Au coeur de la forêt citadine [Dolan Kane]

Bienvenue

Sur Istheria, RPG heroic-fantasy issus d'un univers original où de multiples aventures vous attendent.

Liens rapides

Effectifs

• Eryllis: 2
• Ladrinis: 2
• Eclaris: 1
• Prêtresses: 2
• Cavaliers de S.: 2
• Nérozias: 2
• Gélovigiens: 8
• Ascans: 2
• Marins de N.: 2
• Civils: 9

Temps actuel

An 1305 de l'ère obscure

Saison:Béamas Mois:Tiria
[Décembre/Janvier en temps réel]

Membres du mois


Code par MV/Shoki - Never Utopia



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au coeur de la forêt citadine [Dolan Kane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
:: L'Ombre des Eryllis ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Ombre des Eryllis ::
Aliénor Isil
MessageSujet: Au coeur de la forêt citadine [Dolan Kane]   Mar 19 Avr - 23:41

Tyrhénium et ses quartiers commerçants.

Voilà un endroit grouillant de vie et de nouveautés. C'est un lieu où vos sens sont en éveilles et vous vous sentez bien minuscule parmi cette fourmilière en ébullition. L'odeur des épices et des pains chauds vous chatouillent les narines. Les cris des marchands, le brouhaha des passants, et le bruit des charrettes vous harcèlent les oreilles. Les couleurs vifs des tissus, l'éclat des bijoux et les maisons qui se dressent devant vous... Vous ne savez plus où regardez tant il y a de choses à voir. Et cette foule grouillante vous percute, vous pousse, vous regarde, vous souris... Tant de nouveaux visage et de mouvements à vous faire perdre la tête.

Une forêt citadine ?

Aliénor ne se déplaisait pas, mais il était évident pour elle qu'elle préférait sa forêt de Sphène... Là au moins, elle ne se sentait pas observer et encore moins oppresser. Tout ce monde ne lui plaisait pas, elle préférait le calme de Dame Nature. Mais dans Tyrhénium, à l'instar de la forêt, on pouvait trouver tout son petit bonheur. Et le petit bonheur de la Rôdeuse était les armes. Épées, dagues, arcs... Tout lui intéressait et c'était avec le regard malicieux qu'elle observait ces objets qui n'étaient pas destinés aux enfants. Et même si elle ne comptait pas en acheter, rien ne l'obligeait à admirer ces merveilles du regard. C'est pourquoi elle avait quitter la vieille Samhach avec Fenrir pour rejoindre, celle qu'on nommait, la ville frontière. D'ailleurs, son compagnon n'était pas avec elle, il préférait l'attendre à l'entrée de la ville. C'est qu'il ne se plaisait pas en compagnie d'autant de Terrans. Aliénor ne lui en voulait pas, elle comprenait parfaitement.

D'ailleurs, ce que la jeune appréciait aussi à Tyrhénium, c'est de parler avec les marchands d'armes et les forgerons, posant des questions et parlant de tout et de rien. Oui, elle semblait détendu, mais elle restait cependant toujours méfiante et sur ses gardes. Surtout à propos de sa bourse. Elle n'était pas née de la dernière pluie, elle sait que de nombreux voleurs se promenaient dans les ruelles et les plus téméraires étaient sans nul doutes les enfants. Ils n'étaient pas bêtes, ils savaient comment si prendre ! C'est donc avec beaucoup de méfiance qu'elle se déplaçait en ville, surveillant les personnes qui lui paraissaient suspectes.

Mais aujourd'hui, son ennemi était bien différent. Des rires d'enfants se répercutèrent dans l'allée, recouvrant certaines discussions des marchands. C'est alors qu'une petite fille passa près d'elle, faisant claquer sa cape et partit en riant. Il en suivit d'un jeune garçon qui semblait poursuivre la gamine avec toute la bonne humeur que détenait cette dernière. Lui aussi passa près d'Aliénor... Mais jamais il n'alla plus loin. Une main de fer le rattrapa par le col et l'obligea à reculer. Son dos rencontra alors les jambes de la Rôdeuse tandis que sa cape s'abattit sur lui. Elle semblait danser devant ses yeux au rythme du vent et il s'était tut, ne riant plus de son rire si enfantin. Et son silence plaisait bien à la jeune femme, qui tenait toujours fermement son col, car un léger sourire se dessinait sur ses lèvres. D'un geste doux et fluide, elle prit délicatement sa main et lui arracha la bourse qu'il tenait fermement entre ses petits doigts. L'enfant n'avait pas résisté, bien trop terrifiait par cette inconnue qui l'avait prit la main dans le sac.

Aliénor remit sa bourse en place et se mit à genoux pour être à la même hauteur que le petit voleur. Elle lui murmura alors à son oreille :
- Ne sois pas trop gourmand, ou tu perdras ta main...

Elle avait offert ce conseil d'ami d'une voix aussi douce qu'un zéphyr. Cependant, on décevait son autorité, montrant ainsi qu'elle ne plaisantait pas...

- Disparais.

Elle ne répéta pas deux fois, le petit garçon prit aussitôt le fuite sans jeter un regard derrière son épaule. La Rôdeuse se releva en soupirant, toujours ce doux sourire au lèvres. Cela lui rappelait tellement de souvenirs... Mais ressaisissons nous, il ne fallait pas qu'elle baisse sa garde. Dieu sait quel drôle d'individu pouvait se promener dans ces lieues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité

MessageSujet: Re: Au coeur de la forêt citadine [Dolan Kane]   Mer 20 Avr - 14:43

Quelques temps avant

- Dolan, tu sais ce qui se passe à Thyrénium ? La fête est fini là bas mais il y a encore plus de monde que d'habitude.

- Et ? Je sens qu'il y a un hic dans ce que tu viens de me dire Millena. Il y a qui dans cette ville ? A part Fanel évidement.

- Et bien, tu te souviens du marchand d'armes qui nous malheureusement fait faux bond ?

- Tu parle de celui que l'on devait rencontré il y des mois de cela et que nous sommes tombé en embuscade ? Et c'est juste pour me prévenir de cela ? Allons ! Je ne te savais pas si inquiète à mon égard ! Que c'est mignon ! La chef des nérozias qui s'inquiète pour moi ! Aillleuh ! Pourquoi tu m"a frappé !

- C'est pas que je m'inquiète ! Je te rappelle à l'ordre c'est tout. Aucun scandale par contre ! Je ne veux pas une nouvelle guerre ouverte avec Eridiana alors en douceur !

- Ne t'en fait pas je ne fais que l'interroger après ce n'est plus vraiment de mon ressort ! Quoique en y réfléchissant bien si. Bref je sais exactement ou le chercher c'est une mission tarte à la crème de marron ! Aliore m'a dit qu'il se logeait au quartier commerçant dans un magasin avec un étale pour les mois les plus chaud ! :P
Bon j'y vais ciao !


Arrivée au quartier commerçant

Quelle belle saison ! Enfin, des mois doux et agréable ! Dolan kane avait laissé Machin dans une écurie à l'entrée de la ville afin de passer pour un simple citoyen lambda; il s'agissait de ne pas se faire remarquer avec le rues bondés de gens de toute race voulant marchandé, boire, boire et encore boire à la taverne,puis boire, et ... c'est peut être tout. Bref le juge écarlate n'était pas là pour faire la fête ou encore relevé un défi du régent Fanel en matière de qui séduira le plus de femme en une après-midi ou encore qui tiendra le plus longtemps en équilibre sur une poutre après avoir engloutie plusieurs litre de liqueur. Non monsieur ! La mission était importante . Dolan doit savoir pourquoi ce marchand nous à fausser compagnie. Une mission banale mais tout de même importante car cela a faillit couter la vie de plusieurs personnes ! Il doit être jugé... après l'interrogatoire.

Spike, posé sur son épaule, Dolan se dirigea sereinement vers le quartier commerçant dans la joie et la bonne humeur ! Souriant, chantonnant des airs sindarins, il marchait tranquillement dans la rue tandis que son petit ouistiti dansait d'une façon bien à lui sur ces airs elfiques qu'il adore tant. Les gens ne le bousculait pas. Ils le trouvait bien étrange, trop étrange et préféraient donc s'éloigner quelque peu du joyeux personnage. Sauf un petit garçon qui tomba par terre après avoir percuté les jambes du maître des cartes. Dolan n'eut même pas le temps de se baisser pour voir s'il allait bien qu'il était déjà parti en courant. Il était terrifié mais pourquoi ? Ah la curiosité est un vilain défaut qui n'est pas étranger à Dolan. C'était plus fort que lui. Il reprit donc son petit chant comme si de rien n'était et continua sa marche tout en posant son regard sur les différentes échoppes pour voir s'il n'apercevrait pas ce fameux marchand d'arme. Pour l'instant il s'arrêta sur un étale d'un autre marchand d'arme. Un peu gros, barbu et bon vivant à première vue ! Il regarda les armes tranquillement tout en chantonnant Il avait une femme à ces côté mais il n'y faisait pas attention, pour l'instant il regardait, il observait tout en jetant des coup d'oeil dans l'angle de la rue, derrière cette femme, une echope avec une silhouette qui lui disait quelque chose................................
Revenir en haut Aller en bas
:: L'Ombre des Eryllis ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Ombre des Eryllis ::
Aliénor Isil
MessageSujet: Re: Au coeur de la forêt citadine [Dolan Kane]   Jeu 21 Avr - 12:37

Décidément, il y avait du choix avec les armes. La pauvre Aliénor ne savait plus où se donner de la tête ! Tant de petites merveilles, tant de dagues si tentantes... Mais elle ne pouvait se permettre d'avoir la main trouer, surtout avec la petite bourse qu'elle détenait. Oh oui ! C'est déjà quelque chose 450 Dias, mais si elle commençait à acheter touts les poignards et les dagues qui lui plaisait, la pauvre Rôdeuse se retrouverait très vites à manger du pain sec pour dîner !

Elle s'arrêta pour la énième fois devant un marchand d'armes et admira sa marchandise d'un regard malicieux. Mais sa contemplation fut dérangée par l'apparition d'un personnage... Singulier ? Il chantonnait joyeusement dans une langue qui n'était pas inconnu à Aliénor. Du sindarin. Eh bien, ses cours sur cette langue si mystérieuse remontaient à loin. Elle ne comprit pas tout ce qu'il disait, mais l'écoutait chanter dans cette langue n'était pas si désagréable. Après tout, elle avait entendu pire au niveau casserole. Et la bonne humeur de cet homme fit sourire la Rôdeuse qui secouait doucement la tête. On pouvait dire qu'il s'était levé du bon pied celui là... Ah moins qu'il était un peu fou ? Du coin de l'oeil, elle remarqua la bestiole posait sur son épaule qui semblait être un ouistiti. Elle le regarda, il la regarda... Et un magnifique sourire apparut sur les lèvres de la jeune femme sans qu'elle se rende compte. Il est si rare de la voir sourire de cette façon, mais cette petite chose avait une tête qui lui plaisait bien. Décidément, on pouvait trouver toute sorte de compagnon dans ce bas monde.

Elle retourna à nouveau dans sa contemplation des armes et son regard fut aussitôt attiré par une magnifique dague. La femme encapuchonnée fut alors tentée, et se mordit la lèvre... Elle ne pouvait pas l'acheter, mais pourquoi pas l'essayer ?

- Puis-je ? Demanda Aliénor au marchand en désignant une dague.
- Allez-y, je vous en prie ! Déclara-t-il d'un air jovial.

Alors la Rôdeuse prit délicatement la dague et la fit tournoyer dans sa main. Elle fit quelques tours ainsi pour la tester, sous la contemplation du marchand, qui veillait cependant d'un oeil. Il était sur ses gardes, il n'y avait rien de mal.

- Elle est légère, déclara la jeune femme en la redonnant au vendeur, facile à manier... Et son manche est magnifique.
- Eh Eh ! Qu'est-ce que vous croyez ma p'tite dame ? Ce n'est pas de la camelote que je vends ! Alors, vous l'achetez ?
Elle sourit.
- Non, pas aujourd'hui. Je contemple pour cette fois... Mais un autre jour, peut-être ?
- Revenez quand vous voulez !
- Je n'y manquerai pas.

Elle fit demi tour, faisant ainsi claquer sa cape noire moucheté de bleue, et jeta un dernier regard sur l'homme aux chants sindarins et son petit compagnon. Va savoir pourquoi. Elle remarqua alors une autre échoppe qu'elle n'avait pas eu le temps de regarder. Agilement, elle tenta de se frayer un chemin parmi la foule... C'est qu'il y avait beaucoup de monde dans les ruelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité

MessageSujet: Re: Au coeur de la forêt citadine [Dolan Kane]   Dim 12 Juin - 18:17

( Désolé pour la lenteur de ma réponse mais bon révision du Bac prime sur les rp ^^)

Quel dommage lui qui voulait entamer une petite conversation avec une inconnue ! Dolan n'eut même pas le temps de voir ou elle allait. Bon ce n'était pas grave il fallait penser à la mission. L'air jovial se changea brutalement en air tout à fait sérieux, aussi sérieux qu'un magistrat en plein exercices de ses fonctions, avant de se diriger d'un pas déterminé vers cette échoppe qui l'intriguait tant. Ne faisant point attention à la foule, le juge écarlate bousculait beaucoup de monde dont peu essayé de se plaindre car cela était vain. Dolan n'avais qu'une chose en tête, sa mission et rien d'autre.

Une fois arrivé au magasin en question sans vraiment faire attention à la foule, le maître des cartes scrutait le moindre détails de la bâtisse afin de parer à toute éventualité. Il y avait une porte de service, une seule tout comme l'entrée. L'échoppe était d'une taille moyenne avec de larges fenêtres pouvant facilement être franchi. Il devait y avoir surement une arrière boutique et le bâtiment possédait un étage. Deux endroit pour procéder à un interrogatoire seulement il fallait travailler son apparence. Si le propriétaire le voit il s'enfuirait peut-être . Alors l'illusion doit entrer en jeux mais il fallait faire vite Dolan n'a que 5 minutes pour agir.

Sans plus attendre il entra normalement dans l'échoppe. Personne ne le remarquait. L'illusion marchait à merveille et Dolan pouvait aisément enlever le propriétaire et quelle coïncidence c'était le bon ! Dolan avait une intuition et un sens de l'observation inouï et cela depuis qu'il est née il y a fort longtemps. La proie disparue de la réaité à une vitesse folle afin d'entrer dans l'illusion la plus parfaite mais il fallait encore faire vite, il ne restait plus que trois minutes. Dolan attrapa le propriétaire qui ne comprenait pas ce qui lui arrivait et l'emmena à l'étage après l'avoir assommé. 5 minute se sont écoulé et la réalité pris alors le dessus. Le juge du clan verrouilla la porte et installa un petit piège à l'entrée. Un procédé vieux comme le monde mais qui marchait relativement bien. En effet quiconque ouvrait la porte se trouvait prendre une décharge visant à le paralyser pendant au moins deux minutes. Il attacha alors le suspect à une chaise qu'il trouva et installa une tablette devant lui. L'étage était en fait une chambre simple mais avec beaucoup d'objet dont Dolan se fera un plaisir d'utiliser si le suspect ne se montre pas très coopératif. Qui sait ce que l'on peut faire avec un brasero ou encore une commode ?!!!! L'ancien éclari pris alors une autre chaise et se plaça en face du suspect qui se réveillait peu à peu. Alors que le propriétaire repris sa lucidité, Dolan s'empressa de lui faire comprendre que crier à l'aide ne lui apporterait qu'une mort soudaine et rapide. Peureux de nature ce fameux marchand d'armes ne tenta rien, il ne voulait pas mourir. Le maitre des cartes pris alors la parole et commença son interrogatoire :


- Alors Devon si je me souviens bien. Je suppose que tu sais pourquoi je suis ici !

- Attendez ! Coment vous connaisser mon nom ? Que..... cette bague. Oh non !!! Je suis désolé vraiment désolé j'y suis pour rien je vous jure !!!! je....

- Tais-toi je connais ce refrain par coeur. Tu as cru pouvoir nous doubler ?

- Non ! Non ! Je ne voulais pas ! Ils m'ont forcer !

- Ah, on y viens qui t'a forcer mon jeune et pauvre marchand ?

- Si je le dis ils vont me tuer !

- Allons, allons j'ai l'impression d'avoir en face de moi une regroupement de cliché ! Écoute, si tu ne me le dis pas tu seras mort dans les deux cas sauf que moi je n'opterait pas pour une mort rapide ! .......... Tu ne veux toujours pas répondre ? Entendu. Je vais déposer cinq cartes sur cette table de nuit. Je vais te demandait d'en retirer une. aller n'ait pas peur, tu as juste ton destin entre les main du hasard qui soit dite en passant est la meilleurs des justices......


Dolan déposa effectivement cinq cartes et avec hésitation sans comprendre pourquoi le marchand à moitié tétanisé par la peur choisi une carte. Celle du milieu. Dolan la retourna, c'était un 4 de coeur. Qu'elle chance ! Le maître des cartes souria. Le marchand fit de même croyant que c'était de bonne augure. Sauf que Dolan résorba son sourire très vite alors qu'une sorte de fil électrique sortait de la carte et électrocuta le marchand.

Le coeur, douceur et haine à la fois. Cette carte était vicieuse et il fallait s'en méfier. Déromoir était une arme redoutable. Le quatre ne le tua pas mais le fis souffrir le martyr alors que l'électricité envahissait son corps tout entier. Un cri s'échappa de sa bouche et Dolan n'eut pas assez de temps pour qu'il ne se fit pas entendre mais cela était sans importance alors qu'il s'entait un peu de mouvement en bas. Il dit alors tout en résorbant le cris du torturé avec sa main et un chiffon :


[b]- Tu cris vraiment comme une fillette dis moi ! Alors tu vas me dire qui t'a payer pour nous emmener à cette embuscade sinon j'en retourne une autre !

- Je vais le dire.... ahh !... Je vais le dire mais par pitié ne recommencer pas !................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
:: L'Ombre des Eryllis ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Ombre des Eryllis ::
Aliénor Isil
MessageSujet: Re: Au coeur de la forêt citadine [Dolan Kane]   Mer 15 Juin - 2:27

[Ce n'est rien ^^ Je peux que comprendre ! lol]


Le temps passait et les échoppes s’enchaînèrent. Aliénor prenait beaucoup de plaisir à les rendre visites et observer longuement les marchandises. Et elle n'hésitait pas non plus à les essayer quand les marchands lui donnaient l'autorisation. Oh oui, elle adorait ça. Elle était comme une petite enfant devant un magasin de jouets ! Ses yeux brillaient de malice tandis qu'elle se mordait la lèvre avec agacement. Oui, c'était bien beau toutes ces armes, mais elle ne pouvait se les procurer. Sa bourse n'était pas assez remplit pour qu'elle s'autorise une douceur, alors elle doit supporter leur vu avec beaucoup de courage. N'étais-ce pas sadique d'un côté de s’obstiner à se faire du mal ainsi ? Après tout, elle aurait très bien put partir pour éviter cette torture, mais elle persistait !

Quoi qu'il en soit, masochiste ou non, la Rôdeuse restait beaucoup de temps dans le quartier commerçant et quand elle vit qu'il se faisait bien tard, elle quittait la cité et alla rejoindre Fenrir aux portes de Tyrhénium... C'est d'ailleurs ce qu'elle avait l'intention de faire. Disant adieu à un marchand, elle longea le long des échoppes en se dirigeant vers la sortie des quartier commerçant... Quand soudain, son ouïe bien plus développait qu'un Terran normal capta un bruit singulier. Elle s'arrêta alors, juste devant un magasin, et tendit attentivement l'oreille... Serait-ce des complaintes ? Cette voix qui vibrait d'effroi appartenez à un homme situé à quelque pas de la Rôdeuse. D'ailleurs, suivant instinctivement ce bruit, elle rentra sans le vouloir dans l'échoppe. Elle ne faisait pas attention aux regards qu'elle s'attisait, bien trop concentré sur cette trace. Il semblerait d'ailleurs qu'elle est disparu... Oui ! Littéralement disparu ! Elle resta un moment debout dans la pièce, pour savoir s'il n'y aurait pas quelque chose d'autre... Mais il n'y avait plus rien.

Aliénor souffla, c'était bien la première fois que ses oreilles la trahissait. Mais alors qu'elle sortit de l'échoppe, un cri semblable à un cochon qu'on égorgerait vint agresser violemment ses tympans. Aussitôt, l'Eryllis se précipita vers l'étage supérieur car cette fois elle en était sûr : quelqu'un était en danger ! Grimpant de trois en trois les marches, elle vit alors la porte se dressait devant elle et elle se saisit de la poignée sans penser aux conséquences. " Elle est verroui... " Une décharge se fit alors arrachant plus un cri de surprise que de douleur à la jeune femme. Elle retira aussitôt sa poignée et eu quelques mouvements de recul avant que son dos toucha un mur. Désorientée et assommée, elle se laissa glisser en gémissant. " Nom d'une cacahuète ! Je me suis fait avoir comme un gamin ! " Se dit-elle en serrant des dents. Ah ! Si il y a bien une chose qu'elle détestait le plus c'est qu'on la fasse piéger aussi facilement ! Piège qui sentait salement mauvais une caste qu'elle avait dut faire face plusieurs fois...

- Nérozia... persifla-t-elle.

C'était soit ça, soit un Ladrini... Mais elle optait pour la première option car elle les détestait bien plus que les Ladrinis et puisqu'elle était énervée et qu'il fallait choisir un défouloir ! Enfin, cette décharge avait eu dont de la paralyser un moment, le temps qu'elle réfléchisse une solution pour ouvrir cette porte verrouillée et piégée. Mais il était bien difficile de penser avec ce mal de tête et le temps qui passait ! Elle perdit très vite cette notion tellement que le coup l'avait assommé... Et finalement, se fut un second cri qui la réveilla. Alarmée, elle se releva avec difficulté mais le simple fait qu'elle soit dans cette posture où elle ne pouvait rien faire hormis entendre geindre une personne l'a mit hors d'elle. Serrant les dents, elle présenta brusquement sa main en direction de la porte... Et une bourrasque de vent fit ouvrir les fenêtres, si violemment que les vitres se brisèrent, et la porte céda sous ce souffle dévastatrice aux airs de tornade qui mit sans dessus dessous la salle où était refermé la personne prise en otage. La cape claquant au vent, Aliénor entra en bandant son arc avec une flèche et la dirigea vers son " ennemi "...

Et quelle fut sa surprise quand elle vit le Sidarin avec son macaque ! C'était donc un Nérozia ? Lui ?! Décidément, le hasard était bien singulier avec la jeune femme ! Qui aurait cru que cet homme qu'elle avait croisé dans une échoppe de dagues devait être son adversaire ? Enfin, quoi qu'il en soit, elle jeta un coup d'oeil à la victime qui respirait encore, mais était dans un facheux état. Il était d'ailleurs attaché à une chaise et devant une petite table avec cinq cartes de face, dont deux retournées... Des cartes ? Un Nérozia ? Serait-ce...

- Ne serais-tu pas Dolan Kane ? Lui demanda-t-elle d'une voix suave et antipathique.

Il était connu pour être une personne difficile à attraper, usant de ses cartes bien singulières et de ses illusions pour tromper les personnes... Elle ne pensait pas le faire face un jour, mais prit conscience qu'il devrait être un adversaire de taille. Alors, elle ne quitta plus cet homme du regard, le fer de sa flèche pointant dangereusement sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité

MessageSujet: Re: Au coeur de la forêt citadine [Dolan Kane]   Mer 15 Juin - 22:15

Franchement, il y a toujours des imprévues. Quoique l'on puisse faire le hasard nous rattrape et il peut réservé des surprises. En effet quelqu'un qu'il à rencontrer quelques instant plutôt fit un irruption fracassante après s'être pris une petite décharge. D'ailleurs dans laps de temps court entre la paralysie et l'explosion de porte, le juge finit par avoir des aveux. La personne qui engagea ce marchant pour nous conduire en embuscade n'était autre qu'un général de l'armée royale qui, par chance vit dans la ville frontière. La fortune était du côté de Dolan et cela collait parfaitement avec la si belle journée qui s'annonçait. Mais pour l'instant, il fallait s'occuper de cet étrange femme.
Il lui répondu d'ailleurs avec son élégance habituelle :


- Oui c'est bien moi bel enfant, ravi de vous rencontrer en plein moment de mon interrogatoire. Mais il est inutile de verser le sang ici et maintenant n'est-ce pas ? Cet homme n'est plus en danger, et n'a que peu d'égratignures. Il est juste excessivement douillet pour un homme. Je n'ai quand même utilisé que deux cartes et c'était un quatre de coeur et un deux de carreaux il n'y a pas de quoi en faire un plat ! Cependant dans le cas contraire je devrai usé de la force et ce n'est pas votre vulgaire flèche qui m'arrêtera car j'ai un verdict à prononcé auprès d'un cher général qui obtint sa renommé après avoir non seulement tué plusieurs de mes camarades mais aussi pour avoir dénoncer ces propres hommes pour des actes qu'il effectue en toute impunité . Désolé je parle un peu trop. Sur ce ........

Avant même de finir sa phrases, l'illusion était déjà entrer en jeux, une nouvelle fois. Le juge devint deux, puis trois, quatre, cinq devant la femme encapuchonnée. Toutefois la supercherie en cachait une autre. En effet Dolan n'avait point bougé. Cependant, une tige fine s'était approché discrètement de la jeune fille pendant que le sindarin établissait son monologue. Et alors que l'illusion était toujours active, la tige se fendit en deux, puis grossit légèrement et attrapa les chevilles de cette personne. Dans une autre fraction de seconde, une rose entoura la flèche qui était pointé vers l'ancien éclari, puis la brisa comme une vulgaire brindille avant de continuer sa course sur l'arc, entourant chaque parcelle de la hampe. La rose laissa ensuite entrevoir ses épines si particulières qui aspirait le sang afin de se renforcer.

Et à ce moment là, alors que l'illusion s'effaçait peu à peu, Dolan récupéra ses cartes, s'en servit d'un afin de couper les liens de son ex-suspect et s'approcha lentement de celle qui tenta de le tuer. Il se dirigeai vers elle d'un air sérieux, une carte à la main comme pour aller la tuer mais ce ne fut pas le cas. Il n'avait aucune raison de le faire. Le maître des cartes ne fit qu'atteindre son oreille et lui murmura d'une voix douce et sensuelle à la fois :


- Comme je vous l'ai dit tout à l'heure j'ai à faire mais je suis sur que nous nous reverrons ma chère. Je vais donc devoir vous quitté mais faîtes attention aux gardes de la ville qui ne tarderont pas à venir. Ce serait dommage pour une personne tel que vous, de passer ses jours en prison. Et soit dit en passant vous êtes très charmante !

Il sourit à ces derniers mots et sauta par la fenêtre. Il déploya son pouvoir de la rose sanglante afin de descendre en rappel jusqu'à atteindre les pavés. Après cela il continua tranquillement comme si de rien n'était. Et alors qu'il se dirigeait vers le quartier bourgeois non loin du quartier commerçant, il aperçut la garde courir à toute vitesse et décida alors de détacher cette fille. Quelques minutes plus tard, le juge était face à un manoir...........................................
Revenir en haut Aller en bas
:: L'Ombre des Eryllis ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Ombre des Eryllis ::
Aliénor Isil
MessageSujet: Re: Au coeur de la forêt citadine [Dolan Kane]   Sam 25 Juin - 4:30

Aliénor comprenait à présent. Elle comprenait pourquoi cet homme était si difficile à attraper et si étrange ! Elle était arrivée trop tard, Dolan avait eu ce qu'il voulait. Mais par chance, il laissa la vie sauve au marchand. C'était déjà ça de gagner... Mais alors qu'elle prenait le Nérozia comme cible, voilà que ce dernier s'adressait à elle d'une élégance des plus troublante. A la fois charmeur et tout aussi manipulateur. Il assurait qu'il n'avait rien fait à l'homme, que ce dernier était simplement un peu trop sensible, que les cartes qu'il avait tiré étaient un quatre de coeur et deux de carreaux, qu'Aliénor était inefficace contre lui, et une histoire comme quoi un général devait payer pour les camarades qu'il avait tué... Bref ! Autant vous dire que toute ses informations d'un coup avait eu don de perturber légèrement la Rôdeuse qui avait à peine comprit le trois tiers de ce qu'il avait dit. Il était un peu trop bavard à son goût...

Et comme si ce n'était pas suffisant, voila que sa vue lui jouait des tours ! Est-ce elle, ou le joueur de cartes avait des jumeaux ? Quelle horreur ! Voilà qu'il utilisait une illusion pour la déstabiliser ! Hélas, il avait bien réussit son coup, puisque qu'Aliénor fut totalement perdue face à cinq Dolan. Mais qui était le véritable ? Voulant mettre une réponse à cette question, elle s'apprêtait à tirer quand soudain quelque chose attrapa ses chevilles tandis qu'une rose avait brisé sa flèche. Elle sentit se soulever de terre et la pauvre Eryllis se retrouva la tête à l'envers.

Des jurons s'échappèrent de sa bouche, tandis qu'elle se débattait sauvagement contre ces lianes sortis de nul part. Elle se doutait bien que c'était l'oeuvre du Nerozia, et rien qu'à cette idée, son sang se mit à bouillir. Il l'avait bien eu et elle n'avait rien put faire ; voilà une chose qu'elle exécrait. C'est alors qu'il s'approcha d'elle d'une démarche à la fois fluide et menaçante. Dolan tenait dans sa main une carte qui avait servit à couper les liens de son prisonnier et qui pouvait sans nul doute en faire autant pour son jolie cou. Alors, elle cessa de gigoter comme un misérable animal enchaîné et le dévisagea d'un regard hautain. Elle avait envie de lui gifler, de le poignarder, de le mordre... Bref, elle voulait lui faire payer cet affront. Mais elle se contentait seulement de se retenir et l'Eryllis tremblait de rage. Cependant, elle retint sa respiration quand elle sentit le souffle du joueur de cartes aux creux de son oreille. Il lui murmurait qu'il n'avait pas le temps de rester et que la garde va bientôt arriver d'une minute à l'autre. Aliénor serra les dents, il ne manquait plus que ça ! Être en prison pour un crime qu'elle n'avait pas commis ! Et enfin, la dernière remarque de Dolan la fit frissonner. Il avait dit ça d'une voix sensuelle et affreusement mielleuse ce qui troubla quelque peu la jeune femme. Dans d'autre circonstance, elle aurait pu même rougir à ce compliment. Mais c'était ni l'endroit, ni le moment...

Il emporta avec lui un dernier sourire avant de disparaître par la fenêtre et Aliénor lui envoya un juron en guise d'adieux. Puis elle se remettait à gigoter dans tout les sens en rageant. Mais quelle honte ! Heureusement que cette dernière ne tue pas ! Elle n'a jamais été aussi humiliée de la sorte ! Décidément, elle haïssait les Nérozias et elle maudit cet homme qui a fait de sa journée un véritable cauchemar ! Maugréant à voix basse, elle tenta de se procurer ses deux dagues pour se libérer de ses tiges bien singulières. Mais à peine elle dégaina l'une de ses lames qu'elle sentit son piège la lâchait prise. Tombant la renverse, elle se rattrapa avec une roulade avant de se remettre sur pieds toute en finesse. Le joueur de carte avait-il décidé de la libérer ? Quoi qu'il en soit, il n'y avait plus une minute à perdre. Se précipitant sur l'homme à moitié inconscient, elle lui procura aussitôt des soins. Ses mains s'illuminèrent et elle les appliqua sur le corps du marchand. Durant ce laps de temps, sa fine ouïe capta la course de la garde qui se rapprochait dangereusement de la boutique.

Ses soins achevaient, elle courut en direction de la fenêtre. Elle se hissa vers l'extérieur et se laissa tomber. Cependant, elle rattrapa le bord de la fenêtre et elle laissa durant une poignée de seconde son corps se balancer dans le vide avant de lâcher prise. La chute fut quelque peu rude, mais elle fut si pressée et en colère qu'elle oublia très vite la douleur de ses jambes qui durent supporter son poids à l’atterrissage. Elle quitta ensuite la ruelle pour rejoindre alors les quartiers marchands. Et il était temps, car elle vit du coin de l'oeil la garde rentrait comme une horde dans la boutique. Elle pouvait donc demander à son coeur de ralentir la cadence, car ce dernier battait si fort que sa poitrine lui faisait souffrir.

Quoi qu'il en soit, elle était dans une situation des plus délicates. Elle ne savait pas qui était le général qui aurait put trahir les Nérozia, mais elle se doutait qu'il aurait put habiter dans un quartier bourgeois. Peut-être était-ce là que Dolan se dirigeait ? Oh moins, il a eu l'obligeance de dévoiler ces problèmes et ces intentions à la jeune femme pour lui faciliter légèrement la tâche. Oui, mais après ? Aliénor n'était pas dupe ! Cet homme était bien plus puissant que la Rôdeuse. Ses pouvoirs étaient vicieux et difficiles à contrer. Les siens étaient bien maigre à côté ! Qu'avait-elle pour se défendre contre lui ? Rien, hormis ces simples armes. Mais le Nérozia lui avait bien fait comprendre qu'ils étaient bien inefficace face à lui.

- Mais dans quel pétrin je me suis mis... Soupira-t-elle en plongeant son visage dans ses mains.

Elle pourrait fermer les yeux, et laisser Dolan tuer ce général. Mais sa conscience en prendrait un coup ! Et puis, c'était pas son genre de fermer les yeux quand une personne était en danger. Oui, elle n'avait plus le choix.

Trottant dans les rues, elle cherchait avec ses yeux perçant la silhouette qui lui était familière. Mais quel enfer de la trouver avec ce monde pareil ! Elle dut se mettre au final en hauteur, en se mettant debout dans une rempart pour avoir une vue plus dégagée. C'est alors qu'elle le vit, à une centaine de mètre de là. Heureusement pour elle qu'elle avait des sens bien plus développés que la moyenne ! Enfin, elle reprit son chemin, l'air déterminé. Elle laissait cependant un bon écart entre la jeune femme et le joueur de carte tandis qu'elle se fondait dans le décor. La discrétion et elle ne faisaient qu'un, elle n'avait pas peur de se faire repérer. Mais plus elle avançait, plus elle sentit une boule se former dans son estomac. Elle craignait la suite des évènements. Car elle avait comprit pourquoi cet homme était tant recherché et pourquoi il était impossible de l'attraper...

C'était Dolan Kane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité

MessageSujet: Re: Au coeur de la forêt citadine [Dolan Kane]   Lun 27 Juin - 19:59

......... Et quel manoir ! Ce fichu haut gradé hespérian ne lésinait pas sur le luxe et le superflu ! C'était un grand manoir avec l'étendard de la garde royale de chaque côté du grand portail blanc et doré qui se présentait devant le juge. Cet entrée était plutôt imposante offrant derrière elle une grande allée ornée de pavée blanc comme les nuages et de colonnes qui longeaient les deux cotés de ce chemin. Le jardin, quand à lui n'allait pas vraiment avec ce qui a été décrit précédemment pourtant il était bien entretenue. Il était surfait avec un peu trop de sculptures et de fleurs qui n'allaient pas ensemble Rien que cette brève description laissait imaginer le manoir même et son intérieur. Mais cela n'avait pas grande importance car il était simplement grand, voire gigantesque pour certain. Ce qui importait était de trouver cet homme ignoble dans un si grand endroit.

Alors autant la jouer fine. Dolan pris une posture légèrement hautaine, digne d'un duc et ouvrit le gigantesque portail. Bon il est vrai que l'ouvrir lui même n'était pas très aristocrate mais bon personne ne l'avait vu, c'était ce qui comptait. Il se dirigea donc sur cette allée vers la grande porte de la bâtisse, tranquillement, sans penser que cette fille n'aurait l'idée de le poursuivre. Il est vrai qu'elle était tout même énervée. Mais bon ce n'est pas tout de vouloir poursuivre quelqu'un, encore faut t'il savoir ou il se trouve ! Et, oui, Dolan parlait vraiment trop. Il tapa sa tête avec sa main car il se souvint qu'il lui avait dit où il allait. Bon, ce n'était pas grave, cela pimenterai la journée !

Alors qu'il songeait toujours, le juge se trouva devant la grande porte ornée d'une grande gravure recouvrant la totalité de l'entrée. Le sindarin tenta de se calmer à la vue de ce dessin, soulignant l'abject personnage qu'était ce général. Cette gravure, n'était autre qu'un résumé la bataille qui à valu la dissolution du clan et mettant en avant le propriétaire du manoir. Déjà que l'image du juge écarlate était entaché par ces jours funestes, ce dernier n'avait point l'envie que l'on lui rappelle cette bataille tout les jours.

Il repris donc son calme et frappa à la porte. Un majordome vint l'ouvrir ou plusieurs pour être précis, puis le sindarin indiqua la raison de sa venue :


- Conduisez-moi aux maître de ces lieux je vous prie. Je suis le duc Loveless et je demande audience. Et cela est urgent. Il s'agit d'une certaine rose, il comprendra.

Même le subordonnée compris et alla voir son maître qui était encore par chance, ici, dans son manoir qui sera son tombeau enfin si le hasard le décide. Grâce au ciel le faux-nom marcha à merveille. Pourtant, cette famille était éteinte depuis des millénaires. Merci les livres !

Le maître des lieux vint alors et avant même, que celui-ci ne descende les escaliers qui se trouvaient en face de l'entrée, il compris, en voyant le juge des nérozias, que sa fin pourrait être proche. Et dans un élan de bravoure, le général, armée et en armure fonça vers le juge en récitant avec ferveur la devise de sa famille " Que le sang de mes ennemis coule par mon épée, et qu'elle puisse illuminer le chemin de ces damnées ". Il est vrai que cette devise était noble mais elle ne sied guère à un homme tel que lui. En effet, cet homme a envoyé tout ces hommes à la mort et à été accueilli en héros à Hespéria. Il n'avait pas versé le sang à Malburn, non, il se servit du sang qui avait coulé pour se faire un nom. Et pour couronner le tout, se servant, de sa renommée et de sa fortune, il fit capturé bon nombre de nérozias et les exécuta lui même de sang froid sous forme d'exécution publique. Ce lâche méritait d'être puni et seul le juge écarlate était en droit de le juger.

Alors que son adversaire foncé sur lui, l'ancien éclari le stoppa de la même façon que cette fille qui avait pourtant moins d'expérience que ce dernier, enfin, en théorie. Il détruit le toit d'une façon fracassante grâce à son pouvoir de foudre, laissant la lumière du soleil éclairait le condamné et son bourreaux. Il y avait bien quelques gardes personnel qui essayait de s'interposer, toutefois, ils étaient repoussé aisément par Kingdom of Heaven, la masse d'armes de Dolan et par Spike qui s'était transformé en berserker.

Personne n'entrave le verdict d'un juge, tandis que celui-ci listait les méfaits du condamné..............................................................................
Revenir en haut Aller en bas
:: L'Ombre des Eryllis ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Ombre des Eryllis ::
Aliénor Isil
MessageSujet: Re: Au coeur de la forêt citadine [Dolan Kane]   Jeu 7 Juil - 16:17

Plus elle avançait, plus elle s'éloigner du quartier commerçant. Les boutiques, la foule, le bruit, les odeurs... Tout disparaissaient. Au plus grand regret d'Aliénor qui maudissaient cette mauvaise journée. Elle ne perdait pas de vue Dolan, mais avec de plus en plus d'espaces ouverts, elle devait laisser une plus grande marge de distance entre la Rôdeuse et lui. C'est alors qu'au loin elle vit un manoir, un gigantesque manoir. Ça sentait la luxure à plein nez et la jeune femme ne put que réprimander une grimace. Elle détestait les nobles.

Elle alla se percher dans un arbre, près de la demeure. A cette hauteur, elle surplombait les horizons et elle pouvait épier les moindres fait et gestes du Nérozia. Ce dernier était posté devant la grande porte de l'entrée qui l'avait ouvert avec une certaine mimique... Assez noble. Et un sourire amusé se dessina sur le coin des lèvres de la jeune femme. Il prenait vraiment son rôle au sérieux... Elle se demandait même si cet idiot allait tout de même réussir à rentrer dans ce manoir... Tiens, pourquoi se frappait-il la tête ? Enfin, quoi qu'il en soit, sa proie finit par être devant la grande porte et après quelques hésitations il finit par frapper.

Aliénor retint son souffle, elle espérait au fond que personne n'aille l'ouvrir. Mais évidemment, puisque les évènements de cette journée faisaient tout pour lui porter la poisse, c'est pas comme si ses prières étaient entendus... Donc, c'est presque sans étonnement qu'elle vit un serviteur l'ouvrir. Dolan lui répondit alors quelques mots et cela suffit pour qu'il rentre à l'intérieur. Face à cette situation, la Rôdeuse ne put s'empêcher de lâcher un long soupir, l'air désespéré. Elle n'avait plus le choix maintenant, il va falloir qu'elle rentre elle aussi à l'intérieur de ce manoir... Mais avant, elle avait quelque chose à faire.

Se mettant debout sur la branche, elle sortit de sa sacoche une flûte en bois. Elle mit ensuite ses doigts dans certains troues afin de faire sortir un bruit singulier de cet instrument. Elle souffla de toute ses forces, tandis que le vent porta cette mélodie au delà de Tyrhénium. A quoi cela servit-il ? Eh bien, vous verrez, si tout se passe comme prévue... Elle resta un moment ainsi, avant de ranger la flûte et de redescendre agilement de son arbre. Aussitôt, elle traversa en courant le portail que le Nérozia avait laissé ouvert et l'allé qui l’emmena devant la grande porte. A peine était-elle arrivait, que la foudre s'abattit sur le toit de la demeure, faisant sursauter la jeune femme. Cette dernière se mordit la lèvre, c'était le signal. Une boule se forma dans son estomac, elle était légèrement angoissé car elle avait bien vu la différence de pouvoir qu'ils avaient tout les deux. C'était certain, le Nérozia était plus puissant que l'Eryllis... Enfin, elle le pensait ainsi. Mais pourquoi courrait-elle alors dans la gueule du loup ? Va savoir... Pour l'honneur, par vengeance... Ou par le fait qu'elle ne pouvait fermer les yeux devant cette affaire... Elle se disait qu'elle n'avait plus le choix et qu'elle ne pouvait plus reculer à présent...

Elle fit ouvrir violemment la porte par le biais d'une bourrasque de vent et s'engouffra dans la demeure. Pour la suite, c'était facile de se retrouver car il suffisait juste de suivre le boucan. Quand elle arriva dans le lieu du combat, elle remarqua aussitôt Dolan qui repoussait sauvagement les gardes ainsi que son petit macaque qui n'avait rien de l'adorable singe qu'elle avait rencontrer plus tôt. Et derrière les deux adversaires, le fameux garde qui avait massacré un grand nombre de Nérozia... Il avait l'air à la fois perdu, étonné, mais décidé à prouver ses prouesses de guerrier... Bref, quelque chose disait à la jeune femme qui va plus l'encombrer que l'aider durant ce combat ! Va falloir garder un oeil sur lui...

Prenant une grand bouffé d'air, elle s'élança parmi la foule qui bloquait le passage et sauta. Elle prit appui sur un garde qui était à travers de son chemin pour qu'elle bondisse plus haut et elle surplomba dans les airs Dolan et son compagnon durant une poignée de secondes... Elle atterrit à une poignée de mètres derrière son adversaire. Les genoux pliés et en arrière, le sol glissant la fit reculer encore quelques pas et quand elle arrêta sa course, Aliénor se releva en dégainant ses dagues. Elle avait prit une position de combat... Entre Dolan et le général.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité

MessageSujet: Re: Au coeur de la forêt citadine [Dolan Kane]   Mar 19 Juil - 20:32

- Je vois que nous nous rencontrons à nouveau bel enfant !dit-il avec sensualité tout en tuant un garde.

- Et bien vous ne me faciliter pas vraiment la tache voyez-vous et je n'ai point l'envie de tuer plus de personne que ce que je m'était fixé. Et par ailleurs j'ai un verdict à rendre cher mademoiselle.

Finis de jouer. C'est ce que pensait le juge écarlate à ce moment là. Il leva sa main vers le ciel pour ensuite la poser violemment sur le sol. Avait t'il besoin de faire cela ? Pas vraiment. Un simple petit mouvement aurai suffit pour déclencher son pouvoir principal, une seule pensée. Des tiges épineuses sortirent avec force de la fondation du manoir pour terminer leur course dans les entrailles des différents gardes qui étaient encore debout. Le juge ne voulait plus qu'on le dérange. Un témoin, un juge et un coupable suffise amplement. Les roses se mirent alors à fleurir dans une agonie lente. Les gardes, incapable de bouger et de parler, souffraient en silence tandis que leurs sang nourrissaient peu à peu les roses sanglantes. C'est un pouvoir si particulier, si étrange cependant il a la particularité d'évoluer. En effet, en se nourrissant du sang de ses victimes, ce dernier se renforce, devenant plus tranchant qu'une lame, et aussi résistante que les rochers. Qui plus est, le juge écarlate est le seul à détenir ce pouvoir. Même Millenia, notre chef, ne sait l'utiliser.

Bref, alors que des rosiers se former sous les yeux de nos trois protagonistes, Dolan pris la paole de façon plus solennelle, ne faisant pas attention à la femme armé qui se dressait devant lui :


- Jerrion Dolmar, vous êtes accusé de crime de guerre, de manipulation malsaine, de corruption et de trahison et je ne parle pas qu'envers notre clan. Avez-vous quelque chose à dire pour votre défense ?

Allez au diable Dolan Kane ! Je ne nie point ce que vous venez de citer cependant c'est moi qui rendrait votre sentence sale monstre !



Quelle pauvre fou arrogant. Aveuglé par la peur et sa propre arrogance. Le bougre fonça vers le juge sans réfléchir récitant encore sa devise. Il poussa légèrement la femme qui était devant lui et transperça le juge. Dolan Kane n'avait pas bougé et n’avait même pas tenté de se défendre. Pourquoi ? Et bien parce que l'illusion était encore entré en scène mais pour une très courte durée. La joie du général fut de très courte durée, en effet. Il fallait juste un peu de temps pour le juge de tirer une carte qui fut le roi de pique. Compte tenue des actes que le coupable reconnut lui même, l’exécution était de mise et il ne restait qu'au juge la décision de comment il allait le tué. Le hasard l'avait décidé pour lui. Une mort rapide.
Mais ou était-il ? Et bien, le juge se trouvait à côté du général ! Il était apparu juste après que son autre lui soit transpercé et dans un moment rapide et bref, le juge exécuta un coup de pied retourné afin de désarmé le coupable. Le général fit alors quelque pas en arrière, se trouvant sous la lumière du soleil qui passait par le trou fait auparavant alors que son épée tomba un peu plus loin. D'un mouvement rapide, le juge pris le général par le coup puis le souleva. Pour ne pas être déranger, il entoura la fille par une barrière de rose, le temps d’exécuter son sort, le châtiment divin. Alors que sa main droite étranglait quelque peu son adversaire, sa main gauche s'illumina, captant la lumière du soleil et d'un seul doigt, un filet de lumière transperça d'un point net, la tête du condamné sans que celle qui voulait intervenir ne puisse faire quoique ce soit. C'était ainsi.

Le juge ne laissa pas son sort actif et finit par retirer sa barrière et finit par parler à cette femme de la même manière que tout à l'heure :


- Cela ne sert plus à rien, tu peux ranger tes armes. Je te conseille aussi de ne pas dire, pour ta propre sécurité, ce que tu as vu car un autre département que le mien se chargera de ton cas et cela serait très décevant. Je ne sais pas qui tu est. Je ne connais point ton nom mais sache que je n'oublie jamais un visage ! ^^ En tous cas, tu devrai partir, je compte détruire se manoir impie et je n'aimerai point ôter la vie à un belle demoiselle

Sur ces mots, sa main s'électrifia, montrant que le juge ne plaisantait pas. Il allait maquiller cela en incendie et vue le nombre de tapisseries et de meuble, cet endroit brulerait vite, très vite. Spike, lui s'était retransformé pendant le petit monologue de son maître et s'était posé sur son épaule.

Puis un jet électrique se posa sur les meubles et sur les murs laissant entrevoir des flammes qui finirent par entamait de plus en plus les tissus et le bois. Cet endroit allait devenir une ruine fumante tandis que son auteur sortait tranquillement par la porte de service afin de quitter la scène lançant une rose dans la main de cette femme sans nom......
Revenir en haut Aller en bas
:: L'Ombre des Eryllis ::

|| Informations ||
Fonction:
Pouvoirs, spécialités & Don:
Relations & Contacts:
avatar
:: L'Ombre des Eryllis ::
Aliénor Isil
MessageSujet: Re: Au coeur de la forêt citadine [Dolan Kane]   Dim 24 Juil - 4:27

Le sang d'Aliénor se mit à bouillir dans ses veines. La voix de cet homme lui était insupportable ! Mais bon Dieu, sa main droite lui démangeait affreusement ! Elle avait une folle envie irrésistible de lui envoyer se main droite sur sa joue et teindre cette dernier d'un magnifique rouge... Mais pour l'heure, elle devait se retenir et surtout, se concentrer ! Elle observait en silence Dolan Kane qui leva sa main vers le ciel avec un air Divin. Aliénor fronça alors les sourcils, se demandant ce qu'il faisait. Serait-ce encore une autre de ces entourloupes ? Pour le peu qu'elle avait vu, elle sait à présent qu'il ne fallait pas sous estimer ce Nérozia. Et il abattit sa main violemment sur le sol et s'en suit d'un léger tremblement de Terre. Semblable à des vils créatures, des tiges épineuses sortirent des entrailles de la maison avant de foncer droit sur les gardes. Aliénor, qui avait sursautée sur le coup de la surprise, fit alors un pas en avant avec l'intention de les secourir. Mais elle dut s'abstenir car elle ne pouvait laisser cet homme seul face au Nérozia. De plus, ça ne serait qu'une perte de temps et Aliénor vit avec désolation qu'elle ne pourrait rien faire contre ses tiges malfaisantes... Alors, elle serra à nouveaux les poings en maudissant ce Dolan.

D'ailleurs ce dernier la retira de ses pensées quand il interpella son adversaire, du nom de Jerrion Dolmar, pour l'accuser de crime de guerre, de manipulation malsaine, de corruption et de trahison... Et à la plus grande surprise d'Aliénor, l'homme ne nia point, bien au contraire ! Et sans crier gare, voilà que cet insouciant fonça comme un taureau sur le joueur de cartes !

- Non ! Lâcha l'Eryllis.

Trop tard, il avait éventré Dolan. Sa surprise fut-elle, qu'elle resta sans voix ! Il avait réussit ? Impossible... Les yeux écarquillés de terreur, elle avait l'impression de faire face à une illusion. Tout ceci était beaucoup trop facile, ça ne serait pas du genre du Nérozia de... Mais que se passait-il ?! Le corps du joueur de carte disparut peu à peu avant d'apparaître à quelques pas du condamné. Et avant même quelqu'un puisse faire quoique ce soit, Dolan fit quelques gestes pour désarçonner Jerrion qui se retrouva très vite plongé dans la lumière et la gorge entre les doigts de son geôlier.

Aliénor se précipita vers les deux hommes, le coeur battant, avec l'intention de les séparer. Mais alors qu'elle était à quelques mètres d'eux, une barrière de roses jaillit sous se pieds et encercla sans qu'elle ne put faire quoique ce soit. Sa rage monta alors d'un cran et la jeune femme se débattit comme un diable. Ce fut comme si la furie prenait possession de son corps ! Pourquoi ? Pourquoi n’arrivait-elle jamais à atteindre cet homme ? Était si faible que ça ? Était-il si puissant que ça ? " Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?! " Hurla-t-elle dans son fort intérieur.

Et soudain, l'emprise des roses s'estompèrent et Aliénor tomba à genoux. Elle vit alors le corps inanimé de Jerrion Dolmar et des tremblements incontrôlables secouèrent l'Eryllis. Elle ne quitta pas des yeux ce corps où la culpabilité prenait place dans l'esprit de la Rôdeuse. Même la voix du Vengeur ne la retira pas de sa torpeur, elle garda les yeux rivés sur Jerrion, se maudissant de ne pas l'avoir sauvé. C'est à peine si elle entendait ses menaces. De le dire à personne ? Mais à qui dirait-elle ce qu'elle a vu ? Elle a toujours été exclu et neutre vis à vis des problèmes politiques qui courent sur Istheria. De plus, c'était un règlement de compte entre les Nérozias et cet homme, cela ne l'a regardait pas... Et pourtant, elle s'est mêlée à cette histoire et à présent, elle le regrettait amèrement.

Un bruit particulier fit relever sa tête, Dolan mettait le feu à la demeure. Il ne plaisantait pas ! Et à peine avait-il terminé cette tâche ingrate, qu'il partit de la demeure. Mais avant, il lança une rose en direction d'Aliénor qui l’attrapa par réflexe. Elle l'observa avec curiosité, se demandant pourquoi lui avoir jeté cette fleure ? Quel curieux individu... Qui avait à présent disparu. La jeune femme se releva avec difficulté en manquant de retomber au sol. C'était beaucoup trop d'émotion en une journée ! Mais nourrit par ses principes, elle utilisa les forces qui lui restaient pour aller voir le cadavre de l'homme que Dolan est allé chercher. Elle passa ensuite une main au dessus de lui et ces pouvoir confirmèrent ce qu'elle redoutait : il était mort. Et les gardes ? Que devenaient-ils ? Aliénor se précipita vers eux, recouverts de tiges épineuses. Elle tenta de les couper en utilisant ses armes, mais ces saletés de plantes étaient beaucoup plus résistantes qu'elle n'aurait cru ! Et voilà que le feu menaçait de mettre en cendre cette maison ! La fumée commença à brûler les poumons de la Rôdeuse qui toussa violemment en mettant un bras devant sa bouche. C'était inévitable, elle ne pouvait plus rien faire. En plus, ils devaient sûrement être morts, et c'est ce qu'il adviendra de la jeune femme si elle ne quittait pas très vite ces lieux. Alors, c'est le coeur meurtris et la rage coulant dans ses veines qu'elle partit du château.

*~*~*

La nuit était entamée depuis un certain temps sur Istheria. Et dans les Vastes Plaines, à l’extérieur de Tyrhénium, Aliénor était à semi inconsciente. Couché sur les hautes herbes, près de son ami Fenrir, le vent tentait tant bien que mal de la réconforter, mais son chagrin et sa furie furent tels, que nul être ne pouver la calmer. C'était beaucoup trop d'émotion en une après midi et la Rôdeuse maudit cette journée. Elle était en colère, en colère de voir à quel point elle était faible. Cet homme, ce Dolan Kane, était bien plus fort qu'elle n'aurait imaginé. Pourquoi ? Pourquoi avait-il une si grande différence ? C'en était trop, et Aliénor s'apprêta à rejoindre le Royaume des Songes, quand elle se rappela soudain quelques choses de primordial. Elle sortit alors une rose de sa sacoche, la rose... Celle que lui avait donné le Nérozia. Elle l'observa pendant un moment, avant de la serrer très fort entre ses doigts. Elle serra les dents, et se promit dans son fort intérieur qu'elle deviendra puissante pour lui faire payer. Elle se le jura en écrasant cette pauvre fleure qui ne lui avait rien fait. Et exténuée par cette journée trop riche en émotion, elle s’abandonna dans ses Songes, sous le regard protecteur de Fenrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Au coeur de la forêt citadine [Dolan Kane]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au coeur de la forêt citadine [Dolan Kane]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Au coeur de la forêt citadine [Dolan Kane]
» Présentation d'Ichigo
» [Forêt de lames] Au coeur de la forêt
» Le coeur de la forêt céleste
» Un battement de coeur dans la forêt... P.V. Juliane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Istheria, le monde oublié :: La Communauté & ses échangesTitre :: Corbeille :: Les vieilles aventures-
Sauter vers:  

(c) ISTHERIA LE MONDE OUBLIE | Reproduction Interdite !