Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2

News & Infos

C'est ici que vous trouverez les dernières infos du moment, les utiles et moins utiles.

Temps actuel

Effectifs

• Eryllis: 2
• Ladrinis: 6
• Eclaris: 3
• Prêtresses: 4
• Cavaliers de S.: 4
• Nérozias: 4
• Gélovigiens: 4
• Ascans: 1
• Marins de N.: 2
• Civils: 14

Lien recherché

- Torenheim cherche des "relations" en tout genre.
_ Oscuro veut causer à des Prêtres de Kron.
_ Walter cherche de Preux chevaliers.
_ Raël veut des clients.
_ Deirdre a besoin d'employé!

Les Rumeurs

_ Il parait que des personnes hauts-placées seraient gravement malades.
_ Il parait que ça se bécotte "au bal de la Rose".
_ Il parait que des créanciers en sont après un des conseillers de Ridolbar.

Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Le Deal du moment :
Cdiscount : -20% sur 2 jouets, -30% sur 3 jouets, -40% ...
Voir le deal

Partagez
 

 Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
:: L'animal ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Loup
:: L'animal ::
Loup
MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitimeDim 20 Fév - 15:49



Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 4ed7v8

Un entraînement casanier



Les choses se corsaient sans trop que je ne sache pourquoi. Mon compagnon de route me défendit, un échange de parole s’en suivie. Race ? Qu’est ce que cela vient faire là, en quoi cela devrait être une fierté ou non ? Je ne comprends pas vraiment. Quand j’avais regardé mon compagnon de route pour lui faire comprendre ce qu’il fallait faire une fois le repas servi, il avait simplement répondu ;
« - Je ne sais pas exactement de quel animal ça provient, mais cette viande a l’air mangeable, et puis c’est cru, ça ne te changera pas de tes habitudes ! »
Il avait raison, j’étais même plutôt contente de ce résultat, appréciant simplement les choses simple…. En réalité, il n’y a pas grand-chose d’immangeable en ces terres. Seuls les bipèdes on décider de ce qui l’était et ne l’était pas chez les animaux, mais ce que beaucoup de ceux marchand sur deux jambes ignore, c’est que ceux la plupart de ce qu’ils ont caractérisé comme immangeable l’est totalement finalement. Ainsi, j’avais moi-même commencer mon plat, ayant sauté sur la chaise, de large bout allait déjà dans ma gueule alors que la protestation ambiante augmentait au fur et a mesure du temps. Il était difficile d’ignorer toutes les remarques, à croire qu’ils n’avaient jamais vu de loup. Au bout d’un moment, un jeune homme vint nous voir, habillé comme ceux à l’entrée ;
« - Monsieur, je suis navré mais votre loup effraie la clientèle, je dois vous demander de partir.
- Mais nous n’avons rien fait !
- Je comprends votre frustration, mais nous ne pouvons...
- Je refuse de m’en aller, j’ai laissé mon arme et j’ai les moyens de payer, je n’ai aucune raison de partir ! »
Je n’avais pas relevé la tête de suite, regardant tour a tour l’un et l’autre qu’après leur violent échange. J’effraie les autres ? Je ne menace pourtant personne, je ne montre pas les crocs, je ne grogne pas non plus. Ainsi, les choses étaient bien étrange alors qu’a aucun moment, je n’avais été menaçante. Il en fallait si peu au bipède pour avoir peur, une présence seule sans rien qui l’accompagne…. Alors que pourtant, ils sont bien plus effrayants que n’importe quel bête présente en ces terres. Celui qui nous avait sommé de partir s’approcha davantage, nous adressant la parole de manière a ce que seul nos oreilles puissent entendre ses paroles. Bien que sa discrétion connu un impair au milieu de ses dires, l’obligeant a effectuer une pause, comme un mouton craignant que son prédateur sorte à tout moment des bois.
« - Je le sais bien, vous n’avez rien fait de mal, mais il y a eu un problème à l’accueil, dès le début vous n’auriez pas dû pouvoir entrer… La propriétaire de ces lieux, elle est assez spéciale. Si elle apprend qu’on a laissé entrer un Loup pareil elle va nous briser la nuque !
Écoutez, votre ami là, c’est pas un loup ordinaire ? Un yorka, n’est-ce pas ? J’ai conscience du besoin qu’ont certains de cette race à vouloir rester dans leur forme animale, mais ici, ce ne sera pas possible. Cependant… Nous avons quelques vêtements en réserve, si vous consentez à les porter – il y a des latrines juste ici –, alors il n’y aura plus aucun problème, et tout le monde pourra profiter de cette après-midi tranquillement ! Qu’en dites-vous ? »

On me regarda, je soupirai, descendant de ma chaise d’un seul petit bond. Je regardai longuement le jeune homme, il n’avait pas l’air foncièrement mauvais.

Finalement, je repris cette forme a deux jambes, de cette chevelure tout comme ma queue ou mes oreilles bicolore. Un silence se fit, probablement car pas beaucoup de monde ne s’y attendais. Je regardai les protestataire tour à tour alors que à présent, quelques murmures se levèrent pour parler de ma nudité, me faisant soupirer.
« - Vous vous plaignez qu’importe ma forme finalement. Ainsi, je vous choque de me présenter telle que la nature m’a faite mais de mon point de vue, vous êtes bien plus ridicule à devoir porter des draps et des coutures afin de vous sentir beau ou belle, civilisé d’après certains dires même. Vous manger à ces tables, beaucoup de viande si je ne me trompe pas mais avez-vous seulement déjà chassé par vous-même, compris que derrière chaque morceau, une vie a dû être prise ? Probablement pas car pour vous, la vie qui ne vous ressemble pas n’ai bon qu’a être marchander, juger, menacer. Vous me craigniez ? Pourtant vous êtes bien plus menaçant que moi qui revêtit croc et fourrure. »
Certain se turent, d’autre trouvait ça inadmissible que j’ose parler en ces termes. Comme si leur seule manière leur permettais de m’humilier. Le serveur semblait presque paniqué, je crois qu’il n’avait pas prévue telle scénario. Je regardai dans toute la salle, des pots de fleur a certain endroit, pour décorer…. Mais qui finalement, sans doute de part les passant mais aussi le peu de soin qu’il leur était accorder, ne semblait pas bien, sans leur jolie couleur qui aurait dû être les leur. Alors, en premier, je les guérir et les regénéra d’un regard, les rose redevinrent rouge éclatant, les feuille d’un vert pur. Cela ne me fatiguait pas, même par rapport a d’habitude, de simple fleur…. Je regardai de nouveau le jeune homme.
« - Laissez mon compagnon rester, je l’attendrais à l’extérieur. Je n’ai jamais porter de vêtement de ma vie, habillerez vous les animaux de la forêt ou les poissons des lacs vous ? Ma peau nue choque, mes crocs font peur, ma fourrure n’est vu qu’en trophée. Je n’ai rien fait à aucun de ces messieurs ou mesdames mais si votre fameuse propriétaire viens me chercher des ennuies uniquement de part ma nature, je me défendrais, soyez en sure. »
J’avais simplement lancé, reprenant ma forme animale. Chipant la viande que je n’avais pas encore eu le temps de finir et partant en un rien de temps, laissant stupéfait ceux me croisant. De retour dans la rue, je cherchai ou j’avais laissé le chien, le retrouvant rapidement, m’approchant doucement… il restait craintif, je me couchai à ses coté, lui laissant le reste de mon repas qu’il fut timide à croquer. Il tremblait un peu moins contre moi, je posai ma tête sur son dos doucement, fatigué. Je somnolai ainsi, attendant simplement mon compagnon de route, les oreilles attentives.


pouvoir utilisé:


Halloween
PV Darius Aellaml


Je parle en #00cc00

DC du chat
TC: Eldinnor Ombre


" Le loup a toujours des raisons afin d'égorger les moutons."
Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 0y4s38
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitimeVen 4 Mar - 19:27

Ça, il faut l’avouer, Darius ne s’y attendait pas. Le visage baigné d’écarlate, en partie caché par une de ses mains, il observait Loup reprendre sa forme humaine, en plein milieu de la salle. Cette fois c’était sûr, il allait être banni définitivement de cet établissement. Certains un peu trop prude détournaient le regard devant ce manque flagrant de pudeur. D’autres, au contraire, en profitait pour se rincer allègrement l’œil. Mais la majorité, outrée, oscillait entre regards discrets et plaintes outrancières. Quelques clients de l’étage inférieur, intrigués par le grabuge en provenance du restaurant avaient quitté leurs jeux pour se joindre aux plaignants, ou simplement pour observer la scène. Même le compagnon de la femme au chien hideux avait décroché les yeux de son repas. Les gardiens de l’établissement, qui n’étaient pas intervenus jusque là, commençaient à s’approcher, prêts à intervenir au moindre dérapage. Bien que tout ceci fut déjà assez glissant.

Loup reprenait un discours similaire à celui qu’elle lui avait dit dans la forêt. Elle accusait les clients de se plaindre de sa présence peu importe la forme qu’elle prenait. Ils étaient selon elle d’horribles hypocrites qui cachent leur monstruosité et leur dangerosité derrière de beaux habits. Darius n’était pas totalement en désaccord avec ces propos, même si il aurait préféré que ce soit dit de manière moins… explicite. En observant attentivement, il se rendit compte que tous dans la salle ne grognaient pas, ou ne reluquaient pas bêtement. Deux ou trois personnes semblaient réellement s’intéresser aux propos de la yorka, et même en apprécier le contenu. Une infime minorité, certes, mais une minorité existante, et que Loup semblait malheureusement ignorer, sûrement trop en colère pour s’intéresser au monde présent dans la salle.
Enfin, elle s’en alla, en demandant au serveur de laisser Darius finir son repas, s’en oublier au passage de renvoyer une nouvelle pique d’Eryllis aux clients.

Il semblait au mercenaire que les chétives fleurs décorant la salle se retrouvaient étrangement éclatantes de couleurs après le départ de Loup, mais il ne s’y attarda pas plus que ça, attendant une réaction du jeune serveur. Celui-ci était resté figé, lui aussi ne s’attendait pas à une telle réaction. Reprenant quelque peu ses esprits, il marmonna :

« Ça, précisément, je ne suis pas sûr que ça aurait déplu à madame… »

« Quoi ? »

« Hum, rien. Eh bien ! j’imagine que cela règle d’une certaine manière le problème, vous pouvez rester finir votre repas si vous le souhaitez. »

Darius jeta un œil à son assiette, et plus particulièrement à la bouillie qu’il dévorait goulûment il y quelques minutes. Tout compte fait, tout cela ne lui paraissait plus très appétissant, même l’odeur ne le ragoûtait plus tant que ça.

« Non merci, je vais payer et directement m’en aller. »

Acquiesçant, le serveur lui demanda la somme de 700 dias. 500 pour le repas, et 200 pour le dérangement occasionné. Darius grommela, mais accepta tout de même, cette journée a été assez bien chargée, nul besoin d’en rajouter. Cela l’embêtait tout de même, il avait dépensé toutes ses économies ici, et allait devoir recommencer à travailler bien plus tôt que ce qu’il n’avait prévu.
En se relevant, il entendit ricaner la maîtresse du trappeur argyréen. Elle savourait l’humiliation de Darius en caressant son chien, qui semblait toujours peiner à respirer avec l’os dans sa gueule. Les Lamelles, perdant patience, s’approcha du chien et lui arracha le fémur d’un coup. Le pauvre animal piailla de toutes ses forces, tandis que sa maîtresse horrifiée exhortait son compagnon indolent à réagir.
Darius lui, était déjà descendu, il récupéra son épée puis sortit rapidement, souhaitant prendre au plus vite une bonne bouffée d’air.

Loup n’était pas parti bien loin. Elle s’était assoupie sur le dos du chien qu’elle avait sauvé juste avant des enfants batteurs, et partagait le bout de viande qu’elle avait ramené du restaurant avec lui. S’approchant discrètement des deux canidés, Darius tapota doucement le fémur sur la tête de la yorka.

« Tu m’as mis dans une sacrée mouise, toi », lui reprocha-t-il en souriant.

Il s’assit ensuite près de Loup et de son protégé, et contempla la ciel. L’après-midi n’était pas encore terminée, ils auront encore le temps de s’amuser.
Revenir en haut Aller en bas
:: L'animal ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Loup
:: L'animal ::
Loup
MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitimeSam 5 Mar - 16:00



Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 4ed7v8

Un entraînement casanier



En bien des lieux, la nature abondait, les plages prés de la mer avec leur sable fin cachait bien souvent des petits crabes et autre animaux…. Parfois, quelques algues venaient s’échouer sur la rive comme des êtres misérable et les mouettes aimait alors s’y poser, ne s’enfonçant pas dans ces masses vert foncé, quel que soit le temps, comme si les saisons n’atteignaient pas l’étendue bleuté. Les géants des plus grandes forêts eux, avait toujours des habits différents selon le temps ; se mettant a nu en hivers, laissant ainsi passer la neige puis se parant de vert et de fleur venue le printemps…. Bien sûr, certains échappait à la règles, couvert d’aiguilles quelque soit la saison. Mais les autres eux, préférait les robes de fruit et de graine venue l’été…. Ils finissaient, en automne, par ressemblé au feu et a ses multiple teinte, orange, rouge ou encore des éclats de jaune, mettant des tapis de même couleur a leur pied. Dans les montagnes les plus haute, parfois, on pouvait se retrouver mêlé aux nuages quand ces derniers était descendu trop bas, l’air devenait plus rare mais on pouvait observer une faune et une flore parfaitement adapté a ces conditions. Dans les plaines, l’herbe haute était souvent un excellent terrain de jeu et les ruminant et autre végétarien aimait venir brouter dans des milieux si dégagés. Quand les fleurs pointaient le haut de leurs pétales, les insectes entrait dans des danses magnifiques, passant de l’une a l’autre, la couleur prenant des ailes et des antennes. Ceux du sol étaient quant à eux très engagé dans leur tâche, notamment les fourmis afin de faire subsister leur fourmilière. Elles savaient se défendre vaillamment même à un insecte bien plus gros qu’eux qui dans la logique de beaucoup, devrait être leur prédateur mais se révélait finalement être leur proie. A côté, les villes des bipèdes semblaient bien souvent figées dans le temps, des murs se dressant face au vent et aux odeurs, entassé en ces lieux si inamicale par rapport a ce que je connaissais. Sentir la respiration du chien me rappelait mes frères, quand je dormais avec eux, les uns collé aux autres, on avait chaud, même pendant l’hivers féroce… Je sentis qu’on me tapotait sur la tête, j’ouvra les yeux, le fémur ne m’avait plus l’air si appétissant à présent. Il souriait.
« - Tu m’as mis dans une sacrée mouise, toi »
Ho vraiment ? Pourtant, j’espérait qu’ils le laissent après que je sois partis mais s’il dit ça, c’est probablement que non. Le chien était méfiant, se figeant, tremblotant. Probablement que chaque bipède croisé ne lui avait jamais porté d’affection…. Si tu étais née loup, cela aurait été tellement plus simple pour toi, probablement. Le bipède s’assit et contempla le ciel. Je me levai, allant derrière lui. Je lui fis une léchouille derrière l’oreille la plus vers nous. Je l’aimais bien. Probablement que des remarques viendront de nouveau… Je repris cette forme avec deux jambes et deux bras, posant ces derniers autour du cou de Monsieur botte, mettant ma tête a coté de la sienne. Je l’appréciais, même ici, les animaux devenaient ma meute… Mon protégé ne tremblait plus, venant tout juste de finir son repas, il sut que ce bipède-là ne le bâterais pas pour s’amuser, que je l’appréciais. Alors il vint se coucher à côté, posant sa tête sur l’une de ses jambes. Un chat tigré vint peu après, allant se frotter à l’un de ses bras en ronronnant. Un second, entièrement noir, vint rejoindre le premier, bataillant pour avoir le droit d’être caressé.
« - Mes frères et sœurs me manque, entendre leur cœur et leur souffle quand l’heure de dormir vient. Entendre leur hurlement accompagné le miens quand la lune nous observe. Sentir leur odeur à mes côtés… »
Je regarde le chien.
« - Il serait un bon compagnon pour toi… Quand je t’ai vu la première fois, tu avais l’air triste, il l’est aussi, il a peur. Il ne parle pas ta langue mais si tu acceptes, qui sait, peut-être que vous vous comblerez l’un pour l’autre. Même si avec moi, il est vrai que tu n’as peut-être pas vu le meilleur des canidés. »
Je baillai. Je sais que quand on donne sa chance a l’autre, on obtient parfois le plus beau des résultats. J’étais fatigué.
« - Dommage que l’un comme l’autre vous ne soyez pas des loups, car je vous aime bien et je suis sûre que courir dans les forêts enneigées à vos coté serait amusant. »
Finis-je en souriant. Je sentais son souffle et je sentais l’odeur du chien et malgré le lieu, c’était apaisant. Je m’endormie ainsi.



pouvoir utilisé:

Halloween
PV Darius Aellaml




HRP:


Je parle en #00cc00

DC du chat
TC: Eldinnor Ombre


" Le loup a toujours des raisons afin d'égorger les moutons."
Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 0y4s38
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitimeVen 18 Mar - 22:42

La première fois que Darius était venu dans cette rue, l’endroit était beaucoup plus délabré. Il n’était pas rare de voir des rats y fureter, et le « Aux mille Couleurs » n’était pas aussi reluisant.  Les temps avaient bien changé, c’était à présent une rue constamment animée par une ribambelle de citoyens distingués. Peu importe quel genre de personnes était la propriétaire de l’établissement, mais cela devait être une experte en affaires, pour avoir su faire de cet endroit un rendez-vous incontournable pour tous le beau gratin de Tyrhénium, sans compter qu’elle savait aussi attirer des bourses plus légères sans plus de peine.
Même à l’extérieur, ce beau peuple continuait à jeter quelques mauvais regards aux trois rebuts en passant, mais Darius s’en moquait. Un vent frais mais agréable en provenance de Cimmeria soufflait sur la Cité Frontière. Le temps était encore humide, mais dans à peine un mois, il allait grandement se refroidir. Tyrhénium n’était pas la plus à plaindre, en matière de froid, mais il pouvait tout de même y être mordant si Greis se montrait capricieux. Alors qu’importe ce qu’ils pensaient, il ne devait pas s’inquiéter de cela, et profiter des derniers instants sans neige de l’année.

Au même moment, un souffle plus chaud, plus doux, et d’une origine bien plus proche caressa les oreilles de Darius. Celui-ci rougit, alors que la yorka entourait son cou de ses bras nus. Le petit chien apaisé s’approcha de Darius et posa sa tête sur une de ses jambes. Attendri, Les Lamelles passa tendrement sa main sur son pelage d’un noir de jais. L’animal n’était pas bien en chair, pas par naissance, comme le trappeur argyréen, mais probablement plus à cause d’une mauvaise nutrition. Il avait l’air d’avoir un bon potentiel, et s’il était nourri convenablement, sa taille pourrait atteindre le bassin de Darius, ce qui n’était pas très haut, mais lui permettrait déjà de se défendre contre des enfants turbulents.
Bientôt deux chats rejoignirent le chien dans une requête de caresse, pleine de ronronnements affectueux. C’était un comportement inhabituel pour des chats harets, Darius devina donc que Loup avait utilisé le même pouvoir d’attraction que pour les renards précédemment. C’était une étrange scène, mais sans doute adorable – d’une certaine manière.

La voix de Loup était douce, Darius ressentait entièrement sa mélancolie alors qu’elle évoquait sa famille perdue. Lui aussi aimerait pouvoir se battre une nouvelle fois en duel avec Forkald, l’écouter raconter d’anciens contes sur sa terre natale, Cimmeria, ou simplement revoir la face rude mais bienveillante du vieil homme.
Il ne sut que répondre, et elle enchaîna simplement en lui proposant d’adopter le chien. Le jeune homme fut surpris de cette demande. Certains mercenaires étaient accompagnés de grands et puissants chiens capables de les aider au combat, mais ce n’était pas le cas du chien ici-présent. Peu importe, il l’acceptera ainsi, et puis il est vrai qu’accorder sa chance à ce qui semble peu avenant peu parfois amener à un résultat inattendu

« Ça ne me ferait pas de mal d’avoir un peu de compagnie, j’imagine. Surtout dans une cité où le repli sur soi est la norme. »

La yorka exprima son regret quant au fait qu’ils n’étaient pas eux-mêmes des loups. Non, Darius n’était effectivement pas un loup, il ne pourrait jamais vivre de la même manière qu’elle, et ne comprendra sûrement jamais complètement son point de vue. Mais il courrait avec plaisir à ses côtés, il n’a peut-être pas son endurance ni sa vitesse, mais avec elle, il le ferait assurément.
Ne souhaitant pas faire apparaître sa face baignée de pourpre, Darius se releva brusquement en restant dos à la yorka. Un gros *boum* le fit cependant se retourner. La jeune fille venait de s’effondrer. Comment ? Elle venait de finir de parler, et il n’y avait aucun signe de faiblesse dans sa voix.

D’un bond, il s’élança vers elle. Il la mit sur le dos, et plaça d’abord deux doigts sur le côté gauche de son cou, puis positionna son oreille au niveau de sa bouche et de son nez. Darius avait quelques notions basiques d’anatomie, en effet, Forkald avait cru bon de lui préférer l’étude du corps humain à celle de la morale et de l’étiquette. Heureusement, Loup respirait, et son cœur battait, elle semblait simplement… dormir.
Darius était dubitatif, mais il préféra laisser ce doute de côté, le temps d’amener Loup se reposer dans un endroit plus approprié. Quelques curieux observaient cette étrange scène, mais furent rapidement dispersés par diverses menaces et mouvements de bras crachés par Darius. Les Lamelles retira le manteau en cuir qu’il portait et le fit enfiler à Loup. Il n’était pas assez épais pour éviter les regards interrogateurs, mais il l’était assez pour cacher ce qui devait l’être. Malgré la différence de taille, il la souleva sans difficulté et la porta à son épaule droite, puis se mit en route vers l’auberge où il dormait la plupart du temps, bien loin du luxe du Aux Mille Couleurs, mais déjà bien mieux que le dur sol d’une rue fréquentée par les piétons tyrhénians.

Après une longue marche – il ne se rappelait pas que le chemin était aussi long…  –, il arriva enfin, poussa la porte, et tomba sur l’aubergiste accoudé à son comptoir. L’homme était tout en muscle, et quelques cicatrices ponctuaient ce qui était visible de peau. Rien ne laissait deviner son métier, si ce n’est le fait qu’il soit à l’arrière du comptoir, ainsi que dans une moindre mesure sa trogne amicale, dont une grosse moustache grisonnante signifiait son grand âge.
L’auberge en elle-même était plutôt vétuste. Composée au rez de chaussée de quelques tables prenants la poussière, et à l’étage de chambres dans le même état, l’auberge était normalement destinée à accueillir des gens de passage peu fortunés, mais la sympathie que l’aubergiste avait pour Darius et surtout pour Forkald l’avait poussé à accepter de leur louer une chambre à l’année. Darius pourrait, en temps normaux, s’offrir un meilleur endroit pour vivre, mais cela lui suffisait.
Le vieil homme, voyant Darius et la yorka à ses épaules, se passa une main sur son crâne chauve et prit un air mi-étonné, mi-amusé :

« C’est toi Darius ? Tu sais, normalement il faut commencer ça quand on est à l’intérieur… »

« Non, ce n’est pas- je... »

Des chausses à la cime de ses cheveux le jeune homme était entièrement cramoisi. Il monta rapidement au premier étage trouver sa chambre, sans chercher à plus s’expliquer.
La vue du chien montant à leur suite fit reculer l’aubergiste. Il leva les mains en l’air puis retourna à ses occupations : « Finalement, je ne veux pas savoir ce que vous faites. »

La chambre de Darius était la simplicité même, un simple lit, une simple chaise et une simple table de chevet. Malgré le faible nombre de meubles, la pièce était assez petite pour que l’on s’y sente à l’étroit.
Délicatement, le jeune homme déposa son fardeau sur son lit. La laissant vaquer à son sommeil, il s’assit sur la chaise, placée en face du lit de l’autre côté de la pièce, ce qui ne correspondait pas à une si grande distance. Le chien se coucha près du mercenaire, qui en profita pour lui donner quelques caresses. Peut-être faudrait-t-il lui donner un nom ? Il n’allait pas non plus l’appeler « Chien ». Enfin, il aura bien le temps d’y penser plus tard. Cette journée a été longue, et mouvementée, et puis porter un corps aussi longtemps, c’est épuisant… Doucement mais sûrement, il s’appesantit sur le dos de sa chaise, et à son tour, s’endormit.


Dernière édition par Darius Aellaml le Dim 20 Mar - 19:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
:: L'animal ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Loup
:: L'animal ::
Loup
MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitimeSam 19 Mar - 14:12



Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 4ed7v8

Un entraînement casanier



Je me souviens quand j’étais louveteau, l’ombre de mon père me rassurais toujours, mes frères et sœurs ainée veillais aussi sur moi déjà a cette époque, mon propre père était encore jeune en termes de vie de loup. Le temps là-bas passe si vite qu’il faut en profiter chaque jour, chaque flocon qui tombe est comme un grain de sable dans un sablier. Et même le jour ou je les ai perdus, il était déjà sur ses vieux jours, la fourrure digne de cette âge avancé qu’il avait… Alors, finalement, je pense que je ne le reverrais pas…. J’espère que mes frères et sœurs sont encore en vie quant à eux, ne serait-ce qu’un…. Lequel serait alors devenu l’alpha ? Est-ce que chacun aurait fondé sa propre meute ? Je voudrais tant être à leur coté pour les protéger… J’ai été absente depuis déjà tant de temps, un temps qui me semble tirer sur l’infinie. Peut-être que je ne courrais plus jamais à leur coté dans la neige fraiche, ne chasserais plus l’élan à leur côté, peut être que leur cœur se sont déjà éteint. Je suis au milieu de la neige qui tombe à fier allure alors qu’on migrait, je les vois, je ne veut pas les perdre alors je les poursuis… Tout devient néant, je ne vois plus qu’eux qui me tourne le dos, je cours pourtant, a en perdre mes pattes, seule lumière dans mes yeux. Mais plus j’essaye de les rejoindre, plus ils s’éloignent, bientôt je n’ai que le néant comme compagnie…. Qu’importe la direction prise, il n’y a rien…. Et même si j’appelle la lune, elle ne vient pas. Je m’assieds dans ces ténèbres, regardant le sol sombre…. Est-ce par ce que je peux devenir comme les bipèdes ? Je n'ai jamais demandé à être ainsi pourtant…. Même si j’avais les pouvoirs les plus puissant du monde avec cette forme, je les échangerais sans regret pour rester un loup à jamais…. J’étais heureuse avec les miens, dans cette forêt, parmi la neige et les temps froid. Peut-être que je n’étais qu’un fardeau pour eux ? Est-ce pour ça que je ne les retrouve pas ? Pourtant, je suis loup, même les Eryllis m’ont donné ce nom… Fait de poils et de crocs, fait de chair et de sang, qu’importe ma forme, ce que je suis au fond n’a jamais changer. Une image me vient….



Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 055c85f4b73ce604d1b1de9b8573baf4

Dans ce chemin animal, ceux qui trébuche ou tombe finisse ensanglanter aux mains des bipèdes…. Quand ils ne se font pas traquer en entier, le temps rattrape moins facilement les loups que les mains pleines d’avidité de ces terres. Retrouverais-je pendant mon voyage, le corps d’un des miens, l’abandon, froid, en sang, sans explication ni raison ? Il y a des choses qui semble impossible à éviter, la mort en fait évidemment partie mais ce n’est pas le seul danger quand ceux ayant deux jambes prenne chaque morceau d’herbe et de terre comme acquis. Ainsi, restera-t-il de la place pour le reste ? Pour ceux qui rampe, pour ceux qui courent, pour ceux qui vole, pour ceux qui nage ? Parfois, quand je regarde les bipèdes, j’ai un doute, comme si c’était impossible. Mais pour celui que j’accompagne, il me fait dire que peut être, je me trompe. Est-ce que le ciel serait encore bleu demain ? Dans cette obscurité qu’est mon esprit, des formes se lève, plate, immobile, se rapprochant tout de même. Une fois arrivé a mes pattes, je me rend compte que c’est des corps amoncelé, des corps canins, des corps de loup, je pleure…. Ils me manquent, cette vie simple me manque, je n’avais pas besoin de savoir le dire, je n’avais pas besoin de mots ou de phrase pour les aimer. Car c’est une chose inutile dans le cœur de la forêt, l’amour est ce qui soude ce qui vit mais aussi ce qui meurt, on ne tue pas par haine ou par vengeance…. Mais pour que nous et ceux a qui l’on tient vivent un peu plus longtemps. Même si peu de gens le voit dans la nature, ne regardant que la façade sans jamais essayer d’e comprendre la langue. Est-ce que tout cela pourra changer un jour ?


Je me réveille en sursaut, constatant que je m’étais endormie sous ma forme de bipède, je devais être bien fatigué. Je n’aime pas le contact du tissu ainsi sur ma peau, l’enlevant rapidement bien qu’avec difficulté. La nuit était définitivement tomber, celui que j’accompagnais dormais lui sur une chaise. Je l’avoue, le coté moelleux de là ou j’étais, ne me déplaisais pas, au contraire. Je me levais, regardant la petite pièce, souriant, je voulais faire quelque chose avant de reprendre ma forme avec lequel je vis. D’un mouvement de bras, je recouvris le sol d’herbe et de fleur, même si je sais que ces végétaux ne vivront pas plus de quelques jours, ayant ainsi leur racine dans du bois mais ce n’était pas très grave. Le chien dormais a coté de son nouveau maitre… Je repris forme canine, étant définitivement bien mieux recouvert de fourrure. M’approchant du bipède, je le regardant ainsi un bon moment, assis devant lui. Puis, remuant la queue, espiègle, je m’appuyai avec les pattes avant sur la chaise si des endroits était libre, sinon sur ses cuisses…. Je me mis à lui lécher l’oreille droite et le cou, pour le réveillé, en forme a présent…. Je l’avoue, j’espérais aussi pouvoir le chatouiller ainsi, on dit qu’une langue dans l’oreille est imparable après tout.



pouvoir utilisé:


Halloween
PV Darius Aellaml


Je parle en #00cc00

DC du chat
TC: Eldinnor Ombre


" Le loup a toujours des raisons afin d'égorger les moutons."
Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 0y4s38
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitimeMer 13 Avr - 20:04

Darius se trouvait au sommet d’un pilier, un immense pilier de marbre allant au-delà des nuages, sauf qu’il n’y avait pas de nuages, et qu’il pouvait ainsi admirer l’intégralité d’Istheria. Cependant, le pilier n’était pas très épais, il laissait à peine de place pour les deux pieds du terran. Avec précaution, il se pencha et observa ce qui se trouvait sous lui. La base du pilier semblait être au niveau du comté de Dalma. Au nord, une immense étendue de neige et de glace sans vie. Au sud, une grande prairie remplie de bourgs de taille diverse, et encore plus au sud, un désert de sable d’où sortait quelques autres piliers de moindre envergure. À l’ouest, un autre désert, mais gris. Une grande cité d’où émanait une lumière rouge et menaçante se trouvait en son milieu. À l’est, des arbres, qui s’étendaient sans arrêt vers l’Orient. Les notions de géographie de Darius n’étaient certes pas très développées, et ses rêves ne risquaient pas d’être plus instruits.

Le ciel était entièrement noir. La seule lumière éclairant ce monde était une étoile d’où émanait un rayonnement aveuglant. Ayant fini d’admirer ses connaissances abyssales, Darius se concentra sur cette étoile, qui semblait s’approcher de plus en plus rapidement de lui, révélant son apparence au fur et à mesure. Cette lumière était formée une femme d’une taille incommensurable, et à l’embonpoint tout aussi imposant. Elle tenait dans sa main gauche un livre délabré, qui devait faire au moins trois fois la taille de Darius.
Elle continuait de s’approcher à une vitesse alarmante, alors qu’il ne restait plus que quelques mètres entre eux. Les Lamelles se prépara au choc, mais au lieu de se faire violemment éjecter de l’étroit pilier, celui-ci s’élargit comme par magie, laissant assez d’espace pour que la femme corpulente puisse se poser. Instinctivement, Darius posa les genoux à terre devant elle. Si le corps de l’immense dame avait arrêté de produire de la lumière, ses yeux continuaient de briller intensément alors qu’elle les posait sur le petit jeune homme. Elle ouvrit la bouche et parla, mais sa tête se trouvait si haut dans le ciel que le son de sa voix, ferme et douce à la fois, mit plusieurs secondes avant de parvenir à Darius.

« Tu dois apporter ce manuscrit au Grand Pécheur pour qu’il puisse t’offrir des salsifis. »

« Est-ce là mon rôle dans la sauvegarde d’Istheria ? », répondit Darius instantanément, comme soumis à la volonté de la grande dame.

« En dehors de ses grandes mines remplies de minerais précieux, Dalma est aussi connue pour ses délicieuses tartes aux salsifis. »

« Il n’y a pas de pêcheurs à Dalma… », objecta Darius, légèrement confus.

Cette objection n’eut pas l’air d’avoir été particulièrement appréciée par la donneuse d’ordres, qui se pencha vers l’incongru.

« Bor ne construit pas de machines volantes, mais il peut construire des armatures en acier pour machines volantes. »

« Hein ? »

La main titanesque tenant le livre s’approcha doucement de Darius, et d’un geste sec, elle le balaya avec. Le cuir en partie moisi envoya valser Darius vers la surface d’Istheria.

Il se retrouva dans une autre partie du rêve, une pièce étroite, bien trop étroite. Du sol en bois émergeait une végétation invraisemblable. La nuit était toujours présente, mais cette fois pas de grosse dame pour éclairer l’endroit, la seule lumière venait d’une bougie à sa gauche flambant faiblement. Une forme semblait se mouvoir vers Les Lamelles, une grande bête à quatre pattes, dont les yeux bleus s’apercevaient même dans l’obscurité ambiante. Darius n’aimait pas ce genre de rêve, il n’y avait jamais de moyen de se défaire du danger. Il referma ses yeux et patienta le temps de passer à un autre rêve. La bête approcha sa gueule de son cou, et le lui lécha d’un coup de langue de la nuque aux oreilles. La sensation humide et désagréable fit comprendre à Darius la réalité de la situation.
Il hurla, empoigna le loup à la gorge et le poussa à l’autre bout de la pièce, c’est à dire à un mètre devant lui. Des pas martelèrent rapidement l’escalier à l’extérieur de la pièce, puis ce fut la porte qui subit la puissance des membres de l’aubergiste alerté. Il ne la défonça cependant pas, sachant tout de même mesurer sa force, et resta à l’extérieur.

« Il y a un problème Darius ?! » s’inquiéta l’homme à la forte voix.

C’était décidément un rêve bien trop élaboré pour en être un. Tentant de se reprendre et de se concentrer sur sa réponse, il ignora toutes les étranges choses qu’il y avait actuellement dans sa chambre.

« Je vais bien, ce n’est rien. » Il put cependant s’empêcher de jeter un œil affolé au sol. D’où venaient toutes ces plantes ? Il pensa et se rappela ainsi immédiatement de la louve avec qui il avait passé la précédente journée et qu’il venait de repousser. L’autre chien noir était aussi là, à ses pieds. En un mot, rien que ne devait voir l’aubergiste. « N’entre pas ! » s’écria-t-il.

« Je… Je n’allais pas entrer. Mais puisque je suis réveillé maintenant, je vais aller préparer un truc à  grailler, si tu veux me rejoindre… Ah et… » Il sembla hésiter un moment, puis il lâcha avant de partir :  « Ton amie peut aussi venir, si elle veut. »

Se sentant revenir à lui, Darius empoigna le bougeoir usé retenant difficilement la bougie à son sommet. Il éclaira Loup et lui adressa un air désolé.

« Excuse-moi, j’ai pas vraiment l’habitude d’être réveillé comme ça. »

Il se gratta le chef, visiblement gêné, puis se leva de chaise. Le chien dormait encore, il devait avoir le sommeil lourd.

« Tu l’as entendu ? Je ne l’avais jamais vu inviter à sa table quelqu’un d’autre que moi ou mon père, tu devrais en profiter, en plus c’est gratuit. » L’aubergiste n’était certes pas le plus fameux des marchands, c’était à se demander comment il arrivait encore à faire tenir son établissement. « Je te rejoins après, je dois nettoyer tout ça. Ce n’était encore jamais arrivé avant, et ça a poussé en seulement quelques heures ! Enfin ça ne doit pas être bien difficile à arracher, j’imagine… »
Revenir en haut Aller en bas
:: L'animal ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Loup
:: L'animal ::
Loup
MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitimeJeu 14 Avr - 14:57



Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 4ed7v8

Un entraînement casanier



Je ne sais pas si je réussis vraiment à le chatouiller mais à le surprendre, c’était plus que certain. Sans que j’eut vraiment le temps de comprendre ce qui se passa, je fus pris à la gorge et rejeter plus loin, me réceptionnant comme je pouvais sur mes pattes bien que ce fût au final assez disgracieux à voir. Surtout que j’eut droit a un cassage d’oreille en prime sans que je comprenne vraiment pourquoi, je lui avais fait mal ? Je le fixai, confuse. Surtout que des coups furent donné à la porte également.
« - Il y a un problème Darius ?! »
Ainsi, il se nommait Darius, c’était toujours ça de gagner de savoir comment ce bipède ci se nomme. Il avait l’air toujours aussi affolé, regardant partout. C’est joli n’est-ce pas ? Je pris un air fier, c’est éphémère certes mais qu’importe non ?
« - Je vais bien, ce n’est rien.
N’entre pas !

- Je… Je n’allais pas entrer. Mais puisque je suis réveillé maintenant, je vais aller préparer un truc à grailler, si tu veux me rejoindre… Ah et… Ton amie peut aussi venir, si elle veut. »
L’individu semblait assez gentil à en juger sa voix. Je remuai la queue, maintenant en forme, j’avais envie de jouer, je l’avoue…. Fixant un moment les chaussures de Darius comme un chiot devant son premier os. En tout cas, je ne sais pas pourquoi Darius l’a sommé presque immédiatement de ne point entrer, c’est pourtant agréable les plantes sous les coussinets. Enfin, le bipède se leva, prenant ceux qui faisait office de soleil (ou d’étoile au vu de la faible lueur) dans la pièce, m’éclairant. Il sembla avoir repris ses esprits.
« - Excuse-moi, je n’ai pas vraiment l’habitude d’être réveillé comme ça. »
Humm, je crois que j’avais remarqué… Mais je ne m’en formalisais pas, même chez les loups, on pouvait être un peu brutal entre nous même dans nos jeux alors je ne suis plus à ça prés. Le chien ne semblait pas plus gêner que ça, cela me fit sourire intérieurement, cela voulait dire qu’il se sentait assez en sécurité….
« - Tu l’as entendu ? Je ne l’avais jamais vu inviter à sa table quelqu’un d’autre que moi ou mon père, tu devrais en profiter, en plus c’est gratuit.
Je te rejoins après, je dois nettoyer tout ça. Ce n’était encore jamais arrivé avant, et ça a poussé en seulement quelques heures ! Enfin ça ne doit pas être bien difficile à arracher, j’imagine… »

Je baissai légèrement les oreilles, pourtant, c’est joli, pourquoi ne pas attendre leur fin avant de vouloir les enlever…. Si je pouvais, j’aurais fait pousser un truc plus gros, na ! Je soupirai rapidement, passant simplement derrière lui l’air de rien avant de mettre un petit coup de museau dans son dos, taquin. Je ne vais pas me formaliser, supposant que la différence entre bipède et loup vient aussi de la préférence de la consistance du sol. Je me dirigeai donc vers la porte sans l’attendre, ouvrant la porte après plusieurs essais, a l’aide de ma gueule. Je le fixai quelques instants sur le palier avant d’y aller, descendant les marches comme la neige descend la montagne en colère. L’homme était plutôt musclé, son visage caché en partie par sa moustache, il avait l’air âgé. Malgré sa taille, son envergure, il me paraissait sympathique bien que sans doute, je ne lui inspirais pas la même chose au vu du léger recul qu’il fut en me voyant. Sans doute s’attendait-il pas a me voir me faufiler jusqu’à lui, ou s’attendait-il pas a me voir tout court. Il semblait hésité sur ce qu’il devait faire, comme i je pouvais attaquer à tout moment. Je réfléchis, tournant légèrement la tête sur le côté. Je me rappelai alors un chien avec un enfant, un jour ou j’étais aussi aller voir une ville de bipède ; le canidé s’était simplement couché et montrer son ventre, c’est peut-être la façon la plus simple de montrer qu’on est amicale à leurs yeux ?

Je fis alors de même, montrant mon ventre tout de noir vêtu, le loup que j’étais ayant toujours eu cette particularité de fourrure, mêlant lumière et obscurité, la lune ayant apposé sa bénédiction sur ma cuisse gauche. Je fixai l’homme et sa musculature avec un air joueur ainsi positionné, remuant la queue. Aller quoi, ai-je l’air si effrayante que ça dans cette position ?


Halloween
PV Darius Aellaml


Je parle en #00cc00

DC du chat
TC: Eldinnor Ombre


" Le loup a toujours des raisons afin d'égorger les moutons."
Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 0y4s38
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitimeMer 20 Avr - 19:45

Difficile, ça l’était sacrément. Le caractère tendre de la terre, en tout cas celle d’Eridania, rendait l’extraction des mauvaises herbes plutôt aisée. Les enlever, c’était une habitude qui s’était ancrée chez Darius depuis son plus jeune âge, mais là, il avait beau utiliser toute son expertise, les racines s’acharnaient à se fondre dans le bois sans bouger d’un pouce. Tandis que Loup tirait maladroitement de sa gueule la poignée de la porte, ce qui amusa Darius, celui-ci empoigna une grande tige qu’il tira de toutes ses forces. Tout en manquant de trébucher en arrière, il arracha un bon tiers de la plante. Cependant, le reste semblait impossible à désolidariser du plancher.
Darius se demandait bien ce qui par Délil c’était passé, de par sa grande perspicacité, il en était certain, tout cela n’était pas d’origine naturelle. Serait-ce un coup de la yorka ? Ce ne serait pas son genre… Enfin, si, ce serait absolument son genre, mais Darius avait à cœur de ne jamais accuser un ami sans preuve.
Réveillé par les tentatives infructueuses de son nouveau maître, le chien de jais s’approcha et lui lécha ses mains occupées à tirer vainement. Aimable, mais peu utile. Une main humide enjoignit d’un geste amical le chien à rejoindre Loup à l’étage inférieur. À présent seul dans la pièce, et échauffé par cette assommante tâche, Darius se mit à réfléchir à une méthode plus rapide, et radicale. Si ces racines ne voulait pas quitter leur foyer, qu’il en soit ainsi, mais elle ne verront pas la lumière du jour. Les Lamelles dégaina son épée et, délicatement, tondit les plantes au ras du sol. Quand il eut fini, un énorme tas de verdure se trouvait à ses pieds, tas qu’il ne manqua pas de faire passer à travers la petite fenêtre ouverte sur la cité dormante. Quelques pointes de racines dissidentes ressortaient encore du sol, mais cela n’était qu’éphémère. Bientôt tout ce qu’il restait de ce jardin nocturne s’en ira de lui-même. C’est ce qu’il espérait, en tout cas.


Darius descendit les vieux escaliers à tâtons, seule une petite torche éclairait un pan du mur sur lequel le jeune homme gardait une main préventive. L’aubergiste aimait cette atmosphère sombre qu’il trouvait relaxante, mais pas Darius, du tout. Il retrouva le vieil homme à quelques pas du comptoir, près d’une grande table en bois où il avait entassé toute sorte de plats prêts à être engloutis. Loup se trouvait juste sous lui, profitant des caresses de ses puissantes mains.

« Ha ha, j’ai bien cru que j’allais me faire bouffer en la voyant, tu déniches pas souvent des trucs, Darius, mais quand t’en déniches, Alea en agrée c’est pas n’importe quoi ! »

« Non, nous n’avons pas... »

« Enfin je comprends bien, il n’y a aucune différence entre un terran et les yorkas d’ici, pour trouver un grain de nature, faut chercher parmi ceux qui vivent encore comme Gréis les a créé. Tiens tu vois moi, pendant la guerre, j’avais trouvé une ourse polaire qu’était comme ton amie, toujours sous sa forme animale, le jour, elle te lacerait à la pelle ces suppôts de Sharna, et la nuit… »

Comprenant qu’il ne parviendra pas à lui faire entendre raison, Darius décida de changer brusquement de sujet en passant aux présentations.

« Loup ! Ce bavard amical qui te gratte le ventre depuis un moment, c’est Bellicio »

« Rien à voir avec l’autre poltron de maire ! »

« Non, rien à voir… Bellicio, voici Loup. »

« Je sais bien ce que c’est, je suis pas encore aveugle. »

Sans laisser Darius tenter de développer plus, Bellicio arrêta ses caresses et tenta de s’étirer, ce qui lui fit pousser quelques gémissements. Sans s’en aviser plus que cela, il posa une main lourde mais bienveillante sur la nuque de Darius, et une autre de même qualité sur celle de Loup, puis il les souleva comme deux sacs de patates gigotants.
Darius tenta de s’extirper de l’emprise du gaillard enjoué, mais il ne put que contempler impuissant le lointain sol jusqu’à ce que Bellicio le pose enfin, devant la table remplie de mets. Le chien noir se trouvait déjà là au bord de la table et léchait un bout de viande sans que cela ne semble poser problème à Bellicio. Une fois tous les convives installés bon gré mal gré, Bellicio les invita tous à se servir :

« Allez, dégustez ! J’ai pris dans la réserve tout ce qui commençait un peu à sentir, faut pas gâcher ma mère a toujours dit, puis j’ai balancé ça dans la marmite, et pis voilà ! Mais il y a que du bon attention ! Là, mate-moi cette belle tranche de sanglier ! Et là, ce truc vert, c’est une plante non ? Je suis sûr que c’est comestible. Ah et ça, c’est un monstre que j’avais chassé il y un mois à côté de Méphrit, faites attention c’est peut-être encore empoisonné. »

Après avoir terminé la présentation de ses « plats », Bellicio attrapa un bout de monstre et le goba d’un coup. Haussant les épaules, Darius s’empara de la première chose qui semblait à peu près mangeable qu’il vit et invita Loup à faire de même. Pas besoin de demander au chien, apparemment.
Revenir en haut Aller en bas
:: L'animal ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Loup
:: L'animal ::
Loup
MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitimeVen 22 Avr - 17:07



Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 4ed7v8

Un entraînement casanier



Le grand gaillard avait finalement décider de me gratouiller le ventre, a mon plus grand bonheur. Je remuais ainsi vivement la queue, montrant mon sentiment sans retenu aucune. L’atmosphère général du lieu me plaisait, j’aimais cette relative obscurité… Les loups voient très bien la nuit comme beaucoup d’animaux finalement, à se demander pourquoi les bipèdes sont si faible pour la plupart dans la pénombre. Même si remarque, cela permet d’être relativement tranquille au milieu des ténèbres ou dans la plupart des cas, bien repéré ceux se tenant sur deux jambes vues que ces derniers s’éclairent alors à l’aide de torche notamment… Il est parfois difficile de protéger la nature de leur avidité, alors le moindre avantage est le bienvenu. Même si au fur et à mesure des rencontres, je vois qu’ils ne sont pas tous comme ça et malgré sa taille et corpulence, l’individu semblait en faire partie aussi (avec Darius). Le chien nous rejoignit bientôt, il n’était pas aussi câlin que moi, ce qui n’était pas étonnant au vu de son passif dans la rue si je me fie à sa condition lorsque je l’avais trouvé. Mais il semblait avoir surtout faim et c’est bien ce qui le motivais à présent alors qu’il se dirigea sans trop d’hésitation vers la table contenant tous les plats préparés par le grand gaillard alors que je l’observais d’un œil, la langue pendant sur le coté de ma gueule.
« - Ha ha, j’ai bien cru que j’allais me faire bouffer en la voyant, tu déniches pas souvent des trucs, Darius, mais quand t’en déniches, Alea en agrée c’est pas n’importe quoi !
- Non, nous n’avons pas...
- Enfin je comprends bien, il n’y a aucune différence entre un terran et les yorkas d’ici, pour trouver un grain de nature, faut chercher parmi ceux qui vivent encore comme Gréis les a créés. Tiens tu vois moi, pendant la guerre, j’avais trouvé une ourse polaire qu’était comme ton amie, toujours sous sa forme animale, le jour, elle te lacerait à la pelle ces suppôts de Sharna, et la nuit… »
J’avoue ne pas avoir tout compris, Darius ne semblait pas pouvoir en placé une d’ailleurs. C’est qui Gréis déjà ? Et de quoi la nuit ? J’avais l’impression de rater un sous-entendu bien digne des bipèdes. Et de quelle guerre il parle, je sais que ceux sur deux jambes aimait bien se battre inutilement ou en tout cas, pour des raisons qui semble bien futile a tout ceux vivant au milieu des bois et des fougères. Je me demande à quoi ressemble un ours polaire, je n’en ai jamais croisé je crois. Les loups sont plus souvent amenés a croisé des ours bruns ou bien des grizzlis. Enfin, je sus comment se nommais cet étrange individu ;
« - Loup ! Ce bavard amical qui te gratte le ventre depuis un moment, c’est Bellicio
- Rien à voir avec l’autre poltron de maire !
- Non, rien à voir… Bellicio, voici Loup.
- Je sais bien ce que c’est, je suis pas encore aveugle. »
Il est vrai que ce mot désignait à la fois mon nom et ceux que j’étais. Par contre, c’était quoi un maire ? Et pourquoi il serait poltron ? En tout cas, Darius semblait avoir renoncer à expliquer quoi que ce soit, sans doute car l’autre ne lui en laissait pas l’occasion. Le grand gaillard s’étira donc, cela lui semblait quelque peu compliqué surement en lien avec son âge. En effet, il semblait bien loin de la jeunesse et bien que ce n’était pas un canidé, il me faisait penser à certain égard à mon père. Sans doute de part cette apparence bourrue alors qu’il était très gentil. Finalement, je sentis une main m’empoigner la peau de la nuque et comme tout loups tenus à cette endroit, j’eut le reflexe de me recroqueviller, queue entre les pattes en mode sac a patate alors que je décollais lentement du sol. Je ne pensais pas que quelqu’un me prendrait par la alors que je suis adulte, si j’étais encore louveteaux, cela aurait été normal, ma mère me prenait ainsi pour me déplacer mais à présent, j’étais en se sens assez surprise.
Darius semblait avoir droit au même traitement alors que pourtant, lui était aussi bipède que celui qui nous infligeait ce traitement temporaire. Il n’avait pas l’air d’apprécié, moi non plus cela dit mais la différence est que cette inconvenance ne m’était pas non plus désagréable à souhait vu que c’était assez naturelle pour moi. On fut mis chacun d’un coté de la table, le géant nous invitant à manger. De ce que je comprenais, il avait pris des trucs au hasard pour faire les différents plats. Je jetai un œil à la tablé et il était évident que les 3 autres avait déjà commencer a attaqué, je fis donc de même sans vraiment de réserve. La au moins personne ne me demandait de chose absurde comme changer de forme ou mettre des tissus sur mon corps. Bien que je préférais la viande cru, par habitude, j’appréciais les différent mets a disposition. Je jetais des coups d’œil régulier au chien également, remuant la queue en voyant qu’il s’alimentais bien. Je prenais préférentiellement des morceaux contenant des os, la viande ne résistant généralement pas à mes crocs aiguisé et l’os lui-même a ma mâchoire puissante. Sans doute n’était-ce pas très silencieux, mais cela me permettait ensuite de lécher la moelle. Je jetai aussi un œil pas très discret aux chaussures de Darius avant de me remettre à manger comme si de rien était…. Le fixant en remuant la queue, l’air déjà taquin.



Halloween
PV Darius Aellaml


Je parle en #00cc00

DC du chat
TC: Eldinnor Ombre


" Le loup a toujours des raisons afin d'égorger les moutons."
Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 0y4s38
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitimeMer 27 Avr - 17:26

Darius ne mangeait qu’à petite bouchée, le précédent repas dans le Aux Milles Couleurs ne remontant pas à si loin. De plus, n’ayant pas pu profiter d’une nuit complète de sommeil, son esprit flottait encore légèrement. Sa tête manqua de chuter de fatigue sur la table quand une main bienveillante frappa son dos et le remit droit sur sa chaise.

« Alors, on dort à table ? Redresse-toi un peu et dis-moi, ton épée va mieux ? »

Les Lamelles se redressa et tenta de se rappeler et d’analyser la question qu’on venait de lui poser.

« Hum… Oui, elle semble en meilleur état. Le forgeron a qui tu l’as confié est talentueux. »

Le géant éclata de rire et redonna un nouveau coup amical sur le dos de du pauvre endormi.

« Ha ha ! Tu penses vraiment que j’allais filer Gloyss à l’un de ces véreux de forgerons ? Forkald ne t’a jamais dit d’où elle venait ? »

« Je crois pas, non… »

« Alors peut-être vaut-il mieux qu’il en reste ainsi. En tout cas, sache que c’est moi qui te l’ai réparé et personne d’autre. Ne laisse personne d’autre s’en emparer, compris ? »

Bellicio afficha un air soucieux le temps que Darius acquiesce d’un hochement timide de la tête, puis reprit sa mine joyeuse en dégustant un autre mets.

Grâce aux "réajusteurs" appliqués par Bellicio, Darius put retrouver un semblant de lucidité. Cela ne remplaçait pas un vrai somme, mais lui permettait au moins de remarquer le regard avide que portait Loup sur ses pieds tout en mâchant bruyamment un morceau de viande, l’os avec. Darius recula par prudence ses jambes sous sa chaise, préférant éviter de se retrouver à courser vainement un loup. Le chien quant à lui continuait à s’empiffrer sans discontinuer, sous le regard amusé de Darius, et apparemment de Bellicio qui s’esclaffa :

« Douce Kesha, ce chien est une véritable fosse à viande ! »

Cette remarque fit rire Darius. C’était un bon nom ça, Fosse-à-viande, peut-être allait-il le garder. Un nom aussi intimidant ne correspondait pas à la taille du bestiau, mais c’était justement ce qui l’amusait.

Bientôt il ne restait plus sur la table que des végétaux rassis et autres plats à l’allure douteuse. Même Fosse-à-viande semblait hésiter à en tâter. Voyant bien qu’il ne réussirait pas à faire finir à ses invités tout ces choses, Bellicio se leva de sa chaise.

« Bon, j’imagine qu’on peut considérer que vous êtes rassasiés, mais ce n’est pas fini ! Je sais que ce n’est pas la saison, mais j’ai une surprise pour vous, restez-là je reviens. »

Sur ces mots il quitta la pièce par une porte à l’arrière du comptoir, menant directement au sous-sol, et laissa le trio singulier seul.
Revenir en haut Aller en bas
:: L'animal ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Loup
:: L'animal ::
Loup
MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitimeJeu 28 Avr - 14:39



Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 4ed7v8

Un entraînement casanier



Je n’étais pas difficile, le chien non plus d’ailleurs ne faisait pas la fine gueule, se remplissant la panse. Mais Darius lui, semblait bien moins enthousiaste, comme un ours sortant de son hibernation. Certes, il s’agissait d’un ours couvert de tissus et portant des chaussures ! Le second bipède ici présent semblait lui aussi remarqué le phénomène, mettant soudainement un coup dans le dos de ce dernier en disant, l’air amusé je crois.
« - Alors, on dort à table ? Redresse-toi un peu et dis-moi, ton épée va mieux ? »
Son épée ? Il s’agit pourtant d’un objet, il est étrange de formuler les choses ainsi. S’il s’agissait d’un être vivant anciennement blessé ou malade, cela aurait du sens mais un objet n’a aucune vie en lui et il ne peut donc pas aller mieux ou pire. Je tournai légèrement la tête sur le côté, signalant une certaine incompréhension bien que je ne lâchai point l’os que j’étais en train de manger. Darius aussi semblait réfléchir au vu de la lenteur de sa réponse.
« - Hum… Oui, elle semble en meilleur état. Le forgeron a qui tu l’as confié est talentueux. »
Un nouveau coup dans le dos sous des éclats de rire, parler d’un forgeron est si drôle que cela ? Ou est ce la situation même qui semblait autant l’amusé ? Je ne pouvais le savoir, mais l’autre repris alors, expliquant les choses par rapport au fameux objet.
« - Ha ha ! Tu penses vraiment que j’allais filer Gloyss à l’un de ces véreux de forgerons ? Forkald ne t’a jamais dit d’où elle venait ?
- Je crois pas, non…
- Alors peut-être vaut-il mieux qu’il en reste ainsi. En tout cas, sache que c’est moi qui te l’ai réparé et personne d’autre. Ne laisse personne d’autre s’en emparer, compris ? »
Qui était Gloyss ? Je commençais à vraiment perdre le fil de la conversation, et Forkald ? Tout cela semblait bien important, même moi était capable de le comprendre bien que j’ignorais la nature de la chose et pourquoi elle avait autant d’importance. Pour un loup, la seule chose vraiment importante, c’est la meute et ce qui en découle…. Soit la vie des siens, les hurlements sous la lune, mère aux créatures de la nuit, la migration des proies et les saisons qui se chevauche ; le temps. Ce que l’on voit et ce que l’on sent, c’est à peu près à cela qu’est résumé nos existences, bien loin de toutes les futilités, un bonheur simple…. Sans doute même trop simple pour ceux qui ont deux jambes, trop simple pour eux qui font toujours les chose de manière si compliqué. Darius hocha la tête et sembla remarqué mon envi pour ses pieds ou plutôt ce qui entourait ces derniers et il les recula alors. Ils regardèrent alors le chien qui profitait des choses dans sa gueule, nullement perturbé par la conversation en cours.
« - Douce Kesha, ce chien est une véritable fosse à viande ! »
Cela sembla faire rire Darius, le canidé les regarda un instant seulement avant de reprendre ou il en était, probablement curieux de ce qui se passais avant de juger cela sans importance. Enfin, la table se vida rapidement, ne laissant que peu de chose dessus. En tout cas, peu de choses qui semblait mangeable, même pour moi. Le propriétaire des lieux se leva alors, avisant de la situation et jugeant que le repas était à présent finit a la vu des agissement de chacun, dont moi assis en remuant la queue, repus, avec de multiple éclats d’os un peu partout. Il dit quelques mots avant de quitter la pièce.
« - Bon, j’imagine qu’on peut considérer que vous êtes rassasiés, mais ce n’est pas fini ! Je sais que ce n’est pas la saison, mais j’ai une surprise pour vous, restez-là je reviens. »
En même temps, il n’y avait pas grand-chose à faire ailleurs pour l’instant. J’alla vers le chien, le poussant légèrement de la truffe, me mettant en position de jeu, les pattes avant a terre, les fesse lever, la queue remuant, dés qu’il me regarda. Il répondit joyeusement à l’invitation, l’un coursant l’autre et inversement, changeant les rôles du poursuivant et du poursuivie, courant la langue sur le côté. Il se peut que au vu de l’espace étroit pour deux canidés, on se pris quelque fois le mur ou un meuble… Ou on "frôla" un peu trop brutalement la chaise de Darius. Le chien fatigua assez rapidement, surement du au fait de sa condition, il lui faudrait plus d’un jour pour retrouver sa forme naturelle et moi, j’ai toujours eu beaucoup d’énergie à revendre. Darius ne semblait pas suffisamment réveillé pour jouer pareillement alors je repris forme humanoïde, me mettant derrière lui en remuant doucement la queue, mes bras autour de son cou, souriante. J’aimais bien me mettre ainsi.
« - Il est sympa ton ami. Je l’aime bien.
Je te proposerais bien de jouer mais tu ne sembles pas assez en forme pour, si je devais te comparer à cet instant, cela serait avec un ours sortant de son hibernation. »

Commençais-je en riant. Puis parlant doucement en attendant que l’autre revienne.
« - Je me demande si la lune est présente. On aimait tellement hurler sous la lune, chaque hurlement avait son message… Mon père était l’alpha, il était déjà âgé quand je les ai perdus, sans doute le reverrais-je donc jamais…. Sans doute ton ami serait un loup, il lui ressemblerait, dans la manière de faire en tout cas. La meute est donc sans doute dirigée à présent par l’un de mes frères et les autres auront sans doute fondé leur propre meute. L’un de mes frères était d’un blanc immaculé, son pelage était d’une grande douceur tout comme sa façon d’être. Je me rappelle les multiples courses avec lui à travers les bois, a celui qui irait le plus loin, le plus rapidement….
Je crois que quand l’on perd ce que l’on a, les souvenirs qu’il nous restent d’eux nous sont encore plus chère que les jours passé à leur côté. »

Je jetai un coup d’œil vers l’endroit où c’était absenté l’autre, regardant s’il revenait.


Halloween
PV Darius Aellaml


Je parle en #00cc00

DC du chat
TC: Eldinnor Ombre


" Le loup a toujours des raisons afin d'égorger les moutons."
Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 0y4s38
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitimeLun 6 Juin - 18:31

Le repas étant fini, Loup invita Fosse-à-viande à pratiquer avec elle une activité qui semblait fortement lui tenir à cœur : jouer. Vu l’état physique du chien, la yorka le ménageait sûrement, peut-être. Dans tous les cas, les deux compaings arrivaient tout de même à bousculer tout ce qui pouvait être bousculable dans la salle. Heureusement, l’endroit était assez vide et aucun vase ni autre décoration ne fut blessé lors de cette séance de jeu, mis à part Darius qui faillit tomber de sa chaise deux ou trois fois. Cela ne posait pas tant que ça problème au jeune homme, au contraire, si ça permettait de le réveiller… Et puis voir ce pauvre chien qui semblait difficilement marcher sur ses pattes il y a quelques heure jouer aussi énergiquement à présent ne pouvait que le faire sourire.
Le sursaut d’énergie apporté par le « festin » fut cependant bien vite dépensé, et le chien se coucha à nouveau aux pieds de Darius pour se reposer. Loup, elle, qui n’avait plus de partenaire en état de jouer, se retransforma, et entoura de ses bras ce qu’elle décrivit comme « un ours sortant de son hibernation. » Bien que cette inexistante pudeur le surprenait toujours, il ne perdit pas ses moyens comme la veille. Il allait bien devoir s’y habituer de toute façon.

« C’est que je n’ai pas l’habitude de me faire réveiller en pleine nuit par un loup lécheur », répliqua Darius en feignant un air acerbe.

Tandis que Loup lui décrivait tendrement sa meute, Darius jeta un œil vers une fenêtre, cherchant vainement dans l’étroit cercle de verre la présence de l’une des trois lunes. Bellicio ? Alpha de la meute ? Cela correspondait plutôt à Forkald. Le vieil aubergiste le dominait d’une bonne tête, et pourtant il lui témoignait un respect et une loyauté dont Darius ignorait les raisons.
La différence de durée de vie entre Loup et sa meute semblait la peser. Si Darius ne pouvait pleinement comprendre cette souffrance, il compatissait tout de même. Il ne put cependant s’empêcher de se demander si elle reconnaîtrait sa meute si il n’y il n’y avait plus aucun des membres qu’elle connaissait. Peut-être les avait-elle déjà croisé, sans les reconnaître ? Il garda en revanche cette cruelle réflexion pour lui-même.

« Il paraît que l’héritière d’un comté dans le sud du royaume est une sindarin. Elle survivra à des générations de sujets qu’elle verra grandir et mourir. C’est peut-être un peu ce que tu ressens. Mais tu as sans doute raison, on ne peut pas interférer avec le nombre d’années que les dieux nous ont accordés, il vaut mieux profiter de ce que l’on a encore. »

De gros bruits de pas se firent entendre derrière le comptoir. Bellicio remontait les escaliers du sous-sol avec à ses mains une caisse en fer dont un couvercle étanche cachait le contenu. Après avoir délicatement fermé la porte derrière lui, il s’approcha avec une vivacité et une excitation étonnante pour une personne de son âge et posa lourdement la caisse sur la table où s’était presque avachi Darius, ce qui le fit sursauter. Le vieillard ne porta pas une seconde d’attention à la yorka nue qui se trouvait près de lui, se concentrant uniquement sur la caisse dont il détacha avec précaution le couvercle, dévoilant un liquide orangeâtre qui remplissait l’intégralité du contenant.
Darius observa avec interrogation le contenu d’où s’échappait une odeur sucrée plutôt agréable.

« C’est une sorte de jus ? »

« Mieux que ça ! »

Le sourire au lèvre, Bellicio plongea sa main dans le liquide sous le regard circonspect de Darius. Rapidement, il la sortit, et quelques secondes plus tard, l’air se refroidit et le liquide devint une glace uniforme. Sans plus attendre, il enchaîna avec des gestes étranges de la main au dessus de la caisse. La glace se fissura en lignes perpendiculaires qui formèrent des pavés égaux.
Fier de ce travail, Bellicio admira un instant la caisse avant de tourner la tête vers ses invités pour apprécier leurs réactions.

« En descendant d’une colline dans la taïga, j’étais tombé sur un cavalier gris caché dans une grotte. Le pauvre gars était tout frigorifié, j’ai juste eu à le cueillir ! Il se trouve qu’il avait un pouvoir assez similaire au mien, et vu que ces types s’y connaissent pas mal en magie, j’ai cherché à en profiter. Pendant trois jours et trois nuits je l’ai gardé dans cette grotte, il m’a entraîné en échange de sa vie, et regardez le résultat, je découpe la glace aussi précisément qu’un chirurgien sylphide opère un corps ! J’ai qu’une parole, donc je l’ai laissé partir après. Il s’est enfui à grosses foulées vers le sud, et pas vers Phelgra si vous voulez mon avis… »

Tout cela paraissait étrangement familier à Darius, mais il ne put demander plus de détails à Bellicio qui passait déjà à la suite.

« Assez parlé, passons à la dégustation ! Ce n’est pas vraiment la saison, mais la glace est un mets très apprécié dans la pourtant très froide Cimmeria. Un dicton de la région d’où je viens dit même que "les gens d’Hellas mangeraient les murs de leur cité si ils en avaient la possibilité" ! »

Le joyeux gaillard s’empara – les dieux savent d’où – de trois bâtonnets de bois qu’il planta dans trois pavés de glace. Il les retira doucement de la caisse et en tendit deux respectivement à Darius et à Loup.
Revenir en haut Aller en bas
:: L'animal ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Loup
:: L'animal ::
Loup
MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitimeLun 6 Juin - 21:53



Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 4ed7v8

Un entraînement casanier



J’avais bien joué avec le chien bien que ce dernier ne fût pas encore aussi vaillant qu’un chien en bonne santé, mais au moins, il était assez tranquille pour s’être prêté au jeu. En effet, il y a quelques heures encore, cela aurait été bien difficile de l’imaginer même très difficile. Car on ne peut s’amuser autant quand on s’apitoie sur notre sort et que la vie nous traite ainsi, comme si l’on n’était rien, à peine vivante. J’avais donc finalement repris une position derrière Darius, sous une forme possédant deux jambes et deux bras, que je me servis pour lui entourer le cou tendrement, m’appuyant un peu contre lui, parlant doucement de ce que je pensais, de mes souvenirs passés, de ce temps qui passe sans que l’on ne puisse rien n’y changer. Il avait répondu qu’il n’avait pas l’habitude de se faire réveiller ainsi, me traitant de loup lécheur. Pourtant, la plupart des bêtes se saluent ainsi, montrent leur affection et le font encore pour de nombreuse signification. Finalement, les humanoïdes sont bien des exceptions en ne le faisant pas, de cette perspective, leur altitude est bien plus étrange que la mienne. Ma meute me manque, cette meute avec laquelle j’ai grandi, qui m’a appris à chasser, à pister les proies plus faibles, qui m’a appris à admirer autant le froid que le chaud… Cette multitude de truffes humant l’odeur des pins et de l’herbe humide, écoutant les murmures de la forêt et les Cries du vent. Et cette longue mélodie que nous chantions tus sous les lunes, une mélodie du monde sauvage qui vous semble parfois si brut a vous, manieur de hache et d’épée et qui pourtant, quand vous accepter d’ouvrir les yeux, vous semble tout à coup si belle. C’était ma maison, ma demeure, ma famille et même quand vous pleurer les vôtres laisser aux loups, je pleure les miens laissé aux hommes. Vous avez peur de tomber sur nous, alors que nous, on sait que les nôtres se baigneront dans leur sang s’ils vous rencontrent, je parais sombre un instant, revoyant ce rêve, ce cauchemar. Je poursuis surement des chimères, à vouloir tant les revoir alors même que je sais que c’est de plus en plus incertain, mais puis-je faire autrement ? Ce désir de les revoir, de sentir à nouveau leur fourrure…. Je regarde un instant cette nuque devant mes yeux, peut être que…. Pourrait-il me mener à eux ? Non et pourtant, je comprends que j’aimerais qu’il soit à mes côtés même si cela fait peu longtemps, un voyage que l’on pourrait prolonger, je remue la queue a cette idée.

Il est gentil, je pourrais apprendre des choses, comprendre des choses… Peut-être que je pourrais lui faire découvrir les arbres ? Faire le chemin aux côtés d’un bipède me semblerait stupide probablement si tant de saisons ne s’étaient pas écoulé, mais à présent ?
« - Il paraît que l’héritière d’un comté dans le sud du royaume est une sindarin. Elle survivra à des générations de sujets qu’elle verra grandir et mourir. C’est peut-être un peu ce que tu ressens. Mais tu as sans doute raison, on ne peut pas interférer avec le nombre d’années que les dieux nous ont accordés, il vaut mieux profiter de ce que l’on a encore. »
Je ne connais pas ces fameux dieux…. Mais je doute qu’il puisse prendre et donné, pourquoi les bipèdes ont tant que ça besoin d’être immatériel pour expliquer tout et n’importe quoi ? Pourquoi ne pas se contenté de leurs muscles et leur chair pour accomplir des choses, pour espérer, pour désespérer ? Quand je courais dans la forêt, jeune, la seule présence à mes côtés était mes pairs, ma meute, les miens…. Finalement, le grand gaillard revient de derrière le comptoir, ayant visiblement dans les mains une caisse en métal, mais dont le contenue était dissimulée. Il semblait dans tous les cas très contents de ce qu’il ramenait, se déplaçant comme un jeune renardeau alors qu’il était plutôt dans le physique du vieil ours. Il finit par poser ce qu’il tenait sur la table, à la vue de tous. En tout cas, Darius sursauta, ce qui faillit me donner un coup de tête, mais j’avais heureusement de bons réflexes pour éviter ce genre d’accident regrettable. Le couvercle fut délicatement retiré, ceux qui se trouvait à l’intérieur sentaient le sucre, chose assez rare de sentir en forêt sauf si on a la curiosité d’approchée de ruche durant la belle saison. Mais on est généralement pris de cours par les ours et quand ce n’est pas le cas, les abeilles ne manquent jamais de défendre leur nid, ce qui n’est pas agréable même pour des loups a la fourrure épaisse comme nous. Pour le teint, cela rappelait un certain fruit mûr comme les oranges ou les pèches… En tout cas, le géant semblait très satisfait du liquide.
« - C’est une sorte de jus ?
- Mieux que ça ! »
Il avait alors plongé sa main tout entière dedans, la ressortant rapidement. Le liquide se transforma alors en glace en très peu de temps, la magie faisait son œuvre, dévoilant l’une des capacités de ce géant pourtant chaleureux. Lors d’un de mes passages dans un village de bipède, il m’a déjà été donné de voir ce qu’il appelait un marionnettiste faisant un spectacle de rue, entouré d’enfant. Des ficelles accrochées aux doigts pour animer un pantin de bois, obligeant des mouvements complexes afin de les faire bouger comme il le souhaitait. En ce moment même, les mouvements qu’exerçait ce cher Bellicio autour du liquide gelé y ressemblaient, comme s’il voulait faire bouger une marionnette de glace et non de bois. Et tout comme ce dernier, le contenant durci lui répondit, se craquant en plusieurs parts égales. Fasciné, ma queue remua de tout la place qu’il lui était donné, observant la surface lisse, me rappelant alors… Oui, je les ai perdus alors que l’on traversait une étendue gelée, la tempête de neige est ce qui nous a séparés, cette matière si froide qui signe aussi ma terre natale.

Serait-ce un indice suffisant pour les retrouver ?
« - En descendant d’une colline dans la taïga, j’étais tombé sur un cavalier gris caché dans une grotte. Le pauvre gars était tout frigorifié, j’ai juste eu à le cueillir ! Il se trouve qu’il avait un pouvoir assez similaire au mien, et vu que ces types s’y connaissent pas mal en magie, j’ai cherché à en profiter. Pendant trois jours et trois nuits je l’ai gardé dans cette grotte, il m’a entraîné en échange de sa vie, et regardez le résultat, je découpe la glace aussi précisément qu’un chirurgien sylphide opère un corps ! J’ai qu’une parole, donc je l’ai laissé partir après. Il s’est enfui à grosses foulées vers le sud, et pas vers Phelgra si vous voulez mon avis… »
La taïga ? Des grottes ? Je me demande bien de quel lieu il parle… Et puis, je sais que dans la langue des bipèdes, un cavalier désigne quelqu’un avec un cheval hélas et pourtant, il n’en a nullement parlé… Dans tous les cas, il était étrange de voir que les bipèdes apprenaient en menaçant les leurs et que cela se révélait efficace… Dans une meute, l’ancien transmet aux louveteaux et certes, moi-même j’ai déjà eu droit de me faire gronder par des grondements et des coups de crocs pas bien fort…. Mais ce n’est nullement la peur qui menait, chacun était appliqué, observant et imitant, se faisant corriger si nécessaire…. Tout cela est bien lointain.
« - Assez parlé, passons à la dégustation ! Ce n’est pas vraiment la saison, mais la glace est un mets très apprécié dans la pourtant très froide Cimmeria. Un dicton de la région d’où je viens dit même que "les gens d’Hellas mangeraient les murs de leur cité s’ils en avaient la possibilité" ! »
Des bous de bois furent planté dans 3 parts différentes, le géant en tendit à Monsieur botte et a moi. Regardant d’abord comment Darius le prenait, je l’imitai, l’observant longuement encore quand il fut dans ma main. Je n’ai déjà pas l’habitude de manger avec, n’utilisant normalement que ma gueule. Je voulus croquer dedans, je fis une grimace, les crocs gelés. Regardant de nouveau Darius, je compris qu’il fallait laisser fondre la chose dans sa bouche et la lécher. Ce que je fis, appréciant enfin le gout, il ne me fallut pas longtemps pour la finir. Tout en zieutant les glaces pas encore finit par leur propriétaire respectif, j’attendis sagement, me léchant les lèvres ou cas où, montrant en même temps que j’avais bien aimé.

Quand je vis qu’il avait fini, je me redressai, me tendant, allant devant lui, le fixant de mes yeux bleus, remuant doucement la queue.
« - Tu ne voudrais pas m’aider à chercher ma meute ? Je crois finalement que chercher au hasard sur ces terres ne m’avancera pas beaucoup…. Ma terre natale est très froide, de pin et de sapin, il y a des grottes aussi…. Si ce que vous appelez Cimmeria est très froid aussi, c’est surement las bas…. Et puis, en chemins, je pourrais t’aider pour ce que tu fais, sans que tu aies besoin de vouloir vendre ton compagnon au premier gars venu. »
Dis-je, montrant que je n’avais pas oublié. Je m’approche, collant presque mon visage aux siens avec un grand sourire, la queue battante.
« - Je t’aime bien…. Et promis, je toucherais plus à tes bottes pour jouer. »
Par contre, je ne promettais rien pour le reste de ce qui le vêtit.


Halloween
PV Darius Aellaml


Je parle en #00cc00

DC du chat
TC: Eldinnor Ombre


" Le loup a toujours des raisons afin d'égorger les moutons."
Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 0y4s38
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitimeVen 1 Juil - 15:36

Comme prévu par Darius, Loup se cassa les dents à la première tentative. Elle ne pouvait pas savoir, mais c’était toujours amusant de voir les personnes étrangères aux recettes cimmériennes essayait de croquer dans de la glace. Elle arriva finalement sans trop de mal à imiter les deux habitués et sa glace fut bien vite consommée. Malgré la désagréable première tentative, elle semblait avoir tout de même apprécié son pavé sucré puisqu’elle fixait déjà les glaces des autres en se léchant les babines.

Darius lui ne se montrait pas aussi expéditif dans sa consommation, il souhaitait profiter du moment. N’était-ce pas la plus belle des sensations que de déguster de bons plats en bonne compagnie ? La nuit était certes assez frisquette, et ce n’était peut-être pas un lieu aussi raffiné que le « Aux Mille Couleurs », mais qu’importe ! Il passait un bon moment.
Le sourire de Bellicio indiquait que lui aussi appréciait cette nuit, même si il était toujours assez difficile de comprendre ce qui se passait dans sa tête. Bellicio avait toujours été imprévisible, mais depuis la disparition de Forkald, il s’était mis à faire des choses assez incohérentes, comme investir une bonne partie de sa fortune dans une auberge puis tout abandonner pour aller défendre une nation qu’il avait quitté depuis sa tendre jeunesse. Forkald au contraire ne faisait jamais rien sans dessein et longue réflexion. Grâce à sa ruse autant qu’à sa force, il avait réussi à se faire une place en tant que mercenaire dans les hautes sphères de Tyrhénium. Il avait une influence étrangement grande, dont Darius n’avait pu hériter que très partiellement, pour ne pas dire quasiment pas.
Et pourtant les deux cimmériens aussi différents qu’ils aient été semblaient toujours avoir été très proches, et si Forkald était le père adoptif de Darius, alors Bellicio était son oncle.

À force de penser, Darius ne se rendit pas compte qu’il avait finir sa glace, et tout en continuant à mâchonner le bâton, il vit Loup s’approcher de lui, très près de lui. Il ne put s’empêcher de rougir une nouvelle fois, mais ne dévia pas son regard.
Le jeune mercenaire resserra l’étreinte de ses dents sur le bâton alors qu’elle lui demanda de l’aider à chercher sa famille à Cimmeria. C’était une proposition intéressante. Il n’était pas sûr de trouver énormément de contrats en plein milieu du désert de glace qu’était le pays nordique, mais avoir un compagnon doté de canines pareilles était très certainement un atout de taille. Elle n’avait visiblement pas oublié le coup de l’esclavagiste. Darius se demanda si tous les loups étaient aussi rancuniers. Était-ce un crime de s’exclamer face à un prix aussi alléchant ?
Bellicio de son côté semblait lui aussi réfléchir à ce que venait de proposer la yorka. Son sourire s’était effacé, comme si l’idée même de voir Darius aller dans le pays des glaces le contrariait fortement. Murmurant un « Je dois y aller » d’excuse à ceux qui pouvait l’entendre, il sortit de l’auberge pour rejoindre les rues encore sombres de Tyrhénium.

Darius se tourna vers la porte de sortie en hochant la tête silencieusement. De la même manière qu’il était impossible de freiner l’excitation de Bellicio, il était impossible de comprendre ses changements d’humeur, et inutile de chercher à le retenir.
Lorsqu’il se retourna, la yorka s’était encore approchée de lui à tel point qu’il pouvait presque sentir son nez toucher le sien, et ses yeux se refléter dans les siens. Elle lui assura son affection, et lui promit même de ne pas toucher à ses bottes.

Le terran resta bloqué dans sa position, puis il recula doucement son visage et posa une main sur la table tout en fixant longuement le bois, l’air pensif.
Finalement, il releva la tête pour retrouver les iris bleus de la jeune fille, à une distance plus raisonnable néanmoins.

« Moi aussi, je t’apprécie beaucoup. Mais ce voyage risque d’être impossible, pour le moment. Nivéria arrive, et Cimmeria est invivable en cette saison. Avec ma chance, y aller serait du suicide. En revanche, je sens au fond de moi que l’année prochaine sera spéciale. Alors en une saison plus clémente peut-être… »

Ce n’était pas une fausse excuse, Loup était peut-être équipée naturellement pour le froid, mais Darius restait un terran sensible aux températures nivériannes. Et puis reporter ce voyage à l’année prochaine leur permettrait de mieux le préparer.

« D’ailleurs, j’imagine que tu ne vas pas rester attendre ici pendant trois mois. Est-ce qu’il y a un moyen pour que je puisse te contacter ? Les Eryllis ont pas un service d’oiseaux messagers à leur disposition ? »

Darius sourit à sa propre blague, mais c’était une bonne question ! Même si elles avaient vraiment un service postal, il ne savait pas écrire, et il ne se voyait pas vraiment chercher Loup à l’aveuglette dans la forêt de Noathis, d’autant qu’elle n’avait pas l’air de tenir en place.
Il se rassit sur sa chaise dans un bâillement. La nuit avait été trop courte, il allait décidément devoir se rendormir. Il jeta un coup d’œil vers le chien noir qui était déjà parti s’endormir dans un coin de la pièce. Loup semblait être la seule personne en pleine forme des lieux. Effectivement, avoir une boule d’énergie pareille dans la taïga semblait être une bonne idée.
Revenir en haut Aller en bas
:: L'animal ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Loup
:: L'animal ::
Loup
MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitimeVen 1 Juil - 21:22



Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 4ed7v8

Un entraînement casanier


J’avais proposé qu’il m’accompagne pour m’aider à retrouver ma famille, vers cette terre appelée Cimmeria. À l’évocation de ce terme, le maitre des lieux eut l’air de s’assombrir, s’excusant avant de sortir. Les bipèdes sont bien étranges de s’excuser de tout, à croire que cela faisait partie de ces fameuses règles de politesse dont j’entendais parfois parler. Il sembla hésité, posant une main sur le bois, relevant la tête que plus tard, ses yeux un peu plus éloignés des miens.
« - Moi aussi, je t’apprécie beaucoup. Mais ce voyage risque d’être impossible, pour le moment. Nivéria arrive, et Cimmeria est invivable en cette saison. Avec ma chance, y aller serait du suicide. En revanche, je sens au fond de moi que l’année prochaine sera spéciale. Alors en une saison plus clémente peut-être… »
Pourtant, moi, qu’importe les changements de saison, moi je n’ai jamais éprouvé de difficulté sur ma terre natale. Au contraire, le paysage changeant était magnifique, avec tantôt les herbes folles, les feuilles de multiple couleur et bien sûr, la neige dense. C’était comme voyager sans jamais bouger… La ou les villes des bipèdes restent figées dans le temps, impassibles, la nature elle a de nombreux visages à découvrir. Il est dommage que les bipèdes voient en les arbres et la terre, qu’un moyen de s’enrichir et jamais une occasion d’apprendre. Heureusement qu’il existe des exceptions comme Darius en face de moi… Après, chaque saison a ses dangers ; quand l’air se fait moins rude, bien des créatures sorte de leurs nids, de leur hibernation et ceux qu’elles soient proie ou prédateur… Tous les loups savent ça, les bipèdes devraient en avoir conscience aussi même s’ils ne craignent pas grand-chose armé de flèche et d’épée comme ils sont…après tout, c’est aussi bien pour ça qu’ils sont la plus grande menace de ce qui vit, ce n’est pas pour rien… Et c’est aussi pour cela que j’ai à les combattre si souvent… Dans ces moments, qu’importe la période, ils n’ont pas l’air si fragiles alors il est étonnant d’entendre les craintes de monsieur bottes à propos de la saison.
« - D’ailleurs, j’imagine que tu ne vas pas rester attendre ici pendant trois mois. Est-ce qu’il y a un moyen pour que je puisse te contacter ? Les Eryllis ont pas un service d’oiseaux messagers à leur disposition ? »
Je réfléchis alors, avouant alors ;
« - Je n’en connais aucun, les autres Eryllis même on du mal à me contacter. Je protège les miens quand je repasse dans le coin et je partage les nouvelles avec les autres à ce moment-là. La plupart ont appris à me comprendre sans que je change de forme, à force. Mais si on se recroise… »
Je regarde le chien, souriant.
« - Tous les canidés ont un bon odorat, que ça soit moi ou lui, il reconnaitra sans doute mon odeur. Et oui, je ne vais pas attendre ici 3 mois, je surveille les plantes et les bêtes après tout, mon rôle est de les protéger et nombreux sont les bipèdes avides hélas. »
Mon regard se perdit dans le vide un moment, je suis bien placé pour le savoir, combien de fois dois-je les affrontés, pour qu’ils cessent ? Je regardai Darius, je partirais surement demain, pas en douce bien sûr…. Je suis contente de l’avoir rencontré, mais je ne suis pas une chienne des villes après tout. Je suis une louve des bois enneigés. Qu’allait-il faire à présent ?


Halloween
PV Darius Aellaml


Je parle en #00cc00

DC du chat
TC: Eldinnor Ombre


" Le loup a toujours des raisons afin d'égorger les moutons."
Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 0y4s38
Revenir en haut Aller en bas
:: Les Lamelles ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Darius Aellaml
:: Les Lamelles ::
Darius Aellaml

MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitimeLun 18 Juil - 12:54

Darius lut du scepticisme dans les yeux de Loup. Pourtant ce n’était pas une fausse excuse, si elle possédait peut-être sous sa forme animale une fourrure capable de la protéger du froid le plus mordant, ce n’était pas le cas du simple terran qu’était le mercenaire.
Et pourtant il avait lui-même goûté de nombreuses fois au froid. Les bois de Forkald pouvaient se montrer très difficile à vivre à Nivéria, il en avait fait les frais. Et encore, ce n’était rien à côté du nord de Dalma, à la frontière de Cimmeria même. Il y allait avec sa mère et quelques membres de sa fratrie pour vendre des babioles aux montagnards cimmériens. Sa génitrice lui contait souvent à propos de la fourberie des gens du nord, et pourtant elle ne rechignait pas à accepter leurs dias, et eux à acheter ce qu'elle avait à vendre. En tout cas, si ces montagnards ne semblait par faire cas du froid, Darius lui revenait toujours dans ses collines du sud avec une grippe infernale.

Darius secoua la tête, effaçant de ses pensées ces souvenirs lointains. Non, Cimmeria ce n'était pas pour tout de suite.
Devant lui Loup semblait attendre une réaction de sa part, mais il ignorait ce qu’elle attendait de lui. Haussant discrètement les épaules, il lui fit cette promesse :

« Si tu le dis, alors nos retrouvailles se feront au gré du vent, littéralement, et on y ira se geler les miches en plein Béamas s’il le faut. »

Les Lamelles détourna le regard vers la porte de l’auberge encore ouverte. Il s’avança pour aller la fermer, mais au moment où il toucha la poignée il ressentit un frisson. Le bois était glacé, si froid que Darius en retira vivement sa main.
Peu importe l’émotion qui avait poussé Bellicio a la geler ainsi, elle était forte, et mauvaise, même Darius pouvait le savoir. Si il ne voulait pas laisser Loup seule, il ne pouvait décidément pas laisser son ami, son oncle dans un tel état.

« Loup, je vais devoir moi aussi te laisser, j’en suis désolé., mais je n’oublie pas ma promesse, on se reverra. »

Darius jeta un dernier regard souriant à ses deux nouveaux amis, avant de quitter l’auberge.
Revenir en haut Aller en bas
:: L'animal ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Loup
:: L'animal ::
Loup
MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitimeSam 13 Aoû - 18:03



Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 4ed7v8

Un entraînement casanier



Ainsi, j’avais parlé du fait que même les miens avaient du mal à me contacter, ma seconde meute… Peut-être que cela peut sembler stupide, c’est pourtant bien le cas, je suis occupé à m’occuper du monde naturel après tout, alors il est bien logique que je n’aie jamais d’endroit prédestiné, je me laisse porter ou ma truffe me guide. Et j’apprécie vraiment les rencontres comme celle-ci et je suis contente de voir que le chien a maintenant quelqu’un sur qui compter. En repensant à notre rencontre, j’espère que Darius pourra aussi se reposer sur lui, la meute rend plus fort et je ne suis pas sûr que cela s’applique uniquement au loup que je suis. J’aurais vraiment aimé chercher ma première meute avec ces deux-là, mais il semblerait que cela ne soit pas possible, pas de suite en tout cas.
« - Si tu le dis, alors nos retrouvailles se feront au gré du vent, littéralement, et on y ira se geler les miches en plein Béamas s’il le faut. »
Ainsi, il semblait persuader que l’on se reverrait, pourtant ces territoires sont si grands, je souris, c’est vrai que malgré tout, les cœurs sont destinés à se revoir. J’en suis persuadé, car c’est bien mon cœur également qui me pousse à retrouver cette famille qui m’a élevé, ces loups n’ayant qu’une forme. Je n’ai jamais aimé particulièrement prendre celle a deux jambes sauf quand nécessaire, mais je me rends compte que malgré tout, elle m’apportait de bonnes rencontres également. Il semblait partir, le chien semblait vouloir le suivre, je souris.
« - Loup, je vais devoir moi aussi te laisser, j’en suis désolé., mais je n’oublie pas ma promesse, on se reverra.
- Entendu, que les lunes veille sur toi comme elles ont toujours veillé sur les loups et les animaux nocturnes et… Maintenant, tu es accompagné, peut être que j’entendrais son hurlement ou lui le mien au détour d’un chemin, à ce moment-là, tu pourras tenir ta promesse.»
Dis-je, finissant ma phrase par un changement de forme, alors que lui passait la porte. Je fis une dernière léchouille au chien, sortant alors du lieu, empruntant les routes de la ville, me faufilant dans l’obscurité, tel un fantôme dans la nuit. Je retrouvai rapidement la nature et ses teints verts, regardant la ville derrière moi, je souris intérieurement, à chacun sa demeure, mais il est plaisant de savoir qu’un ami est présent chez le voisin…. Cela fait paraitre les villes humanoïdes moins… Hostile pour moi… Même si je préfère les bois et le bruit des rivières comme échos à mes oreilles et admirer les saisons qui s’y enchainent.


Halloween
PV Darius Aellaml


Je parle en #00cc00

DC du chat
TC: Eldinnor Ombre


" Le loup a toujours des raisons afin d'égorger les moutons."
Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 0y4s38
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}   Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306} - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Un entraînement casanier {PV Loup, le 30 Cicium 1306}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Promenons nous dans les bois pendant que Loup y est[Pv Loup]
» Combat d'Infirmes ! L'entrainement d'une nouvelle Erillys
» [Cicium - An 1305] A la recherche d'un guide (ft. Lindorie)
» Il y a erreur sur le voleur (14 Gexon 1306) PV : Othello
» C'est pas très légal {PV : Darius, le 4 Gexon 1306}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Eridania, le pays aux mille culturesTitre :: Tyrhénium, la ville frontière-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !