Les fleurs de la Grande Désolation.

News & Infos

C'est ici que vous trouverez les dernières infos du moment, les utiles et moins utiles.

Temps actuel

Effectifs

• Eryllis: 2
• Ladrinis: 6
• Eclaris: 3
• Prêtresses: 4
• Cavaliers de S.: 4
• Nérozias: 4
• Gélovigiens: 4
• Ascans: 1
• Marins de N.: 2
• Civils: 14

Lien recherché

- Torenheim cherche des "relations" en tout genre.
_ Oscuro veut causer à des Prêtres de Kron.
_ Walter cherche de Preux chevaliers.
_ Raël veut des clients.
_ Deirdre a besoin d'employé!

Les Rumeurs

_ Il parait que des personnes hauts-placées seraient gravement malades.
_ Il parait que ça se bécotte "au bal de la Rose".
_ Il parait que des créanciers en sont après un des conseillers de Ridolbar.

Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Le deal à ne pas rater :
Figurines Hasbro : 1 achetée = 1 offerte (livraison gratuite)
23.49 €
Voir le deal

Partagez
 

 Les fleurs de la Grande Désolation.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: La Rose d'Eridania ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Pandora Vanes
:: La Rose d'Eridania ::
Pandora Vanes
MessageSujet: Les fleurs de la Grande Désolation.   Les fleurs de la Grande Désolation. Icon_minitimeLun 21 Nov - 15:37

On place sur ses épaules la fourrure délicate d’une hermine blanche, la crinière d’un lion paternel qui enserrait sa nuque. La cape qui tombe sur son dos, d’un rouge éclatant, brodée du félin d’or, n’enverrait pas un message différent. Où qu’elle aille, Pandora était l’émissaire de sa maison, la fille de son père. Elle incline le menton, noble jusque dans son obéissante résignation, gracieuse et délicate, la petite princesse grimpe seule sur son destrier. Ce geste n’a l’apparence de la banalité qu’aux regards les moins aiguisés de l’assemblée. Ceux qui ont appris à lire entre les lignes observeront que les princesses devraient être rangées, bien sagement, dans leurs carrosses, comme de précieux bijoux ne quittant jamais leur écrin. Ils remarqueront aussi que la demoiselle n’a pas attendu ni pied d’estale ni chevalier servant pour se hisser, à la force de ses bras et de ses jambes, sur sa fière monture. Sous la cape du Lion, la Rose s’est parée d’une force nouvelle, invisible à ceux que les apparences flattent et trompent.

Le convoi qui quitte Heldor est composé d’une petite trentaine de personnes, les Lions aux armures dorés encadrent la suite protocolaire, les servantes de la jeune Vanes côtoient quelques dignitaires et d’autres hommes et femmes, plus discrets. Pandora salue la foule qui s’était amassée petit à petit sur la grande avenue qui menait aux portes de la ville, ce n’était pourtant pas une très belle journée et ce n’était pas non plus un très grand voyage qui l’attendait mais, la rumeur avait couru plus vite que son destrier, qu’elle rejoignait le Roi.

Le reste du trajet fut plus silencieux et par certains points moins protocolaire. Les nobles gens qui l’accompagnaient n’avaient guère l’habitude de perdre le confort d’une maison et certains prétextèrent se sentir fort mal en point, obligés de retourner à Heldor. Pandora écoutait et donnait ses dispenses avec autant d’amusement que de soulagement, moins elle était épiée par ces regards exigeants, mieux elle se sentait. Elle avait vécu un temps à Deux Moulins et la rudesse de ces conditions de voyage ne lui causaient aujourd’hui que peu de désagréments. Elle n’aurait cependant pas l’opportunité et la joie de chevaucher auprès d’un compagnon jovial, ses servantes ne montaient pas et les Lions avaient la charge de sa protection pas de son divertissement. Il ne restait alors que les nobles assez endurcis ou entêtés qui n’avaient pas fait demi-tour après la première nuit et les hommes et femmes qui se faisaient discrets. Les premiers n’avaient de conversations passionnantes que pour un temps et les seconds ne pouvaient converser si librement avec la petite princesse.

Le voyage ne fut pas long mais il le semblait à beaucoup d’entre eux lorsque le convoi s’arrêta, ils avaient atteint le point de rendez-vous. Il fallut attendre que le soleil se dresse au-dessus de leurs têtes avant de voir l’étendard étoilé du Roi. La suite du Roi semblait plus militaire que celle de Vanes et Pandora ne put empêcher un petit sourire de courir sur ses lèvres en voyant les Lions bomber le torse, l'air de dire que leur infériorité numérique n'était qu'une autre façon de briller. Tous mirent pieds à terre en attendant le Roi et s'inclinèrent dès que ce dernier fut assez près.

Pandora avait revêtus une tenue particulière, l'ensemble ressemblait à une robe ceintrée mais il s'agissait en réalité de deux pièces, un haut à manches longues et bouffantes était resserré au niveau de la taille par un corset recouvert d'un veston et une jupe particulièrement évasée qui tombait un peu au-dessus de ses chevilles, laissant deviner des bottes montantes. Les gentilhommes du convoi avaient émis de discrètes mais audibles réserves sur ce style trop masculin à leur goût. Qu'elle ne fut pas leur surprise lorsque la demoiselle grimpa non pas en amazone mais à la manière des hommes sur son destrier. La jeune Vanes remerciait intérieurement sa fidèle couturière, sans elle les hommes du convoi auraient certainement criés au scandale en la voyant arrivée en pantalon.

La petite rebelle s'inclinait à son tour à l'approche du Roi.

- Nous espérons que vous avez fait bon voyage votre Altesse et sommes honorés de le poursuivre à vos côtés.

La jeune Vanes s'exprimait au nom de sa suite, c'était tout à la fois poli, modeste puisqu'elle ne faisait pas passer son Je avant le Nous mais cela pouvait aussi être ambivalent. En n'exprimant pas une joie personnelle, elle laissait une place au doute. Se redressant elle arborait un sourire aimable sans défaut. Elle n'était plus l'adolescente vexée d'être ignorée, ni d'avantage l'enfant qui se rêvait princesse. Son coeur pouvait encore se laisser aller au romantisme mais sa dernière conversation avec un homme proche de la royauté lui laissait un souvenir aussi vif qu'amer. Elle n'avait aucune intention de séduire le Roi, quoi qu'en pense sa suite ou la moitié de son duché, mais cela ne signifiait pas qu'elle n'avait aucune ambition concernant cette rencontre.


Les fleurs de la Grande Désolation. Yi9y
Revenir en haut Aller en bas
 
Les fleurs de la Grande Désolation.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La jeune fille au langage secret des fleurs
» Énorme désolation
» La Grande Epidémie
» La Grande Evasion
» EVENT : La Grande Epédimie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Cebrenia, le pays des Grandes CitésTitre :: Les Ruines de Taulmaril-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !