Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen]

News & Infos

C'est ici que vous trouverez les dernières infos du moment, les utiles et moins utiles.

Temps actuel

Effectifs

• Eryllis: 2
• Ladrinis: 6
• Eclaris: 3
• Prêtresses: 4
• Cavaliers de S.: 4
• Nérozias: 4
• Gélovigiens: 4
• Ascans: 1
• Marins de N.: 2
• Civils: 14

Lien recherché

- Torenheim cherche des "relations" en tout genre.
_ Oscuro veut causer à des Prêtres de Kron.
_ Walter cherche de Preux chevaliers.
_ Raël veut des clients.
_ Deirdre a besoin d'employé!

Les Rumeurs

_ Il parait que des personnes hauts-placées seraient gravement malades.
_ Il parait que ça se bécotte "au bal de la Rose".
_ Il parait que des créanciers en sont après un des conseillers de Ridolbar.

Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Le Deal du moment : -34%
[CDAV] SAMSUNG Galaxy S20FE 128Go 5G Bleu à ...
Voir le deal
329 €

Partagez
 

 Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: Maitre de la Chaine Blanche ::
Vélénor Gamath
:: Maitre de la Chaine Blanche ::
Vélénor Gamath
MessageSujet: Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen]   Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen] Icon_minitimeJeu 24 Juin - 22:23

Vélénor avait le regard plongé dans le vide, regardant sans le voir son reflet dans l’eau de la bassine devant lui. Il réfléchissait, mettait ses idées en ordre, essayait de trouver des mots à ce qu’il avait vu. Est ce qu’il avait, ne serait ce que, bien vu ? Comment l'interpréter ? Il n’en savait rien et cela le mettait en colère autant que cela l'excitait. Il avait découvert quelque chose. Quoi ? Il ne le savait pas encore, mais il comptait bien le découvrir et si, il ne suffisait pas, il se rendrait au Haut-Monastère et mettrait ses trouvailles en commun. Un sourire étira ses lèvres alors qu’il reprenait peu à peu conscience de son environnement. Le Zélos plongea ses mains dans l’eau et s’aspergea le visage. Le contact avec l’eau fraîche finit de lui faire reprendre contact avec la réalité et il se retournait vers son bureau alors qu’il s‘essuyait le visage. Il prit une seconde pour regarder par l’ouverture de la tente qu’il occupait les malades déambuler dans le camp que les Cavaliers avaient monté sous ses ordres. Cela faisait maintenant cinq mois qu’il était ici, il n’avait presque pas quitté l’enceinte du camp et qu’il cherchait un remède, ou un indice pour le trouver. Il avait fait d’étranges découvertes. Macabre mais instructive. Vélénor reprit sa marche et vint s'asseoir sur le siège en face du bureau.

Prenant le temps d’observer les parchemins devant lui, le Maître de la Chaine Blanche saisit un parchemin vierge et son encrier. Il finit sa brève lecture du rapport que Lion lui avait fait parvenir au sujet des patients de Drys. Rien de neuf, encore et encore les mêmes résultats. C’était déprimant. Lion avait pourtant eu beaucoup d’espoir en ce projet au début. Mais il était mort désormais. Vélénor poussa un soupir et commença à écrire.

Commandante Kreen,
Je vous fais part ici de mes recherches et résultats obtenus après cinq mois de labeur. Un message similaire a déjà dû être envoyé aux autres commandants et à l'Impérial en personne, mais je tenais à vous informer moi même de l’avancement de nos travaux. Nous n’avons pas encore trouvé de remède à proprement parlé mais nous avons réussi à mettre au point, il y a quelques semaines, une nouvelle formule du calmant créé au Haut-Monastère par les Gélgoviens. Nous n’arrivons pas à faire reculer les symptômes de la Fièvre, mais nos études récentes montrent qu’en plus de calmer la douleur et le malaise causé par la maladie nous arrivons à la ralentir. Dans certains cas, nous remarquons même que l’état des malades se stabilise, mais nous n’avons pas encore assez de recule, cela fait trop peu de temps que nous l’utilisons. J’ai bon espoir en cette piste, elle nous permet de gagner du temps mais je ne veux pas porter tout miser sur elle.
Nous avons également fait quelques rares avancées concernant les effets de la fièvre.
- La première fut envers les patients atteint du Mal de Drys : la Fièvre de Feu détruit le Mal de Drys, empêche l’écorce de pousser dans la plupart des cas. Nous avons également remarqué qu’il était impossible de faire contracter le Mal aux malades ayant des visions de ce qu’ils appellent “ l’Ombre de cendre”. Ceux qui acceptent d’en parler, parlent d’un être étrange qu’ils aperçoivent en permanence dans leurs champs de vision ( c’est grâce à cette ombre que nous arrivons à constater les effets du nouveau calmant ). Il n’est donc pas possible de soigner le Mal de Drys avec la fièvre de Feu et inversement. Les sujets tests finissent irrémédiablement par voir l’Ombre. Certains ont même déjà trépassé de la Fièvre.
- La seconde avancée fut faite grâce à des vivisections des malades. A l’origine nous comptions disséquer les cadavres des mourants, mais après les premières combustions force fut de constater qu’il nous était impossible de tirer quoi que ce soit de tas de cendre. Nous avons donc trouvé des malades isolés et présentant des cas plus ou moins avancés de la maladie et les avons utilisés pour nos recherches. La grande majorité des résidents du camp n’ont rien remarqué, nous les maintenons sous contrôle grâce au calmant ainsi qu’aux hommes que vous nous avez fournis. En coupant le camp en quatre et en faisant tourner les distributions entre chaque, nous nous assurons de toujours garder une partie du camp léthargique à cause de la fièvre tandis que le reste peut bouger normalement. Les combustions étant plutôt fréquentes, personne ne remarque les disparitions. Enfin bref, nous avons remarqué que la Fièvre transforme petit à petit l’intérieur du corps du malade en ce que nous pourrons comparer à un combustible. Nous n’avons pas remarqué de corps étranger à l’organisme comme nous le connaissons, mais le sang semble devenir de plus en plus poisseux au fils de l’avancement de la maladie. Il semble aussi devenir de plus en plus rouge et vif tels des braises ardentes, lorsque le sujet est proche de la combustion.

Je ne sais pas encore comment interpréter ces derniers résultats. C’est quelque chose de vraiment très étrange, comment une simple maladie pour a ce point altérer un corps ? Et ceux, quelle que soit sa race ? C’est extrêmement troublant, et je comptais me rendre au Haut-Monastère, rencontrer Gelgovien et Eclaris pour avoir leurs avis sur la question. Bien qu’ici je sois entouré de mes frères de la Chaine Blanche, nous n’avons pas accès aux bibliothèques et au savoir accumulé au fils des siècles par ces deux castes. J’ai bon espoir qu’ensemble nous réussissions à trouver un remède, et je compte bien faire en sorte que les Cavaliers aient joué un rôle dans tout cela.

Je serai de retour au manoir afin de récupérer des affaires avant mon départ pour le Haut-Monastère, je répondrai volontiers à vos questions à ce moment-là. En attendant je vous fais parvenir,en même temps que cette lettre, une copie de l’ensemble des rapports et études que nous avons pu mener ces cinq derniers mois.

Capitaine Vélénor Gamath, Maître de la Chaîne Blanche.


Le zélos posa sa plume et se massa nonchalamment la main alors qu’il se relevait de son bureau. Il alla prendre un coffret de bois dont il s’assura du contenu et revint vers son étude. Il posa le coffre sur le bureau, se saisit de sa lettre, souffla dessus afin de s’assurer que l’encre était sèche et la roula. Il scella le parchemin ainsi que le coffret d’un cachet de cire et appela un de ses hommes devant la porte. Le Cavalier Rouge entra et prit le courrier que lui tendait son supérieur. “ Pour la Commandante. Maintenant.” Le cavalier fit volte face et partit presque au pas de course vers la sortie du camp et l’écurie. Vélénor laissa un soupire lui échapper alors qu’il contemplait une nouvelle fois le camp devant lui. Il lui restait tant de choses à faire et si peu de temps...
Revenir en haut Aller en bas
:: Séide du Chaos ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Kreen
:: Séide du Chaos ::
Kreen
MessageSujet: Re: Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen]   Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen] Icon_minitimeDim 4 Juil - 18:58

Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen] Banner18



Un mince voile de poussière grisait l’acajou qui les séparait. Çà et là, il était déchiré d’empreintes qui laissaient supposer le séjour d’un grimoire ou le passage de doigts impatients, mais il s’étendait jusque sur les dos des chaises et sur les tommettes fendues du sol. Sur un des murs courrait une bibliothèque aux étagères ployées dont les livres étaient difficiles à extraire tant ils étaient serrés les uns contre les autres. Des tapisseries usées dont les couleurs n’avaient pas passé de manière uniforme ornaient un autre côté de la pièce. Celle du milieu, la plus riche en détails, représentait un des assauts des Cavaliers Rouges lors de la Grande Guerre, et dépeignait Sharna comme une créature de feu aux nombreux visages. Comme préférées par une providence joueuse et puérile, les nuances de pourpre avaient curieusement bien combattu les méfaits de l’âge tandis que les bleus et les verts s’étaient affadis en taches cendrées. Au fond, cela avait presque plus de charme. À travers les carreaux qui faisaient face aux ouvrages, on pouvait apprécier la clarté d’un ciel vierge, semblable à la toile d’un peintre peu inspiré. Les soleils descendaient sagement vers l’horizon, et on aurait dit qu’ils esquivaient les toits pointus du pavillon rouge dans la crainte de s’y écorcher.

La salle de réunion faisait partie d’une suite de pièces similaires desservies par un couloir étroit et somme toute peu fréquentées. Elles se trouvaient au troisième étage du bâtiment principal réservé aux Cavaliers Rouges, et on y préservait depuis des siècles une partie des écrits les plus anciens. Les archives des guerriers de Sharna se remplissaient au galop, et même quand on brûlait les documents les moins précieux, la place finissait toujours par manquer. L’espace de chaque faction avait été sollicité, si bien que certaines séries avaient fini éparpillées à travers les pavillons, les premiers tomes s’étant retrouvés chez les hommes du front et les derniers chez les mages. La table ovale qui trônait au milieu de la pièce était ridiculement grande compte tenu du nombre de sièges qui la cernaient, et sa belle facture jurait un peu avec le bois rugueux des chaises dont la paille était traitresse et les échardes longues.

La Commandante affectionnait ces lieux. Ils étaient d’allure chaotique, souvent morts, et leur utilité n’était pas claire. À ses yeux, cela les rendait propices aux entretiens privés, aux discussions intimes, aux mots prononcés sans trop de poids, aux confessions faites sans trop d’amertume. C’était dans ces endroits-là que son amitié avec Greld et Silvaesh avait germé, poussé, et fleuri. Elle y avait rencontré des Cavaliers troublés, des supérieurs sincères. Elle y avait pris et donné des conseils touchés, elle y avait reçu des compliments remarquables et des remontrances douloureuses, elle y avait mentionné son passé en compagnie du Yorka et son futur en compagnie du Zélos. Elle y avait même ri. Il n’y avait rien de solennel là-bas, et les lieux n’appartenaient à personne. Dans ses bureaux, on venait consulter une supérieure hiérarchique, une décisionnaire, une patronne. Quand on la rencontrait ici, on venait consulter une guerrière. Peut-être même était-ce ici qu’on venait consulter une Commandante.

Le Maître de la Chaîne Blanche avait répondu présent devant l’entrée sud-ouest du pavillon. Ils étaient montés ensemble à la recherche d’une salle vide, et bien qu’elles le fussent toutes, ils s’étaient dirigés vers celle du fond, au bout du corridor. C’était la seule dont la porte ne faisait pas face à un tableau. Il y en avait eu un, à une époque, mais on avait découvert que le personnage en son centre avait trahi Démégor, alors on l’avait promptement décroché et jeté aux flammes. Une censure devenue ironique.

Elle ne voulait plus de ses rapports, quand bien même ils avaient été des plus détaillés. Cette crise que traversait le monde avait mis un certain temps à l’atteindre, et ne l’avait pas atteinte personnellement. Ses capitaines avaient été épargnés, Faust aussi, et tous ceux sur qui elle comptait. Elle n’avait jamais cessé d’être une dirigeante en guerre, or les dirigeants ne pleurent pas leurs soldats un par un. Pas à Phelgra. Pourtant, elle souhaitait savoir très exactement ce qu’on avait fait de ses hommes et à quoi elle les avait forcés, car dans l’urgence, elle n’avait pas pu l’anticiper entièrement. Elle n’avait pas pu deviner les conséquences de leur mise à contribution. Elle avait espéré qu’ils seraient assez braves pour faire face, elle avait prié Sharna et lui avait fait de belles offrandes, et elle avait placé sa confiance en Vélénor. Il était temps qu’elle sache quoi de l’espoir, des prières et de la confiance avait fonctionné.

Les banalités finirent par ne plus suffire. Un long silence marqua leur fin, épilogue attendu à un bref échange de mondanités qu’aucun Cavalier Rouge n’aurait prolongé avec plaisir. Kreen laissa glisser un regard aiguisé sur la poussière sur l’acajou et jusqu’aux visage gris du médecin. Elle avait les bras croisés sur sa poitrine armurée, et dans les orbites creuses de son heaume osseux, ses iris pâles ne s’apercevaient que quand elle inclinait la tête afin de les dévoiler.

« – Dites-moi, vos expériences impliquant le Mal de Drys ont donné des résultats surprenants, mais comment pouvez-vous être sûr qu’ils s’appliquent aux vivants ? »

La Gorgoroth avait été claire ; seuls ses congénères seraient mobilisés, et la population devrait être ménagée. Elle savait pertinemment que ces restrictions avaient dû rendre la vie infernale à Vélénor. Et elle voulait l’entendre le dire.


Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen] Ykk3

avatar by freedom XI
signature by Sergey Snegirev
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
:: Maitre de la Chaine Blanche ::
Vélénor Gamath
:: Maitre de la Chaine Blanche ::
Vélénor Gamath
MessageSujet: Re: Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen]   Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen] Icon_minitimeLun 5 Juil - 17:05

Vélénor regardait Kreen contempler l’étagère et la poussière sur le bois. Il était arrivé récemment au manoir et il avait directement rejoint la commandante. Les mondanités et formules de politesse étaient finies aussi Vélénor ne fut pas surpris lorsque la Gorgoroth rompit le silence pour entrer dans le vif du sujet. Son visage fatigué et ses traits tirés trahissaient ses yeux vif et alerte, qu’il reporta sur le visage de son vis à vis. Il resta un instant à contempler la regarder, cherchant imperceptiblement le visage de la femme sous ce crâne. Il cherchait peut-être ses yeux, qu’elle ne semblait vouloir dévoiler ou simplement à détourner de son esprit pendant quelques instants encore la Fièvre et ses travaux. Et finalement, il ouvrit la bouche. Son ton était neutre, il ne laissait pas transparaître de fatigue ou de lassitude.

“ Des résultats surprenant en effet. Nous n’aurions jamais pensé que la fièvre remplace le Mal de Drys. Et pour répondre à votre question. Nous avons essayé sur d'autres peuples que les vôtres. “ Vélénor marqua une pause, sans pour autant détacher son regard de sa Commandante. “ Nous avons, dans un premier temps, obéit à vos directives, ne faisant nos test que sur les hommes et femmes que vous nous avez envoyé. Très vite nous avons compris que ce ne serait pas suffisant alors nous avons cherché à aller plus loin et nous sommes ravisé. Vos directives étaient claires. Alors nous avons laissé de côté cette piste pendant plusieurs semaines, observant les sujets que nous avions déjà, constatant le recul du Mal de Drys et l’avancé de la Fièvre. Nous avons donc cherché à observer les corps des morts. Puis survinrent les premières combustions. “ Il n’y avait pas de remords dans la voix du Zélos. Peut être de la colère, peut être de la frustration. Mais Vélénor n’avait pas de regret quant à ce qu’il avait fait.

“ Et nous avons compris. Compris que cette Fièvre était bien plus dangereuse que le mal de Drys. Compris qu'il nous faudrait la stopper rapidement. Alors comme nos recherches avec les Gorgoroth ne menaient que dans un sens, j'ai envoyé plusieurs de mes hommes au Faubourg de Drys et j’y ai fait passer un message. Toutes personnes contaminées par le Mal de Drys pouvaient venir à la zone de quarantaine pour aider la recherche contre la fièvre, en échange de quoi, ses enfants se verraient sous la protection de la Chaîne Blanche et des cavaliers. Le mal de Drys est mortel et beaucoup vivent dans ces faubourgs avec leurs familles. Des centaines sont venues et c’est eux que nous avons utilisés pour nos recherches. Les enfants qui accompagnaient certains ont été envoyés dans les différentes casernes et centre d'entraînement pour servir l’Ordre. Comme promis, ils seront sous la protection de l’Ordre.” Vélénor finit par décrocher son regard de Kreen et le porta sur la fresque. Il laissa ses yeux survoler les cavaliers et les immobilisa sur la représentation de Sharna. “ Une fois dans le camp, il n’y a aucun moyen pour eux d’en sortir ou même de se renseigner sur l’extérieur. Et de toute façon, il n’y en a presque plus aucun encore en vie. Nous l'avons fait selon vos ordres. Ménager la population. Cette découverte et ces vies perdues peuvent sembler superflues et inutiles, mais je pense que si nous trouvons un remède” Vélénor marqua une pause, dans sa respiration autant que ses paroles. “ Et je sens que ça ne saurait tarder, nous aurons trouvé un moyen de soigner le Mal de Drys. Utiliser le Feu pour vaincre le Drys. Encore. “

Il n’y avait aucun sarcasme chez le Zélos. Il était sérieux. Si le remède à la Fièvre de Feu était trouvé, la Chaîne serait en mesure de soigner la population de Themistos déjà atteinte de ce mal, mais encore faudrait-il le trouver et pour cela encore beaucoup devront mourir. Les ordres de sa supérieur n’avait pas été un Enfer. Au mieux, un casse tête de quelques semaines ou une perte de temps, mais Vélénor comprenait pourquoi elle avait donné de tels ordres et ne lui en voulait pas. Raison pour laquelle il n’avait fait aucun commentaire à ce sujet. Pas une plainte, pas une critique. Le Zélos reporta son regard vers Kreen, cherchant à affronter la prochaine question ou la punition de front.
Revenir en haut Aller en bas
:: Séide du Chaos ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Kreen
:: Séide du Chaos ::
Kreen
MessageSujet: Re: Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen]   Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen] Icon_minitimeSam 24 Juil - 17:35

Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen] Banner18



Leurs voix laissaient derrière elles de faibles échos, petites particules de mots envolées vers le haut plafond. Les prunelles claires de la revenante s’étaient accrochées à celles du médecin et ne les lâchaient pas, même quand il regardait ailleurs. On aurait pu croire qu’elle cherchait les réponses à ses questions dans les yeux de Vélénor plutôt que dans ses paroles alors qu’elle écoutait en fait des plus attentivement. Il se confessa, mais son ton ne cherchait pas d’excuses. Aucun des deux Cavaliers n’était là pour se faire pardonner. Elle avait eu vent de ses initiatives, elle en avait même saisi l’essentiel à travers ce qu’on lui rapportait, mais elle souhaitait en entendre les détails de la bouche du responsable lui-même. En fière Rouge qu’elle était, elle accordait moins de valeur à ce qui était su à travers des sources détournées – et encore une fois, cela faisait d’elle une bien médiocre adoratrice de Sharna – aussi n’hésitait-elle pas à se faire répéter les choses.

La mise sous tutelle des enfants de Drys avait constitué en soi un recrutement massif, ce qui avait été vu d’un drôle d’œil par certaines autorités et notamment les plus vénales d’entre elles. Cela dit, Sirion n’avait émis aucune objection, et bien que le temps et l’argent manquassent bel et bien, l’afflux de sang frais et sain représentait un investissement sur le long terme que l’armée parviendrait forcément à rentabiliser. On avait fini par ne pas lui demander son avis, mais Kreen aurait approuvé. Vélénor et ses hommes étaient même parvenus à faire ce que son escouade à elle avait tenté d’accomplir à plusieurs reprises au temps où elle pourchassait les rebelles ; convaincre la plèbe la plus démunie de rejoindre les rangs de leurs seigneurs. À croire que c’était vrai : ils s’y étaient mal pris.

Le Zélos conclut sur une note d’optimisme que sa commandante n’attendait pas et qui lui fit lever le menton. Leurs regards s’enchaînèrent de nouveau, décidément très pénétrants. Ces quelques secondes de contemplation paraissaient faire passer plus d’informations que tous les rapports du monde, aussi prolongea-t-elle cet échange muet en préfaçant sa réponse d’un long silence.

« – Je ne l’admets pas avec joie mais je me préoccupe de notre réputation. Elle le laissa deviner si elle faisait référence à leur caste entière ou seulement à leur faction. Ou bien à autre chose. La lueur de ses iris disparut de nouveau dans l’ombre. Je refuse que nous soyons perçus comme un ennemi du peuple qui aurait profité de la Fièvre pour s’adonner à des expériences cruelles sur les plus fragiles. Dans son ton largement incolore se noyait une maigre touche d’émotion, non pas parce qu’elle était réellement chamboulée, mais parce qu’elle donnait un ressenti personnel et que cela était rare. Il était très clair qu’elle ne fît aucun reproche à quiconque. Bien au contraire. Au risque de se sentir vulnérable, elle justifiait encore une fois les ordres qu’elle avait donnés, ces injonctions restrictives qu’elle avait même craint dirimantes et dont la nécessité l’avait sincèrement travaillée. Plus important, elle prouvait par la même occasion qu’elle ne considérait pas la désobéissance de Vélénor comme répréhensible. Elle avait dit ce qu’elle avait dû dire et lui avait fait ce qu’il avait dû faire. Que ces deux choses n’eussent pas été en accordance était simplement un mauvais coup du sort. Vous avez fait un travail admirable, Seigneur Gamath. Je sais bien que l’état-major n’a pas fait que vous faciliter les choses, mais l’histoire retiendra que vous êtes sorti vainqueur de cette bataille. Un sourire subreptice tira sur le coin droit de ses lèvres, si furtif que le médecin ne le perçut peut-être pas. Ses iris surgirent de nouveau de leur embuscade et parcoururent le Maître de la Chaîne Blanche comme si elles le jaugeaient sans vergogne. Sa voix se fit plus claire, plus forte. Que pouvez-vous me dire de plus sur la situation à Ridolbar ? J’imagine que leur conseil n’a pas été des plus prompts à se mettre d’accord… »


Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen] Ykk3

avatar by freedom XI
signature by Sergey Snegirev
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
:: Maitre de la Chaine Blanche ::
Vélénor Gamath
:: Maitre de la Chaine Blanche ::
Vélénor Gamath
MessageSujet: Re: Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen]   Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen] Icon_minitimeMer 13 Avr - 15:45

Un sourire amère apparut sur le visage du Zélos, lorsque Kreen évoqua le Conseil de Ridolbar. En effet, il avait été plus que compliqué de parlementer avec eux… “ En effet. La situation dans la ville commence à s’améliorer. Nous avons dû patienter longtemps, que le conseil prenne sa décision. Nous n’avons pu opérer en ville qu’avec le soutien de la milice. “ Vélénor avait laissé sa voix sous entendre que soutient, il n’y avait pas eu. “ La situation est donc meilleure qu’avant mais reste plus catastrophique que partout ailleurs sur nos terres. Les zones de quarantaine sont en place et nous avons déjà commencé l'acheminement des calmants ainsi que les matières premières pour les produire sur place. Alors nous pouvons espérer une rapide amélioration de la situation. Si le Conseil ne fait rien pour nous ralentir ou pire.” Vélénor laissa planer un silence plutôt évocateur quand a la confiance qu’il avait envers ce Conseil et l’amour qu’il éprouvait envers lui. Mais il reprit rapidement la parole.

“ Quand au reste du pays ; à Mavro Limani, le gouverneur local était déjà mort de la fièvre nous avons donc pu prendre les choses en mains rapidement et son successeur semblait très impliqué dans la lutte contre le fléau. Nous avons donc pu nous installer rapidement et dans les meilleures conditions. La zone de quarantaine est installée depuis longtemps et malgré quelques attaques de bandits de temps en temps, les convois de calmant et de ravitaillement sont déjà bien en place. Et il me semble que la ville elle-même aide beaucoup les malades. “ Le Zélos détourna brièvement le regard vers la fenêtre à la recherche du temps, qui lui était malheureusement trop précieux. “ Et quant à Umbriel, il n’y a rien à déclarer de particulier. Rien de nouveau, les choses avancent doucement, et se mettent en place comme nous l’espérions. Pas de retard, ni de contretemps. Tout est sous contrôle. “

Revenir en haut Aller en bas
:: Séide du Chaos ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Kreen
:: Séide du Chaos ::
Kreen
MessageSujet: Re: Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen]   Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen] Icon_minitimeSam 23 Avr - 23:22

Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen] Banner18



Zélé, Vélénor ne se contenta pas d’exposer la situation à Ridolbar et rendit plutôt compte des progrès de la Chaîne Blanche dans chacune des grandes cités phelgrannes. C’était pourtant bel et bien la cité dite « corrompue » qui préoccupait le plus Kreen, et de loin. Le Conseil qui y régnait était chaotique et branlant. D’ailleurs, elle s’impatientait à ce sujet. Les manigances qu’elle savait à l’œuvre – et les pions qu’elle avait avancés – avaient l’air pris de torpeur. Le Seigneur Ravensberg, aussi ambitieux qu’il était, ne s’était toujours pas imposé, chose qu’une épidémie aurait pu grandement faciliter. Il devait avoir d’excellentes raisons de ne pas avoir profité de l’hécatombe, mais elle les ignorait et constatait simplement que le manque de direction de Ridolbar avait abandonné un nombre incalculable de civils aux bras de Kron.

À Mavro Limani, la mort du gouverneur Ulrik avait finalement servi les médecins de Sharna puisqu’il était précisément décédé du fléau qu’ils combattaient. Convaincre des autorités décisionnaires de la gravité d’un mal était toujours nettement plus facile quand elles en étaient elles-mêmes victimes. En plus de cela, Winifred Cooper, qui avait succédé à Ulrik, n’avait pas hésité à travailler conjointement avec les hommes du seigneur Gamath, et Mavro Limani étant une dictature inavouée, elle n’avait trouvé aucun obstacle sur son chemin.

À Umbriel, le Veilleur n’avait eu aucun intérêt à laisser la fièvre se propager dans les tunnels et jusque dans les cellules de ses prisonniers. Une révolte aurait éradiqué la vie-même dans sa cité souterraine, et ce bien inutilement puisqu’elle était naturellement protégée. Même si s’allier aux Cavaliers était toujours une affaire délicate à ses yeux, il l’avait fait sans y réfléchir à deux fois cette fois-ci. Entre la côte et les profondeurs, les retards et autres contretemps avaient donc été dus aux malversations de brigands sur les routes et dans les campagnes. Ridolbar n’était qu’un enfant à problèmes, une exception. Pensive, Kreen se demanda si l’autorité dont la Chaîne Blanche avait bénéficié auprès des dirigeants de Mavro Limani et d’Umbriel était un reflet de celle de Sirion. Les Cavaliers de Sharna avaient-ils gagné en influence à son ascension ? C’était son but, son fantasme, mais était-ce déjà devenu une réalité ? Elle avait bien du mal à y croire, pourtant d’autres y avaient pensé avant elle et l’avaient même prétendu. Elle passa ses doigts sur la surface de la table pour en essuyer futilement la poussière, chassa les résidus de ses gants en faisant papillonner son index et son majeur, puis enfouit de nouveau sa main dans le creux de son biceps et de sa poitrine, les bras croisés comme pour se tenir chaud. Ses réflexions la rendaient muette, et son silence était une réponse acceptable aux dernières déclarations de Vélénor. Après tout, que pouvait-on dire d’autre ? « Très bien. Vous avez fait de votre mieux. J’espère que tout cela prendra bientôt fin. » ? Quelles banalités pouvait-elle encore sortir ? La Chaîne Blanche avait mené la guerre contre la maladie et des milliers de phelgrans lui devaient la vie. Tout le monde le savait. Et le Zélos n’avait pas besoin de se l’entendre dire.

Peut-être pouvait-il répondre aux questions qui tournaient en rond dans sa tête, cela dit. Il avait dû affronter l’indiscipline des puissants, leur soif de pouvoir et d’influence, leur attachement viscéral à cette illusion de liberté qui dictait leurs existences oisives, le plaisir vicieux qu’ils éprouvaient à voir les plus démunis dépendre d’eux. Il le faisait encore, quotidiennement, plus qu’elle depuis l’arrivée de la fièvre. Les yeux de la mort-vivante passèrent encore une fois derrière le rideau de l’ombre. Une voix rauque, assurée mais vibrante, porta ses mots.

« – Que croyez-vous que les seigneurs de Phelgra craignent le plus, Seigneur Gamath ; la Fièvre ou leur nouveau Grand Maître ? »


Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen] Ykk3

avatar by freedom XI
signature by Sergey Snegirev
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
:: Maitre de la Chaine Blanche ::
Vélénor Gamath
:: Maitre de la Chaine Blanche ::
Vélénor Gamath
MessageSujet: Re: Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen]   Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen] Icon_minitimeDim 17 Juil - 4:22

“ Qu’est ce qu’ils craignent le plus ? “ Vélénor avait murmuré pour lui-même. Comme si énoncer les mots clairement l'aiderait a y trouver la réponse. C’était une question complexe et qui nécessiterait sûrement une réponse au cas par cas. Mais Vélénor se doutait que si sa Commandante lui avait posé la question ce n’était pas pour qu’il s'en détourne par une manœuvre aussi basse que celle-ci. Il baissa la tête et resta pensif quelques instants.

La peur de Sharna et de ses Cavaliers était toujours grande, mais pas forcément pour les grands seigneurs et nobles de la nation. C’était la plèbe qui avait peur. Malgré les révoltes, malgré la contestation et la colère. Le peuple avait toujours peur. Les nobles eux, avaient pour certains leurs propre soldats maintenant, ou de l’or et pouvaient se louer les services de mercenaires, de cette façon beaucoup se pensent en sécurité ou du moins le pensaient ils. Et en cas d’affrontement, ils pouvaient toujours se battre, lutter, se cacher ou fuir. Il était possible de lutter contre Sirion et les Cavaliers. Alors que la Fièvre… Puissant et pauvre étaient tous la proie de ce fléaux. Il n’y avait pas de moyen de se cacher, et son arme ne servait à rien face à elle. De son point de vue, la Fièvre était bien plus terrifiante que Sirion.

“ Je pense que c’est la Fièvre, Commandante. Ce ne sont pas nos menaces ou nos forces armées devant Rodilbar qui nous a permis d’entrer, ce n’est pas non plus ça qui nous a permis d’avoir le soutien si complet de Mavros. Et malgré toutes nos tentatives il a fallu attendre cette maladie pour pouvoir nouer des liens avec Umbriel. Il a fallu attendre l'hécatombe a Ridolbar, et ils ne nous ont laissé faire que parce qu’ils ne pouvaient pas lutter eux-même. De même pour les autres villes. Je crains que ce ne soit pas par loyauté qu’ils nous obéissent, ni par peur de nous… “

Dire ces mots peinait a Vélénor. Il était lui-même un officier des Rouges. un Cavalier de Sharna. Il avait connu l’époque ou sa simple présence faisait taire les passants dans la rue. Il avait connu l’époque où porter la cuirasse ornée du cheval signifiait puissance, pouvoir et crainte. Aujourd’hui cette peur était quelque peu perdue. Le superbe de l’Ordre était moindre. Cela faisait trop longtemps qu’il n’y avait pas eu de succès en Phelgra et encore moins chez les Cavaliers. Il grogna intérieurement et du bruit dans le couloir à côté d’eux attira son regard. Vélénor reconnaissait les voix de ses compagnons. Cela ne pouvait signifier qu’une chose, il lui faudrait bientôt partir pour le Haut Temple. Il reporta son regard sur sa Commandante, a la recherche d’un signe, d’une question.
Revenir en haut Aller en bas
:: Séide du Chaos ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Kreen
:: Séide du Chaos ::
Kreen
MessageSujet: Re: Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen]   Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen] Icon_minitimeDim 21 Aoû - 17:34

Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen] Banner18



La réponse de Seigneur Gamath était portée par un ton sombre, bien révélateur de la douleur qu’il éprouvait à la donner. Il n’était pas surprenant qu’un homme comme lui regrette la désormais lointaine ère glorieuse des Cavaliers de Sharna, ce temps où un simple insigne faisait office de loi, depuis les tréfonds de Phelgra jusqu’à la plus haute tour du Manoir Cavaleri. Lui plus que beaucoup d’autres en aurait bénéficié lors de cette bataille contre la maladie, lorsqu’il avait dû convaincre les puissants d’écouter ses conseils. Hélas, la réputation actuelle de l’armée ne l’avait pas beaucoup assisté dans son entreprise – pire encore, elle avait dû lui nuire plus d’une fois.

Kreen partageait largement sa frustration, car si ses hommes avaient reçu la déférence qu’ils méritaient, elle n’aurait pas eu à s’inquiéter des reproches qu’on pouvait leur faire après la bataille. La maladie avait tout chamboulé. Avant elle, la Gorgoroth aurait formulé les choses différemment, car elle avait toujours considéré que pour manquer de respect à l’armée, il fallait être déraisonné et de mauvaise foi.

Les ancestraux détracteurs de l’Ordre au sein de la plèbe étaient des terroristes sans conviction ; ils ne valorisaient pas plus la vie de leurs confrères qu’ils ne haïssaient les enfants de Sharna. Au sein de la noblesse phelgranne, les ennemis de l’armée étaient peu nombreux, toutefois, ils étaient aussi rares que gênants. Il s’agissait de ducs et de comtes et de bourgeois égocentriques incapables de contribuer à l’essor du pays autrement qu’en exploitant autrui sans jamais se salir les mains. La commandante connaissait bien ce milieu. Elle savait à quel point ils pouvaient être lâches. Depuis plus d’un siècle maintenant, sa vision était décidemment peu flatteuse. Même bien avant l’épidémie, le continent était parcouru d’individus qui s’exprimaient contre le règne des Cavaliers, et qu’ils fussent venus des campagnes, de Mavro Limani ou de Ridolbar, des villas ou du ghetto, ou même du Temple de Sharna, elle n’avait eu d’estime que pour une pincée d’entre eux. Ils avaient été quelques intellectuels aux propos modérés, aux idées pertinentes, aux connaissances exactes… Des raretés avec qui elle n’avait pu s’entretenir que quelques fois et envers qui l’état-major n’avait aucune intention de rapprochement. En dehors de ceux-là, beaucoup ne savaient tout simplement pas de quoi ils parlaient, car en accusant les guerriers de violence et d’abus, ils ne faisaient que signaler avoir été punis à la hauteur de leurs crimes. Ils condamnaient les militaires pour un terreur qu’instiguait en réalité leur propre malveillance.

Tous ces rebelles et intrigants sévissaient encore, plus forts que jamais, et à leurs voix risquaient de se joindre celles de victimes qui, pourvu qu’elles eussent été un peu faibles d’esprit, adhéreraient facilement aux hypothèses selon lesquelles les Cavaliers de Sharna avaient fait d’elles des cobayes. Ce ne serait pas la première fois, dans la longue histoire istherienne, que les soldats du chaos seraient accusés de se nourrir dans le sillage de la mort et de se ranger à ses côtés. Elle voulait que son armée soit dépeinte autrement. Et elle y parviendrait. Elle avait confiance. Elle savait que son ordre finirait par redorer son blason, par retrouver son panache, de son vivant, pour sûr. Mais elle ignorait si ce jour viendrait grâce à Sirion ou malgré lui.

L’attention de Vélénor se porta sur le corridor depuis lequel on entendit des voix. Il sembla alerté par leur présence, aussi Kreen comprit-elle qu’on venait le chercher. Elle aurait sans doute eu bien d’autres questions pour lui, mais pour le moment, seule celle-ci comptait vraiment. Son départ ne devait pas être retardé.

« – Alors ils n’ont peut-être pas encore tout à fait perdu la raison… Souffla-t-elle, une étincelle malicieuse dans le regard. Ils avaient tort d’haïr l’armée, mais ils n’avaient pas tort de la craindre moins que la mort. Elle se leva et salua sobrement le maître de la Chaîne Blanche, le remerciant de l’avoir rencontrée, puis choisit de rester ici, dans ce havre de vérité, son recoin favori du Manoir. Ses réflexions y seraient plus à leur aise. »


Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen] Ykk3

avatar by freedom XI
signature by Sergey Snegirev
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen]   Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Feu par l'Argent [Pv : Kreen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La valse d'Ahnadia (PV Kreen)
» Kreen, le Séide du Chaos
» [Mission] Grand Banditisme [Pv : Kreen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Phelgra, le continent sombreTitre :: Themisto, la Cité noire-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !