes d’Erebus sur les traces de quelques déserteurs paniqués. Alyse avait remarqué que le jeune mercenaire s'était déporté dans son dos et bien que peu à l’aise d’avoir un compagnon de route à la fiabilité douteuse dans son dos, la Cavalière n’émie aucune remarque et ne chercha pas a regarde le Terran, suffisamment confiante en elle-même pour se débarrasser de lui en cas de trahison. Alors que le vent soufflait entre les monolithes de pierre Alyse laissa échapper un soupire voyant le jeune homme dans son dos ralentir et avancer pour remonter à sa hauteur. Il semblait nerveux et avait à quelques reprises surveillé ses bandages. La cavalière de tête comprenait l’anxiété du jeune homme. Une infection serait mortelle, mais il devrait faire confiance aux soins qu’il s’était prodigués. “ Garde une allure stable ou ton cheval va se fatiguer. De même, fait confiance en tes soins. Arrêtes de t’inquiéter pour ça. Ou si tu veux le faire, on fait une pause et tu refais tes bandages. A trop t'inquiéter tu vas te fatiguer toi et tes compagnons. “

Alyse avait remarqué que le mercenaire faisait des efforts avant même qu’elle ne lui adresse la parole. Il avait porté son regard sur les colonnes. C’était une bonne chose. “ Dans le désert la plupart des dangers viennent du sol. Si tu dois surveiller quelque chose, que ce soit ça. De même pour les traces. Si ta monture est correctement dressée elle te préviendra face à un danger ou à un obstacle, mais si non, elle t’enverra droit vers un monstre et toi tu seras le nez au vent face à une créature surgissant du sable. Fais attention. “ Alyse regardait le jeune homme qui était remonté à sa hauteur et resta peut être quelque instant de trop à regarder son visage. Elle se demandait pourquoi elle parlait autant. Pourquoi l’aider maintenant qu’elle n’avait plus besoin de lui ?

Laissant la question en suspens dans son esprit, la Lhurgoyf reporta son regard vers le sol et la piste de bandits. La piste avait changé, leur proie n’était plus au galop, mais au pas. Leurs montures devaient s’être fatiguées. Alyse donna l’ordre d’un mouvement du genou a son cheval de passer au trot et son visage se ferma encore plus. Un nouvel affrontement allait avoir lieu et elle ne devait pas se soucier de son compagnon de voyage. Si il était venu jusqu’ici, c’est qu’il devait être préparé. Ne prenant pas la peine de faire remarquer au Terran le changement sur la piste et sans regarder si il suivait Alyse partait en direction du Nord-Est.
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeMer 29 Sep - 18:37

Voyant l’état de détresse visible de son compagnon, Alyse se retourna vers lui et lui donna une série de conseils divers et variés. Darius était surpris par la soudaine loquacité de la lhurgoyf. Était-ce un signe d’ouverture ? En tout cas, le jeune homme ne pouvait pas un nouvelle fois laisser son orgueil l’éloigner de bons conseils, alors il les écouta tous attentivement avant de les appliquer.
Il essaya tant bien que mal de calmer sa monture, de lui faire garder un rythme stable, et surtout de ne plus penser à sa propre blessure. Puis, l’œil vif, il se mit à fixer scrupuleusement le sol tentant de déceler le moindre changement dans le sable fin. À part les traces de pas et quelques insectes relativement gros, il n’y avait globalement rien. Mais Darius ne levait pas pour autant la tête, Alyse avait très certainement placé toute sa confiance en lui dans l’accomplissement de ces conseils, et il tenait bien à lui prouver que lui aussi, il pouvait se montrer d’un sérieux implacable.

Le temps passait, et, divaguant légèrement, Darius commençait à imaginer au fur et à mesure de la chevauchée un personnage miniature se déplacant de traces de pas en traces de pas d’un pas léger. Il continua ce ménage imaginatif jusqu’à ce qu’en un clignement d’œil, les traces disparaissent. Ne s’en préoccupant pas plus que ça, Darius continua à observer le sable chaud d’un calme froid, gardant toujours le cap droit vers l’infini désert.
Au bout d’un moment, gêné par le silence ambiant, Darius tenta de briser la glace avec une phrase banale sans vraiment y prêter attention.
«Tu ne trouves pas que c’est étrange Alyse, qu’il n’y ait plus de traces de pas ?»

Aucune réponse.

Darius siffla de colère, vexé d’être ignoré après tous ces efforts.
«Une ouverture ? C’est ça ! Elle est tout aussi hermétique qu’avant !»

Par défi, Darius brisa une des règles de sécurité de base édictées par Alyse en levant la tête, puis il déstabilisa son cheval en tirant brusquement sur les rênes, brisant une seconde règle. Il observa de tout côté, paniqué. Et une troisième. Enfin, ce n’était pas comme si il y avait encore quelqu’un pour remarquer toutes ces fautes.

«Et merde.»
Revenir en haut Aller en bas
:: La Rouge ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Alyse Lupercal
:: La Rouge ::
Alyse Lupercal
MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeJeu 30 Sep - 22:33

La cavalière avait pressé l’allure, elle sentait qu’ils se rapprochaient de leurs cibles. Un pressentiment lui disait qu’ils n’étaient pas loin. Ils étaient là à quelques minutes à peine d’eux. Les Colonnes d’Erebus pouvaient être un paradis pour semer un poursuivant si l'on a suffisamment d’avance, mais dans le cas contraire c’est un piège. Impossible d’aller vite, et le vent n’est pas assez fort pour recouvrir les traces rapidement. Autrement dit, ça devient un jeu d’endurance plutôt que de vitesse et de discrétion. Endurance et volonté. Deux choses dont Alyse ne manquait pas. Les fuyards qui avançait en colone depuis le début semblaient s’être quelque peu dispersés et Alyse baissa l’allure pour prendre le temps de regarder les traces. “ Fais attention, ils ne sont plus très loin… “ Relevant la tête, légèrement surprise de ne pas recevoir de réponse, la Lhurgoyfs ne retint pas son juron lorsqu’elle remarqua la disparition du jeune Terran. Le cherchant vainement des yeux, elle allait faire demi-tour lorsqu'un bruit attira son regard. Des pierres venaient de tomber d’une formation rocheuse un peu plus loin.

Saisissant doucement le pommeau de la seconde épée sur sa selle, Alyse n’esquiva la flèche qui allait se planter dans son épaule que d’un mouvement de son cheval. Manfred avait avancé de quelques pas, et la flèche alla se briser sur une colonne plus loin. La Cavalière de Sharna localisa rapidement le tireur, à genou sur le chemin, il devait s'être caché derrière des rochers. Bien que confiante en ses capacités, Alyse ne voulait pas engager le combat maintenant. L’archer était déjà en train d’encocher une nouvelle flèche et au moins un autre l’attendait un peu plus loin. Il ne lui restait plus qu’à faire demi-tour et retrouver Darius, pour se préparer à combattre. Déviant la seconde flèche de justesse à l'aide de son épée, Alyse fit faire volte face a son cheval et commença son replie, lorsqu’un homme apparut à côté d’elle et lui sauta dessus la faisant tomber de cheval.

Les deux combattants roulèrent quelque peu dans le sable avant de s’immobiliser. L’assaillant trônant au-dessus d’elle, une lame courte dans sa main, tandis qu’Alyse avait mâché la sienne quelque mètres plus loin. Habitué aux luttes et à ce genre de situation, Manfred continua sa route, se mettant à l'abri, attendant qu’on l’appelle. “ Les places sont inversées, monstre… ” L’homme n’eut pas le temps de finir, qu’Alyse lui envoya son poing dans le ventre. Malgré ça, le bandit tint bon, et essaya de planter son arme dans le torse de la Lhurgoyf. Celle-ci le bloquait tant bien que mal d’un main alors qu’elle utilisait sa magie pour faire venir sa propre arme. Lâchant prise sous la force de son opposant Alyse perdit la concentration et son arme s'écrasa au sol a quelque centimètre d’elle. “ Qu’est ce que tu essayais de faire ? “ La Rouge ne répondit rien et laissa plutôt l’homme avancer son arme de quelques centimètres de plus avant de forcer avec ses genoux et de le lancer par dessus elle. Déséquilibré et entraîné par sa propre force le bandit plongea, roula et se remis rapidement en garde, sortant une seconde arme de son étui. Un sourire contrarié aux lèvres.

Se redressant le plus vite possible, Alyse saisit son arme et plongea sur le côté, esquivant une nouvelle flèche. Redressant son arme, et frappant d’une estoc, le bandit ne put s’approcher, et Alyse put enfin regarder ce qu’il se passait. Derrière ses deux adversaires, elle pouvait voir trois cavaliers s'enfuir. Elle portait son regard, sur les deux Terrans face à elle, et un sourire étirait son visage. Qui disparut presque instantanément, lorsque son adversaire disparut pour apparaître dans son dos. Se retournant, elle réussit à bloquer la première lame, mais la seconde lui mordit la hanche, déchirant sa tunique et traçant une ligne rouge sur sa peau. Saisissant son arme à deux mains, Alyse enchaîna plusieurs attaques que son adversaire esquiva avant de contre attaquer et de bloquer l’épée longue de la Cavalière entre ses armes. La laissant sans défense face à l'archer qui l’avait en ligne de mire.
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeDim 3 Oct - 19:09

Darius tournait en rond depuis plusieurs minutes. Il ne savait que faire. Il commençait à être fatigué de rester sur cette selle dans cette position inconfortable, mais ne voulait pas non plus descendre, de peur de ne pas pouvoir remonter. Alors il restait là, perdu au milieu de cette étendue de sable.
Il eut finalement une idée. Si il se concentrait assez fort, il pouvait améliorer ses sens. Cela pourrait lui permettre de retrouver une trace de civilisation, qu’importe qu’elle soit nomade ou sédentaire. Il se concentra donc. Mais rien ne vint. «Allez, magie magie… pitié quelque chose...» Il eut cette fois-ci un résultat : sa peau ressentait encore plus fort la chaleur ambiante. Darius soupira de détresse, il n’avait désormais plus aucun espoir de retrouver son chemin… Jusqu’à ce qu’il vit au loin une silhouette. Un cheval ! Et pas n’importe lequel, c’était celui d’Alyse ! Sans Alyse.
«Oh misère...» Le pieux mercenaire adressa une prière à Kron dans l’espoir qu’il l’accueille avec douceur. C’était désolant, une combattante aussi douée… Le cheval s’était approché à deux pas de lui et le regarda pendant un instant, avant de lui montrer sa croupe et de s’en aller.
Darius, surpris, le suivit. «Eh attends reviens, je dois pouvoir t’enterrer avec ses autres affaires quand j’aurais retrouvé son corps !» Le cheval accéléra le pas. «Je rigole je rigole, je veux juste te manger !» Il était maintenant au trot. «Euh te ramener ! Je vais te ramener à Phelgra !» C’est difficile de suivre un cheval au galop. Et ça l’était d’autant plus que la monture de Darius était d’un calibre bien inférieur. Après un certain moment, le destrier ralentit le pas, au grand soulagement de Darius. Est-qu’il essayait en fait de le mener quelque part ?

Une forte douleur frappa Darius au mollet gauche, ce qui le fit tomber de selle. Sa monture, effrayée, s’enfuit, laissant Darius au sol. Celle d’Alyse quant à elle, continuait paisiblement sa route. Le terran toucha le douloureux mollet. Une plaie sanguinolente traçait horizontalement le bas de sa jambe. Il observa les alentours. Près d’une colonne plus loin, se trouvait deux déserteurs, un grand terran portant une grosse masse, et un plus petit accroupi derrière lui. «Comment...» Il n’avait pas le temps de réfléchir à la possibilité de cette action, il devait en finir avec eux, il le devait, pour la mémoire d’Alyse. L’épée offerte par elle fermement tenue de sa main droite, il s’avança vers ses ennemis. Le terran caché derrière le grand tirait un sourire narquois, mais il était épuisé par un quelconque effort. Lentement il leva sa main droite vers Darius en serrant le poing, comme si il allait lui donner un coup. Puis d’un geste vif, il trancha l’air avec. Immédiatement, Darius ressentit une nouvelle coupure à la cuisse droite. Il avait envie de crier, et quelques larmes sortirent de ses yeux, mais il avait enfin compris d’où venait la source de ses tourments depuis plusieurs heures. Le sorcier s’écroula sur ses genoux, suant, mais toujours souriant. Ce pouvoir était puissant, beaucoup trop puissant pour un cul-terreux comme lui. Il ne pouvait certainement pas se permettre de l’utiliser autant de fois aussi rapidement.
Darius s’approcha du grand et tâtonna le terrain d’un coup simple. Celui-ci réussit à contrer l’attaque, mais avec difficulté. Il n’avait visiblement que la taille pour l’aider, son talent pour les armes était à déplorer. Le mercenaire était rassuré, mais il ne pouvait tout de même pas le combattre à la régulière dans son état. Il s’approcha sans difficulté du gaillard et lui frappa d’un coup de pied dans le tibias qui le fit trébucher sur le sable. Profitant de cet instant de répit, Darius s’élança vers le magicien et lui trancha d’un coup vers le haut sa main droite, en prenant bien soin de récupérer ce "trophée" en plein vol. Le grand terran s’était déjà relevé, furieux et prêt à en découdre. Les Lamelles sans crainte ouvrit la main inerte et en extirpa la pierre brillante. Là, ça allait être beaucoup plus facile. Il serra à son tour la pierre dans sa main gauche avant de sauter pour atteindre la tête de son adversaire, et de la lui éclater avec ce même poing. Retombant sur ses pieds, Darius observa le balourd au sol. Ce n’était pas beau à voir. Vraiment. Il laissa finalement les restes du géant et le magicien, dont le sourire avait disparu et qui pleurait son membre disparu, pour retourner sur ses pas. Il avait du mal à garder l’équilibre sur ses jambes et devait se servir de son épée comme d’une canne. Lentement mais sûrement, il retrouva l’endroit où il s’était séparé des chevaux et suivit les traces laissées par le cheval d’Alyse.

Ce ne fut pas long avant de retrouver le cheval, qui s’était caché à l’ombre d’une colonne. Au-devant, Darius aperçut deux personnes en train de se battre. Un différend entre les déserteurs ? Non. Il reconnut immédiatement les cheveux blancs de la guerrière lhurgoyf et ses yeux s’éclaircirent. Évidemment ! Elle n’aurait pas pu se faire tuer par une bande d’idiots comme eux, c’était stupide de penser ça ! Darius accéléra la cadence malgré la douleur pour rejoindre le combat, avant de s’arrêter brusquement. Un tireur près de là s’apprêtait à tirer sur Alyse, alors immobile. Tenant toujours fermement le catalyseur, il prit un peu de l’élan et plaça son épée comme si c’était un javelot, puis il la lança de toute ses forces. Filant à toute vitesse, la pointe transperça l’archer de part en part. Ce n’était plus une menace. Réalisant qu’il n’avait plus rien pour s’appuyer, Darius manqua de tomber mais se rattrapa sur le cheval de son compagnon, qui, à son grand étonnement ne rechigna pas. Cela l’amusa. «Toi au moins tu t’es ouvert…» Les Lamelles emprunta une nouvelle épée au hasard sur la selle et se reposa dessus.
Le voyant approcher, le terran qui se battait avec Alyse rit. «Ha ha ! Vous n’êtes plus en très bon état, toi et ton monstre de compagnie !»
Darius pointa l’ennemi du doigt et lui cracha tout son mépris : «Déjà, ce n’est pas un monstre mais un lhurgoyf ! Ensuite elle n’est pas de compagnie, mais EN compagnie !» Il s’approcha encore tout en gardant son doigt levé. «Et toi ! Toi et ta bande de vauriens ! Je vais vous étriper, un à un !»

Darius n’allait rien faire du tout, il était exténué par ses blessures et sa surutilisation de la magie. Mais il espérait tout de même pouvoir attirer l’attention sur lui pendant qu’Alyse reprenait le contrôle de la situation.
Revenir en haut Aller en bas
:: La Rouge ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Alyse Lupercal
:: La Rouge ::
Alyse Lupercal
MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeMer 13 Avr - 13:41

Une aide providentiel, un cadeau des dieux. Alyse se voyait déjà abandonner son arme pour éviter la flèche, ce qui aurait été contrariant. Mais un éclat métallique traversa son champ de vision, et alla se ficher dans l’archer qui s'effondra emporté par la force de l 'impacte. Ne pouvant se permettre un regard en arrière, Alyse comprit que Darius ne lui serait d’aucun secours. Il continua de parler, de provoquer le bandit, qui de son côté devait être en train de chercher une échappatoire. Il avait beau fanfaronner, sur les blessures de ses adversaires, l’entaille à la hanche de Lupercal n’était que superficielle. Mais, alors que Darius finissait sa provocation, le bandit tomba dans le piège. Détournant le regard, il allait pour répliquer, lorsque la Cavalière frappa du pied dans son genou. L’homme perdit l’équilibre en même temps que sa garde, permettant à son adversaire de réajuster sa lame et de frapper d’un estoc dans la gorge.

Alyse recula de quelques pas, essuya le sang de sa lame et la rangaina sur la selle de Monfred. “ Tu as retrouvé ton chemin tout seul ? C’est impressionnant… “ Elle arracha un pan de sa chemise déjà déchiré par son combat et entrepris de bander sa blessure. “ Tu vas réussir à te soigner seul ? On a encore un peu de retard sur le reste du groupe, ils sont allés par là. On doit avoir à peine moins de dix minutes de retard sur eux. “ Non, elle n’avait pas vraiment pris la peine de regarder l’état de son camarade. Sa voix suggérait cependant qu’il était fatigué ou blessé. Mais elle ne s’inquiétait pas plus que ça pour lui. C’était un grand garçon. Après tout, il avait fait le voyage seul depuis Tyhrénium jusqu’aux Colonnes. Alors que son jeune compagnon lui répondait, la Cavalière allait chercher son arme plantée dans l’archer et récupéra les dagues de son précédent adversaire. Il serait dangereux d’aller affronter les autres sans armes de secours, ou sans possibilité d’utiliser sa magie.
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeDim 26 Juin - 19:33

Darius continuait d’avancer, tentant de se dresser fièrement le plus haut possible sur l’épée soutenant son poids, un effort douloureux qui ne le faisait paraître que d’autant plus vulnérable. Le bandit sourit en entendant la voix faiblarde de Darius. Il se retourna, prêt à lancer une pique verbale au boiteux qu’il avait en face de lui, mais un violent coup dans le genou et une épée enfoncée dans ses cordes vocales l’empêcha à jamais de l’envoyer.

Le mercenaire lâcha sa béquille improvisée et posa un genou à terre, louant dans un grognement sourd mais soulagé la grâce des dieux ainsi que l’habileté d’Alyse. Celle-ci était déjà retournée à ses affaires, se préparant précocement au prochain combat. Tout en nettoyant son épée pour la ranger sur sa monture, elle complimenta le sens de l’orientation de Darius
Surpris, le mercenaire tourna vivement la tête vers le cheval de la Lhurgoyf, ce qui lui fit arracher un gémissement. Il ne sut dire si c’était de l’ironie, ou si Alyse n’avait vraiment rien à voir avec l’aide apportée par l’équidé. En même temps, il paraissait si intelligent…

« Oui, impressionnant, ha ha… » finit-il par balbutier.

Tandis que Darius tentait fébrilement de se relever en reprenant son épée en main, Alyse continuait sa préparation en bandant sa blessure avec sa propre chemise et en récupérant toutes les armes traînant autour du petit champ de bataille, dont l’épée-javelot lancée par Darius et qui était restée accrochée dans les entrailles de l’archer projeté à quelques mètres de là.
La lhurgoyf s’enquit au passage de l’état de son compagnon, sans s’y intéresser plus que cela, l’esprit visiblement déjà dans la prochaine escarmouche. Ne sachant pas quoi répondre, Darius examina ses blessures, et plus particulièrement celles apportées par le sorcier désormais manchot. Ces plaies n’étaient pas douloureuses, mais elles rendaient les membres touchés lourds et difficilement manœuvrables. Il craignait que ce soit du poison, mais comme il ne risquait de toute façon pas de trouver un remède en plein désert, et qu’il craignait encore plus d’être abandonné ici par sa camarade efficace mais visiblement peu empathique, il garda cela pour lui pour le moment.

« Je ne peux pas me battre présentement, ni marcher correctement en fait. » En y réfléchissant, Darius se rendit compte qu’avouer cela pouvait tout autant la pousser à l’abandonner. « Mais mon état va très certainement s’améliorer rapidement, je guéris vite ! » se reprit-il en vitesse.

Pour prouver ses dires, il arracha son épée du sol et fit quelques pas sans elle, maladroits et douloureux. Rapidement il dut se reposer sur la pointe de l’épée au risque de s’écraser sur le sable, ce qui n’aurait pas été dans son intérêt. Néanmoins, cela restait une démonstration probante. Après tout, il pouvait parfaitement pendant ce petit laps de temps sans béquille éliminer quelques bandits ! C’était ce qu’il espérait, en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
:: La Rouge ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Alyse Lupercal
:: La Rouge ::
Alyse Lupercal
MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeVen 15 Juil - 0:20

Alyse prenait enfin le temps de lancer un regard au jeune Darius. Le dévisageant de haut en bas, elle resta muette quelques secondes peusant sûrement le pour et le contre de laisser sur place le jeune mercenaire, mais sembla choisir de ne pas l’abandonner. Soupirant, la cavalière se rapprochait de Darius. “ Tu dis ça parce que tu guéris vraiment vite ou pour ne pas que je t’abandonne ? “ Elle laissa un sourire lui échapper et lui tapota d’une main l’épaule. “ De toute façon je serai revenu te chercher, on gâche pas la nourriture. “ Rigolant doucement a sa blague, Alyse s’écarte quelque peu du jeune homme lui laissant le temps de savoir si c’était de l’humour ou non, la Cavalière repris, “ Évite de trop forcer, repose toi. On reprendra les recherches demain. Il va bientôt faire trop sombre pour continuer de toute façon. “

Cachant plus ou moins bien sa frustration derrière son sourire, Alyse se posa par terre adossée à la pierre et ferma les yeux et bascula la tête en arrière. Elle ne l’avouerait pas mais cette pause était bienvenue. Elle n’avait pas fait de véritables pauses depuis plusieurs mois et quelque part en elle devait se cacher l'espoir de pouvoir laisser Darius prendre une partie des tours de garde. “ D'où viens tu alors, Darius ? “ Alyse était quelque peu curieuse à son sujet désormais. Les aptitudes du jeune homme étaient supérieures à la norme et il utilisait même la magie. Mais pourtant il faisait beaucoup d’erreurs, il montrait ses émotions, jugeait plutôt mal les situations ou du moins les gens.
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitimeMar 30 Aoû - 16:19

La main de la lurghoyfs sur l’épaule de Darius se fit sentir encore un instant après qu’elle se soit écartée de lui. Le mercenaire déglutit un bon coup avant de s’asseoir doucement sur le sable chaud, le dos collé à un pilier proche de là.
Il se concentra en silence pour ne pas se rappeler toutes les histoires connues de tout enfant eridanien sur les lurghoyfs mangeurs d’hommes. C’était parfaitement ridicule, après tout elle n’avait jusque là mangé aucun des déserteurs. À moins qu’elle ne préfère la chaire tendre de Darius aux rugueux phelgrans…

Le jeune évacua ses pensées en secouant la tête puis écouta les nouvelles instructions de celle qui menait visiblement la traque depuis le début. Elle semblait légèrement ennuyée à l’idée de devoir s’arrêter, même si la manière dont elle s’assit laissait apparaître que la fatigue la gagnait aussi son côté.
Le nuit allait après tout bientôt s’abattre sur les colonnes, le temps n’était plus à l’action, mais au repos, et apparemment aussi aux questions.

« Je viens de Tyrhénium », répondit sobrement Darius.

Il hésitait à lui retourner la question, car il craignait la réponse. Mais la curiosité l’emporta.

« Et vous, vous venez de Phelgra ? »

Il savait que c’était sa destination, mais rien ne disait que c’était là où elle vivait. Pourtant, le continent sombre était le lieu de prédilection des lurghoyfs. Enfin, dans les histoires en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Des déserteurs dans le désert   Des déserteurs dans le désert Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Des déserteurs dans le désert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retrouver les déserteurs
» Mäje, le visage du désert
» Shamash - L'astre ardent du désert
» Dans le cœur des flammes
» [-18] Dans le sang d’un pacte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Argyrei, le pays mauditTitre :: Les colonnes d'Ebreus-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !