La vermine rebelle [MISSION]

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 3
• Ladrinis: 3
• Eclaris: 1
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 5
• Nérozias: 3
• Gélovigiens: 6
• Ascans: 2
• Marins de N.: 2
• Civils: 10

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Riguear Mois:Gexon
[Novembre/Décembre en temps réel]

Tableau d'honneur


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La vermine rebelle [MISSION]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: Séide du Chaos ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: Séide du Chaos ::
Kreen
MessageSujet: La vermine rebelle [MISSION]   Lun 5 Nov - 3:52




Au fur et à mesure que les Cavaliers s’éloignaient du centre de Thémisto, les murs semblaient se parer de feuillages et de racines. Une mousse terne recouvrait les briques et, alors que la troupe tentait de progresser sur les allées, les chevaux renâclaient à fouler les pavés délogés qui semblaient sortir de terre à la manière chaotique des mauvaises herbes. Xeron hennit à la vue d’un imposant bloc rocheux en travers de sa route. Les gros bras tortueux qui rampaient sous la ruine indiquaient que cette pierre avait été repoussée par de puissantes racines, et elle verdissait déjà comme si la nature en faisant son repas. Kreen arrêta l’animal en tirant sur les rênes et se tourna vers l’homme qui dirigeait son détachement. Un Yorka ursin à l’âge avancé allait devant elle sur un cheval robuste ; il interrompit son cheminement peu de temps après la combattante.

« – Il est temps de laisser les bêtes, annonça-t-il de sa voix grave et bourrue. »

Tous s’exécutèrent en descendant de cheval et en confiant leurs destriers aux palefreniers qui les accompagnaient. Kreen laissa Xeron aux mains d’un jeune esclave au visage balafré. Elle détacha Charybde de la selle de sa monture et la mit dans son dos en joignant les sangles du fourreau à celles de son armure, puis fit quelques pas en avant. Elle observa les alentours pendant que ses collègues se préparaient à pénétrer le faubourg de Drys.

Les bâtiments qui les cernaient étaient imposants, mais creux et endommagés. La noirceur de la pierre de Thémisto était encore dominante, et les façades sèches restaient majoritairement nues. Les rares silhouettes qui osaient traverser le paysage étaient frêles et dégarnies, les rares murmures qui parvenaient aux oreilles guerrières rauques et éphémères. Les âmes locales étaient rampantes, plus proches de la vermine que de la populace – elles grouillaient dans l’obscurité des étages et des bas-fonds et fuyaient précipitamment les étrangers en se réfugiant dans leurs demeures éventrées. L’atmosphère friable et branlante du quartier n’avait pas la même saveur que le cœur de la Cité Noire;  les sombres desseins y paraissaient risibles, les sourdes manigances si facilement anéanties. La bordure du faubourg de Drys semblait être le repaire de tout ce que Thémisto avait de plus minable, la lie de cette ville aux vices déjà innombrables. Ce n’était pas là que les opposants au règne des Cavaliers sévissaient le plus ardemment, et l’armée de Démégor en était bien consciente, mais c’était bien ici qu’un grand nombre de ces pathétiques fils de chiens avaient élu domicile. La cité entière était le théâtre d’attentats et de sabotages contre les chevaliers du chaos, et ces derniers comptaient des ennemis dans tous les milieux, mais il y avait une race bien spécifique de racaille parmi cette horde de détracteurs et c’était juste là que se trouvait son nid pullulant. Ici naissaient les rebelles les plus stupidement hargneux, les pires des stratèges et les plus insupportables des teignes. Ils conspiraient dans le désordre, ourdissaient des complots maladroits, intriguaient par pur mécontentement et sans la moindre once de principe – leur insoumission adolescente était terriblement fielleuse et téméraire. Ils avaient beau n’avoir ni les moyens, ni même l’intelligence requise pour ne-fut-ce que cabosser le blason des Cavaliers de Sharna, leur phénoménale pugnacité se mettait trop souvent en travers de leur chemin et finissait toujours par ternir la réputation des guerriers. Par leurs actes de vandalisme et leurs discours, ils participaient grandement au manque de popularité de la Caste, et ce de manière accrue depuis la défaite de Thémisto contre Cimmeria. Kreen pouvait presque sentir l’odeur méphitique de la pègre ingrate autour d’elle.

Près des chevaux, ses compagnons finissaient de se protéger contre les spores du mal de Drys. Certains jetaient des sorts, d’autres usaient d’objets magiques – autant de stratagèmes pour épargner leurs systèmes respiratoires. Un mort-vivant de sa division lui lança un regard presque complice, ce à quoi elle répondit d’un hochement de tête aux allures fatalistes. Lorsque tous eurent fini d’enchanter leurs poumons, ils se réunirent autour de leur capitaine. Le Yorka répéta quelques-unes des directives énoncées le matin-même ; les cinq principaux suspects étaient les cibles idéales mais le but de la mission était surtout d’intimider le peuple et de faire passer un message clair. Il ordonna à ses hommes de se répartir par paires et de ne prendre aucun risque concernant le mal de Drys, y compris en ce qui concernait l’usage davantage de magie. Les Gorgoroths de l’expédition furent désignés pour explorer le faubourg plus en profondeur mais, étant en effectif restreint, ils se virent obligés de partir seuls dans autant de directions différentes. Kreen ne se fit pas prier. A peine l’ordre de rompre fut-il donné qu’elle disparaissait déjà derrière un mur mousseux et s’enfonçait dans le quartier maudit de Thémisto.

Elle croisa bien quelques enfants en haillons, et elle passa même un ou deux établissements encore hantés de soulards, mais il était clair que la population se raréfiait grandement. Tous ces personnages portaient des tissus sur le visage ou bien des masques, et certains d’entre eux étaient même déjà condamnés. Leur peau brunie attira l’œil du Séide – qui se réjouit grandement d’avoir déjà payé à Kron ce que chacun lui devait – mais personne n’osait soutenir son regard. La Cavalière choisit de s’enfoncer un peu plus vers le cœur du faubourg, même s’il avait des chances d’être désert. Elle ne comptait pas y rester très longtemps, elle souhaitait simplement sonder les alentours avec toute l’assiduité pour laquelle son état de défunte était aujourd’hui un avantage. Après de longs moments solitaires entre les habitations verdoyantes, elle aperçut enfin une silhouette digne d’intérêt.

A l’autre bout d’une ruelle assombrie par un lourd feuillage, la guerrière vit passer une ombre chétive affublée d’un long bec crochu. L’individu était furtif et disparut rapidement dans un passage adjacent, mais Kreen eut le temps de reconnaitre un de ces masques de médecin que ceux qui n’avaient pas les dons requis espéraient suffisants pour repousser les miasmes et les maladies. Plus intéressant encore, cette personne avait très clairement un poignard dans la main, or les habitants du faubourg de Drys avaient bien plus à craindre de l’atmosphère que de leurs voisins. Cette intrigante créature était bien la première que Kreen voyait porter une arme. Elle choisit donc de la suivre, sans grande conviction mais espérant sincèrement qu’elle ne se trompait pas.

La filature prit fin bien plus tôt qu’elle ne l’avait anticipé. Très vite, la Gorgoroth se retrouva dans une impasse dans laquelle l’inconnu masqué se tourna vers elle toute dague dehors. Kreen perçut une tierce présence dans son dos et salua l’embuscade d’une courte expiration à travers le nez, comme pour marquer son amusement.

« – Fichtre, souffla-t-elle ironiquement. Une voix juvénile et étouffée résonna dans le bec du masque médicinal.

– Tu vas regretter d’être venu ici tout seul, Cavalier ! Sans trop se presser, Kreen pivota pour faire dos au mur et pouvoir garder un œil sur ses deux attaquants. Elle ne répondit à la provocation qu’en dégainant Charybde, ce qui n’eut pas l’air d’intimider les rebelles.

– C’est notre territoire ici, toi et tes confrères de malheur n’ont rien à faire chez nous ! lança le second personnage. Lui portait un masque moins sophistiqué mais était un peu plus grand, et sa voix semblait déjà légèrement plus adulte.

– Au contraire, déclara Kreen, je vous cherchais, justement. Ce commentaire sembla troubler ses assaillants qui échangèrent clairement une œillade. N’importe quel rebelle zélé aurait fait l’affaire, mais en soi, la servante de Sharna ne mentait pas. Mes confrères de malheur aimeraient beaucoup s’entretenir avec vous, je vais vous demander de me suivre… ajouta-t-elle d’un ton étrangement neutre et formel. »

Son but ; les mener jusqu’au cœur de Thémisto et leur infliger la punition qui leur était due sur la place centrale. Elle savait pertinemment qu’ils ne coopéreraient pas et finiraient probablement à demi-morts dans un fossé mais elle espérait vraiment pouvoir les soumettre à la colère de Sharna devant un public passionné.



avatar by bigmac996
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
La vermine rebelle [MISSION]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant
» Ordre de Mission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: Phelgra, le continent sombreTitre :: Themisto, la Cité noireTitre :: • Le faubourg de Drys-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !