∞ Nolinda - en cour ∞ [délai accordé]

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 6
• Eclaris: 8
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 5
• Nérozias: 2
• Gélovigiens: 3
• Ascans: 1
• Marins de N.: 4
• Civils: 11

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Niveria Mois:Famael
[Juillet/Août en temps réel]

Tableau d'honneur


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 ∞ Nolinda - en cour ∞ [délai accordé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: ∞ Nolinda - en cour ∞ [délai accordé]   ∞ Nolinda - en cour ∞ [délai accordé] Icon_minitimeMar 5 Juil - 19:41


PRESENTATION
∞ Nolinda Delomnia ∞



    NOM: Delomnia
    PRÉNOM: Nolinda
    SURNOM:Nola

    SEXE: féminin
    AGE: 20 ans environ, mais au fond, personne ne sait quel age a vraiment Nola
    PEUPLE: Sindarin

    CASTE: Eryllis
    MÉTIER: Espionne

    ARMES PRINCIPALES:
    Elle possède un arc en bois de chêne avec quelque motif que l'on soupçonne être de l'argent massif. Son carquois contient quinze flèches empoisonnées.
    AUTRES POSSESSIONS:
    Nola détiens toujours sur elle une étrange dague qui d'après ceux qui ont survécus, peux changer de forme, de taille et est même vivant. Malheureusement personne n'en est vraiment sûre... À par Nola... Elle possède aussi une sorte de diamant dont personne ne connaît la couleur exacte incrusté sur son front. Il brille d'une étrange lumière lorsqu'elle s'énerve.
    Spoiler:
     

    DON:
    Prévoie le future de quelque heure voir minutes / Agilité développée
    POUVOIRS:
    -Contrôle de la nature, pouvoir que Nola adore, elle aime tellement les animaux et les plantes, pouvoir, les voir et les manipuler est un pur régale pour elle.
    -Hypnose,pouvoir qu'elle trouve très pratique pour influencer les ennemies, voir même ses compagnons, ou ses supérieurs quand elle se sent obligée.
    SPÉCIALITÉS:
    -Discrétion, grâce à ses problème vécue dans sa famille, Nola a sue très vite comment être plus que discrète pour s'échapper d'une mauvaise passe.
    -Appel des animaux, Nola connaît par cœur les cris de chaque animal des différentes contré. Il suffit qu'elle l'entende une fois , pour savoir le reproduire et ainsi appelé les animaux.

    PHYSIQUE:
    Quand on ne la connaît pas, on pense d'abord qu'elle doit être une réincarnation de la beauté. Nola s'est toujours sentie mal à l'aise dans sa peau. Elle n'a jamais compris pourquoi se merveilleux corps lui appartenait. Elle se cache toujours derrière ses magnifiques cheveux noir comme la suif. Quand un malheureux coup de vent viens les ébouriffer et les fait s'envoler elle se cache de nouveau en tournant la tête. Pourquoi fait-elle ça ? Elle n'en a aucune idée. Ses magnifiques yeux verts brille de mille feux, les reflet doré lui donne une impression magique qui fond refléter le diamant incrusté dans son front. Quand par miracle elle regarde franchement quelqu'un, ses yeux ne peuvent s'empêcher de briller d'une lueur de malice. Étrange, pour quelqu'un qui passe sa vie à se cacher des autres. Ses lèvres fines sont d'un étrange rosé. Son extrême pâleur comporte parfois des reflets roses voir rouges. Sa couleur de peau est tout simplement magique. Elle porte toujours des vêtements moulant, elle les détestes, mais se sent plus en accord avec la nature et plus proche des animaux avec cette tenue. C'est pourquoi elle la porte tout le temps, dans la forêt lorsqu'elle est seul. Mais dans les lieux bondés, vous ne la verrez jamais ainsi. Elle aura toujours son étrange cape blanche immaculée qui lui cachera le corps, mais pas le visage. Parfois aussi... Vous ne la verrez pas du tout...
    Nola inspire à la fois la douceur, le froid, la beauté, le mystère et la crainte. Une crainte qui ne cesse d'empirer avec les années... Qui sont hélas nombreuses... Bien plus qu'on ne le crois...

    PERSONNALITÉ:
    Enfant, Nola était la fillette la plus joyeuse qui soit. Tout le monde l'aimait et elle aimait tout le monde. Jolie compromis. Hélas, vers quinze ans, la folie de son frère et l'assassina de ses parents la rendirent froide, triste, bien que magnifique... Depuis se jour, elle a l'impression en permanence que quelqu'un ou quelque chose la cherche, la traque... Elle regarde tout le temps autour d'elle quand le vent souffle un peu trop fort. Elle a constamment peur. Peur du future qu'elle peut malheureusement voir malgré elle, peur du passé qui ne cesse de la tourmenter chaque nuit et peur du présent. Chaque jour à vivre est un désastre. Sauf a proximité des animaux, de la nature. De ces bêtes inoffensives qui ne cherche qu'à vivre, se détendre, se nourrir, protéger leurs progénitures... Voila ce qu'elle aime tant chez eux : la simplicité de leurs vie. Tellement belle et si simple... Depuis cette tragique nuit où elle a tout perdue, elle vit recluse dans la forêt avec ses seuls amis : les animaux sauvages, qui lui sont corps et âmes reconnaissant de tout les sacrifices qu'elle a fait pour eux. Avec c'est fantastique créatures, elle redevient elle même, la jeune fille qu'elle était auparavant. Souriante, heureuse, joyeuse, rieuse... et surtout généreuse... Tout cela ne faisait qu'amplifier sa beauté... Au fond d'elle même, Nola est toujours malheureuse. Sa face rieuse avec ses amis les animaux est encore et toujours un voile pour se protéger... Nola ne sait plus qui elle est, elle s'est perdus depuis longtemps et elle ne sait pas si elle se retrouveras un jours...

    HISTOIRE:


Prologue

La femme regarda le chaman l’air grave. À croire qu’il voulait vraiment lui faire peur… « Votre enfant aura une dure destiné madame …» Non mais, et puis quoi encore ?? Elle avait peur, une tel prémonition ne pouvait être que mauvais signe.
-Qu’est ce que vous voulez dire par « une dure destiné » ?... S'enquit-elle.
-Je veux dire, reprit-il, que vous allez, vous et toutes votre famille, lui causer la plus grande douleur qui existe.
-Hein ? Vous ne pensez tout de même pas que…
-Non, la coupa-t-il tristement, ce ne serra pas de votre faute… Ni à personne d’autre de votre famille…
Nolinda, sa merveilleuse petite fille venait de naître et on lui disait qu’elle allait souffrir le martyr comme personne par sa faute… C’est trop pour une mère…
Je viens de vous dire que ce sera pas votre faute madame… Dit l’homme par télépathie.
Tien, un télépathe qui lit dans les pensées en plus… Elle était vraiment bien tombé…
-Si je n’arrive pas à sauver ma fille d’un malheur, qui de plus vient de moi alors, je ne suis pas une bonne mère… Souffla-t-elle.
-Sauf, si ce malheur ne lui est pas destiné au départ…
Il avait chuchoté comme s’il venait de prévoir une grande catastrophe.
La femme qui avait gardé les yeux fixé sur le sol les relevas avec une extrême lenteur…
-Dites-moi la vérité… Chuchota-t-elle.
-Madame, je n’ai pas le droit, c’est contraire à…
-DITES MOI LA VÉRITÉ !! Elle avait crié c’est mots avec une tel fureur, son beau visage de Sindarin était déformé par la peur et le chagrin.
-Mais madame… Bafouilla-t-il.
-Vous m’en avait dit beaucoup trop monsieur… Maintenant vous allez finir votre petite histoire, sinon…
Elle sortie de sa poche un petite dague argenté, une étrange orra magique d’une extrême puissance en sortait. Le chaman connaissait cette femme, si douce et si gentille habituellement. Il ne la reconnaissait pas. C’est comme si un démon abritait son magnifique corps de femme.
-Da… D’accord… Je vais vous le dire…
La Sindarin tendit l’oreille et rengaina sa dague.
-Vous… Vous et toutes votre famille… Commença-t-il, Vous aller mourir, d’en quinze ans. Seul Nolinda survivra… C’est un homme… Je ne sais pas de quel clan il serra… Mais… Il vous déteste… Parce que vous lui avez pris quelque chose… Il va vous le reprendre… et vous tuer… Il va faire exprès de laisser Nolinda en vie pour qu’elle souffre… Dans le future, votre fille le tuera… Et se retrouvera en possession de cet objet… Elle risque de devenir mauvaise car… Cette chose est mauvaise… Je n’arrive pas à voir ce que c’est… Elle ne le deviendra peut-être pas… Mais… Elle vivra recluse, la peur au ventre tous les jours et toutes les nuits…
Il repris son souffle et termina :
-Dans quinze ans, elle vivra un enfer perpétuelle…

Chapitre 1 : La Nuit des Mort

-Attendez ! On arrête deux petites minutes les filles !
Les trois jeunes Sindarins se retournèrent en même temps ce qui fit sourire Nolinda.
-Pourquoi ? demanda l’une d’entre elle, on s’amusait bien !
Effectivement, les trois jeunes filles s’amusaient à leurs jeu préféré : Construire des abris aux animaux. Ce qui était drôle mais en plus très pratique pour les animaux de la forêt.
-Oui, mais j’ai promis à ma mère que je rentrerais de bonne heure : Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de mon frère…
-Ah… Il n’y a pas de problème Nola… Vas’y.
Klina, Flivol et Zecky était ses meilleures amies, et elles savaient toutes très bien le problème qu’avait son frère et à quel point Nola l’aimait malgré son handicape.
Reynald été tombé d’une falaise près des côtes de Pharis. Il voulait prouver à Nola à quel point son dont de l’envole marcher bien… Même quand il était malade et avec beaucoup de fièvre. La jeune fille l’en avait pourtant dissuader à nombreuses reprises… Mais sans sucé…
« Si je meurt ou si j’ai un problème tout sera de ta faute ! » Avait-il dit pour la taquiner.
Mais bien sûr, elle l’avait pris sur le pied de la lettre… Et viola… Elle s’en voulait à mourir maintenant, car son frère était désormais handicapé mentalement et physiquement… Il avait sauté, crier, d’abord de joie, puis de folie, puis de douleur. Elle s’en souviendrait toute sa vie.

Nolinda arriva chez elle, un étrange pressentiment l’envahie. Puis, des flashs du future, son pouvoir se mettait en marche pour la prévenir d’un danger. Elle avait peur. Elle se concentra, elle voulait voir ce qui aller se passer dans les trois prochaines secondes, ce qui valait à peu près au présent. Elle vit sa mère agonisant, une vilaine blessure l’entailler tout le visage. Si elle survie, elle sera défiguré à vie. Son père, lui était déjà mort. Une larme était resté là, figé sur son visage. Des frissons de terreurs et d’horreur commencèrent à l’envahir peu à peu. Son frère, où été son frère ?? Son pouvoir se remis en marche, elle ne le voyait pas, elle chercha toujours plus loin, impossible. Alors, elle se concentre sur l’assassin, lui où été il ? Et là, elle le vit. Les yeux rouge de fureur, le regard fou, ses vêtement trempés de sang qui n’étais pas le siens, son arme rouge sang comme ses vêtement : Son frère. Lui ? L’assassin, impossible. De plus il se tenait debout ce qui lui était impossible depuis son accident. Là, elle le vit lever son arme, la retourner vers lui même…
-NONNNN !!!!
Cris de désespoir, cris de tristesse. Un long, très long cris. Et c’était le siens. Elle n’aurait jamais crus qu’un jour elle serait aussi malheureuse.
Reynald, s’arrêta. Il se retourna avec une extrême lenteur. Nola le voyait mieux : Ce n’était pas son frère… Quelqu’un le manipulé .Son visage était bien plus fin et plus dure qu’à la normal, ses yeux, était rouge injecté de sang et le regard fou, il avait l’aire plus musclé aussi, plus trapu.
-Ou est Reynald ?... Demanda-t-elle le plus calmement possible en essayant de se donner une voix un peu plus grave. Ce qui ne marcha pas, elle partis dans les aiguës.
-Mais, il est devant toi ma chère petite… Répondit il le ton sarcastique. En chère et en os.. .
-Mais pas en âme, la coupa la jeune fille.
Ses yeux vert étaient maintenant couleur or, cela se produisait quand elle était en colère.
Le frère qui ne l’était pas se tue subitement, puis repris :
-Mais pas en âme… Tu es intelligente chère petite…
-Qu’as-tu fais te Reynald ?
-Tu oses me tutoyer ?... Gronda-t-il.
-On vouvoie les hommes, on tutoie les chiens. Dit-elle sèchement.
-Et en plus je suis un animal ?... Petite écervelé, tu ne sais pas ce que tu fais…
-Les hommes ont un cœur, une morale et une certaine gentillesse, plus ou moins forte et visible selon les gens. Les animaux vivent au jour le jour, ils ne réfléchissent pas, ils agissent. C’est vrais, tu n’es pas un animal, tu es pire que ça… Tu es un monstre.
-Reynald est mort. Répondit-il simplement.
Cette réponse l’ébranla de tout son être. Si c’était vrai… Oui, c’était vrai… elle voulait mourir… À quoi bon tenir de jolie discoure à des… monstres qui ne comprennent rien ?
-Je suis venue dans le seul but de récupérer ceci, continua-t-il en montrant un étrange petit joyaux. T’as mère me l’avait volé. Et ton père m’a volé ta mère…
-Mais c’est que c’est triste tout ça…
Nola faisait n’importe quoi. Elle voulait le provoquer pour qu’il la tue. Elle ne se voyait pas vivre orpheline et sans son frère… Serte, elle avait de nombreux ami(e)s, mais sa famille était tout pour elle. C’est pourquoi elle voulait le provoquer, pour que dans un excès de fureur il la tue. Elle souffrirait trop si elle continuait de vivre…
Le monstre esquissa un sourire, étrange… Elle ressentait quelque chose dans sa tête… Oh ! Non ! Il avait lue dans son esprit ! Non !
Son regard n’était plus fou, il était meurtrier. Son sourire était de plus en plus sadique.
Il la fixa une dernière fois et il tomba sur le sol. Mort. Il avait quitté le corps de son frère. Le joyau n’était plus dans sa main, il avait disparue aussi.
Là, elle tomba à genoux, et, elle pleura. Elle pleura tout ce qui pouvait être pleuré. Elle avait tout perdu. Tout. Elle ne sue jamais combien de temps elle resta ainsi, à pleuré toutes les larmes de son corps. Cela dura longtemps, très longtemps, c’est tout.

Chapitre 2 : Le cœur en bataille

Nolinda se releva. Physiquement, mais pas mentalement. Il fallait qu’elle fasse face au désastre de sa vie. Maintenant… Ou jamais… La jeune fille regarda le cadavre de son frère. Étrangement, il n’y avait pas de sang. Le monstre lui avait tout pompé. Elle détourna les yeux, c’était trop horrible. Une larme roula le long de sa joue. Elle se retourna et regarda ses parents. Elle essayait de garder son calme et de contenir de nouvelles larmes. Elle réussie. Elle se croyait forte, elle l’était, mais n’aurais jamais imaginé que ça l’était à ce point là.
Elle s'approcha encore un peu plus de sa mère. Que lui avait-elle prit à se monstre pour qu’il les tues tous ? Et pourquoi ne pas l’avoir tué ? Elle décortiqua le cadavre de sa mère du regard. Étrangement, d’un seul coup, elle se rendit compte qu’elle ne ressentait plus de tristesse. Non, maintenant, c’était de la rage, de la haine, de la colère et enfin, de la curiosité. Soudain, elle eut peur. Peur de ses propres sentiments. Que lui arrivait-elle ? Avait-elle perdue son cœur ? Peut-être. Elle était maintenant juste à côté de sa mère. Rectification, du cadavre de sa mère. Et là, elle le vit : il brillait de mille feux, il était magnifique. Nola sortis le petit objet de la veste encore ouverte de la défunte. La dague d’argent paraissait extrêmement coupante et une étrange orra semblé jaïr de l’arme. Au moment précis où la jeune fille s’empara de l’objet, celui-ci se mit à briller d’une lueur extraordinaire et elle ressentit la magie monter en elle comme si elle l’absorbé. Quand ce fut terminé, elle s’écrasa au sol. Évanouie.

Lorsqu’elle ouvrit les yeux, un horrible mal de tête la submergea. Elle se trouvé dans la forêt avec une centaine d’animaux qui l’entouré de partout. Comment été elle arrivé là ?
Je suis venue te chercher et je t’ai porté jeune fille. Je n’aurais jamais crus qu’une Sindarin soit aussi lourde ! Lui dit par télépathie un élégant cheval noir, une pointe de moquerie dans la voix.
-Que… Qui… Qui es-tu ? Demanda la jeune fille.
Je me nomme Nollicann mademoiselle. Et je suis un Frison.
-Un quoi ?
Un Frison ! C’est une race de cheval jeune fille.
Il avait parlé comme si c’était une évidence, d’un ton tellement auteint qui fit presque peur à Nola et qui eu pour effet de beaucoup l’énerver. Comme si Nollicann venait de comprendre ses pensés négatives, il prit un aire un peux plus normal de la pare d’un cheval et baissa légèrement la tête pour que la jeune fille paraisse moins petite et frêle par rapport à lui. Nola comprit son geste et la remercia du regard.
-Pourquoi m’avoir ramené ici ?
J’ai… ressentie un étrange danger au niveau de ta maison. Je suis entré et j’ai vu tout les cadavres… il marqua une pose guettant la réaction de la jeune fille, qui, à son grand étonnement ne réagis pas. Et je t’ai vu, continua-t-il, tu… respirais encore… Un peux.
-Donc tu m’as ramené, acheva-t-elle.
Exactement ! siffla Nollicann le sourire aux lèvres.
-Puis-je avoir une raison valide de ton geste ? demanda-t-elle comme si elle parlait à un tronc d’arbre.
Il perdit son sourire. Il se sentait un peu désarçonné ce qui n’était pourtant pas du tout dans ses habitudes.
J’ai crus que… Commença-t-il
-Tu as très bien crus, je t’en remercie ! répondit Nolla.
L’étalon sursauta, décidément il n’appréciait pas beaucoup les sautes d’humeurs de la jeune fille. Ça commencé même à lui faire un peu peur.
-Bon… S’écria soudain Nolinda, je ne veux plus aller nul pare… et je veux… venger mes parents et mon frère. Je dois m’entrainer, je ne dois plus être faible, je dois être forte et combative ! Puissance… C’est ça qui me manque… De la puissance…
Forte et combative, commença un daim qui écoutait depuis tout à l’heure, ne signifie pas froide, sans cœur, insouciante et haineuse… J’espère que tu t‘en rend compte… Tu ne dois pas laisser la haine, le gout de la vengeance et de la mort t’emporter.
-Oui. Je sais. Répondit-elle simplement. Je vais m’entrainer et le tuer. C’est tout.
Les animaux tréssaïrent et la fixèrent pendant un moment, soudain Nollincann prit la parole :
Je t’aiderais.
Sur c’est mots il se tue, et partis. Nola le regarda faire, étonnée mais ne répondit rien.

Chapitre 3 : Rencontre

-Nollicann !! Nollicaaaann !!! Répond !!! Tu vas finir par venir ???
La jeune fille regarda autour d’elle, persuadé que l’étalon noir faisait exprès de la faire attendre. Voilà bien 3 ans qu’elle s'entrainait dure et qu’elle aidée comme elle pouvait les brave bête de cette forêt, tous étaient incroyablement reconnaissant des efforts qu’elle fournissaient… Tous sauf un !
Je t’assure que je suis incroyablement reconnaissant ! Plaisanta-t-il d'un ton narquois.
-Arrêtes ! Le coupa Nola, nous devons partir pour le voyage le plus important de notre vie, et...
De ta vie, rectifia l'équidé.
-Oui, mais si tu n'es pas content, tu n'as qu'à pas venir je te signal !
La jeune fille savait que l'animal l'aimait beaucoup et qu'il ne se résoudrait pas à l'abandonner.
Ce n'est pas parce que tu es majeur que tu as le droit de me manipuler avec des sentiment Nola !
Il était vexé, c'était flagrant bien qu'il essayé de le cacher. La Sindarin se radoucie :
-Viens... On a pas de temps à perdre Nollicann...
Elle partit devant, sachant pertinemment que l'animal le suivrait. C'est d'ailleurs ce qui se produisit. L'étalon galopa jusqu'à elle et stoppa juste devant la jeune fille. Il baissa l'encolure sans mots dire. Nola comprit et l'enfourcha les cheveux cachant son sourire de satisfaction.
Ils trottèrent longtemps, pendant les trois ans où elle avait vécu loin de toute vie humaine, elle avait fait toutes les recherches possible pour retrouver celui qui avait gâché sa vie. Aujourd'hui elle savait où elle devait aller. Elle n'avait plus peur. Elle avait trop de haine en elle, cette haine qui était apparus dès que l'homme était apparus. Elle devait le tuer. C'était sa destiné. Nollicann ressentait tous les sentiments meurtrier et dévastateur de la jeune fille. Il ressentait un future sombre... Bien trop sombre...

Ils marchèrent pendant cinq jours, faisant le moins de halte possible, Nolinda ne voulait pas de cela, elle ne cessait de répéter "le repos c'est pour les faibles" et Nollicann lui répondait toujours "Et comme ça tu serras bien crever quand tu serras devant lui" "Lui", c'est comme cela qu'ils l'appelaient tout les deux aujourd'hui. La haine de Nola empirer et son cœur noircissait toujours un peu plus chaque jour. L'étalon noir ne savait pas quoi faire, il avait de plus en plus peur, priant pour que la jeune fille ne s'en soit pas rendue compte.
Ils n'étaient plus très loin... Des Grottes de Fellel.

À causes des nombreuses montagnes, ils furent obliger de contourner, voila maintenant deux semaines qu'ils étaient partis, venant du Sud d'Istéria. Ils y étaient presque. Ils étaient maintenant à la cité de Hellas. Nola descendit de l'étalon, celui-ci n'était pas rassuré : Il avait toujours vécu dans la forêt. Il avait déjà vu de loin une petite dizaine d'humain (à par Nola), il n'en avait jamais vu autant dans un seul endroit. Ses oreilles étaient couchées en arrière. Nola non plus n'était pas rassuré Depuis ses quinze ans, elle n'avait plus vu un seul être humain. Elle en avait dix-huit aujourd'hui, et bientôt dix-neuf. Elle enfila par reflex et par crainte sa capuche blanche immaculée de sa cape tout aussi blanche. Voyant que son compagnon avait tout aussi peur qu'elle, elle le caressa affectueusement, les mains tremblante. Surpris de ce geste, l'étalon leva brusquement la tête vers Nola, qui tout aussi surprise enleva sa main.
-J'ai faim... chuchota-t-il de sorte à ce qu'il n'y ai que la jeune Sindarin qui puisse l'entendre.
-Moi aussi Nollicann, il faut que nous nous ravitaillons, nous sommes obligé d'aller dans une auberge... Et je serrais obligé de t'attacher à l'entrer... Avec les autres chevaux... Ne m'en veux pas... On me chasserais si j'entrais avec toi...
-Je sais, je sais, ne t'en fait pas Nola... J'ai ... Confiance en toi... Dépêches - toi. C'est tout ce que je souhaite.
La jeune fille hocha la tête et se dirigea vers la première auberge qu'elle vit. Elle attacha le cheval, qui fut bien content de trouver un abreuvoir devant lui. Une jument Arabe était elle aussi attachée et s'abreuvait tranquillement, sa robe alezane reflétait le soleil qui commençait petit à petit à se coucher. Elle hénnit en signe de bienvenue au nouvel arrivant ténébreux par sa robe. et ses yeux. Nollicann lui rendit son hennissement et commença à boire goulument.
Nolinda rentra dans l'auberge, les odeurs de bière et autre l'asphyxièrent. Elle s'avança vers le bar et regarda l'homme droit dans les yeux. L'auberge était remplit d'hommes ivres et de quelques femme l'air malheureuse se cachant devant des tenus légères et de jolies sourires charmeur. Elles avaient plus que certainement des enfants, toute une famille à nourrir derrière...
-1kg de pommes et de carottes, 3 lapins et 2 litres d'eau. Dit-elle doucement mais sèchement.
Le barman la regarda, une étincelle dans les yeux s'alluma lorsqu'il se rendit compte que la jeune fille était magnifique derrière ses longs cheveux noirs. Il partit en cuisine et ramena ce que Nola lui avait demandé. Il regarda la jeune fille et souffla du bout des lèves :
-Et l'argent ?...
Nolinda releva les yeux, 3 ans qu'elle n'avait plus entendue parler d'argent... Elle avait complètement oublié et elle n'avait rien sur elle... Zut ! Qu'allait-elle faire ? Elle avait plusieurs idées en tête, si celle qu'elle allait faire ne marchait pas, au pire elle le menacerait et l'attaquerait en espérant que toute l'auberge ne se retourne pas contre elle...
-Vous me ferriez un pris monsieur ?... Par exemple... gratuit ?
Elle le regarda droit dans les yeux, s'appliquant à ne pas baisser le regard la première. L'homme paru comprendre son manège mais baissa les yeux et dit l'air menaçant :
-Ici, rien n'est gratuit mademoiselle. Il lui offrit un sourir avec ce qui lui restait de dents et continua, donc, soit du paille, soit tu pars, soit...
Il lança un regard à l'un des hommes ivre qui parus comprendre, celui-ci s'avança par derrière de Nola et l'empoigna de sorte à ce qu'elle ne puisse plus bouger. Heureusement, dans tout ses entrainement, elle avait suivis celui-ci. Elle réussit à sortir un bras et lui donna un cou de coude dans le ventre de l'homme qui, à cause de la douleur se détendit une petite seconde. Ce fut la second de trop. Nola fila comme l'éclaire au dessus du bar et s'accroupit. Elle chercha son arc. Oh non ! Elle l'avait laissé accroché sur la selle de Nollicann ! Elle savait qu'elle avait encore son poignard, mais elle avait décidé avant de partir chercher le tuer qu'elle ne l'utiliserait que pour lui. Elle tiendrait cette promesse.
Tout les hommes c'était rapprochés, au grand désespoir de la jeune Sindarin, ils n'étaient pas tous ivres et savaient à peu près ce qu'ils faisaient... Certain avaient même des armes ou des couteaux de cuisine. La peur s'empara de la jeune fille, elle s'était entrainé à se battre contre un seul homme voir deux ou trois... Pas une vingtaine ! De plus, elle était maintenant encerclé...
Nola se demanda pourquoi ses hommes avaient une réaction aussi excessive, quand soudain le premier attaqua : il se jeta sur elle, un énorme couteau de boucher en direction de sa tête, elle réussit à le repousser de justesse avec un magistral coup de poing en pleine mâchoire, elle n'eut pas le temps de se reposer, trois autres l'avaient plaqué contre le mur avec une redoutable violence, sa tête lui tourné, elle allait s'évanouir, le coup sur la tête était trop fort, non ! Il fallait qu'elle se batte !
Soudain, les trois hommes qui l'entourait furent projetaient contre le mur d'en face avec une extrême violence. Nola eu juste le temps de voir un beau jeune homme munit d'une longue épée la prendre dans ses bras, avant de fermer les yeux.

Chapitre 4 : Aimer un démon ?

Quand Nolinda rouvrit les yeux, elle les referma aussitôt, prise d'un grand mal de tête et de violents vertige. Étrangement, elle avait l'impression d'être à cheval, mais pas sur le sien et de tenir droit grâce à... bonne question... comment pouvait-elle tenir droite sur un cheval, qui de plus n'était pas le sien alors qu'elle dormait. Elle bougea légèrement et sentit quelque chose de dure derrière elle... Oh non !
Sans prévenir, la jeune fille sauta de l'étrange monture, faillissent de tomber et de perdre l'équilibre, elle se ressaisit, sortant son poignard de se tunique et se rendit compte que l'homme en question ne l'avait pas désarmé, ce qui la laissa bouche bée.
Le garçon regarda la jeune fille l'air sauvage qu'il venait de sauver. Elle était d'une beauté éblouissante. Ses cheveux noir lui donnait un air mystérieux et ses yeux était d'un vert magique. Malgré tout, il ressentait quelque chose de mauvais dans cette incarnation de beauté. Comme si la mort et la destruction elle même habiter cette Vénus vivante. Son corps bien que meurtrit par le combat de la veille était fin et semblait enjoué et musclé. Son teint pale le faisait frissonner et lui donner une impression de froid intense. Danaël se mit à rougir, cette fille semblait magique... et si... sauvage et étrange... Il ne savait même pas si elle parlait sa langue... Il obtient vite sa réponse :
-Pourquoi... que...
Nola tremblait, elle se retourna et le vit :
-Nollicann !!
Elle n'avait jamais été aussi heureuse de voir son cheval ! Il hennit lui aussi de bonheur, il ne semblait pas effrayé du tout de l'inconnue qui l'avait transportait jusque... jusque... jusqu'où ? Tant pis, elle se poserais la question plus tard, elle était bien trop heureuse d'être en vie et de revoir Nollicann... En vie lui aussi !
Elle sa jeta à l'encolure de l'étalon. Celui-ci, surpris par cette démonstration d'affection en rougis de l'intérieur mais ne dit rien.
Le garçon semblé agité, Nola ne lui faisait pas confiance. Elle ne comprenait pas pourquoi il l'avait ramené... Et d'ailleurs, pourquoi avait-il fait ça ? Comment ce faisait-il qu'elle avait autant mal à la tête et qu'elle s'était endormis au point de ne pas sentir qu'elle était à chevalet si près d'un autre humain ?
-Qui es-tu ? demanda-t-elle en essayant de faire gronder sa voix le plus possible.
-Danaël. Répondit-il le plus simplement du monde.
-Et pourquoi étais-je... là dessus ? fit-elle en montrant du menton la jument alezane qui n'était autre que la monture du jeune homme.
Celui-ci sembla être piqué au vif. De quel droit avait cette fille de considérer sa magnifique Kalagane comme... un objet ?!!
-Ceci, commença-t-il d'une vois qui se voulue dure mais qui malheureusement tremblait, c'est ma jument, Kalagane. Et je vous signale mademoiselle que je... Nous vous avons sauvé elle, Luna et moi.
Nola observa la réaction de Nollicann qui ne broncha pas. Il semblé même d'accord et confiant. Quand à elle, Nolinda ne semblé même pas vouloir savoir qui était "Luna".
-Eh bien, merci de m'avoir sauvé, mais, j'ai autre chose à faire. Au revoir. Nollicann, vient !
Elle tourna les talons et s'enfonça dans la forêt. L'étalon ne savait pas quoi faire, s'il avait su parler à quelqu'un d'autre qu'à Nolinda, il aurait expliqué au "sauveur de sa maîtresse" pourquoi elle était si froide, de plus, il ne voulait pas quitter Kalagane... La jolie Kalagane... Mais... de l'autre côté, il y avait Nola... Elle ne s'en sortirait jamais seul, même si elle en est persuader, son esprits vengeur prenait le dessus, et elle ne se rendait pas compte qu'elle courait droit à la mort.
-Nollicann ! Viens tout de suite sinon je...
Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase, un cris stridents traversa les oreilles de nos amis qui se précipitèrent à la source du bruit. Mais il ne virent pas la jeune fille. À sa place, se tenait une majestueuse tigresse blanche qui semblait être particulièrement intéressé par un énorme trou.
-Luna ! Tu lui a fait peur ! Où est elle ?
La féline regarda son maître comme un parfait abrutit et baissa la tête un peu plus au fond du trou. Là, Danaël comprit et se mit à paniquer : il se releva, tourna sur un cercle invisible et réfléchie tout haut :
-Elle n'était pas encore remise de ses blessures et elle vient de faire une chute de plusieurs mètres, elle s'est certainement brisé quelque chose... Elle est m^me peut-être évanouis...
Nollicann, pour sa pare semblé terrifié par deux chose : Qu'était-il arrivé à Nola ? Allait-elle bien ? Et surtout, est-ce que le gros truc blanc avec de grandes dents avait déjà mangé ?...
Ce fut Luna qui trouva une solution la première : Comme par magie, une gigantesques paire d'ailes blanches se déployèrent sur elle et, en une fraction de seconde s'enfonça dans le trou béant. Nollicann avait regardé la scène comme un terrien regarde un extra-terrestre dansant la macaréna. Danaël lui ne sembla pas surpris le moindre du monde et parus même s'auto gronder de ne pas y avoir pensé plus tôt. Kalagane, quand à elle ne réagis pas du tout. quelque secondes plus tard qui parurent interminable pour le jeune homme et l'étalon, Luna revient avec, sur son dos le corps inerte de Nola. Nollicann hennit de frayeur, Danaël, lui se jeta sur la tigresse et emporta le corps de la jeune fille avec lui. Les chevaux ainsi que Luna le suivirent, inquiet.
Au bout d'un petit moment, le garçon s'arrêta, il regarda Luna comme s'il lui demandait quelque chose et, celle-ci commença à fabriquer un lit de feuille, pendant ce temps, Danaël tenait toujours Nola dans ses bras, inconsciente. Il la regarda plus en détaille, elle semblait si parfaite... elle était d'une légèreté ahurissante. Se rendant compte qu'il avait envie de la toucher, il retira une de ses mains et, la portant avec une seul, il approcha son autre main du visage de la jeune fille. et se mit à caresser sa joue. Il remonta jusqu'à son nez, puis son front, où il se rendit compte qu'une cicatrice lui en barré une petite partie. Il redescendit jusqu'à ses lèvre, il en fit le juste contour du bout des doigts, le toucher était velouté. Au fur et à mesure qu'il continué, il rougissait, de plus en plus. Une étrange orra d'une grande et violente noirceur se dégageait de la jeune fille, ce qui le fit tressaillir. Il se rendit compte qu'il ne connaissait même pas son nom. Il regarda Nollicann, interrogateur, qui n'avait pas perdus une miette du manège du jeune homme. Celui-ci parus capter les pensées du garçon et regarda Kalagane qui regarda à son tour son maître.
-Nolinda... souffla-t-il.
Il regarda à nouveau les deux chevaux et dans un souffle et leurs dit "merci". Il embrassa le front de Nola et, voyant que sa tigresse avait terminé la déposa sur son lit de feuille.

Chapitre 5 : Le joyaux magique

Quand Nola se réveilla, Nollicann était tranquillement en train de faire la cour à une jument alezane qu'elle avait déjà vu quelque part... Mais où ?... Et, qu'est ce qu'elle faisait là, à terre sur des feuilles ? Soudain, elle se rappela de tout. Le garçon, le tigre... le trou... Elle tenta de se relever mais au lieu de ça, un léger gémissement de douleur sortit de sa bouche. Mon dieu, qu'elle avait mal... Elle avait l'impression d'être paralyser. Qu'elle sensation désagréable pour quelqu'un comme elle qui adore bouger... Elle essaya à nouveau de bouger mais en vain, plus elle forçait, plus elle soufrait. Cette douleur était insupportable. Un nouveau gémissement sortit de sa bouche quand elle essaya de tourner sur elle même pour rouler. Ce qui, de plus échoua.
-Ne bouge surtout pas ! Plus tu bougeras, plus la douleur sera atroce !
Elle tourna la tête, et vit le jeune homme qui l'avait déjà sauvé. derrière lui, des buche de bois semblé avoir été jeté par terre quelques secondes plus tôt, l'une d'elle tremblotait encore à cause du choc. Nola en déduisit que le garçon venait d'arriver et qu'il avait balancé le bois en la voyant bouger. Pff... qu'est ce qu'il l'énervait... Pourquoi s'obstinait-il à l'aider ? Elle détestait que des inconnus la sauve, cela voulait dire qu'elle aurait une dette et elle détestait avoir une dette. Surtout que là... Il l'avait déjà sauvé 2 fois...
Le visage du jeune homme était penché vers elle, il paraissait inquiet. "Mais pourquoi est-il inquiet alors qu'il ne me connais pas ??..." se dit Nolinda. Bien qu'elle le trouvait extrêmement énervent, s'il y avait bien quelque chose où elle ne pouvait rien dire, c'était sa beauté. Ses cheveux blond lui tombés sur des yeux d'un bleu profond. Elle voulait presque s'y perdre. Son t-shirt déchiré par côté laisser apercevoir une impressionnante musculature. Ses yeux bleu était toujours braqué sur elle. Nolinda sentit qu'elle allait rougir et tourna la tête avant que l'irréparable soit commit. Tout en évitant le regard insistant du garçon, elle se mit à réfléchir : il fallait à tout pris qu'elle retrouve ses forces pour aller aller aux grottes. Quitte à gâcher quelques jours, tant pis. Elle regarda son cheval, il paraissait très heureux avec la jument de se fameux garçon. Comment s'appelait-il déjà ? Elle fouilla dans sa mémoire, mais en vain, elle avait trop mal à la tête. À contre cœur, elle retourna sa tête vers le jeune homme qui n'avait presque pas bougé.
-Nn...
Qu'elle horreur, elle n'arrivait même pas à parler ... Elle réessaya et y mis cette fois toutes ses forces ce qui lui couta une nouvelle douleur :
-Tton nnom...
Le garçon se rendait bien compte que Nolinda faisait des efforts surhumains pour lui parler.
-Danaël. répondit-il simplement.
-Te vas bien... souffla-t-elle avant de sombrer à nouveau dans un sommeil de plomb.
Danaël se releva et s'adressa aux chevaux et à Luna :
-À mon avis, vu l'état de ses blessures, elle va rester ainsi pendant au moins trois jours. J'ai regardé, elle s'est cassé plusieurs vertèbre et un cote. J'ai utilisé un "Réparos" ses os vont se ressouder vitesse éclaire, mais en contre partis elle va passer ses trois prochain jours dormir... Il faudra que quelqu'un veille chacun son tour auprès d'elle. Je commence pour se soir, Kalagane, demain se sera toi et après demain, Nollicann. Toi Luna, tu seras chargé de ramener la nourriture. Des questions ?
Les trois animaux s'entre regardèrent et firent signe que non.

Les jours passaient Nolinda n'avait pas bougé d'un poil. La seul chose qui la rendait vivante c'était sa respiration régulière, son ventre plat qui se levait et redescendait. Quelque chose clochait : voilà 4 jours que la jeune fille était dans le coma et ne se réveillait pas. Nollicann s'inquiétait et restait le plus possible avec elle, à son chevet. Quand à Kalagane, elle ne comprenait pas l'attachement de son maître et du cheval pour cette fille à moitié morte. Et quel grincheuse en plus ! Pourquoi Danaël s'accrochait tant à elle alors que depuis leurs rencontre, à par s'évanouir et lui crier dessus elle n'avait rien fait de spécial ! Soudain, Nolinda s'agita, Nollicann henni et Danaël se précipita : Si la jeune fille avait bouger ce n'était pas parce qu'elle se réveillait ! Non, c'était parce-qu'elle souffrait dans son sommeil, comme une blessure intérieur qui s'ouvrait et s'infectait. Danaël se pencha à la poitrine de la jeune fille et posa son orreille pour écouter les battements de son cœur : Sa respiration était redevenue stable et semblé aller mieux. Quand il releva la tête quelque chose d'étrange était en train de se produire : Une sorte de pluie scintillante venait de tomber sur le front de Nola elle formait une pierre qui brillait de mille feux. Le jeune garçon n'aurait pas sue dire ça couleur car, pour chaque reflet apparaissait nue nouvelle couleur. Nollinda trembla pendant tout le long de se processus, puis quand il fus fini, elle s'arrêta en même temps. Danaël la regarda longtemps sans comprendre ce qui venait de se passer. Il fixait avec insistance la pierre sur son front. Il avança sa main lentement, puis plus rapidement comme si elle allait s'effaçait aussi vite qu'elle était arrivé. Quand il posa enfin le bout des doigts sur la pierre, il ressentit une énorme décharge électrique qui tout son bras, puis le restant de son corp. Il se tordait de douleur, et étrangement, la décharge continuait et ne s'arrêtait pas. Soudain, Nola se réveilla soudainement et vit le jeune garçon à côté d'elle se tordant de douleur, il semblait souffrir le martyr. Elle avait affreusement mal au crâne et cette vision semblait la torturer. Elle se releva, paniqué ne sachant que faire, machinalement elle essuya des goutes imaginaire sur front, et fus surprise de sentir une bosse, quelque chose de dure au centre. Au même moment, ce fut comme si la souffrance du jeune homme c'était arrêtée. Danaël retomba sur le sol avec lourdeur et sombra dans un douloureux sommeil. Nollicann, Kalagane et Luna avaient suivit toute la scène et semblaient ébahie par ce qu'il venaient de voire. Luna s'approcha, faisant bondir de trois mètres Nolinda qui ne l'avait pas vue.
Ne t'inquiète pas Nola ! Elle ne te fera rien !
La jeune fille se retourna :
-Nollicann !
Elle se jeta sur l'étalon, lui faisant un énorme baiser sur les naseaux et le caressant longuement. Décidément, elle devient de plus en plus câline... pensa Nollicann.
-Qu'est ce qui c'est passer ? demanda-t-elle soudain, Et... Pourquoi, il était... comme ça... ?
Je... Je ne sais pas trop. dit Nollicann Il a toucher ton front... Enfin, le machin sur ton front, et... Ca à fait comme une décharge éléctrique à ce que j'ai vu...
Nola toucha son front, elle sentait effectivement la pierre ovale, mais celle-ci ne produit aucune décharge. Qu'est-ce que cette chose ? Comment était elle apparus ? Elle était bien loin d'avoir la réponse. La jeune fille se retourna sur Danaël toujours allongé. Inconscient. Soudain, une idée germa dans ça tête : Si elle l'aidait à se remettre de son malaise, elle aurait une dette en moins... Oui, decidement, c'était une bonne idée...
- Nollicann ! Et... Luna... euh... si tu veux bien bien sûr...


COMPAGNON
∞ Luna ∞



Spoiler:
 

    PRÉNOM: Luna

    SEXE: Féminin

    POUVOIR:
    Des ailes blanches pourvus de plumes apparaissent quand Luna en ressent le besoins. Elle lui permettent de voler et de filer plus vite que le vent.

    DEscriptION:
    Luna est une tigresse blanche, venant tout droit de la Cité de Hellas. Elle dit de pas aimer Nollicann, pour embêter celui-ci, mais au fond, bien qu'elle ne veuille pas l'avouer, elle apprécie beaucoup le jeune étalon. Elle a un caractère de cochon, veut toujours avoir le dernier mot mais a un cœur en or.





MONTURE
∞ Nollicann ∞



Spoiler:
 

    PRÉNOM: Nollicann

    SEXE: Masculin

    DEscriptION:

Nollicann est un étalon noir de la race des Frisons. Ses yeux sont aussi noir que sa robe, mais son cœur est loin d'être aussi noir qu'il est. Fougueux, bien qu'un peux prétentieux, il adore passer du temps avec sa maîtresse. Quand il a rencontré Nola il y a bien des années, celui-ci la sauvé d'une mort certaine. Depuis, il s'est juré de toujours veiller sur elle bien que Luna est plus rapide que lui dans ce domaine, ce qui a tendance à beaucoup l'énerver.


Dernière édition par Nolinda le Mar 1 Nov - 17:40, édité 37 fois
Revenir en haut Aller en bas
:: L'Eryl ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
Sighild
:: L'Eryl ::
Sighild
MessageSujet: Re: ∞ Nolinda - en cour ∞ [délai accordé]   ∞ Nolinda - en cour ∞ [délai accordé] Icon_minitimeMar 5 Juil - 21:54

Bonjour et bienvenue sur Istheria!

Si tu as la moindre question, surtout sur les Eryllis, n'hésite surtout pas.


Bonne continuation pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous Invité
Invité

MessageSujet: Re: ∞ Nolinda - en cour ∞ [délai accordé]   ∞ Nolinda - en cour ∞ [délai accordé] Icon_minitimeMer 6 Juil - 10:39

merci =)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ∞ Nolinda - en cour ∞ [délai accordé]   ∞ Nolinda - en cour ∞ [délai accordé] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
∞ Nolinda - en cour ∞ [délai accordé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ∞ Nolinda - en cour ∞ [délai accordé]
» cour des rois déchus
» ∞ Dimble ∞
» Glirion capitaine des gardes de la cour de la fontaine
» Yume Antherel (En cour de correction)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Gestion des PersonnagesTitre :: • Inscription & Présentation :: • Cimetière-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !