Chaos à Umbriel - Partie I



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chaos à Umbriel - Partie I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: The Boss ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: The Boss ::
Le Messager

MessageSujet: Chaos à Umbriel - Partie I   Lun 20 Avr - 21:59

Les soirées de Mirios étaient plus agréables que pendant le saison froide, du moins ce devait être le cas pour les autres coins d’Isthéria car à Phelgra, il faisait rarement très beau. C’était à croire que même les dieux se détournaient de dégoût face au continent sombre et à toutes ses merveilles. Il n’y avait pas un endroit ici pour en rattraper un autre : partout ça puait la mort, la pauvreté et la violence. Umbriel n’était pas en reste. La cité n’avait pour seuls "attraits" que deux choses : son temple voué à Bor, le dieu Forgeron, et sa très célèbre Prison des Déments. Un charmant petit nid où l’on pouvait trouver un pot-pourri de tout ce qu’il y avait de pire dans l’être humain. Des malades, des dégénérés, des traîtres, bref que du beau monde ! Ils étaient tous envoyés ici, les autres gouvernements n’ayant pas grand-chose à faire de la lie de leurs sociétés.
C’était une sale journée, et Fala aurait mieux préféré un autre type de mission, dans un endroit un peu plus ensoleillé et surtout un peu plus … riche. Mais bon ! Les ordres étaient les ordres. Elle ne savait pas vraiment ce que voulait tirer Enteri de cette opération, peut-être mettre un peu d’animation dans les politiques internationales ou un truc du genre. De toute façon, elle n’avait jamais pu supporter la politique. Trop de sourires mielleux, de poignées de mains factices, de petits complots et de petites ambitions. La seule bonne chose avec les hommes politiques, c’était leur or.
Elle avait été envoyée à la tête d’un groupe de Ladrinis choisis parmi les plus forts, rapides et endurants, pour mener à bien la première partie de la mission. Depuis les égouts, elle et sa bande s’étaient dirigés vers le Temple, et à présent ils étaient arrivés près des évacuations d’eau, en dessous de l’objectif. Elle contempla en silence le tunnel sombre fermé par une grille d’airain, l’œil dur et intransigeant sous sa capuche, puis elle se pencha vers la fermeture. Fala était l’une des meilleures voleuses parmi les Ladrinis, et personne ne savait crocheter avec la même dextérité qu’elle. La serrure forgée avec une grande ingéniosité fut un défi de taille pour elle, défi qu’elle prit avec le sourire et finalement, après quelques minutes, le verrou céda sous ses doigts experts. Visiblement satisfaite, elle se retourna vers ses gars : ils étaient une bonne vingtaine, la plupart étaient équipés de grands sacs ainsi que de pas mal d’explosifs sans compter l’équipement standard avec en plus pas mal de lames, d’armes de jet et de tir enduites d'un somnifère puissant, histoire d’avorter les "éventuelles résistances". Ça promet d’être joyeux … pensa-t-elle en s’autorisant un sourire.

- «  Bon, nous y voilà les filles. Zahir, Jorbas, Tomen, Quilen et Alva avec moi. Les autres, vous nous attendez au point de rendez-vous. On rentre dans le temple, on localise le butin, on crée une sortie, et une fois n’est pas coutume, on tâche de se faire repérer. » Un sourire prédateur s’afficha sous sa capuche sombre. « Des questions ? Non ? Parfait. » Et sans rien rajouter, elle tourna les talons en faisant voltiger sa cape et pénétra dans le couloir humide et sombre, suivie par sa petite équipe.

C’était une sale journée, pas de gros trésor à la clef. Mais au moins, elle pourrait peut-être s’amuser un petit peu.

***


Rappel des participants : Alva Mailëa, Brom Ode'Bahalmarche, Seisyll Castnarl.
Les Ladrinis sont menés donc par Fala (pour rappel, un personnage prédéfini ici). Alva, donc, tu peux interagir avec elle. Ta première mission : trouver un entrepôt d'armes dans le temple et y entrer. Il s'agit de ne pas se faire repérer avant de mener à bien cet objectif. A toi de décider comment tu t'y prends pour découvrir où se situe l'endroit en question...! Laisse parler... Ton ingéniosité de Ladrini.
Brom, selon le bruit que fait Alva avec ses copains, à toi de réagir fermement à l'invasion, et d'alerter les forces armées de la ville (incarnées par Seisyll ici) quand tu le jugeras opportun !
Bonne chance à tous !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité


MessageSujet: Re: Chaos à Umbriel - Partie I   Jeu 30 Avr - 3:13

Ah, voilà qu’une fois de plus je me devais de jouer les âmes ô si généreuse en tant qu’homme ô si bon que j’étais. N’y avait-il pas un sacrifice que je n’allais point oser faire afin d’assister la caste ? Est-ce que la caste abusait de ma grande et infinie générosité? Sans doute, ma magnifique personne avait délaissé une fois de plus les agréables affaires afin de voyager et venir en aide tel un miséricordieux et divin personnage à une triste âme en détresse ! Oh, la caste abusait tant de moi, mais il faut dire qu’il s’agissait ici d’un abus auquel je m’abandonnais de façon purement volontaire, puisqu’en bout de ligne… celui qui pouvait finir par profiter de la situation, était nul autre que votre humble serviteur et maitre des plaisirs. Oui, tant que les ladrini possédaient leur utilités à mes yeux, j’allais leur faire cadeau de mes nombreux talents, puisque j’étais tout simplement ce genre d’homme, un homme ô si bon. Des chansons devraient être chantées pour moi, des poèmes épiques rédigés !

On m’avait raconté diverses rumeurs concernant la raison de notre présence en ce lieu, mais je devais avouer que je croyais difficilement toute les belles paroles qu’on me susurrait à l’oreille. Pourquoi donc ? Oh mais il s’agit là d’une question un peu idiote ne trouvez-vous pas ? Je possédais certes la réputation de maître des plaisirs, mais un autre titre m’était aussi régulièrement accordé! Celui de patron des secrets… et les secrets j’en possédais de nombreux… avec les secrets viennent les mensonges et les mensonges ne fait que parti de l’art d’être acteur… un art dans lequel j’étais indubitablement maitre! Un prodige de la tromperie ! Alors me mentir, était une chose un peu que trop idiote à faire, car un maître tel que mon être pouvait y lire, même sur les plus délicieuses lèvres, le moindre petit mensonge. Toutefois, la connaissance de l’existence du mensonge ne faisait point en sorte que la vérité m’était pour autant accordé… non… tristement il ne s’agissait pas ici d’un des délicieux plaisirs auxquels j’avais eu droit. Cela ne m’empêchait tout de même aucunement de me prêter au jeu… ici bien dangereux.

Oui, car si ma personne possédait une inquiétude, ce n’était point concernant les motivations et la raison de notre présence en ce lieu maudit, mais plutôt concernant ma propre survie. Il s’agissait ici d’un endroit mieux gardé que la virginité d’une sainte femme, car ça au moins je possédais une chance de la dérober sans trop d’effort et avec un peu de charme. Mais ici, ô malheureusement ma séduisante figure n’allait point être suffisante! Je pouvais dire un petit coucou aux braves hommes montant la garde, les invités à me rejoindre dans une couche non loin d’ici, mais connaissant leur réputation, cela était que très peu recommandable. Dommage qu’ils ne soient point sur le menu de ce soir, cela aurait été nettement plus plaisant que de simplement demeurer ici dans l’ombre et dans l’ennuie.

La compagnie actuelle pouvait sans doute être un peu plus désagréable! En la présence de cette chère Fala et avec le décor de la scène, le tout me rappelait un peu les soirées où le cuire et les fessés faisaient partis des divins délices, la seule différence était que l’attente n’allait point offrir délivrance et les lamentations des plaisirs. Non, cette soirée était bien trop sérieuses… ah les gens qui ne savaient point comment s’amuser et se détendre, n’y existait-il pas de plus grandes malédiction ? Toute cette attente… un homme pouvait finir par y perdre un peu intérêt. C’est à se demander si elle possédait réellement un plan. J’espérais qu’elle ne voyait pas cette sortie comme étant une raison pour prendre un peu d’air fraiche… car l’air ici est tout sauf bien fraiches. Il fallait trouver une façon de passer les gardes… en espérant que la façon n’allait point demander de passer par la gallérie d’évacuation d’eau… puisque l’eau qui est évacué est loin d’être bien bonne pour les pores de ma délicate peau.

J’observais alors les alentour afin d’y trouver une faille, car cette structure en possédait une, mais la trouver n’était pas bien facile. De l’ombre il m’était possible de voir les gardes tombant presque de sommeil… semblerait-il qu’eux même trouvait l’attente de plus ennuyeuse. Tombant de sommeil, leur esprit était sans doute plus lent… l’hypnose allait possiblement fonctionner sur eux afin de leur offrir l’impression que tout était parfaitement normal alors qu’il pouvait nous êtres possible de simplement valser dans l’ombre à moins de deux pas d’eux… mais d’un autre côté, cela me semblait trop simple et sans grâce… mais la grâce en un tel lieu pouvait être facilement oubliée.

‘’Ils sont encore un peu trop réveillé… les malheureux, n’aurais-tu pas un truc dans ta manche afin de leur offrir un peu de repos ? ‘’ Demandais-je alors à Fala qui semblait si pleine de ressources.

Mais les ressources, je n’en manquais pas moi-même… et puis, les pauvres, ils avaient sans doute très hâte que leur quart se termine, non ? Une chose était certaine, ma personne avait bien hâte qu’ils décident de mettre les voiles…! Toutefois, cela n’allait que pour se faire remplacer… et si les renforts étaient déjà là ? Ô une relève ? Cela serait bien agréable, non ? En tant qu’homme généreux, voilà que leur faisait cadeau d’une relève… du moins dans leur pitoyable esprit. Un peu d’hypnose, une simple illusion, un jeu d’enfant ! Aux yeux de ma collègue, les deux hommes semblaient discuter avec le néant, mais pour ses pauvres êtres… ils croyaient réellement que de nombreuses heures avaient passés… à attendre et attendre… avant que finalement avec un retard formidable la relève se montre le bout du nez.

‘’Non, mais vous en avez mis du temps, cela fait des heures que vous devriez être ici… oh les excuses, les excuses… allez c’est à votre tour’’ avait dit l’un d’entre eux avant de délaisser les lieux.

Ce coin était déjà un peu moins gardé… nous offrant une certaine flexibilité que d’autres entrées n’auraient point su nous faire cadeau. Profitant de leur départ, ma compagne et ma séduisante personne en avions alors profiter pour trotter aussi allégrement que possible en demeurant bien discret ! Enfin, trotter, c’était fort dit… valser dans les ténèbres afin de pénétrer dans l’antre de la terrible bête! Ouh que c’était effrayant !
Revenir en haut Aller en bas
:: Main de Bor ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Main de Bor ::
Brom Ode'Bahalmarche

MessageSujet: Re: Chaos à Umbriel - Partie I   Mar 5 Mai - 11:53

Ajout:
 

    Parfois l’on se demande à quoi mène les plans, jusqu’où vont-ils, quel est leur véritable sens, ou même parfois que vas-t-il se passé dans les minutes qui suivent vos actions pour savoir si votre plan est viable. Parfois mais pas de tout temps, pas à chaque instant. Et c’est pour cette obscure raison qu’un groupe de garde se retrouva dans la salle de garde face à leur chef fort mécontant, voir tout à fait en colère. Car soyons franc, un garde qui finit son travail retourne à la salle de garde, et se change tout en discutant avec ses autres collègues qui on changer de post dans le bâtiment à des endroits fort différents ; Habituellement les gardes font trois roulement dans la journée et ils sont décalé d’une heure par rapport à leur voisin le plus proche, et d’une heure dans l’autre sens par rapport au second plus proche. Ce qui évite les troue.

    C’est donc, portant fièrement un culotte et parfois déjà leur pantalon de civil, ils étaient en retard il n’y avait personne avec qui discuté qu’ils tombèrent nez à nez si l’ont peur dire, avec le chef de la garde charger de surveillé la salle et que les changements de poste se font dans les ordres. Or il ne s’étaient pas fait dans les ordres puisque personne n’était parti les relever pour la simple et bonne raison qu’ils n’étaient pas rester en post longtemps, chose qu’ils se rendirent compte eux même par la position fort peu changer de la voute céleste qu’ils avaient malencontreusement oublié de regarder.

    Il restait donc deux possibilité, ou leur intellect était outrageusement ronger par un parasite ou il avait été dupé par quelqu’un qui voulait rentrer la maintenant tout de suite et avait sérieusement la flemme de montré ses papiers d’identité ou même d’attendre la vrai relève pendant que les gens discutent réellement entre eux pour voir si, par hasard, il pourrait passer derrière ou dans un angle mort. Il fut facile de vérifier car sortant en trombe de la salle avec la réserve, ils tombèrent sur un jolie porte affreusement délaissé par les gardes, et connaissant les années de service et la juste sentence réserver aux abandons de poste ils en déduire que les gardes avait été dupé, d’autant plus qu’une simple vérification permettrait de savoir si ils avaient vraiment crue être relever.

    En attendant de trouver l’homme charger de vérifier la vérité de leur dire grâce à la magie, il n’y avait qu’une chose à faire, augmenter le nombre de garde et donné une alerte au moins de niveau un : Augmentation de patrouilles, doublement des gardes en postes, de quoi faire regretter à tout homme de ne pas avoir vérifié son plan… Tout ça car les garde après leurs tournée se changent pour revenir à la vie civile et qu’il y a toujours quelqu’un à la salle de garde. Voilà une histoire triste.

    Cependant, et pendant encore quelques dizaines de minutes, car la vérification prendrait bien ce temps là, il est important d’avoir des mesures contre la magie mais elles ne sont pas innées, personne d’autre que les gardes ne serait prévenu. Cependant, dans moins d’un petit quart d’heure ce serait une toute autre histoire :

    En ce moment le maitre des forges, Brom Ode’Bahalmarche était quelque peu tendu, il avait passé un accord avec les hommes de Cimméria pour une vente d’arme alors qu’il y avait de fortes chances pour que les Cavaliers se rallient eux aux ennemis de la dite nation. Et si le temple était libre il n’était pas à l’abri de problème. Brom avait donc demandé d’être avertie en personne de tout comportement suspect. Et ce dernier n’était pas un tendre.

    Pourtant, avant que la vérification soit faite personne n’irait l’avertir, il avait trop de travail, et ce pouvait être une erreur stupide … Mais une erreur stupide où les gens croyaient de tout leur cœur avoir discuté avec la relève ? Voilà qui serait fort plus perturbant.

    Mais pour le moment il n’en empêchait pas moins une chose, la sourit, la maladie et le vice étai entré dans le temple, ou plutôt dans le labyrinthe, car il est dit que sans un guide les gens pouvaient errer des années dans ce dédales de couloirs hanté par un titan bien plus monstrueux qu’un taureau.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: The Boss ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: The Boss ::
Le Messager

MessageSujet: Re: Chaos à Umbriel - Partie I   Mar 5 Mai - 19:07


Dans les profondeurs obscures d’un temple fort bien gardé progressait un groupe de voleurs des plus habiles. Parmi les plus fins malfaiteurs que comptait Isthéria, les Ladrinis avaient jeté leur dévolu sur le temple de Bor. Le plan subtil de leur chef leur avait été expliqué à chacun, et plus que jamais ils se devaient de le respecter. Sinon, ce n’était pas simplement l’échec mais la mort qui les attendait, patientant derrière chaque mur, au cœur de chaque obscurité.
Ce n’est qu’impuissante que la dirigeante des opérations assista à la légère bavure de son compagnon des plaisirs. Ses mâchoires se crispèrent fortement sous sa capuche et ses phalanges blanchirent tant elle serra les poings. Poings qui auraient dû, en temps normal, se retrouver dans la figure de l’hypnotiseur à la seconde où il avait commencé son tour. Mais c’était trop tard, l’illusion était créée et les gardes idiots parlaient avec le vide. Déconcentrer Alva aurait annulé le sort et les gardes auraient tout de suite compris puis donné l’alerte. Tuer les gardes leur aurait mis deux cadavres sur le dos et pas d’endroit où les cacher dans ces lieux bien mornes. Et foutre son poing dans la belle gueule de cet abruti aurait fait assez de bruit pour alerter tout le temple. Calme … Elle se calmait peu à peu en respirant, puis elle siffla entre ses dents.

– « Bien joué joli cœur, et que vont dire ces gardes à leurs camarades une fois qu’ils se seront tous retrouvés dans la salle de garde ? » Fala lui lança un de ces regard noirs dont elle avait le secret. Puis elle s’adressa à un autre Ladrini.   « Quilen ? Tu es a portée ? »

L’autre voleur, un homme grand et svelte aux longs cheveux noirs et aux yeux aussi sombres répondit d’un ton très calme alors qu’il semblait se concentrer intensément. « Négatif. Le temple est trop vaste et on a pas assez avancé, je vois pas grand-chose d’ici. » Quilen rouvrit les yeux.

– « Merde, jura Fala, bon les gars va falloir se dépêcher, l’alerte ne va pas tarder à être donnée. Faut être plus rapides et encore plus prudents. On profite de la faille créée par Alva et on s’enfonce d’avantage. Toi Quilen, tu ouvres l’œil de temps en temps si j’puis dire, et tu nous préviens. C'est parti. »

L’erreur d’un des leurs leur avait au moins créé une opportunité, et n’avait pas pour autant abattu la ténacité du groupe. Ils continuaient leur progression d’autant plus concentrés et en alerte, tout en se cachant par endroit, à des points clés qu’ils avaient définis, les généreux colis qu’ils avaient emmenés avec eux et qui leur ouvriraient bientôt la voie...

***

C'est reparti les enfants ! Brom, je te laisse le soin de dresser des obstacles à leur avancée, Alva, tu as un avantage de choix : Quilen, PNJ, qui a un pouvoir qui vous sera utile pour pas vous faire trop griller.

Vision spectrale : Quilen est capable de voir ce qui se passe dans un certain rayon autour de lui, y compris à travers les murs - il dispose donc d'une sorte de faculté de sonar. Le rayon est cependant limité, il ne peut pas anticiper sur les actions des gardes à trop grande distance.

Alva, tu dois trouver au plus vite un moyen de remplir la phase 1 du plan, c'est-à-dire trouver un entrepôt et y entrer (sachant que l'entrepôt est certainement piégé), parce qu'une alerte de niveau 1 a été donnée dans le temple et que vous n'allez pas tarder à être repérés si vous commettez d'autres erreurs ;)
Une fois que cette phase sera remplie, il importera peu de ne pas être discrets, tant que vous réussissez à rester en vie ! Pour le moment, ceci dit, reste sur tes gardes !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité


MessageSujet: Re: Chaos à Umbriel - Partie I   Jeu 21 Mai - 6:07

« Bien joué joli cœur, et que vont dire ces gardes à leurs camarades une fois qu’ils se seront tous retrouvés dans la salle de garde ? » M’avait-elle dit, comme si elle croyait que ne je n’y avait point pensé.

Ah cette chère Fala, me croyait-elle si bête que ça ? Croyait-elle véritablement que j’allais simplement laisser une si petite chose être le début de ma fin ? À cela, ma sublime personne s’était alors retourner doucement vers elle afin de lui afficher un doux et léger sourire, puis, je mis alors un doigt sur les lèvres et souffla un doux ‘’shh’ chuchote ma belle… chuchote et observe aurais-je dû lui dire. Il était triste de voir qu’elle me croyait né de la dernière pluie, comme si j’étais ici une sainte vierge à ce genre de scénario, entrer et sortir par infraction de ce genre d’endroit. Bien qu’il soit vrai que ce n’est pas ici un jeu auquel ma splendide personne s’abandonnait sur une base régulière… préférant d’autres distractions à celle-ci, il ne s’agissait pas de ma première fois.

Certes, je pouvais difficilement blâmer ma pauvre Fala, elle qui n’avait que perçus une partie de la conversation ne pouvait être entièrement percevoir ce qui se passait dans la tête du pauvre malheureux avec qui je m’étais amusé. Sans doute aurais-ce été bien sympathique de ma part de m’expliquer par la suite, car après tout, elle était là chef ! Du moins, selon la dite hiérarchie à suivre. J’aurais sans doute dû lui faire mention qu’une demande spéciale avait été faite à ce cher garde… de jouer notre guide! Car semblerait-il que personne ici ne possède la moindre idée où est la destination, aussi bien demander quelques directions à un pauvre malheureux.

«Ma chère Fala… il ne suffit que suivre le guide… » Lui avais-je alors dis en démontrant le jeune garde que j’avais magnifiquement envouté. «Bien entendu, il y existe la possibilité qu’un des gardes suspecte que quelque chose ne tourne pas rond, mais cela aurait été le cas peu importe l’entrée choisi, celle-ci nous offre des directions…» terminais-je avec un léger sourire avant de retourner mon attention vers le jeune garde.

Ah ce cher jeune homme… le voilà qu’il allait nous guider directement à l’endroit recherché, tout simplement grâce à une petite suggestion qui lui fut soufflé lors de notre petit moment d’intimité où je m’étais amuser avec son esprit. Bien sûr, il ne s’agissait pas ici d’un plan parfait, il y avait certaines faille, mais rien n’est parfait en ce monde… sauf moi, bien entendu. Vous vous demandez sans doute comment un être si grandiose que ma personne a su créer un plan si inachevé, mais pardonnez-moi… même les Dieux ne peuvent créer la perfection… et me comparer à eux n’est ici nullement signe d’arrogance, mais un simple fait!

Suivant sur les traces du jeune être, je demandais occasionnellement à notre cher Quilen de nous offrir un rapport alors qu’on approchait une porte, ou même un coin puisqu’il était impossible de voir ou savoir ce qui allait nous attendre. Je ne possédais nullement l’intention de mourir en ce trou perdu, si je devais mourir se serait en atteignant un orgasme, pas dans un temple remplis de dit saints. Je demeurais donc tapi dans l’ombre, suivant le guide… sachant qu’à tout moment, le gros méchant loup pouvait sortir de sa cachette… un homme se devait d’être préparé à le rendre impuissant…

Certes, je savais qu’ici battre mes beaux cils n’allaient point fonctionner… ses maîtres d’armes ont parfois le balais si profondément enfoncé, qu’ils oublient à quel point cela pourrait être presqu’agréable d’avoir un objet bien différent. Oh ne soyez pas choqué ! Cela ne doit point vous surprendre! Mais avec des maîtres d’armes, il est sans doute bien difficile de les relaxer suffisamment afin de partager un moment de plaisirs et de les distraire. Battre des cils, ou même être une belle demoiselle en détresse à l’intérieur des murs n’allait pas bien fonctionner, mais c’est pour cette raison même que j’espérais ne pas avoir affaire à ce genre de confrontation.

Toutefois, selon l’objectif, faire la moins qu’agréable rencontrer de ce genre de personnage pouvait être possiblement inévitable. Enfin, dans le pire des cas, bien qu’il serait malheureux qu’il en soit ainsi, si la situation demande certains sacrifice, autre que ma propre vie, qu’il en soit ainsi.

Mais où allait donc notre guide? Avec ses belles petites fesses biens fermes sur lesquels j’avais posés durant un moment mon divin regard. En espérant qu’il n’avait pas choisi de faire un petit détour ou de tristement désobéir aux ordres! Oh mais quel genre d’homme serait-il si c’était le cas ? Lorsqu’on ne peut même plus faire confiance en les maîtres d’armes… le monde serait bien triste ! Toutefois, jusqu’à présent, celui-ci semblait nous mener vers la bonne direction, évitant les chemins trop communément emprunté… heureusement.
Revenir en haut Aller en bas
:: Main de Bor ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Main de Bor ::
Brom Ode'Bahalmarche

MessageSujet: Re: Chaos à Umbriel - Partie I   Mar 9 Juin - 15:13

    Grand dieu quel perplexité, le monde n’était même pas exactement tel qu’il ne le prétendait, non en plus le monde avait changé, ce n’est pas tout les hommes qui étaient rentré à la salle des gardes mais tous sauf un, qui, par geste bon généreux et amical, est considéré comme ayant subit un lavage de cerveau et non pas croyant guidé un amant dans les couloirs. Donc dans la salle des gardes, quand leur idiotie crasse c’est dissipé ils se sont retrouvé sans leur grandeur et leur far imbécile devant un maitre des gardes tout en furie et sans joie. Rapidement donc l’alerte est mise en place, les patrouille renforcer, et surtout on cherche les télépathes et les psykeur car il manque un homme :
    Un homme qui connait les plans, un garde, et qu’il semble avoir été capturé, qui dit capturé dit tenu par les ennemi autant dire que le nombre de sonde mental parcourant les couloirs vas croissant de minutes en minutes tous sachant exactement qui ils cherchent …

    C’est donc au milieu de ce chaos psychique que les hommes se déploient pour le moment sans but précis que de sécurisé les zones importantes : les bureaux des personnalités, les salles d’archives, les hommes rares, et surtout, flute et tambourin, et oui les entrepôts. Des hommes sont donc tiré de leur lit sans douceur, les femmes des bras de leurs amants et les autres de leur taudis miteux ou de leur taverne car tous s’équipe aussi vite qu’ils le peuvent tandis que les maitres d’arme encore présent sortent de leur torpeur ou reste dans leur transe car il est temps de prendre au piège les petit oiseaux.

    Il a d’abord été question de sonné l’alarme à plein soufflet, de hurlé dans les cors et de balancer de la voix dans les couloirs mais il se trouve que, très rapidement, les hommes de la garde se sont rendu compte que le plan des hommes était tout au plus foireux, et donc qu’il leur manquait soit un neurone, soit qu’il attendait la dite alarme pour une raison ou une autre et on choisit de ne pas la faire sonné. Qui, si ce n’est pour déclencher l’alarme suivrait un plan aussi imbécile que d’envoyé des gardes l’esprit embué à la salle des garde de façon à ce qu’ils remarque qu’il manque l’un des leurs ? Les gardes n’ayant pas d’autre travail que de protéger le temple et le temple étant une enclave dans la ville, ils laissent juste leur foyer libre en étant mobilisé, ils sont donc mobilisé et les femmes ou les hommes qui reste seul, ainsi que les enfants avait qu’à se mobilisé aussi si ils voulaient protection.

    Et surtout, devant un tel massacre, on est dans l’obligation de faire sortir de sa tanière le nerveux colosse, et c’est très calme qu’il se dirige vers l’endroit où on les as trouver avec six de ses meilleur maitre d’arme et quatre garde tout d’armure et d’épée. D’autant plus qu’ils ont été trouvé à deux doigts des entrepôts ce dirigeant vers ceux-ci guidé par leur zombi personnel, la rencontre se fait donc, à cet instant là, au croisement d’un couloir, devant les voleurs une porte verrouillé garder par un contingent venu en renfort et sans détour, derrière eux des bruits de pas qui se rapproche, et des autres couloirs la même chose, enfin de la droite, un colosse aux allure de chevaliers au grand cœur dont le visage crée par Bor lui-même sans recherche de l’humain ne laisse plus transparaitre la seul chose rassurant qui le peuple classiquement, son sourire.

    Quelques mots, bien calme et les boucliers magique sont lever avec promptitude, tout est fait pour que les rats ne puissent pas quitter le navire, ils ont été vue et repéré avant d’être sur de ce qui vas leur arrivé. Et même si ils n’ont qu’une dizaine de mètre à faire pour arriver à leur lieu voulut ces pas là grouillent de gardes son parsemer de maitre d’arme, et surtout, parcourue des veinules classiques des boucliers magique.


    “Bien venu chers amis, on ne vole ni on agresse le temple de Bor pour une seule et bonne raison, nous ne faisons pas que des vases, nous ne faisons pas que forger des armes et crée des armées, nous connaissons les armes, la guerre, et leur utilisation. Rendez-vous ou mourrez, pas de seconde somation.”

    La voix était sorti des entrailles du Colosse pleine de force se reflétant contre les mures alors que les derniers bruits de pas se mettaient en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: The Boss ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: The Boss ::
Le Messager

MessageSujet: Re: Chaos à Umbriel - Partie I   Sam 20 Juin - 20:14

Nous y voilà. L'alarme avait résonné dans le temple, les poussant à presser le pas, guidés qu'ils étaient par le garde qu'Alva avait "enrôlé". Fala ne fut pas surprise, elle se contenta juste de serrer les dents en regardant autour d'elle. Quilen leur fit signe, apparemment ils avaient de la compagnie et pas de la bonne. Le bon côté des choses, c'était qu'au moins ils étaient fixés : ils étaient au bon endroit. Elle réfléchit à toute vitesse, l'accueil promettait de ne pas être des plus chaleureux, l'adversaire était comme prévu bien armé et entraîné. Ce n'était pas la force brute qui allait les sortir de ce mauvais pas. Mais sous-estimer les Ladrinis eut été une erreur bien stupide. Elle posa son regard dur sur ses coéquipiers, encore cachés au coin du mur.

« Bon les gars, vous savez quoi faire. Quilen, Jorbas et Tomen, en hauteur. Attendez le signal. »

Discrètement, les Ladrinis escaladèrent les poutres et les colonnes pour se cacher au-dessus des couloirs. La Zélos jeta un coup œil discret dans le couloir puis pensa pour elle-même : c'est parti. Elle sortit quelques fioles de sa ceinture et d'un geste puissant et précis les balança dans le couloir vers leurs adversaires. Aussitôt que le verre fut brisé, d'épaisses volutes d'une fumée opaque se déchargèrent dans l'atmosphère. Le gaz irritant arracha plusieurs quintes de toux, empêchant les opposants de discerner convenablement les déplacements ennemis. Profitant de la diversion, les Ladrinis en hauteur, protégés par des foulards des éventuelles remontées de fumée, se glissèrent de poutre en poutre jusqu'à arriver au-dessus de la troupe. D'ici, ils sortirent leurs sarbacanes et attendirent que la fumée se dissipe un peu, ne laissant qu'une étrange vapeur rougeoyante bien connu des Isthériens depuis quelques temps : quelques effluves du maudit myste rouge qui neutralisaient la magie des boucliers. Ne laissant aucun répit aux protecteurs du temple, ils les canardèrent de plusieurs volées de fines fléchettes. La plupart ricochèrent sur les armures, mais sous le feu nourri la grande majorité des maîtres d'armes et des gardes sentit une piqûre aux endroits que leurs protections laissaient à découvert. Alors une étrange sensation de chaleur naquit là où les pointes d'acier avaient transpercé leur peau.

Promptement, les Ladrinis rangèrent leurs sarbacanes et deux d'entre eux bandèrent leurs arcs, pointant leurs flèches en direction des gardes.
Fala fit un signe de tête à Alva, lui intimant de se tenir sur ses gardes, et priant pour que cette fois là "jolie tête brune" ne fasse pas tout capoter ... Leurs vies aussi étaient en jeu.
D'autres fioles de fumigène se brisèrent sur le sol, enveloppant le reste des Ladrinis au sol d'un lourd nuage qui laissa un peu de répit à Fala pour entamer les négociations.

« Bien. Nous venons de vous administrer un poison fulgurant. Dans une dizaine de minutes, vous serez tous autant que vous êtes en train de convulser à nos pieds. Je vous conseille de nous ouvrir sans faire d'histoire et de désactiver les éventuels pièges à l'intérieur. Et surtout ne vous prenez pas l'envie de jouer aux héros, je ne plaisante pas. Nous vous laisserons de quoi fabriquer l'antidote une fois que nous prendrons le large. Pas la peine d'essayer de nous entuber, nous avons chacun un paquet d'herbes et de fioles diverses que vous ne saurez choisir ni que faire, et que nous devons associer pour préparer le remède. Si vous ne voulez pas mourir dans d'atroces souffrances vous feriez mieux de coopérer. Sans nous, vous crèverez de toute façon. »

***


Alors un peu de challenge. Diversion à coups de fumigène + myste rouge, et les Ladrinis canardent les gardes de fléchettes empoisonnées. Le poison est rapide, il agit sous dix minutes. Fala et ses comparses détiennent les ingrédients de l'antidote et les remettra à Brom, ainsi que le protocole pour le préparer (qui est évidemment complexe et nécessite du matériel que Fala a sur elle), s'il leur permet d'entrer dans l'entrepôt. A vous !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: Main de Bor ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Main de Bor ::
Brom Ode'Bahalmarche

MessageSujet: Re: Chaos à Umbriel - Partie I   Lun 22 Juin - 12:12

    Insecte, c’était des insectes, des petits insectes désagréable qui avait al fâcheuse manie de ne pas jouer franc jeux, voir même de tourné dans le vice bien plus que la plus part des êtres humain, il détestait ça, il en était outré, rageur, et une petite boule en lui faisait des siennes en hurlant calmement qu’il ne pouvais pas lui non plus laisser faire ça, même si lui, le petit bout de Cœur croyait dans les êtres humains. Mais pour comprendre ce qui vas se passé il nous faut remonter quelques temps en arrière, au moment où explose au sol les fumigènes et autres gaz toxiques.

    Les premières vapeurs se lèvent et Brom reconnait autant le myste rouge que les affres de ces voleurs sans fois que sont les Ladrinis, et si la plus part des pègres le dégoute ces pseudo garnement en peau de bon enfants donnent à son noble cœur des palpitations des plus désagréable. Alors il donne quelques ordres d’une geste de la main, un premier garde s’enfuit vers la salle principale chercher les guérisseurs alors que le second cours vers les autres salles, celles des gardes et des hommes pour faire envoyé le nécessaire, la trousse et toutes ces choses, on s'attend à des poisons et à des blessures impliquant la vie. De plus en s’éloignant il retrouvera surement quelqu'un à la maîtrise du vent qui pourra évacué ce couloir.

    Mais alors que les ordres sont données les Ladrinis ne se font pas prier et fuse déjà les fléchettes empoisonné, enfin fusent, la plus part des Ladrinis n’ont pas deux mains libres et ne peuvent pas forcement tiré plusieurs volées avec promptitude il suffit largement pour que deux gardes et un maitre d’arme soit touché en plus de Brom. Mais qui aurait put rater Brom ? Ce monstre dans un couloir, ce corps monstrueusement grand, se chevalier de l’espoir, ce colosse et fer et d’os, de muscle et de chair en tablier de forger et donc à maigre protections, et si son corps semble normalement d’acier la présence du myste en a réduit les affres pour en faire une armure digne d’un Zélos mais sans les accords qu’elle a bien souvent.

    Pourtant il ne s’en retient pas, il n’est pas temps de rire et si il sent la piqûre d’au moins deux fléchettes dans sa chaire il n’en retire qu’un sourire affolant. Les douleurs de la chair sont bien au delà des choses qui peuvent l’arrêter.

    De plus, il l’a sentit alors même qu’il chargeait arme au claire, il avait prévenu, pas de seconde somation, alors dès que le myste avait commencer à se lever il n’avait pas hésité un seul instant et avait lancer deux de ces haches dans le groupe des Ladrinis avant d’en sortir deux autres pour le combat tout en sonnant la charge des pas de ses bottes ferrés. Et alors qu’il arrivait la demoiselle lançait un fumigène, un fumigène … Avait-elle vraiment oublié que pour devenir maitre d’arme il faillit être capable de combattre dans le noir ? Et si les soldats des quatre groupes, eux, restaient autour de la masse de fumé coupant toute retraite à l’amas de sauvageons sans noblesse bouclier brandit et arme prêtent il est une autre histoire des maitres d’armes présent dans chacune des escadres, eux chargèrent dans le brouillard en se mettant à chanter un chant en l’honneur de Bor, dieux des forges et protecteurs des faibles, nobles et droits :


    “Sous tes pas Bor, frappons, Le fer et les hommes s’en vont,
    Tes pas sont clairs comme l’âme, et nous menons l’absolution
    Il n’est d’être qui t’acclame, car sous tes pas nous marchons,
    Il n’est de cœur qui s’exclame, car sous tes rêves nous avançons.”


    Et la voix de Brom qui entre à son tour dans le brouillard retentit :

    “On a dix minutes les gas, prisonniers au moins trois, pas trop abimé, rapidement, on torture, ils nous dirons comment faire, de gré ou de force, le reste, mort …”

    Puis il se met à chanter aussi, le chant est claire, peu connu des êtres en dehors du temple c’est un de chants de guerre qu’on apprend aux gardes et au maitres d’armes, il leur permet autant de se concentré sur leur transe que de connaitre la position des autres maitres. Ils sont plusieurs dans le brouillard, en vérité, treize, mais qui pourrait le savoir. Deux leur coté la deuxième ranger de garde à prit leurs arme de lancé, si ils voient le moindre homme qui sort de la mêlé et ne porte pas les couleurs de Bor ils feront de ses jambes une pellette d’épingle et déjà ils essayent de repéré les Ladrinis des toits, si ils sortent ne serrait-ce que le bout de leur petit nez pointu ils tomberont comme les lâches qu’ils sont sur le sol sous la nué.

    Les premiers coups sont donné, Brom à lâché ses armes en entendant la sommation des Ladrinis, sont but est simple en attraper un ou deux à bras le corps et les écrasés contre lui tout en sortant du nuage, il a des choses à leur faire dire, des choses précises. Mais ce n’est pas le cas de tout les maitres, ils se connaissent tous, et certains sont juste bon à tuer, alors ils font leur office car :


    “Ta grandeur à jamais par, nos vie, nous protégeons,
    Les souffrances, la faiblesse, nos corps, jamais ne trahirons,
    Âmes de forges, corps de fer, droit sans taches,
    Nous frappons nous vivons, car tu es notre attache.

    Ta grandeur notre vie, ta victoire notre amour,
    Ta passion notre rêve, ton rêve notre toujours,
    Ton avenir notre sève, ton futur notre four,
    Car par nous tu forge, par nous marque les jours.”



    Il faut rarement plus d’une minute à treizes maitres d’armes pour mettre à mal un groupe d’homme, quand est-il face à ces ladrinis là ? Voilà une grande question qui ne peux être répondu que par la voix d’or de Bor qui résonne dans les chants des hommes, qui ne peux être donné que par le sourire de Bor dans sa première passe :

    Il a lâché ses armes dans un mouvement des plus simples et est entré dans le nuages avec ses mains positionné en patte d’ours, les mains claires devant lui, semi ouverte, les paumes vers l’avant et le cœur du brouillard tout en chantant et en écoutant les pas et les armes, les mouvements de tous et les paroles psalmodier qui résonne, il a écouter la peur devant tant de zèle qui ne peut que s’éveillé, la peur devant ses paroles et le fait qu’ils sont entré pour les délogé, et il a perçut un mouvement, un mouvement qui ne chante pas, alors qui a lancer son bras et à attraper de sa poigne de fer sa cible qui l’a frapper une première fois entaillant sa chair, mais il vas peu être mourir alors la chaire n’a pas d’importance, il a immobiliser se bras et d’un mouvement du poignet explosé l’os de son nouvel amis. Puis rabattant son bras qui a fait office de filet il a collé l’estropier contre lui en se dirigeant vers la sortie du brouillard et en lui murmurant doucement :


    “Il y a des centaines d’os dans le corps, j’ai six minutes pour te faire parler, si je meurs tu meurs, à toi de savoir dans quel état tu veux sortir.”

    Puis il reprit la chanson marchant avec son poids hurlant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
:: The Boss ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: The Boss ::
Le Messager

MessageSujet: Re: Chaos à Umbriel - Partie I   Jeu 9 Juil - 18:18

Les choses ne se passent jamais comme prévu décidément. Qui aurait pu penser que tous ces grands gaillards de muscles et de métal opteraient pour la solution la moins logique qui soit lorsque l'on se trouve empoisonné, c'est-à-dire charger comme des bœufs têtes baissées ? Oh oui bien sûr, leurs chants étaient une fine tactique et certainement pleins d'honneur et de bons sentiments… ! Mais l'honneur et les bons sentiments ne ralentissent pas la propagation du poison, tandis que la dépense physique intense et l'accélération du rythme cardiaque faisaient tout le contraire. Fala haussa un sourcil en voyant les gardiens les attaquer ainsi. Qu'avait-il donc dans la cervelle, du plomb en fusion ? Tout ce temps passé près des fourneaux leur avait fait fondre ce qu'ils avaient de matière grise, ou bien n'avait-il vraiment – mais vraiment ! - aucune connaissance en empoisonnement ? Il faudrait peut-être leur expliquer, pas le temps de faire un cours non plus vu comment ces brutes se dépensaient...
Dans la mêlée, les Ladrinis tentaient davantage de gagner du terrain et du temps que d'attaquer de front, se contentant d'esquiver habilement les attaques des gardes et autres maîtres d'armes. La plupart subit quelques blessures, mais dans l'ensemble ils s'en sortaient plutôt bien, jusqu'à ce que Jorbas, un Zélos pour le moins massif, soit empoigné par ce qui devait être le Haut-Prêtre en personne et qui était, pour le coup, plus massif encore. Le Zélos serra des dents tandis que le forgeron serrait sa prise, proférant son ultimatum. Mais pour le faire taire, le peau-verte lui assena un violent coup de tête dans l'arcade du nez - histoire "d'attirer son attention" - avant de lui gueuler au visage, forçant sur ses bras pour tenter de se libérer de ceux de Brom, ou tout du moins de le fatiguer alors que lui même commençait à perdre pied :

- « Mais vous êtes complètement malade ?! Vous allez vous tuer à lutter comme ça ! J'ai qu'une partie des ingrédients et j'ai même pas un petit bout de la recette ! Il vous faudrait tous les Ladrinis pour vous fabriquer un antidote les gars ! Et le temps que vous arriviez à les coincer, sans compter vos efforts qui accélèrent la diffusion du poison, vous allez juste réussir à crever ! »

Et en effet, à mesure que les secondes passaient, battement de cœur après battement de cœur, la douleur occasionnée par le poison dans le corps de ceux qui étaient touchés grandissait peu à peu. Leur vue se troubla alors que la fièvre les gagnait, un masque de sueur commençait à couler sur leurs visages et leurs muscles perdaient rapidement leur vitalité. Une profonde faiblesse s'emparait rapidement de leurs êtres et leur énergie combative se dissipait à chaque battement de cœur. Les plus faibles tombèrent rapidement dans l'inconscience, puis les autres. Le Haut-Prêtre dont la masse musculaire colossale lui permettait de résister plus longtemps que ses hommes en fit les frais également, ce qui permit à Jorbas de s'échapper de son emprise, reprenant son souffle. Le bougre devait avoir une côte cassée, mais il s'en sortirait.
Fala soupira et d'un bond arriva près du Haut-Prêtre, plaquant sa lame sous sa gorge, plongeant son regard d'acier dans celui, fiévreux, de Brom. La plupart des soldats et maîtres d'armes semblèrent s'arrêter un moment en voyant leur maître et ami dans une si mauvaise posture, n'osant plus faire un mouvement pour préserver sa vie.

- « Ne jouez pas au héros, Brom. On n'est pas obligé d'en arriver là et j'n'ai aucune envie de vous tuer. » Puis elle parla d'une voix forte pour que tout le monde l'entende. « Vous tous, cessez le combat si vous voulez que votre maître et vos amis survivent ! Il reste peu de temps pour fabriquer l'antidote, et avec vos conneries vous avez accéléré le processus. Vous allez tous vous rendre sagement, nous allons vous lier les mains et les pieds pour être sûr que vous tenterez plus rien. On laissera l'un d'entre vous libre pour qu'il puisse fabriquer l'antidote avec nos instructions et nos ingrédients. Vous allez aussi nous ouvrir les portes du hangar et désactiver les pièges, et vite sinon le poison aura raison des vôtres ! »

Toujours sur leurs gardes, les Ladrinis attendaient les réactions des autres personnes dans la salle. Si ceux-ci acceptaient de coopérer, ils sortiraient de solides cordes pour rapidement les faire prisonniers et leurs lieraient les jambes une fois dans le hangar ouvert par l'un d'entre eux qu'il laisserait libre, veillant à bien choisir celui qui semblait le plus jeune ou inexpérimenté. Ils les priveraient bien entendu de leurs armes. Quoi qu'il en soit, les Ladrinis agiraient vite, le poison ne tarderait pas à faire ses premières victimes.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Chaos à Umbriel - Partie I   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chaos à Umbriel - Partie I
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le bois : créateur de Destruction et de Chaos.
» Le projet des Moucherons !
» [Alona] Le Début de la fin... (Arrivée du Chaos)
» Mercenaires du chaos vs gamines
» Partie de plaisir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Phelgra, le continent sombreTitre :: Umbriel, les souterrains profanesTitre :: Le Temple de Bor-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA, LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !